[Mission Hirata Kôta] Rendez-Vous Nocturne
 MessageSujet: [Mission Hirata Kôta] Rendez-Vous Nocturne   [Mission Hirata Kôta] Rendez-Vous Nocturne EmptyVen 16 Juil - 14:57

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click

Précédemment : Le magasin Stellaire !

    Vingt-trois heures et cinquante neuf minutes. Dans soixante secondes, minuit allait sonner.
    Kôta était tapi dans l'ombre, derrière une stèle de marbre dans l'immense musée de Crocus. Il avait été appelé par la municipalité de Crocus pour résoudre une étrange affaire. Tous les samedis à minuit, un voleur dérobait un tableau dans le musée. Les gardes n'arrivaient pas à l'attraper. Ils s'étaient dévoué, en guise de dernière tentative, aux mages de la guilde a grande renommée, Blue Pegasus.
    Kôta attendait donc le voleur, impatient d'en découdre. Personne n'avait fait le lien, mais Kôta avait trouvé la subtilité et l'importance des vols : le premier tableau datait de 514. Le second de 145, une très vieille peinture. Kôta était donc persuadé que le prochaine allait être une peinture de 451, après s'être penché sur les trois chiffres qui revenaient sans cesse. En fouillant un peu plus, Kôta pensa avoir trouvé que les trois tableaux, de différents siècles, descendraient tous pourtant d'une seule et même lignée de descendants. Personne n'aurait fait le lien entre trois tableaux totalement différents. Mais visiblement, le voleur l'avait fait, et avait conduit Kôta sur la même piste. Le jeune mage était plus qu'avide de rencontrer celui qu'il considérait comme son rival. Un duel au sommet, Kôta contre le voleur, allait avoir lieu dans les plus brefs délais.

    Dong. Minuit. Kôta voulait être discret, mais son cœur battait à la chamade et il avait l'impression que tout le monde pourrait l'entendre à des kilomètres. Il savait que les gardiens des lieux attendaient tout autour du musée, et Kôta était le seul autorisé à pénétrer les lieux. Mais le jeune homme savait que le subtil voleur allait déjouer cette première barrière.
    Soudainement, il entendit un crissement. Comme si quelqu'un glissait. Il leva la tête, et vit, plus loin, une personne suspendue la tête en bas, accrochée à un minuscule fil qui serait invisible si la lune ne se réfléchissait pas dedans.
    La personne était masquée, et tous ses vêtements épousaient le noir. Kôta avait devant lui celui qu'il cherchait. En regardant plus haut, Kôta vit qu'une partie du plafond avait été perforée. Et dire qu'il n'avait rien entendu ! Du vrai travail d'expert.
    A deux mètres du sol, le voleur s'arrêta, et lâcha le fil. Il tombât à terre, mais ne fléchit pas malgré la hauteur. Il marcha devant lui, d'un pas sur, silencieux. Si Kôta fermait les yeux, il ne pourrait imaginer qu'il y avait quelqu'un d'autre à quelques mètres de lui.
    Le voleur s'approcha du tableau qui datait de 451, comme Kôta l'avait prévu. Il le décrocha délicatement, puis enleva la toile du cadre. Il plia ensuite la toile qu'il glissa dans un sac qu'il portait sur son dos. Il fit marche arrière quand il s'immobilisa. Il se retourna soudainement, et regarda en direction de Kôta. Le jeune mage sortit de sa cachette.


      «Salut, gamin. Qu'est-ce que tu fais ici ?»


    Il avait une voix de jeune adulte. Il ne semblait pas du tout angoissé, ni contrarié.

      «Je suis là pour t'arrêter.»


    Le voleur eut un petit ricanement.

      «Ça m'étonne qu'ils aient embauchés un gamin. Mais tu dois pas être n'importe qui, n'est-ce pas ? Le musée est grand. Et je pense pas que tu sois ici par hasard.»
      «Oui. J'ai compris ton mode d'opération.»
      «Oh, tu m'impressionnes. Tu m'intéresses. Tu voudrais faire équipe avec moi ?»
      «Je suis là pour t'arrêter.»


    Silence.

      «Tu me sembles sûr de toi. Tu ne dois pas être le genre à tout raconter aux autorités. Tant mieux. Je peux donc te raconter pourquoi je fais tout ça.»


    Kôta déglutit. Il n'arrivait pas à esquisser le moindre geste, craignant que sa proie ne s'échappe.

      «Mon père a émit la théorie que nous avons tous deux trouvés. Le lien entre ces trois tableaux. Et il avait raison. Ces trois tableaux ont été fait par des membres d'une même famille, à des siècles d'écarts. Et mon père avait les preuves qu'il était le direct descendant de ces trois peintres. Quand mon père alla en parler au directeur du musée et qu'il montra les preuves concrètes, le directeur prit peur, surement car il craignait qu'on lui retire trois tableaux de sa collection, et il brula devant mon père les preuves. Mon père avait passer vingt ans sur cette théorie. Et vingt années s'envolaient en fumée devant lui. Le directeur s'en tira car il n'y avait aucune preuve de ce qui s'était passé dans ce bureau. Mon père se tua en voyant tous ses espoirs s'écrouler.»
      «C'est donc une vengeance.»
      «Pire que ça. Mon père mort, je suis le dernier descendant, et donc le dernier possesseur de ces tableaux. Et donc, même si les preuves sont détruites, je sais que mon père avait raison, et je reprends mes biens.»


    L'homme recula d'un pas pour s'en aller et Kôta passa à l'action. Il se transforma intégralement en aigle et fondit sur sa proie. Troublé par ce qu'il venait de voir, le voleur devint confus quelques instants, mais il put éviter Kôta. Ce dernier reprit son apparence normale. Il n'avait quasiment plus aucun vêtement sur lui.

      «Tu m'impressionnes encore plus.»
      «Si tu veux, mais je commence à avoir froid, alors finissons-en. Pourquoi, étant donné qu'il y a vraisemblablement un don pour la peinture dans ta famille, tu ne te mettrais pas à peindre ? Tu gagneras le prestige qu'on t'a ôté.»


    Le voleur resta sans voix. Au même instant, les gardiens du musée débarquèrent, et prirent en joue le voleur.

      «Pas un geste !»


    Le voleur tourna la tête vers Kôta, lui fit un clin d'oeil, puis jeta une petite balle en l'air. La balle explosa, déversant de la fumée dans toute la pièce. Le voleur partit une troisième fois du musée avec son butin.

    Kôta, qu'on avait retrouvé presque nu sur place, avait été interrogé sur ce qui s'était passé, mais il n'avait pas tout raconté. Il n'avait pas accomplit sa mission, mais il s'en fichait un peu.
    Une semaine plus tard, il reçut à la guilde une lettre anonyme qui lui transmettait des remerciements. Au même instant, dans une colis, le directeur du maire recevait les trois toiles volées, sans aucune explication.
    Une semaine encore après, un jeune peintre devint célèbre avec un magnifique tableau qu'il avait peint. Kôta, en voyant une photo du peintre, reconnut étrangement la silhouette. Le tableau représentait un aigle majestueux, perché sur un clocher qui indiquait minuit, la lune le baignant d'une douce lumière...


Prochainement : Combat amical entre Fairy Tail et Blue Pegasus !
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]
» [UploadHero] Rambo II : la mission [DVDRiP]
» Petite virée nocturne dans les bois [Pv Angel ^.^] [HENTAÏ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 9 :: Musée