Retour au second point de départ
 MessageSujet: Retour au second point de départ   Retour au second point de départ EmptyMar 25 Sep - 15:39

Anonymous
Invité


Click

-Oh Jenny... Comment ais-je pu t'oublier?




L'égaré considéra un moment sa situation, il était vêtu de sa chemise et n'avait que son boxer. Ses vêtements s'éparpillaient sur toute la plage comme s'ils avaient pris feu et qu'il devait les enlever en urgence. Il reconnut aisément le type d'environnement: la côte ouest, sûrement un peu nord vu qu'il venait de Shirotsume. La fatigue qui lui pesait sur les épaules était inédite, une telle faim, jamais connue alors. Caedes se sentait faible, épuisé, mais bien vivant. Maître de son corps, ce qui n'avait pas beaucoup était le cas ces derniers jours. Il rassembla ses vêtements, remis simplement son pantalon et marcha le long de la mer, vers le sud. Oui, Caedes a une boussole intégrée à l'intérieur de sa tête et un sens de l'orientation développé. Ce qui est vrai, pour le sens de l'orientation.




La nuit noir donnait un charme unique à la mer qui s'étendait devant lui. La mer, d'huile, s'étendait dans une infinie noirceur. Une immensité de Ténèbres, qui faisait doucement glousser Caedes: cela n'était rien comparé à ce qu'il avait en lui. Il pouvait considérer l'eau noir comme un reflet de son âme mais cela n'était en réalité nullement le cas. Caedes sait qu'il n'a pas un mauvais fond, malgré le sang sur ses mains, et le souvenir de Jenny, l'espoir retrouvé, tout cela donne une forte lumière à l'esprit de Caedes, malgré les apparences. Cependant, toute lumière allumé génère une ombre. Ici, une ombre, en plus du Darkness.




L'inévitable arriva; le jeune hôte sentit à nouveau les Ténèbres se mélangeaient à son sang mais de manière plus soft, moins ardue que ces derniers jours. Comme l'avait dit Abdul, l’afflux des Ténèbres diminuait suite à une non-utilisation étendue. Caedes ne savait pas depuis combien de temps dura son black-out, il devait attendre d'atteindre la ville pour en savoir plus. En tout cas, il s'étonne du mutisme de l'entité.

*Je n'ai pas d'intérêt à marteler ton esprit à tout vas, dans n'importe quelle situation.*

*Remet-toi en sourdine plutôt!*

*NE mE dONNe pAs D'ORDrES!*




Pourtant, le Darkness ne trouva rien de plus à dire. Peut-être était amenuisé lui-aussi, par le manque de cœurs ou quelque chose d'autre. Juste pour s'assurer que le pouvoir magique était toujours là, Caedes créa une chaise de Ténèbres, où il se reposa d'ailleurs un instant. Puis il reprit la route, et marcha une bonne heure, errant entre pensées du futurs, et souvenirs.





Comme prévu, il atteint la cité portuaire d'Hosenka qui, fidèle à sa réputation, rayonnée dans la nuit profonde. Pour essayer de passer inaperçue, Caedes essaya de s'arranger: un petit coup dans les cheveux, chemise rentrée, chaussures resserrées, tout cela n'enlevait pas les cernes et la mine de déterré. Stupeur quand il remit son manteau: il n'avait plus aucun jewels sur lui, et visiblement, dans sa folie inconsciente, il n'est pas repassé à l'auberge prendre ses affaires. C'est en errant un peu en ville, et à force de se remémorer cette journée avec Jenny, qu'il se souvint: ils avaient mangé à un hôtel-restaurant tenus par une vieille dame très gentille. Peut être allait-elle accepter d'héberger pour la nuit?


-Une nuit seulement mon garçon! Parce que tu fais vraiment peur à voir! Je t'offrirai un couvert aussi, je n'ai pas envie que tu fasses peur à mes clients! Ah ah! Allez, va tout de suite de couché! Je ne veux rien savoir!

-Merci. Beaucoup.

-La petite qui était avec toi va te rejoindre plus tard?

-Vous vous souvenez de nous?!

-Evidemment! Vous formez un si beau couple!

-Je… ahem… non, je suis venue seul cette fois.

-Très bien. Voici la clef.




Jamais le fait de s'allonger n'avait paru si jouissif à Caedes. Un mélange de réconfort, de légèreté, de sécurité. Comme si rien ne pouvait lui arriver maintenant qu'il pouvait se reposer. Inutile de dire qu'il s'endormit bien vite cette nuit-là.
Paradoxalement, il ne se leva pas très tard, vers les 10h. Douché et rafraichit, se dégageait encore de lui une aura de fatigue mais lui ne l'était pas réellement. Peut être était-ce à cause des vêtements usés. Après un bonjour avec la gérante, elle lui indiqua une table de la partie restaurant, où attendait un véritable festin; pains chauds, miel, beurre, confiture, jus d'orange et chocolat chaud, l'espace d'un repas, Caedes oublia tout du Darkness, de Shirotsume et des inquiétudes pour l'heure d'après. Il mangea comme jamais. Humblement et avec beaucoup d'humilité, Caedes remercia mainte et mainte fois la gérante, la suppliant pour qu'il rembourse immédiatement sa dette. Après tout, les lendemains du jeune homme sont incertains. Elle lui demanda simplement avec un grand sourire d'aller faire quelques courses. Ce qu'il fit avec un air de satisfaction. Sur le chemin, il apprit la date, il comprit alors que son comas du au Darkness avait duré trois jours.
Aux alentours de midi, Caedes se mit à réfléchir, assis sur le quais principal de la ville. Il avait décidé de rejoindre Fairy Tail. Cela saurait sans doute temporaire, mais il avait besoin d'une motivation, même si ce n'était pas la sienne, pour essayer d'envisager le reste de sa vie. De plus, l'idée d'accomplir une des volontés de Jenny le rendait plus fort. Son esprit, son mental, son âme étaient plus forts. Peut-être étais-ce un début de solution pour affronter le Darkness, le maintenir à sa place? *Ne te berce pas d'ILlUsIOns.* Dans le meilleur des cas, il allait trouver sa raison de vivre, un style de vie qui lui irait à Fairy Tail. Maintenant, le tout était de rejoindre, physiquement, Fairy Tail, de revenir finalement à Magnoria. Sans le sous, il allait devoir se montrer inventif, car faire le trajet à pieds était du suicide; traverser la Web Valley sans la connaître était voué à une mort certaine. Voler un cheval sonnait faux à son cerveau, tout comme une voiture. Resquiller le train sur un si long trajet était dangereux aussi; il était bon pour finir dans un poste de contrôle et là, adieu la liberté pour un petit moment. La tête dans ses pensées, il ne vit pas un homme qui fonçait sans crier gare, renversant brutalement Caedes. Alerte, l'hôte crut entendre au loin un "Mais arrêtez-le!". Il n'en fallut pas plus. Malgré le soleil de cette belle journée, le Darkness fut sollicité en lasso pour rattraper le fuyard. Le soleil brûlait la matière, faisant souffrir l'entité et son hôte mais ce dernier insistait et, passant outre la douleur, renforçait le lasso autant qu'il le fallait pour maintenir le gars au sol. Tout en s'approchant du captif, Caedes fut rejoins par un homme essoufflé, visiblement en nage d'avoir couru. Il se pressa de remercier l'aide qu'il avait reçu.
-Ce salopiot a voulu me voler. Dire que je te faisais confiance Robert! Je te crache dessus! Ce qu'il fit. Heureusement qu'Isabelle t'a repéré rôdant plus que nécessaire près du convois.

-Un convois? Vous voyagez?

-Oh euh, et bien, je suppose que vous informer sur la situation est bien la moindre des choses après vous avoir remercier de votre aide. Oui, je préparais le voyage d'un convois et cet enfant de catin -Catin toi-même gros po- Caedes mit un coup de genoux dans la mâchoire du captif- devait protéger ce convois de valeur, plutôt que de me voler! … J'ai bien aimé là le coup de genoux dans sa mâchoire, vous pouvez le refaire? Caedes répéta son geste. Ah oui c'est bien, ça!

-Pardonnez mon surplus de curiosité mais, quelle est la destination de votre convois?

-Magnoria mon jeune ami. Vous semblez bien intéressé, je me trompe?

-Non en effet. Je cherche justement un moyen de me rendre à Magnoria, et je n'ai plus d'argent sur moi. Alors je me dis que peut être…

-Vous engager comme gardien pour voyager jusqu'à Magnoria? Mmh… Après le coup de Robert, vous comprendrez ma méfiance. Une pause. Cependant, le convois doit partir au plus tôt et le temps c'est de l'argent comme on dit! C'est votre jour de chance! Rendez-vous à cette adresse dès que possible avant 3h de l'après-midi. Maintenant excusez-moi, voilà la garde.




Tout en s'esquivant, l'homme donna une carte à Caedes.
Citation :
M.Milési, sous-directeur de la banque "Exchanwels", 14 avenue du Conseil.

*"Exchanwels"? J'ai pas intérêt à foirer, c'est l'une des trois banques les plus grosses de Fiore, et je crois même qu'elle se frotte aux autres pays. J'espère que je me suis pas embarqué dans une galère…*




Le jeune homme se mit immédiatement en route, non sans passer par l'auberge de la vieille, qu'il mit au courant de son départ. Après quelques politesses, la vieille sembla soulager ses lèvres d'une question qui lui brûlait les lèvres.
-La petite… pourquoi n'est-elle pas avec toi?

-J'étais en voyage d'affaire. Il m'est juste arrivé quelques déconvenues.

-On apprend pas au vieux singe à faire les grimaces. Dis-moi la vérité gamin, tu me dois d'être honnête après mon hospitalité.

-D'accord. Elle a été assassinée. Mais ne vous en faites pas, j'ai fait payer le salaud qu'il l'a fait, plutôt deux fois qu'une!

-Tu as quoi?! Mais! De quel droit? Il fallait l'amener à la justice, pour qu'il soit jugé!

-Je l'ai jugé!

-De quel droit juges-tu chenapan? Dégage! Tu es en train de me faire regretter mon hospitalité!

-Je juge parce que je peux oser le faire! Parce que je n'ai pas peur de me placer au-dessus des autres!

-C'est parce que tu te places au-dessus des autres que tu tomberas de plus haut. Allez, fous le camp, je veux plus te voir!




Les talons se tournèrent vivement, les visages se fermèrent. Caedes ne comprenait pas la réaction de la vieille dame. C'était un juste retour des choses dans la gueule d'oncle Edouard. Un jugement implacable, une vengeance qui n'en appellerait pas une autre, puisque personne ne cherchera à venger oncle Edouard, il n'avait pas d'amis suffisamment amis. La prime sur sa tête n'étant qu'une excuse pour faire vivre le commerce des chasseurs de primes, et une prévention pour se protéger de meurtres d'autres barons du crime. Il n'y avait pas de regret à s'être vengé de la sorte. La vielle dame elle, s'inquiétait plus qu'elle s'interrogeait. Une fois le chemin de la vengeance engagé, le reste n'était qu'erreurs, illusions menant aux pires côtés de l'Humain. Elle espérait que "le gamin" ne s'en aperçoive avant qu'il ne soit trop tard.

Le bâtiment de la banque se laissa trouver facilement, comment ne pas trouver un bâtiment à la face si criardes? Pleins de fioritures et statues grossières. Une fois présenté à l'accueil, on lui indiqua un bureau où lui sera donné les détails. Caedes faisait tâche au milieu de ces gens bien habillés et impeccablement coiffés mais c'était bien le dernier de ses soucis. Bien qu'il aurait aimé gueuler face à des regards agaçants. Il pénétra la salle et derrière un immense bureau décoré tout un tas de bibelots était un gros Monsieur qui semblait fondre sur sa chaise.
-Ah oui oui! M.Milési m'a prévenu de votre arrivé! Il a du aller à la garnison du quartier pour régler le cas de Robert. Gare à vous si vous comptez nous trahir vous aussi, on sera déjà agacé.

-Ce n'est nullement mon intention, je regretterais votre fureur. Caedes ne put retenir un rictus moqueur qui passa inaperçu.

-Très bien. Je ne préfère pas vous dire que le contenu du convois pour la sécurité de nos clients et de nos partenaires, sachez juste qu'une simple éraflure sur la carrosserie demandera un remboursement de votre part, que vous ne pourrez jamais fournir. On vous prendre donc comme esclave.

-L'esclavage n'a-t-il pas été aboli?

-Oui oui bien… officiellement, on appellerait ça un stagiaire. La destination, vous le savez déjà, est Magnoria mais il est hors de question que vous rouliez de nuit ni que vous passiez par la Web Valley. Mais ne vous en faites pas, le chauffeur est déjà briefé sur ce sujet et j'ai la flemme de tout vous répéter.

-Pas de soucis.

-Je vous ai mis en garde, prévenu sur la nécessité d'avoir le convoi indemme, le trajet… Bien sûr, inutile de vous dire qu'on ne vous a pas engagé pour rien. Attendez à vous des gens mal intentions sur la route.

-Cela va sans dire.

-Bien. Vous serez payer avec nos sous par le partenaire une fois arrivé. Signez là s'il vous plaît. Le convois et le chauffeur vous attende dans la rue à droite en sortant.




Evidemment, Caedes se doutait que le contrat qu'il signait était remplis d'astérix et de petites lignes illisibles mais il n'avait pas le temps. L'important était d'atteindre Magnoria. En fait, il ne s'attendait même pas à être payé. Caedes voulu serrer la main mais entre la taille du bureau et la forte probable immobilité de son employeur, il préféra se raviser et tirer sa référence d'un simple signe de la main. A l'endroit indiqué, un convois était garé avec un homme lisant un journal. Malgré les raclements de gorges et petits bruits, il ne détacha pas les yeux de sa lecture. Alors Caedes monta à bord et enfin, l'homme lui accorda son attention.
-T'es le transporteur?

-T'es le chauffeur?

-Ellias.

-Caedes.

-T'es du genre bavard?

-Non.

-Tant mieux.




D'un "Yah" accompagné d'un mouvement de rennes, les chevaux se mirent en marche. Oh oui, la route allait être longue.

Il était aux alentours de 14h quand ils quittèrent la région d'Hosenka et 15h quand l'air marin n'était plus. Ellias n'était effectivement et vraiment pas du genre bavard. Bien que cela ne gênait pas Caedes, le silence qui en découlait pesait sur l'ambiance. Le soleil chaud n'aidait pas et l'aridité de la Web Valley qu'on pouvait discerner au loin n'arrangeait rien. Quelques bandits ici et là tentaient tant bien que mal d'essayer de voler mais Caedes déjouait ces plans avec une grande facilité. Le soleil se couchait alors qu'Ellias ouvrit la bouche pour la première fois depuis le départ. "Faut que je pisse." dit-il nonchalamment avant de s'arrêter pour aller faire son affaire. Caedes poussa un long soupir en regardant le ciel orangé. Il était impatient d'être à demain pour rejoindre Fairy Tail. Pour l'instant, la triste réalité, c'était d'être au milieu de nul part, la Web Valley en fond, le silence lourd autour, et un collègue de route qui n'eut aucune pudeur à se remettre le pantalon et son anatomie en place avec zéro grâce. *C'est un moindre mal.* ne cessait-il de penser.

L'arrivé à Crocus aurait pu être une libération pour Caedes, qui se faisait une joie d'aller dans un de ses bars favoris se faire offrir une bière par un ami serveur. Mais là encore, la réalité le rattrapa.
-Vu la valeur du bordel, on va faire des tours de gardes. Tu commences, je suis vraiment trop crevé. Puis, au plus vite je suis reposé, au plus tôt au repart. Tu dormiras sur la route si tu veux.




Cela irrita quelque peu le jeune brun mais Ellias avait raison: il fallait surveiller le convoi, même à l'intérieur de Crocus. C'est quand il commençait à avoir les yeux vraiment lourd que Caedes crut percevoir un bruit. Il envoya alors une tentacule espion sur place. Il n'y avait rien. Peut être délirait-il? Le transporteur fit toutes les occupations possibles et inimaginables pour rester éveiller; il s'amusa à créer un train miniature de Ténèbres, vérifia que le convois était bien en place, nourrit les chevaux, et eut un long débat avec Abdul sur "qui était le meilleur entre le poney et le dauphin?". En d'autres circonstances, Caedes se serait entraîné, au moins légèrement, à la maîtrise du Darkness, en apprendre toujours plus sur les possibilités. Mais après ces jours chaotiques avec l'entité, cela ne lui semblait pas être une bonne idée.
Vers 3h du matin, Ellias rejoignit son collègue.
-Alors? Tu te sens de dormir sur la route ou tu veux quand même piquer un somme à l'auberge?

-Laisse-moi au moins prendre une douche.




La douche allégea Caedes de cette semi nuit blanche qu'il venait de passer. Cherchant à atteindre Magnoria le plus vite possible, il allait bien devoir se contenter de dormir sur la route. Il reprit la place passager d'un simple regard, Ellias ordonna aux chevaux d'avancer. A la sortie de la ville, une patrouille vint les interroger sur leur cargaison. Le chauffeur ne comprit pas bien l'intervention et expliqua tant bien que mal avec quelques papiers de la banque et le soutien de Caedes. Les gardes n'insistèrent pas et laissèrent libre la route au convois. C'est un peu dérouté qu'Ellias conduit l'heure qui suivit et d'un coup d'œil rapide à l'arrière, Caedes vit que la patrouille n'était déjà plus là. Le soleil se pointait enfin, la nuit froide laissant peu à peu place à une aube humide. Pas encore bien levé, le soleil ne pu éclaire par-delà la montagne centrale du pays, dont la route longeait un moment les contours. L'humidité de l'aube, l'obscurité et les quelques rayons perçants par endroits donnaient un air particulier, une ambiance que Caedes qualifiait dans sa tête d'angoissante. De plus, les abords de la montagne d'un côté et la forêt de l'autre, c'était l'endroit idéal pour une embuscade. L'hôte se rassura; le moment de la journée n'était pas le plus fameux pour ce genre de braquage. Et pourtant…
Ce fut d'incessants petits bruits qui ne manquèrent pas d'alerté Caedes. Devant le comportement attentif de son collègue, Ellias se ressaisit et regardait scrupuleusement la route devant lui. "STOP!" Mais trop tard. Un scintillement avait été visible dans une broussaille de la forêt. Cependant, les chevaux avancèrent de quelques pas de plus, brisant un fil. Aussitôt, des rochers dévalèrent depuis une hauteur de la montagne. Les équidés effrayés se cabrèrent pour s'arrêter net. Derrière eux, une vingtaine de personnes se tenaient là, toutes armes dehors, des sourires vilains affichés.
-Posez les armes maintenant et il ne vous sera fait aucun mal… moins que si vous résistez en tout cas.

-Ouh là là! On a peur!

-Faites pas les cons, ça pourrait mal finir.

-Oh ça va mal finir, mais pas pour nous.

-On a à faire à des héros les gars! Tuez-les!




Enveloppé de son armure, Caedes fonça vers les bandits qui fonçaient eux aussi, vers le convois. De faible envergure, il en tua un puis deux, en assomma quelqu'un, essayant tant bien que mal de les éloigner du convois. Alors, un voleur mieux équipa attrapa Caedes par la nuque et le balança bien loin du convois. Il roula au sol, n'eut pas mal mais il allait avoir quelques soucis maintenant à défendre la cargaison.
-Ellias!! Va te mettre dans la forêt!

-Hey là! Qui t'a dit qu'on m'avait engager que pour mes talents de chauffeur?




De sous le véhicule, il prit quelque chose. Un fourreau, le "SWIG" qui s'en suivit annonçait un sabre de bel facture: "Amenez-vous les merdeux!" furent les seuls mots que Caedes perçut avant des cris de guerriers. L'hôte remarqua qu'un autre bandit, plus baraque, alla pour saisir Ellias. "Oh non! Toi tu restes avec moi!" Attrapé aux chevilles et au cou par des lianes de Ténèbres, l'armoire à glace ne put que se soumettre et se retrouva projeté au pieds de Caedes, qui ne vit pas un troisième bandit le soulevait par le bassin et le mettre violemment au sol. "Tu disais que ça allait mal finir pour qui? Te frotter à nous était vraiment une mauvaise idée." Ils commencèrent tout les trois à rouer de coups Caedes au sol. Subissant sans rien dire, le mage semblait attendre, concentré. Les Ténèbres sur son armure étaient de plus en plus dense, comme si elles se regroupaient. Puis, dans un grand cris, l'hôte relâcha toute la pression et un dôme se formant autour lui. Les pieds coincés à l'intérieur furent sauvagement griffés par Caedes, toujours au sol, à l'aide de Ténèbres. Satisfait des blessures infligés, il brisa le dôme en un côté pour sortir, se relevant rapidement, en position pour la suite. Les trois bandits étaient visiblement contrariés. Leurs pieds en sang ne semblaient pas les déranger plus que ça ceci dit. Ils dégainèrent alors ce que Caedes n'avait pas encore remarqué: trois marteaux, des masses, qui avaient l'air particulièrement denses. Sûrement rien de bon en contact avec des os. Ni avec rien en fait donc par précaution, Caedes renforça son armure, sans pression cette fois-ci, afin de ne plus se concentrer sur le renfort d'armure une fois en place. Quand son "Manteau de Ténèbres" atteint l'épaisseur suffisante, il fit quelques mouvements; ça allait être fatiguant de se battre là-dedans, et Caedes est déjà fatigué de pas avoir dormi. "Pitié, réglons ça vite fait… je suis crevé!". Deux chargèrent en premier, marteaux prêts à frapper fort. Transformant en masses aussi démesurés ses bras, il frappa de lui-même les marteaux. Déstabilisés par l'attaque de Caedes, les deux bandits hésitèrent un instant contrairement à leur adversaire qui, depuis son propre ventre, créa deux lances pour transpercer les ventres des deux autres. C'était sans compter le troisième qui chargea sans plus de méthodes. Saisit par la taille, Caedes se fit soulever et, encore, jeter au sol. *Bordel… ça tiendrait qu'à moi, je resterais bien comme ça.*. A peine relevé, il vit les trois bandits courir vers lui, collant leurs marteaux pour en faire qu'un. Il ne put que rapidement créer un bouclier pour bloquer l'attaque. Cela fut juste; à travers les Ténèbres, le mage vit le début des trois marteaux. De son bouclier, Caedes étendit les Ténèbres tout autour des trois bandits pour les ligoter. Le haut de leurs torses étant à découvert, il ne se gêna par pour se créer une lame afin de leurs infliger quelques blessures en plus. Tout à coup, sans un mot échangés ni même un regard, le gros paquet que formaient les trois voleurs plus baraqués les uns que les autres, fonça sur Caedes, le mettant, une nouvelle fois au sol. "Sérieusement, ça devient lassant! … MERDE!" Par jeu, il n'avait pas tout de suite relevé la tête pour voir ce qui arrivait; l'étreinte des Ténèbres étant brisée, l'un des trois sauta sur Caedes et lui mit un violent coup de marteaux sur le torse, déclenchant une crise de toux et des difficultés à respirer, en plus de l'évidente douleur. Le délaissant, ils se mirent en tête d'attaquer Ellias quand l'un deux poussa un grand cris de surprise: on venait de lui mordre le pied. Un Darkling, particulièrement difforme, affichait un grand sourire tout en grignotant le pied. Il se fit comiquement dégager de là, d'un grand mouvement de pied, atterrissant la tête la première dans un buisson. Sentant quelque chose de bouger dans son dos, il se retourna mais trop tard; Caedes avait bondit sur lui, s'accrochant aux épaules, il entreprit de faire pénétrer une dague dans une épaule et de rejoindre l'autre, la dague bien enfoncé. Les atroces cris ne firent pas hésiter Caedes, don on ne pouvait voir la tête à cause du "Manteau de Ténèbres". Un des bandits alla pour frapper l'hôte, qui se baissa aussi tôt, laissant le coup aller en plein dans la colonne vertébrale de son comparse et à en croire son cris, le coup était particulièrement puissant. Ce dernier tomba lourdement à terre. Les deux autres regardèrent Caedes avec beaucoup de haine. "Plus vite… ais-je précisé que j'étais fatigué?". Ils chargèrent en criant, prêts à frapper avec toutes leurs forces. Un des deux poussa un autre cris à la place d'un cris de puissance; un cris de surprise. Le Darkling était revenu, et il mordait lui cette fois, laissant le troisième bandit seul avec Caedes. Le coup déclenché, le brun se baissa aisément. Loin d'en rester là, le bandit voulu le frapper avec sa main libre. Elle fut saisie et avec une impulsion de Ténèbres, l'hôte passa par-dessus son adversaire, lui tordant, brisant le bras, bruit à l'appui. Mais la baraque semblait s'en moquer et d'un puissant mouvement circulaire de son bras armé, son marteaux alla frapper les côtés de Caedes, le faisant rouler à terre, suivi du bandit. *Je ne ferais pas deux fois la même erreur.*. Il resta au sol et regarda le bandit, marteau levé, prêt à en finir: "On a été plutôt cool avec toi mais c'est finis!" dit-il avant d'abaisser son marteaux. Ce que le bandit n'avait pas vu, c'est que Caedes s'était accroché à un arbre sur sa gauche. Il put donc, en rembobinant la liane avec laquelle il s'était accroché, esquiver le coup. Tout l'avantage allant à Caedes, il se permit une petite réplique tout en faisant chuter son adversaire grâce à un croche-patte renforcé de Ténèbres: "Moi aussi, j'ai été plutôt cool! Alors maintenant, goûte-moi plutôt ça!". Tout en se relevant, il saisit le marteau de son adversaire et le frappa dans le bassin. Cette fois-ci, il ne put ignorer la douleur et la gravité de la blessure. Satisfait, Caedes ne vit arriver le troisième et dernier bandit qui le chargea. Habitué de ce traitement, le mage de Ténèbres se releva rapidement. Il vit alors deux marteaux… deux marteaux se dirigeaient vers lui. Le bandit paraissait vraiment un moindre danger comparé aux deux armes. Complètement désespéré, Caedes entrava les bras de son adversaire par des lassos. Vain effort, il le comprit, quand il se fit soulever et balancer quelques mètres plus loin. *Le revoilà déjà… non mais quel plais!*. Joignant les deux marteaux en un, le coup s'annonçait dévastateur et trop bas pour être esquivé. Caedes préféra donc faire quelques petits sauts en arrière. Véritable tempête, un assaut direct était cause perdue. "Tu ne me laisses pas le choix…". D'un air résigné, Caedes fit apparaître une tentacule à mâchoire, qu'il tendit jusqu'à atteindre l'épaule du bandit, mordue. Son premier réflexe fut de frapper la tentacule mais le créateur a anticipé cette réaction, donnant beaucoup de mou à sa création, rendant le coup de marteau inutile. Les crocs toujours bien plantés, Caedes rappela la tentacule, arrachant avec vigueur l'épaule de son ennemi. Il ne sembla pas réaliser sur le coup, mais l'instant d'après, la douleur le mit à genoux dans un hurlement. L'hôte du Darkness, toujours sa tentacule dansant autour de lui, avança vers le blessé grave.
-Espèce… espèce de monstre! T'étais pas obligé de faire ça!

-Je ne suis pas non plus obligé de faire ce que je suis sur le point de faire.

-Non… non qu'est-ce que tu fous là! Arrête! Enlève ce machin de là! AAAAAAH!




Malgré sa victoire évidente, Caedes n'était pas heureux. Obligé de mutiler un adversaire pour gagner ne lui plaisait pas. S'il avait bouffé son cœur, c'est qu'il avait déjà bien entamé le travail en arrachant l'épaule, alors tant qu'à faire s'était-il dit. Devant le cadavre mutilé, Caedes repensa à ce qu'il l'attendait dans les jours qui viennent: Fairy Tail. Il allait devoir mettre au point des techniques moins meurtrières, être lui-même moins meurtrier. Ou en tout cas, pour de simple bandits. Le cas de Bruce, il ne le regrettait pas, et encore moins le carnage au manoir de son oncle.
La tension du combat retomba, et les douleurs revinrent dans le corps de Caedes. Il espéra de toutes ses forces qu'Ellias réussit à mettre la quinzaine de bandits qui restaient. Souhait exaucé: la plus part avait des blessures aux cuisses ou mollets, les empêcha de bouger. Mais le chauffeur regardait Caedes revenir, son armure se dissipant dans une brume noir. Son visage était sévère, mais ses yeux trahissaient en vrais, un semblant de peur.
-T'as pas fait dans la dentelle.

-M'en parle pas. Je… je n'avais pas le choix.

-T'avais le choix. On a toujours le choix.

-Je… s'il te plaît, juste, remettons-nous en route.

-Avec plaisir. Et dors aussi, puisque tu n'en as pas eu l'occasion.




A bord, Ellias contourna comme il put les rochers en faisant un détour par la forêt. Caedes s'endormit dès la route principal rattrapée.
~~~


-Hey mec, debout, on est arrivé!




En effet. Le soleil brillait haut, laissant penser une heure avancée de la journée et Caedes reconnu bien vite les rues de Magnoria. En se rendant au bureau du partenaire de la banque, le brun demanda s'il n'y avait pas eu d'autres soucis. Ellias répondit juste qu'une petite bande de petites frappes avait essayé mais quand ils ont compris qu'il savait se défendre, ils n'ont pas insisté. A l'accueil, on les pria d'attendre un responsable qui arriva la minute suivante. Tout était en règle, et les deux transporteurs touchèrent leurs primes. Devant le convois qui partait, les deux compères se dirent au revoir.
-Je te dirais pas que ce fut un plaisir, car j'aurais pu me passer de ce que j'ai vu, mais au moins, le travail fut bien fait.

-Merci. Tu vas faire quoi maintenant?

-J'enchaîne les petits jobs en attendant que ma fiancée puisse me rejoindre. Elle est restée en Desertio mais on a bien l'intention de vivre ici, en Fiore. Hey… bien que je n'approuve pas tes méthodes, si j'ai un gros boulot qui se présente à moi, ça te dit que je te retrouve? Quelqu'un qui n'est pas bavard mais qui a ton pouvoir, j'apprécie.

-Si tu veux. Tu pourras me trouver à Fairy Tail alors, je pense.

-Quoi? T'es de Fairy Tail?

-J'ai l'intention de rejoindre cette guilde ouais.

-T'as pas vraiment le profil si tu me permets. Faudra changer tes méthodes de combat aussi; ils sont pas fan des effusions de sang.

-Je sais.

-Bien. Alors… à plus je suppose!

-Bonne route!





Ils se séparèrent sans plus d'amitié et Caedes s'empressa de rejoindre l'auberge que lui avait indiqué Ayumi Yume. Il prit une chambre. Hasard ou jeu du gérant, Caedes se retrouva dans la même chambre qu'il y a quelques semaines.
-Ce mec avait raison, le singe! On connaît la réputation de Fairy Tail nous aussi. Tu crois sérieusement qu'un gars comme toi, faisant couler le sang et utilisant les Ténèbres comme magie, peut rejoindre une guilde comme ça, réputée pour la bonté de ses membre?

-Y a pas de raison! Je peux le faire! Pour Jenny, je dois y arriver. Je peux me détacher de l'influence du Darkness!

-Ouais ouais… tu combats le feu par le feu. Tu peux y arriver mon pote, c'est bien tout le mal que je te souhaite. Car de toi à moi mon pote, le big boss il…

-sIlEnCe!!!

-Oh, j'avais oublié son omnipotence... si c'est seulement possible, hé hé. Bon bref, t'as raison, tu es ton propre maître alors sois la "Fée des Ténèbres"! Ca sonne plutôt bien, sauf qu'on croirait du coup que t'es une nana! Ah ah! Bon allez mon pote, j'étais juste passé pour te railler! Bonne chance pour ce qui t'attend, ça ne sera pas de trop.





[Emprise du Darkness: 27%.]
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le point de départ d'une idée dangereuse
» 3000 personnes manifestent pour le retour d'Aristide
» valeur en point
» RETOUR DE JMB 11?
» mes créations au point compté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP