Le deal à ne pas rater :
Nike : 30% de remise supplémentaire sur les articles déjà en ...
Voir le deal

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]
 MessageSujet: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptySam 28 Mai - 17:03

Anonymous
Invité


Click




~ Cäcilie & Kôta ~
« Mission de Rang B ~ Problèmes de Logistique »




« Cher Bob,

Nous avons eu la demande d’une mission très importante : Dans le temple de la lune sur l’île de Galuna, un groupe d’archéologues s’est installé afin de réaliser une étude détaillée du temple. Malheureusement, une étrange épidémie a frappé le groupe de voyageurs. La personne qui est venue m’en informer est également morte après avoir donné son information. Dans ma guilde, seule Cäcilie Frieda, une nouvelle recrue est peut-être en mesure de soigner le groupe d’archéologue. Mais comme c’est une mage novice, j’ai besoin de ton assistance, tous les autres mages de Fairy Tail sont occupés. Je ne peux m’en remettre qu’à toi. Assignes s’il te plait, l’un de tes mages à la protection de Cäcilie.

Ton fidèle ami Makarov. »


A Fairy Tail

C'est cette lettre qui dirigea ma journée d'aujourd'hui, et peut-être même bien les jours suivants. J'étais chez moi lorsqu'un membre de Fairy Tail vint me chercher dans l'urgence. J'étais convoquée par Makarov dans les plus brefs délais. Je m'empressais de rejoindre les locaux de la guilde. Une fois à destination, j'eût à peine le temps de saluer les autres membres de la guilde. Je n'allais pas pouvoir raconter le dernier livre que j'ai lû à Levy, l'une de mes plus fidèles amies. Finalement, je fût convoquée dans une pièce discrète, seule avec le maître de guilde. Il était toujours impressionnant de se retrouver face à son supérieur, mais je n'avais pas de raisons d'avoir peur. D'après tous les membres de la guilde, Makarov est quelqu'un à qui l'on peut parler. En tout cas, à ce moment-là, j'espérais que je n'avais rien fait de mal.

Cela n'était pas le cas, à la place, il me parla de cette fameuse lettre qu'il comptait envoyer a Bob, de chez Blue Pegasus. C'était une mission très importante qui ne pouvait pas être confiée a des novices. Pourtant, j'en étais une. Mais, selon le maître, j'étais la seule qui était capable d'accomplir cette mission, c'est pourquoi il me confia la mission. A l'intérieur de moi, j'avais très certainement peur des dangers qui se profilaient dès lors que j'avais la responsabilité de l'accomplissement de la mission. Je me mit directement en route, anxieuse, je ne connaissais même pas mon partenaire, ni les membres de la guilde Blue Pegasus. Je me demandait comme chaque fois quel genre de personnes pouvaient-ils bien être.

Cependant, je ne pût pas rester libre dans mes pensées pour longtemps. Un homme étrange, masqué à l'aide d'un foulard de couleur rouge s'interposa sur ma route et m'empêcha de continuer plus loin. Un silence s'était installé. Il me regardait fixement, et son regard, je ne pût pas le soutenir bien longtemps avant de m'en détourner. Il m'aborda après cet instant.

" Ainsi voici la nouvelle vermine de Fairy Tail ? Makarov ne recrute plus que des pimbêches dans sa guilde de joyeux enfants. Il délaisse les membres les plus puissants potentiellement pour des raclures comme toi. J'ai une idée ... Je vais voir tout de suite pourquoi je n'ai pas été recruté. Nous allons nous battre ici et maintenant, et je saurais si je méritais oui ou non, de rentrer dans cette guilde. En garde ! "
" Qui êtes vous ? Nos chemins ne ne sont jamais croisés auparavant et vous voulez me provoquer en duel ? Avez-vous non seulement une once de bon sens. Je crois que je sais pourquoi vous n'avez pas été recruté à Fairy Tail. Makarov n'accepterait jamais des membres donc l'unique but est de collecter de la puissance afin de servir des intérêts particuliers. De plus, je ne porte en moi aucun désir de me battre contre vous. L'un de nous serait blessé inutilement. N'en avez vous pas assez de causer et de recevoir de la souffrance ? "

Je ne répondais pas à ses provocations, mais quelque part en moi, je savais qu'il allait se battre. Dans ses yeux se lisaient la rage de vaincre, et aucun de mes mots ne serait capable de le raisonner. Il allait commencer.

" Peu importe ce que tu diras, tu ne m'empêcheras pas de te tester, de savoir si j'aurait pût être meilleur que toi. Ainsi, je te souhaite la bienvenue dans mon monde d'illusions. Bienvenue dans cet univers merveilleux qui est le mien. Passes un bon moment. "
En effet, à partir de ce moment là, une prairie recouverte de fleur tenait lieu de paysage. J'avais l'impression que tout était magnifique, que la vie devrait être une vie de paresse dans laquelle tout nous serait servit. Dans laquelle nous pourrions sans relâche admirer la beauté du paysage. J'étais en parfaite extase jusqu'à ce qu'une vive douleur mentale m'interrompu dans mon rêve éveillé. Rêve qui s'annula. Je me retrouvais à terre, en train de tousser à cause de la douleur. Je m'étais pris un douloureux coup à l'estomac. Je tentais plus ou moins bien de me relever tout en laissant échapper quelques larmes de douleur. Jusqu'à présent, je n'avais en effet jamais été blessée : Qu'est ce que le monde pouvait-être cruel, réalisais-je enfin en ces circonstances. Et finalement, l'illusion de cet homme devenait plus vraie que nature. Je m'étais toujours crue dans un monde de paix, et je voulais absolument que le monde soit ainsi que je me le représentait. Mais les viles âmes existent et font de mon utopie un rêve vain. Pourtant, même si je me rendais compte de tout cela, inconsciemment, je savais que je devais continuer de croire en mon idéal. De ma voix faible, je tentais de mener un autre combat. Non celui des armes, mais celui de l'esprit.

" Ce monde magnifique que vous me montrez, n'est-ce pas celui que vous désirez ? "

" Quoi ?! ... Non mais pour qui te prends-tu ? C'est mon arme pour vous détruire ! Admires encore une fois ma puissance. Tu n'es réellement pas digne d'avoir intégrer Fairy Tail. Tu es faible. Ou est-ta magie ? Pourquoi ne te bats-tu pas, lâche ? "

Une autre illusion, la même vision et les mêmes impressions, celle d'un monde magnifique ou mon utopie, et probablement la sienne seraient réalité. Une nouvelle douleur, s'accumulant avec la première et devenant moins soutenable. Je devais lui ouvrir les yeux.

" Je ne veux pas me battre contre vous, je veux faire de ce champ de fleurs une réalité... Je veux que l'on s'y sente heureux. "

" Vas tu me laisser ?! Arrêtes de me manipuler ! Arrêtes... Regardes de nouveau ce monde illusoire. Ce que je recherche, c'est le pouvoir de détruire. Je n'ai pas besoin de croire en des illusions de ce genre ! Crèves Pétasse ! "

" Pietas Virtus "

Un cercle magique apparût autour de moi. Il était réchauffant, sa lumière me baignait et me remerciait presque de continuer de croire en moi. Grâce à cette lumière, je devenais plus résistante temporairement à la douleur, et aux attaques mentales comme les illusions. Son illusion n'avait plus de prise sur moi. Je pouvais enfin me défendre. Ou plutôt, continuer a tenter de faire prendre conscience à mon opposant son erreur.

" Ce monde que vous désirez tant, vous devriez continuer d'y croire ... "

" Incapable, tu n'as aucun talent. Avec ce dernier coup, je vais te en finir avec toi ... "
" Les mages de Fairy Tail ... Je ne sais pas ce qu'ils sont. Mais moi, ce n'est pas en me battant que je prouve ma force. Mais puisque les mots ne semblent pas pouvoir vous raisonner. Je vais devoir m'atteler à vous arrêter. Je ne vous tuerais pas, et de cette manière, en prison, vous pourrez réfléchir à vos actes, à ce dont vous rêvez.

O Tugend! O Licht! Helfen Sie derjenige, der in der Seite der Gerechtigkeit zu kämpfen...
"
" Qu'est-ce que cette technique ? Je vois une lumière embaumer cette fille ... "
" Iustum Benedictionem "
Grâce à cette lumière rose clair qui me baignait, les effets magiques que j'emploierait seront plus efficaces temporairement. De plus, il me reste quelques minutes de résistance face à la magie. J'utilisais rapidement une troisième technique, sans en réciter l'incantation.

" Light Uirtutis "

" Je ne te laisserais pas utiliser une autre incantation peu importe ce que c'est. Magic... "

Maintenant, un projectile puissant et rapide défilait sur ma cible. Il suffirait à ne pas le tuer, mais très probablement a le sonner pour un moment, le temps que les gardes arrivent. Et c'était effectivement ce qui se passa. L'homme était trop surpris par cette attaque, se la prit de plein fouet.
Plusieurs minutes plus tard, je m'étais soignée grâce à ma technique de soins, mais j'étais quand même fatiguée. J'arrive enfin devant les portes de Blue Pegasus que j'ouvre. Il y avait a peu près tout le monde au comptoir. D'une voix exténuée, mais audible, je me présentait.

" Je suis Cäcilie Frieda, j'apporte un message de Fairy Tail. Le destinataire est Bob. "
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptySam 28 Mai - 23:14

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click

Précédemment : Les Clowns et Noa !

A son retour à la guilde, Kôta avait reçu les félicitions de plusieurs mages pour avoir réussi à démanteler l'organisation des clowns et avoir retrouvé le petit Noa. Fier d'être ainsi accueillit, il avait gardé une certaine modestie en leur rappelant que Leck était aussi pour quelque chose, même si actuellement, il se faisait soigner ses lourdes blessures. Il passa la soirée à décrire l'évènement à différents groupes partout dans la salle, et il continua à discuter avec quelques mages une bonne partie de la nuit. Au moment où il alla se coucher, alors qu'il ne restait que quelques heures avant que le soleil ne se lève à nouveau, il ouvrit la porte de sa chambre, et se rappela subitement que, contrairement aux autres, personne ne dormait avec lui. Il avait souvent cette pensée. Le matin, il se réveillait seul, et le soir, s'endormait seul. Les autres mages partageaient tous leur chambre. Cette constatation le perturbait depuis longtemps. Mais ce soir était différent. En poussant la porte, il savait qu'il n'était pas seul. Il savait qu'il pouvait compter sur Leck, Kyugan, et tous ceux qu'il avait rencontré dans la soirée. Il n'avait pas besoin de compagnie pour dormir. Des gens l'attendaient au rez-de-chaussée, et c'était une raison suffisante pour se lever le matin.
En rentrant donc dans sa chambre, les yeux mi-clos par la fatigue, il discerna une ombre sur son lit. En allumant la lumière, il vit que c'était Bob, qui feuilletait un livre trouvé sur la table de chevet de Kôta. Ce dernier, surprit par cette présence inattendue, ouvrit la bouche, mais ne trouva rien à dire. Ce fut Bob qui se leva et qui parla.

«Tu as une vue magnifique de ta chambre. Sans lumière, je pouvais lire ton bouquin, avec la lumière de la lune qui passe par ta fenêtre.»

Il reposa le livre, et s'approcha de Kôta. L'homme, largement efféminé, était assez trapu, et il revêtait des vêtements qu'on pourrait trouver dans la garde-robe des filles de la guilde.

«Je suis fier de toi, Kôta. Fier que tu sois resté en bas, avec les autres, et non dans ta chambre, réfugié dans tes bouquins. J'ai appris pour la mission, et Leck. Il va s'en sortir sans trop de dommages, ca sera rapidement oublié. Tu as fais du bon boulot.»

Kôta, comme seule réponse, lui adressa un sourire, et manqua de s'écrouler sur lui, exténué par sa journée. Bob le rattrapa délicatement, puis le porta jusqu'au lit, où il l'installa. Il ferma ensuite les rideaux, dissimulant dans la pénombre le visage paisible de Kôta, endormi.


La semaine qui suivit cet événement, Kôta passa une bonne partie de son temps à discuter avec divers membres de la guilde. Il y avait une majorité de filles, mais de plus en plus de garçons rejoignaient la guilde. Un jour, en début d'après-midi, Kôta se retrouvait assis au comptoir du bar à discuter avec un autre mage, et abordait plusieurs missions qu'il avait faites.

«Oui, j'ai été dans le monde des rêves. C'était...étrange. Tu vois, c'était un univers tellement psychédélique, tellement déroutant. Tu avais l'impression que quelqu'un pouvait faire ce qu'il voulait de toi, et toi, tu étais pris dans les mailles de son filet. Seul, je n'aurai pas survécu. J'ai toujours de la chance, d'être bien accompagné pour mes missions...»

La porte d'entrée s'ouvrit alors, et Kôta, en portant un verre de grenadine à ses lèvres, adressa un regard furtif au nouvel arrivant. Il stoppa son mouvement, interloqué.
C'était une jeune fille, gracieuse, élégante, un véritable ange. Elle était svelte, portait des cheveux roses mi-longs, et avait un visage fin, aux traits remarquablement dessinés, qui embellissaient davantage ses yeux. Des yeux innocents.
Elle s'avança vers le comptoir d'une démarche aisée, mais qui cachait une petite fatigue. C'était la première fois que Kôta la voyait, et il doutait qu'elle soit de la guilde. Elle semblait venir de loin, et sortit d'une de ses poches une lettre avant de s'adresser d'une voix claire à l'assemblée :

«Je suis Cäcilie Frieda, j'apporte un message de Fairy Tail. Le destinataire est Bob.»

Un silence se fit dans la salle. Pendant quelques secondes, personne ne réagit, puis Kôta se leva, oubliant son verre, et s'avança vers la jeune fille. Ils faisaient à peu prêt la même taille, mais Kôta était légèrement plus grand. Elle avait cependant une prestance qui impressionnait. D'où venait-elle ? Une mage de Fairy Tail ? Kôta, espérant en apprendre davantage, se lança :

«Suis-moi, je t'emmène voir notre chef.»

Il s'en alla, après s'être assuré qu'elle le suive, vers les larges escaliers, qu'il gravit d'une démarche assez rapide. Arrivés au second étage, il s'avança jusqu'à la porte du bureau de Bob, frappa et entra. Le petit homme était assis, les lunettes sur le nez, derrière un bureau. Kôta et la jeune filles s'avancèrent, et elle tendit la lettre à Bob, qui la lut sans un mot.
Après sa lecture, il la reposa, pensif, puis releva la tête vers Cäcilie.

«J'enverrai un de mes mages à Fairy Tail pour avertir que j'accepte sa demande. Et je crois savoir quel mage pourrait t'accompagner. Il n'y a pas besoin de chercher loin...Je te présente Hirata Kôta !»

Kôta, presque interloqué, douta d'avoir suivit tout le fil de la conversation. Accompagné d'un petit rire, Bob tendit la lettre au garçon, qui la lu rapidement pour mieux saisir de quoi il était sujet :

    «Cher Bob,
Nous avons eu la demande d’une mission très importante : Dans le temple de la lune sur l’île de Galuna, un groupe d’archéologues s’est installé afin de réaliser une étude détaillée du temple. Malheureusement, une étrange épidémie a frappé le groupe de voyageurs. La personne qui est venue m’en informer est également morte après avoir donné son information. Dans ma guilde, seule Cäcilie Frieda, une nouvelle recrue est peut-être en mesure de soigner le groupe d’archéologue. Mais comme c’est une mage novice, j’ai besoin de ton assistance, tous les autres mages de Fairy Tail sont occupés. Je ne peux m’en remettre qu’à toi. Assignes s’il te plait, l’un de tes mages à la protection de Cäcilie.
Ton fidèle ami Makarov. »


Il reposa la lettre et se tourna vers Cäcilie. Il n'avait jamais été sur l'île de Galuna, mais face à une telle épidémie, il ne pouvait qu'accueillir cette mission, et serait prêt à tout pour résoudre l'étrange affaire dont il était question.

«Si vous acceptez ma compagnie, Cäcilie-chan...»

Il se tourna ensuite vers Bob.

«...J'accepte cette mission.»

Il s'inclinât ensuite vers son chef, coutume chez lui pour indiquer son respect envers autrui.
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyDim 29 Mai - 14:02

Anonymous
Invité


Click


" Je suis Cäcilie Frieda, j'apporte un message de Fairy Tail. Le destinataire est Bob. "

Je fût accueillie par un sympathique garçon qui me demanda de le suivre jusqu'au dirigeant de sa guilde. Nous montâmes des escaliers en bois et traversèrent un couloir avant de nous retrouver dans le bureau d'un petit homme à l'embonpoint conséquent. Il était assit à son étude lorsque je lui tendit la lettre de Makarov-Sama. Il la lut silencieusement avant de nous regarder à nouveau. Pensif, mais également soucieux, il déclara qu'il allait envoyer une missive à Fairy Tail pour confirmer que la mission a été prise en charge par Blue Pegasus. C'était selon moi une bonne chose de voir une telle cohésion entre les guildes, c'était en effet par l'union que selon moi, nous pouvions rester forts. Le Maître de Blue Pegasus tendit alors la lettre vers le garçon qui m'accompagnait. Il s'appelait d'ailleurs Hirata Kôta.

" Je suis enchantée de faire votre connaissance, Hirata Kôta. "

Il parcouru la lettre rapidement afin de savoir de quoi il en retournait. Après avoir assimilé le contenu de la lettre. Hirata Kôta s'adressa de nouveau à moi.

" Si vous acceptez ma compagnie, Cäcilie-chan...
...J'accepte cette mission.
"
" Hirata Kôta, je vous remercie sincèrement de bien vouloir m'accompagner dans cette mission. Comme Maître Makarov-Sama l'à si bien précisé dans sa lettre, je ne suis qu'une mage novice, c'est pourquoi nous avions besoin de votre protection. Je serais également ravie si d'aventure durant la mission, nous avions la possibilité de faire plus ample connaissance. "

Nous saluions tous deux Bob, le Maître de Blue Pegasus, avant de nous diriger vers la sortie de la guilde. Un long voyage allait maintenant débuter, et qui sait, nous ne reviendrons peut-être pas avant des jours. Mais l'idée de renforcer les liens entre guildes légales emplissait mon esprit de bonne volonté, et pour rien au monde, je ne devrais échouer dans cette mission. Durant le trajet jusqu'au port, afin d'embarquer sur une barque jusqu'à l'île de la lune, je ne trouvait pas inopportun de tenter d'en apprendre plus sur mon partenaire. Nous n'avions dit un seul mot depuis que nous étions partis du local de guilde Blue Pegasus. C'est à ce moment là que je décidai d'entamer la conversation. Soucieuse de ce que j'allais demander, au final, ma réserve naturelle, mais également le fait que je ne le connaissait pas firent que je ne pût dire ce que je voulais en réalité dire :

" Le ciel est beau n'est-ce pas ? "

Je me reprenais immédiatement.

" En réalité, je voulais vous demander. Vous savez, nous allons être amenés à travailler main dans la main durant cette mission. Et, l'idéal serait que nous commencions déjà à apprendre à nous connaître et développer pourquoi pas notre esprit d'équipe. Ne trouvez-vous pas ? Par conséquent, nous pourrions d'abord parler de nous-même, de sujets généraux. "

Je ne savais rien de mon compagnon, ni comment il pourrait réagir face à cela, ni comment je devais me comporter avec lui. Mais j'avais décidé de faire le premier pas. Aussi, pour peu qu'il ne réponde pas, j'aurais déjà cerné quelque chose chez lui. C'est pourquoi je me comportait tout comme au naturel. J'essaie de communiquer avec les gens, de les aider du mieux possible. Bref.
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyDim 29 Mai - 16:04

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click

Alors qu'il avait prit la lettre que lui tendait Bob, la jeune fille, d'un air délicat, s'était adressée au jeune Kôta.

«Je suis enchantée de faire votre connaissance, Hirata Kôta.»

Il lui avait répondu par un bref sourire avant de plonger dans sa lettre. Cette phrase fut bientôt suivie, après l'adhésion de Kôta à la mission, par une petite tirade de la fille.

«Hirata Kôta, je vous remercie sincèrement de bien vouloir m'accompagner dans cette mission. Comme Maître Makarov-Sama l'à si bien précisé dans sa lettre, je ne suis qu'une mage novice, c'est pourquoi nous avions besoin de votre protection. Je serais également ravie si d'aventure durant la mission, nous avions la possibilité de faire plus ample connaissance.»

Emplie de docilité, elle restait courtoise, et Kôta en fut presque étonné. Lui aussi, s'adressait souvent de cette manière aux gens qu'il rencontrait, mais avec le temps, quand les liens se renforçaient avec ses relations, il franchissait le cap et devenait plus amical. Cäcilie accentuait davantage sa manière d'être bienséante, mais comme sa dernière phrase le laissait penser, Kôta devina qu'elle aussi devait attendre le moment où elle dépasserait la limite qui séparait le tact avec l'affection évidente. Pendant cette mission, il se promit de montrer à Cäcilie qu'ils pourraient passer un moment, au delà de leur travail, empli de convivialité.

«Cäcilie-chan, maître Bob, comptez sur moi pour vous rendre mes devoirs.»

Il s'inclina légèrement face à la fille, radieuse, et puis face à son maitre, qui arborait un sourire satisfait. Son mouvement fut accompagné par celui, identique, de Cäcilie, qui remerciait également Bob avant de disposer. Côte-à-côte, ils quittèrent le bureau du chef de Blue Pegasus.
A nouveau dans le sombre couloir, Kôta s'avança vers les escaliers, et tout en descendant les marches, s'adressa à sa nouvelle compagne :

«Le voyage sera sans doute long, même si j'espère que l'affaire sera rapidement arrangée. Attends-moi ici quelques instants, je vais prendre quelques affaires.»

Ils étaient en effet arrivés au premier étage, et Kôta alla, courant presque, jusqu'à sa chambre, où il enfouit quelques vêtements dans son fidèle sac à dos. Il referma ensuite la porte, et retrouva Cäcilie, qui l'avait sagement attendu.

«C'est bon, désolé de t'avoir fait attendre seule.»

Ils descendirent alors, et Kôta jeta un coup d'œil sur la pendule accrochée au dessus du bar. Elle affichait 14H30. La guilde de Blue Pegasus, au sud du Royaume, se trouvait non-loin de la mer. A un peu plus d'une heure de marche, ils attendraient un petit village portuaire, que Kôta avait déjà visité, et ils trouveraient à tous les coups un gentil marin voulant les conduire jusqu'à l'île réputée pour être emplie de monstres. Kôta adressa un bref signe de tête à ses quelques camarades assis autour du bar, puis se dirigea, accompagné de Cäcilie, vers la grande porte de la guilde, qu'il poussa pour laisser la demoiselle sortir.

Le soleil éclatait, et ses rayons perçaient le ciel bleu pour s'acharner sur les deux voyageurs. Kôta avait ôté son petit gilet pour se retrouver en simple chemise, et avait relevé ses manches pour mieux supporter la chaleur grandissante. Il portait son sac sur ses deux épaules, et il se soulevait au rythme régulier de ses pas. Ils suivaient un petit chemin qui traversait une longue plaine, parfois traversaient de beaux champs de fleurs, et pouvaient deviner la présences d'animaux, non-loin, qui les observaient sans doute d'un œil intrigué de voir ces deux jeunes personnes marcher ainsi sur un chemin trop peu utilisé.
Ils n'avaient pas réellement discutés, depuis qu'ils avaient quitté la guilde. Kôta avait attendu que la fille se lance, ne préférant pas être celui qui troublera ce silence, et ne sachant pas vraiment comme aborder une conversation avec Cäcilie. Au bout de quelques minutes, pourtant, alors qu'ils marchaient à une allure toute à fait raisonnable qui faisait penser à Kôta qu'ils arriveraient plus tôt que prévu au port, elle laissa échapper une phrase :

«Le ciel est beau, n'est-ce pas ?»

Arraché à ses pensées, Kôta laissa la phrase résonner dans sa tête pour la comprendre, ce qui lui prit à peine une seconde. Il s'apprêta à lui répondre, enjoué, mais elle continua aussitôt, lui laissant juste le temps de tourner la tête vers elle.

«En réalité, je voulais vous demander. Vous savez, nous allons être amenés à travailler main dans la main durant cette mission. Et, l'idéal serait que nous commencions déjà à apprendre à nous connaître et développer pourquoi pas notre esprit d'équipe. Ne trouvez-vous pas ? Par conséquent, nous pourrions d'abord parler de nous-même, de sujets généraux.»

Le jeune garçon eut un sourire qu'il tenta en vain de dissimuler. C'était exactement la conversation qu'il souhaitait avoir avec elle. Prenant le temps de choisir délicatement ses mots, il lui répondit quelques secondes plus tard :

«J'ai grandis à Shirotsume, avec mon grand-père. Mes parents voyageaient partout dans le monde, et comme j'étais trop petit, je ne pouvais pas les suivre. J'ai vécu mon enfance, et une bonne partie de mon adolescence, à étudier dans les livres de la bibliothèque près de ma maison. J'ai appris seul ma magie, et à la mort de mon grand-père, j'ai été recruté par Bob. Depuis, je vis ici. Je n'ai pas vraiment de grands amis, mais je connais beaucoup de personnes sympathiques. Je crois être une personne de confiance, car j'ai réussi beaucoup de missions, et certaines étaient des missives du conseil magique même, et plusieurs fois, c'est Maitre-Bob qui m'avait sélectionné pour faire ces missions dangereuses.»

Il avait l'impression de s'égarer, et se tut donc. Mais, si Cäcilie voulait savoir ce qu'il était, il fallait bien qu'elle entende son histoire. Il reprit alors son récit.

«Côté magie, je maitrise le Take-Over de l'Aigle. Je peux me transformer à volonté en rapace, enfin si je ne suis pas épuisé. C'est génial, extatique, presque parfait de se transformer et de découvrir les cieux. C'est comme un monde à part entière. Ce n'est pas vraiment une magie de combat, par contre, et même si je me débrouille comme je peux face à mes adversaires, je ne fais pas le poids face à des mages basés sur l'offensif. Heureusement, je suis souvent accompagné d'autres mages. Comme on dit, l'union fait la force !»

Il lui adressa un immense sourire chaleureux, si bien que ses yeux se plissèrent en de minces fentes joyeuses.

«Tu verras, à nous deux, je suis certain qu'on réussira cette mission !»

Il se rendit alors compte qu'il avait réellement beaucoup parlé, comme il lui arrivait parfois. Il débitait à toute vitesse, et ce n'était pas qu'il était incompréhensible, mais plutôt qu'il devait carrément effrayer son interlocuteur en parlant autant en quelques minutes seulement. Pour compenser le fait qu'il rentrait encore dans un interminable monologue, il se concentra un peu plus sur Cäcilie.

«Et toi, que peux-tu me dire sur ta personne ?»
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyDim 29 Mai - 21:18

Anonymous
Invité


Click


Nous étions en route vers le port dans le but de demander à une âme charitable de bien vouloir nous emmener sur l'île de la Lune. En y pensant, cet endroit ne me disait rien. En même temps, jamais de ma vie je n'avait pût voir le monde extérieur, et ce n'est que maintenant que je peux en découvrir ses merveilles. Sans cet assassin qui m'extirpa de cette prison dorée, je ne serais pas là à côté des merveilles de la nature. Je ne lui dois rien en dehors de cette nouvelle vie qu'il m'a offerte. Et sincèrement au fond de moi, j'espérais et priais pour son bonheur dans la guilde illégale dans laquelle il se trouve. Siegfried Eldeweiss, de ce nom je me souviendrais toujours, il restera pour l'éternité gravé au plus profond de mes mémoires. C'est après cette pensée envers mon sauveur que j'avais débuté cette conversation avec Hirata Kôta. Par ailleurs, il réagit très amicalement à ce que je disais, il me semblait très sympathique à l'abord. Il me raconta son histoire, ce qui l'avait amené ici.

" J'ai grandis à Shirotsume, avec mon grand-père. Mes parents voyageaient partout dans le monde, et comme j'étais trop petit, je ne pouvais pas les suivre. J'ai vécu mon enfance, et une bonne partie de mon adolescence, à étudier dans les livres de la bibliothèque près de ma maison. J'ai appris seul ma magie, et à la mort de mon grand-père, j'ai été recruté par Bob. Depuis, je vis ici. Je n'ai pas vraiment de grands amis, mais je connais beaucoup de personnes sympathiques. Je crois être une personne de confiance, car j'ai réussi beaucoup de missions, et certaines étaient des missives du conseil magique même, et plusieurs fois, c'est Maitre-Bob qui m'avait sélectionné pour faire ces missions dangereuses.

[...]

Côté magie, je maitrise le Take-Over de l'Aigle. Je peux me transformer à volonté en rapace, enfin si je ne suis pas épuisé. C'est génial, extatique, presque parfait de se transformer et de découvrir les cieux. C'est comme un monde à part entière. Ce n'est pas vraiment une magie de combat, par contre, et même si je me débrouille comme je peux face à mes adversaires, je ne fais pas le poids face à des mages basés sur l'offensif. Heureusement, je suis souvent accompagné d'autres mages. Comme on dit, l'union fait la force !
"
Il eut alors un radieux sourire qui semblait en dire long sur son état d'esprit. Il devait se sentir à l'aise avec moi et je l'en remerciait presque. C'était difficile pour moi d'aborder de nouvelles personnes, car je ne connaît personne ici. Par ailleurs, je n'ai jamais grandi ici, mais loin de cet endroit magnifique, dans le Royaume de Pergrande Kingdom. Suite à ce témoignage embaumant que fut son sourire, il tenta même de m'encourager, et de me rassurer concernant la mission à venir. Il est vrai que j'étais encore stressée du fait de mon statut de novice. De plus, je ne pouvais me défendre seule, ou très difficilement. J'ai tendance à penser que je pouvais potentiellement ralentir notre groupe. Mais la présence d'Hirata Kota me rassurait, d'ailleurs, il me tutoyait. Cela m'arrangeait, je n'avais plus besoin d'être trop formelle avec lui à présent.

" Tu verras, à nous deux, je suis certain qu'on réussira cette mission !

[...]

Et toi, que peux-tu me dire sur ta personne ?
"

C'était à mon tour maintenant de me présenter. Je ne savais pas franchement quoi dire de moi. Je réfléchit un instant, prit mon inspiration, et observait le ciel avant de me lancer. Naturellement, en articulant correctement comme l'on me l'avait appris auparavant.

" J'ai vécu dans un château dans Pergrande Kingdom. En réalité, je n'en suis jamais sortie jusque il y a quelques mois. J'y étais enfermée par le désir de protection. Ma seule source de distraction à l'intérieur de ces grands murs de pierres étaient une imposante bibliothèque qui constituait une collection de livres uniques au monde. Je les ai tous lus avec passion et en ai apporté un bon nombre avec moi. Ces livres m'ont nourrit de connaissances et je pense savoir beaucoup de choses. Pourtant, il y a toujours une chose que jamais je n'ai pût savoir jusque il y a quelques semaines. La beauté du monde extérieur, la singularité des gens que je croise, tout ça, je ne l'avais jamais apprit dans un livre. Et si je suis là aujourd'hui, c'est grâce à quelqu'un que je n'oublierai jamais.

[...]

Un jour, un groupe d'assassins prirent d'assaut le château, probablement pour les ressources qui y étaient conservées. J'étais seule dans ma chambre lorsque l'un d'entre eux défonça la porte et me vit complètement paniquée. C'était mon sauveur. Il m'avait kidnappée et m'avait emmenée hors du château. A aucun moment, il ne m'a brusquée. J'étais très inquiète pour mes parents, mais je n'avais d'autres choix que de suivre cette personne pour ma propre survie. Il m'emmena ici en Fiore. Et depuis, je n'ai aucune nouvelle de mes parents, et j'aimerais si possible un jour y retourner. Mais Pergrande Kingdom est si loin, et jusqu'à présent, c'est lui qui m'avait protégée durant le trajet. Pour l'instant, je ne peux pas y retourner tant que je suis seule, et inexpérimentée.
"

Je ne lui avouais pas pour le moment que je développa une relation amoureuse avec cet assassin, je ne lui donnait même pas son nom pour éviter qu'il s'alarme si éventuellement il le connaissait et savais pour son statut de mage illégal. Et j'enchaînais directement sur des informations sur ma magie.

" En ce qui concerne ma magie, tu l'as très certainement lu dans la lettre adressée à ton Maître de Guilde. Je suis une mage guérisseuse. J'utilise la magie vertueuse pour pouvoir aider mes alliés. Dans ma lignée, chacun d'entre nous possède ce pouvoir. Il est développé de manière offensive chez les hommes, et de manière défensive chez les femmes. Mais guérir n'est pas mon seul domaine. Je peux faire en sorte d'appuyer les actions de mes alliés en les soutenant à l'aide d'incantation. Réduire la fatigue, dissiper les effets magique, augmenter l'efficacité de la magie sont aussi des choses que je suis capable de faire. En dehors de cela, mon sauveur m'a appris à manier le sabre, mais je ne suis pas une escrimeuse de haut niveau, loin de là. "

Mais plus la discussion avançait et plus nous étions près du port. Après une vingtaine de minutes de marche supplémentaire, nous étions en mesure de voir l'océan, et les quais d'embarquement. Immédiatement, je m'arrêtais pour souffler un peu. La fatigue commençait à se faire plus ressentir à cause de mon combat précédent. Mais dissimulant tout cela comme je le pouvais, je souris a Hirata Kota et lui signala notre arrivée.

" [Pfiouu..] Nous voilà enfin au port, nous devrions demander à cet homme qui se tient sur le quai d'embarquement s'il aurait l'amabilité de nous prêter un bateau, ou de nous conduire jusque sur l'île de la lune. Plus que quelques mètres à marcher. "

Et nous marchâmes jusqu'à destination ...

" Bonjour Monsieur, excusez-nous de vous déranger. Je me nomme Cäcilie Frieda, et voici mon partenaire Hirata Kôta. Nous aimerions savoir si vous pouviez nous conduire sur l'île de la Lune. Nous avons une mission extrêmement urgente à remplir. "
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyLun 30 Mai - 20:10

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click

Après le court monologue, où il avait, en quelques phrases, présenté sa courte vie, Kôta attendait une réponse de la part de Cäcilie. La fille, qui avait écouté avec une certaine attention l'histoire du mage de Blue Pegasus, s'apprêtait alors, à son tour, à se décrire. Elle leva la tête vers le ciel bleu, et, après une grande inspiration, débuta son récit.

«J'ai vécu dans un château dans Pergrande Kingdom. En réalité, je n'en suis jamais sortie jusque il y a quelques mois. J'y étais enfermée par le désir de protection. Ma seule source de distraction à l'intérieur de ces grands murs de pierres étaient une imposante bibliothèque qui constituait une collection de livres uniques au monde. Je les ai tous lus avec passion et en ai apporté un bon nombre avec moi. Ces livres m'ont nourrit de connaissances et je pense savoir beaucoup de choses. Pourtant, il y a toujours une chose que jamais je n'ai pût savoir jusque il y a quelques semaines. La beauté du monde extérieur, la singularité des gens que je croise, tout ça, je ne l'avais jamais apprit dans un livre. Et si je suis là aujourd'hui, c'est grâce à quelqu'un que je n'oublierai jamais.»


Kôta fut presque fasciné par cette histoire, qui semblait si irréelle. Cäcilie avait vécu dans un château, elle était donc une princesse, ou une noble tout du moins. Le garçon comprenait ainsi d'où elle tirait sa courtoisie tellement naturelle. L'émerveillement se partageait également avec la pitié, il ressentait l'émotion de sa compère quand elle montrait qu'elle regrettait presque de ne pas avoir découvert l'extérieur. Il était tout de même envieux, quand elle évoqua la bibliothèque à sa disposition, et ses yeux s'agrandirent, alléchés, quand elle souligna qu'elle avait apporté quelques livres de cette bibliothèque qui devait être exceptionnelle. Le garçon passait la plupart de ses journées à dévorer les livres, qu'ils traitent de n'importe quoi. Trouver une admiratrice de ces écrits aussi fervente que lui le ravissait.
Cäcilie, elle, continua sa tirade en reprenant la suite de son histoire.

«Un jour, un groupe d'assassins prirent d'assaut le château, probablement pour les ressources qui y étaient conservées. J'étais seule dans ma chambre lorsque l'un d'entre eux défonça la porte et me vit complètement paniquée. C'était mon sauveur. Il m'avait kidnappée et m'avait emmenée hors du château. A aucun moment, il ne m'a brusquée. J'étais très inquiète pour mes parents, mais je n'avais d'autres choix que de suivre cette personne pour ma propre survie. Il m'emmena ici en Fiore. Et depuis, je n'ai aucune nouvelle de mes parents, et j'aimerais si possible un jour y retourner. Mais Pergrande Kingdom est si loin, et jusqu'à présent, c'est lui qui m'avait protégée durant le trajet. Pour l'instant, je ne peux pas y retourner tant que je suis seule, et inexpérimentée.»


Encore une fois, il fut prit de pitié devant le destin tragique de cette fille. Elle pesait les pour et les contre, en découvrant les merveilles si anodines du monde, mais en délaissant ses parents. Ses parents, à Kôta, étaient également loin, au-delà d'une dizaines de frontières. Il partageait ce sentiment, de vivre seul, avec elle. Mais il savait que, au sein de sa guilde, elle devait trouver une seconde famille. Pas aussi précieuse que la première, la vraie, mais ayant presque la même importance.
Le garçon eut envie de lui promettre qu'un jour, il l'accompagnerait jusqu'à Pergrande Kingdom, mais se ravisa. Il ne connaissait, après tout, la jeune fille que depuis quelques heures, et peut-être le prendrait-elle mal s'il proposait de partager une part d'elle même, une chose qu'elle seule pouvait avoir. Ce voyage, préférerait-elle de le faire seule ? Kôta, sûr de rien, oublia l'idée, et écouta le récit de sa camarade qui reprenait.

«En ce qui concerne ma magie, tu l'as très certainement lu dans la lettre adressée à ton Maître de Guilde. Je suis une mage guérisseuse. J'utilise la magie vertueuse pour pouvoir aider mes alliés. Dans ma lignée, chacun d'entre nous possède ce pouvoir. Il est développé de manière offensive chez les hommes, et de manière défensive chez les femmes. Mais guérir n'est pas mon seul domaine. Je peux faire en sorte d'appuyer les actions de mes alliés en les soutenant à l'aide d'incantation. Réduire la fatigue, dissiper les effets magique, augmenter l'efficacité de la magie sont aussi des choses que je suis capable de faire. En dehors de cela, mon sauveur m'a appris à manier le sabre, mais je ne suis pas une escrimeuse de haut niveau, loin de là.»


Kôta eut un petit rire en écoutant la fin du récit de Cäcilie. Elle était modeste à coup sûr – bienséance oblige – et il était certain qu'elle se débrouillait au moins un minimum pour se sortir de quelques situations délicates. En l'entendant aborder les armes, il sentit davantage le contact de ses deux dagues contre ses mollets, bien attachés le longs de ses jambes, dissimulés sous son pantalon. Il se contenta par la suite de sourire, profitant du calme du paysage avant d'arriver au port qu'il apercevaient au loin.

C'était réellement un petit village, qui s'étalait le long de la côté, si bien qu'à peine arrivés dans les premières rues, ils apercevaient la mer plus loin. Cäcilie s'arrêta, reprenant son souffle. Elle était assez rouge, et Kôta savait que ce n'était pas seulement du à la marche.

«Nous voilà enfin au port, nous devrions demander à cet homme qui se tient sur le quai d'embarquement s'il aurait l'amabilité de nous prêter un bateau, ou de nous conduire jusque sur l'île de la lune. Plus que quelques mètres à marcher.»


Elle lui désignait, en effet, un homme au loin. Arrivés devant lui, la jeune fille parla à nouveau.

«Bonjour Monsieur, excusez-nous de vous déranger. Je me nomme Cäcilie Frieda, et voici mon partenaire Hirata Kôta. Nous aimerions savoir si vous pouviez nous conduire sur l'île de la Lune. Nous avons une mission extrêmement urgente à remplir.»


En entendant Cäcilie, l'homme marmonna quelque chose d'incompréhensible qui se perdit dans la longue moustache qu'il portait. Ses yeux, plissés par les rides qu'il avait sur son front dégarnis, laissaient tout de même paraître une once de scepticisme. Il regarda de bas en haut la jeune fille, et passa ensuite à Kôta. Discrètement mais avec amusement, le jeune garçon souleva encore plus la manche de sa chemise, jusqu'à son épaule, laissant apparaître le tatouage de Blue Pegasus qui se trouvait tout proche de son épaule gauche. L'homme s'arrêta dessus, maugréa encore quelque chose, puis répondit enfin distinctement.

«C'est d'accord, les jeunes ! Mais, il faut bien que je vive, moi aussi, et ca vous coutera un peu de votre bourse. Savez-vous quand est-ce que vous quitterez l'île ?»


Kôta répondit à son tour.

«Nous ne le savons pas encore. Je vous propose de revenir demain, même heure, où vous nous déposez sur l'île. Nous vous attendrons, et ayant récoltés au préalable des informations sur place, nous vous indiquerons quand est-ce que la mission devrait se terminer. Bien sûr, il peut y avoir des imprévus, et si à la date indiquée, nous ne sommes pas là, je vous propose de repasser le lendemain, et ainsi de suite. A chaque jour, bien sûr, vous gagnerez une somme d'argent encore plus grande pour compensez vos déplacements. Si nous ne venions pas au point de rendez-vous au bout d'une semaine, considérez que nos sommes morts. Contactez alors Blue Pegasus, qui s'assurera des frais pour vous dédommager.»


L'homme attendit quelques secondes, puis sortit une vieille pipe de sa poche. Il y inséra du tabac, puis l'alluma, et tassa la braise trop haute, pour finalement la portée à sa bouche, fin prête. Il regarda, renfrogné, les deux jeunes.

«C'est réglé pour ce petit tour, les enfants. Je crains cependant qu'un mauvais temps ne s'abatte sur nos contrées, et il serait donc préférable de lever l'ancre immédiatement.»


Kôta acquiesça. Ils suivirent le marin jusqu'à un ponton, où il s'arrêta devant un voilier, suffisant pour qu'au moins dix personnes tiennent dedans.

«Allez, les jeunes, allez !»


Une petite planche en bois permettait de passer du ponton au bateau. De quitter la terre pour la mer. Kôta laissa Cäcilie y aller en première, puis il il alla à son tour. Ils s'assirent tous les deux au niveau de la proue, ils auraient ainsi le cap sous les yeux, et verraient, au loin, la sinistre île de Galuna se dessiner en temps voulu.
Le marin, sous un long manteau, hissa les voiles, et détacha le navire du port. Petit-à-petit, ils s'éloignèrent du ponton, et l'homme pivota un gouvernail grinçant, qui déplaça la voile, puis assurer le car vers le sud-est. Ils prirent rapidement de la vitesse, et, bravant les flots, continuèrent leur aventure.
Kôta n'était pas tellement habitué aux voyages marins, préférant milles fois les airs, mais il n'avait aucune réticence face à eux. Concernant Cäcilie, par contre, il ne savait pas si elle les connaissait déjà. Elle avait vécu enfermée si longtemps qu'elle ne devait sans doute pas connaître les voyages en mer. Soucieux, il se tourna vers elle, le vent lui balayant le visage brutalement, l'obligeant à fermer ses yeux en partie et lui faisant faire une affreuse grimace.

«Cäcilie, est-ce la première fois que tu prends la mer ? N'es-tu pas dérangée ? Je peux demander au marin de ralentir, si tu veux.»


Le vent sifflait fort, même si ils apercevaient encore, à l'horizon derrière eux, les terres du Royaume. Il devait, pour se faire entendre, parler deux fois plus fort que d'habitude. Pour ne pas s'épuiser à hurler, il préférait ne pas s'engager dans un autre monologue, malgré sa folle envie de discuter des livres que Cäcilie lisait.
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyJeu 2 Juin - 15:12

Anonymous
Invité


Click

Notre voyage allait bientôt commencer. Hirata Kôta s'était très aimablement chargé de négocier avec ce vieil homme qui allait nous emmener jusqu'à l'île de la lune, Galuna. J'ai lu dans les livres de chez moi que c'était une île mystérieuse ou peu de gens vivent à part une tribu dirigée par un démon et des bêtes sauvages. Le paysage y est plutôt de la jungle et il pourrait s'avérer de s'y aventurer imprudemment. J'allais voir de mes propres yeux un nouvel endroit que je n'aurait vu qu'en image sur un livre, enfermée dans une grande salle en contenant des milliers.
Nous montèrent à bord de l'embarcation, c'était ma première sur un bateau. J'étais un peu soucieuse à me poser des questions du type "Vous êtes sûrs que cette chose flotte ?", "N'allons nous point couler ?", "Sommes nous en sécurité ?". Il était vrai que je ne me sentais pas très rassurée, mais je faisais de mon mieux afin de le dissimuler, je ne devais pas être un fardeau pour mon partenaire. Ce-dernier était toujours très attentionné envers moi, par ailleurs, il me demanda si c'était effectivement la première fois que j'allais en mer. Et je lui répondit.

" Oui, c'est en effet la première fois que je voyage en mer, mais je suis vraiment heureuse de découvrir l'Océan pour la première fois de ma vie, vous ne devriez pas autant vous inquiéter pour moi. Je ferais de mon mieux pour cette mission. "

Mon regard se portait vers l'horizon bleuté. L'océan transparent s'imprégnant de la couleur bleutée du ciel. La brise marine caressant nos visages. Le bruit de l'eau rabattue par les rames. J'aimais ces sensations que jamais en lisant, je n'avait pût ressentir. J'étais si heureuse d'être partie, je commençais à me laisser emporter par les rêves, et, fatiguée toutes les aventures qui m'étaient déjà arrivées aujourd'hui, je m'écroulai dans le bateau, tombant de sommeil.

---------------------------------------
Mes yeux se fermèrent lourdement, me faisant quitter temporairement ce monde,
afin d'en pénétrer un monde, celui de mes rêves.

" Cäcilie
... Cäcilie ...
Cäcilie ...
"
" Cette voix... "

" Où es-tu chère fille ?..
Où te caches tu ?..
"
" Mère ?! [...] C'est étrange... Je peux vous entendre, mais où sommes nous ? Pourquoi ne puis-je pas vous voir ? "

" Cäcilie ... "
" J'ai bien peur que votre fille ne revoie pas la lumière du jour. Mes hommes se chargent d'elle. "
" Siegfried ?!!! "

" Monstre ! Pourquoi nous attaquer ?! Rendez-moi ma fille ! "
" Je ne peux pas. Mais vous, vous devez mourir. "

...Une épée est dégainée...
...Elle taillade dans le vent...
...Atteint le cou de la pauvre victime...
...Lui déchire la chair...
...Sépare en deux son corps...
...Un cri ne peut se faire attendre...
...C'est une mort silencieuse...
...Le cadavre tombe à terre...
...Seuls les sons me parviennent...
...Je suis dans un monde d'obscurité...
...J'y étais...
...Je me réveille enfin...

---------------------------------------

" Mère !!! "

Je me réveillais en sursaut bien des heures plus tard en réalité. Je me demandais ou nous étions, je regardais autour de moi, il faisait déjà nuit. Terre se profilait à l'horizon. Hirata Kôta a dû être surpris par ce réveil brutal. Je me demande ce qu'il a pût faire ces heures durant. Je repensais à ce rêve que je venais de faire, et si mère était morte ? Et si Siegfried m'avait caché la vérité ? C'était tout à fait possible, mais dans ce cas, pourquoi m'aurait-il épargnée ? Tant de nouvelles questions se posaient dans ma tête. Des questions, et encore des questions, c'est à ça que se résume ma vie. Je ne sais rien du monde extérieur, ni des gens, ni de la vie. Je dois encore tout apprendre. Je regardais de nouveau les deux autres passagers qui me regardaient avec étonnement, s'attendant à ce que j'explique ce qu'il s'était produit. La seule chose qu'au final j'ai pût dire c'était.

" Je vous prie de m'excuser, j'ai fais un mauvais rêve. Il ne s'est rien passé de grave. "

Quelques instants plus tard, je ne me sentais toujours pas soulagée. Nous étions certes, presque arrivées aux côtes, je me sentais encore mal à l'aise, alors, pour évacuer la pression, je ressentais le besoin de parler avec quelqu'un. De sujets anodins, certes, mais qui me rassureraient tout de même.

" Qu'avez vous fait pendant tout ce temps ? "
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyVen 3 Juin - 11:44

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click

Le bateau tanguait au rythme des vagues qui devenaient de plus en plus puissantes à mesure qu'ils s'éloignaient du Royaume pour s'approcher de leur destination finale. Kôta était assis face à Cäcilie, sur la proue, et il la fixait en attendant la réponse à la question qu'il avait posée. Elle ne se fit pas attendre :

«Oui, c'est en effet la première fois que je voyage en mer, mais je suis vraiment heureuse de découvrir l'Océan pour la première fois de ma vie, vous ne devriez pas autant vous inquiéter pour moi. Je ferais de mon mieux pour cette mission»


Le jeune garçon eut un petit sourire, amusé par Cäcilie. Bientôt, Kôta se rendit compte que, bercée par les remous de l'océan et emportée par sa fatigue plus qu'apparente, les yeux de sa compagne se fermaient tous seuls. Sans un mot, le mage la regarda du coin de l'œil se poser calmement sur le rebord du bateau, et s'endormir. Elle avait fait un long voyage, et il fallait qu'elle reprenne des forces pour être au meilleur de sa forme pour leur mission qui allait être imminente.
Kôta se leva alors, courbé en avant pour garder son équilibre, et se dirigea vers la poupe du bateau, où se trouvait, accroché au gouvernail, le marin.
Il avait lu quelques écrits sur l'île de Galuna, connaissait en partie sa flore et sa dangereuse faune, mais récemment, les journaux relataient l'arrivée de nombreux monstres sur l'île, et donc ses connaissances, anciennes, n'étaient pas mises à jour. Habituellement sur ses gardes, il ne s'en souciait pas vraiment : s'ils tombaient sur une bête sauvage, il la maitriserait. Actuellement, ce qui le préoccupait davantage, était l'étrange maladie qui se tramait sur l'île. Il allait falloir déterminer si le poison qui avait touché les archéologues se limitait à eux seulement ou si tout l'île était touchée. Peut-être une plante secrète une substance toxique ? Peut-être les archéologues ne sont pas immunisés face à l'écosystème de l'île, et cela expliquerait que seuls les archéologues soient touchés, si c'est le cas, et non pas la tribus qui y vit. Une série quasi infinie de question passait dans la tête de Kôta, et il allait falloir se renseigner précisément pour délimiter l'origine de ces étranges évènements. Il se posa donc à côté du marin, et commença par lui poser quelques questions.

«Excusez-moi; vous qui êtes marin, qui visitez les terres au delà des mers, avez-vous entendu récemment quelques rumeurs sur l'île de Galuna ?»


«Laisse moi réfléchir...Il y a quelques mois, on disait qu'une malédiction avait frappée l'île, mais je crois qu'ils ont envoyés une guilde régler ce problème.»


«Quel genre de malédiction était-ce ?»


«Je crois qu'un sortilège transformait le corps des habitants de l'île, mais c'est réglé désormais.»


Bien sûr, la maladie pouvait être l'origine d'une magie, et si c'était vrai, étant donné que les magies mortelles étaient assez interdites, la mission prendrait une toute autre envergure : ils seraient confrontés à un criminel. Réfutant cette idée, Kôta remercia le marin, sans surplus d'informations, et retourna s'assoir à côté de Cäcilie, qui avait toujours les yeux clos. Il ouvrit son sac, puis en sortit un vieux livre, une sorte d'atlas où il trouverait peut-être une carte de Galuna. Par chance, il y en avait une, et il observa un peu les reliefs de l'île. Le temple se trouvait au centre, en hauteur, surplombant l'île. Au nord de celui-ci, on trouvait un village. Venant par cet axe, Kôta jugea préférable que, en route, ils s'arrêtent quelques minutes au village pour questionner les habitants. Au moment où il rangea son livre, il entendit un gémissement prêt de lui, et Cäcilie se leva aussitôt, les yeux presque exorbités, arrachée à un mauvais rêve.

«Mère !!!»


Son cri arracha le silence qui s'était instauré quelques minutes plus tôt. Semblant reprendre ses esprits, elle regarda furtivement autour d'elle, puis demanda pardon.

«Je vous prie de m'excuser, j'ai fais un mauvais rêve. Il ne s'est rien passé de grave.»


Kôta eut un petit rire.

«On va pas te blâmer pour un simple rêve, Cäcilie-chan.»


Tournant alors la tête, Kôta aperçut, au loin, la forme d'une île qui se dessinait. Galuna. Ils arrivaient à destination, et un frisson d'excitation parcourut tout le corps du jeune homme. Il avait hâte de poser pieds sur l'île.
Cäcilie l'arracha pourtant de ses pensées en posant une question :

«Qu'avez-vous fait pendant tout ce temps ?»


«Je me suis renseigné sur l'île, et j'ai un peu réfléchis à notre mission, et cette étrange maladie. Je t'en parlerai un détail une fois qu'on sera arrivés.»


Et, quelques minutes plus tard, le voilier s'arrêta sur une plage de sable fin. Kôta sauta sur terre, s'enfonçant un peu dans les grains chauds, et eut envie d'enlever ses chaussures, aimant l'agréable sensation réconfortante sous ses pieds. Peut-être se réserverait-il ce privilège après cette mission. En tout cas, il était à terre avec sa camarade, tandis que l'homme était resté sur le bateau.

«Et bien, monsieur, je vous remercie aisément de nous avoir conduit jusque ici. A demain, peut-être, sinon à plus tard !»


Et l'homme repartit, prenant le chemin inverse, laissant les deux jeunes mages seuls à l'orée de la jungle de l'île. Kôta posa son sac à terre pour en sortir le livre, et l'ouvrit à la page qui montrait une carte de l'île. Tout en parlant, il suivait un itinéraire avec son doigt.

«Regarde, Cäcilie-chan; nous devons être sur cette plage, au nord. En descendant vers le sud, on croisera un petit village local, et je te propose de nous y arrêter pour savoir si les habitants sont eux-aussi touchés par la maladie. Ce sont des indigènes, et leur volonté de vivre reclus de la société doit être telle qu'ils ne doivent pas avoir jugé important de venir quêter de l'aide sur le continent. S'ils ont contractés la maladie, ils essayeront à coup sûr d'y faire face seuls. Il faudrait tout de même savoir si, oui ou non, ils présentent les symptômes. Je préférerai que mon hypothèse soit fausse, et que seuls les archéologues soient touchés, car sinon, nous serions en présence d'une maladie qui touche l'île entière, et nous serons tous les deux contaminés. Je ne sais pas si tu pourras faire quelque chose avec ta magie guérisseuse dans ce cas. Bref, une voix le village passé, nous nous rendrons illico au centre de l'île, qui se situe en haut d'une colline, pour y trouver le temple, et le campement des archéologues. J'éspère qu'ils n'ont pas réveillé quelque malédiction ancestrale...»


Il avait dit cette dernière phrase pour rire, mais lui-même n'avait plus l'esprit à s'amuser. Ils étaient véritablement dans le cadre de leur mission, désormais, et ils devaient être certainement sérieux. Il y avait déjà eux des morts, et leur rôle était d'empêcher ce massacre de se perpétuer.

«Tu es d'accord ?»


Il était prêt à s'en aller. Plus loin, on pouvait voir, par chance, un sentier s'enfoncer dans la jungle profonde de l'île. Si Cäcilie avait une bonne étoile, peut-être les guiderait-elle jusqu'au village.
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyVen 3 Juin - 14:23

Anonymous
Invité


Click

Nous sommes arrivés sur l'île de Galuna. Le sable de la côte s'était déjà refroidi avec la nuit. Nous étions en silence, sous le ciel parsemé d'étoiles, et la jungle révélait son côté à la fois mystérieux et dangereux. Qui sait ce qu'il pouvait bien nous attendre dans l'obscurité de la forêt ? Hirata Kôta, mon partenaire, s'était occupé de renvoyer le navigateur chez lui. Grâce à lui, nous avons pût traverser la mer en sécurité. Et j'avais assez bien dormi, bercée par les vagues et les doux bruits de l'eau battue sur une mer calme. Mon camarade avait également sorti une carte sur laquelle il nous indiquait notre prochaine destination. C'était un village de personnes vivant en auto-consommation. Ils n'étaient pratiquement jamais en contact avec le monde extérieur. Leur situation me faisait presque penser à la mienne. Ils n'ont jamais quitté l'île, jamais découvert ce qu'il pouvait bien exister là dehors. Se pourrait-il qu'ils soient satisfaits de la vie qu'ils mènent ? Je n'en savais que trop rien, mais dans mon cas, m'échapper de Pergrande Kingdom fût une libération.
Cette série de souvenirs firent revenir à mon esprit mon précédent rêve. Je n'avais rien vu, je n'avais entendu que les sons de ma mère mourante et de Siegfried l'achevant. Se pourrait-il que tout ce qui lui soit arrivé dans mes songes soit réalité ? A partir de là, je me suis promise qu'en rentrant de cette mission, j'enverrais une lettre à Pergrande Kingdom, à mon domaine pour m'enquérir de la situation là-bas. Mes parents me manquaient énormément, s'il devait leur être arrivé quelque chose, je crois que je ne me pardonnerais jamais le fait d'être partie. Si seulement je pouvais être à tous les endroits à la fois, faire plusieurs choses à la fois, diviser mon corps en plusieurs partie pour venir en aide à plusieurs personnes à la fois. Si seulement j'étais déjà plus capable qu'aujourd'hui. Si seulement je ne devais pas me contenter uniquement de fuir et de me cacher lors des passages difficiles, j'aurais pût protéger tant de monde. Mais je dois m'y faire au fait que je ne puisse protéger qu'une portion d'humanité. Et à partir de là, je me suis résolue à devenir une meilleure mage, pour faire beaucoup plus de choses que maintenant...

" Tu es d'accord ? "
" Oui bien sûr.. " Dis-je pensive.

En fait, j'étais encore absorbée dans mes souvenirs, mais j'avais effectivement écouté le plan de Hirata Kôta. Nous entrions donc dans la jungle. Dès les premiers pas à l'intérieur de cette-dernière, je remarquait le manque de lumière. Nous ne verrons rien dans ces conditions. Et nous serions donc vulnérable à toute attaque, de quelque direction qu'elle vienne. C'est pour cela que de ma propre initiative, je faisais par de mon idée à mon partenaire.

" Dans ce monde emplit d'obscurité, ou nous ne pouvons même pas nous voir, demeurera toujours une lumière pour nous guider, demeurera toujours une lueur d'espoir.
Laissez moi éclairer la voie.
"

Dirigeant mon épée gravée vers l'avant, fermant les yeux afin de me concentrer, je récitait l'incantation qui nous permettrait de nous orienter en cette nuit noire.


O Tugend! O Licht! Gebt mir die Macht, Gerechtigkeit zu dienen!
~ Light Uirtutis ~


Ma lame se mit a briller d'une lumière pure et blanche éclairant au loin. Le sort était à sa puissance maximale et nous permettait d'y voir à plusieurs mètres autour de nous. Cette lumière était belle et chaleureuse, et nous faisait progresser rapidement dans ce dédale de lianes et d'arbres enchevêtrés. Parfois, il m'arrivait de simplement admirer la lumière, car elle me rassurait, elle représentait un symbole fort, le symbole de ce qui dissipe les ténèbres et rend notre chemin plus sûr. Je me demandais si Hirata Kôta l'appréciait également. Il marchait derrière moi, nous allions dans la direction qu'il avait proposée, mais il y avait encore du chemin à faire. C'est pour cela que, je ressentais à ce moment là, le besoin de converser un peu.

" Dîtes Kôta-dono, aimez vous les animaux ? "
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] EmptyVen 3 Juin - 16:49

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click

D'accord avec le plan de Kôta, Cäcilie ouvrit la marche en se dirigeant vers le sentier qui pénétrait la jungle. Si, à l'extérieur, le soleil se couchait, et les étoiles commençaient à resplendir, annonçant l'arrivée imminente de la nuit, dès qu'ils entrèrent entre les arbres, ils furent rapidement plongés dans une noirceur totale. Ils ne discernaient qu'à un pas devant eux, et encore, certaines fois, ils avançaient dans le noir. Après à peine une minute passée dans cette ambiance glauque, Cäcilie s'arrêta subitement, Kôta faillit se cogner brutalement devant elle mais s'arrêta le nez à quelques centimètres de ses cheveux.

«Dans ce monde emplit d'obscurité,
où nous ne pouvons même pas nous voir,
demeurera toujours une lumière pour nous guider,
demeurera toujours une lueur d'espoir.
Laissez moi éclairer la voie.»


Kôta entendit un grincement aigu, et vit Cäcilie arracher son épée de son fourreau. En la plaçant en hauteur devant elle, elle commença une incantation :

«O Tugend! O Licht! Gebt mir die Macht, Gerechtigkeit zu dienen! Light Uirtutis !»


La lame de la jeune magicienne se mit alors à étinceler, perçant l'obscurité, dévoilant le paysage endormi des arbres autour d'eux. Aveuglé sur le coup, Kôta ferma plaça son bras devant son champ de vision, se gardant une minuscule place pour voir la silhouette de Cäcilie tenant sa divine lumière. Rapidement habitué, Kôta rouvrit complètement les yeux.

«Impressionnant !»


Il ne s'attendait pas, en effet, à ce que la jeune femme ait une telle technique en réserve. Kôta se sentit bien inutile, sur le coup, mais il savait que, bientôt, ses capacités seraient précieuses.
Ils continuèrent donc leur chemin, et quelques minutes plus tard, alors qu'un nouveau silence s'était installé, Cäcilie parla :

«Dîtes Kôta-dono, aimez vous les animaux ?»


Elle s'était remise à le tutoyer, et cela dérangea le garçon, qui s'était déjà habituée à elle comme si elle était une amie. Quelque peu troublé, il décida de se placer aux côtés de Cäcilie pour lui répondre : désormais, le chemin était plus large, même si la voute obscure des branches empêchait toujours le soleil de filtrer au dessus de leur tête.

«Les animaux ? Et bien...»


Lui-même n'entendit pas le reste de sa phrase. En effet, un horrible grognement, tout proche d'eux, se fit entendre, arrêtant assez sèchement la marche des deux mages. Kôta se dit qu'une bête devait, à coup sûr, avoir été attirée par la lumière, voire peut-être aveuglée, comme lui précédemment. Mais il savait également que les bêtes ne réagissaient pas pareil à un aveuglement qu'un humain. Sans doute se sentant menacée, la bête trouverait là une occasion de faire son diner, ne laissant que deux vilaines carcasses humaines. Réagissant sur le coup, il se baissa rapidement pour détacher ses deux poignards de ses jambes, et se plaça dos-à-dos avec Cäcilie.

«Tu as une épée, tu sais te battre, hein...»


Ce n'était pas une question, juste une phrase pour se rassurer. La seconde qui suivit, un ours deux fois plus gros que la normale balaya un buisson, et apparut sur le sentier, face à Kôta. Armé de griffes redoutables, la bête poussa un nouveau grognement en balayant l'air devant Kôta, qui eut juste le temps de faire un saut en arrière pour l'éviter. Enchainant, profitant que la bête se remette de son attaque, Kôta s'avança en faisant une roue. Au moment où ses mains touchèrent à terre, il enfonça ses poignards dans le sol, et se tint en équilibre les jambes en l'air. Ses chaussures se firent alors lacérer pour laisser place à ses pieds, fraichement transformés en des serres acérées d'aigles, et en faisant deux-trois moulinets, le jeune garçon répondit à l'attaque de l'ours en lui tranchant de long en large le ventre. La bête, alors que son sang rouge foncé giclait un peu partout autour d'elle, tomba lourdement en arrière, soulevant un nuage de poussière. Kôta reprit position normale, ses pieds redevenant normaux dès qu'il toucha le sol, et il déterra ses poignards qu'il essuya en se tournant vers Cäcilie, le sourire au lèvre.
Erreur de débutant.
La bête s'était déjà relevée derrière lui, mais, fort heureusement, les sens de rapace de Kôta firent qu'il sentit aussitôt une nouvelle attaque venir. Il se baissa pour éviter une patte rageuse qui balayait l'air, mais l'ours utilisa sa seconde main pour envoyer valser Kôta contre un arbre plus loin. Se relevant sans grande peine, bien qu'assez sonné, le garçon se rendit compte qu'il avait perdu un poignard en virevoltant après coup. Ayant un nouveau rire nerveux, il regarda l'ours s'avancer vers lui, ses pas accompagnés d'une respiration saccadée, emplie de rage.
 MessageSujet: Re: Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta]   Problèmes de Logistique - Mission [B] - [Cäcilie Frieda - Hirata Kôta] Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Rambo II : la mission [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser