Partagez | .
L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]
 MessageSujet: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Mar 26 Fév - 15:52

avatar
Invité


Click

Ma réponse donnée, nous quittâmes Harujion. À bord du train, nous pouvions parler affaires. La route allait être assez longue étant donné que nous devions changer de pays. L'hôtesse nous demandait ce que nous voulions. Cid prit du thé, je demandai mon habituel mojito. Nos breuvages servis, nous pouvions débuter la séance d'informations. Nous allions cambrioler un entrepôt rempli d'or et ce, avant qu'il porte le sceau du pays. L'exportation allait être extrêmement facile et la richesse allait être nôtre. Ce qui commençait à me rendre fou, c'était la raison du pourquoi il en connaissait autant sur moi. Comment était-ce possible qu'il connaisse mes habitudes de vie et ma magie? Était-ce mon fournisseur qui avait décidé de s'ouvrir la bouche contre de l'argent? Je bus une gorgée avant de parler, histoire de me donner du courage pour confronter ce type qui m'avait l'air de savoir ce qu'il faisait:

Comment est-il possible que vous soyez au courant de mes capacités, Cid?

J'avais sûrement été imprudent. Si je n'avais pas eu autant de confiance en mes contacts et en mes capacités, peut-être que mon identité aurait été secrète encore aujourd'hui. Je regardais de mes iris de braises cet inconnu qui partageait le même hobby que moi, soit le vol de joyaux. J'attendis qu'il réponde à cette question avant de poser les prochaines qui avaient plus de lien avec la quête que l'intérêt personnel:

Quels sont vos plans pour pénétrer l'endroit? Je suppose que c'est bien gardé...

Même si cette mission était risquée, même si je risquais de passer le reste de mes jours en prison, je n'avais rien à perdre, vraiment. Je n'avais pas de famille, pas vraiment d'amis... Mais... cette seule amie que j'ai jamais eu, qu'en pensait-elle? Partirait-elle à ma recherche? Décidera-t-elle de m'ignorer pour toujours? Je crois que de la savoir fâchée contre moi me fait beaucoup plus de mal que d'être conscient de mon ignorance pour la gente féminine. Je devais être prudent, je devais le faire pour elle même si mes chances de la revoir étaient minces. Je ne devais pas décevoir la seule personne qui s'en faisait pour moi... Naoko... quand nous reverrons-nous?
 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Dim 14 Avr - 16:03

avatar
Invité


Click

Comment est-il possible que vous soyez au courant de mes capacités, Cid?
Le don de votre famille n'est pas si secret que ça quand on cherche un peu ou qu'on paie les bonnes personnes pour obtenir l'info. Ne vous inquiétez pas, le reste m'importe peu quelque soit votre passé ou vos actions. Je vous engage pour vos capacités qui correspondent bien au boulot que nous devons faire.

Quels sont vos plans pour pénétrer l'endroit? Je suppose que c'est bien gardé...
Je préfère vous montrez, cela sera beaucoup plus parlant que des explications orales.

Le voyage jusqu'à Joya fut tranquille. Bastian prit le temps de réfléchir au dernier détail. L'arrivée à la gare annonçait le truc le plus chiant à Joya... la sécurité !

C'est parti pour une demi-douzaine de fouilles si ça pouvait être une femme... au moins ça en vaudrait la peine. Si on vient à te poser la question, tu viens pour un boulot, pour la compagnie « Explorer Miner » on t'a donné rendez-vous, tu ne sais rien de plus.

Les deux mages sortirent du train et le comité attendait déjà les voyageurs, des soldats par dizaines qui demandaient aux voyageurs de les suivre. Bastian et Diego furent séparés le temps d'être en ordre et de se faire rappeler les règles importantes à suivre à Joya. La chance était-elle avec Bastian lorsqu'il s’aperçut qu'il serait questionné et fouillé par une femme. L'assassin runique de Silver Fang avait un sourire qui en disait long sur ses intentions avec la fille de la sécurité.

Une demi-heure plus tard, Bastian quitta le poste de sécurité, avec un sourire qui en disait vraiment long !

La première de Joya, encore cinq pays où je dois déguster la gente féminine locale.

Bastian sortit de la gare, Diego l'attendait, lui n'avait pas dû faire trainer les choses comme le mage runique. Ils remontèrent une grande avenue vers un hôtel. Ils croisèrent une petite escouade qui gardait l'entrée d'un bâtiment en bois.

C'est là, qu'on va devoir entrer, te fie pas à l'aspect rustique du truc, à l'intérieur, c'est une vrai chambre forte et un nid de technologie. Nous allons à l’hôtel du coin de la rue.

Prenant leur quartier au dernier étage du l’hôtel, ils avaient une vue imprenable de l’entrepôt. Bastian lui expliqua le plan. Les mages passeraient par les égouts, L’hôtel et l'entrepôt partageait le même secteur, il n'y avait eu qu'un plan à copier. De plus les conduits passaient juste à coté de l'entrepôt qui était souterrain. Il suffisait de détruire un mur et d'arriver par en dessous de la réserve. Il fallait ensuite se rendre dans la salle de sécurité et la pirater sans éveiller les soupçons. Cela voulait dire éviter des patrouilles, des lacrymas-visions pour enfin arriver à la salle de sécurité dont il fallait pirater le système avec un brouilleur qui passerait en boucle des fausses images de la réserve pendant que les mages seraient entrain de la piller.

Tout ça semblait si simple mais le mur devrait être détruit sans bruit par les flammes de Bastian, il faudrait aussi voler et remplacer par un faux le dispositif de brouillage qui serait voler à un autre groupe qui tenter de commettre le même acte. Ah oui Bastian avait oublié de stipuler que le vol en question était un concours entre voleurs orchestré par la mafia d'Earthland. Il y avait donc d'autres groupes dissimulés en ville. Cependant Bastian ne participait pas vraiment, il avait eut l'info et avait décidé de jouer selon ses règles. Donc il éliminait les gêneurs et pillait les autres. Ce n'était pas un concours pour déterminer le meilleur voleur, c'était un cambriolage, un vrai, orchestré par Bastian. Tout était presque prêt et serait enchainé comme une symphonie sans aucune faute note. Toute la mélodie serait parfaite et le bruit des lingots raisonnaient déjà dans les oreilles.

Bref, demain soir, on vole les autres, on fait un test de leur appareil, et le lendemain, on pille la zone. Regarde le registre de l'entrepôt sur la table, estime la quantité que tu peux copier.

Hrp : Si un soucis pour comprendre ou pour savior quoi faire, envoie un mp, je te dirais Smile
 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Mer 15 Mai - 21:50

avatar
Invité


Click

Il savait pour ma famille et leurs capacités illégales à créer de l'or à partir d'un objet de valeur nulle. Était-ce à cause de ce satané voisin que les plus bas catacombes étaient au courant? Il faut dire que pour que ces voleurs aient été en mesure de pénétrer notre manoir, cela voulait dire qu'à quelque part, l'information a continué son flot à travers des rumeurs et des histoires. Je devais donc faire attention à mes arrières. N'importe qui pourrait être au courant de cela et tenter de me forcer à faire des choses contre mon gré. Certes, ils n'auront pas le choix de me garder en vie pour utiliser mes capacités, mais pourraient utiliser les gens qui me sont proches... Naoko... je... pourrais donc jamais la revoir sans mettre sa vie en péril? L'anxiété naquit encore, je n'allais donc jamais m'y faire...

