-32%
Le deal à ne pas rater :
-500€ sur le Samsung Galaxy Z Flip 5G
1059 € 1559 €
Voir le deal

L'avatar de l'espace [Entraînement]
 MessageSujet: L'avatar de l'espace [Entraînement]   L'avatar de l'espace [Entraînement] EmptySam 4 Jan - 1:41

Senji Kiyomasa
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

J’étais assis au bord de la fenêtre, l’air pensif, ne sachant même plus quoi faire. Est-ce que c’était impulsif ou à titre de réciprocité? Enya, à quoi tu jouais? À cause de toi, j’ai chopé ton syndrome et j’arrivais plus à me faire une idée concise. Je soupirais aux cinq minutes. J’avais envie de la revoir dans un sens, mais dans un autre, je me disais que je voulais la laisser tranquille et qui sait, j’arriverais à l’oublier. Cette question à propos de si je voulais recommencer ma vie à zéro, me laissait supposer qu’elle avait regretté son geste et que jamais elle ne l’aurait décidé. Je voulais pas la forcer, je voulais pas aller trop vite ou me faire des idées stupides. Je me sentais naïf de ne pas l’avoir repoussée. C’était pas un jeu tout ça, mais pourtant, j’avais eu l’impression que pour elle, ce l’était. À notre retour de Minstrel, Jin s’était senti mal pour Fred. Il savait depuis le début qu’elle avait un faible pour moi et que malgré ça, il m’avait conseillé pour me tourner vers Enya. Il m’avait raconté tout ça et là, c’était moi qui s’était senti mal… Comment avais-je pu ne pas m’en rendre compte? Tous ces signes dont je croyais qui étaient reliés à un complexe de mère envers son fils n’étaient nul autre que pour me protéger… parce qu’elle m’aimait. Fred était… non, Mel était jolie, une femme dont rêveraient beaucoup d’hommes, mais son caractère ne me rejoignait pas et c’était cela que je trouvais dommage. Je lui avais dit de laisser tomber. Depuis que j’avais failli perdre Enya, je m’étais dit que plus rien ne m’empêcherait de dire ce que je pense comme ça, il n’y aurait pas de regret.

Je sors.

Tu vas où?

Ça te regarde?

Bah…

Je vais juste me promener, Fred.


J’avais été sec avec elle… je m’excuserai plus tard. C’est juste que tout ça me frustrait. Je savais plus où donner de la tête. Peut-être que je devais revenir comme avant? Peut-être que je devais cesser d’être gentil avec tout le monde et de montrer que j’avais moi aussi des émotions. Tout ça avait commencé avec la blessure d’Abigail. Je l’avais accompagnée à l’hôpital et j’avais versé une larme pour elle. Je ne connaissais même pas la fille et je m’étais fait autant de soucis que ça. Peut-être que je devais devenir un monstre, oublier mon côté humain et rayer tout ce qui me faisait ch*er, ça m’aiderait… Quand le Conseil tombera, qu’est-ce que j’allais devenir? Rien du tout… une bête errante pour du sang, encore plus de sang… ou un ermite dans une cave qui chercherait à s’éloigner de la civilisation. Étais-je vraiment fait pour me mêler aux autres?

HAHAAAAA! Enfin je te retrouve… TÊTE DE NOEEEUUUD!

Hein?

Comme on se retrouve gros tas de muscles!

HEEEEEEIIIINNN?!

Et bien, t’es pas content de me revoir?

Hein!

T’es encore plus stupide que la dernière fois qu’on s’est vus, Crow!

Qui c’est que tu traites d’imbécile, mouche à m*rde!

Crétin! Je t’ai déjà dit que j’étais une luciole… L-U-C-I-O-L-E!


Albert m’avait enfin retrouvé. Je lui avais faussé compagnie en lui disant qu’on allait se rejoindre à un endroit précis, mais je n’y étais jamais allé. Le gars avait sûrement du me chercher pendant des mois à travers Fiore. Pourtant, avec tout le bruit que je fais, il n’aurait pas eu de difficulté à me trouver… Il avait l’air en forme à tourner comme ça autour de ma tête pour m’étourdir. Je l’attrapais par le pied et le mis sur mon épaule pour me mettre à marcher :

Alors… quoi de neuf?

Je t’ai cherché à travers Fiore sans jamais te retrouver… tu le sais ça?

T’as pas cherché bien loin…

Bah si! C’est juste que tu passais ton temps à te cacher dans ta cabane! Sinon, t’étais au courant pour le temple?

Le temple?

Le temple! La caverne! Les sous-sols… appelle-ça comme tu veux! Y’a une sorte de dysfonction dans l’espace quand tu vas par-là, c’est fou.

De quoi tu parles?

Je veux dire par-là, que c’est un vrai labyrinthe. Quand on y entre, on a toujours l’impression de faire du surplace, de revenir en arrière ou de se retrouver dans une autre ville en une seconde…

C’est bizarre quand même…

Tu veux aller voir?

Pourquoi pas…?


On partit en direction de cette sorte de labyrinthe. J’avais accepté de le suivre parce que je voulais m’évader, voir quelque chose de nouveau, sortir de cette angoisse, m’évader carrément. Quand Albert me vit courir en le suivant, il se posait une centaine de questions, mais je lui répondis sèchement d’avancer plus vite. Je voulais me défouler ailleurs que sur des types que je connaissais déjà. Je voulais essayer quelque chose de nouveau et qui sait, cette histoire de labyrinthe était peut-être pas une si mauvaise idée que ça…

Nous arrivions devant une forêt : Tout paraissait normal jusqu’à présent. Je me tournais vers Albert en lui disant qu’il s’était probablement juste perdu là-dedans et qu’il mettait ça sur la faute d’une apparition magique non identifiée. Je secouais la tête et m’élançais dans la forêt en ligne droite. Comment veux-tu te perdre si tu vas en ligne droite? Hé bien, c’était mon cas. À peine avoir franchi quelques mètres d’enjambées, je me retrouvais au point de départ. Hein? Je répétais la chose à plusieurs reprises avec le même résultat à chaque fois. Je décidais de changer de stratégie en faisant deux pas vers l’avant, deux pas vers la droite et cinq pas vers le devant. Rien. Pas de trucs de téléportation. Bah voilà! Il suffisait de contourner le truc. Mon prochain pas me ramena à la case départ. Je répétais ce que j’avais fait et plutôt que de faire un pas supplémentaire, j’en fis un autre vers la droite. Je me retrouvais soudainement complètement ailleurs… euh, d’accord…. J’avais pas envie de perdre mon cheminement alors je me mis à courir en ligne droite pour me retrouver téléporté à la case départ. Ouais, c’était un truc vachement long, mais je réussis à en venir à bout à l’intérieur de ma journée. Par chance pour Albert, il m’avait suivi une partie du chemin avant de se reposer dans la porte intérieure de mon manteau. Nous arrivions dans une clairière où reposait l’entrée d’une grotte. Enfin, c’était une sorte d’escaliers souterrains. Je décidais d’y aller que le lendemain étant donné que j’étais crevé d’avoir autant utilisé mon cerveau…

Le lendemain matin, ce fut Albert qui me secoua le lobe d’oreille en me criant dessus pour que je me réveille. Du revers de la main, je le chassais de-là et m’asseyais sur le sol en écrasant une bestiole qui me grimpait sur le bras. Je me levais debout et m’étirais de tout mon long en me disant que j’avais un petit creux. Mon ventre gargouillait, mais je n’avais pas envie de tout recommencer ce labyrinthe pour me trouver des fruits sauvages… Je pénétrais la grotte avec sur mon épaule Albert. Il était nerveux. Il ne s’était jamais rendu aussi loin dans ce périple. Tout en bas, nous arrivions devant une immense salle, éclairée seulement par des trous du plafond qui laissaient passer la lumière du jour. Le chemin se séparait en trois, mais les trois s’arrêtèrent devant un trou. Hum… Il fallait se risquer à tomber pour poursuivre ou quoi? Je sentais que la magie était à l’œuvre et la déduction du principe de la forêt me vint en conclusion…

Je m’avançais vers le bout du chemin en me mettant presque le pied dans le vide et je vis l’espace défiler autour de moi. Pour un gars sans intelligence, je me trouvais plutôt bon à ce genre de devinettes. Le chemin de « téléportation » m’amena devant un escalier. Pff, facile. Je le montais précipitamment. Je le trouvais plutôt long et à la longue, il me donnait mal aux jambes. Je m’arrêtais et me rendis compte que cet escalier tournait en rond. Je veux dire, sa tête comme la queue s’emboîtait. C’était quoi ce cirque? Je pris du recul en regardant bien comment il était fait. D’où est-ce que j’étais, je ne voyais pas vraiment de sortie. Il fallait vraiment que je sois là-dedans pour voir une issue possible? Je m’exécutais, mais rien d’évident à l’horizon. Tiens, c’était quoi cette fente dans le mur? Me tenant sur la rampe, je frappais à grands coups de pieds le mur pour le faire tomber en morceaux.
La pièce suivante me fit paniquer un peu. Les pieds au plafond, cette pièce était conçue à l’envers. Ça me faisait bizarre et je ne comprenais pas comment je pouvais tenir debout ainsi. Je regardais la pièce pour trouver la prochaine étape à franchir. Ça me paraissait comme un grand salon avec un support où une pierre bleutée reposait. C’était ça qui causait toutes ces conneries? Je m’avançais vers elle, m’étirais le bras pour l’attraper, sautillant comme une fillette. Albert la prit finalement pour moi et me souriait avec moquerie. La pierre dans ma main, elle illumina d’un bleu plus pâle et je tombais du plafond, me frappant le dos sur une table basse, la brisant en deux comme si j’avais le poids d’un ours.


Enfin un homme qui vaille la peine que je lui porte attention!

Hein? Albert, c’est toi qui a parlé?

Tu crois que j’ai une voix aussi fantomatique, tête d’âne enflée?! Euh… attends minute, j’ai bien dit fantomatique?

Ouaip, y’a un fantôme par ici…

Senjiiiiiiiiiii protège-mouaa!

Chut le gros.


Je mis la pierre dans mes poches et analysais la pièce d’un œil attentif. À l’habitude, les fantômes on les voit pas, mais là, pour qu’on l’entende aussi bien, c’était qu’il s’était manifesté à quelque part… Je poussais les meubles pour s’il ne serait pas caché dessous. Il y avait une trappe d’aération au mur. Alors que j’allais poser mon pied dessus pour la défoncer, mon pied se stabilisa sur le mur. Je sursautais intérieurement et posais l’autre pied et me mis à marcher comme si c’était un plancher. C’était trop étrange comme pièce…

Bien bien… En plus d’être fort et résistant, celui-là est intelligent…

J’suis pas sûr de ça m’sieur le fantôme!

Ta g*eule Al’!


Je rebondis sur ce qui était sensé être le plancher et commençais à montrer des signes d’impatience. Les bras croisés, tapant du pied, je réfléchissais à comment sortir d’ici. Il y avait toujours cette fente que j’avais défoncée, mais j’aurais aimé passer par une porte. Albert me tapa sur l’épaule, mais je la secouais, agacé. Il tapa à nouveau et enragé et je lui g*eulais au visage, histoire qu’il s’envole un peu plus loin :

QUOIIIIII!?

Ayayayayaaaaa~! Là-bas! Regarde!

Maintenant que mes critères de base vous constitue, me vaincre reste votre seule issue, mage!


La fente se referma dans un bruit de pierres qui s’empilaient les unes sur les autres. Je me retournais vers la voix, là où Albert me pointait et vis cette sorte de fantôme monstrueux. On dirait qu’il avait passé par les ch*ottes avant de venir ici. On aurait dit qu’il s’était roulé dans du papier de toilette. Il se prenait pour une momie? Albert se cacha dans ma poche de manteau que je retirais par le même moment en le lançant juste derrière moi. Je fronçais les sourcils, sérieux devant le gars, prêt à me battre. Ça n’allait pas être chose facile puisque je ne savais pas si il avait une forme matérielle ou immatérielle à ce moment-là.

On dirait que la chose qui tenait se gars en vie, c’était cette étrange lumière qui sortait par ses orifices et les imperfections de cette peau dure et irrégulière. Je sortis mes lames de mes avant-bras et m’attaquais à lui avec tout ce que j’avais. Il esquivait comme si j’avais la vitesse équivalente à celle d’une tortue et m’attira près d’un mur. Mon dernier coup n’eut pas le temps d’aboutir sur lui que je me fis pousser, tête contre le mur. Je fus sonné quelques secondes, mais repris mes esprits, l’attaquant à nouveau. Il disparut une seconde fois réapparaissant d’un côté, puis d’un autre à une vitesse complètement folle. J’avais l’impression qu’il se dédoublait tellement qu’il me martelait de coups rapidement. Je n’eus pas le temps de ressentir la douleur que je recevais trois coups. C’était agaçant plus que dangereux. Il jouait avec moi pour tester mes facultés.

Je souris, il s’arrêta, prenait ses distances. Je me mis à le traiter de lâche à s’enfuir ainsi. Il me répondit que c’était de ma faute de créer autant d’ouvertures à mon adversaire. Ah ouais? Je le chargeais à nouveau en gardant un coup en réserve. J’avais suivi sa méthode de combat et j’avais su lire ses mouvements. Ma lame rafla son papier flottant et je me retrouvais soudainement dans l’autre sens dans la pièce. Depuis quand? J’eus suffisamment de réflexe pour ralentir ma chute avec mes mains, mais l’âme en peine était là, m’attendant cruellement, me fouettant de ses armes qui en fait, ne me faisaient pas grand-chose. Il cherchait juste à m’humilier… et c’était humiliant.

J’attrapais un de ses trucs pour me donner un appui et me reliait à lui grâce au Barrier’s Web. Un moment on était dans cette pièce, un autre on était à quelque part d’autre… c’était flippant. Je rompais la liaison de nos deux corps quand il nous ramena dans la pièce et le chargeais à nouveau, mais encore une fois je me retrouvais à l’autre bout de la pièce à marteler un mur de mes lames. Il était à nouveau derrière moi et m’éclata une chaise de bois sur le dos, mais faisant plier un genou sous la force. Je me mis à le charger une nouvelle fois, mais cette fois, mon coup en réserve était porté derrière moi en même temps et ma lame s’était allongée pour être certain qu’elle l’atteigne en termes de distance. Ma stratégie avait fonctionné, le gars était touché dans l’abdomen. Le fantôme s’évapora en laissant derrière lui cette sorte d’essence flottante. La fente s’ouvrit, mais je fus porté vers cette essence.


Fais gaffe, on sait pas si cette flatulence est bien ou pas…

Une flatulence de ce genre ne peut pas être mauvais pour moi je pense… Mon Branch of Sin semble communiquer avec…


Mes veines gonflaient plus je me rapprochais de ce truc. Mon sang volait comme s’il voulait s’agripper au gaz et fusionner avec lui. Pourquoi pas… Je passais mon bras dans l’essence et mon sang agrippa le tout et l’enfouit à l’intérieur. C’était une drôle de sensation de fraîcheur qui parcourait mes veines… comme si de la menthe décrassait mes boyaux de sa fraîcheur… Oui très étrange. Je levais mon pouce vers Albert qui se demandait comment je me portais. Il y avait la voix de cet esprit qui résonnait en écho dans ma tête et qui me disait qu’il allait me montrer la voie de l’espace. Je n’étais pas convaincu, mais quand il m’expliqua que je devais visualiser cette forêt d’où j’arrivais et que je devais avoir cette forte envie d’y être, je m’y retrouvais en moins de deux. Woh… ça c’était étrange… Une nouvelle magie hein? Le gars me disait que ce voyage à longue distance était que pour cette fois. Pour le reste, je devais visualiser de mes propres yeux la place à me déplacer… ou à déplacer. Puis, je me retournais parce qu’il y avait des bruits de pas. Mes yeux s’écarquillaient en voyant l’uniforme. J’étais surpris, mais en même temps, mon sang criait pour que je la découpe en morceaux sur-le-champ…

Je t’ai enfin trouvé, Kiyomasa!
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP