Le deal à ne pas rater :
Kingston A400 – SSD interne – 2.5 » – 960 Go
79.9
Voir le deal
Le Deal du moment : -20%
-100€ sur Roborock S5 Max Aspirateur Robot
Voir le deal
399.99

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
le tribunal des âmes - ENYA
 MessageSujet: Re: le tribunal des âmes - ENYA   le tribunal des âmes - ENYA - Page 3 EmptyJeu 29 Jan - 13:32

Zadig Cavalli
Zadig Cavalli

[HM] Ajatar Virke

Click


INTO THE WILD



Elle est en colère, c’est comme une odeur, une aura qui s’exhale hors d’elle – prête à tout dévorer sur son passage. La terre grince sous l’impact de son pieds contre son flanc et dans un tremblement, des fissures se génèrent autour d’elle. Zadig siffla d’admiration, il ne semblait pas heurté par sa fureur – il ne connaissait pas ça, au contraire. Quand ils furent à nouveau dans la désolation de cette terre qu’ils avaient martyrisés dans leur jeu dangereux. Zadig avait les mains dans les poches, le sac à dos. Il souriait et sa main s’égara dans ses cheveux.

_ Tu es encore plus jolie quand tu t’énerves, Enya.

Ce n’était pas dans le but de la couvrir de faveurs pour éviter son courroux, bien au contraire. Il adorait voir ce pli de contrariété arquer leurs paupières. Ses iris étaient devenues un véritable incendie et Zadig sentait sa chair se calciner dès qu’ils les croisaient. Changeante Enya, son humeur joueuse s’était brisée et faisait place à une contrariété qu’elle gardait prisonnière encore dans son sein, la refoulant. Zadig glissa son index sous son nez en reniflant légèrement.

_ Alors on arrête de jouer maintenant ? C’est dommage, j’aimais bien la tournure que ça prenait.

Il haussa les épaules légèrement, l’air désolé. Il n’avait pas l’air apeuré, il ne la sous-estimait pas non plus. Zadig était de ces inconscients qui peuplaient Fiore – qui était un fervent partisan de l’adrénaline. Il savait qu’elle le ferait tomber comme une mouche, il savait qu’elle serait apte à lui ôter la vie. Mais Zadig est un amoureux du danger plus que quiconque, il aurait sûrement dû fuir, s’abriter derrière Ajatar Virke. Mais il ne bougeait pas, ses pas auraient dû l’éloigner, mais ses jambes s’étaient plantées comme des racines dans la terre.

_ Ca me dérange pas si on se recroise, ça me ferait plaisir même. Tu as beau être dangereuse, je sais que t’es pas un monstre comme on cherche à nous le faire croire.

Enfin il rigola légèrement. C’était réellement ce qu’il pensait, Enya était de comme les rocs, forte et sa puissance pouvait s’écraser sur vous avec la fureur d’une météorite empourprée de flammes.

_ Même si je sais que t’es plutôt bien en colère, là. N’oublie pas qu’on est fait de la même pierre Enya, n’oublie pas qu’on a joué.

Il souriait toujours et prit une grande inspiration.

_ Alors j’imagine que j’ai deux solutions ; soit je retourne dans la culotte de ma
mère, soit je te montre vraiment qui je suis ?


Il se frotta le menton avec son index, toujours un sourire suspendu aux lèvres. Détestable Zadig, il ne connaît pas la colère, il ne sait pas ce que ça fait la fureur d’une femme. Il ne sait pas et il cherche à savoir, c’est dangereux certes. Mais Zadig aussi est dangereux, Zadig aime le danger, Zadig et l’adrénaline il cherche toujours à se l’accaparer. Il la sent se glisser à l’intérieur de ses veines.

_ Le jeu est fini, alors…

Il frotta ses mains puis souffla dessus.

_ Il est temps de passer aux choses sérieuses ?

Non, Enya. Détrompe-toi, il ne prendra pas la fuite. Trop simple.





 MessageSujet: Re: le tribunal des âmes - ENYA   le tribunal des âmes - ENYA - Page 3 EmptyJeu 29 Jan - 13:57

Enya Taylor
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click


Echet et Mat
Rp Libre ~

♣ Il était planté là. Il restait. Malgré l'ampleur de l'orage qui approchait à grande vitesse, il restait. Il me faisait face sans peur, sans crainte mais avec la même étincelle de folie que le chat. Pourtant Damaz était différent de Zadig.Damaz c'était pas de l’inconscience brute comme Zadig...Damaz c'était la folie. La folie mais le plaisir charnel également. Dés qu'on se frôlait, dés qu'il y avait le moindre contact physique entre nous c'était comme jeter de l'huile sur les flammes de nos émotions.

Zadig il était différent du minou. Il était fous à sa manière et ça me plaisais bien. Il était vrai qu'il m'avait mise en colère mais il ne me sous-estimait pas. Il savait qui j'étais. Il savait également ce que je pouvais faire.

Il parle avec ce même langage fourbe dont seuls les serpents ont le secret. Il attend la suite du jeu. Je ne pus m'empêcher de sourire à ses propos.

"- Parce que tu penses que je vais jouée avec un gamin de ton genre mon choux ?"

J'avais jouée la première mi-temps et il était vrai que je reconnaissais ton talent mais je pouvais faire bien des choses encore. Bien des catastrophes pouvait se déchaîner et j'allais pas me gêner pour te le faire comprendre.

Mes sourcils se froncent quand il annonce la fin du jeu. Excuse moi petit mais t'as pas l'air de saisir la situation, le jeu se termine quand JE le décide pas quand tu le fais. Le jeu se termine quand tu rentreras chez toi en rampant et j'allais m'en occuper...De ce pas.

Soudain la météo change. Le ciel devient noir, le vent se lève et mes cheveux virevoltent dans tout les sens. Le ciel semble se transformer en tourbillon menaçant au dessus de nos têtes et ça petit..C'est à cause de moi.

Tu veux jouer avec moi ? Alors encaisse ça.

"- Fléaux, maîtresses des vices et de l'humanité, j'en appel à vos pouvoirs, à vous qui commandez à toutes choses sur terre...Fléaux j'en appel à votre présence dorénavant et à présent. Que vienne à moi Opale, Ily et Athéna!"

Opale..Ou le vice de la Tromperie.

Ily...Ou le vice de la Maladie.

Athéna...Ou le vice de la Guerre.

Armée d'un sabre à la lame noire dans la main, j'attends patiemment. Tu peux jouer avec la terre. Tu peux jouer avec les cailloux, je prends tout le reste.

"- Opale...Dédoublement en 5. Ily...Propage moi un truc bien moche qui va le tuer."

On se mélange avec toutes les illusions. Tu ne sais plus où je suis ni qui je sais. On est toutes armées et on arrive dans toutes les directions : En face, à gauche, à droite, par les airs...Et pendant que tu seras occupés à nous repousser..Méfie toi car elle attends juste derrière...Ou alors elle est déjà là? Ahahaha tu veux jouer Zadig? Vient donc.

Pourtant...On dirait que tu commences déjà à transpirer...Les premiers symptômes. Après c'est la nausée et les malaises.

"- Attention à ne pas tomber, je pourrais te tuer presque facilement tellement tu es bancale. Tu sembles tout pâle pauvre petite chose....Donc maintenant dis-moi Zadig...Qu'est-ce que vaut un mage d'Ajatar Virke sur le seuil de la mort?"

 MessageSujet: Re: le tribunal des âmes - ENYA   le tribunal des âmes - ENYA - Page 3 EmptyDim 8 Fév - 23:40

Zadig Cavalli
Zadig Cavalli

[HM] Ajatar Virke

Click

PATH






Enya – s'était immiscé dans la forteresse de roche qui lui servait de protection, elle avait déchiré chaque écorce de la terre, elle l'avait fait devenue poussière. Elle avait ouvert son ventre pour offrir son amour à Zadig qui avait emmené des bombes dans son sillage, brisant les édifices de ses profondeurs. Alors la terre, dans un son élan d'amour – avait offert sa fusion à Zadig pour le protéger – Elle était jalouse, la terre, de toutes ces femmes qui gravitaient dans la vie de Zadig. Comme des comètes – elle les jalousaient, parce qu'elle savait qu'elle ne serait jamais l'une d'elles.

Un rictus sanglant s'étala sur les lèvres de Zadig comme une injure – comme pour dire « je suis toujours là ». Tu ne vois pas Enya ? Sa stature de zombie, dans son cœur coule l'acide d'un mortel d'un jeu dont la finalité peut être résolu par un baiser fatal. Il ne bougeait pas, ses pieds s'enracinaient au sol, ses phalanges frôlèrent les fissures du sol éclaté par les assauts répétés et il souffla légèrement.

—  J'ai encore besoin de toi, ma chérie.

La terre sembla gémir un soupir douloureux, Zadig se redressa et frotta ses paumes de main l'une contre l'autre. Quand ses fléaux germèrent et foulèrent le sol, la terre émit un grondement sourd de colère. Et Zadig, lui, riait à s'en écailler la voix contre ses cordes vocales, à s'en calciner la gorge comme s'il prenait feu de l'intérieur. Comme s'il était en combustion. Enya ne jouait plus – mais Zadig ne savait pas à quoi s'attendre, et c'était dans cette optique là qu'il pouvait imaginer tout et n'importe quoi. C'est dans cette optique là qu'il savait qu'Enya n'avait pas de limite et qu'il pouvait appréhender. Son éclat de rire perturbait le silence, tandis qu'il écartait les bras – son aura explosa comme une bombe, faisant monter la température comme une sphère de pouvoir, menaçant cloques purulentes si on restait trop dans le périmètre, ou des brûlures qui seraient prêtes à se marbrer sur la chair. Ca maintiendrait Enya à l'écart.
Mais c'était trop tard.

C'était rentré à la manière insidieuse et sournoise des serpents, ça lui avait déchiré les poumons et humidifié les tempes. Quelque chose de trop lourd secoua brutalement sa tête – quelque chose, un monstre informe qui étreignait sa santé, avant de lui briser le cou.
Zadig se sentit malade. Maladroit dans sa manière.

Il rit légèrement, avant de se courber pour que son souffle lui redonne de l'énergie. La fièvre liquéfiait ses muscles et il se mit à tousser en posant son poing face à ses lèvres. Il se frotta le front avec le revers de sa main, légèrement. Il sourit, lentement.

—  Je sais pas ce que tu m'as fais, Enya, mais ça m'a pas mis dans le bien hahaha.

Elle avait choisit la voie la plus efficace – réduire son corps en miette, effritait par les étreintes d'une maladie naissante. Elle l'enivre sans trêve, élucide un peu plus l'issue de cette rencontre.
Zadig tenait toujours debout, bizarrement. Comme si la terre insufflait en lui une force secrète – mais aussi fragile qu'un château de carte.
L'aura malade de Zadig se répandit lentement, alors qu'il s'avançait vers elle. Il ne titubait pas – il ne chutera pas.

—  Alors, alors... Il se gratta l'arrière de la nuque. J'imagine que mes options se réduisent à chaque secondes.

Il toussa à nouveau, lentement. Mais vu l'air qu'il arborait, ce n'était comme si ça ne l'atteignait pas. Comme si tout lui glissait dessus.
Comme si au fond, il s'y attendait un peu.

C'est quoi ce cadeau pourri que tu m'as fais, hein ?

La vie s'asséchait en lui comme un fleuve s'asséchait à cause de la sécheresse. Pourtant Zadig n'arquait pas une faille ou une faiblesse. Il était Zadig, il était debout. Il tenait encore. Il riait encore – comme si le fait de frôler la mort, ou de l'enlacer ne lui faisait pas peur. Comme si ça ne lui avait jamais fait peur.

—  Alors, qu'est-ce qu'on fait maintenant, Enya ?

Il glissa sa main dans ses poches, ça fumait à l'intérieur de lui. Comme si chaque organes fanaient à chaque phrases. Est-ce qu'on joue encore avec la mort, ou est-ce qu'on flirte avec la vie ?

Moi j'ai fais mon choix.

 MessageSujet: Re: le tribunal des âmes - ENYA   le tribunal des âmes - ENYA - Page 3 EmptyLun 9 Fév - 8:19

Enya Taylor
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click


Juste Toi
Rp Libre ~

♣ Il y avait bien des choses que je pouvais faire. Bien des choses que je pourrais faire. Mais j'avais envie de jouer. J'avais envie de jouer avec lui parce qu'il était rare de croiser quelqu'un comme Zadig. Il l'avait certainement comprit à la seconde où le jeu s'était changé en course contre la montre. Il avait certainement comprit que je ne suis pas le genre de femme à prendre à la légère, détestant également d'être sous-estimée. Trop longtemps on a ris de moi. Trop longtemps on s'est moqué de moi. Trop longtemps j'ai jouée aux jeux des hommes parce qu'il n'y avait que de cette façon que je pouvais avoir leurs attentions mais maintenant, c'était à eux de se plier devant moi, c'était à ceux de s'agenouiller suppliant pour leur vie.

Zadig n'échappa pas à la règle et il le savait. C'est certainement ce petit quelque chose en lui, cette force non pas brute mais incertaine qui faisais qu'inconsciemment, je m'étais attachée à lui à ma façon. J'avais une façon singulière d'aimer les gens...Peu de gens avait cet honneur.

Il semble avoir comprit que ce n'est pas rien qui le tue à chaque seconde. Que ce petit quelque chose est mon "caillou" de secours. Je souris alors qu'il s'approche, blême, menaçant de sombrer à tout instant et pourtant et moi-même j'en fus étonnée, il était encore là. Il était encore debout, à quelques mètres de moi et encore, il réduisit la distance petit à petit.

Il posait des questions sur des questions alors que je gardais le silence, savourant cet instant. Je pourrais rester là, le regardant mourir, pourrir de l'intérieur mais quelque part, j'avais cette voix intérieur qui me disais de l'aider. Ta gueule. Aujourd'hui je me fais plaisir. Au diable les bonnes manières et au diable tout le reste.

Aujourd'hui, je joue dans ma cours de récréation.

"- Ta!Ta!Ta! Tu sembles ne pas apprécier le même cadeau pourri que tu m'as fais en m'offrant ce caillou. Tu es un homme bien difficile blondinet, fis-je en rigolant et en passant ma main sur sa joue. Houla t'as de la fièvre dis donc, tu devrais aller te coucher! Ahahahah!"

Je ris devant toi, je ris devant mon oeuvre mais intérieurement, je n'ai pas envie de rire étrangement. Aaaah je déteste ce sentiment de culpabilité quand je fais quelque chose de bien...Ce même sentiment quand j'ai kidnappée Jasper et l'ai menacée de mort en le jetant dans la lave des enfers. Exactement la même chose.

Qui ose dire que je n'ai pas de cœur encore? J'en ai un, il fonctionne un peu bizarrement c'est tout.

"- Qu'est-ce qu'on fait hein?"

Je retire ma main de sa joue pour la fourrer dans la poche de sa veste que j'ai gardée sur moi. Je réfléchis à ce que je pourrais faire de lui. L'achever? Lui sauver la vie? L'enlever? Le garder pour moi? L'achever.

"- Tu aurais pu tout simplement accepter mon offre au lieu de faire l'enfant difficile...soupirais-je, Belphegor!"

Et là ton corps tombe. Tout seul d'ailleurs. Je suis toujours aussi étonnée de l'efficacité du sommeil de Belphegor tellement je ne l'utilise que rarement.

Je réfléchis quelques instants et demande à Satan et Lucifer de nous emmener plus loin, dans les bois où la terre ne ressemble en rien à un champ de bataille. J’enlève ta veste et la plie en boule pour m'en servir comme oreiller avant de la glisser sous ta tête et faire venir Ily pour inverser les effets du sort.

Belzebuth vient à son tour pour restaurer ton énergie...Non pas ta magie, faut pas abuser non plus.

Le soleil se couche progressivement et je m'adosse contre un tronc d'arbre, essouflée, transpirante. Invocation sur invocation ça commence à faire. T'as de la chance que je sois d'humeur généreuse aujourd'hui.

Le soleil se couche et tu dors toujours, j'attends que tu te lèves, parce que je n'ai que ça à faire, manquerait plus que le Conseil attrape un endormis, je m'en voudrais de pas avoir prit soin de mon jouet.

La nuit tombe, le sort de Belphegor se dissipe et moi, je suis crevée. Je te sens bougé, remué et certainement en excellente santé...reposé également.

"- Je suis prête pour un second round mais ça me tuerais honnêtement à ce rythme là. Je vais être honnête. Je t'aime bien alors on va faire un deal toi et moi, un genre tout nouveau. Quand on se ferra chier mutuellement, on viendra se trouver et puis quand t'en auras assez de te moucher dans les jupons d'Ajatar..Tu sauras où me trouver je pense. Tu entendras parler de moi bien assez tôt. En attendant on peut passer la nuit ici...Je pense que le conseil rôde dans le coin et j'ai plus de portes de sorties de disponibles."

A vrai dire, j'en ai encore une mais ça serait m'abandonner à ça et je refuse. Je suis folle mais pas suicidaire..Ou presque pas du moins. J'aimais bien Zadig, on pourrait presque devenir amis si on faisait pas partis de deux mondes différents lui et moi. Il m'impressionnait assez et il était vachement mignon...En faite j'étais plus intéressé par son physique à tuer que par toute autre chose mais il m'amusait et ça faisait longtemps que je n'avais pas ris...

Et ça faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvée dans un état pareil.

Ma magie affecte seulement les autres..Et pas moi.

"- Libre à toi de partir si tu veux...Fait gaffe de pas te faire chopper au passage. Je me suis pas crevée le cul à te remettre sur pieds pour que tu fasses le con. Ok?!"

 MessageSujet: Re: le tribunal des âmes - ENYA   le tribunal des âmes - ENYA - Page 3 EmptyJeu 26 Fév - 14:23

Zadig Cavalli
Zadig Cavalli

[HM] Ajatar Virke

Click

PATH




Le feu au front, la sueur aux tempes, les paupières à moitié courbées, oscillant entre le sommeil et le réveil. Zadig n'était pas de l'acier, il sentait sa vie s'échappait hors de ses lèvres, ses forces s'anéantir contre la terre. La terre résonnait d'angoisse, suintait d'anxiété parce que Zadig était comme un funambule, un fil s'était déroulé sous ses pieds, et s'il se cassait la figure, c'était la fin. La terre semblait vouloir l'aider, mais il la stoppa d'un geste brusque et ferme. Enya se moquait de son état, elle avait bien raison, il aurait fait la même chose si ça avait été elle. Il aurait fait bien plus encore. À cette pensée, un sourire léger et flou flotta sur son visage, comme un mirage. Il s'avança vers elle, se courba pour poser son front contre son épaule, ses murmures amusés se frottèrent contre sa peau comme une caresse.

  Et toi t'es une femme bien exigeante...

Tout a commencé ; enfin. Tout a pris fin ; dans l'ombre de l'impatience.

Il se redressa et d'un revers de main, il faucha les perles de sueurs qui luisaient sur son front. Ses genoux se plantèrent subitement au sol puis il chuta sur le côté, avant que son âme ne s'engouffre dans un des sommeils les plus profonds. La terre eût un grondement féroce, comme si de la lave en colère menaçait de jaillir des fissures pour tout recouvrir dans son élan de violence. Mais il ne se passa rien, parce que Zadig lui avait ordonné de rien faire, mais elle s'ébouillantait de l'intérieur, comme si on lui ôtait l'appendice de son âme.

Enya arracha sa malédiction qui germait dans le ventre de Zadig, ramenant ses calamités en son sein. Elle était une arme, quelque chose qui détruisait quand elle pouvait aimer. Enya avait un cœur détraqué, comme si les démons avaient déformés sa structure, elle aimait comme l'enfer. Puis les silences s'engluèrent dans l'espace, inclinant le soleil en crépuscule. Il se mourrait entre deux montagnes, écorchait ses rayons un peu dans la voûte céleste dans des nuances vermillons tâché d'orange. C'est à ce moment que ses paupières clignèrent un peu – la sensation d'être indéniablement en forme, Zadig nicha son visage dans le creux de son coude en riant bêtement. Il entendit Enya parler, il l'écouta légèrement. Oh ouais, il était parfaitement en forme, comme si ses blessures s'étaient fanées, mais il savait que c'était Enya qui en était responsable. Il se redressa soudainement et s'assit face à elle, plaquant son dos contre un tronc d'arbre décharné. Ses mains tapotèrent dans les poches de son pantalon pour sortir une cigarette et la finir sur ses lèvres. Quand elle fut allumée, il tira deux trois lattes en silence, avant de rire à nouveau.

—  J'ai frôlé la vie ! Je me suis jamais autant senti en forme.

Il se gratta l'arrière de la nuque, avant d'à nouveau regarder Enya.

—  J'aurais bien toute la nuit à te consacrer.

Il lui fit un clin d’œil enjôleur, jusqu'à ce sa cigarette attire son attention. Il fit voler la cendre sur la terre. Le soleil se faisait chasser par la nuit, il se laissa mourir à l'horizon. Ses jambes se déplièrent puis il se redressa.

—  Mais on en aura encore longtemps, des nuits devant nous. Alors on fait comme ça Enya, j'attendrais que tu fasses parler de toi. Et quand on s'emmerdera, on fera en sorte de se revoir.

Il écrasa sa cigarette, attrapa son sac qu'il fit basculer sur son épaule.

 J'ai déjà hâte mais j'attendrais.

Et entre les étreintes des arbres, il disparut. Noyant son ombre dans la nuit, mais alors qu'il était déjà loin. Quelque chose de discret était gravé sur le tronc d'arbre où il s'était posé, juste un mot, à peine soufflé.

Merci Merci de lui avoir sauvé la vie.



Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: le tribunal des âmes - ENYA   le tribunal des âmes - ENYA - Page 3 EmptyVen 27 Fév - 10:19

Enya Taylor
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click


L'Histoire de Nos Vies
Rp Libre ~

♣ Dans sa démarche. Dans ses paroles. Tout en lui me rappelais cette insolence et cette désinvolture qu'avait Damaz. Cette provocation et ses sous-entendus dans la moindre de ses paroles. Quand je pense que ces deux-là vivent sous le même toit. Je le regarde bouger, je le regarde revivre. Je souris bien malgré moi car on ne peut que sourire quand on voit la face heureuse de Zadig. Zadig à ce sourire contagieux, cette dynamique qui nous donne envie de le suivre. Il a cette gaieté naturelle même quand il a frôlé la mort.

Zadig s'en va. Laissant le silence régnait sur cette terre meurtrie par notre rencontre. A jamais se souviendra t-elle de notre passage ici bas.

Zadig s'en va, me laissant, sans crainte et sans peur. Zadig s'en va, pleins de promesses dans les paroles, un peu comme Damaz mais quelque chose me laisse à croire que lui, comme le chaton...Avait quelque chose de commun : Le jeu. Dés que nous nous baiserons, dés que nous aurons finit de jouer les uns avec les autres, dés que l'un écrira la fin de nos histoires, il n'y aura rien à se dire. Nous étions ce genre de personne. Détestables par nos actions. Nous aimions nous faire détester parce qu'il nous était impossible d'aimer et d'être aimer. C'était trop dur. On aimait les gens d'un amour qui nous était propre et singulier à la fois, quelque chose de tordu en soi.

J'aimais Damaz. J'aimais Zadig. Mais j'avais une préférence pour le chat.

J'aimais ces deux-hommes agissant comme le jour et la nuit, la lumière et l'obscurité. Le danger et le frisson. L'adrénaline et l'excitation. Deux contraires pourtant complémentaires. Je ne pourrais jamais faire sans dorénavant. Je ne pourrais renoncé à les revoir une dernière fois...Une ultime fois où l'on se mettra d'accord sur notre fin.

D'ailleurs je me demande ce qu'il fait en ce moment...Damaz. Je me demande ce qu'il pense...Certainement à pleins de choses. Il a un cerveau de tordu. Il a un cerveau tellement bizarre que même moi, je pourrais m'y perdre dedans. Parce qu'au fond, il est pas méchant, il a juste été changé. Il a juste comprit à quel point la vie que l'on menait était pourri et que le monde dans lequel nous vivions était ...Etrange pour ne pas dire corrompu jusqu'à la moelle.

Je regarde Zadig partir, ramassant ses affaires sans dire un "merci". Je ne le souligne pas. Je pourrais mais je me le garde pour la prochaine fois. Je lui ferrais payer de ne pas m'avoir remercier...Et cette fois, je ne l'aiderais pas à se remettre.

Zadig s'éloigne, la lumière avec.

La nuit tombe, les nocturnes sortent et les premières chouettes font du bruit. Je piétine le feu d'une façon nonchalante avant de me redresser à mon tour.

Il était temps de rentrer. Rentrer à la maison, reprendre la vie laisser en pause le temps de cette journée. Reprendre là où je l'avais laissé. C'était où déjà ? Je ne sais plus, je ne m'en rappelles plus. Tant pis, j'improviserais.

Zadig est partit avec un bout de notre histoire dans sa poche...Moi je suis partie avec un bout de ses affaires : son manteau.

Peut-être que je lui rendrais la prochaine fois. Si Zadig l'enfant est sage.

 MessageSujet: Re: le tribunal des âmes - ENYA   le tribunal des âmes - ENYA - Page 3 Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Nord :: Col du Nord :: Chemin Houst