Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2
La belle aux bois dormant
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Jeu 21 Nov - 2:01

avatar
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click


« DIGNE DE VOTRE LUMIERE »

« Alors que résonnait dans mon esprit comme les échos étranges d'une vie antérieure, j'essayais de conserver une contenance digne de mon rang, mais plus je tentais de focaliser mon attention, moins je réussissais à tenir compte de ce qu'il se passait autour de moi. En réalité, je me concentrais bien, mais sur quelque chose de tout autre, quelque chose qui n'était pas accessible aux autres, quelque chose qui me faisait me demander si je perdais la tête où si quelqu'un avait mis quelque chose dans mon vin. Le vin, oui, ça devait être ça. Affublé de cette expression déphasée, je me camouflais à peine pour verser le liquide hors de prix dans le pot d'une plante placée ici, près d'une colonnade, mais cela ne suffit pas à dissiper ce que mes yeux voyaient, et, superposée aux vas et viens de la grande salle et de ses courtisans, c'était une vision irréelle qui s'offrait à moi. Il y avait bien les tables, les victuailles, les rires et les discussions, les ménestrels qui jouaient un air simple mais délicat, et les deux trônes sur lesquels étaient le Roi et la Reine. Mais personne, personne, ne semblait effrayé ou prendre ombrage de ce qui se dressait pourtant au milieu de tous, à la fois là et pas là, comme une image en filigrane. Effilée comme l'aileron d'un requin, toute en angles et lignes de force, la chose était froide comme l'hiver et pâle comme la mort, de proportions titanesques, et semblait se dresser là comme une sentinelle immobile, sans respirer, sans ciller, et même son regard était figé dans le blanc de la cataracte, lui ôtant toute vision du monde, la rapprochant encore un peu plus de ces statues cyclopéennes de marbre des temps anciens que d'un être vivant.

Et, pourtant aveugle, c'est moi qu'elle regardait.

Il y avait dans ses yeux morts l'écho d'un nom que je ne parvenais pas à saisir, comme le murmure secret de la vérité, et malgré cette paralysie qui s'emparait de moi, je sentais, étrangement, mes réticences fondre comme neige au soleil et la certitude croissante et impérieuse que je
devais écouter ces murmures évanescents qui me fascinaient.

Mais la surprise fit voler en éclats la fragilité de l'instant, quand apparut dans la salle, comme un coup de tonnerre soudain, la silhouette funeste de la Sorcière Maléfique. Un brouhaha de stupéfaction mêlé de terreur s'empara de la salle comme une rumeur grondante et l'ambiance changea du tout au tout. Clignant des yeux, je me tournais de nouveau vers la chose, mais elle avait disparue, et ne restait plus à sa place que les ombres du fond de la salle. Les gardes s'agitèrent et sortirent leurs armes, tandis que moi-même je portais la main à ma garde. J'avais eu conscience, une seconde plus tôt, de qui j'étais vraiment, et si cet éclair de lucidité s'était envolé, j'avais encore l'impression d'avoir vu sous le voile, imprimée dans ma conscience, comme un contraste de lumière grâce à la persistance rétinienne. Mais ce n'était plus à l'ordre du jour. Elle était là, elle, celle qui annonçait le sort funeste que je savais devoir tomber sur la Princesse Aurore.

Elle s'adressa au Roi Stéphane et, indirectement, à toute la cour Malgré l'aura de terreur froide et maléfique qu'elle dégageait, il y avait néanmoins dans ses propos un ton charismatique et enjôleur, comme la tentation d'un pêché, comme cette philosophie qu'elle représentait, celle de faire le mal, sans aucun remord, dans une mentalité qui était à l'image des démons qui constituaient son armée : laide et hideuse. Elle proféra les menaces de mort et s'en alla alors comme elle était venue, dans un rire à glacer le sang. L'ambiance venait de changer du tout au tout, et c'était une atmosphère de gêne morbide qui s'installa. Le Roi Stéphane semblait accablé, plus encore la Reine, et même leurs royales impassibilités ne suffisaient à le camoufler. Quelque part, je ne savais pourquoi, j'éprouvais une immense empathie pour leur chagrin.

Pris d'un élan soudain, certains diraient d'une folie inconsciente, je m'avançais alors jusqu'au trône d'un air déterminé, devançant tous ces nobliaux dans leurs hésitations et leur réserve.

_ Roi Stéphane, Dame la Reine, il serait bien hypocrite que de se présenter en ce lieu en ce jour pour prétendre à la main de son Altesse princière votre fille et ne pas placer son épée en travers des périls qui menacent sa vie. Aussi, soyez assurés que je dédie mon bras armé et ma vie à la protection de votre fille, quoi que puisse en dire Maléfique. »

Un instant de silence passe, comme l'étonnement du moment. Je lis l'espoir dans les yeux de la Reine, et le même genre d'attente dans celui du Roi, quoi que teinté des attributs royaux qui sont les siens.

_ Elle vivra ou je périrai, je le jure devant les dieux et les hommes, moi, Uriel Rudraksha. »

La stupeur dans mon propre esprit, tandis le choc violent de mon nom me fait me rappeler en partie qui je suis. La surprise se peint sur mon visage, que j'essaie rapidement de dissimuler. Je prends conscience de ce que je fais ici mais je ne comprends pas du tout ce qu'il se passe. Roi Stéphane ? Maléfique ? Aurore ? Qu'est-ce que c'est que ce trip de drogué ? Pourtant, je ne prends aucune substance illicite, du moins, sauf si quelqu'un en a mis dans mon verre, mais... Le Roi et la Reine me remercie, ils m'assurent qu'ils ne laisseront pas une telle chose se produire et, si j'écoutais seulement ce qu'il me disait, je sentirai le père s'exprimer avant le roi, mais je suis bien trop énervé à l'intérieur pour me concentrer longtemps sur quelque chose. Et puis, où est Altiel, bon sang ? Je le cherche du regard au hasard de la foule, mais je ne vois personne. Je commence à m'agiter, et j'aimerais bien prendre congé de tout ce monde, mais il semblerait qu'un taré psychopathe pourri gâté nous ai collés dans une telle situation. Je sens l'influence du personnage du conte sur ma psyché, et je vois bien que je ne peux pas m'en défaire complètement, mais pour le moment je suis lucide, et je dois en profiter. Le Roi ordonne de faire comme si de rien n'était, que la fête se déroulera comme elle doit se dérouler, mais il fait quand même doubler les gardes et tout le monde se tient prêt. Personne n'est vraiment à l'aise, et je profite de ce moment pour m'esquiver dans la foule et chercher cette tignasse écarlate que je ne trouve pas. Mais c'est en vain, et une certaine nervosité commence à me gagner.

S'en vient alors la princesse peu après, et c'est comme une fleur qu'elle énonce qu'elle à choisi son prétendant. C'est incroyable, comme elle semble pouvoir se détacher des menaces de Maléfique, et elle irradie comme si aujourd'hui était un jour nouveau, sans l'ombre d'une seule menace de mort. J'ignore comment elle fait, mais elle est forte ! Et puis, forcément, elle parle de mariage et de son prétendant, et là, comme si je l'avais senti la seconde d'avant, elle me désigne d'un index princier, et je rate un battement de cœur.

_ Vous! Prince du couloir, de mes rêves, avec la grosse épée... ! »

Je me fige, stupéfait, mais j'ignore si c'est à cause de cet élan amoueux factice que j'éprouve pour celle que le destin m'a promise, si c'est parce que je suis choqué d'entendre cette allusion perverse venant de sa bouche, ou tout simplement si parce que ce que je redoute le plus est en train d'arriver. Et elle s'envole vers moi en chantant et en dansant, pleine d'innocence et de papillons dans les yeux, tandis que la populace s'écarte sur son passage pour la laisser venir jusqu'à moi. L'espace d'un instant, je manque de me faire violence pour fuir cet endroit, mais c'est comme si mon âme était enchaînée à mon corps et mon corps enchaîné à ce lieu. Je déglutit. Affronter une horde de démons me semble bien moins difficile que de devoir lui faire face. Mes yeux semblent s'agiter de droite à gauche, pris d'une frénésie soudaine, mais c'est immanquablement vers elle que mon regard écarlate revient.

_ Princesse. »

Je la salue, de la façon dont il convient de saluer les gens de notre rang, avec subtilité et retenue, bien que dans mon regard se mêlent fascination, gêne et préoccupation. Je ne peux m'empêcher de sourire d'un air béat devant le sien, et quelque part au fond de moi je me dis que je dois être vraiment ridicule. Elle va mourir, bordel, et moi je lui fais la courbette ? Mais soit, qu'il en soit ainsi, rester avec elle me permettra de mieux veiller dessus. Je saisis sa main délicate comme un sésame précieux.

_ Vous êtes radieuse, j'essaierai d'être digne de votre lumière. »

Bon dieu que c'était niais ! Je m'apprêtais à nous faire nous rendre devant ses parents pour que nous soyons intronisés par leur autorité quand, une fois de plus, Maléfique fit son apparition, l'égérie du mal en personne. Instinctivement, je me plaçais devant la princesse Aurore. Je sentais, quelque part, l'impulsion impérieuse qui me poussait à la protéger, et cette espèce de déjà vu qui pointait furieusement en moi à la vue du visage non méconnu. Elle, c'était elle ! Aussi, il était inutile de se cacher, d'autant plus que nous étions un peu le centre de l'attention. Je pris donc les devants, de toute la royale prestance dont j'étais à même de déployer, pour lui adresser la parole, pauvre mortel qui se dressait devant elle en un symbole de non soumission. Pour autant, je restais courtois. Je croisais son regard et, dans l'espace qui se forma entre nous en cet instant, je pus comprendre l'étendue de sa démesure.

Je la saluais alors comme il se devait, le fait d'être ennemis ne devant pas empiéter sur la politesse et la bienséance, même si à l'intérieur de moi j'avais l'étrange image de Maléfique agitant ses loches comme des trophées devant des Balkans pour les amadouer.

_ Maléfique. »

Je n'étais pas dupe pour autant, et j'étais prêt à réagir s'il le fallait. A vrai dire, je ne me contentais pas de simplement lui adresser la parole, et si vraiment sorcière elle était, elle pourrait peut-être percevoir ce léger trouble dans l'air qui se déplaçait avec moi, comme l'ondulation chaude d'une nuit d'été, subtile et difficile à percevoir si l'on ne se concentrait pas exprès pour.

Le bleu électrique de mes yeux vint s'infiltrer dans les siens et, déjà, je sentais en moi monter les murmures silencieux qui promettaient des merveilles sans nom. Dans ma voix résonnèrent les échos de ces fascinations envoûtantes, destinée à mon interlocutrice, et si mes paroles semblaient banales, voir même stupides aux yeux de certains, elles cachaient en réalité une présence hypnotique qui se ne se manifestait qu'à cette sorcière du mal.

_ Nous ne nous connaissons pas, je suis donc le Prince Philippe. Je comprends fort bien le sentiment d'insulte qui peut être le votre de n'avoir pas reçu l'invitation à la cérémonie de Dame Aurore, aussi, veuillez je vous prie, considérer les excuses que je puis vous faire, en tant que son Prince nouveau. Malgré l'inimité qui peut nous opposer ici, qui que nous soyons, j'ose espérer que nous puissions trouver un terrain d'entente cordial, et que vous accepterez de reconsidérer la chose, pour donner une réponse favorable à l'invitation que je vous fais présentement. Après tout, il serait dommage de ne se connaître que par la haine, et je suis persuadé qu'une éminence de votre rang doit être d'une conversation des plus fascinantes. »

Le charme faisait effet à son maximum à présent, et même s'il ne durerait pas très longtemps, il fallait espérer qu'il pourrait au moins faire réfléchir Maléfique sur nos positions respectives. Je ne pouvais même pas espérer qu'elle ne se rende pas compte de l'artifice utilisé, dans la mesure où je n'avais moi-même pas conscience d'utiliser la magie pour la convaincre. Autour, la cour restait coite, soufflée par l'idée même de pouvoir proposer une telle chose à celle qui avait promis la mort de leur Princesse.

_ Qu'en dites vous ? Vous joindrez vous à nous dans la neutralité pacifique de ce jour, pour célébrer une union plutôt qu'une mort annoncée ? »

J'attendais, maître de moi-même, sa réponse, tandis qu'intérieurement je savais que si elle franchissait une limite qui avait été définie bien des années plus tôt, ce ne serait plus seulement de diplomatie dont je pourrais faire preuve. Mais de force guerrière.

made by pandora.
Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Jeu 19 Déc - 22:31

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

La sorcière, puis le prince, une déclaration de guerre avant une déclaration d'amour, mais pourtant, l'amour avant la guerre. Avant même que le prince ne soit choisi parmi la foule, il sacrifia corps et âme pour nous venir en aide. Il jura serment devant mon père et ma mère. Chevalier de coeur, lion dans l'âme, il laissa tomber les masques en un claquement de doigt, pinçant mon coeur au passage. Son véritable nom, je le prononçais d'entre mes lèvres, mais rien ne sortit. Cet hypnose revint me hanter, m'obliger à m'appeler Aurore, à jouer ce rôle de princesse lumineuse. Mon prince se mit entre la vilaine et moi et me protégeait au péril de sa vie. Il avait ce charme, ces manières dignes de ce nom même avec elle. Je sentais de la magie à l'oeuvre à travers ces mots qu'il prononçait. La sorcière balaya tout ça d'une gifle invisible, d'une seule gifle qui l'envoya au tapis. Qui était-elle pour être aussi puissante? Était-elle aussi sous l'emprise de la magie de cet hôte? Ou bien était-ce un simple personnage de conte? Et nous voilà, juste elle et moi au milieu de toute cette foule. Les mains agrippés à ma robe, je tirais un bon coup pour qu'elle se déchire dans une irrégularité suffisante. S'il fallait que je me batte, je ne devais pas avoir peur de piler sur ce vêtement immense. Je lançais mes talons haut dans la foule et tout à fait sérieuse, je lui dis:

Si tu penses que je vais te laisser faire.... Si tu penses que je vais te laisser partir après avoir assommé mon prince, t'être incrustée le jour de mon mariage et menacer de me tuer, tu te fous le doigt dans l'oeil, garce!

Je bougeais mes mains dans l'air comme si je me mettais en position de combat. Mes yeux violets illuminaient subtilement et de mes paumes de mains, naquirent des papillons qui vinrent illuminer toute la salle de leur lueur explosive. La nuée couvrait tout l'espace du toit comme s'ils ne formaient qu'un. Dans ma tête, je dessinais stratégiquement des groupes, des catégories à travers cette nuée homogène. Dans une expiration, une vingtaine de papillons vinrent s'abattre dans le dos de la sorcière pour provoquer une explosion. Je savais que ça n'allait pas prendre que ça pour la mettre au tapis et c'était pour cela que je ne révélais pas toutes mes cartes à cet instant, mais une parcelle de ce que je savais faire.

J'attendais en position défensive que le nuage de fumée se dissipe pour que je puisse voir sa chevelure rousse cramer avec mes créatures sacrificielles. Je voulais la voir au plancher, je voulais que cette sorcière subisse un sort pire que ce qu'elle avait fait à mon prince, à Uriel. En tant que Sybilia Philips, exécutrice du Conseil, il était de mon devoir de protéger des innocents aussi imaginaires soient-ils. Il fallait que je la remette à sa place même si elle était sous un sort de contrôle, il fallait que je protège tout ce royaume contre cette abomination qui arrivait à se téléporter comme bon lui semblait mais ça, ça allait s'avérer à être un désavantage contre moi...

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Jeu 26 Déc - 11:09

avatar
Invité


Click


J'En Ai Rêver
feat : Sybilia Philips & Uriel Rudraksha~

♦ Depuis que je me suis retrouvée dans cet univers étrange mais à la fois palpitant et plaisant, dans la peau d'une autre que je ne connaissais pas, partageant sa vie....Je me suis rendue compte que faire le mal n'était pas si déplaisant bien au contraire. C'était un véritable délice, un plaisir sans fin. Il n'y avait là personne pour m'arrêter, personne pour me faire obstacle...Personne pour....Arrêter ce rêve. Enfin cette vision fantastique que j'ai fus partagée avec d'autres comme un véritable cauchemars. Prisonniers d'un monde qu'on ne connaissait pas. Prisonniers dans des corps et vivant les vies qui n'étaient pas les nôtres...N'ayant que peu de contrôle sur nos choix et nos décisions...Tout pouvait prêter au cauchemars. Et pourtant, j'étais là, droite et fier devant cette assemblée de ploucs me regardant avec dégoût et horreur. Serais-je l'incarnation du mal à leurs yeux? Aurais-je commis un crime tellement affreux que l'on ne puisse pas me pardonner? Je doute. En faite et je le ressentais au fond de moi, j'étais perturbée et blessée mais tout ce que je pouvais ressentir ne concerner qu'une partie d'un passé que j'ignorais. J'avais simplement débarquer ici, à l'improviste ne connaissant ni rien ni personne.

Ni personne...C'est ce que j'aurais crû quand je le vis LUI. Il émergea de cette foule de bouffons habillés avec des froufrous et venus vers moi. Un prince, un mage tout aussi coincé que moi...J'ignorais ce qu'il était et pourtant...Son visage et sa position chevaleresque me rappelèrent vaguement quelqu'un. Un cousin germain peut-être? Un ami? Un amant alors...Non je ne vois toujours pas. Il est là parlant fièrement, le buste en avant, la tête haute...Ah les hommes et leurs démonstrations de puissances et de pouvoir.

C'est alors que pendant qu'il se tapait son joyeux monologue qui m'ennuyais plus qu'autre chose, je me souvenue. Oui c'était bien lui...Il n'y avait pas d'erreur possible. Cet homme charmant mais à la fois idiot...Celui qui avait faillis provoquer notre mort à tous dans cette neige sans fin. J'en aurais bien fait mon goûter si il était pas aussi ennuyant.

Il parlait et parler sans fin sifflant quelques mots perfides à mon oreille. Désolée...Mais il faudra plus d'un subterfuge pour que ça prenne avec moi. C'est alors que d'un geste simple de la main, telle une baffe, je l'envoyai dans les roses. Dormant profondément et insouciant du restes...Il ne restait plus que la charmante et horripilante princesse devant moi.


"-Si tu penses que je vais te laisser faire.... Si tu penses que je vais te laisser partir après avoir assommé mon prince, t'être incrustée le jour de mon mariage et menacer de me tuer, tu te fous le doigt dans l’œil, garce!"

Et voilà encore une qui se rajoute péniblement à ce tableau dramatique. Que fais-je alors? C'est bien la question du moment. Je suis simplement, là, debout, attendant que quelque chose se passe puis j'esquissais ce petit sourire sur mon visage, rigolant comme jamais je n'avais rigoler.

"- Voilà un vocabulaire bien trop vulgaire pour une Princesse telle que vous ma chère. Où avez-vous appris vos manières? Avec ces campagnardes peut-être? Voici un bien triste résultat de tant d'années d'éducations. Ces harpies ne savent même pas faire le travail qu'on leur confie proprement. Et puis vous osez me parler mariage? Aviez vous réellement l'intention de vous mariez avec un tel charlatan? Un pantin de base étage qu'une simple gifle mets au sol? Vous me faites pitié Princesse! Seriez-vous dans une situation difficile pour accepter un tel scandale!"

Je m'amusais de cette situation ridicule et pittoresque. J'étais certes coincée mais je m'amusais. A quand remonter la dernière fois que j'avais autant ris? A quand remonter la dernière fois que je souriais autant? Certes ma vie était combler mais il manquait ce petit quelque chose pour la faire pétiller.

C'est alors que la Princesse passa à l'offensive et m'attaque. Sottise, sottise ma chère enfant. On dit toujours que celui qui fait le premier pas....Perds la partie.

Tandis que je fus prise d'assaut par une horde de papillon dégénérés, je disparus dans cette nuée et attendis, assise, sur une poutre au plafond. Le spectacle était plaisant. Le public avait le souffle coupé dans l'attente d'une réponse. La princesse avait elle fait mouche? Avait elle réussit à me toucher? Ahahahahaha bandes d'idiots! Tous autant que vous êtes vous me faites pitié.

"- ASSEZ!!! C'est à moi de jouer!!! fis-je en sautant du haut de ma cachette"

Je fis venir le reste de mes larbins pour qu'ils s'amusent et je priais trois d'entre eux de se charger de la princesse...Personnellement. Faites vous plaisir mes minions...Nous avons tout notre temps.

"- Satan!! Vient à moi!"

Avec l'aide de ma propre magie, je commençais à frapper les piliers principaux de la salle et les murs ainsi que le plafond commencèrent à s’effondrer mélanger paniquer et anarchie.

Que le véritable spectacle...Commence!

 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Ven 27 Déc - 16:39

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

La fumée se dissipait, tenant tout le public en haleine. Puis, plus rien. Elle avait disparu à nouveau, laissant la pensée aux gens qu'elle avait explosé avec le reste. Je savais que si elle avait été touchée, elle ne se serait pas enfuie et l'impact, comme la fumée, auraient été différents. Elle avait parlé de mon vocabulaire, mais je m'étais abstenue de lui faire part de la lâcheté dont elle faisait preuve. Elle se sauvait, s'attaquant à des piliers et à la foule plutôt qu'à moi. Certains de mes papillons allèrent s'écraser sur les débris pour en faire que poussière. Je n'avais pas le choix de protéger ces gens avant de m'attaquer à elle. Si elle réussissait à s'enfuir, je pourrai la poursuivre tant que ces personnes s'en sortent indemnes.

Les gardes criaient des ordres d'évacuation, la populace criait de peur et de chagrin et je restais en plein milieu du danger pour m'assurer que tout le monde s'en sorte. Mes parents, enfin, les parents d'Aurore tentèrent de me tirer par le bras, mais je le secouais en leur ordonnant de sortir et leur répétant que tout allait bien se passer. Ma mère pleurait, mais elle avait mon père pour se consoler. Je me demandais ce qui était arrivé de ces fées qui me servaient de tantes... J'ordonnais à mes papillons de s'attaquer à la sorcière, la pourchassant dans tous ses déplacements, explosant au moindre contact.


Alors...? T'as fini de t'enfuir? C'est pas toi qui est censée me pourchasser?

Puis, l'événement à Era me revint en tête et je revis cette tête hérissée protéger une gamine des gardes... Pourquoi maintenant? Pourquoi un dossier d'enquête me revenait-il en tête pendant ce combat? Je ne m'en laissais pas déconcentrer et optais pour un sourire pour narguer mon adversaire. Les jambes bien encrées au sol, les poings serrés, je ne savais pas à quoi m'attendre, alors je me préparais à toute éventualité...
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Sam 28 Déc - 5:48

avatar
Invité


Click


J'en Ai Rêver
Feat Sybilia Philips & Uriel Rudraksha ~

♦ La salle s'éfondra misérablement petit bout par petit bout pour que ce qui a existé jadis retourne à son état naturel. Tout ne fus que poussières et débris mais malgré la fuite du petit peuple devant un spectacle aussi chaotique, il restait encore une personne à dégager de se tableau. Persistante au milieu de la salle comme si les débris faisaient exprés de l'épargner. Foutu conte. J'ai horreur de ça...Pourquoi les gentils gagnent toujours?

Je suis bien décidée à changer cela. Rendre aux méchants leurs classes et leurs positions de départ. De toute façon qu'est-ce que je gagnerais à épargner une prétentieuse telle qu'elle? Rien. Ce n'est pas comme si nous nous battions dans la réalité. Tout finira par disparaître un jour ou l'autre et nous serons contraintes toutes les deux de regagner le banc de la réalité...Ainsi que cet endormis qui traînait dans le coin. Je savais que j'avais de la force mais assez pour assommer un homme...Je suis assez fier de moi quand même.

"- Alors...? T'as fini de t'enfuir? C'est pas toi qui est censée me pourchasser? "

Je regardais de loin cette scène magique. Elle avait une foutu magie qui me taper sérieusement sur le système et je ne savais pas comment régler ce différent. Cela me perturbe à un tel point....

"- Pourquoi me fatiguerais-je à te pourchasser alors que l'on peut s'amuser un petit peu toi et moi?"

Après tout, c'est elle qui est entrain de me pourchasser non? Une princesse normale, douce et délicate aurait pris la fuite en voyant ce que j'avais fait et pourtant, celle là resta planter là, devant tout le monde. Ordonnant à tout ces pauvres idiots de quitter la scène. Quel plan de génie que de se soucier du devenir du petit peuple quand on est soit même en danger.

Je ne bougeais pas de ma position..Cherchant à éviter ses petits volatiles fort ennuyeux et envoya mes troupes aux quatre coins de la salle pour faire la distraction et se faire sauter naturellement. Après tout...Autant s'en servir tant qu'ils sont là ceux là. Je n'aurais pas le luxe de m'offrir une armée privée tout les jours.

Qu'est-ce que l'on fait maintenant? Devrais-je m'éclipser et sortir d'ici, afin de continuer ce petit jeu dans le château? Ou bien devrais-je en finir ici? Une bonne fois pour toutes.

Je réfléchissais silencieusement à un moyen de mettre fin aux jours de cette enquiquineuse de service quand j'eus alors une idée.

"- Belzebuth! Vient ici!"

Le petit démon avait la capacité à lui seul de pouvoir souffler assez fortement pour chasser toutes ses poussières et enfin dégager ma vue. Ce qui fut rapidement fait quand je descendis me mettre en face de la princesse une fois que les papillons eurent finit de s'abattre, tels des suicidaires, sur mes autres compagnons du jour.

"- Bien..Reprenons où nous en étions si vous le voulez bien votre altesse? Le jeu...Ne fait que commencer! AHAHAHAHAHAHAHAHA!!"

A partir de ce même instant je sentis une étrange force en moi...Quel était donc ce tour de passe passe? Mon corps s'agrandit et se métamorphosa petit à petit en un.....DRAGON???!!! Wooow c'est sérieux là?? Je suis un dragon? J'ai une queue et..Des cornes et....

"- JE CRACHE DU FEU!!!! criais-je en soufflant autour de moi"

Les papillons ne seront que moustiques à présent et me voilà presque sur le chemin de la victoire!!

Alors Princesse...Que comptes-tu faire?

 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Lun 30 Déc - 15:53

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

S'amuser? Elle appelle ça s'amuser quand elle met des vies en jeu? Elle appelle ça s'amuser que de causer une telle panique? Semer le chaos et la destruction c'était qu'un jeu? Pour qui se prenait-elle? Comment une personne si cruelle pouvait avoir sa place dans ce bas-monde? Comment cela faisait-il qu'une personne aussi semblable que Cob... Pourquoi le mal circulait-il dans ses veines? Pourquoi? Je fermais les poings, colérique sur le moment et j'avais envie de lui casser toutes ses dents. Pourquoi avais-je ce sentiment de haine si fort? Pourquoi d'un coup, mon humanité disparaissait-elle? Le souvenir de Cobra me frappant de toutes ses forces vint me hanter à nouveau, le souvenir de mon amour qui s'était dissipé dans l'air, de mon âme qui venait de frapper un mur de pierre, la tristesse... Cette tristesse me rendait en colère et j'avais un goût particulier pour la destruction. Mon expression d'inquiétude se transforma en celui d'une femme fâchée.

Elle envoya ses pauvres esclaves s'écraser contre mes papillons pour qu'il n'en reste aucun. Au moins, je me disais que j'avais plus qu'à me soucier d'elle sans être attaquée de dos. La fumée des explosions fut soufflée par elle et elle parla encore... Mais c'était des phrases déjà enregistrées qu'elle disait ou quoi? C'était une actrice de cinéma qui répétait? Je cherchais les caméras en tournant sur moi-même, mais il n'y avait rien... Tout paraissait si normal. Alors que je me retournais vers elle, son corps changea, se métamorphosant lentement mais sûrement en grosse bête d'écailles aux griffes puissantes et tranchantes. Les sourcils froncés, je ne pouvais que dire ce genre de commentaire:


Mais... mais t'es toute aussi moche! T'es jamais allée voir le coiffeur hein? J'veux dire, question qu'on te foute devant un miroir pour de vrai...

Et puis là, probablement prise d'une vague de colère, elle remplit sa gorge de flammes et me souffla les flammes. J'eus le temps nécessaire pour courir et me mettre à l'abri derrière les escaliers, mais ce fut de peu. Et maintenant, que pouvais-je faire? Elle crachait des flammes et à la seule vue de mes papillons, elle n'hésiterait pas à en faire qu'une bouchée... Mais oui.. si elle arrivait à les voir. Avec une grosseur pareille et des yeux aussi petits, il y avait qu'un moyen de l'exploser...

Ground Eruption!

Je sortis de ma cachette en un bond, visualisa ma cible et me mis à l'oeuvre. Un cercle magique se dessina sous le ventre du dragon et d'un geste du doigt, une nuée de papillons en sortit pour exploser sur celui-ci. Je me cachais à nouveau derrière les escaliers pour le temps que la fumée se dissipe et subtilement, j'activais ma technique de camouflage et sur la pointe des pieds, je parcourais la grande salle à l'aveugle, histoire de la surprendre d'une autre direction.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Ven 3 Jan - 7:21

avatar
Invité


Click


J'en Ai Rêver
Feat Sybilia Philips & Uriel Rudraksha ~

♦️ J'aurais aimer me débarrasser de cette Princesse du premier coup mais comme je l'imaginais, elle n'était pas qu'une simple princesse innocente. Cette fille était une mage. Nous avions été piéger dans le conte tous ensemble..Elle, Lui et moi. Tout les trois piégés dans cette situation amusante ou délirante. Enfin de loin j'étais la seule à m'amuser parmi ce tas de débris. Je n'aimais pas particulièrement tout ce qui toucher à la destruction massive mais ça m'amusais quelque fois. Surtout si ça pouvait m'aider à me sortir de là.

Le sort, le destin ou l'histoire, appelez ça comme vous voulez, à décider pour cette partie finale que j'allais devoir devenir un dragon et je devais avouée que la chose n'était pas déplaisante bien au contraire. J'avais eu vent que les dragons existaient il fut un temps...Dans notre réalité mais ce cas là n'était pas une réalité. C'était un monde parallèle, un rêve ou un cauchemars tout dépendait du point de vue la personne qui pourrai juger tout ceci. Tout ce que je souhaitais au fond c'était d'en finir car j'en avais plus que marre que les choses traînent. Je ne sais pas pourquoi mais plus rien ne m'amusait. Cela traînait en longueur et cette fichue potiche n'était pas fichue de mettre un terme à tout ça. Je m'amusais au début...Mais c'était seulement au début. On dirait que plus je reste dans ce conte, plus ma volonté prend le dessus sur le reste. C'était étrange comme sensation.

Au moins j'aurais retenue la leçon, je ne répondrais plus à des invitations étranges venant de Prince étrange. Si je l'attrape celui là, je le tue....Enfin je crois que l'on veut tous le tuer mais j'étais plus motivée que les autres donc ils feront la queue.

J'entendais alors la fameuse princesse je ne sais trop quoi me parler mais j'étais tellement plongée dans mes pensées, que je ne fis guère attention à ce qu'elle me disait. Je n'avais pas que ça à faire...lui accorder du temps et l'écouter. Déjà qu'elle me tapait sévèrement sur le système mais en plus je devais avoir le supplice de l'écouter m'insulter ou me faire une morale à deux jewels? Laissez moi rire.

"- Ground Eruption!"

Merde.

Tandis que j'étais en pleine réflexion, je l'avais totalement oublier et je ne fis guère attention à sa dernière attaque. Je sentis alors plusieurs explosions au niveau de mon ventre et finit par tomber à terre ne pouvant esquiver l'attaque, prise par surprise.

A terre, ne pouvant plus bouger un seul petit doigt, je repris forme humaine...Mais réellement forme humaine. Ma tenue, ma coiffure...Beaucoup de choses changèrent..

Était-ce là la fin pour moi? Ou un possible retour à la normal?



Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Ven 3 Jan - 22:36

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

J'entendis l'explosion retentir. Le plafond n'avait pas été touché... un leurre? Je risquais un oeil et même à travers la poussière, s'il y avait un dragon, je l'aurais vu, du moins, sa silhouette. Les sourcils froncés, je cherchais ma cible des yeux, mais il n'y avait rien. La poussière dissipée, il ne restait qu'une jeune femme étendue au milieu de nulle part. Était-ce une des victimes de ce Prince? Je sortis de ma cachette à la course et m'agenouillais juste à côté pour la redresser sur mes genoux, dégageant son visage de ses cheveux. Elle n'était pas dans le meilleur état du monde, mais au moins, elle allait s'en remettre. Le visage me disait quelque chose, mais rien qui puisse me faire rappeler une personne que j'avais déjà vue. À peine eus-je le temps de retenir son visage inconscient que le décor s'écroulait, disparaissait, se dissipait, laissant place au précédent. Nous nous retrouvâmes à nouveau dans le manoir du Prince. Celui-ci nous attendait en frappant dans ses mains:

Bien joué! C'était plutôt... intéressant comme histoire...

Vous...

Vous vous êtes bien amusées? La fête est finie pour vous, vous pouvez rentrer chez vous...

Un instant jeune homme.

Que puis-je?

Vous êtes en état d'arrestation pour séquestration et utilisation de magie interdite. Vous avez le droit de garder le silence, tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous.

Que... QUOI?!

Moi, Sybilia Philips, exécutante du Conseil de la magie, vous somme de vous rendre sur-le-champ.

Quoi? Vous.. vous n'êtes pas de Phantom Lord?


Pas la peine de répondre à cette ordure que déjà, il avait les menottes aux poignets. Je l'amenais avec moi en direction d'un lieu de loi le plus proche pour avertir de mon geste et la possession du livre en question. Malheureusement, quand le sort de ce livre est mis en place, il ne peut être inversé et ses occupants doivent terminer l'histoire pour le quitter. Le "Prince" fut mis en cage et moi, je vérifiais quelques dossiers pour me souvenir de ce visage. Une fugitive, une membre de Crimson Hounds, une fouteuse de troubles. Je pris une lacryma de communication rapidement et appelais les autorités:

Oui exécutante Philips?

Il n'y avait pas une jeune femme rousse sur les lieux lorsque vous avez repris possession du livre?

Non, personne n'était sur les lieux.

Pas même un gars?

Personne.


Et voilà une autre fugitive en liberté.. mais au moins, ce malade de Prince était au cachot et il ne piégera plus personne dans son livre de contes pour enfant...
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~
» Comme t'es la belle au bois dormant maintenant je peux t'appeler Aurore ? {Ipiu ♥}
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» La belle au bois dormant est enfin réveillée ! [terminé]
» KAY NIELSEN (1886-1957)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 5