Partagez | .
Chapitre 9, Destruction Centrale ♦ Introduction
 MessageSujet: Chapitre 9, Destruction Centrale ♦ Introduction   Jeu 8 Jan - 20:42

avatar
Daryan C. Illunar

[M] Weer Lopen

Click




Destruction Centrale
L'ordre de là-haut



Novembre 791 Legion a attaqué Blue Pegasus ; le bâtiment a été détruit comme le moral de tous.
Février 792 Blue Pegasus s’est enfin rassemblé de ses pertes. Les artisans de Shirotsume se sont rassemblés par élan de solidarité. Aujourd’hui le bâtiment est neuf, plus beau, meilleur encore. Nous avons abandonné cette classe royal, ces tapis rouges, ce velours sur les sièges et ce cuir pour les tabourets ; nous sommes devenus quelque chose de plus rustique, de plus aimant, quelque chose à laquelle on s’attache plus qu’au luxe qu’était avant Blue Pegasus. Quand je gratte le nouveau bois riche lustré de la rambarde de l’escalier je revois l’ancien bâtiment que je déteste tant. Ici bizarrement je me sens enfin chez moi.
Abigail et moi avons repris Blue Pegasus et ceci officiellement. Nous sommes deux têtes vaincus encore levées, nous sommes deux maîtres enfin reconnus – « à leur juste valeur » dit-on. Nous sommes Blue Pegasus et nous nous élèverons un jour, encore une fois, comme on l’a déjà fait.
Comme on le fera demain.

Dans mon bureau la bulle de cristal s’éteint, ne donnant plus aux pigments oculaires la capacité de voir le visage de la haut-placée du Conseil de la Magie. Sa beauté n’avait pas eu le temps de se montrer, elle n’avait pas eu le temps de me taper dans l’œil cette fois-ci.
Elena Vandervald a officiellement sonné l’alerte.
La dernière fois qu’on a tous vu Ajatar Virke c’était dans le château royal, lorsque tout le monde a donné un assaut d’urgence. Oui, ils ont parlé « d’assaut d’urgence ». Mais lorsque l’on entend les dires d’Elena, on a envie de révoquer ces termes. L’urgence, la dernière fois, c’était trois jours. Trois jours pour s’activer. Aujourd’hui elle est de six heures.
J’ai six heures pour rassembler les membres de la guilde. J’ai six heures pour élaborer un plan et le faire partager. Parce que je fais partie des deux maîtres de Blue Pegasus et qu’il est temps que mon rôle soit révélé à nos membres. S’ils ont élus Abigail c’est parce qu’elle le méritait. Si elle m’a élu, alors je dois me montrer capable de sa demande.
Bob n’est pas en capacité, je dois me montrer fort.
J’aimerais tant aller dans le bureau d’Abigail, lui crier le mot, lui dire que l’on doit agir. Et j’y cours par mécanisme. Je passe devant les membres bruyamment, courant, en sueur, sans leur donner un seul mot, je passe devant le nouveau bar sans échanger une seule palabre. Le bureau était vide, je me suis rendu dans la chambre de cette sœur qui tient tant à la même chose que moi ; à ce lieu. Elle est vide. Le lit est fait correctement. Je le touche en calme du bout des doigts. J’engouffre ma main dedans et je le sens froid. Je regarde le petit bureau de bois et trouve un verre. Il est toujours rempli d’eau et là il n’y a rien, même pas une goutte, cette goutte qui aurait donc eu le temps de sécher.
Abigail Phoibos a disparue.
Je m’asseye sur ce lit de couverture, ce lit tellement froid, je pose mes coudes sur mes genoux, pose ma tête sur mes mains jointes et je réfléchis. Bob n’est pas ici pour nous aider, Fiore sera bientôt attaquée, Abigail ne donne pas signe de vie, et nous devons participer au sauvetage du pays. Mais nous ne pouvons pas. Et dans un autre sens nous devons garder tête haute et remettre nos problèmes personnels à plus tard. Et j’ai l’impression de sentir les lèvres de la maîtresse de Blue Pegasus bouger et en sortir des sons, comme si elle était là, et j’ai la certitude de ses dires « Protéger avant tout ». Je mors ma lèvre inférieure et prends sur moi. Elle a raison, c’est ce qu’il faut faire, c’est ce que Bob aurait voulu, c’est ce qu’elle aurait voulue aussi, c’est ce que ce Diego aurait désiré aussi ; nous devons agir et nous les chercherons plus tard.

J’ouvre la porte de la chambre et dans les couloirs je hurle au rendez-vous dans la pièce principale, celle du bar. Je passe d’abord par mon bureau chercher une carte du pays. Je l’accroche au mur. Et devant tout le monde, j’explique.
« Shirotsume ici, Rhynal là, Crocus au centre, Hajurion de ce côté. Nous avons reçu une alerte majeure dans tout le pays, un attentat aura lieu à l’intérieur de ces quatre villes par Ajatar Virke dans huit heures. Ce n’est pas seulement Blue Pegasus qui a été appelée. Guildes légales, mages indépendants, combattants, tous sont appelés à la protection du pays. »
Je maintiens une pause, je crie pour un silence.
« Je donne, en tant que maître de Blue Pegasus, l’ordre à tous de vous rendre à Shirotsume. Vous avez six heures de préparation, deux heures jusqu’à la ville. La nuit est en train de tomber. A six heures vous devez être près. A six heures vous devez sortir d’ici pour être à Shirotsume deux heures après. Ceux qui n’écouteront pas cet ordre en subiront les conséquences. J’en prends toute responsabilité. »


Introduction


© Fawks

_________________________________________________________________________

« Avez-vous confiance en moi ? Iratus Orationis est née, signe de la révolte du peuple, de votre perte de confiance. Mais aujourd’hui je vous propose Weer Lopen, née des cendres de la Blue Pegasus d’antan. Nous ne nous soumettons à aucune institution : notre mot d’ordre est l’indépendance, la liberté et l’équilibre que doit recevoir ce pays. Nous protégeons, nous garderons, nous punirons, et ferons de votre voix celle du peuple et de la raison. »
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Chapitre 9, Destruction Centrale ♦ Introduction   Lun 2 Fév - 21:50

avatar
Drake Fulgur

Indépendant Légal

Click

Souvenirs évadés dans un lointain ciel obscur, les yeux rivés vers le large où ce bateau s'éloigne, voguant sur les flots célestes de la nuit. Mes pensées sont tiraillées par la douleur, je songe à la guilde, à ce qu'il en reste, nous, et cela me fait mal. Je ne sais dire si la sensation vient de mes brûlures ou de la situation critique mais je souffre. Mon haleine se matérialise sous un léger brouillard sortant de ma bouche et le froid ne semble pas appaiser mes maux. Mon bras droit, mes jambes, tout mon flanc gauche sont brûlés, non très gravement à mon grand bonheur car je ne suis pas resté longtemps dans ce brasier mais je ne trouve pas la force de me redresser sur mes pieds. A côté de moi, Iron s'allonge et disparaît doucement pour rejoindre son monde, Pixie. Quelle brave bête, sa mission est achevée et pour m'épargner de l'énergie il a préféré me laisser me reposer. Ah, le repos, la quiétude d'un sommeil profond et réparateur. Que j'en rêve. Mais cela fait plusieurs mois que je ne dors plus à proprement dire. Je ne connais plus la sensation d'être une coquille vide et de me laisser porter par l'amnésie éphémère du repos. A chaque fois c'est un passage vers une partie inconnue de mon coeur, combattant tel un soldat les ennemis de mon organisme imaginaire luttant pour la paix. C'est ce que l'on pourrait appeler un rêve, mais c'est bien pire.

Mes yeux se closent une dernière fois, mon souffle se ralentit et finalement je sombre dans la douceur d'un coma lié à ma fatigue. Rêves perdus ressurgissent d'un temps oublié et je perçois des visages humains. Ils sourient, tous sans exception, et dans leur joie teintée de miel se fait sentir une once de tristesse. La perte de la guilde n'aura touché que nos souvenirs mais nous arriverons bien à surpasser cet évènement. Nous serons ensembles et nous rirons, oui, nous nous rapprocherons car bien que nous n'ayons pas prouvé notre force, nous avons prouvé notre solidarité. Toujours unis comme une guilde se devrait de l'être mais en réalité bien plus. Nous avons été ennemis les uns les autres lors d'un tournoi, nous connaissons nos faiblesses et nos limites, mais surtout, nous savons comment nous réconforter. Chris est là et j'ouvre les yeux comme si j'étais pris d'un spasme en ressentant sa présence. Le regard éveillé par la curiosité et la joie de le voir en vie, je lui souris pour lui faire comprendre que je vais bien. Mais sa main vient tout de même toucher mon épaule pour qu'il insuffle sa magie.

"Tu n'as... pas besoin, Chris."

Et lorsque cette froide sensation me pénètre, lorsque le baume semble dissiper ma douleur, j'inspire profondément pour jouir de ce soulagement. La chaleur qui assomait mes muscles s'en va cette fois alors que la froideur de la neige ne pouvait pas même me délivrer de ma souffrance une seule seconde. Je le remercie en inclinant la tête, il fait de même et c'est ainsi que nos dernières paroles s'échangèrent avant le grand jour...

Chris, c'est un homme dont j'ai rarement eu l'occasion de discuter avec. Et depuis ce tragique jour, je ne l'ai pas vu une seule fois... Je devrais lui parler d'homme à homme un de ces quatres, juste pour savoir ce qu'il pense de moi. Mais au fond j'ai peur de sa réponse et je pense que je devrais simplement me rapprocher délicatement de lui pour me sentir un peu plus encore en tant que mage de Blue Pegasus. Enfin, juste histoire de mettre au clair les choses. Je suis un peu comme un chien sans laisse et j'ai besoin qu'un berger me dise quoi faire, quand et où. Soudain j'entends sa voix nous appelant un à un. Un message d'urgence je présume. Je me précipite alors vers le nouveau bar qui ne manque pas de charme puis j'écoute la nouvelle information avec attention. Je fais partie des premiers arrivés et je me demande quand je pourrai lui en parler. Je lève les yeux au plafond quand il nous ordonne de nous préparer en hésitant à lui demander directement s'il veut bien "tenir ma laisse" puis je ris intérieurement. Non, il n'est pas prêt. Enfin, en me donnant des ordres comme ça c'est un peu comme s'il avait accepté tacitement la demande.

Je souris alors, puis je baise mon index et mon majeur puis lui envoie un signe de la main dont il ne comprendra surement pas le sens puis je m'en vais dans ma chambre pour me préparer. C'est l'heure de préparer mes esprits ! Les yeux clos, le corps allongé sur le matelas d'un blanc pur, je m'endors paisiblement pour finalement plonger dans mon monde intérieur et me préparer à l'assaut. Ajatar hein ? La dernière fois que j'étais sur leur espèce d'île ça ne s'est pas très bien passé...
Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chapitre 9, Destruction Centrale ♦ Introduction
» No Man's Land, Chapitre Deux : Destruction
» Flou de Preval irrite le Bresil pour la construction d'une centrale éléctrique
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Allée Centrale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Nord :: Ruines de Blue Pegasus