Partagez | .
You're my blood, bro. | Jasper
 MessageSujet: You're my blood, bro. | Jasper   Mer 7 Sep - 18:18

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click



You're my blood, bro
Jasper x Alice



Le soleil était brûlant. Il me piquait la peau. Et je n'avais pas de crème solaire.

Étonnamment, Corlranah était tranquille aujourd'hui. Trop tranquille. La veille, je m'étais achetée un maillot de bain, des lunettes de soleil, et un parasol pour profiter de la plage. La veille, la ville était animée et bruyante. C'était à ne plus rien y comprendre. Non pas qu'elle était déserte, non, mais aujourd'hui, à ce moment-même, elle était paisible. Même la mer était plate, pas une vague à l'horizon. Dans le ciel, les mouettes discutaient entre elles. Et cela me donna une idée : je l'ai dit, c'était trop calme.

Souriant et gloussant comme une gosse préparant une bêtise, j'attendis le bon moment, regardant une jeune femme installer sa serviette, inconsciente de ce qui allait bientôt lui arriver. Plusieurs jeunes hommes, quelques places plus loin, la regardaient s'affairer. Ce serait d'autant plus drôle. Le regard machiavélique, amusé, l'opportunité se présenta alors. Prenant contrôle de la matière fécale tombant du ciel, je la poussais du haut vers le bas, changeant sa trajectoire, la faisant s'écraser en plein dans la figure de cette pauvre demoiselle, qui n'avait rien demandé. Alors que la crotte se fracassait sur son visage comme un jet d'eau à grande pression et que la concernée se mettait presque à pleurer, partant au courant après avoir croisé le regard des jeunes hommes, je me mis à exploser de rire, tentant de me retenir en plaquant mes mains sur ma bouche. Les gens autour se retournaient, et, fronçant les sourcils, maugréaient quelques critiques quant à mon manque de retenu.

Soudain, quelque chose me transperça le cœur, stoppant cette partie de fou rire. Ma main droite se plaqua à l'endroit où il battait contre ma poitrine, et mes yeux s'ouvrirent en grand. Jasper.

Il y a des choses qu'on n'explique pas, comme le lien entre des jumeaux, qu'ils soient faux ou non. Nous n'avions peut-être pas partagé la même poche, mais nous avions partagé le même ventre. La vie nous avait séparé, mais elle nous avait aussi permis de nous retrouver. Qu'était-il devenu, à présent ? La dernière fois que nous nous étions vu n'était pas dans les meilleurs conditions. Une certaine relation entre Maël et moi avait été facilement identifiable, aussi, les deux garçons avaient clairement montré ne pas s'apprécier. Et, alors que nous étions enfermés dans ce conte, nous nous étions quittés sans un mot de plus, disparaissant dans la foule.

Laissant mon dos retomber doucement sur le sable, mon regard se porta sur le ciel bleu. Pas un nuage. Passant ma main sur mon ventre, elle s'arrêta sur le gros pansement qui, à lui seul, permettait de cacher la vilaine plaie qui s'y trouvait. Sous mes doigts, les contours de grain de sable étaient facilement palpables … sous le pansement.

«  Merde. »

Ce fut le seul mot que je prononçais alors que, me relevant, j'enfilais mes vêtements, partant ensuite en direction du cabaret-bar, laissant le parasol derrière. Il allait falloir changer ce fichu pansement. Et, comme je devenais une cliente habituelle du lieu et que j'avais décidé de ne pas prendre de chambre en auberge durant mon séjour, les patrons m'avaient accordée le droit de m'occuper de moi à l'arrière.

Arrivant devant la bâtisse, ma main eût juste le temps d'en ouvrir la porte, que je me retrouvais nez à nez … avec mon frère.

« Ja … Jasper ? »

Et la porte se referma sur moi. L'air très mécontente et outrée qu'il m'ait refermée la porte en pleine face, je la rouvrais avec force et conviction, montrant très clairement qu'il avait intérêt à trouver une très, très, très bonne excuse.


Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: You're my blood, bro. | Jasper   Mer 14 Sep - 12:41

avatar
Jasper Féamor

Indépendant Légal

Click


Voilà des semaines maintenant que j'ai fuis. Fuis par la petite porte ce manoir et laissé aucune nouvelle depuis. Laissant derrière tout et tout le monde. Tout comme ils l'ont fait avec moi. Pas un pour rattraper l'autre. Tous autant qu'ils sont. De Enya à Senji, en passant par tous ceux que j'ai pu rencontrer. Et je dis tout cela à tête reposé. Des semaines je vous dis que je suis ici, à avoir la possibilité de réfléchir sur tout cela.

J'ai tout tenté pour essayer de le comprendre, de m'assurer d'être "bon" avec tout le monde. Me mettant tout le temps au second plan pour me faire apprécier des gens que j'ai croisé et ne pas faire trop de zèle. Dieu m'est témoin que j'ai fais tout ce que j'ai pu pour ne jamais être un problème, ni pour Enya, ni personne d'autres. Mais il faut croire que cela n'a pas suffit. Cela ne suffira donc jamais plus. Jamais plus ne ferait de concession. Peu importe auprès de qui. Je ressortirais avec une détermination toute neuve, prêt à tout casser.

Ma matinée fut des plus banales. Comme toujours, je me suis levé avec deux de retards sur le planning que je m'étais fais pour aujourd'hui. L'entrainement est une chose à faire régulièrement pour atteindre le niveau qu'on souhaite, et celui que je souhaite est vraiment long a atteindre. La grasse n'est donc clairement pas conseillé, mais que voulez-vous, un paresseux reste un paresseux, et il fallut un réveil militaire de la part de la jeune blonde qui me suit au quotidien pour me lever de mon lit.

- C'était pas la peine d'être aussi virulente...

- Bien sur. Sans ça je pouvais attendre encore des heures avant que tu ne te lèves. Je te rappelle que TU as choisi de te retirer du monde réel, et ce n'est pas pour des vacances. Alors réveille-toi très vite. Tu n'es plus un enfant. Alors je... Nous ne traiterons plus comme cela.

J'arque un sourcil, la regardant dans les yeux pour comprendre si elle essayait simplement de me faire peur ou sa détermination était bien réelle. Futile idée. Il suffit de connaître le personnage pour connaître la réponse. Je me lève, et rejoint donc le jardin où elle n'était pas seule, et semblait discuter avec une personne avec laquelle je n'aurais pas cru la voir discuter...

- Ah. Te voilà gamin.

La dame en noire s'approche, bras croisé, avec un sourire satisfait, Aria la laissant faire. Se serait-elle mise d'accord sur une chose ? Ce serait très étonnant, il faudrait un truc énorme. La Fin du Monde je pense.

- Qui a t-il encore ? Vous vous êtes encore battu ? Pour la centième fois, je ne prendrais pas partie ni pour l'une ni pour l'autre !

- ...Mais que racontes-tu ? Bien au contraire, nous nous sommes mis d'accord sur un point... Très intéressant. Tu vas venir avec moi. Maintenant.

Je doute, m'interroge, et recule le visage, perplexe.

- Pourquoi ça ? Répondis-je avec toute la prudence du monde.

- Tu m'as bien demandé de surveiller un certain nombre de personnes dans ton monde ? Et bien il y a quelque chose qu'il faut que tu voies, tu ne me croiras pas si je te le dis.

-... Ça a l'air super louche quand même ton truc, je...

- Ta sœur est mortellement blessée. Tu es sur que tu veuilles en discuter maintenant et ne pas plutôt aller vérifier par toi même ? Avant que tu ne répondes, ton petit ami le blondinet n'est pas là.

- ... Je suis persuadé que c'est un piège ou un traquenard, mais je ne peux pas me permettre la possibilité que ce soit vrai. Allons-y.

A cette réponse, j'ai immédiatement une mauvaise sensation. Un mal-être au plus profond, comme si quelque chose ne tournait pas rond. Peur ? Oui, sans doute. Alors qu'elle vient poser sa main sur mon épaule et que son aura d'énergie nous enveloppe tout les deux, nous arrivons quasiment instantanément à l'endroit où elle voulait m'emmener. Nous atterissâmes dans une ruelle peu reluisante, et je pus remarquer immédiatement où sa "caméra" s'était posé pour observer Alice, qui fait bien évidemment parti de la liste des gens à garder dans ses contacts durant ma disparition.

- Elle se trouve dans ce bâtiment. M'indiqua t-elle. Montrant le mur à notre gauche, faisant bien la taille de toute ladite ruelle.

- Bien. Allons-y.

- Certainement pas. Rétorqua t-elle du tac au tac. Ce n'est pas ma soeur, et je n'ai personnellement aucun intêret pour elle. Débrouille toi tout seul.

Pas le temps de chercher une explication qu'elle se mit à disparaître dans l'ombre du mur de la ruelle, me laissant seul.

- ... Sale connasse.

- Allons allons, tu as choisi de me suivre... Assume un peu.

Et elle disparut. Je venais de comprendre. Alice n'avait rien. Elle devait sans doute se trouvait dans ce bâtiment. Mon cœur battait à la chamade. J'allais devoir lui faire face. Je n'aurais jamais du fuir après les évènements dans les comtes. Voilà pourquoi elles m'ont envoyé ici. Pour en finir une bonne fois pour toute. Je ferme les yeux un instant et tente de me calmer comme je peux... Bon dieu, faites que le fait que Mael ne soit pas là soit au moins vrai, car cette fois-ci, je jure sur tout ce que j'ai de plus cher que l'un de nous deux ne sortira pas vivant de cette endroit.

Au bout de quelques instants, je reprend un semblant de paix intérieur, et entre à l'intérieur de l'immense cabaret. C'est bien le dernier endroit où j'aurais imaginé aller Alice. Et pendant que j'observais l'endroit depuis l'entrée pour tenter de trouver ma sœur parmi tout cela, la porte derrière s'ouvrit. Laissant un peu de place pour laisser passer la personne qui souhaitait entrer, et là, ce fut le drame. Un visage familier, trop familier, une panique irréfréné, une perte de contrôle totale de soi-même, une main sur la poignée, et j'ai sans doute battu le record du monde de la porte qui se ferme le plus rapidement au monde. Le bruit de la porte qui claque se fit d'ailleurs entendre dans toute la pièce, et sans doute même dans tout le pays. Putain, Alice.

Ça devait pas se passer comme ça, bordel. Je devais la chercher dans le bar et l'accoster après avoir préparer mon introduction et tout mon argumentation du pourquoi du comment de ce qui fait qu'on ne se revoit que maintenant. En plus, avec la panique, je lui ai fermé la porte au nez assez violemment. Étrangement, au fond de moi, j’espérais mettre trompé et ne pas avoir à faire face à elle, juste une sosie, tout au plus. C'est fou comme la panique et le stress vous font rapidement baigner dans l'illusion. Mais l'illusion ne dura qu'un instant et la porte se rouvrit et j'eus la certitude de voir celle que j'attendais. Ce qui étrangement me procurer un certain soulagement. Et une certaine gêne, vu la tenue un peu trop... Bref qu'elle porte.

- Euh.. Salut sœurette. Je-Je suis désolé, ce n'était pas du tout prévu, j'ai paniqué et... C'est quoi ça ?

Tu te reprends immédiatement en voyant l'immense pansement qu'elle a au ventre, et qui prends une belle partie de son ventre.

- Tu te l'ai fais comment, c'est l'autre connard ?

Dieu, faites que ce soit lui.




Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» the mysterious explorations of Jasper Morello
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» Jasper & Alice Forever

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Sud :: Corlranah :: Cabaret-bar