Partagez | .
Aller à la page : 1, 2  Suivant
(+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice
 MessageSujet: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Mer 25 Nov - 23:05

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click



L'été battait son plein, pourtant la plupart des gens restaient chez eux. Quelques jeunes commençaient à sortir dans les rues, on pouvait les entendre discuter et rire à travers les terrasses des cafés. L'air était lourd, pesant sur mes épaules. Il faisait chaud. En guise de rafraîchissement, j'avais commandé un café glacé. Le liquide tournoyait sans besoin matériel dans la petite tasse dans laquelle on me l'avait servi. Mais il fallait l'avouer, quand je commandais un café, ce n'était pas la boisson elle-même qui m'attirait. Non, je préférais jouer avec, la contrôler, mais surtout …. La noisette chocolatée servie avec, dans son petit papier d'emballage ! J'aimais ces petites douceurs, et, comme bien souvent, je fixais le papier, désireuse de l'ouvrir, mais, en même temps, déçue à l'avance car il n'y en aurait pas assez pour me satisfaire. Une bouchée et hop ! Il n'y aurait plus rien si ce n'était le doux souvenir du cacao et de sa poudre sur le bout de ma langue. J'ouvris délicatement le petit sachet qui renfermait le trésor, juste pour sentir l'odeur effleurer mes narines.

- Autre chose mademoiselle ?

Fit le serveur, plutôt mignon, une jolie paire de fesses, et un sourire chaleureux. Il était blond, les yeux verts. Tout de suite, je ne pus m'empêcher de penser à deux beaux jeunes hommes, l'un avec qui je partageais une grande partie de mon quotidien ces deux derniers mois, l'autre un presque-inconnu de passage, que je n'avais rencontré qu'une fois, dont je ne connaissais que le prénom, la guilde, et la beauté de son corps. Bien qu'assez prétentieux, se cachait sous son air supérieur d'autres jolies petites fesses, sauf qu'elles, je les avais vu sans boxer. Cette pensée me fit sourire, et le serveur, pensant que je lui rendais son sourire, attendit que je réponde à sa question.

« Hmmm. Que diriez-vous de revenir dans cinq minutes me reposer cette jolie question ? Ah et, vous pourriez peut-être vous arranger à m'amener une nouvelle petite noisette au chocolat ? Je suis presque sûre que vous pourriez faire ça pour moi, beau jeune homme.... »

Lui faisant un petit clin d’œil, je le vis rougir. N'avait-il pas l'habitude de côtoyer de jolies jeunes femmes ? Il était pourtant plaisant à voir, bien que, peut-être, sa coupe de cheveux méritait d'être revu. Quoi qu'il en soit, il restait joli garçon, et s'il rougissait, c'est qu'il n'avait que peu d'expérience . Intéressant. Quoi que. Si on me regardait, qui penserait que, moi non plus, je n'avais pas d'expérience ? Ah si. J'avais embrassé Drake.
Le clocher sonna, mon café n'était que peu entamé, et je commençais sérieusement à m'ennuyer. Où était mon petit serveur mignon ? Enfin, petit. Il devait être plus grand que moi. Je soufflai : de toute façon, qui n'était pas plus grand que moi, sérieusement, dans ce monde ?

- Vous avez choisi ?

Fit alors le serveur, glissant en même temps sur la table deux petits sachets de noisette chocolatée. Mes yeux étincelèrent. Trois pour le prix d'une, voilà qui était palpitant ! Tendant mon index vers le haut pour faire signe au blondinet de patienter quelques instant, je finis d'une traite ma tasse de café, il reprit alors cette dernière et attendit une réponse.

«  Que me proposez-vous ? Quelque chose de rafraîchissant. »

C'était sans compter qu'un deuxième blond allait prendre place sur la piste, ramenant sa jolie paire de fesses, bien entendu, là où on ne l'attendait pas, à un moment où l'on pensait connaître une soirée monotone et sans couleur, si ce n'était celle du chocolat.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 26 Nov - 12:23

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

L'ombre de la capuche apporte au blond un nouveau côté mystérieux, ses lunettes de soleil, viennent camoufler son regard charmeur. Mains dans les poches il termine de regarder le cerisier. Il n'est nullement adepte de la nature au point de rester devant un arbre pendant plusieurs heures comme des fans de peintures qui restent un temps incalculable devant une œuvre, mais lui préférait réfléchir. Pietro, en profitait d'ailleurs pour faire ses besoins contre l'arbre. En le regardant bien attentivement, il est aisé de voir qu'il a bien grandit l'animal. Rien à voir avec cette petit bête comparable à un chaton. Bien sûr, il n'a pas encore atteint sa taille adulte mais c'est l'affaire de quelques mois maintenant. Sur le chemin, le visage de l'homme aux cheveux dorés était affiché de partout, difficile de pouvoir passer incognito dans une telle situation. Le côté célèbre et famous lui va plutôt bien mais pénétrer la ville pour se réapprovisionner en limonade devient assez difficile. Des rumeurs, parlaient d'une limonade particulièrement divine dans les environs. Une boutique de Oak Town proposerait des boissons de tout les goûts, tout les arômes, toutes les saveurs.

Voilà ce qu'il cherchait, voilà ce qui nécessitait un camouflage comme celui-ci, il aurait très bien pût faire appel au caméléon mais à force de l'invoquer, celui-ci va finir par croire que c'est un privilégié. Il est assez difficile de ne pas créer de jalousie dans le monde des étoiles, les caractères de chacun étant tous si différents. Alors, il quitte le cerisier et continue sa route, observant un peu les passants, certains s'amusent, d'autres traînent en terrasse pendant que certains se regroupent pour converser. Son regard exprime toute l'indifférence qu'il a à l'égard de cette population, un ennui, souvent, il s’interroge sur l'utilité de ces individus qui ne font que dormir, travailler, boire et manger. Quel est leur but dans la vie ? Pourquoi être si médiocre ? Qui sont leurs modèles ? Certainement que les fées, enfin plutôt, les moustiques sont ceux qu'ils idolâtres. D'un certain sens, ils sont ceux qui passent leur temps à poser dans les magazines de la région. Ainsi, c'est plutôt compréhensible et que le monde relève d'une telle médiocrité semble plutôt évident.

Son regard furtif entre alors en collision avec un visage qui ne lui semble pas méconnu. A quelques mètres de celui-ci, il n'arrive pas à l'identifier pour autant. De sa main droite, il abaisse ses lunettes pour tenter de mettre un nom sur celui-ci mais n'y parvient pas. Alors, il s'avance de quelques pas et lorsqu'il comprend enfin de qui il s'agit, il sourit. Assise à une terrasse, dans une tenue assez provocatrice pour une fraise pourtant si bien conservée, Alice. Cette fraise tendre et savoureuse que le blond a quitté les fesses à l'air, pourtant, il n'eut pas le temps d'y goûter d'avantage. Une fois, ils ne se sont croisés qu'une fois et pourtant, il connaît un paquet de choses sur la vie de cette petite brune. Un bout de femme sacrément surprenante qui avait le mérite de marquer son intérêt, sachant que marquer l'intérêt de Maël n'est pas mince affaire, espérons qu'elle l'ait prise comme un compliment.

Le sourire de l'homme ne quitte pas son visage alors qu'il continue de s’avancer, gardant les mains dans les poches, toujours camouflé de la même manière. Elle est de dos et semble pétiller d'envie en regardant le serveur. Elle n'a pas de goûts c'est une évidence. Elle ouvre son petit emballage de chocolat et du coin de l’œil, Maël repère une seconde friandise laissée sur la table. Sa main vient alors saisir celui-ci juste avant d'attraper une chaise d'une table voisine pour la mettre fasse à la brune et s'écrouler à l'intérieur. Pietro, lui, avait décidé de s'allonger en boule à l'entrée de la terrasse. « Bonjour Alice. » dit-il en tirant la langue afin qu'elle l'identifie plus facilement. « Je n'arrivais plus à te reconnaître dans des habilles, même si vu la tenue tu pourrais avoir les fesses à l'air et les seins qui pendent se serait la même chose. » Les paroles sont franches et sèches mais gardent une pointe d'humour. Puis, le serveur, blond également, qui n'était pas loin de là, décide d'interrompre la conversation pour demander de nouveau si le choix de boissons était fait. Le regardant de bas en haut, Maël grimace et soupire en le pointant du doigt. « Alors c'est ce genre de type qui fait frémir ton petit corps ? » Il rigole et en fronçant les sourcils, passe commande. « Deux limonades. » Il ne demande pas l'avis d’Alice, juste car pour lui, boire autre chose qu'une limonade est un sérieux affront. Il ouvre l'emballage du chocolat et le jette dans sa bouche. « Bon. Qu'est-ce que tu deviens, tu continues de te foutre à poils devant des inconnus ? » dit-il en se balançant sur la chaise et en baillant de fatigue.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 26 Nov - 13:24

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click



Maël. Et cela me fait sourire, d'un sourire franc, enjôleur mais aussi amusé. Décidément, sa manière de parler n'évoluait pas, et, bien que cela pouvait paraître cocasse, cela me plaisait bien. Il fallait le prendre autrement que sur le vif, car au final, il déviait ses pensées derrière des mots qui pouvaient paraître subtilement provocateur. Subtilement. Oui, il fallait savoir le prendre avec subtilité et voir plus loin que l'assemblage des mots eux-même, plus loin que ce que cela voulait dire au premier abord.

Posant délicatement mon pied sur l'un de ceux de la chaise, j'en stoppai le balancement, levant mes fesses de la chaise sur laquelle elles étaient trop longtemps assise, me penchant en avant, laissant ma poitrine se poser sur la table alors que mon visage n'était plus qu'à quelques centimètres de celui qui avait commandé deux limonades et qui s'était permis de manger une de mes noisettes au chocolat.

« Premièrement, mes seins ne tombent pas, et tu devrais le savoir … »

Petit sourire provocateur et charmeur.

« Deuxièmement, si pour toi le genre de type faisant frémir mon corps est blond aux yeux clairs et pétillants, plutôt grand, une silhouette élancée et une jolie paire de fesses, alors je répondrais que oui. »

Qu'il prenne cela comme il le souhaitait, il n'était pas seul à répondre à cette description vague. Quoi que.
Et ce sourire s'accentuait, mes yeux plongeant dans les siens. Ils me faisaient penser aux étoiles qui peuplent le ciel le soir venu. C'était bien l'une des seules choses qui n'avaient pas été perturbé dans notre monde, malgré tout ce qui s'était passé, elles continuaient de briller dans la noirceur. Elle me faisait penser à tous ces gens qui continuaient de vivre, de se battre. D'ailleurs, certaines d'entre elles commençaient à illuminer le ciel. Je les voyais se refléter dans les yeux du mage d'Ajatar Virke.

« Troisièmement … Me foutre à poil devant des inconnus n'étant pas ma prédilection, je t'ai laissé ce seul privilège. »

Le serveur amenant alors les limonades, je me remis à ma place, le remerciant avec un sourire chaleureux. Un peu de convivialité et de savoir-vivre ne ferait de mal à personne, et j'y tenais assez pour rester polie en presque toutes occasions.
Attendant que le blondinet s'en aille avec son plateau, ou plutôt, attendant de me retrouver seul avec le jeune homme, je mis en bouche la dernière noisette au chocolat.

« J'espère que tu vas m'offrir cette limonade, vu que tu as mangé mon chocolat. »

Prenant une mine boudeuse de petite enfant, je la quittai assez vite pour porter à mes lèvres la boisson qu'il m'avait commandée. Surprenant ! Ça me piquait la langue ! Mes yeux s'agrandirent légèrement sous la surprise, et j'imaginais déjà que Maël avait compris le fait que je n'avais jamais bu de limonade. C'était une première pour moi, et le goût sucré m'envahit assez vite.

« Quoi ? Tu n'as jamais vu quelqu'un goûter une boissons pour la première fois ? »

Lui fis-je tout bas, reprenant ma mine boudeuse.

« Et sinon, que fais-tu dans les parages ? Tu n'es pas sans savoir que je te croise tous les jours, ta tête est placardée à tous les coins de rue. »


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 26 Nov - 16:51

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

Ses yeux ne lâchent pas la paire de seins qui tombent sur la table tel deux obus. Difficile de ne pas trouver ça attirant, surtout pour un Maël qui a une forte tendance à admirer les formes des fraises qui lui passe sous le nez. Melons, pastèques, pamplemousses, oranges, simple clémentines, autant de formes existantes et pour lequel il est difficile de faire un choix. Les préférences sont clairement définies mais cela ne reste jamais trop définitif, cela va de paire avec d'autres atout tel que le fessier, la face de la prétendante et le reste, enfin, c'est un tout qui donne à une fraise une saveur bien prononcée et plus goûteuse. Pour un fille comme Alice, qui exprime plutôt précisément son genre de garçons devant n'importe qui, c'est gâcher tout le mystère. D'autant que le blond préfère clairement jouer un jeu lorsque les préférences ne sont pas prononcées, force est de constater qu'il est tout à fait son style d'homme en tout cas. Dans ce cas, quelle parfaite chance pour elle d'avoir eu l'occasion de la voir entièrement nu.

Ce seul privilège – Il doit certainement se sentir touché le garçon, mais non, il sait très bien qu'il plaît et qu'une fraise comme celle qu'il a en face de lui n'est pas bien difficile à éplucher, ce n'est qu'une formalité. « Merci de m'accorder ce privilège, ça m'a fait une bonne entrée avant la suite de ma soirée. »
Maël, menteur. Blondinet est tout simplement rentré chez lui en vérité mais tant qu'il peu continuer de taquiner les gens il le fait. Alors, il sourit et en profite pour faire tourner son chocolat dans sa bouche pour en apprécier toute la saveur. Il en profite d'ailleurs pour boire une gorgée de limonade histoire de voir si le mélange s'apprécie ou si c'est une mauvaise idée. Il attrape donc son verre fraîchement apporté et le porte à sa bouche. Une grimace en simple réaction à cette expérience qu'il tâchera de ne plus renouveler à l'avenir. D'ailleurs, il ne sait pas vraiment ce qu'il fait ici, assis à une terrasse, totalement à découvert, sirotant une limonade en présence de cette fille qu'il n'a vu qu'une fois. Une ancienne mage de Blue Pegasus, pourquoi est-ce qu'il traîne avec cette donzelle sauvage et indomptable ? Techniquement, il a pas mal d'autres choses à faire.

« Je vais t'offrir cette limonade, tu m'as offert la vue de ton corps, je peux bien faire ça. Tu as quand même moins l'air d'une prostituée comme ça que toute seule perdue dans les bois. » Il ne rigole pas, ne dit pas ça méchamment non plus, il fixe simplement l'horizon d'un regard neutre sans tenter de faire entrer ses yeux en contact avec ceux de la fille. Il mordille légèrement ses lèvres aussi, sans aucunes raisons. Enfin, Maël comprend qu'elle porte en bouche pour la première fois la boisson divine. Doux jésus, comment. Comment est-ce que dans une vie, une personne peut avoir raté l'opportunité de savourer une limonade. Alors en réponse à cette surprise, il claque sa main contre son visage de manière à le recouvrir totalement, parlant en même temps, lâchant donc des paroles difficilement compréhensibles. « Je le savais qu'elle était idiote, je le savais. » Puis sa main vient se poser contre la table, très simplement.

Quand même, la distinction entre elle et la petite prune est assez difficile, même si la rencontre avec Sybillia ainsi que les retrouvailles sont assez récentes, ces deux femmes sont arrivés en même temps, ou presque dans la vie du blond. Elles ont des points communs à s'y méprendre et difficile également d'en trouver l'une plus belle qu'une autre mais bon.

« Je sais. D'où ce camouflage qui empêche au monde d'admirer mon visage. Une tristesse. » Certes, depuis les derniers événements, cette tête blonde est affichée partout pas seulement lui mais toutes les personnes appartenant de près ou de loin à Ajatar Virke. Il va maintenant être difficile d'appliquer le plan prévu mais il devra analyser la situation et s'y plier sous peine de voir tout échouer assez bêtement.

« Je suis venu boire une limonade, tu sais cette boisson que tu sembles découvrir. Je m'ennuie un peu ces derniers temps, j'ai des trucs importants à faire mais je sais pas par quoi commencer. » reprenant une gorgée, il précises. « Inutile de m’interroger, j'en dirais pas plus, vous les fraises, êtes bien trop curieuses. Je vais avoir la chance de voir tes fesses aujourd'hui ou tu es ici pour autre chose ? »
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Jeu 26 Nov - 22:17

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click



« Je sais. D'où ce camouflage qui empêche au monde d'admirer mon visage. Une tristesse. »

Le regardant, je trouvais qu'il faisait mystérieux et, peut-être un peu ridicule. Je me mis à rire quelque peu, la chose agitant mes épaules et me crispant vers l'avant.

« Je suis venu boire une limonade, tu sais cette boisson que tu sembles découvrir. Je m'ennuie un peu ces derniers temps, j'ai des trucs importants à faire mais je sais pas par quoi commencer. Inutile de m’interroger, j'en dirais pas plus, vous les fraises, êtes bien trop curieuses. Je vais avoir la chance de voir tes fesses aujourd'hui ou tu es ici pour autre chose ? »

Le regardant de haut en bas, je lui souris. Les louveteaux déboulèrent alors, sautant autour de la table, mais passant loin de Maël, méfiant. En grandissant, ils avaient appris à tenir leur distance par rapport aux autres humains que moi. Drake était un privilégié, il pouvait les approcher et jouer avec eux à sa guise, car il les voyait tellement que les louveteaux avaient grandi sous ses yeux. De loin, Loki leva son museau et huma l'air alors que Freÿa, moins téméraire, se plaçait entre mes jambes pour chercher de la protection. Mes deux louveteaux avaient déjà bien grandi, et je me demandai alors où était le petit Pietro, leur frère, qu'avait pris Maël sous son aile bienveillant. Je savais qu'il ne pouvait lui avoir fait de mal, je ne ressentais donc aucune peur, mais j'aurais aimé le revoir. Au moins pour voir comme il était devenu beau, car encore une fois, c'était une chose qui ne m'étonnerait pas !

« Je ne t'interrogerai sur rien si ce n'est à propos du petit Pietro. Il ne t'accompagne pas ? »

Prenant une gorgée de limonade, j'en mis aussi dans ma main pour faire goûter à Loki et Freÿa qui, curieux, approchèrent leur museau et trempèrent le bout de leur langue. Loki mâcha dans le vide alors que sa sœur ne cessait plus de se lécher les babines. Tout sourire, je reportai mon attention sur le blondinet.

« Je ne suis pas sûre que tu aies besoin de voir mes fesses ce soir, surtout si tu as des choses importantes à faire, je ne vais pas tarder à partir, autant que tu ailles les faire. »

Fis-je simplement sur un ton de défi. Je comptais réellement partir. Sans m'en rendre compte, j'avais presque entièrement bu la limonade qui m'avait été servie. C'était une boisson douce, sucrée, mais le pétillant lui donnait une texture unique, et la boire me venait tout seule. Du coup, quand le verre serait vide, je lèverais mes jolies fesses de cette chaise qui n'était pas des plus confortables, et je m'en irais dans la nuit. Peut-être aurait-il le cran de tenter de me suivre ou de me proposer quelque chose ?

« Tant que le sujet est lancé, ne fais pas trop une fixette sur mes fesses. Tu ne pourras pas les avoir. »

De nouveau, sur un ton de défi. Vînt alors la dernière gorgée de limonade. Regardant le fond de la choppe dans laquelle elle était servie, un air déçu s'ancra le temps de quelques secondes sur mon petit minois. Me levant, j'attrapai ma cape que j'avais posée sur le dossier de la chaise. Me recouvrant avec, la fraîcheur qui m'envahit me donna quelques frissons. Quelle chance d'être tombée sur un magasin qui vendait des vêtements aux propriétés magique. Comme j'aimais me lover sous cette cape, fraîche en été, chaude en hiver … Loki à gauche, Freÿa à droite, je m'avançai quelque peu de Maël alors qu'ils se stoppèrent bien avant d'arriver à sa hauteur. Me penchant quelque peu sur le jeune mage, j'attrapai doucement son menton entre mes doigts et glissai ma joue contre la sienne, susurrant à son oreille :

« C'était bien plaisant, Maël, mage d'Ajatar Virke, mais vu que tu as des choses plus intéressantes à faire, je vais te laisser. A moins que tu ne préfères aller courir d'autres paires de fesse puisque les miennes sont hors de ta portée. »

Lui laissant un baiser sur la joue, proche de ses lèvres qu'il s'était mordillé peu avant, je finis par une simple phrase en ne quittant plus ses yeux.

« Je ne suis pas sûre que tu en trouves des plus parfaites que les miennes par contre. »

Me mordillant moi-même la lèvre alors que mon regard se posait sur les siennes, j'appuyais doucement ma main là où se logeait son cœur. Il battait entre mes doigts. Souriant, je tournai les talons, laissant ma main se perdre derrière moi. Qui sait, peut-être allait-il la retenir. De là où je me trouvais, je voyais déjà la sortie, et le troisième louveteau dont les poils luisaient sous la lune.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Ven 27 Nov - 11:28

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

Une tension palpable, quelque de chose de charnel, une envie flamboyante de se jeter l'un sur l'autre, telle est la situation actuelle alors que Maël, ne fait qu'écouter les dires de sa compagne de limonade. Elle parle de Pietro, parle de fesses, des sujets fortement intéressants, elle sait très bien où poser ses mots de manière à faire divaguer le blondinet qui se contente de boire tranquillement sa limonade. Ses yeux s'enflamment au fur et à mesure du discours. Les deux loups débarquent alors tels des fous, courant partout mais restant à une sorte de distance de sécurité de lui. Son sourire explose alors quand il comprend que les deux semblent en parfaite santé, ce n'est pas étonnant, il n'en espérait pas moins mais cela a le mérite de confirmer la position d'Alice vis à vis des animaux et elle, semble en penser de même à l'égard du blond.

Provocation – Voilà comment qualifier les dernières paroles de cette brune qui tente de faire iriser les poils de l'invocateur par des gestes, des mots qui mis bout à bout donne clairement l'impression qu'elle souhaite le mettre dans son lit, qu'il ne faudra qu'un court instant pour cueillir cette petite fraise qui n'a pourtant jamais goûtée à ce plaisir de la vie. Elle annonce qu'elle quitte les lieux mais en même temps, tout laisse à penser qu'elle souhaite être rattrapée. Analysant la situation, Maël, termine son verre et observe avec attention le fessier d'Alice quitter la terrasse, des étoiles dans les yeux. Les fraises sont l'un des points faibles du blond mais pas de là en devenir complètement idiot ou fou. Il tapote alors légèrement du pieds pendant que la brune arrive au niveau de Pietro. Il a encore le sang qui bouillonne après ce baiser effectué près de sa bouche. Elle en a de la chance dans le fonds de pouvoir faire ce genre de choses avec lui.

S’interrogeant il y a quelques minutes sur la différence entre cette personne et la prune, voilà que la distinction est dorénavant faite. Ce genre d'acte de provocation, ce n'est pas du style de Sybilia, non, elle, elle préfère pleurer en permanence tout en retenant son désir de pouvoir avoir une expérience avec ce blondinet si imbus de sa personne mais en en comprenant les raisons. Alors il finit enfin sa limonade et claque le verre sur la table, il se redresse et tapote ses cuisses pour en enlever le peu de poussière qui a pût s'y disposer. Il tousse, un petit moment puis finit par soupirer. Devait-il la rattraper et envisager quelque chose de prometteur ou tout simplement la laisser partir et éventuellement rater une occasion de s'amuser un peu ? Maël est un joueur, un petit enfant qui boude lorsqu'il n'a pas ce qu'il veut mais la question est : Est qu'il le veux vraiment ?

Il avance, quitte la terrasse à son tour et arrive à hauteur de Pietro, rejoignant de quelques mètres la brune bien décidée à partir. « Je te pensais plus joueuse. » Une courte phrase qui vient provoquer une fois de plus celle qu'y a quelque temps était capable de se mettre nue simplement pour le jeu. D'un certain sens, Maël est conscient qu'elle joue peut-être déjà avec lui, il n'est pas aveugle mais qu'est-ce que peu donner un duo de joueurs aux envies piquantes tels qu'eux deux ? « Pour une fraise comme toi qui prétend avoir les plus belles fesses, laisse moi te dire que ce n'est pas le cas. » il rigole, une fois de plus. « Mais c'est déjà de bonne qualité, il y a matière à en faire quelque chose. » Il hésite sur la manière la plus correcte de poursuivre son discours.

Pietro, pendant ce temps, se redresse et vient rejoindre le petit groupe, s'approchant des deux autres loups, reniflant un petit peu histoire de les identifier. Est-ce qu'il peut vraiment les reconnaître ? Ils se sont séparés très jeunes, peuvent-ils avoir autant de souvenirs ? Il recule malgré tout de quelques pas et s'écroule sur le sol, histoire de continuer sa sieste déjà bien attaquée, gardant cependant un œil sur son maître et son invitée.

« Nous avons joués à des jeux assez intéressants l'autre fois, il pourrait être symbolique de remettre le couvert pour reprendre là où nous nous étions arrêtés. » Tout en parlant, il retire ses lunettes pour fixer son regard profondément dans celui d'Alice. Puis il laisse un silence s'installer, d'un geste tendre mais sec en même temps, il vient claquer sa main sur le haut des cheveux d'Alice, puis s'approchant, vient coller ses lèvres contre les siennes. « Voilà ce qu'est embrasser. Ne mélange pas tout jeune effrontée. » Il recule et se met dos à elle. « Je retourne au bar, ils sont en train de faire une partie de billes. Si jamais tu en souhaite plus, rejoins moi, sinon euh... » Il réfléchit. « Bye. » Un énorme sourire qu'il est possible de distinguer même si il est de dos, il venait de renverser la situation, une situation qu'il apprécie tout particulièrement.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Ven 27 Nov - 13:05

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click



« Je te pensais plus joueuse. »

Je me stoppai immédiatement dans mon élan, souriant, alors dos à lui. Mes deux louveteaux s'arrêtent à leur tour, se tournant pour fixer Maël, Freÿa toujours positionnée derrière son frère, collant presque ma jambe gauche. Mais qu'est-ce qui lui disait que le jeu n'était pas que, justement, il me stoppe dans cet élan de départ ?

« Pour une fraise comme toi qui prétend avoir les plus belles fesses, laisse moi te dire que ce n'est pas le cas. Mais c'est déjà de bonne qualité, il y a matière à en faire quelque chose. »

Sur ses mots, mon sourire s'agrandit d'avantage. Il cherchait à provoquer celle qui agissait de la manière la plus provocante entre nous deux. En réalité, il attendait plus que ça, il attendait une provocation d'un autre ordre que celui-ci, n'est-ce pas ? La question qui demeurait, seulement, était si j'allais – ou non – entrait dans ce genre de confrontation, si j'allais le provoquer de la manière dont il l'espérait. Pour le coup, je ne savais pas trop, aller plus loin, ou en rester à des jeux de provocation de paroles et non d'actes approfondis ?
Ces mots me firent me retourner, instinctivement. Pouvait-il vraiment y avoir plus que des paroles alléchantes et des « si » ? Je fronçai les sourcils. Qu'espérait-il vraiment, que cherchait-il, que voulait-il ?

« Nous avons joués à des jeux assez intéressants l'autre fois, il pourrait être symbolique de remettre le couvert pour reprendre là où nous nous étions arrêtés. »

Remettre le couvert ? Il voulait m'inviter à dîner ? Bizarrement, je ne le voyais pas proposer quelque chose de ce genre. Je ne voyais pas Maël jouer les chevaliers servants et inviter les jolies demoiselles à s'installer en tête à tête avec lui pour un repas. Et puis de toute façon, quel rapport avec le fait que nous avions tous deux finis nus en pleine forêt la fois dernière ? J'avais envie de souffler, mais il avait retiré ses lunettes pour fixer son regard dans le mien et je n'arrivais plus à en décrocher. Quel vilain ! Il utilisait mes propres méthodes, habituellement j'étais celle qui posait d'un geste simple ses yeux dans ceux de ses interlocuteurs pour les hypnotiser.
Je ne pensais plus vraiment, je regardais juste ce berceau de lumière qui accueillait l'océan où mes pupilles baignaient comme des radeaux lâchés en pleine mer. Sérieusement, il avait vraiment de très beaux yeux, couleur du miel. Et j'avouai ne pas en être indifférente. Les yeux sont l'âme d'une personne, dans certains on peut lire, dans d'autres tout est caché et il faut ...

Sa main passa alors dans mon dos pour se placer au dessus de ma tête. Un frisson m'envahit alors. J'avais une petite idée de ce qui allait pouvoir se passer ensuite, et tout alla très vite. Non pas que j'aurais réagi si j'en avais eu le temps, non, quoi qu'il arrive, au final, j'espérais ce qui se passait, alors qu'en même temps, je trouvais ça peut-être trop osé venant d'un homme qui n'attendait qu'à me mettre dans son lit sans rien me laisser espérer derrière, car, je ne me leurrais pas, Maël ne cherchait pas une histoire de cœur. Son histoire de cœur, il la vivait avec lui-même.

Son baiser fut direct, léger, tendre, mais avec cette pointe de provocation, qui finalement, ne le quittait jamais. Et il la portait très bien, c'était peut-être ça le pire. Mais il me laissa sur ma faim, d'ailleurs je doutais qu'il n'en ait pas fait exprès. Je sentis mes joues rosir légèrement, et la chaleur monter. Quel …. Pour le coup, j'étais celle qui finissait frustrée. Me mordant la lèvre, j'écoutais ce qu'il me disait avec un soupçon d'amusement dans les yeux.

« Voilà ce qu'est embrasser. Ne mélange pas tout jeune effrontée. Je retourne au bar, ils sont en train de faire une partie de billes. Si jamais tu en souhaite plus, rejoins moi, sinon euh... Bye. »

Sur ce, il tourna tout bonnement les talons. Je le sentais comme vainqueur, comme si tout ça sonnait finalement plus que comme de la simple provocation, comme plus qu'une situation qui l'amusait. Si jamais je voulais plus ? Qu'entendait-il par plus ? Mon regard se figea quelques instants sur la rue dans laquelle je pouvais toujours m'engager. Mais, levant les yeux au ciel, je compris que j'allais m'en mordre les doigts pendant longtemps, si je quittais cet endroit et que je laissais Maël seul à cette table, seul avec lui-même. Quoi que, il faisait une bonne paire avec lui-même.

« Comment répondre à cette invitation ? »

Fis-je en arrivant dans son dos.

« Si j'ai les plus belles fesses de Fiore, toi par contre, tes baiser sont succins et je pense que tu aurais pu faire mieux. »

Un peu plus de provocation ne lui ferait pas de mal. Il ne m'en avait pas donné assez, le vilain !
Me contentant de me rasseoir en face de lui, je croisai mes jambes l'une sur l'autre sous la table, posant délicatement ma figure sur le dessus de ma main alors que mon coude maintenait mon bras. Et, prenant un regard un peu indécis, j'attendais juste. La suite, s'il était possible d'en imagine une.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Ven 27 Nov - 22:55

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

De minutes en minutes, la saveur des lèvres de cette fraise brune quitte les siennes, assis à sa chaise en terrasse, il aperçoit encore la silhouette de la provocatrice du coin de l’œil. Subtilement, il détourne le regard de manière à faire mine de l'ignorer. Dans le fonds, impossible de déterminer si il souhaite vraiment son retour ou non. Il l'a rattrapée, a fait la moitié du travail et ce n'est plus à lui de faire le prochain pas. Une bonne pensée pour un homme qui d'ordinaire aurait déjà déposé ses pièces sur la table pour ensuite reprendre son loup et quitter le bar pour poursuivre son chemin. Ce genre d'homme pour qui se remettre en questions n'est pas envisageable. Déjà que se lever pour venir embrasser une femme qu'il ne connaît qu'à peine est un grand pas alors chaque chose en son temps. Pourtant, il est difficile de le reconnaître dans cette situation, même lui, si il devait se voir, pas certain qu'il s'identifie, dernièrement son aventure ressemble plus à un grand roman d'amour qu'à ce blond furtif qui tel un chien enragé poursuis les fées de toutes les manières possibles. Les idées pour l'avenir, il les as, ses projets lui appartiennent également et pourtant aujourd'hui il en est là.

Pourtant aujourd'hui il en est à sourire et rire en voyant le visage d'Alice réapparaître pour venir s'asseoir juste en face de lui comme un peu plus tôt. Il pourrait l'attraper sauvagement, la mettre nue comme une fraise sans défenses sur la table mais il n'en fait rien. Il n'en fait rien car Maël Selesta est quelqu'un de beaucoup plus subtil, quelqu'un de nettement plus respectable. D'ailleurs, lui qui a l'habitude de placer les personnes qu'il rencontre en dessous de lui ou à la limite de son niveau, il est clair que la brune, il n'arrive pas vraiment à trouver son emplacement. Elle joue la provocation avec délice mais de là à l'égaler, c'est loin d'être certain, c'est presque impensable puisque pour lui, seul quelques uns de ses esprits peuvent arriver à ce niveau. Jamais il n'a considéré une simple fraise comme une éventuelle égale, ni même comme une future. En haut de sa pyramide, le blond surveille en permanence que personne n'ose tenter de le rattraper. Le tout n'est qu'un état d'esprit à adopter.

Il compte alors les secondes qui séparent le moment où la brune à posée son fessier rebondit sur sa chaise et le moment où elle se décide enfin à ouvrir la bouche. Un petit paquet de temps, certainement qu'elle est incroyablement gênée par la situation, peut-être qu'elle ne se remet pas de ce baiser de braises. Ce n'est que compréhensible, pouvoir se faire embrasser par quelqu'un qui se considère comme le plus charmant, avec le corps le mieux bâtit est une occasion en or, une opportunité, un trophée. - Faire mieux – Alors, elle déclare que ce que l'homme lui a fait subir n'est pas suffisant. Dans ce cas.
La main du blond passe sous la table, sans prévenir, elle vient se poser sur la cuisse droite d'Alice. De son pouce il émet une légère pression pendant que son petit doigt caresse tranquillement le peu de surface qu'il peut atteindre.
' Elle a quand même des cuisses de pintade la volaille, bien équipée pour l'hiver. ' Une pensée comme celle-ci qui traverse son esprit un court instant et qui lui donne l'envie de pouffer de rire mais il se retient.

Pendant que sa main ne lâche pas la cuisse de la jeune femme, le regard de Maël s'engloutit dans celui d'Alice, un regard fait de provocation et qui pour une personne capable de lire dans les yeux, pourrait traduire toutes les idées qui lui traverse l'esprit à ce moment donné. Il ne sourit pas, juste un petit rictus en coin des lèvres pour bien signifier que ce qui se passe n'est pas rien et bien loin de là. « Faire mieux. » Sa phrase est à peine finie qu'il se relève de sa chaise pour se mettre à la hauteur de la brune, tout comme elle avait pût le faire un peu plus tôt. Se disposant comme si il allait lui murmurer quelque chose, il vient piquer de ses dents, le lobe de l'oreille de la jeune femme. Son souffle chaud se disperse entre l'orifice de son oreille et sa peau. Le tout est fait discrètement de manière à ce que les autres personnes en terrasse ne se doutes de rien. Alors qu'il était prêt à quitter le visage d'Alice, il préfère venir y déposer un baiser dans sa nuque. Pas ce genre de baiser anodin, ni celui fait sur la pointe des lèvres, non, toujours pas. Un baiser qui laisse envisager une continuité.

Il se retire et ne prend même pas le temps de la regarder, il avance de plusieurs pas, lui faisant dos de nouveau. « Tu comptes rester là ? Tu peux tu sais. » Elle a voulu s'amuser, bien, mais attention à ne pas rentrer trop profondément dans un jeu pour lequel on ne connaît pas les règles.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Sam 28 Nov - 22:53

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click



Ce n'était pas assez, certes, et je l'avais clairement dit, mais est-ce que j'en voulais plus ? Mes réactions, qui se firent alors instinctivement, montraient bien que oui, j'en voulais certainement plus : alors que sa main venait batifoler avec l'une de mes cuisses sous la table, caressant seulement une petite partie, mon pied vînt se glisser derrière celui de la chaise de Maël, et, tirant dessus, je nous rapprochai. S'il voulait faire plus, au moins il en avait la possibilité. Mes yeux pétillaient comme un feu éteint qu'on rallumait petit à petit alors que sa main demeurait sur ma cuisse.

« Faire mieux. »

Un léger sourire dessine le creux de sa joue. Etant donné qu'il répétait mes propres mots, je faillis le lui faire remarquer pour me moquer gentiment de lui. Il pesait ce que je lui avais dit précédemment, comme s'il s'attendait et ne s'attendait pas dans le même temps à mon retour et à ce qui pourrait se passer ensuite. Que se passerait-il d'ailleurs ? J'en était rendue à un point où je ne me le demandais plus vraiment. A quoi bon, de toute façon ? Adviendra que pourra comme l'on disait.
Maël se leva alors de sa chaise, s'écartant de la table, sa main quittant ma cuisse et y laissant une impression de vide, d'une chaleur perdue là où elle avait pu venir se perdre. Ne bougeant pas de ma position, seul mon regard le suivait du coin de mon œil. Il se penche doucement sur moi, approchant sa bouche près de mon oreille ; mais, au lieu de venir y murmurer quelques mots, il laissa ses canines se planter comme lorsqu'on se pique aux épines d'une rose.

Cependant, la rose, n'était-ce pas censé être moi ? Ne devais-je pas le piquer moi-même de mes épines ? C'était à croire que nos rôles s'inversaient tour à tour.

Son geste me provoqua des frissons, faisant hérisser mon corps qui se mouva comme face à une vague. Des petits picots apparaissaient sur la surface de ma peau, stagnant ainsi pour ensuite disparaître peu à peu alors que le mage stoppait son action pour s'écarter légèrement ; et, alors que je ne m'y attendais pour le moins du monde, il plongea ses lèvres dans le creux de ma nuque pour y déposer un baiser langoureux, de ceux dont on se souvient, de ceux qui éveillent votre sensualité et vous pousse à chercher plus.

« Tu comptes rester là ? Tu peux tu sais. »

Il s'était éloigné, dos à moi, répétant de nouveau mes propres initiatives précédentes. Voyons Maël, un peu plus d'imagination pour débuter les tiennes. Voilà ce que je pensais, et voilà ce qui me fit sourire. Il attendait que je vienne, que je le suive. Devais-je prendre les devants ?

J'allais prendre les devants. J'avais l'impression d'être en feu, d'avoir ce sentiment que rien ne pourrait se lever contre moi et que ce dont j'avais envie là tout de suite, j'allais le réaliser.


J'allais prendre les devants, et j'allais aussi prendre son corps, et l'unir au mien.

Le rejoignant avec assurance, je me positionnai à ses côtés alors que nous quittions le bar à deux, rejoignant la rue principale dans un semblant de calme extérieur. Mais au fond, personnellement, je bouillais de l'intérieur. Je pense que le mot qu'il fallait utiliser dans ces moments là était d'être excitée. C'était nouveau pour moi, pourtant je me sentais à l'aise dans ce qui allait se passer. Je prenais mes sentiments comme ils venaient. Doucement, je me retrouvai juste derrière Maël, mon bras touchant presque le sien, ma main frôlant la sienne. Alors que nous passions une ruelle mal éclairée et qui semblait ne pas être fréquentée, une pensée passa en éclair dans ma tête, me poussant à faire quelque chose que je ne pensais pas réellement possible, pourtant je me retrouvais dans cette situation en la créant moi-même, non pas en y étant jetée comme dans la gueule d'un loup. J'étais le loup, et le loup se jetait sur un petit chaperon blond.

L'entraînant dans mon ombre dans la dite-ruelle, je le projetai contre le mur, mais sans violence. De là, je me mordis inconsciemment la lèvre jusqu'à me faire saigner, balayant son corps de haut en bas avec ce regard de braise qui avait pris la place de celui qui avait si bien su jouer la provocation. Cette dernière n'était plus, dès lors, c'était le passage aux actes. Je fondis tout bonnement sur lui, plaquant avec douceur mais sans retenue mes lèvres, où coulait encore un filet de sang qui descendait sur mon menton pour se lover dans mon cou, contre les siennes dans un baiser langoureux, alors que ma main se perdit sur son torse, plantant quelques ongles alors qu'elle s'aggripait, finissant par se frayer un chemin jusque dans le bas de son ventre. De là, ma main déboutonna quelque objet qui entravait son passage, puis elle finit par se lover dans le caleçon du jeune homme.

Glissant alors ma bouche encore palpitante de ce baiser fougueux vers son oreille, j'y soufflai quelques mots doux, chauds, encore provocateurs, alors que mon autre main invitait l'une des siennes à se placer sur l'une de mes fesses.

« Faire mieux, disais-tu ? »

Mon visage retrouva son air amusé alors que mon regard se trouvait pour la première fois emprunt de ce quelque chose qui pousse plus loin le désir et qui trahit vos pensées.


_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   Lun 30 Nov - 23:39

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click



Fesses & Déesse × ft. ALICE C. FEAMOR

L'effleurement de peau contre sa main lui signale que la jeune brune le suit. Un frisson l'envahit lorsqu'il comprend où tout cela va le mener. Ce n'est pas un génie, ni un médium mais ce n'est pas non plus une lumière, bien qu'il semble penser le contraire. Pénétrant dans la ruelle sombre, son regard n'a pas réellement le temps de se porter sur sa kidnappeuse, il est directement prit à défauts et se voit projeté contre le mur. Pietro se contentant d'attendre à l'entrée de la petite rue, remue la queue et évite de détourner le regard. Un goût de sang saisit alors le blond lorsque la petite fraise l'embrasse, il aimerait volontiers lui signaler qu'il n'est ni vampire ni fan de ce genre de pratiques mais une nouvelle fois, il n'en a pas l'opportunité. Une main passe sous son haut et vient totalement le figer, douceur pimentée de hardeur par la présence d'ongles contre sa peau. Alors qu'elle continue de lui offrir des baisers dans la nuque, lui, se mort la lèvre inférieur. Serait-elle tout simplement tombée dans le panneau ? Est-ce qu'elle tente de montrer qu'elle est capable de prendre les choses en main ou peut-être qu'elle fond simplement devant cet être blond ? Un peu comme son corps qui vient s'écraser contre le siens.

Un rictus apparaît alors dans le coin de ses lèvres, il se laisse doucement faire jusqu'à ce que la brune prononce les mots qui vont le faire changer de comportement – Faire mieux – Encore ces deux simples petit mots qui montent à ses oreilles alors que sa main est guidée sur une fesse de la provocatrice. Soudainement, ses yeux jaunes commencent à briller, la passion prenant forme dans son corps et pas que. Sa main, qui était en train de toucher le fessier rebondit de la violeuse se raidit et vient empoigner l'avant bras de la jeune femme, l'avant bras portant la main subtilement cachée à l'endroit où tout être sain d'esprit aimerait venir se loger. De son autre main, il saisit également la seconde main vacante de la brune et finit par venir soulever les deux bras de celle-ci. Les regards se confrontent brusquement dans un jeu du plus fort et la situation se renverse.

« Ta gueule. » ce simple mot vient couper le silence de la ruelle pendant que finissant à peine son mot, le blond vient plaquer à son tour la femme contre le mur d'en face cette fois. « Qui a dit... » sa bouche vient se loger contre la nuque de la provocatrice « Que tu étais celle qui décidait de ce qui se passe. » son souffle chaud se répartit sur la peau encore toute frissonnante d'Alice alors que les deux mains qui saisissaient celles de sa compagne redescendent plus bas, caressant sa chevelure sur la route jusqu'à atteindre le corset de celle-ci. Ses deux mains s'attachent fermement au décolleté de la jeune femme et d'un geste brusque, s'écartent pour venir arracher la totalité du haut. Une action bestiale et inappropriée dans un tel lieu mais elle n'a pas fini d'en voir des choses dérangeantes.

Il ne lui avait pas laissé le choix, ne lui avait rien proposé, ne la laissait pas non plus refuser ou accepter, quand bien même elle souhaitait revenir en arrière, il faudrait déjà qu'elle trouve la force de s'écarter d'une telle action divine.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» (+18) ; Paire de fesses rime avec Déesse ! | Maël x Alice
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» Quand frapper rime avec jouer [PV Caleb]
» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Nord :: Oak Town