Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2
(+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Mar 1 Déc - 10:45

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click




« Ta gueule. »

Suspendue par les bras, je semblais être à sa merci alors que son regard, qui jouait avec le mien, m'informait que la situation nous rendait presque égal à ses yeux, du moins c'est ce que j'y vis. Lui qui se pensait supérieur en tout point me soulevait à même hauteur que lui et son regard dansait dans le mien. Qui l'emportait ? Pour le coup, il pensait réellement que cela serait lui. Mais le ta gueule, j'aurais bien aimé qu'il soit optionnel.

« Qui a dit... Que tu étais celle qui décidait de ce qui se passe. »

Un frisson parcourut de nouveau mon corps alors que ses lèvres viennent se perdre dans ma nuque et que son souffle chaud reste scotché à ma peau. Il m'avait plaqué contre le mur d'en face, avec force, mais douceur, je n'avais rien senti du tout ; sauf, peut-être, ce désir qui montait, et Ses deux mains descendirent alors le long de mes poignets, effleurant mes bras, caressant mes cheveux lâchés, arrachant d'un coup sec mon corset. Il savait ce qu'il faisait, il savait ce qu'il voulait. S'il l'avait préparé ? J'en doutais. De toute façon il pouvait s'attendre à un nouveau retournement de situation. Si personne ne m'avait dit si j'étais celle qui décidait, personne ne le lui avait non plus dit. Un sourira s'ancra lentement sur mes lèvres

Il surveilla d'abord les alentours, suivant son regard, j'aperçus nos trois louveteaux, montant la garde, couchés à l'entrée de la ruelle. Mon regard s'y perdit quelques instant jusqu'à ce que le jeune homme . Il leva les yeux dans les miens, joueur et mesquin, Comment résister ? Il savait faire, il savait tout donner, c'était certains. Je profitai de la situation quelques instants, mes mains se perdant dans ses cheveux. Les yeux fermés, je ne pensais plus, jusqu'à ce que je me rappelle que je pouvais autant décider de ce qui se passerait que lui. Prenant mon courage à deux mains pour stopper ce qu'il faisait si bien, et que je n'avais pas la réelle envie qu'il stoppe ; ma main droite glissa de ses cheveux vers sa nuque, jusqu'à soulever son menton, et, sans effort, je me baissai à sa hauteur, les lèvres encore tremblotantes tant j'avais savouré cet avant-goût. Ces dernières se perdirent dans sa nuque, y déposant un baiser, la croquant un court instant alors que mon souffle caressa son oreille :

« Il est vrai qu'il va être difficile de faire mieux … tu préférerais peut-être arrêter là, du coup ? »

Un petit questionnement pour semer le doute une fraction de seconde, alors que mes mains se plaquent contre ses épaules et que ma magie prend vie : son pantalon, déjà déboutonné, se baisse, accompagné de son acolyte, il ne lui resterait plus qu'à le ôter définitivement. Dans sa position actuelle, dur de le descendre jusqu'en bas. Soulevant mes jambes une par une pour les libérer du short qui m'entravait les chevilles, je laissai mes baisers se perdre dans la nuque du jeune homme, jouant d'une main

« Et maintenant ? »

Soufflai-je simplement, à mi-mot, ma joue collée contre la sienne.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 3 Déc - 14:13

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

Tout ce passe très vite. La scène devient de plus en plus exquise tout autant que la jeune brune se présente désormais comme bien plus entreprenante. De la provocation simple et pure, elle est passée à l'action, retournant de nouveau la situation. Son visage se détache de l'entre-jambe alors que son pantalon se fait la malle. D'un simple geste brusque, il réussi à le retirer, juste avant que la dresseuse de loups ne le plaque en arrière, poursuivant l'action qu'elle venait d'entamer. Le ressentis est abrupte, les frissons se font ressentir dans tout le corps alors que la chaleur des deux corps se font face, augmentant considérablement la température.

Mes yeux sont mi-clos comme pour savourer le désir mais lorsqu'elle fait de nouveau part de ses attentes, ils s'ouvrent grand pour tomber directement en affront avec les siens. Un sourire se dégage de son visage, assez surpris de voir que pour une fraise n'ayant pourtant pas d'expérience, elle s'y connaît plutôt bien en la matière.

Il se libère alors tranquillement de sa chemise qui était mi-ouverte, très lentement, histoire de laisser aux yeux de la petite brune, le temps et la chance d'admirer ce qui se libère devant elle. Une fois le torse complètement libéré, il lance un regard furtif en direction de la rue, s'assurant une nouvelle fois que la voie est libre. Une fois la prochaine action entamée, il sera assez difficile de pouvoir surveiller les alentours.

« Arrêter là tu disais ? » qu'il murmure discrètement tout en poursuivant. « Maintenant laisse moi faire. »
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 3 Déc - 18:14

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click




Et maintenant il comptait prendre les choses en main. La situation s'inversait de nouveau. Moi dessous, lui dessus, assez ironique et très représentatif de ses relations avec les gens. Il voulait être au dessus, il se sentait privilégié, supérieur. Bien que n'ayant pas d'expérience en la matière, et, jouant le jeu de la provocation, j'aimais cette situation.

Je faillis le complimenter sur son corps, mais je sentais que je finirais par en entendre parler pendant longtemps, si longtemps pouvait être un descriptif possible pour qualifier la relation entre Maël et moi. Après tout, était-ce seulement possible ? Était-ce seulement envisageable, non de mon point de vue ou de celui d'inconnus du fait qu'il soit un mage d'Ajatar Virke, mais du sien ? N'était-il pas là juste pour assouvir ses désirs, et, par la même occasion, les miens ? Moi, Alice Claria Féamor, qui avais décidé de ne plus me poser de questions, mais qui se laissait engloutir sous une vague d'interrogations douteuses. Comme pour tout ce dont j'avais décidé, il fallait laisser les choses se faire. S'il devait exister plus qu'une relation sexuelle entre Maël et moi, on ne le saurait certainement pas de suite.

Sa main passa sur ma cuisse, me sortant de ce merdier qui se passait en moi-même. Mon regard plongea de nouveau dans le sien alors que les choses s'accélèrent. Si ce qui s'est passé avant était terriblement excitant, ce qui se passerait après serait terriblement plus qu'excitant. Son regard de braise hypnotisait le mien, et je n'y vis qu'assurance et désir, chose que dégageait mon propre regard. Alors on y était.

Pour une première fois de mon côté, ce n'était pas plus mal. Même si le décor était assez mal choisi : qui pouvait se vanter d'avoir fait l'amour pour la première fois à côté d'un local poubelle, en pleine rue, avec un mage d'Ajatar Virke ? Moi, bien entendu, et bizarrement, ça collait très bien à ma personnalité, d'un certain côté.

Ses lèvres continuaient de se déposer dans mon cou, alors que les miennes peinaient à rester fermer sans se mordre l'inférieure. Son souffle s'accélérait et, mes mains posés sur son torse m'apprirent que son cœur, qui palpitait entre mes doigts moites, en faisaient de même.


« Arrêter là tu disais ? Maintenant laisse moi faire. »



« Te laisser faire ? ... »

Murmurai-je doucement en me baissant à ses oreilles.


« Je suis sûre que tu es surpris, Maël... »



Je n'ai pas fini de t'étonner, mage d'Ajatar Virke.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Ven 4 Déc - 14:28

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

Te laisser faire ? - Une question murmurée alors que son souffle chaud provoque des frissons intensifiés sur tout son corps. Peut-être que c'est l'action en cours qui lui provoque ce doublon de sensations. « Il faut croire que tu as eu le dernier mot. » dit-il essoufflé alors que ses lèvres viennent accorder à la jeune femme, un dernier baiser pour clôturer ce premier acte.

Son regard se porte sur celle qui allongée, doit certainement se remettre encore un instant de ses émotions. Sa première fois pas vrai ? Ce visage blond, est-ce qu'il va rester dans les pensées de la brune toute une vie ? Est-ce qu'elle va toujours se souvenir de ce moment ? Le genre de choses classiques qu'une personne pourrait se demander mais pas lui. Il va simplement en direction de ses habilles qui étaient échoués sur le sol un peu plus loin et commence à se rhabiller d'ordinaire, enfilant sa chemise jusqu'à ce qu'il regarde de nouveau Alice et se souvienne de ce qu'il avait fait à son corset. Il s'approche du corps de la jeune femme et vient disposer délicatement sa chemise sur les épaules de celle-ci. « Ça va ? » La question est prononcée d'une manière incroyablement douce, sans un pic de prétention, comme si il s'en souciait réellement. Difficile de l'imaginer mais pourtant, sur son visage un sourire éblouissant se dessine, un sourire amical, sincère et bienveillant, identique à celui qu'il portait des années en arrière lorsqu'il jouait.

Puis il tousse pour se reprendre et enfile son pull qui recouvrait sa chemise il y a quelques heures. Replaçant idéalement sa capuche, faisant dos à la petite brune. « Je confirme. Tu continues donc bien à te foutre à poils devant les inconnus. » Ses pas suivent ses paroles et il commence à marcher en direction de la sortie de la ruelle, donnant sur la rue principale afin de retrouver Pietro qui patientait, accompagné des deux autres loups. Il caresse alors ce dernier et avance de nouveau d'un pas. Un peu comme si il abandonnait Alice, là, seule dans la ruelle, moitié nue. Tel un homme qui a fait son affaire et repars. -Pourtant- Son visage se retourne dans l'un des rayons du soleil qui venait éclaircir son visage et avec des traits d'impatient, il fronce les sourcils. « Euh. Tu comptes rester plantée là encore longtemps ? Je suis en manque de bulle. » Ses pensées imaginent déjà l'éclat des bulles de limonade dans sa gorge et le glaçon sucré qui vient se coller à ses dents. Alors Alice – Que fais-tu ? Lui, attend.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Sam 5 Déc - 19:51

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click




Ses mains étaient plaquées sur mes joues, et mon regard restait incessamment fondu dans le sien, bien que mes yeux soient à moitié fermés à cause de l'action qui se déroulait. Le décrochant, ma tête vient s'enfouir dans sa nuque, que je harcelais de baisers tous plus frugales les uns que les autres, le mordant parfois, assez fort pour y laisser des traces, déposant un suçon, même, à un endroit visible pour qui chercherait quelque passage de lèvres charnues.


« Il faut croire que tu as eu le dernier mot. »

Lui souriant comme jamais, je me sentais comme vainqueur de la situation. Même si au fond, nous y avions tous deux gagnés. Il se redressa entièrement, et, du coin de l’œil, j'avouai regarder ce corps parfait qui se rhabillait sans véritable hâte. Couchée sur le dos, le vent était frais, ce qui me fit frissonner, sans que j'y fasse attention, trop occupée à jouer aux examinatrices souriante. Alors qu'il enfilait sa chemise et commençait à la boutonner, je me mis en position assise, toujours nue sur les pavés de cette ruelle qui me semblait d'avantage charmante en comparaison du moment où je l'y avais conduit sans vraiment lui laisser le choix. Son regard se posa alors sur moi, et il défit les boutons qu'il venait de fermer, ôtant sa chemise, et, se rapprochant de moi, il la déposa délicatement sur mes épaules. Mes pupilles rencontrèrent les siennes alors qu'un sourire illuminait son visage comme jamais jusqu'à présent. Ce sourire était sincère, cette expression était douce et me semblait chaleureuse, et pourtant la question qu'il posait n'était que terriblement banale, et pourtant si bienveillante.

« Ça va ? »

Je me surpris à rougir, les yeux tremblotant l'espace d'un instant. Une de mes mains se posa alors sur l'épaule de la chemise qui couvrait mon dos, alors que mon regard restait sur le mage. Oui, j'étais surprise, et je me rendais compte, réellement, que Maël n'était pas quelqu'un de mauvais : il était un contraste entre différentes couleurs, tout comme moi. Au final, nous avions certains points en commun, certaines blessures qui nous avaient poussé à devenir quelqu'un d'autres que ce que nous aurions dû être. Au fond, la personne d'antan restait, pimentée par les expériences et les événements qui avaient marqué notre vie. Des événements certainement peu ragoûtants, pour lui comme pour moi.

« Euh. Tu comptes rester plantée là encore longtemps ? Je suis en manque de bulle. »

Sortant de mes pensées, j'eus un léger hoquet de stupeur. Je me rendis compte que j'avais été un peu absente durant quelques secondes. Lui, était déjà complètement habillé, et m'attendait, l'air impatient, à la sortie de la ruelle. Souriant, cela confirma mes pensées : derrière son air de badboy, c'était quelqu'un de sympathique. Il n'était pas tout ce qu'il affichait la plupart du temps, et certainement loin de ce qu'on pensait de lui.

« J'arrive. »

A peine cette petite phrase prononcée que mes vêtements viennent seul à moi. Je comprends alors qu'il m'a donnée sa chemise car il a littéralement détruit mon corset. Merde alors. Tant pis. Enfilant à la va-vite le short, les bottes, ma magie s'occupa des boutons de la chemise. Dommage, elle lui allait plutôt bien, surtout entièrement déboutonnée et suivant les aléas de la brise. Sa couleur verte contrastait de manière assez intéressante avec le bleu de mes yeux. La boutonnant seulement jusqu'au milieu de ma poitrine, je rejoignis alors le blondinet, qui m'avait attendue.

Alors que nous marchions, je me souvenais soudainement d'une étape qui avait été importante dans ma vie, qui avait été traumatisante pendant un certain temps et dont je m'étais, au final, débarrassée lorsque j'avais décidé de changer pour devenir ce que j'étais. Cette étape, auquel j'aurais très certainement dû penser au moment où Maël avait posé ses mains sur moi, cette étape qui aurait dû me faire appréhender tout ce qui venait de se passer, alors qu'il n'en était rien.
Je me souvenais de ce jour où la neige tombait pour la première fois de l'hiver, entachée par le sang d'un inconnu que j'avais fait couler. Ce jour où Chris m'avait trouvée, à moitié nue, sous cette neige, à l'orée de cette forêt. Ce jour où il avait entendu ma voix pour la première fois, et où il avait été plus lâche que jamais, m'abandonnant aux soins de Miku et Atios. Les trois personnes qui avaient disparu et m'avaient abandonnée.
Alors que nous marchions, alors que je parlais surtout à moi-même dans un chuchotis bien assez audible pour mon compagnon, je me surpris à dire ces quelques phrases tout haut :

« Au final … Tu n'as pas juste profité du fait que je te désirais, tu n'as pas juste profité de moi … Tu n'avais pas cette attitude, tu n'avais pas cette froideur, tu ne faisais pas ça juste pour le faire et partir. Ce n'était pas un … viol … consentant. Ce n'était pas comme lui … pas comme la sensation de ses mains sur mes épaules, et de sa force qui tentait de me retourner … Non, toi c'était doux et chaud …. »

Me rendant compte que j'avais parlé seule, mais surtout, tout haut, mon regard fuit le sien, et me reprenant, je pris une voix plus assurée.

« Non … Lui est mort, alors que toi, tu es toujours là, ta cervelle encore en place, à te pavaner avec moi dans la rue. Tu n'as pas juste fait ton affaire et fui. Tu es resté, Maël. »

Assez fière de mon observation, je n'en montrais rien, affichant simplement un sourire suffisant, sans provocation.

« Oui, ça va. Et toi ? »

Faisant une pause entre ces deux phrases, je me plantais devant lui, stoppant sa marche, disant la seconde juste à son oreille, cette fois-ci, d'une manière un peu provocante, je devais l'avouer.
J'avais tout de même une certaine appréhension : allait-il jouer la carte de la fuite, comme lors de notre rencontre, alors qu'en dire plus sur lui ne lui avait pas plu, et qu'il était simplement reparti ? Et, si mes paroles actuelles, qui le questionnaient, tout au fond, ne lui plaisait guère non plus ? Cette appréhension serrait légèrement mon cœur, mais, je n'en montrais rien, mes yeux se raccrochant aux siens alors que je reculais d'un pas, prête à reprendre notre marche vers un endroit où boire une limonade, puisqu'il était en manque de bulles.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Lun 7 Déc - 23:15

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

Bien qu'il tente de démontrer le contraire par une attitude qui lui est propre, le blond est en réalité encore sous l'émotion de la scène qui vient de se dérouler. Son corps, son esprit frémit encore face à cette surprise que la jeune brune lui a laissée. Peut-être est-ce l'effet de surprise ? Ou bien le simple fait qu'en dehors de l'avoir croisée une fois dans une forêt, ils ne s'étaient pas revus, mais tout ça eu lieu si rapidement. Cela ne lui déplaît pas, bien loin de là, mais la question principale qu'il pourrait se poser est 'Que pourrait-elle bien imaginer ?' - Il ne l'a pas abandonnée là où eu lieu le désir mais qu'en est-il de la suite des événements ? L'homme a des projets ambitieux, des choses qu'il pense être le seul à pouvoir accomplir et pourtant aujourd'hui, il était là, dans cette ruelle, un détour de quelques instants alors qu'il devrait déjà être à Magnoria pour effectuer son commencement.

Les mots de la jeune brune ne sont que difficilement compréhensibles, elle le rattrape, marchant derrière lui, se parlant à elle-même, souhaitant sans doutes que le garçon entende et se préoccupe de ses paroles. Elle ne le voit pas mais la mine de Maël semble distraite, ses sourcils sont froncés et ses joues gonflées, non pas par agacement mais plutôt par incompréhension. Provoquant chez lui cette réaction juvénile. Elle passe alors devant lui, s'arrêtant dans le but de lui faire face. Le blondinet la regarde de haut en bas, il ne comprend pas. Est-ce qu'il cherche seulement à comprendre ? A la comprendre ? Est-ce que seulement ce genre de choses le concerne ? Veut-il s'en préoccuper, lui qui l'a pourtant invité à poursuivre par une limonade en sa compagnie.

« Mieux quand j'aurai ma limonade. » - Qu'il répondis aussi sèchement qu'un homme qui n'a pas son café du matin. Pourtant, le regard d'Alice le perturbe quelque peu, d'ordinaire, il se fiche de ce genre de choses mais cette dernière ne semble pas troublée, elle ne semble pas gênée par la situation, qu'est-ce qu'elle ressent ? Il se pose cette question mais ne la dit pas à voix haute. Il reprend simplement sa route en direction du bar qu'il arrive seulement à apercevoir un peu au loin, jusqu'à ce qu'il s'arrête brusquement à son tour.

« Qu'est-ce que tu veux dire par : Toi tu es resté Maël ? Tu me prend pour ce genre de banane qui se casse une fois l'affaire réglée ? » Il réfléchit un petit instant et réalise que finalement, il a déjà fait ce genre de choses, plusieurs fois. Cela ne devrait pas le déranger de recommencer mais tout comme il avait trouvé quelque chose de différents chez la violette, il trouve chez cette jeune brune, quelque chose de parfaitement intéressant. Il tousse alors dans sa barbe et relève son regard pour le plonger dans celui de celle qui se tient avec force devant lui. « Je ne suis plus un enfant. » Il rigole – Puis, repart en destination du bar.

Il ne se retourne pas, ne se préoccupe pas de savoir si Alice le suit ou non puisque dans le fonds, il sait très bien que c'est ce qu'elle est en train de faire. Tout comme elle doit être en train de se poser des milliers de questions, à cette idée, le blond sourit jusqu'à arriver en terrasse, là où il tire directement une chaise pour venir poser son jolie fessier. Un regard furtif d'une étrange personne également présente le pousse à réajuster une fois de plus sa capuche. Les gens poussent la curiosité parfois un peu trop loin...

Le serveur arrive, tout sourire. « Qu'est-ce que je vous sert ? » Le jeune homme ne réponds pas et attend très simplement que sa conquête du jour prenne la parole. Elle qui a eu le dernier mot précédemment, autant lui laisser la chance de poursuivre sur sa lancée. Pas dit pour autant que la prochaine fois, si elle existe, les rôles ne seront pas inversés.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Mar 8 Déc - 11:03

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click




« Mieux quand j'aurai ma limonade. »

Des paroles un peu sèches dont, à vrai dire, je ne suis pas surprise. Touché, coulé, Maël n'aimait pas que je m'immisce sur quelques vérités, comme le fait qu'il était resté. Son regard passa furtivement dans le mien, qu'il se mit à fuir, me contournant pour reprendre sa marche vers le bar. Mon sourire s'agrandit alors qu'il se stoppe de manière assez brutal, lançant quelques phrases à la volée.

« Qu'est-ce que tu veux dire par : Toi tu es resté Maël ? Tu me prend pour ce genre de banane qui se casse une fois l'affaire réglée ? »

A peine eût-il fini que je me retourner vivement, avançant de quelques pas pour me planter devant lui, provocatrice, mes pupilles transpercent les siennes.

« Ose dire que tu ne l'as jamais fait, et que ça n'est pas devenu une habitude, même. »

Des paroles un peu sèches pour reprendre son propre ton, mais avec un petit quelque chose, d'un peu plus aigu, d'un peu plus personnel, dedans. Le jeune homme se contenta de toussoter pour se reprendre avant de relever ses yeux vers moi. Ma figure se balance plus vers l'arrière, mes yeux se plissant pour trahir son regard alors que mes bras se croisent sous ma poitrine.

« Je ne suis plus un enfant. »

Un petit rire résonne dans ses pas qui l'éloignent un peu plus de moi. Baissant les yeux vers mes loups, mon attitude se relâche et je me surprends à rire quelque peu, à mon tour, alors qu'un sourire sincère leur est adressé. Me baissant à leur niveau, je leur ébouriffai le dessus de la tête, et Loki se jeta sur le sol en se tortillant du dos, alors que sa sœur se contentait de rester assise, la queue battant l'air et la poussière de la chaussée.

Lorsque je me relevai, je constatai que Maël n'était déjà plus là. Au loin, je l’apercevais tirer une chaise du bar pour s'y installer. Il réajusta sa capuche alors que le serveur le rejoignit, certainement pour prendre sa commande. Haussant les épaules, je repris ma marche, avec la petite envie de l'abandonner là, seul. Mais lui était resté, était-ce un effort, ou quelque chose qui lui était venu, étonnamment, tout seul ? Ça allait sûrement rester un mystère, puisque le personnage ne voulait rien dévoiler. Oh oui, j'étais trop en dessous de lui. Cette pensée me fit rire intérieurement. Passant par une autre entrée du bar, je m’immisçai derrière le comptoir sans autorisation, alors qu'un autre serveur commençait à me menacer. Un petit « Le client est roi. » le fit blêmir et se taire. Je voyais bien le patron leur répéter cette phrase à tout va en les torturant psychologiquement. Après tout, ces petits serveurs, ils semblaient bien naïfs, peu sûrs d'eux, et faible. Résultat d'un patron trop dur qui jouissait de sa condition. Sortant deux limonades après avoir fouillé plusieurs frigos, j'en choisis à la cerise. J'aimais les cerises. Les décapsulant, un petit coup de hanche ferma l'antre d'où je les avais sorti. N'ayant aucune envie ni de prendre tout ça dans mes petites mains, ni de les disposer sur plateau, un petit haussement d'épaules et hop ! Tout me suivait, volant dans les airs au dessus de ma main, qui mimait un plateau imaginaire. Le serveur, qui avait sûrement déjà pris la commande, me croisa alors qu'il entrait dans le bar. Il commença à bégayer quelques phrases.

« C'est cadeau de la maison ! »

Une petit mine enfantine trop mignonne pour être vrai, un petit sourire charmeur et des yeux qui se plissent, rien de mieux pour qu'il ne se taise et ramène à son tour deux autres limonades, ce que je ne tardais pas à en informer Maël. Simulant encore le plateau avec une aise parfaite, mes mains agrippèrent un à un les verres et les limonades, les disposant sur la petite table avant de m'asseoir face au blondinet, le faux plateau imaginaire et invisible encore en main. Donner des indices sur ma magie ? Certainement pas, s'il aimait la surprise, autant la garder. Le serveur vînt alors avec les deux autres limonades. Il pâlit en voyant les deux déjà sur place.

« On a dit, cadeau de la maison. Tenez : votre plateau. »

Il me remercia avec un petit hochement de tête timide, n'osant pas me faire face, et agrippa l'air en pensant prendre le plateau. Mais rien. C'était du vent. Pour ne pas se rendre encore plus ridicule, il tenta de ne rien en montrer, comme s'il y avait vraiment un plateau, et il s'en alla en faisant semblant de le ranger sur le premier.

« Hmmm. Il me semble que les bananes ne font pas d'affaires, donc elles ne les règlent pas, et donc elles ne s'en vont pas. Je ne te voyais pas comme une banane mais plutôt … »

Cherchant ce qui lui collerait bien à la peau, mes yeux se levèrent vers le ciel alors que mes doigts agrippèrent la limonade, que je me servis dans le verre.

« Un rapace. »

Je lui souris, reprenant cette petite provocation, mais une provocation qui cachait quelque chose de sincère. Buvant une gorgée de la boisson qu'il m'avait amenée à boire en sa compagnie, je repris :

« Oui, tu es plutôt un rapace. Tu vois plus loin que tu ne le laisses penser, et tu aimes fondre sur les petits moineaux. »

Mes yeux se faisaient perçants.

« Mais. »

Il y avait toujours un mais. Je laissai quelques secondes de silence.

« Je ne suis pas un moineau. »

Une vérité qu'il devait lui-même avoir compris dès lors notre première rencontre. Ma tête se pencha sur le côté alors que mon regard agrippait le sien. Sur le côté, je vis alors un homme qui nous regardait avec un peu trop d'insistance. Mes sourcils se relèvent alors que mon attention se porta sur lui. Un regard noir l'atteint. Toujours fixés sur lui, je lâchai brièvement une simple question.

« Sais-tu seulement ce que je suis, si ce n'est ta fraise, ou n'arrives-tu tout simplement pas à le deviner pour l'instant ? »

Après tout. Qu'est-ce qu'il savait ? De quoi était-il sûr ? Qu'est-ce qu'il ressentait, au final ?

_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 10 Déc - 18:24

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

Le regard s'évapore dans les rues alentours. Assis sur sa chaise, le blond guette la venue de la petite brune qui ne semble pas pointer le bout de son museau. Peut-être encore sous le choc, elle a certainement décidée de faire une petite pause le temps de remettre ses idées en place. Haussant les épaules, le garçon commande. « Deux limonades. » Ton froid, digne d'un homme supérieur, prenant le serveur pour un disciple. Est-ce une réelle volonté de le dénigrer ou tout simplement une façon naturelle de s'exprimer ? Le fait est qu'il s'adresse de cette manière à toute personne qui n'entre pas dans son – cercle – de connaissances. Le serveur note et se retourne pour repartir en direction du bar. Maël soupire et attrape un cure dents à disposition sur la table pour venir le bloquer entre deux dents. Le look de bad boy se travail, c'est un fait. Comme une fraise qui sort de nul part, Alice apparaît suivie de deux limonades volantes. Un petit sursaut de surprise plante le cure dents dans la gencive et le fait alors saigner abondamment. De sa langue, il tente de cicatricer la plaie. Cette même langue qui avait fait tant de miracles il y a peu de temps.

Ses yeux se posent sur ceux de la serveuse provocatrice, il ne répond pas, il regarde et se contente d'analyser. Elle semble aimer jouer à ce petit jeu de celui ou celle qui surprendra le plus l'autre et finalement, c'est le genre de chose que le blondinet pourrai apprécier. Elle dispose les verres sur la table pendant qu'il joue avec son cure dents, un petit sourire malin sur le visage. Un autre serveur sauvage apparaît, la scène devient profondément compliquée et usante. Comme à son habitude, la jeune femme provoque ce jeune employé qui se fait humilié et elle prend possession également des deux autres verres de limonade, commandés un peu plus tôt. Attentif – est le garçon à l'entente des paroles de cette dernière qui vient qualifier l'invocateur de 'rapace'. Il aimerait réagir, dire quelque chose mais finalement, se tait. Il se contente de prendre une première gorgée de limonade à la cerise lorsque ses yeux s'écarquillent face à la divinité qu'est cette boisson qu'il finit finalement par borie d'une traite.

Aaaahhhh – Simple bruit pour qualifier ce rafraîchissement orgasmique. Reportant son cure dents à sa bouche, le blond ressens encore ce regard oppressant, il continue en même temps d'ignorer les paroles de celle qui lui fait face et se retourne enfin pour tenter d'identifier le visage de l'homme qui fait mine de ne pas le regarder. « Une fraise-moineau ou … un moineau-fraise ? » qu'il répondit à la dernière question en tentant de s'intéresser à ce que pouvait dire la jeune femme, non pas qu'il ne souhaite pas entrer dans la conversation mais l'homme derrière le trouble plus qu'il ne pourrait penser. Soudainement, il se met à rire, pas ce rire d'amusement mais plutôt ce rire nerveux et idiot lorsque que dans sa tête, il fait le rapprochement. - Oshibana – Ce type, d'accord.

De sa main, il saisit alors le verre de la limonade apportée par le serveur et en boit une gorgée. De l'autre, il attrape le verre vide qui contenait la boisson à la cerise et d'un geste violent il le jette contre l'arrière de la tête de l'homme au regard douteux. Tout les passants et clients du bar arrêtent conversations, rires et autres activités pour se porter sur le blond qui finit tranquillement son verre avant de se lever. Pendant ce temps, il était possible d’observer un cran qui commence à saigner sur l'arrière du crâne de l'homme qui finit par tomber par terre. Mains dans les poches, Maël avance de quelques pas pour arriver à la hauteur de la petite brune. « Le moment était très sympa, tu te débrouilles bien pour une petite fraise en cours de mutation – Bref. Tu vois la situation devient compliquée. » Les personnes alentours s'écartent, d'autres s'approchent, plus de temps à perdre.

Son visage se penche vers l'oreille de la jeune femme et il vient lui murmurer. «  Je vais élever des DROMA-daires, tchao. » Ses pas se font très rapides et sautant par dessus la rambarde qui donne sur la rue d'à côté, le blond disparaît, une étrange clé de bronze à la main. Cette clé ou plutôt cet esprit qui lui permet de s'évaporer quand il le souhaite.

Il l'avait reconnu, ce qu'il faisait là est un mystère, bandit médiocre de la ville précédente, est-ce que le blond voulait simplement le neutraliser pour une raison inconnue ? Non – Il ne prêterai pas attention à ce genre de choses. Voulait-il éviter que la petite fraise soit mélangée ou associée à sa présence ? Peut-être...
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 10 Déc - 21:09

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click




Maël, il avait bu toute sa limonade, alors que je n'avais qu'à peine commencé la mienne. Et Maël, il était ailleurs, il semblait préoccupé, il n'écoutait pas ce que je disais. Il ne faisait qu'entendre. Quelque chose n'allait pas. Quelque chose le tracassait. Son regard déviant plusieurs fois sur l'homme que j'avais vu nous épier confirma mes pensées : il doutait sur quelque chose. Pensait-il avoir été suivi ? Et, par qui ? Oh, il devait y avoir un nombre incalculable de gens qui pouvaient vouloir le suivre, ne serait-ce que pour empocher une récompense en échange d'information, ou carrément tout empocher s'ils arrivaient à la capturer. Mais pour ça, il fallait déjà le démasquer. Mon petit doigt me disait que la fait qu'il soit suivi ne datait pas d'aujourd'hui.

Mes sourcils se froncent alors je lui jetais quelques regards sceptiques quant à sa vague réponse.

« Une fraise-moineau ou … un moineau-fraise ? »

Décidément, l'homme le mettait plus mal à l'aise que ce qu'on pouvait imaginer. Le mage blond n'arrivait même pas à se concentrer sur la situation, sur notre conversation - bien qu'actuellement, ç'avait été plus un monologue qu'autre chose. Et, alors que ma tête se tourne légèrement sur le côté et qu'un sourcil s'arque pour lui montrer que ce qu'il disait n'avait pas vraiment de logique, il se met à rire, comme un gosse un peu déjanté et pas tout seul dans sa tête. On aurait pu croire qu'il se foutait de ma gueule, mais je n'avais pas ce sentiment. C'était plutôt comme si quelque chose lui traversait l'esprit, quelque chose qu'il n'y avait que lui pour comprendre.
Prenant tout son temps, il porta le verre de limonade jusqu'à sa bouche, mais sans cette tête d'ahuri-heureux comme pour ses premiers verres. Non, il n'avait pas pris le temps de savourer, il avait juste bu, pris le verre déjà vide dans une main, et d'un coup de poignet vif, l'avait envoyé sur l'arrière du crâne d'un homme. Ce même homme qui nous épiait, et qui l'avait mis sur ses gardes.

Mes sourcils se froncent d'incompréhension. Maël s'était levé, mettant ses mains dans ses poches. Son blouson le camouflait, ses lunettes de soleil empêchant de voir ses yeux.

« Le moment était très sympa, tu te débrouilles bien pour une petite fraise en cours de mutation – Bref. Tu vois la situation devient compliquée. »

Soufflant à peine, je compris qu'il était temps qu'il parte. Ma tête s'inclina légèrement vers l'homme qui venait de se prendre un coup de verre sur la tête. Il était à terre, et du sang se répandait sur le sol par mince gouttelette. Soit il était mort, soit bien assommé. L'inclination de mon visage embrassa les courbes de celui de Maël alors qu'il soufflait une phrase assez loufoque à mon oreille :

« Je vais élever des DROMA-daires, tchao. »

Je n'eus pas le temps de le retenir et de toute façon, ç'aurait été une idée débile. Les gens commençaient à s'amasser autour du bar, les clients, les curieux, les passants, il commençait à y avoir un petit rassemblement. Les gens chuchotaient en me regardant.
Me sentant obligée d'intervenir, je demandai à ce petit amas de population de se reculer pour laisser de l'espace à l'homme. Tâtant son pouls, je leur faisais savoir qu'il était en vie. Les autorités locales n'allaient pas tarder à arriver, aussi, je laissai l'argent sur la table et quittai à mon tour le bar. C'était sans nul doute que ça allait se savoir. Un homme en compagnie d'Alice Féamor en avait attaqué un autre. Le pire ? C'est que je m'en fichais royalement. Si Maël l'avait mis au tapis, c'est qu'il avait une bonne raison. En revanche, sa dernière phrase, je ne la saisissais pas. C'était un indice, mais allez savoir lequel.

Maël, tu n'es pas un tueur, et tu viens de le prouver.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» Quand frapper rime avec jouer [PV Caleb]
» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Nord :: Oak Town