Partagez | .
Aller à la page : 1, 2  Suivant
La belle aux bois dormant
 MessageSujet: La belle aux bois dormant   Jeu 17 Oct - 10:57

avatar
Invité


Click

Il était une fois un roi et une reine. Chaque jour ils se disaient :
"- Ah ! si seulement nous avions un enfant."

Mais d'enfant, point. Un jour que la reine était au bain, une grenouille bondit hors de l'eau et lui dit:
"- Ton vœu sera exaucé. Avant qu'une année ne soit passée, tu mettras une fillette au monde.
Ce que la grenouille avait prédit arriva. La reine donna le jour à une fille. Elle était si belle que le roi ne se tenait plus de joie. Il organisa une grande fête. Il ne se contenta pas d'y inviter ses parents, ses amis et connaissances, mais aussi des fées afin qu'elles fussent favorables à l'enfant. Il y en avait treize dans son royaume. Mais, comme il ne possédait que douze assiettes d'or pour leur servir un repas, l'une d'elles ne fut pas invitée. La fête fut magnifique.

Chacune des fées bénit l'enfant : La vertu, la beauté, la richesse, etc. Alors que la 12ème fée s'approcha pour à son tour bénir l'enfant, la 13ème fée apparue et jeta une malédiction mortelle par vengeance pour ne pas avoir été invitée. N'ayant pas fait son vœu, la 12ème fée réussit à détourner la malédiction et plongea seulement la petite princesse dans un sommeil profond.

Alors que la princesse allait fêter son 15ème anniversaire. Voilà que soudainement vous prenez place dans ce conte farfelus. La Belle fête alors son 20ème anniversaire. C'est dans cette journée que la malédiction doit se produire.

La Belle doit se piquer le doigt sur un fuseau et vous devez tout faire pour que ça se réalise...Ou non. Défendez votre intérêt, votre personne mais préparez vous à la guerre. Tout les moyens sont bons pour gagner.

Dieu seul sait que les fées en colère sont vraiment méchantes.

Faites attention à vous.
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Jeu 17 Oct - 21:08

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

J'ouvris les yeux directement devant un miroir. Hum... d'accord, et c'est LÀ que je vais me réveiller... J'ai dit que... Attends une minute, je me suis pincée, mais rien. Des cheveux longs et blonds, cette robe pastel et cette couronne... Avant que je me mette à fermer les yeux il y avait quoi... IL Y AVAIT QUOI? Je... je me souviens plus. GNIIIIH!! Bordel de m*rde! Puis, il y a sa voix qui résonne dans des haut-parleurs invisibles. Sale gosse, s'il pensait que j'allais jouer à son petit jeu.. L'envie de tout faire exploser était très tentante... Moi qui avais mis tant d'effort et d'amour dans mon nouveau style. J'étais coincée dans ce château...? Je regardais par la fenêtre sans vitre sur quel horizon cela menait et j'étais plongée dans un monde totalement différent.

Aurore-chérie? Est-ce que tu es prête? Les invités attendent avec impatience!

Aurore?


Puis, l'image de quand j'étais arrivé dans cet endroit me parvint. J'étais postée devant un miroir, probablement pour me coiffer pour cette fête. Une fête, encore? Encore un prince à la noix... l'enflure, il allait me le payer de m'avoir fait pénétrer ce cercle vicieux... Mon corps se jeta à nouveau devant le miroir, plaçant mes cheveux une dernière fois comme si c'était un réflexe. Pourquoi? Ils étaient bien quelques secondes plus tôt! Mes mains parcouraient les plis de la robe pour la rendre simplement parfaite puis la voix de la femme résonna encore à travers ma porte:

Chérie? Veux-tu que je t'aide avec la robe?

Euh... non! Non ça va aller! J'arrive à l'instant maman!


Maman? HEIN!? C'étaient quoi tous ces réflexes? J'étais vraiment dans un personnage parce que ces manies-là ne venaient pas de moi! J'ouvris la porte dans un grincement vieilli et la femme me sourit avec tant d'étoiles dans les yeux. Elle m'aida à descendre les escaliers de peur que je trébuche dans cette robe immense et pourtant, je savais me tenir... Elle avait l'air dévouée à sa fille celle-là... Puis la voilà qui bavardait à nouveau avec tant de joie dans la voix:

Puisque c'est ton vingtième anniversaire, j'ai fait venir les meilleurs musiciens, le meilleur traiteur et tous les princes de la région! Comme ça, tu pourras choisir lequel d'entre eux tu aimeras plus qu'un autre!

Hein? Vraiment... TOUS les princes? Ouh là... y'a du choix mais cela me surprendrait que celui que je veuille soit dans le lot...

Allez, ne fais pas ta timide et prends au moins la peine de les connaître un peu...

Bon d'accord...


Et voilà Madame Joie qui s'animait à nouveau. Elle m'attira jusqu'au hall où tous les invités étaient censés être arrivés. Il y en avait beaucoup... Quoi faire? Ma "mère" était déjà descendue et la voilà qui me faisait signe de descendre aussi. Je n'en avais pas envie ça non... Le gamin voulait que je suive le cours des événements, que je subisse tout ce qui se trouverait sur mon chemin. Ha ha, crois-moi p'tit gars que tu ne gagneras pas la partie... Je descendis les escaliers et traversa la foule de princes pour rejoindre la femme. Elle me fit signe d'en profiter pour faire leur connaissance... Boarf... pas très envie... Je fis semblant d'être intéressée à ce qu'ils me disaient, puis une envie pressante me força à quitter la salle de réception à la recherche de la salle de bains...

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Ven 18 Oct - 0:47

avatar
Invité


Click

J'en ai Rêver ♥
♦ ♦J'avais l'impression d'avoir la gueule de bois...Sans avoir bu pourtant. Enfin tout ce que j'ai bu l'espace de cette petite fête improvisée c'était du jus de pomme et on peut pas dire que c'est ce qui va me rendre ivre. Mon dieu...Où est-ce que j'ai attéris? C'est quoi cet endroit? En me relevant, je me pris les pieds dans une longue robe noire déchirée. Aaah...Mon dieu c'est quoi ça? La pièce semblait sombre, en ouvrant le rideau de la fenêtre la plus proche je vis un ciel noire, orageux. Une tempête à l'horizon? S'en doute.

"- Majesté..Nous sommes prêts."

En me retournant je vis une sorte de monstre ressemblant presque à une gargouille. Hmm charmant la déco dis donc. Et puis Majesté? Soudain c'est comme si tout me revenu. Il y avait quelque chose d'important que je devais faire aujourd'hui..Quelque chose de primordial. Datant d'une vieille rancune. Tuer la princesse Aurore? Elle devait mourir aujourd'hui! Je m'en souviens! Pourquoi cette haine soudaine envers une femme que je ne connaissais que trop peu. Aucune idée mais au fond ça me plaisais. Je jouissais à l'idée de faire souffrir quelqu'un.

"- Très bien préparez mon carrosse, nous descendrons dans la soirée au palais royal"

Quoi? Qu'est-ce que j'ai dis? J'en sais rien mais rien de penser à l'idée de me rendre là-bas j'en ai la nausée. La royauté. Mon moi intérieur, la mage que j'étais, détestais fortement toute forme de royauté possible mais là c'était différent, c'était de la haine à l'état pure. Quelque chose grandissant en moi depuis bientôt vingt longues années.

"- Qu'est-ce que tu fais encore là misérable? Mets toi à la tâche!
- Bien votre majesté..."

C'est parfait. Tout se mets en place comme je le souhaite. En regardant dans un miroir j'avais l'apparence de ma personne mais des yeux...Violets. Waaaw c'est trop cool!!! Je suis totalement dans mon élément ici. D'ailleurs où suis-je? Avec toute cette excitation et cette haine, je n'ai pas eu le temps de me poser la moindre question sur le sujet. Mes cheveux étaient remontés en un chignon décoiffé et il y avait une drôle d'odeur qui traînait dans le coin...L'odeur du mal. Alors me voilà à vouloir faire le mal? C'était bien plus qu'un vœux c'était..Un désir. Je voulais plus que tout au monde mettre un terme à la vie de cette fille et mettre fin aux joies déprimantes du Royaume. Oui je le voulais. Je ferrais tout ce qui en mon pouvoir pour avoir ma revanche et les faire souffrir comme ils m'ont fait souffrir auparavant. J'ai attendue patiemment 20 longues années pour cela, il était hors de question que je faille à ma tâche maintenant. C'était l'occasion rêver.

Mais MERDE à la fin! D'où est-ce que je sais tout ça? D'où est-ce que je peux savoir tout ce que je veux en avance? Et c'est quoi ce déguisement? J'ai l'impression d'être dans un autre corps..Sans l'être. C'est frustrant à la fin de devoir partager un corps pour deux personnes...J'ai la seule impression d'être deux en une. Sacrée promotion que voilà.

"- Aujourd'hui est l'heure des larmes et de la souffrance. Elle doit se piquer le doigt pour que je gagne cette partie sans fin. Aujourd'hui sonne l'heure de ma gloire. L'heure de ma vengeance approche et elle sera terrible. Personne ne pourra contourner cela. C'est la fin de toutes choses pour le Royaume."

Je ne sais pas trop ce que je ressentais entre cette haine et cette joie bien que trop grande de devoir tuer quelqu'un prochainement. Moi-même j'étais née pour faire ce qu'il me plaisait mais même si je ne savais pas réellement où j'étais, j'aimais cet endroit, il exerçait sur moi comme une forte attraction. Je m'amusais. Rien n'avait encore commencer mais je m'amusais déjà. Je jubilais à l'idée d'aller foutre un bazar monstre dans un palais royal. Je rigolais à l'idée de me faire une princesse mais ce que j'avais appris de mon expérience personnelle à l'Orphelinat en lisant des contes aux enfants...C'est que généralement la princesse est toujours sauver par un prince Charmant. Tiens donc..Sur le moment je l'avais oubliée lui aussi.

Malgré tout. Je voulais menée ce projet à terme et je le ferrais et rien ni personne ne se dressera sur mon chemin. MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA!




 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Mar 22 Oct - 1:36

avatar
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click


« LA GRÂCE D'UNE AUBE NOUVELLE »

« Ma cape ondulait de ces mouvements souples et gracieux comme une oriflamme écarlate dans mon sillage tandis que je m'avançais en la salle de réception du Roi Stéphane. Paré des atours royaux seyant à mon rang de Prince, la subtilité altière d'une allure noble dans mes gestes mesurés, c'est en prétendant de l'union sacrée que j'avais entrepris de parcourir la distance qui séparait mon royaume de celui-ci, convoitant la main de celle qui avait été nommée d'après la grâce d'une Aube nouvelle. L'épée Durandal ceinte à ma taille dans son fourreau d’apparat, habillé de chausses et de bottes de cavalier en cuir, d'une chemise et d'un pourpoint du plus fin des tissus orné des armoiries de mon nom, le faste de ces mondanités sont à la hauteur de l'évènement : les vingt ans de la Princesse Aurore. Et, pour l'occasion, tous les princes du pays ont été mandés pour venir lui faire la cour.

Un héraut m'annonce sous les éclats sonores des vents qui jouent ma venue, comme ils l'ont fait pour tous ces princes déjà présents et comme ils le feront pour tout ceux encore à venir. Je remonte la tapisserie riche et ancestrale qui mène jusqu'au trône sous les regards de ces baronnets que je sens à la fois curieux et jaugeurs sur ma personne, et salue en m'inclinant le couple royal assis en face de moi, de la manière dont il sied à des hôtes de leurs rangs.

_ Roi Stéphane, ma Dame. C'est grande joie que vous me faistes de me joiler en votre castel pour festoyer le point du jour de Son altesse votre fille. Recevez les vœux de paix et de foi de Sa majesté mon père, le Roi Hubert. »

Je sens que le Roi Stéphane, certainement comme pour chaque prétendant, jaugea intérieurement ce qu'était devenu le fils de son vieil ami et rival, le Roi Hubert, et me répondit en ces mots :

_ Prince Philippe, bien vaignez en ma cour, c'est toute joie que de vous voir mon hoste. Vous estes en ma demeure comme chez vous. Transmettez mes salutations à Sa majesté votre père et mes hommages à Dame votre mère en retour. »

Je me retirais après m'être de nouveau respectueusement incliné et m'égayais au sein des sangs de hauts rangs qui peuplaient la cour comme autant d'oiseaux rares et convoités. Je reconnus ici et là les armoiries de plusieurs de mes propres voisins, mais ce n'était point pour la parlote et autres fatrouilles que je venais en ces lieux. J'avais été désappointé de ne pas pouvoir poser mes yeux sur celle dont la beauté évoquait la rosée du matin, aux lèvres rouges comme les roses et à la peau, disait-on, blanche comme l'albâtre. J'étais en âge de me marier, ne cessait de me répéter mon père, et la Princesse Aurore était...

Je papillonnais des yeux comme au sortir d'un tournis. Brusquement, un mal étrange me compressait la poitrine et pendant une seconde je me sentis vaciller. Une panique irrationnelle s'emparait de moi et j'en ignorais totalement l'origine. j'inspirais profondément. Un écho résonnait en moi comme une claque dans la figure.

Marier.

Je pris alors soudainement conscience d'où j'étais, de ce que je faisais et de pourquoi j'étais là. A la fois en tant que Prince Philippe, et à la fois en tant qu'Uriel Rudraksha. J'avais l'impression infernale de devoir lutter pour conserver mon identité, couplée à ce rejet farouche de ce pourquoi j'étais là.

Le mariage.

Comme une épée de damoclès oscillant au dessus de ma tête, en même temps que perçait un vide formidable et terrible.
Altiel. Mais je n'arrivais pas à me défaire de cette sensation. Je n'arrivais pas à me détourner de mon but premier : convoiter la main de la Princesse Aurore, conquis par sa légendaire beauté, et empli de cet amour courtois et chevaleresque qui m'animait comme si j'étais une caricature de contes de fées. La chose s'imposa alors à mon esprit, et je compris ce qu'il était en train de se passer. Mais même le fait de le savoir ne rendait pas la chose plus facile ni moins douloureuse, et c'est un grand effort que je dû fournir pour conserver le masque neutre de courtoisie et le port qui était le mien. Je sentis les consciences familières attenantes à la mienne tandis que j'essayais de me concentrer sur les faibles échos qu'elles m'envoyaient. Uriel ? C'est moi ? Je cille encore des yeux, perdu dans cette lutte étrange. J'ai l'impression d'être dans un cauchemar. Un cauchemar terrible qui met à bas les quatre dernières années d'efforts acharnés pour couper tout lien avec ces alliances politiques et ces intérêts financiers, matériels et de pouvoir. Je suis animé à la foi par le désir ardent de conquérir le cœur de la douce Aurore et à la fois par l’écœurement total de ce lieu et de ce qu'on attendait de moi.

Je revois ma promise et celle de mon frère. Je revois ce père craint m'exposer le futur qu'il m'ordonne d'arpenter. Les visages et les souvenirs se brouillent et c'est le Roi Hubert qui s'y substitue, me vantant devant ma mère la Reine les vertus du mariage et mon devoir princier. Le visage d'Aurore s'impose sur mes rétines. J'ai l'impression de flotter étrangement, d'avoir une double pensée et une double réaction, chacune totalement opposées, mais de quand même réussir à les concilier, je ne sais comment. La furie s'agitait en moi, mais c'est comme si elle ne savait par où sortir, se contentant de cogner avec force contre les parois de mon âme avec l'espoir de se libérer. Ce tour de l'esprit était aussi insupportable que possible, et faute de réussir à m'en dépêtrer, je me coulais involontairement dans ce rôle qui était le mien pour tenter d'échapper à cette contradiction.

Je suis le Prince Philippe, et je porte une partie de l'histoire de ce conte.

Finalement, la Princesse Aurore fut introduite à la cour et, instantanément, je fus subjugué par le charme et la grâce qu'elle dégageait. Mon cœur s'emballa tout seul, et je me sentis perdre mes moyens face à cette désarmante sensation qui réchauffait mon cœur. Totalement désarmé, je laissais les autres princes s'empresser de lui faire leurs hommages, perturbé, pour avoir le temps de réunir mes idées. Cependant, j'ignorais quel maléfice fut lancé, mais elle disparut comme par enchantement. D'Aurore plus aucune trace, et c'est avec un profond désarroi que je constatais son absence, maudissant cette gaucherie traîtresse. Diantre ! Et dire que j'entrais en lice avec moins d'hésitations, lançant mon cheval contre celui de mon adversaire avec plus de courage qu'actuellement. Je me fustigeais en silence, quittant un moment la salle pour me changer les idées. Ha ! Quel prince je fais, mis en échec par une jouvencelle. Mais l'ardent désir de son souvenir frais comme la rosée du matin éveille de nouveau en moi cette ardeur romantique.

Perdu dans mes réflexions, je manque d'entrer par mégarde en collision avec une demoiselle qui tournait l'angle du couloir au même moment. Par réflexes, je me saisis vivement d'elle avec prévenance pour m'assurer qu'elle ne perde pas l'équilibre suite à cette maladresse.

_ Oh, mes excuses noble Dame, je... »

Alors, je prends conscience de l'identité du visage qui est là devant moi, et c'est comme une révélation de lumière. La stupéfaction prend pied sur mon visage pendant une seconde avant que je ne me ressaisisse et que je reprenne les manières princières qui n'auraient jamais dû me quitter. Je lui prends la main délicatement pour la lui baiser en même temps que je m'incline pour la saluer.

_ Votre Altesse. Pardonnez cet élan fortuit de maladresse, vous ai-je blessée ? »

Étrangement, j'ai l'impression terrible que quelque chose ne va pas, mais alors pas du tout. L'époque, le lieu, moi-même ? Des échos du véritable moi reviennent à la charge. Je sais qui je suis, mais je sais aussi l'élan que j'éprouve envers elle. C'est totalement irrationnel et, quelque part, ça me fait mal. Je préfèrerais mourir que de me marier, mais c'est là le rôle qui m'a été assigné.

made by pandora.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Mar 22 Oct - 17:39

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

J'avais envie... tellement envie que j'en avais mal au ventre. Qu'est-ce qui me prenait tout à coup? Ah c'est vrai, je n'y étais pas allée avant de partir... Mon corps se retournait contre moi maintenant. Où devais-je aller? Ce château je ne le connaissais même pas! J'étais dans un couloir où au moins une vingtaine de portes me montraient des chemins différents. Devais-je les ouvrir une par une? Ou rebrousser chemin? Je me grattais la tête tout en réfléchissant. Bordel, cette chevelure était immense! Je veux dire, si je la compare à ma coiffure habituelle... En plus de ça, c'était blond! Mais il fallait dire que le blonde m'allait pas mal du tout...

Je me décidais enfin à rebrousser chemin. C'était peut-être pas par-là finalement. Alors que je tournais le coin, je fis un face à face avec un homme. Le poids de la robe me tira vers l'arrière, mais ses réflexes étaient assez bons pour m'empêcher de tomber. Mon regard croisa le sien, puis le temps s'arrêta. Je le fixais infiniment, avec une passion hors de contrôle, une attirance inconcevable. Si... beau! Il était si beau, charmant... Sa beauté excédait la mienne c'était certain... Qui était-il? Son accoutrement montrait que lui aussi était un prince. Il avait quelque chose de plus que les autres, il avait ce je-ne-sais-quoi... Malgré tout, il était présent à mon vingtième anniversaire...

Mes yeux brillaient, brillaient d'une lueur d'admiration devant un tel sentiment amoureux. Pourquoi une princesse déciderait-elle de tomber amoureuse d'une famille rivale? Je ne savais pas, mais cette histoire me ressemblait beaucoup trop. Étrangement, la princesse n'en avait pas grand chose à faire de ces principes, le coup de foudre l'avait frappée et elle choisirait celui-là. Elle se souvenait l'avoir vu à quelque part... quelque part à plusieurs reprises? Elle se souviendrait toujours de ce rêve, celui où son prince viendrait la voir, beau, charmant et romantique, lui faire la cour et repartir en l'enlaçant avec tendresse.

Mon coeur faisait les cent tours. Il se tournait et se retournait dans l'autre sens, me mettant dans un état de passionnée, d'amoureuse incontestable. Il s'était excusé d'une politesse quasi inexistante dans la vie de tous les jours. Il avait l'air sincère, gentil. J'eus un mouvement de recul, ou de malaise, et lui sourit gentiment. Enfin, la princesse faisait ça, moi, j'aurais réagi autrement... Je m'inclinais légèrement le haut du corps et répondis à sa question.


Non, tout va bien... grâce à vos réflexes Prince...

La princesse ne savait plus si c'était un rêve ou la réalité. Cet homme, ce prince qu'elle avait enlacé avec amour, était-ce vraiment lui? Devais-je lui demander? Devais-je retourner en bas? Notre regard s'était croisé et ce ne serait pas la dernière fois de la soirée. J'avais envie de rester ici... mais l'envie... l'envie était insupportable... Je lui souriais une dernière fois avant de m'élancer dans le couloir en tournoyant sur moi-même, dansant avec un partenaire invisible et chantant d'une voix que jamais j'aurais pensé posséder:

Mon amour
Je t'ai vu au beau milieu d'un rêve
Mon amour
Un aussi doux rêve est un présage d'amour
Refusons tout deux que nos lendemains soient mornes et gris
Nous attendrons l'heure de notre bonheur
Toi ma destiné
Je saurai t'aimer
J'en ai rêvé
Lala lala lalalala la~


Ma ballade m'amena à quelque part... dans un coin reculé du château... hein? Pourquoi tout à coup c'était poussiéreux? Ça ressemblait étrangement à un grenier et il y avait cette machine au milieu de nulle part. Contrairement au reste, elle n'était pas poussiéreuse. La curiosité de la princesse l'attira vers elle, mais mon doute extrême combattait cette idée stupide. Allez! Il n'y a pas de logique dans tout ça! Pourquoi c'est là? Il y a une aiguille aussi... Mes pieds se figèrent, comme pris dans du ciment. Les poings serrés, je retenais toute la tentation qui figurait dans ce corps stupide de cette histoire stupide! Allez princesse... retournons auprès des autres... ! Je sentais la magie à l'oeuvre et c'est ça qui me fit gagner cette bataille. Je retournais à la course dans le hall, oubliant complètement cette envie... Et ce prince... où était-il maintenant? Sur la pointe des pieds, je tentais de le repérer. Je voulais... c'était lui que je désirais... Prince...?
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Mer 23 Oct - 1:54

avatar
Invité


Click

J'en Ai Rêver ♥
♦ ♦Le Royaume était en fête. La Princesse allait fêter son anniversaire. C'est lors de ce même anniversaire qu'elle choisira un époux. Quelle belle bêtise. Voilà tout le beau peuple réunis dans un seul et même endroit misérable. Je me ferrais une joie véritable de détruire leurs rêves, leurs espoirs, leurs envies, leurs croyances. Dés ce soir, je mettrais un terme à tout ça.

J'avais beau me retrouvée dans un endroit que je ne connaissais pas et que je trouvais étrange, ce que je ressentais, je trouvais ça excitant. J'allais commettre quelque chose de grâce certainement mais même si je n'avais pas les idées très claires, je trouvais ce jeu totalement amusant. Il ne me restait plus qu'à me faufiler à l'intérieur du château et à trouver ce fusain. Comme si cela allait être une tâche difficile.

On arrivant, je pris les souvenirs et la conscience de la personne que j'étais ou que j'étais devenue pour l'espace d'un instant et dans mes souvenirs, le Roi fit brûler tout les fuseaux de son royaume. Pathétique tentative quand on sait que je peux en sortir un de ma manche. Je ne connaissais personne..J'ignorais si j'étais la seule ici..Durant cette soirée il y avait eu un beau rassemblement de mages donc il allait falloir que je reste sur mes gardes. Malgré ce que je préparais, je me doutais que ça n'allait pas être aussi facile. Par expérience je le savais. Si c'est vraiment une histoire que l'on revit alors je sais aussi que tout ce que je ferrais, sera contré.

Au fond..Je voulais que cette enfant soit la juste punition pour l'oubli et l'affront que j'ai subit il y a de cela 20 ans. Je voulais que le monde souffre de sa perte...Je voulais voir leurs larmes et leurs chagrins, leurs cries de désespoir. Je voulais tout simplement la tuer.

Jusqu'à présent, tout ce que j'avais entrepris avait toujours réussit donc je ne laisserais pas ces crétins de créatures étranges me freiner.

"- Votre majesté..Nous y sommes.
- Parfait! Il est temps que j'aille transmettre mes salutations à la princesse Aurore."

Tiens? Elle s'appellerait donc Aurore? Qu'est-ce que c'est laid comme prénom. Gamine qui a toujours tout eu : La beauté et toutes les vertus...Malgré tout je l'ai condamnée et je ne raterais cette occasion pour rien au monde.

"- Ne restez pas là misérable!!! Bande d'incapables allez surveiller la fête!"

Soudain je sentis un corbeau se poser sur moi et je ne pus m'empêcher de sourire en le voyant. Un vieil ami hein?

"- Mon joli, je vois que tu m'apportes de bonnes nouvelles. Raconte moi tout"

D'un coup de sceptre, je disparu et me rendis dans un grenier poussiéreux où je vis le dernier fuseau du royaume. Rien n'était perdu...La partie ne faisait que commencer.

Prendre garde à toi Roi Stephane..Je te prendrais tout ce qu'il te reste.

Des pas. J'entendis des bruits de pas et je disparu le temps que cela se calme..Tiens, tiens, tiens..Regardez donc qui voilà? La princesse en personne. Tu es intrigué ma chère enfant? Approche toi encore un peu..Approche toi...Vas-y vient..

Finalement elle repartit en claquant la porte derrière elle. AAAAAH!

Si la normalité ne fonctionne pas sur elle alors j'userais de la magie tout simplement. Je pris le temps nécessaire pour enchanté l'appareil sous mes yeux puis descendit les escaliers pour me retrouver derrière la belle.

"- Suis moi...chuchotais-je dans le vent. Suis moi..."

Oui vas-y retourne toi et vient mon enfant. Suis le chemin du destin qui t'es réservé. Vient avec moi. N'ai crainte..Je ne te ferrais aucun mal.

"- Vient avec moi..."

Petite obstinée tu vas venir oui!!!!! Gardons donc notre calme.

Tu viens à point qui sait attendre
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Mer 23 Oct - 14:00

avatar
Invité


Click

Alors que la princesse regagnait le hall en toute hâte, les trois fées vinrent à la rencontre de leur sœur. Deux fées derrière elle et la troisième dans les escaliers pour l’empêcher de suivre et de tenter la princesse. Elle lui enchaîna le pas, peu de temps après. Les deux fées étaient habillées bizarres, l'une hard rockeuse, guitare dans le dos, long blouson noir et lunette noir, la seconde, mini-short, bottes hautes et du monde au balcon.

Piètre pathétique..... sorcière.
T'as peut être cru qu'on avait pas pris des précautions, non mais allô quoi !
T'as toujours pas digéré le fait que ton invitation se soit "perdue"
T'es pas classe comme nous, tu peux pas test.
Quitte ce château et ne vient pas gâcher la fête.

___________

La troisième fée, habillée plus classiquement pour passer aperçu, vint voir la princesse Aurore. Elle vint surprendre la jeune femme en arrivant derrière elle. Elle lui mit les mains devant les yeux.

C'est quiiiiiiiiiii ?!

Passer la surprise, un sourire rassurant, la fée entama la discussion avec sa protégée.

Bonjour Princesse. Comment allez-vous ? On cherche son prince, très charmant au passage. J'espère qu'à part son joli minois et sa grosse épée, il a autre chose. Que pensez-vous de lui, princesse ?

La fée prit les devants et invita la princesse à la suivre par un mouvement de bras. Elle ressentait toujours l'aura de la maléfique fée venu prendre part à la fête. Plus loin la princesse serait, et mieux que cela serait.

Allons trouver votre prince.

 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Sam 26 Oct - 2:52

avatar
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click


« MAIS... C'EST QUOI CE BORDEL ?! »

« Je restais perdu dans cet état mental semi pétrifié qui s'emparait de mon esprit durant tout l'échange avec Son altesse la Princesse Aurore. Aussi m'appliquè-je à paraître aussi distant que possible, affichant cet air désintéressé qui, je l'espérais, saurait la duper, même si j'avais faible espoir. Non que je ne sois dans tous mes émois de me trouver en tête à tête avec elle, aussi bref cela fut, mais il n'était pas très convenant que de laisser transparaître tant de béatitude sotte sur mon visage. Et puis, surtout... Surtout, je me sentais profondément vulnérable, ne comprenant pas comment cette femme tant espérée pouvait exercer une telle emprise émotionnelle sur ma personne. Qu'était-ce donc que ce sortilège ? Était-ce cette utopie qu'imaginent souvent les gens de basse extrace lorsqu'ils s'agit de mariage et d'unions princières, l'amour ? Je me sentais soudainement ridicule tandis que je l'observais, médusé, quitter d'un pas espiègle le couloir témoin de notre rencontre. Mes mains étaient encore fébriles du contact qu'il y eut entre nous, aussi chaste fut-il, et j'inspirais les dernières effluves florale de son parfum avant de finalement quitter aussi les lieux, sans réellement savoir vers où je me dirigeais. Quelque part, une chose s'horrifiait de ce qu'il se passait, mais en même temps, je n'avais qu'une seule préoccupation en tête : prouver la force de ce sentiment embrasé qui venait de s'allumer en moi, aussi bien à elle qu'à son père, afin de coiffer sur le banc tous ces princes de pacotille et de vanité qui n'étaient nullement digne de la délicatesse de sa main. Intérieurement, les échos de la chanson d'amour retentissent en moi comme les éclats d'un rêve. Je me mets à fredonner, inconsciemment.

Soudain, ma vision se troubla et, sentant un élan de panique incompréhensible monter en moi, je fus assailli par une force mentale qui semblait vouloir percer mon esprit en deux. Me courbant à moitié, je grognais en me tenant la tête tandis que mon premier réflexe était de porter la main sur la garde de mon épée. Les couleurs s'estompèrent, et je perdis la vue sans pouvoir rien n'y faire, les sens submergés par un maelström de formes et de vibrations qui m'échappaient totalement.

_ Diantre, mais quel est ce maléfice ? »

Quelque chose résonnait en moi, des sons distants que je semblais entendre pour la première fois, mais qui me paraissaient étrangement familiers. Je me sentais mal à l'aise, comme si j'enflais à l'intérieur de moi pour venir me déchirer moi-même et éclater de l'intérieur.

« IlNa. Ajshuna-Ni. L'esPAd. Adz doJoonO NoA... OOH... rIeL... ConcNEtr-To... »

L'impression terrible de suinter en ma psyché, comme si la substance même de mon esprit m'échappait. Je mutais mentalement, tandis que
quelque chose essayait de prendre possession de mon corps. Quelque chose d'un blanc de chair pâle, de froid et de rugueux, dardant sur moi l’œil vigilant et azur d'un abysse insondable.

_ Diablerie ! Il n'en sera point ! Mais... C'est quoi ce bordel ?! »

Dans un effort de volonté, je repoussais la chose, désorienté. J'étais parvenu à contrer l'influence néfaste du maléfice du démon, mais je me sentais sale, comme si mon âme avait été souillée par une chose qui dépassait mon entendement. Je frissonnais. Pourquoi est-ce qu'au fond de moi, j'avais l'impression dérangeante d'être attiré irrésistiblement vers cette chose dont j'avais entraperçu les formes impossibles dans ma tête ? Je cille. Je me secoue. Il ne faut pas que cela se sache. Je suis Prince, et quelque part je m'étonne. Nous n'avons jamais été si proche du sang de la famille royale, non ?

Attendez... Nous ?

J'ai l'impression dévorante qu'il me manque quelque chose. Quoi, je ne sais pas, mais je m'empresse alors de retourner en la salle de réception du Roi Stéphane. Ici, je me sens mal à l'aise, comme si d'être seul mettait l'emphase sur ma personne et que je ne pouvais échapper à cette mise en avant en me diluant dans la foule des autres. Mais, en même temps, je ne suis pas vraiment comme les autres. J'ai... Quelque chose de plus. Une destinée. Oui, la destinée de cette histoire. Je ne m'appelle pas vraiment Philippe, n'est-ce pas ? Je regarde mes attributs princiers qui, indéniablement, me mettent en valeur. Suis-je fou ?

De retour dans la salle, je m'éparpille distraitement ici et là, tenant vaguement la conversation à mes semblables, par pure politesse. Plus qu'une impression, c'est une certitude, je
sais qu'il est sur le point de se passer quelque chose. Une histoire de malédiction. Ne dit-on pas de la Princesse Aurore qu'elle est destinée à mourir ? Cela ne se peut. En tout cas, moi, je l'en empêcherais. Eut-il fallut que je fasse sacrifice de ma vie.

Les gens se rassemblent, tous les princes semblent-être arrivés et l'histoire en arrive à un point critique. Non. Je ne peux pas. Je sens en moi la présence diffuse et invisible du spectre inconnu qui a résonné en moi tout à l'heure. Étrangement, j'ai la sensation qu'il n'est pas ennemi, mais qu'il cherche à me protéger.

Un sifflement dans mon esprit, comme le chant hypnotique de promesses irréelles.

Prendrais-je ce risque pour prévenir ma belle du mal ?

made by pandora.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Mar 29 Oct - 1:15

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Sur mon chemin pour retrouver mon prince, j'entendis une voix. Maintenant je devenais folle ou quoi? Cette voix me disait de la suivre. Je m'arrêtais de marcher. Les poings sur les hanches, je regardais à l'intérieur d'une pièce, puis d'une autre, puis devant moi, rien. Je devais imaginer une voix il faut croire... J'haussais les épaules et repris ma route en gambadant. De toutes manières, elle avait cessé de m'appeler à cet instant. En tournant un coin, il y eut une de mes tantes qui me surprit en me cachant les yeux pour me faire deviner son identité. Euh... aucune idée... Je n'eus pas le temps de répondre qu'elle dégageait ses mains et me souriait. Mais d'où est-ce qu'elle sortait celle-là? Ensuite elle me parla de grosse épée, j'ai failli mourir étouffée avec ma salive. Ouh là... c'était quoi ces blagues douteuses. Bon, enfin voilà une vraie question à laquelle je répondis ces quelques mots:

Je crois que je l'ai trouvé oui... beau, charmant, romantique! Ah! J'en ai rêvé à toutes les nuits, mais je crois qu'aujourd'hui, je suis en train de vivre mon rêve et qu'il me prendra dans ses bras avec tant de tendresse! Ma tante, je dois le revoir! J'ai envie de le revoir et vivre mon rêve! Je n'en peux plus!

Pourquoi avais-je ces nombreux papillons qui me défonçaient l'estomac? Moi qui croyais que jamais plus je n'en aurais... Depuis ce qui s'était passé l'autre jour avec Cobra, j'ai cru que plus jamais ça ne se reproduirait. Il faut croire que même dans un habit de princesse et un conte de rêve, j'y vivais et j'y revivais de véritables cauchemars. Non, ce sentiment je ne l'appréciais plus, je ne savais plus l'apprécier et plus jamais je ne saurai apprécier ce genre de chose. Ça suffisait les traumatismes et cette histoire, je voulais qu'elle soit de l'histoire ancienne. Malgré mon sourire de princesse idéale, mon moi-même laissa échapper une larme. J'étais détruite, même encore aujourd'hui, je masquais tout ça en me défoulant, en laissant ma liberté d'expression réagir. Même aujourd'hui, j'avais encore envie de pleurer, de me venger, de lui faire ravaler sa parole et ses meurtres, mais ça ne servirait à rien, la vengeance laisse un goût amer qu'ils disent... Ce que je pouvais me contenter, c'était de me croiser les doigts et d'espérer qu'il ne croise pas ma route une autre fois...

La foule était rassemblée devant mes parents. Ma tante m'entraîna jusqu'à eux pour que je m'assieds à leurs côtés. Je le fis sans broncher en remontant cette robe que j'étais en train de perdre au passage. La tête haute aux allures d'une royauté sans précédent, mes parents me souriaient. Pour eux c'était le grand jour, le jour où ils allaient conclure une alliance importante avec le royaume, le prince que j'allais désigner ce soir-là. Ma tante à mes côtés, elle me supporterait dans toutes mes décisions. Ma mère me fit un signe de tête, soutenu par celui de mon père. Je pris une grande respiration et me levais de mon trône pour m'avancer jusqu'au bord de notre estrade et je m'exclamais au grand public qui n'attendait que moi...


Princes de tous les royaumes, je vous salue. Aujourd'hui est un jour très important pour moi et ma famille. Voici le moment que vous attendiez tous. J'ai choisi le Prince auquel j'aimerais me marier. C'est...

Je scrutais la foule tel un aigle. Où était-il? Avec cette foule d'hommes, je n'arrivais plus à me retrouver, à le retrouver. Où es-tu Prince avec la grosse épée? Beau, charmant et romantique homme de mes rêves, toi, que j'ai croisé dans le couloir? Toi qui m'a rattrapé avec les réflexes d'une mouche? Toi, qui a su faire battre mon coeur à vive allure? Où étais-tu? Ma main droite se leva, mon index pointa droit devant. Je t'avais trouvé. D'un sourire radieux, de yeux aussi lumineux que les chandelles qui éclairaient cette salle de bal, je t'avais trouvé, je t'avais choisi, toi, ô mon Prince...

Vous! Prince du couloir, de mes rêves, avec la grosse épée... !

Je voudrais, je voudrais
A mon tour
Comme les oiseaux
Chanter l'amour
A celui que la nuit
Que je vois dans mes rêves
Si jolis

Je voudrais, je voudrais
Que mon coeur par ce chant
Lui dise je t'attends
Qu'il vienne, qu'il m'aime
Je suis sa belle ~


Je fis un tour sur moi-même, chantant d'une voix mélodieuse pour l'amour, pour mon amour. Je bondis juste en bas, dansant, virevoltant jusqu'à lui, radieuse, amoureuse...
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   Ven 1 Nov - 6:34

avatar
Invité


Click

J'en Ai Rêver ♥
♦ ♦Tandis que j'étais à deux doigts de m'approcher de cette potiche innocente, elle poursuivit son chemin alors que le mien fut bloquer par deux...Fées? Vue leurs tailles on aurait dit des pucerons.
Les voilà, face à moi, sûres d'elles et pleines de courages au nombre de..deux? Elles se permettent d'intenter à la vie de mon plan machiavélique en étant seulement deux? Eh bien voilà des petites demoiselles qui ne manque pas d'air.

"- Piètre pathétique..... sorcière.
- T'as peut être cru qu'on avait pas pris des précautions, non mais allô quoi !
- T'as toujours pas digéré le fait que ton invitation se soit "perdue"
- T'es pas classe comme nous, tu peux pas test.
- Quitte ce château et ne vient pas gâcher la fête."

Pardon? Oserait-on me parler sur ce ton? Pour qui se prennent elles? Ces deux bonnes femmes ressemblant à de vulgaires ménagères de service. Au fond de moi j'avais une envie de les envoyer valser par le fenêtre...qu'est-ce que c'était tentant. Et c'est quoi cette histoire d'invitation déjà? Aaaah oui la naissance de la potiche. Je vois.

"-Pardon vous me parliez? Je ne vous écoutez guère. Voyez vous je n'ai pas de temps à perdre avec des cafards de votre espèce. Vous voulez faire quoi en faisant dix fois moins ma taille? Me bloquer la route? Me jeter un sort? Les bonnes fées ne jetent pas de sort, comme c'est malheureux vous ne trouvez pas. Par contre...Qui m'en défends?"

Quelle ironie..J'étais méchante par nature et depuis que je suis arrivée ici, je ne souhaite que faire le mal également. Serait-ce que cet endroit que l'on appelle "Paradis"? Si c'est le cas, je suis morte sans aucun regret.

Je regardais les deux bonnes femmes me faisant face et souris, ce sourire victorieux que l'on aborde dés le départ car on sait que l'on réussira quoi qu'il en coûte.

"- Satan! Vient à moi mon cher"

Malgré le fait que j'avais la magie de la Sorcière, j'avais réussie à conserver ma propre magie et c'est ça qui était le plus jouissif dans ce jeu stupide. Voyons voir.

"- Poussez vous de mon chemin...Suceuses de mon temps si précieux!"

Je pris un banc qui se trouvait dans la salle et frappa les deux bonnes fées dans un coin chacune de la pièce. Une fois que le ménage fut fait, je me secouais les mains, fit craquée mon cou et poursuivit ma route. Je devais absolument mettre la main sur cette fille qui était là à l'instant. Ces microbes m'ont fait perdre un temps si précieux..Je ne permettrais pas que l'on puisse ainsi gâcher ce que j'ai mis en place depuis tant d'années, je ne me permettrais pas la seule erreur. Vient là mon enfant, maman à un cadeau pour toi.

"- Il est grand temps de s'amuser un peu..."

Je sortis mon spêtre et frappa deux coups au sol avant de me voir téléporter dans la salle principale devant les regards surpris et effrayé de cette foule. Bande de bouffons...Vous voilà tous donc en joie pour cet évenement.

"- Cher Roi Stephane...Vous voilà bien joyeux. Encore un évenement où vous auriez omnis de m'inviter je suppose?
- Qu'est-ce que vous faites là Sorcière? Vous ne vous lassez donc jamais de causer le mal autour de vous?
- Bien au contraire...Ceci est mon passe temps. Où est dans la Princesse devant cette meute de princes en rûte ? Voilà un jolie rassemblement que vous avez organisez.
- Partez d'ici!! Vous n'êtes pas la bienvenue"

Les cries de la foule, les mécontentements, les huées...comme si tout ceci pouvait ne serait-ce que me faire trembler? Suis-je triste d'être ainsi peu aimée? Non. Je ne ressens ni peine, ni chagrin.

"- Je vois..Je pars donc vaquer à mes occupations! Mais je vous le garantis ô roi que votre fille...Sera morte d'ici la fin de la journée!"

Ce fut dans un rire machiavélique que je disparue de l'assemblée. C'était franchement amusant de pouvoir se téléporter partout comme ça. Tandis que je retournais au fuseau, voilà mon corbeau qui m'avertis de la présence de la Princesse dans les parages.

Eh bien nous voilà bien avancer. Je vais remettre la main sur cette fille et la tuée moi même si il le faut.

"- Allons y mon mignon..Nous n'avons pas une seconde de plus à perdre. De plus je sens ici que l'atmosphère devient invivable, fis-je en levant les talons devant le corps au sol d'une des fées"

Il manquerait plus que je salisse mes bottes en leur marchant dessus. Ce serait du gâchis.

Après plusieurs minutes de recherches intenses, j'entendis la voix d'une domestique et...Celle d'un homme? Puis d'une autre personne. Certainement tous des domestiques ou de pauvres laquets qui discutent de la fête. Voyons voir, voyons voir...

Je perdis mon temps si précieux à écouter des domestiques parlant de la fête et du retour de la princesse...Princesse qui serait retournée dans la grande salle. Merde je viens tout juste d'y sortir. Comment ai-je pu râter cette gamine?! Aaaaaah ça m'énerve! Tout m'énerve!!!

Je frappais une nouvelle fois au sol deux fois avec mon spêtre et me voilà au milieu de la foule, abordant une longue robe noire et souris aux invités.

"-Eh bien..Que la fête commence! fis-je en rigolant"

Je venais tout juste de faire irruption en cherchant la princesse Aurore du coins de l'oeil. Vient là ma petite, vient..Montre toi.

Où es-tu espèce de sale gamine pourrie gâtée?!!!
 MessageSujet: Re: La belle aux bois dormant   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~
» Comme t'es la belle au bois dormant maintenant je peux t'appeler Aurore ? {Ipiu ♥}
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» La belle au bois dormant est enfin réveillée ! [terminé]
» KAY NIELSEN (1886-1957)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 5