Les mains moites, Cid me dit qu'il voulait me montrer de quoi était capable la garde plutôt que de me la décrire. Le reste du voyage, je me contentais de garder le silence. Je regardais dans le vide, obsédé par ces pensées qui me répétaient que je ne pouvais pas me passer de la présence de Naoko. Ma seule amie, comment m'en éloigner? Et la protéger, est-ce que cela me serait possible? Je ne suis pas un guerrier, je ne suis qu'un vulgaire alchimiste, comment pourrais-je protéger quelqu'un convenablement? Je soupirais, nous étions arrivés, la garde se manifesta, nous demandant de nous diviser en groupes pour être fouillés. Je n'avais absolument rien de suspect sur moi, alors quand vint mon tour, ce fut bien rapide. Un homme bien ordinaire en uniforme s'en était chargé. J'attendais Cid... au-dessus d'une vingtaine de minutes. Pourquoi était-ce si long? Avait-il été pris la main dans le sac et avait été envoyé en prison? S'était-il enfui, me laissant seul pour mieux ramener la garde pour me faire arrêter? Je me passais la main dans les cheveux nerveusement, les mains tremblantes.

L'homme habillé de noir revint tout souriant... Qu'est-ce qui lui avait pris d'être aussi long? «Déguster la gente féminine»? Un énorme point d'interrogation s'affichait sur mon visage, mais après une bonne minute, tout s'éclaira. Il avait... enfin, vous savez... avec une femme... Je... Enfin... Je décidais de garder le silence, de toutes manières, je n'avais aucun commentaire à faire là-dessus. Il m'amena à notre hôtel où nous allions passer la nuit. Il m'expliquait que juste à côté était l'endroit où nous allions nous incruster mais que ça n'allait pas être chose facile. Le plan s'en suivit, infiltration souterraine et piratage étaient au rendez-vous. J'espérais seulement qu'il savait comment se débrouiller avec le piratage parce que mes capacités électroniques étaient quasi nulles. Nous devions d'abord et avant tout voler un dispositif de brouillage qu'un autre groupe de voleurs avait en leur possession. Si tout était constitué de métal, j'allais pouvoir le remplacer comme il l'avait prévu, mais cela allait être très temporaire et je devais examiner l'objet en question en forme et en poids pour que notre coup passe inaperçu. Le registre de l'entrepôt m'était mis sous les yeux. Je souris en voyant autant de nombres. Combien pourrais-je en copier? C'était difficile à dire... mais ne sait-on jamais, en étant alchimiste, on prévoit certaines choses...


Je dirais la moitié pour le moment, mais j'ai un bon nombre de fioles que je peux remplir d'ici-là qui pourraient nous faire obtenir les trois quarts.

À ma ceinture, j'avais au moins une vingtaine de fioles vides où je pourrais mettre mon sang afin d'augmenter ma capacité de transmutation pour les jours à venir. Sourire assuré aux lèvres, je déposai ma ceinture sur le lit et me mis au travail sur-le-champ. Le sang coula de mes veines et remplissait les fioles. Certes, après une vingtaine de fioles, j'étais épuisé. Par chance, nous étions dans notre chambre d'hôtel et le temps de nous reposer était au rendez-vous. Le lendemain matin, nous nous permîmes un petit-déjeuner continental dans la salle à manger de l'hôtel. Les serveuses nous regardaient d'un air timide et mon compagnon s'en permit d'un regard séducteur. Pour ma part, j'évitais de les regarder, de peur que mes joues deviennent aussi rouges que mes cheveux. Nous terminâmes notre repas et nous précipitions à la rencontre des dits voleurs. Les calculs de Cid étaient justes. Au coin d'une rue, nous pûmes voir un groupe de voleurs en possession de l'instrument de notre convoitise. Comment les prendre par surprise? J'avais une idée. Mon compagnon me jeta un regard complice. Était-ce pour me tester? Dans tous les cas, je ne pouvais plus faire marche arrière. Nous les suivîmes dans les rues de la ville en prenant nos distances. Nous n'avions que peu de distance à parcourir avant qu'ils n'atteignent leur destination, alors nous devions faire vite. Par chance, durant la nuit, une pluie fine s'était manifestée et avait laissé sa trace juste devant. J'attendis qu'ils atteignent la flaque en question avant de me prononcer:

Sadistic mercury

La goutte de sang se transforma en mercure et fut projetée vers la source d'eau. Avant que la fumée chimique ne s'installe, j'avais bien sûr repéré la location de l'individu qui possédait l'objet. Je me jetai dans la fumée en m'empêchant de respirer, pris de la ceinture le brouilleur et sortis de la fumée pour l'examiner rapidement. Il ne me restait que quelques secondes avant que la fumée ne se dissipe.

Ironic blood

Une de mes paumes de main tranchée, le sang prit la forme de notre trésor et son poids était quasi équivalent. Avec certitude, l'intérieur de la boîte était vide et je ne faisais que répliquer le physique. Mon travail terminé, je lançai la réplique parterre et me précipitai plus loin pour me couvrir de leur regard, là où Cid m'attendait. Je lui donnai la chose en souriant et nous pûmes repartir vers notre hôtel pour le tester. Debout près de la fenêtre, les bras croisés, je regardais comment Cid s'y prenait:

Alors? Tu sais comment cela fonctionne?
 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Dim 2 Juin - 10:00

avatar
Invité


Click

Cette mission allait vraiment bien se passer et la récompense allait être au dessus de ce que Bastian pensait récupérer. Diego s'y connaissait avec sa magie et il était du genre prévoyant. Parfait, sa prudence limiterait donc les erreurs et la part du butin serait plus grosse pour les deux mages. Cela faisait de lui un excellent allié pour la mission. Bastian en profita pour payer un enfant de la rue pour une mission très spéciale, mettant le prix, le jeune garçon ferait faire un pas en avant au plan du mage runique.

Diego ramena sans soucis le boitier en prenant le soin de l'échanger contre une réplique identique. Plus la mission avançait plus Bastian était confiant. Le plan, le personnel de la mission et la récompense, tout allait vers le haut. C'était très bien.

Alors? Tu sais comment cela fonctionne?
Oui, c'est pas la première fois que je vois un appareil de ce genre. Bon travail avec les autres.

Bastian commença à bidouiller l'appareil avec une curiosité non dissimulé.

Intéressant, ils l'ont déjà calibré, je pensais qu'on devrait le faire par contre... tiens tiens ils l'ont modifié, que c'est gentil de leur part. Je suis pas sur que sa portée soit assez grande, faudra faire preuve de prudence si on s'éloigne trop. Rentrons à l’hôtel mais avant ça, on va passer par là.

Il tapota du pied sur la bouche d'égouts. Les deux mages descendirent sous la ville. Bastian alluma une torche y voir plus claire, il en tendit à Diego. Le mage runique se dirigea très facilement. En quelques intersections, les deux voleurs étaient devant le mur qui séparait les égouts de l'entrée de l'entrepôt.

On va avancer le plan, le vol aura lieu ce soir, l'appareil est différent, pas besoin d'aller jusqu'à la salle de sécurité pour la pirater, le boitier permet de le faire à distance. Je vais bruler le mur par une combustion lente, quand on reviendra ce soir ça sera fini, je colle le boitier ici et je commence le piratage. On aura plusieurs heures pour vider l’entrepôt, c'est le temps que tu auras pour faire des réserves, l'opportunité est trop belle pour la laisser passer.

Bastian claqua des doigts, un sceau de feu sur le mur et des flammes qui commencèrent doucement à détruire la matière dans les limites imposés par le mage runique.

Blazing wall

A l’hôtel, Bastian retourna va immédiatement le plan faisant les ajouts nécessaire pour le tenir à jour. Plusieurs passèrent sans soucis, attendant tranquillement le milieu de la nuit pour agir, les deux mages s'occupaient tranquillement. Diego semblait faire la réserve pour la duplication, Bastian observait l'entrepôt, sa montre et le plan.

Un événement presque inattendu se produisit à la grande satisfaction du mage runique. Une grande diversion, l'info avait été livré et tout le monde avait mordu à l'hameçon. Les deux mages pourraient piller l'entrepôt en paix car tout le monde aurait les yeux rivés vers l’extérieur suite aux nombreuses accrochages entres les voleurs, les gardiens de l'entrepôt et les autres voleurs.

C'est l'heure Diego... Devenons riche.

Bastian et Diego redescendirent dans les égouts, le mur finissait de se consumer, le boitier était toujours en route et juste devant eux, une dernière sécurité avant d'ouvrir la porte qui mènerait à la richesse.

 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Lun 3 Juin - 23:37

avatar
Invité


Click

Plutôt que de nous diriger directement vers l'hôtel, Cid nous amena dans les égouts, jugeant que le moment était opportun à notre vol. Je le suivis, légèrement anxieux. Il connaissait que trop bien l'endroit. J'avais l'impression qu'il était passé au moins une bonne dizaine de fois dans ce lieu. Il marchait avec assurance et dynamisme et moi, je me contentais de le suivre en curieux. Il activa sa magie, incanta celle-ci sur un des murs. Au centre du couloir, ce passage paraissait tout à fait innocent. Cela prenait bien un professionnel dans l'âme pour connaître ce passage secret. La magie de l'homme prenait du temps à agir, alors nous devions patienter. Nous nous dirigeâmes donc à l'hôtel où je faisais les derniers préparatifs pour permettre à nos poches d'être encore plus lourdes.

La chance tournait en notre faveur. Les gardes et les autres voleurs étaient beaucoup trop occupés pour nous remarquer ou pour véritablement atteindre le coffre. Nous nous mîmes à sourire en synchronisation. Cid me dit que le temps était venu d'y aller. J'accrochai les fioles à l'intérieur de mon veston et le suivis. Nous retournions dans les égouts où le mur terminait de fondre sous les flammes. Les bras croisés, le sourire aux lèvres, je n'avais jamais ressenti de telles palpitations, une telle hâte pour quelque chose. Nous allions devenir... riches? Les yeux fermés, l'air rêveur, je cachais mon côté avare des yeux de mon nouvel allié. Le mur décimé par les flammes, nous pouvions enfin pénétrer la nouvelle pièce. Une immense porte s'offrait à nous... et une console technologique. Il nous fallait la pirater pour avoir accès au coffre. Je m'avançais vers la console, jugeant par moi-même de mon incapacité à agir là-dessus, et dis à voix basse:


Ensuite?

Cid avait probablement une autre idée en tête, une solution à notre problème... Peut-être qu'il avait un dispositif pour pirater la chose en sa possession? Je pouvais certainement confirmer que j'étais un alchimiste et non un pirate ...
 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Mar 11 Juin - 20:07

avatar
Invité


Click

Ensuite?
Ensuite, mon cher ami voleur, nous récupérons le boitier ici présent que nous avions fixé au au mur, il y a quelques heures pour enregistrer de fausses images. On y prend ce petit dispositif qu'on colle sur le tableau de commande et on laisse agir. Ça va prendre quelques minutes pour décrypter le bazar.

Quelques minutes qui se passèrent dans le calme. Le mage runique alla se placer en sentinelle et observa les couloirs alentours pour vérifier l'état des forces des défenseurs. Cinq ou six soldats dans les couloirs qui tenaient la position de défense derrière la porte d'accès au coffre. Bastian et Diego avaient contourné le problème en créant leur propre porte.

Le tableau de commande se mit à clignoter en vert, un voyant, puis deux. Un troisième changea de couleur. Encore deux et la porte serait ouverte. Cependant les deux derniers voyants clignotèrent en orange.

Ah tiens, ça c'était pas prévu.

Bastian regarda le tableau de commande, l'air perplexe puis soudain, une illumination. Il planta sa lame dans le tableau puis bidouilla à la brute le tableau. Le résultat fut l'ouverture de la porte.

Non mais, je vais pas me laisser emmerder par deux loupiotes orange.

Les deux voleurs ouvrirent la porte en grand pour contempler la montagne d'or qui n'attendait qu'eux pour être dévaliser. Bastian retourna dans les égouts pour y sortir le moyen de transporter l'or jusqu'en lieu sur. Un tyrolienne fonctionnant au lacryma. Le câble menait plus loin dans les égouts, vers l’extérieur de la ville là, ou une carriole attendait les deux mages pour y transporter leur butin loin d'ici.

Bastian commença à remplir les nombreux sacs de lingots non marqués prêt à disparaître. Il les chargeait au fur et à mesure sur la tyrolienne. Il fit quelques aller-retours entre le coffre et lieu de la charrette pour y déposer les sacs. Pendant ce temps, Diego semblait copier petit à petit les stocks d'or.

Le mage de Silver Fang faisait des haltes de temps pour voir si les gardes bougeaient, leur nombre avait diminué, ils n'étaient plus que trois, certainement que là-haut ça chauffait sévère. Tant mieux, encore moins de problème pour piller et se barrer. Bastian revint vers Diego qui continuait à faire usage de sa capacité de duplication.

T'en es ou, Diego ?

Bastian reprit un sac rempli de lingots qu'il partit charger sur la tyrolienne. Le bénéfice de l'opération grimpait en flèche. Même pas le temps pour Bastian de tomber amoureux de la première jolie fille qu'il croisait que tadaaaaaa, le bénéfice doublait.
 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Jeu 13 Juin - 19:23

avatar
Invité


Click

La suite me fut expliquée. Tout ce que nous avions à faire était de laisser les choses aller. La technologie allait faire son boulot comme prévu. Cid allait se poster pour s'assurer que personne ne venait, moi j'attendais les bras croisés. Même si j'avais l'air de rien, je surveillais ses arrières au cas où il aurait besoin de soutien. J'étais certain qu'il était probablement plus combattant que moi, alors m'utiliser comme plan B était une bonne idée. Les lumières sur le dispositif s'allumaient de deux couleurs différentes. Cela ne plaisait pas à mon compagnon de vol. Il tapotait sur la machinerie comme un barbare... mais cela fonctionna. Mon coeur avait cessé de battre quelques secondes... J'avais eu une de ces peurs que les alarmes se mettent à sonner de par son impatience.

Finalement... la gigantesque porte s'ouvrit dans un grincement distinct. L'éclat de brillance des lingots nous aveugla quelques secondes... puis... nous pouvions nous mettre au travail. Cid s'occupait de tout mettre dans les sacs et moi, je dupliquais les lingots avec ma technique. Les fioles furent utilisées les unes après les autres. J'étais plutôt heureux d'avoir prévu ce genre de détail sinon nous n'aurions pas eu la moitié de notre butin. Ma réserve magique s'effaçait beaucoup moins rapidement que si tout était sorti de mes veines directement... tant mieux... nous allions devenir riches. Cid me demandait où j'en étais...


J'y suis presque. Il me reste à utiliser mon sang corporel et ce sera bon.

Voilà... presque un tier supplémentaire à notre butin. Je suais à grosses gouttes, perdis l'équilibre et tombai sur mes genoux. Je m'aidais à me relever avec une étagère du coffre. Je marchais en titubant jusqu'à la sortie et jusqu'à notre transport que Cid allait conduire. Nous refermions la porte derrière nous, ramassions nos choses et partions sans laisser de traces.

Nous avons un maximum de trois semaines avant qu'ils ne se rendent compte que le tout a été remplacé.

Notre braquage s'était passé beaucoup mieux que prévu. Personne ne s'était mis à travers notre chemin et nous avons convenu au plan à la quasi perfection. Nous pouvions partir les épaules légères et le sourire aux lèvres. Nous avions au moins une heure de transport à faire avant d'aboutir à la frontière... une heure pour me permettre de récupérer. Le coude contre la fenêtre, le poing contre ma tempe, je sommeillais.... jusqu'à ce que le véhicule s'immobilise et que Cid me donne un coup sur la jambe pour me réveiller. Tiens donc... Nous fûmes stoppés par plusieurs gardes de la gente féminine. Était-ce le hasard qui nous donnait une chance de nous en sortir? Ah non tiens... Elles étaient six femmes pour une homme. Était-ce l'autre voleur qui savait et qui voulait en profiter? Je n'arrivais plus à le suivre. Les femmes nous firent signe de descendre du véhicule pour que nous passions une inspection... et le véhicule aussi. Je consultais du regard Cid qui se contentait de sourire et sortit. Ce sourire fendu jusqu'aux oreilles ne m'annonçait rien de bon... Pourtant, il me fit un clin d'oeil... devais-je jouer le jeu? Malaise...
 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Dim 16 Juin - 18:11

avatar
Invité


Click

Coffre vidé, Diego avait fini les copies, le chariot était chargé comme un petit ami obligeait de suivre la fièvre acheteuse de sa dulcinée un jour de shopping où tout était soldé à cinquante voir quatre vingts pour cent.... un régal surtout quand c'était le petit ami généreux qui payait pour sa chère et tendre.... en gros « no limit » sur les achats.

Les deux mages quittèrent la ville puis la région pour faire route vers la frontière de Bosco. Le plan s'était passé à la perfection... quand Bastian planche sur un coup, fallait que cela soit parfait et pour le moment c'était le cas.

Trois semaines, bon boulot Diego, nous serons déjà à Fiore et la moitié du contenu aura été échangé ou dépensé, je manquerai pas de faire de nouveau appel à toi si un autre coup de ce style avait lieu. Repose-toi en toute confiance, je vais pas te piéger, je suis certes un voleur mais je suis réglo concernant les gens avec qui je bosse.

Le trajet se fit tranquille, personne ne semblait les poursuivre et personne ne semblait s’intéresser à eux sur le chemin...enfin presque... une patrouille s’intéressa aux deux mages. Bastian se frottait les mains, des soldats féminins, que des femmes en uniformes... un régal pour les yeux du mage runique. Une illumination dans ses yeux presque malsaines et carrément diaboliques si on lisait dans ses pensées.

Halte je vous prie !
Bien sur Capitaine. Avec grand plaisir jeunes roses !

Le mage runique se mit sur le coté de la route, écoutant les ordres de manière un peu trop heureuse.

Est-ce mon jour de chance pour que je sois contrôlé par cinq belles jeunes femmes dont la beauté surpasse celle des anges et en uniforme. Suis-je au paradis ? Je vous en prie mesdames, faites vous plaisir avec la fouille au corps. Vous pouvez me fouiller toutes les cinq en même temps, je ne résisterai pas.
Que transportez-vous ?
Le secret pour obtenir le bonheur des femmes !

La discussion continua ainsi, Bastian fit du charme et continua à faire des compliments aux cinq jeunes femmes qui au fur et à mesure baisser leur vigilance et s’intéressaient plus aux des mages qu'à leur cargaison. Un jeu d'acteur à la Shakespeare dans Roméo et Juliette (s) Oui avec un Bastian, c'était un Roméo et au moins trois Juliette(s). Oui c'était un compétiteur et dragueur, fallait un défi à la hauteur de son talent.... Oui de son immense talent....

Les demoiselles sous le charme du mage runique avaient complètement oublié de fouiller le chariot, elles ne détachaient pas leur regard de Diego et de Bastian, les deux voleurs purent se remettre en route vers la frontière, se frottant les mains, le mage runique reviendrait... des jeunes femmes en uniforme l'attendaient avec l'intention de faire un rêve éveillé.

Diego mon ami, je sais pas pour toi, mais je pense que si nous revenions dans ce pays, nous serions où passer la nuit. La frontière est juste devant nous... Mission accomplie. Nous allons charger le contenu du chariot en deux parts égales dans des containers et les faire livrer à l'adresse souhaité.


 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Lun 17 Juin - 21:29

avatar
Invité


Click

Cid parlait... c'était impressionnant. Il manipulait ces jeunes femmes comme si elles venaient de le rencontrer dans un bar. Je restais à ses côtés, épié par quelques unes d'entre elles. Je me contentais de leur sourire, ne sachant aucunement quoi répondre, quoi faire ou réagir. Le moulin à paroles me paraissait lui aussi tombé sous le charme de ces dames. Pour ma part, je n'avais pas osé les regarder plus qu'il le fallait. Je ne voulais pas foirer le plan de mon coéquipier non plus. Finalement, il se tut, elles nous laissaient partir sans dire quoi que ce soit, mis à part lui suggérer de les rappeler. Et voilà, nous repartions vers Fiore. Il me dit que nous avions une bonne raison de retourner dans ce pays. Personnellement, je n'avais pas l'intention d'y retourner... Il me dit que nous allions séparer la marchandise en deux parts égales et que nous ferions livrer le tout avec des conteneurs.

Mes pensées retournaient sur ce qu'il m'avait dit avant que nous nous arrêtâmes. Il était réglo, je n'avais pas de soucis à me faire. Quel poids cela pesait sur mes épaules! Et me voilà libéré. Je n'avais plus à craindre pour ma vie et ma double identité. Si j'avais à recommencer à travailler avec lui pour voler à nouveau, je n'hésiterais pas non plus à accepter. Il était organisé et fiable comme type. Je l'aimais bien. Nous arrivâmes à l'endroit où nous devions tout séparer dans des lots égaux. C'était en faisant le tri que LA question me traversa l'esprit:


Dis, Cid, comment fait-on pour... je veux dire... être aussi à l'aise avec la gente féminine?

Et voilà, le malaise s'installa à nouveau et pire encore, me barbouilla le visage d'une expression qui n'avait guère sa place après une telle victoire...
 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   Dim 23 Juin - 8:33

avatar
Invité


Click



Alors que les deux mages partageaient le butin, Diego posa une question plutôt étrange du point de vue de Bastian. Cette question stoppa le mage runique dans son élan. Il jette un regard vers son allié l'air perplexe.

C'est quoi cette question ? C'est pour ça que tu disais rien quand on a croisé les soldats de Joya. T'es sur que t'es voleur ?

Bastian lâcha un long soupir. Il se résigna à lui répondre en partie.

T'as déjà un bon point pour toi, si je demandais à n'importe quelle fille qu'on croiserait, elle devrait te trouver beau garçon, déjà admets ça, ça te bloquera moins quand on te le dira. Après.... bin parle, écoute, complimente et charme avec quelques gestes de tendresses, une fois le contact bien engagé. Ensuite tout dépend de la demoiselle, ça se fait au feeling. Mais ton premier problème c'est que tu te décomposes quand tu en vois une. Le reste, c'est à toi de le découvrir, je vais pas tout te faire en te prenant par la main, je suis un voleur pas Cupidon.

Sur ce, Diego, dépenses bien ton argent si durement acquis. On se recroisera... peut être. See ya !


Bastian partit dans sa direction, retour à l'une de ses planques pour y entreposer le butin, il prendrait bien un lingot ou deux pour narguer un peu les gens de Silver Fang.

 MessageSujet: Re: L'entrepôt 19 [Bastian Tomaso]   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bastian C. Ainsley - La perfection méprise le temps et la peine !
» Ficelles invisibles dans le noir [Comte, Sébastian] [02/10/41]
» Des morts dans la rue !
» Prix Puskás 2011 ?
» beverley ft bastian ∞ que fais-tu ici ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 5