Le Deal du moment : -49%
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
Voir le deal
195 €
Le Deal du moment :
[Vente flash]Batterie externe 26800 mAh à ...
Voir le deal
22.90 €

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Magic Circus | Ethan & Cie
 MessageSujet: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptyMer 11 Nov - 12:08

[PNJ] Casperita
[PNJ] Casperita

PNJ

Click

Magic Circus
Patron du Cirque





Approchez approchez. Laissez vos soucis à l’entrée et laissez-vous tenter. Approchez approchez mesdames et messieurs, êtes-vous prêt pour un petit voyage en enfance ? Là où la réalité n’a plus sa place et où la magie opère. Assez-vous confortablement, prenez donc place, n’hésitez pas à acheter des friandes à l’entrée du chapiteau. Laisser la folie et le rire vous portez, le temps d’une petite histoire que l’on contera aux petits et grands.

***

Cela fait maintenant quelques jours que le cirque est arrivé aux abords d’Arcadia et de loin, vous remarquez ce gigantesque chapiteau de mille couleurs. Vous entendez les rugissements des bêtes les plus sauvages de la région. Le claquement du fouet, les rires des artistes. Vous entendez cette petite voix en vous, vous susurrant de vous diriger là-bas et de toute façon, ce n’est pas comme si vous aviez le choix n’est-ce pas ?

Vous êtes venus parce qu’on a fait appel à vos talents. Aussi divers soient-ils. Vous êtes là, parce que vous êtes tentés par l’aventure et parce que vous ne pouviez dire « non » devant une telle occasion n’est-ce pas ?
Les histoires de fantôme, le cirque, la prime. Tout vous attire et pourtant, vous n’êtes pas les seuls intéressés car on vous entasse sous une grande tente tandis que vous arrivez un par un. Vous ne vous connaissez pas, ou peu, vous ne savez même pas qui votre voisin de canapé mais vous avez envie de rigoler en voyant ses traits enjoués, parce que vous avez tous ce même air de débile heureux.

Le directeur et gérant du Cirque fait son entrée alors que vous vous regardez tous et c’est à cet instant, qu’il faut mettre de côté, de votre âme d’enfant.

« - Chers amis, je vous remercie mille fois d’avoir répondu à mon offre. Je ne saurais dire à quel point je vous suis reconnaissant. Voyez-vous, nous sommes arrivée en ville il y a de cela quelques jours seulement et dès les premières représentations, les artistes se sont blessés ou les numéros se sont mal passés. Un dompteur est même mort…Manger par Betty la tigresse. Certains disent qu’ils entendent des voix tard la nuit, des murmures, qu’ils ont vue à plusieurs reprises des objets flotter dans l’air de façon inexpliqués. Je vous en conjure…Sauvez mon cirque. Sauvez ma troupe. »

Puis, le vieux bonhomme s’arrête et vous dévisage un par un. Il ne vous connaît pas mais il est hors de question que les numéros manquant restent injoués et il faut absolument des remplaçants. ABSOLUMENT.

« - Toi, le blond aux traits débiles…Tu seras le clown. Toi la grande perche avec l’air d’attardé, tu seras notre nouveau dompteur, tu prendras soin des tigres et des chameaux. L’autre à côté avec les cheveux rouges…Tu seras notre voltigeur…Faudra seulement faire attention au filet de sécurité, le dernier est mort écrasé. Quant à toi…L’autre blond avec le cache œil….Tu seras notre acrobate équestre, le dernier a démissionné quand un cheval fou lui a pitié le dos. Ah ! Et j’ai faillis oublié le petit timide au fond…Hmmm….Tu seras notre cracheur de feu ! »

Un nouveau silence. Il semble réfléchir le vieux bonhomme comme s’il le faisait exprès de prendre des rôles qui ne vous correspondaient pas le moins du monde. Vous n’aviez aucun talent pour le cirque ni même pour faire ce qu’on vous demandait de faire.

« - Il vous faut des noms de scènes…Le clown, tu seras Smile. La grande perche, tu seras Nicolo. Le rouge, tu seras Sunny et les deux derniers…hmm…Pietro pour le voltigeur et Fluffy pour le cracheur de feu.. Voilà, vous avez un peu moins de 4 heures pour vous préparer avant ce soir. Les tentes des artistes sont au fond du cirque, pas très loin des cages. Merci encore. »

Il file de sa tente avec un sourire s’étirant jusqu’à ses oreilles mais vous…Qu’allez-vous faire à partir de maintenant ? Outre le maquillage et l’habillage…y’avait aussi l’entraînement. En 4h on n’apprend pas à dompter un tigre ou à voltiger sur un cheval.

Bonne chance à vous avant la première représentation de ce soir !










Ordre : Ethan-Isaiah-Alouarn-Toki-Kazuto-PNJ
 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptyMer 11 Nov - 12:57

Ethan Faun
Ethan Faun

Var Ulfur

Click

Magic Circus | Ethan & Cie Tumblr_nkt5ajaz1v1rm97r4o1_500
Mission Impossible

AVEC — La Dream Team







Vous vous êtes déjà fait réveiller par une énorme de gamins enragés comme si à la place de petit pot, ils avaient mis le nez dans une drogue quelconque ? Non ? Bah toi, si. Tu ne sais pas trop ni comment ils se sont retrouvés dans ta chambre ce matin-là et encore moins par quel stratagème ils ont réussi à passer tous les pièges que t’avais posé à l’entrée, mais ils étaient passés et voilà que les 5 têtes rouquines te dévisagent.

« - C’est quand qu’on mange ?!
- C’est quand qu’on va jouer ?
- C’est quand qu’on va voir Celestia ?! »

Cinq enfants….Cinq renards. Et c’était les tiens. C’était certainement ça le plus drôle dans l’histoire, le fait que t’es couché avec une renarde et que t’ai réussi à créer des monstres, reflet de ta perversité.

Tu te retournes sous la couette, les poussant d’un pied pour les foutre tous par terre quand on gars de la guilde t’annonces que t’es attendu pour une requête. Le boulot, les gosses. Les gosses, le boulot. Il n’y avait pas pire routine au monde.

« - Tu viens jouer avec nous ?
- Non, papa va travailler.
- C’est quoi travailler ? Ça se mange ?
- Non, ça sert à acheter à manger justement et poussez-vous un peu vous êtes dans mes pattes. Aller jouer dehors, y’a de la place dehors.
- Tu vas partir ?
- J’sais pas.
- Comment ça tu sais pas ?
- Bah je ne sais pas toujours tout ce qu’il va se passer quand je pars travailler.
- Mais je croyais que les adultes savaient tout !!!
- Non, ils vous font croire qu’ils savent tout mais leur réelle connaissance s’arrête à hauteur de leur nombril et encore.
- C’est quoi un nombril ? Ça se mange ? Tu nous emmènes avec toi ?
- Hey dit ! Tu nous emmènes avec toi ?
- Non.
- Allleeerrrr !!!!! Diiiitttt ouiiiii
- Non ! Aller oust ! Déguerpissez avant que je ne vous jète par la fenêtre tous autant que vous êtes. »

Le temps s’était écoulé depuis que tu étais revenu de Joya et tu n’avais toujours pas trouvé de prénoms à tes enfants, ils étaient toujours dans cette lignée du Tic, Tac, Tuc, Toc et Truc. Truc c’était le plus bizarre…C’était celui qui avait tout le temps fin. C’est fous ce que ça peut manger un bébé. Ça passe son temps à manger…Et vomir sur vous. Le pire, c’est que ça les fait rire et que certains humains osent trouver ça « mignon ». Non ce n’est pas mignon du tout. C’est juste dégoutant.
Tu confies alors la garde des terreurs aux gars de la guilde tandis qu’on te parle du Cirque s’étant implanté à Arcadia. Arcadia…C’est où déjà ? Putain le Palais Royal c’est comme le tapis d’Aladin…Il bouge tout le temps.

En arrivant aux abords de la ville, t’entrevois un énorme chapiteau au loin et t’y cours comme un attardé à travers champs et forêts.

Sur place, t’essayes de faire l’homme civilisé alors que t’entends les complaintes des animaux en cages et rien que ça, ça t’énerve un peu. Tu salues le Paulo le chameau, Luka le Koala et surtout…la tigresse. Elle te fait de l’œil la coquine. Elle est là, tournant en rond, rugissant quand tu passes devant elle.

« - Coucher minou ! »

On te conduit sous une tente et t’es le premier arrivé mais peu après ton arrivé y’en a d’autres qui se pointent. Ooooh la vache, les têtes de cons. Enfin…On ne choisit pas sa tête, ça tu le savais mais là, ils ont dû être montés à l’envers lors de la conception. Tu penches la tienne légèrement de l’autre sens pour avoir une autre vision des choses et c’est vrai que de ce point de vue là…Ils faisaient moins peur.

Ils ne vous expliquent pas trop ce qu’il se passe mais s’attarde déjà sur vos tâches et tout de suite…Tu rigoles beaucoup moins.

« - Euuuh patron ? D’où c’est moi le clown ? Je veux dire..Lui là avec les cheveux rouges il pourrait faire nettement mieux que moi..Rien qu’à voir sa tête on rigole. Sans offense mon ami, t’as du style. Tu gères. »

Puis il reprends sur les morts, les blessés et vous avez l’impression qu’on vous a légèrement trompé à l’entrée.
Il s’en va, vous laissant entre vous et vos surnoms bizarres, vous laissant 4h pour être prêt pour ce soir. 4h. Ahaha. C’est pas possible d’être artiste en 4h. Cela relève légèrement du miracle.

« - Les gars rassemblement ! »

Tu les attrapes tous par les épaules comme si c’était déjà tes potes, même si vous êtes copains de galère et tu les regardes avec l’air le plus sérieux que tu puisses avoir.

« - Je propose que l’on se syndic’. A peine arrivés que l’on nous transforme déjà en esclave du monde du divertissement ? Non ! Moi je le dis…IL FAUT SE MUTINER !!!!! Virons le patron, libérons les lions et ….Mangeons un coup. J’ai la dalle…Pouaaa c’est horrible. Personne ne sait où est la tente avec le buffet par hasard ? »

Quatre petites heures avant la première représentation de votre nouvelle équipe ? Largement faisable !!! Pas de panique !

A condition de croire aux miracles bien-sûr.


(c) MEI


 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptyVen 13 Nov - 17:41

Isaiah B. Stone
Isaiah B. Stone

Weer Lopen

Click

Plus on est de fou plus on ris.



Le cirque quelle idée, avais-je eut en acceptant cette mission. Parfois, je me demandais ce qui pouvait bien me passer par la tête. Un cirque, moi qui a la phobie des clowns, je veux dire ces étranges personnes au look grotesque, au nez rouge comme le sang, à leurs maquillages faisant penser à un démon sortie tout droit d’on ne sait où. Qui a eu l’idée saugrenue d’inventer un clown ? A la rigueur les clowns comme Pierrot de la Lune, je veux bien. Ils ont un visage tendre, un maquillage avenant, mais les autres. Je ne sais pas comment des enfants peuvent les trouver funky. Suffit-il simplement de porter un déguisement multicolore, qui pour tout vous dire me fait étrangement pensée à un arc-en-ciel et un énorme nez rouge pour se croire amusant. Puis, leurs farces, si on peut appeler ça des farces, tout est basé sur un jeu de scène en accord avec la maladresse. La maladresse peut-être certes drôle comme la fois où je suis tombé dans cette poubelle et quand un homme m’en avait sortie, il avait trouvé cela assez drôle qu’il s’était même mis à pleurer. Pleurer de rire, c’est quelque chose que j’ai toujours trouvé très contradictoire en effet, pleurer c’est normalement quelque chose de triste, mais parfois cela pouvait accompagner des choses heureuses comme lorsque l’on rit. A mon sens, c’est un peu comme la joie et la tristesse, elles ne peuvent exister l’un sans l’autre. En effet, comment ressentir de la joie quand on n’a pas connu la tristesse ? Enfin, peut-être que c’est faisable, mais on ne peut pas comprendre la réelle signification de la joie dans ce cas-là. Je divague, je divague, je divague tout ça pour dire que je me retrouve dans un cirque, oui un énorme cirque. Moi qui n’avait été qu’ermite j’allais me retrouver à faire le mongole devant des spectateurs. Cependant, il y avait une chose qui était bien, c’est que je n’étais pas seul d’autres mages avaient répondu à cette requête. Parmi eux, il y avait Alouarn. Cet étrange jeune homme que j’avais rencontré au détour d’une bataille de neige dans la ville de Shirotsume, un souvenir agréable et non taché de sang pour une fois. Un souvenir qui était encore à cette époque loin de tout ce qui avait pu se passer avec Ajatar, avec la destruction d’Era et la disparition d’Abigail. Les trois autres mages qui avaient répondu à l’appel je ne les connaissais pas, un brun voire châtain, ainsi qu’un blond à l’air demeuré. Enfin, plus demeuré que moi c’est pour vous dire, cependant il avait l’air sympa et un autre blond assez mystérieux.

Puis, alors que nous étions tous se réunirent et que je m’étais rapproché l’air de rien d’Alouarn. Monsieur Loyal, pourrais-t-on l’appeler comme ça. L’annonceur de la requête nous explique la raison de notre présence. Ainsi, suite à de nombreux accidents toute sa troupe est dans l’incapacité de se produire sur scène et de faire le spectacle. Ce qui nous amènent à notre rôle, nous allons devenir des intermittents du cirque pour cette fois. Puis, le monsieur à la voix assez forte et au ton sarcastique qui donnait envie de le jeter du haut d’un immeuble. Je ne sais pas pourquoi, mais je le trouvais réellement désopilant, pour que je puisse le juger ainsi, c’est qu’il fallait que quelque chose cloche. Puis, il nous assignat à nos rôles, sans même nous demander nos compétences, nous affligeant de caractéristiques désopilants, comme le fait pour me désigner de grande asperge. Je serais le poing et regardait cet homme d’un ahuri, il voulait en plus de ça que je devienne dompteurs… Dompteurs, en gros il voulait que je fouette des animaux pour qu’ils m’obéissent, mais était-il devenu fou ? Je ne toucherais jamais à un animal de quelque manière qu’il soit. Surtout pour lui faire du mal, plutôt mourir dévorer par la nature, qu’être l’instigateur d’une quelconque attaque envers cette entité qu’était Dame Nature. Je regardais cet homme avec mépris, je ne connaissais pas réellement la signification de ce mot avant aujourd’hui. Je l’avais certes appris dans un dictionnaire, mais je ne l’avais jamais ressentie avant cette situation. J’avais envie de l’étrangler, comment un être aussi abject pouvait-il exister ? Puis, il nous laissa 4 heures pour se préparer. Seulement quatre heures… Je ne savais absolument pas comment j’allais me tirer de cette mauvaise passe.

Puis le blondinet lançait un truc comme quoi il voulait faire un sitting pour lutter contre l’esclavage. Certes, il n’avait pas tort sans même nous demander notre avis, il nous a imposé des choses, mais il était vrai qu’à partir du moment où on acceptait une requête quel qu’elle soit nous devions nous attendre à être utilisé comme des esclaves. Puis, il avait osé aussi changé nos noms… Je ne me souvenais déjà plus du mien. Ce n’était qu’un détail, le problème était le rôle qu’il m’avait assigné j’aurais préféré 100 fois plus, voltigeur équestre ou trapéziste que dompteur. Je réfléchis un moment et répondit au jeune homme :

« - Je pense que le setting est non envisageable, dans la mesure où cet homme n’en aura tout simplement rien à faire de nos considérations. Par contre, ce qu’on peut faire c’est faire en sorte de faire notre travail tout en lui donnant la pire représentation du monde. Il sera obligé de nous payer, car on aura fait ce qu’il demandait, mais au final nous allons simplement jouer sur les mots. Je m’explique, prenons l’exemple si l’un de nous avait été jongleur. Il nous demandait simplement de jongler, dans la définition de mots il suffit simplement de faire voltiger des objets d’une main à une autre, une seule orange peut suffire. Vous voyez ce que je veux dire ? Donnons à cet homme une leçon qu’il ne pourra pas oublier de sitôt. Les mages ne sont pas des esclaves et surtout, on ne fait pas de mal aux animaux. Nous avons quatre heures pour trouver des idées. Idées !? »

Puis je m’approchais d’Alouarn avec un sourire sur mon visage et lui sautait dessus pour lui faire un câlin et dit d’un ton joyeux :

« Ça fait longtemps ! Comment tu vas ? »

Puis, dans ses bras comme un sursaut de mon corps, je me mis à avoir le hockey. Assez chiant pour ainsi dire, car vu la fréquence de celui-ci c’était comme si Alouarn avait un objet qui vibre dans les mains…

(c) AMIANTE

 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptySam 21 Nov - 0:24

Alouarn Grimgorson
Alouarn Grimgorson

Indépendant Légal

Click




Je suis un comédien Et je suis ma destinée !



PARTICIPANTSAlouarn Grimgorson & Ethan Faun et compagnie
Résumé • Eté 792,



Magic Circus


❝ ▬ Alouarn, où es-tu mon grand ? ❞





La voix de mon grand frère retentit dans toute la maison. Je me recroquevillais sur moi-même : pourquoi ne prenais-je pas la peine de répondre ? Je savais que j’aurais du brûler la missive dès que je l’avais reçue. On frappa trois petits coups à ma porte et Linus entra dans ma chambre, une lettre à la main. Je reconnus les lettres longilignes de son auteur :

❝ ▬ Tu es là. Tu aurais pu me donner la réplique ! ❞




Je me recroquevillais sur le dessin que j’étais en train de colorier. Je n’osais regarder le médecin dans les yeux : qu’allait-il dire lorsqu’il verrait que je ne voulais pas remplir la mission ? Beaucoup trop d’inquiétude pour ma petite tête. Il vint s’asseoir à côté de moi, tenant toujours le message. Je reniflais bruyamment. Il tenta de me redresser mais se fut peine perdue : j’étais dans mon petit monde. Il vint doucement me caresser le dos : cela me détendit légèrement.

❝ ▬ Tu m’expliques ce que tu fais ? ❞





Sa voix était douce et chaleureuse. Je souris. Je répondis, tout content qu’il s’occupe uniquement de ma personne :

❝ ▬ Je fais du coloriage ! ❞





Il me demanda gentiment :

❝ ▬ Tu me montres ? ❞





Je serrais mon carnet de dessin contre moi. Nous restâmes silencieux quelques instants, laissant ainsi les minutes défiler. Je finis par m’écarter de mon œuvre et le lui tendis : il représentait un chapiteau avec des artistes qui faisaient une grimace pas très épanouie et des animaux en cage qui pleuraient. Je lançais d’une toute petite voix :

❝ ▬ Je n’ai pas très envie d’y aller. ❞





Mon grand frère m’interrogea, quelque peu étonné :

❝ ▬ Pourtant, j’étais persuadé que cette mission te plairait. C’est une histoire de fantômes. Qui n’a jamais rêvé de faire parti d’un cirque ? ❞


J’enchéris, quelque peu contrarié :

❝ ▬ Moi ! Là-bas, les animaux sont malheureux. Ils vivent dans des cages puantes alors qu’ils sont fais pour vivre en liberté. Les artistes sont des personnes hautaines, qui n’ont aucun sens de l’honneur ! ❞

❝ ▬ Comment es-tu sûr que cela se passe comme ça ? ❞




❝ ▬ Bah, c’est la concurrence ! Ils font forcément tout mal ! ❞




❝ ▬ Tu juges sans connaître, mon grand. Et puis, si Eagle’s Claw t’a envoyé cette lettre, ce n’est pas pour rien. ❞



❝ ▬ Je tiens à dire, pour ma défense, que je suis comédien, pas artiste de cirque. Je ne veux avoir aucun rapport avec eux. ❞



❝ ▬ Pourquoi ne laisserais-tu pas ton orgueil de côté pour une fois ? ❞




❝ ▬ Non, je ne peux pas. Je n’ai pas envie de jouer dans la boue. ❞




❝ ▬ Quand l’orgueil chemine devant, honte et dommage suivent de près. Tu devrais te cacher : je ne suis pas très fier de toi. Ces gens ont besoin d’aide, et tu refuses de leur prêter main forte. ❞

❝ ▬ Pourquoi tu n’irais pas, toi ? ❞




❝ ▬ Je suis médecin, pas mage ! Arrête de faire ta tête de mule. Et puis, si la guilde te demande d’y aller, c’est qu’elle pense que tu es capable de le faire. Tu n’es pas intrigué par cette histoire de fantômes ? ❞

Je fis la moue : bien sûr que j’étais intéressé… mais pas pour le faire à la solde de mes concurrents.

❝ ▬ Et c’est sans compter que tu pourras élargir ton cercle de connaissances. Il est dit que d’autres mages seront présents. ❞


❝ ▬ Qu’est ce que j’y gagne ? ❞




❝ ▬ Disons que la troupe serait pour d’autres rentrées d’argent et que ton statut de mage nous permettrait d’avoir une autre de revenus. ❞


Je répondis en ronchonnant :

❝ ▬ Je croyais que tu étais contre mes excentriques missions ! » ❞




Il vint doucement me caresser le visage :

❝ ▬ Je n’ai toujours pas changé d’avis sur le sujet. ❞




Je demandais, en affichant un air interloqué :

❝ ▬ Bah, pourquoi tu me pousses à faire celle-ci ? ❞




❝ ▬ J’ai bien compris que tu n’en faisais qu’à ta tête, surtout en ce qui concerne les missions. Si Eagle’s Claw t’envoie faire celle-là, cela permettra que tu agites tes petites cellules grises et que tu vois également si ton entrainement est payant Et puis, comme nous sommes aux portes d’Arcadia, les lieux sont, quand même, pas mal sécurisés ! ❞

❝ ▬ Tu m’accompagnes ? ❞




❝ ▬ Je crains que cela ne soit pas possible, mon grand. Je dois me rendre à la capitale pour faire des courses médicales : la pharmacie est presque vide. Et, avec les évènements de ces derniers mois, nous nous devons d’être prudents. ❞

Voilà comment je me suis retrouvé à effectuer une mission qui me dépassait un peu. Je me présentais donc au chapiteau. Arrivé à l’entrée, je fis trois fois le tour de moi-même et vins toucher le tissu de la tente. Très bonne qualité. J’entendis au loin les animaux : je ne pris pas la peine de m’arrêter et entrer directement sous l’abri. Il faudra que je trouve un moyen de leur rendre leur liberté. C’est alors que des questions existentielles vinrent à moi (tout ça parce que j’avais trop discuté avec mon frère) : est ce qu’ils étaient vraiment malheureux ? Si je les libérais, est ce qu’ils survivraient dans la nature ? Je n’étais même pas sûr que leur pays d’origine soit le royaume de Fiore. Je regardais un peu autour de moi : Grand-Père m’avaient emmené une fois au cirque. Il me répétait souvent que l’ennemi n’était souvent que le vent lui-même et que nous faisions tous partis de la même nation. Je n’avais pas aimé tous les numéros, mais je devais avouer que certains étaient magiques. Je m’assis dans un coin, laissant mes pensées divaguaient. Je n’écoutais pas grand chose du discours du grand patron, trop occupé à vouloir effacer le visage du chat de cheshire : ce dernier, pris dans un élan poétique, voulut me faire un brin de causette :

❝ ▬ Bien le bonjour, chapelier fou ! ❞




Je répondis, en murmurant :

❝ ▬ Tais-toi, tu vas nous faire repérer ! ❞




❝ ▬ Quel salut ! N’es-tu point content de me voir ? Moi qui me faisait une joie de m’entretenir avec toi. ❞


❝ ▬ Tu ne te présentes pas au bon moment ! ❞




❝ ▬ Avec toi, ce n’est jamais l’heure ! ❞




Il se tut un instant, comme s’il tendait l’oreille vers le discours du grand chef de ces lieux. Il sifflota un air macabre avant de reprendre :

❝ ▬ Et bien, il ne manque pas d’air ! Vous donnez des rôles alors que vous n’êtes mêmes pas du milieu ! En voilà une idée. Voyons le bon côté des choses, tu as un pseudonyme qui déchire ! ❞

Je ne voulais pas être voltigeur. Je déglutis difficilement : je ne pouvais pas monter aussi haut car j’avais le vertige. Je ronchonnais :

❝ ▬ L’autre gringalet a raison : j’aurais préféré être le clown. Mais dans quelle galère me suis-je encore fourré ? ❞


Je pris conscience de mes camarades qu’une fois sortis du chapiteau. Je clignais plusieurs fois des yeux pour m’habituer au soleil. Mon sourire s’étira jusqu’aux oreilles lorsque je reconnus Isaiah : finalement, la journée ne sera pas perdue. J’écoutais le clown qui proposa un premier plan pour nous sortir de là : je ne compris pas tout ce qu’il voulut nous expliquer. J’écoutais ensuite Isaiah en silence. Je ne comprenais pas sa logique.

❝ ▬ Je propose que nous discutions de tout ça autour d’une bonne tasse de thé ! ❞




Je fus heureux qu’Isaiah se souvienne de moi : je devais avouer qu’il ne me laissait pas indifférent. Je le réceptionnais dans mes bras, l’enlaçant au niveau de la taille :

❝ ▬ Moi aussi je suis heureux de te voir. Ou avais-tu disparu ? ❞




J’avais tellement de choses à lui dire que j’en oubliais sa question. Je vins enfouir mon visage dans son cou. Je demandais, alors qu’il avait attrapé le hoquet :

❝ ▬ Bah, tu grandis encore ? ❞





Je me décidais alors à faire, à mon tour, une proposition (qui était plus de l’ordre du conseil radical) :

❝ ▬ Ne restons pas là. Dans ce genre de lieu, les murs ont des oreilles, et les rumeurs circulent comme des petits pains. Allons dans nos quartiers pour que nous puissions élaborer nos plans tranquillement. ❞

Alors que je me dirigeais vers notre caravane, je m’approchais d’Isaiah et demandais d’une toute petite voix :

❝ ▬ Dis, on aura le droit de se maquiller ? ❞







© By Halloween




 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptySam 21 Nov - 1:08

Toki Di Cielo
Toki Di Cielo

Ishtar's Eye

Click

« Définis cirque »
with Ethan, Alou, Isa, Kazu & Toki

Clowns, voltigeurs, trapézistes et dompteurs ; dompteurs, danseurs, comiques en tout genres ; le cirque arrivait en ville pour un résultat impressionnant et tel un petit garçon tu courais vers le chapiteau, du haut de tes huit ans. Une barbapapa en main, couleur rose, tu rigolais en passant sous la toile du chapiteau et tu passais entre les cages des bêtes pour leur donner des cacahuètes. Ton oeil bleu semblait jouir de bonheur, tu adorais cette ambiance festivalière... Et tu chantonnais même, entrant dans ton rôle. Tata tatatatatata tata tatatatatata tatatata ~, les paroles étaient remplacées par des «ta» alors que tu arrivais enfin, devant la porte qu'il te fallait rejoindre. Tu étais en retard, tu n'en avais cure, et d'un coup de magie tu étais de nouveau toi même, à ton vrai âge. Et tu passas la porte...

Il y en avait quatre autres. Un rouge, un brun, un châtain et un autre blond - et, franchement, il avait les cheveux de la plus belle couleur au monde... blonds en force ! -. Silencieux, tu t'assis dans le canapé et écoutas le discours abracabrantesque du patron. Ce taré vous assignait, à toi et aux autres, des rôles, comme cela, vous donnant quatre heures pour les apprendre. Et de surcroît, vous étiez désormais renommés par ses soins. Alors lorsqu'il partit tu n'hésitas pas à lui faire un doigt d'honneur, avant de te rassembler avec les autres sous la tutelle de l'autre blond.

Remarquant que tous étaient d'accord pour se rebeller, ce que tu pouvais comprendre étant donné que voltigeur équestre ne t'allait pas, et que "Pietro" n'était pas assez classe pour toi. Tu te demandais même pourquoi tu avais accepté la mission. Était-ce par appât du gain, amusement ou nécessité ? Amusement... Enfin au début.
Une cigarette finement glissée entre tes lèvres depuis le début de la réunion, tu expiras la fumée vers le haut, de sorte de ne pas provoquer de débat incessant sur la cigarette et le fumage passif, et de sorte à attirer l'attention.
Mis à part les deux homos, qui se connaissent, je vous propose de faire connaissance, avant. De un, cela n'éveillera pas les soupçons si nous apprenons à nous connaitre ici, de deux, si vous ne voulez pas que l'on vous appelle tout le temps Smile ou Sunny, ce serait pas mal. Ensuite, l'brun, c'est pas faux pour les animaux, mais t'inquiètes, on les libérera... En vrai tu te foutais totalement des bêtes. Et tu n'étais gentil que pour t'amuser. Enfin, tu n'étais pas naturellement mauvais, juste malicieux, joueur, provocateur, et fan de la vie sous les aspects les plus marrants (à savoir : ni gentil ni méchant).
J'commence. Je suis Toki, mage indépendant, artiste reconnu par certains édifices. Je peins, je sculpte, je dessine, et je me fous littéralement de la mission. En fait je suis là pour le cirque, j'aime bien y assister... Enfin j'aimais. Bon. À toi le beau blond - Et ouais, les blonds sont les plus beaux, faut vous y faire -. Tu avais terminé ton apparté avec un clin d'oeil, un tirage de langue, et un ton ironique, pour briser la glace.

C'était une introduction et une présentation comme une autre. C'était aussi un plan pour renverser la situation. Vous étiez utilisés comme des bêtes de cirques, et tu avais bien l'intention de faire subir la même chose au patron, fantôme ou pas fantôme. D'ailleurs, si fantôme il n'y avait pas, tu ne voyais pas le mal à devenir le fantôme...
Tu écoutais les réactions suscitées par tes paroles, tout en terminant ta clope, qu'ensuite tu jetais dans le cendrier de la table basse en bois de chêne. Ton cache-oeil étant placé comme toujours sur l'œil droit, et tes cheveux tombant devant, tu souris en pensant que tu étais le seul à avoir une tête mystérieuse. En soi, ces gars n'avait rien de bien méchant... C'était bien.

Une fois que tous eurent parlé - Enfin une fois que tu estimais que tous avaient assez parlé, tu ajoutas un truc.
Bon, un aperçu de vos magies pourrait être pas mal vous pensez pas ? Histoire de...(tu redevins un gosse de huit ans)... s'amuser un coup. Tu redevins vite adulte, et tu ricanas avant de sortir un nouveau paquet de cigarettes. Tu en ripostais d'ailleurs une aux autres, espérant que le show vaudrait quelques cigarettes en moins.

Serrant entre tes dents ta cigarette, il ne te resta plus qu'à l'allumer de ton briquet, pour ensuite retourner te prélasser dans le canapé, invitant les autres à faire de même avec les différents fauteuils. Juste... Quelqu'un est capable de faire son rôle ? Hahaha parce que voltiger équestre... J'aurais préféré trapéziste, c'est plus dans mes cordes.
En fait, tu prenais la situation à la légère. Très à la légère. Et tu laissais soin aux autres de t'accompagner dans ton glandage-travail.
electric bird.



 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptySam 21 Nov - 19:13

Kazuto Kusanagi
Kazuto Kusanagi

Indépendant Légal

Click




« Magic Circus »


La suite du voyage de Kazuto continua en direction de l'ouest afin d'aller voir la capitale du royaume de Fiore, la ville d'Arcadia où la royauté vivait tranquillement avec son armée aux portes des remparts pour repousser les envahisseurs.

Quand le jeune inconnu arriva sur place, il se fit bien évidemment contrôlé et surveillé, le fait qu'il n'ait pas de papier d'identité et surtout qu'il venait d'un endroit inconnu de tous qu'il ne pouvait pas parler pour préserver le village qui l'a vu grandir.

Donc, pendant qu'il se promenait avec quelques gardes qui le suivaient à la trace pour surveiller ses faits et gestes pour éviter qu'il provoque un attentat sans doute. Il se promena et regarda avec beaucoup de passion les choses, objets et magasins autour de lui qu'il découvrait pour la première fois.

Au bout de plusieurs heures, un arrêt dans un stand de boisson fraîche en cette saison plutôt chaude dans lequel il apprit l’existence des cirques. Endroit spécialement conçu pour y réunir des gens qui souhaitent rigoler de tout le royaume.

Intrigué par ce genre d'endroit qu'il n'avait jamais fréquenté, il suivit les affiches sans prendre garde qu'il s'agissait d'un recrutement de masse pour remplacer des artistes malades ou bien selon d'autres rumeurs instaurés sur les affiches fait par des voyous qui aiment taguer ce qu'ils voient, le cirque serait hanté et les fantômes auraient causés des accidents rendant impossible la production d'un spectacle.

En suivant les indications sur les pancartes qui dirigent vers le fameux cirque qui était le sujet d'interrogation du jeune garçon, il finit par arriver sur les lieux et commença à visiter tranquillement jusqu'à ce qu'un lion s'échappe et saute sur le seul visiteur qu'était Kazuto. Il esquiva le premier assaut qui fut un coup de griffe de la créature majestueuse.

Kazuto fit un bond pour passer au-dessus d'elle et donna un coup au niveau de la nuque pour l'assommer et l'amener à son propriétaire qui ne cessa de remercier le jeune homme. En parlant avec cette personne, il apprit que s'était le chef du cirque et qu'il souhaitait l'engager pour l'aider à gérer les places vacantes en plus des autres mages qui devaient arriver bientôt.

A voir la réaction du chef, il avait l'air de prendre Kazuto pour un gamin un peu plus fort que la moyenne, mais pas pour un mage qui participe à la mission qu'il avait mis en place dans toute la ville et les guildes de Fiore.

Kazuto resta donc assit dans le bureau du directeur et attendit l'arrivé des autres mages qui firent leurs entrée petit-à-petit dans le bureau qui était en réalité une roulotte phare du cirque. Les mages étaient tous des hommes à première vues et certains avaient de déjà se connaitre.

- Pff.. Même pas une petite minette à draguer, ce n'est pas drôle. On va s'ennuyer durant cette journée imprévu. Grogna Denzel pour faire part de son mécontentement à Kazuto.

- Au moins, il n'y aura pas de femelle en chaleur pour lui tourner autour. Surtout que certains ont l'air un peu homo, si l'un d'eux cherche à changer de bord mon petit co... Mon hôte.. Il aura à faire à moi. Fit Yuna contente, mais à la fois méfiante en entendant les dire de certains des membres après les explications du directeur qui leur laissaient le champ libre pour se préparer dans une autre roulotte.

- Au moins il aura gagné un drôle de petit surnom. Se moqua Stela.

- Moi je trouve ça mignon.
Ricana Alice en rougissant et collant Kazuto pour vérifier s'il était toujours le même où bien un autre être depuis son nouveau nom.

Kazuto sourit et commença par répondre aux nombreuses questions qui se faisaient par les différents mages maintenant présent et membre de ce drôle de petit groupe.

- Bonjour à vous. Pour ma part, je m'appelle Kazuto Kusanagi. Je suis un simple visiteur qui s'est retrouvé mêlée dans ce travail en aidant à ramener un lion qui s'était échappé de sa cage. Et niveau pouvoir, je n'ai rien de spécial à montrer. C'est sans doute pour cela que le directeur m'a confié un rôle aussi simple que cracheur de feu..

Il s'arrêta là et attendit les réponses des autres mages. Il voulait apprendre les connaitre et savoir quels genres d'individus il avait face à lui et surtout selon les dires, savoir s'il allait rester cracheur de feu ou bien devenir autre-chose selon les désirs des autres. Mais il attendait que déjà les présentations soient faites avant de poser d'autres questions que sa curiosité le poussait à poser à ses semblables humains qui connaissent ce monde comme leur poche.


C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P I C O D E
https://www.youtube.com/channel/UCqvJAkm4OtMZhnJaCXCeehg
 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptyDim 22 Nov - 9:21

[PNJ] Casperita
[PNJ] Casperita

PNJ

Click

Magic Circus
Le Fantôme





Ils font du bruit. Trop de bruit. Pourquoi est-ce qu’ils font du bruit ? Pourquoi est-ce qu’ils parlent ? Qu’est-ce qu’ils font là ? Qui sont-ils ? Pourquoi ne peuvent-ils pas juste se taire ? Oui. Se taire. Les humains sont bruyants. Trop bruyants. Ceux-là en particulier. Ils sont énervants à hurler de partout et ainsi déranger ton sommeil. Mais ils t’ont réveillé.

Oui. Tu es réveillé.

Tu les regardes à travers l’ouverture de la tente ces humains. Ils sont si nombreux. Ils sont juste là alors que papa n’est plus là. Ils sont justes là, dans la tente de papa. Mais papa n’est plus là. Il est partit. Partit depuis longtemps. Ils sont là, dans sa tente. Personne n’a le droit d’être dans sa tente. Personne n’a le droit de troubler ton repos alors que tu t’es débarrassé des derniers nuisibles. Personne n’a le droit de pénétrer ici sans ta permission. Tu ne le permettras pas. Oh non. Il faut qu’ils partent.

Ils doivent partir. Maintenant.

Ne revenez pas. Jamais. Ne vous retournez pas. Jamais.

La tente, elle est grande. Elle est belle. Pas comme eux. Les humains ne sont que dégoûts et laideurs. Oh oui les humains ne sont rien. Juste des vies éphémères. Les humains doivent partir et laisser papa tranquille. Ils doivent….

Alors tu fais le tour, enlevant les piquets de la tente un…par….un. Cette dernière s’écroule sur eux. Oh quel dommage ! Elle s’écroule. Les couvrants totalement. Tu les entends, leurs cris de surprise. La tente s’écroule et ils tombent. Ils tombent les humains parce qu’ils ne voient pas où ils mettent les pieds. C’est bête un humain.

A côté de toi, il y avait le flambeau. Il était beau le flambeau. Il brûlait d’un feu vif. D’un feu rouge et sanglant. Les humains doivent périr. Parce qu’ils sont bruyants. Ils ne méritent pas la confiance de papa. Personne ne la mérite. Il n’y a que toi pour la mériter.

Alors le flambeau, il tombe sur la toile et elle prend feu la toile, avec les humains dedans. Elle prend feu et ils vont rôtir, leur chaire va fondre, grignotant chaque partielle de peau. Ils vont mourir les humains et peut-être qu’alors, ça te ferras des nouveaux copains de jeu. Ici.

La toile brûle. La fumée monte. Haut dans le ciel. Très haut. La fumée monte et les humains, ils sont piégés.

Mourrez. Tous. Tous autant que vous êtes.











Ordre : Ethan-Isaiah-Alouarn-Toki-Kazuto-PNJ
 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptyLun 23 Nov - 6:47

Ethan Faun
Ethan Faun

Var Ulfur

Click

Magic Circus | Ethan & Cie Tumblr_llwzprQwRM1qa5eqk
Mission Impossible

AVEC — La Dream Team








Quand est-ce que c’est partie en désastre total déjà ? T’en avais même oublié qu’on te parlait alors qu’ils prirent la parole chacun leur tour. Es-tu seulement le plus sain d’esprit de cette fine équipe de bras cassés ?
On dirait bien.

Le blond te parle. Se présente. S’en suit un brun. Toki et Kazuto. T’aimes pas leurs noms. Trop exotique. Trop peu commun. T’aimes pas le blond non plus. Il pue l’arrogance et le narcissisme. Pourtant, il semble te parler. C’est bizarre. Tu vois….Tu vois ses lèvres bouger mais aucun son ne semble pénétrer à l’intérieur de tes oreilles. On s’en fout de qui et qui. On s’en fout de la magie de chacun. En fait…on s’en fous de tout. Personne ne voulait aller sous la tente cantine et ça…ça avait le don de te chauffer. Personne ne se souciait donc du moment le plus IMPORTANT de la journée ? Personne ne se préoccupait donc de sa survie ?

Tu les dévisages un à un en levant la main, comme à l’école.

« - Et si je veux pas te donner mon nom et ma magie, parce que je t’aimes pas ? Hein ? C’est vrai, t’arrives comme ça, tu débarques comme le dernier trou du cul du monde et t’insultes mes copains ? Insulte pas mon copain rouge…Je l’aime bien moi. D’où t’insultes le monde ? Aller va te cacher sous les jupons de ta mère face de pet. Y’a que les hommes qui peuvent traiter ici. Toi, t’es même pas un homme, t’as un nombril aussi gros que l’univers. Ici, tout le monde est à égalité et personne ne donne les ordres ou le premier qui s’avise à le faire…Je lui mord le kiki ! Je suis venu pour le boulot et pour l’ambiance mais vous ruinez vraiment tout. Sauf toi, rouge. Et toi yeux bleus là avec rouge….et toi le brun au nom bizarre que j’ai pas retenu. Toi blondinet, tu vas finir dans la cage avec la tigresse et tu vas finir en saucisse cocktail si t’insultes mes copains. »

Des fois, t’en oublies de respirer quand tout sort d’un coup. T’aimais pas les mecs comme lui, ceux qui pétaient plus haut que leur cul. Ça laisse une odeur désagréable et question odorat, tu savais y faire.
Alors que tu le menaces du bout des doigts, la tente s’écroule soudainement sur vous. Il fait tout noir, on n’y voit rien. Tu tombes, puis tu te relèves en t’agrippant à une certaine rondeur…Ooouh c’est tout mous, c’est ferme.

« - A qui je tripote les miches histoire que je lui fasse mes compliments ? »

Puis, le drame s’en vient. Le feu. La fumée. Ça pique les yeux, brûle la gorge et la sortie reste introuvable alors t’as une idée de génie…Juste une idée. Ça peut toujours servir. Il veut voir de la magie l’autre bouffon de saucisse cocktail ? Il va en voir.

Prenant la forme animale, tu te faufiles dehors, abandonnant tes vêtements au passage et soulevant l’ouverture et faisant des grands gestes de la main.

« - Mesdames et messieurs, les sorties de secours sont par ici et par là-bas…Enfin plutôt par ici…Là-bas, ça brûle ! Si vous voulez bien vous pressez le pas…Mon kiki commence aussi à avoir chaud.. »

Et là ! Seconde idée de la journée. En plus d’être tout nu, affichant clairement tes parties à la vue de tout le monde, tu rigoles en attendant que les autres s’avancent vers toi.

C’est partit mon kiki..Sapeur-pompier improvisé !

Tu attrapes ton engin d’une main, laissant l’autre soulever le bout de toile et tu arroses les alentours en faisant tout simplement tes besoins dessus.

Un moyen comme un autre d’atténué l’incendie. Rien de plus…Rien de moins.

« - Evitez de marcher ici…C’est de la boue améliorée ahahaha ! Aller sortez sortez sortez ! Dépechez-vous, j’arrive à cours dans ma lance à incendie.»




(c) MEI


 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptyDim 29 Nov - 21:02

Isaiah B. Stone
Isaiah B. Stone

Weer Lopen

Click

Plus on est de fou plus on ris.



Le cirque quelle idée, avais-je eut en acceptant cette mission. Je me le demandais encore, toutefois j’avais essayé de participer à ce qu’on pourrait appeler un groupe sociétal. De toute façon, je l’avais toujours dit les échanges sociaux n’étaient absolument pas pour moi. Mon charisme tel celui d’une huitre avait fait mouche dans le sens où personne ne m’avait écouté. Mon histoire était tombée à l’eau aussi nul que les propos du blond complètement demeuré qu’on aurait pu appeler Narcisse tellement son propos semblait incohérent et nombriliste. Cet homme où enfant semblait ne voire que son reflet dans le miroir. Pourtant, il me semblait certain que cet homme était tout simplement une pâle copie de ce qu’il aimerait être, un ramassis de conneries et pour que je dise une chose pareille c’est que cet homme semblait réellement m’irriter. Entre le monsieur Loyal qui nous parlait comme des chiens et cet homme qui parlait comme s’il était quelqu’un. Je ne pus m’empêcher de rire tellement la situation paraissait grotesque. Gargantua, voilà ce que me faisait penser cet enfant-homme. Pataud et très peu élever il restait là comme le plus parfait des grossier personnages, cependant il se trompait sur toute la ligne et se fourvoyait en restant dans le monde des enfants. Pauvre petit Gargantua…

Puis, il y avait cet homme châtain qui semblait beaucoup plus réservé. Il avait l’air gentil tout comme Alouette et l’autre blond qui voulait faire un setting. Une seule tâche cet homme Toki, mais quelle grosse tâche inutile. On n’aurait sûrement pas besoin de lui pour avancer dans notre mission. Puis, alors que je me retournais vers Alouarn pour répondre à une question qui m’avait posé précédemment sur le maquillage. Une brise glaciale me parcourait le long du dos. Comme un frisson qui remontait le long de mon échine. Un esprit était présent, je le ressentais dans la terre, dans l’air, dans mon cœur la nature et cette esprit pleurait à ce même endroit. Soudain, la toile commençait à s’effondrer sur nos têtes. Je me raccrochais bêtement au torse d’Alouarn en le faisant tomber sur le sol dans le noir et je me retrouvais sur lui. Je ressentais très proche de ma tête son souffle sur mes narines. Je me sentis gênés et je sortis de cette situation embarrassante en tournant sur le côté. Puis, d’un coup je sentis comme de la fumée, une fumée épaisse et encombrante pour respirer, mais aussi pour voir. Un feu venait de se déclencher. Ce feu criait, ce feu pleurait. Il s’illustrait dans un désespoir profond. Mon visage s’était complètement bloqué devant lui. J’avais l’impression qu’il était un appel au secours. Puis, je sortis de la tente voyant le blondinet à moitié renard utiliser Monsieur zizi comme l’appelait Alouette pour éteindre le feu.

Je ne savais pas ce que je devais faire. Le feu était là pour une raison, il illustrait la complainte d’un esprit, cependant il allait ravager le cirque on devait l’arrêter. Je m’en voulais d’aller à l’encontre de cet esprit qui semblait tourmenter dont je ne pouvais pas voir. Cependant, les flammes qui consumaient la tente semblaient être recouvertes de haine. J’entendais le son inaudibles des pleurs de la terre. Cependant, il fallait que je fasse quelque chose. Je prononçais un psaume inaudible pour les gens et Lucas fis son apparition. Il me regardait de son air désappointé en voyant Ethan avec son kiki de sortie et le feu qui se trouvait devant moi. Il arquait un sourcil et dit :

« - Tu m’as amené chez les fous où quoi ?
-Si, tu pouvais pour une fois ne pas poser de question et éteindre le feu. Tu me serais d’une grande aide, je suis déjà assez énervé comme ça.
-Bien la première fois que je te vois énervé comme ça. A croire que tu as du tempérament maintenant, tout change il faut croire.
-Je ne relèverais pas.
-Tu devrais pourtant ! Aller laissez faire le pro ! »

Lucas sorti son trident et créait un peu d’eau sur celle-ci pour allonger la porter et il l’a fit tournoyer pour créer de l’eau capable d’éteindre le petit feu. Puis, il se retourna s’inclina et disparu sans rien dire de plus. Je soufflais et me frappait la tête avec ma paume. Il semblait avoir changé auparavant, mais au final c’était toujours le même. Je regardais Alouarn et les autres et je dis :

« - Désolé, il est un peu capricieux parfois ! »

Puis, je m’approchais d’Alouarn et dis dans l’oreille :

« - Désolé de t’être tombé dessus ! »


Puis, maintenant il fallait qu’on sache quoi faire. Je regardais Ethan et lui dis :

« - Je propose qu’on aille discuter autour de quelque chose à manger et on devrait pouvoir te trouver des affaires capables de remplacer celles qui ont brûlés. Tu es certes très agréable à regarder, mais ton kiki ne va pas tarder à rétrécir vu le froid ! »

J’explosais de rire en imaginant la scène. Puis, je me repris un instant et posait la question:

"- Quelqu'un d'autre à ressentie la précense d'une entité naturelle quand le feu s'est déclenché?"

(c) AMIANTE

 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie EmptyJeu 10 Déc - 0:15

Alouarn Grimgorson
Alouarn Grimgorson

Indépendant Légal

Click




Je suis un comédien Et je suis ma destinée !



PARTICIPANTSAlouarn Grimgorson & Ethan Faun et compagnie
Résumé • Eté 792,



Magic Circus


Silence. Il me fallait du silence. Je ne comprenais pas ce que tous ces gens me voulaient. Je n’aimais pas ce Toki, ce blondinet aux grands airs. Oui, mon précieux, il était méprisant. Nous ne pouvons pas lui accorder notre confiance. Il avance de sacrés théorèmes. Il se croit plus malin que tout le monde. Mais toi, tu le sais, n’est ce pas ? Je sers les poings : personne ne comprend, personne n’a compris. Non. L’arrogant blondinet se croit supérieur à nous autres, les gens de bas étage. Non. Tu le sais bien qu’il ne devrait pas parler sur ce ton. Je n’ai qu’une seule envie, c’est de lui coller ma main dans sa face d’ange. Non. Ce n’est pas un ange : tu le sais, n’est ce pas ?

❝ ▬ A qui t’adresses-tu ? ❞





Cette voix. Qui était-ce ? Oui, je la connais. Mon esprit ne supporterait-il pas le fait que je m’adresse à une entité qu’il n’aurait pas créé ? Je m’agrippais au bras d’Isaiah. Oui. J’étais homosexuel. Je devins rouge comme une tomate. Etait-ce bien de l’afficher en public ? Comment l’avait-il deviné ?

❝ ▬ Facile. Il suffit de voir comment tu te comportes avec un bel homme. Ca crève les yeux. ❞



❝ ▬ Je ne vois pas de quoi tu parles ! ❞





❝ ▬ Ne joue pas au plus fin avec ton propre esprit. Arrête de te mentir. Isaiah ne te laisse pas indifférent. Tu n’arrêtes pas de penser à lui depuis que tu l’as rencontré. ❞


Je me bouchais les oreilles. Je n’arrêtais pas de murmurer :

❝ ▬ Accordez-moi silence, loin de toute existence ! ❞




Je n’écoutais rien. Je voulais partir. D’un autre côté, je ne voulais pas abandonner Isaiah. Maintenant que j’étais là, je voulais l’impressionner. Grand frère me répétait souvent :

❝ ▬ Quand tu veux être autre chose que toi-même, tu fais souvent des bêtises. Il va falloir que tu acceptes que les gens t’apprécient à ta juste valeur. Le monde n’aime, certes, pas la différence, mais c’est elle qui fait de nous des êtres uniques. Ne cherche pas à être absolument comme les autres, je t’aime comme tu es mon grand ! ❞

Perdu dans mes pensées, je fus surpris lorsque la tente s’écroula. Je me roulais en boule. Je sentis quelqu’un me tripoter les fesses. On complimenta leur fermeté. Je répondis :

❝ ▬ Merci. Je suis heureux qu’elles te plaisent. J’aurais néanmoins aimé qu’elles soient attirantes pour quelqu’un d’autre. ❞


Isaiah. Où était-il ? Ah oui. Il s’était accroché à moi, avant que nous ne tombions à la renverse. J’avais aimé ce bref contact. J’avais eu cette impression, durant un cours instant, de partager ma ridicule petite vie avec quelqu’un. J’avais pu sentir son cœur battre en harmonie avec le mien. Puis, il y eut la fumée, les cris, le feu. Je me sentais complètement largué. Je me mis à paniquer : je ne voulais pas mourir ici. C’est alors qu’un pan de la tente se souleva sur la droite, et la voix de ton ami, le blondinet, s’éleva dans les airs, nous indiquant la sortie. Je n’attendis pas de me faire prier deux fois avant de sortir enfin à l’air livre. Je fis une drôle de tête lorsque je vis Ethan, complètement nu, en train d’arroser le feu avec sa pisse.

❝ ▬ Je… Je… C’est t… très… Comment dire… ❞





Je n’aurais jamais eu le courage de me déshabiller devant tout le monde. C’est alors qu’Isaiah fit apparaître un esprit. Je restais émerveillé face à ce dernier. Je demandais :

❝ ▬ Dis, Isaiah, je peux toucher monsieur Lucas ? ❞




Mais ce dernier disparut aussi vite qu’il était venu. Je fus un peu déçu de ne pas avoir pu faire plus ample connaissance. Isaiah vint me murmurer quelque chose à l’oreille. Je souris à ses dires et lui répondis avec un grand sourire :

❝ ▬ Oh, ce n’est pas grave ! J’ai eu un peu moins peur du noir comme ça. Et puis, ça ne me dérange pas que tu me tombes dessus, du moment que tu aimes les câlins ! ❞


Je me grattais la tête et demandais à Ethan :

❝ ▬ C’est une coutume de ton village d’éteindre le feu avec monsieur kiki ? Moi, ça ne me dérange pas que tu te promènes tout nu. ❞


Puis, après mûres réflexions :

❝ ▬ Ca serait bête que ton monsieur kiki attrape un rhume. Imagine qu’il soit obligé de se moucher avant chaque utilisation. C’est assez embêtant, surtout quand on a des envies pressantes ! ❞

Je changeais alors complètement de sujet :

❝ ▬ Dis, je pourrais être ton costumier ? ❞





Je restais quelque peu perplexe quand à la question d’Isaiah :

❝ ▬ Une entité ? Quel genre d’entité ? ❞








© By Halloween




 MessageSujet: Re: Magic Circus | Ethan & Cie   Magic Circus | Ethan & Cie Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Ouest :: Arcadia, la Capitale du Royaume :: Extérieur