Partagez | .
Just come home (Lucian)
 MessageSujet: Just come home (Lucian)   Lun 13 Juin - 12:17

avatar
Invité


Click



Swimburn Lucian

" if i lose myself i lose it all "





Informations Générales


Identity

Nom : Swimburn
Prénoms : Lucian
Âge : 23 ans
Date de Naissance : Le sept août 769
Origines : Harujion


Activité(s) : Réfugié de la ville d'Harujion dans la forêt de Kunugi
Guilde : Aucune
Statut : célibataire
Surnom : Aucun
Avatar :Doudanuki Masakuni de Touken Ranbu/

 






Psychologie




Lucian, belle rose née au milieu d'une prairie de pissenlits, Lucian pierre précieuse apparu au milieu du tas de charbon. Lucian, c'est ça, c'est cette petite chose qui détonne, cette petite chose qui brille dans l'obscurité, cette chose qui ne devrait pas être là. Trait de caractère héréditaire, ou fatalité du destin, le Swimburn semble toujours être cette étrange créature, le vilain petit canard, cette tâche qui jure avec l'environnement qui l'entoure. Né dans la poussière et dans la boue, rien ne semble pourtant  pouvoir tenir son éclat. Dans ses yeux, toujours persiste cette lueur dorée, volonté des héros du passé qui jamais ne s'essouffle.

Lucian, c'est aussi un paradoxe à lui tout seul, il rassemble la violence et l’élégance, la rage et la douceur, mais tout cela ce ne sont que des mots qui parviendraient à peine à résoudre le casse-tête qu'il représente, l'être n'est plus aussi facile que ça à comprendre depuis que des mélodies discordantes chantent dans ses membres.
L'être se voulait gentil et altruiste, il avait sans cesse ce sourire chaleureux fiché sur le visage, incrusté dans cette face qui rarement s'en délaissait, c'est une chose qu'il portait à la perfection, on aurait pu croire qu'il serait toujours ainsi, qu'il serait toujours ceci : celui qui ne dirait jamais non, celui qui jamais ne rechignerait à aider quiconque, jamais blessant toujours charmant. Car Lucian, c'était cet homme aux bras qui embrassent et réconfortent, l'homme qui sait déployer ses mots comme baume et pansements, l'homme aux paroles qui soulagent les âmes en peine, là où les remèdes habituels n'auraient su faire effet. Avant Lucian s'était ça, du sable chaud, un soleil d'été, ce petit foyer. Jeune homme charismatique, toujours, en manque de compagnie, ça riait à gorge déployée puis ça rêvait souvent, on s'émerveillait sous les étoiles, les lèvres en sourire.

Mais les nuits défilent et le temps passe, il y a tout qui explose ne laissant que les débris d'une âme en miette qu'il faut cependant reconstruire à force de larmes et de cris. Ça pleure et s'égosille pour raviver la flamme, mais entre les sanglots des choses s’immiscent.
Il reste toujours le Lucian d'avant, mais parfois cette image, elle se casse, il y a quelque chose qui s'écroule, un voile sombre qui tombe, sur ce, beau visage, il y a plus de chaleur, plus de lumière, il devient marbre froid, homme de pierre et quelque fois, il y a éruption. La roche fusionne, torrent de lave dans ses veines, violence sauvage qui explose, comportement de bête qui s'annonce, la rage chante dans tout son être. Il n'arrive plus forcément à se retenir quand quelque chose lui déplaît, quand une voix lui murmure que ça va dans la mauvaise direction, alors souvent il s'énerve pour un rien, Lucian semble rechercher le conflit, une confrontation pour pouvoir abîmer ses phalanges. Parfois lui vint l'envie d’insuffler son doux poison dans une oreille fragile, plaisir qu'il renie, mais qui pourtant marque sa langue, perversité inexpliquée. Il aime plaire et séduire, son inconscient veut provoquer désir et passion, battre les cœurs et brûler les corps. 

En lui résonne deux mélodies dissonantes, le crépitement d'une cheminée et le martèlement d'une armée.





Background/Test RPG





Les bruits sourds qui résonnent, il les entend à travers les murs, les pauvres parois, ici, elles ne servent à rien, trop fin, trop fragile, y a tout qui passe en travers, ce n'est pas des murs, c'est de l'air, ça laisse même passer la lumière. Les murs, c'est des trous et des fissures, il y a des figures que l'on remarque comme le cerf tremblant en haut à droite, le chasseur lui tire dessus, balle lumineuse sur son pelage, on voit tout à travers. Mais tout ça ce n'est qu'une mise en abîme, car derrière la première œuvre, le vrai spectacle. Il commence jamais à la même heure, mais c'est toujours les mêmes acteurs, maman et papa. La première est belle, la tête s'orne de sublimes traits que l'on ne serait vraiment décrire, chevelure pareille à la plus sublime des nuits, noir profond et brillance d'étoile, les yeux sont des bijoux, des perles d'or lui servent d'iris. Le corps est fragile, on dirait qu'il la casse, oui, le paternel quand il la porte ou la fracasse, larges mains, larges bras, putain de géant auquel on voudrait ressembler quand on sera plus grand. Couple à l'allure parfaite, deux pièces qui s'assemblent et qui parfois se percutent. C'est souvent le Lundi et le Vendredi qu'ils jouent aux puzzles, quand la journée est difficile, là comme ça sur le lit, ils se disent tout le temps qu'ils ne doivent pas faire de bruit, ils disent aussi qu'ils s'aiment puis ça chante.
À côté, il y a ce Lucian qui regarde l'horizon, cet espace bleu qui se confond avec la mer, repère d'un dieu égaré au fil des vagues et de l'écume. Ce genre de Dieu qui ne semble survivre que dans les murmures des rêveurs, de ceux encore attachés à un glorieux passé. Les Swimburn sont de ces gens-là, héritiers des aèdes et des exploits qu'ils contaient près de la douceur de l'âtre. On dit qu'ils descendent de ces géants, de ces créatures immortels qui trônaient jadis dans les cieux, on dit que dans les veines et le cœur de ces hommes coulent encore l'ichor d’antan. Rumeurs ou semblant de vérité personne ne le sait vraiment, tout le monde ignore, mais pourtant beaucoup chuchotent.
Il faut dire que les Swimburn ont des croyances étranges et oubliées, les anciens Dieux, ils les invoquent encore, demandant parfois la bénédiction de l'une de ces divinités plaçant encore et éternellement les ficelles de leur destin entre leurs mains divines qui les guident souvent à des histoires tragiques. Le gosse a grandi au milieu de ces hauts-là, ils les vénèrent lui aussi, les citent dans un juron, leurs souffle des promesses et des prières qu'ils entendront peut-être. Il connaît les histoires des Dieux qui alimentent ses rêves et ses cauchemars, il connaît tous les dieux qui ont bercé son landau. La plus connue est Déesse des maisons, gardienne des familles, sa mère dit qu'il est né sous son signe, que c'est de là que lui vient tout cet amour et cette chaleur.
Il a grandi comme ça, entre l'amour de parents et la passion des Dieux. Nourris de l’aimante famille moins que par l'argent, famille pas bien riche, mais qui tout de même sans sort. Enfance banale c'est presque un scandale, l'enfant court dans la ville et dans les vert prairies, jamais ça s'arrête, rarement ça s’inquiète. Lucian les larmes, elles ne le connaissent presque pas, trop de soleil dans son petit corps, les larmes, elles s'évaporent. Lucian, ça sait aider et rigoler, ça provoque les sourires et puis c'est tout. Voilà que ça prend des têtes et que ça aide les parents, petit restaurant qui d'année en année amassent des clients. Lucian, il voulait rien de plus et rien de moins non plus, il avait sa famille, un foyer, un job, il ne lui manquait éventuellement que l'amour, mais Ajatar en avait décidé autrement. Petit printemps qui s'offre gaiement, Persephone gambade sur la Terre et Zéphyr souffle ses vents. Onze heures cinquante-six, son monde explose.


Des larmes coulaient sur ton visage, tu te sentais seul et perdu. Pratiquement seule et éperdument perdue. Ils avaient tous pris, ils t'avaient tous pris. Ta mère, ton père, ta maison, ta ville. Tout maintenant, il ne restait qu'un tas de ruines fumantes et des squelettes en cendre. Des spasmes de douleurs secouaient encore ton corps, le privant du repos que tu voulais pourtant voir venir, car oui, tu voulais dormir, juste dormir, ne plus être rien et partir loin. Mais tu ne pouvais point, le corps était froid, les joues étaient mouillées, le cœur était glacé et brisé, morceaux épars inutiles dans la poitrine, il ne reste plus aucun désir, la source des joies envolée, la tristesse et le désespoir noient l'âme. Tu avais l'impression d'être mort, que les Moires avaient également coupé le fil de ton destin, toi aussi, tu n'étais qu'une ruine, une chose ravagée par cette explosion. Ta vie te semblait dénuée de sens sans les personnes auxquelles tu tenais plus que tout au monde, la vie te semblait laide, une créature immonde et sans le moindre sens, tu avais besoin de ces personnes qui représentaient ton oxygène. Tu avais besoin de les voir sourire comme tu avais besoin d'entendre la voix de ta mère conter les mythes. Tu avais besoin des discussions père-fils comme tu avais besoin de pouvoir admirer Harujion depuis ton salon. Tintamarre des assiettes et des couverts qui résonnent dans la cuisine, tout ça n'est plus que souvenir dans le creux de ta poitrine. Au moins t'es loin, t'as fui, tu l'as suivi, la-bas dans les cieux là où t'espérais pouvoir te sentir mieux.
Mais là ne résidait qu'un espoir futile, c'est ce que tu voulais croire, mais ne sens-tu pas cette chose qui bourgeonne, là juste là, la belle fleur aux éclats de fer rougis par le sang ? Et ne le sens-tu pas, Lui ? Lui qui tout doucement s'insinue qui grimpe peu à peu dans les méandres de l'âme ? N'entends-tu pas son sublime chant qui se fait toujours plus présent depuis la mort de tes parents ? Des promesses te sont faites sous l'obscurité d'un rêve, mirage pourtant réel, l'Homme à l'armure parle de vengeance, de beaux massacres et de cadavres tombants, tu l'écoutes avec intérêt, mais quand chaque soir vient la question, à toi, il te vient également l'hésitation, accepter ou te taire, à qui vas-tu donner raison ? La haine ou le pardon, tu dois maintenant choisir. T'aurais voulu dire ce putain non, mais t'étais trop bête, trop faible, trop con, l'homme sait utiliser les mots pour allumer la rage, chaque soir, il enfonce toujours plus son douloureux poison alors l'accord franchi les lèvres dans un effroyable murmure, te voilà complice de Guerre, l'océan de larme devient terre de feu. Désormais, tu brûles jeune homme. Il est toujours à tes côtés faisant en sorte que tes poings rencontrent des gens plus souvent qu'avant, il aime se sustenter du liquide vermeil qu'il te voit faire couler, jamais de morts juste quelques blessés qui auraient eu l'audace de trop parler, mais rien ne serait lui faire plus plaisir, c'est un début dit-il, un début qui ne fera que s'aggraver avec le temps, comme une maladie qui se rependrait tout doucement. Tu sens sa joie qui s'embrase dans ton ventre et ses rires qui te font frémir de peur et plaisir, car la valse des coups, elle commence à te faire sourire également.


T'étais là depuis combien temps déjà ? Tu ne sais pas, tu ne sais plus, tu n'as pas compté les jours, mais tu as l'impression d'avoir vécu une décennie en à peine quelques mois, de nombreuses choses s'étaient passées, tu n'étais plus le même à présent et tu ne pourrais sûrement plus jamais le redevenir malgré les efforts de la Déesse Flamboyante, il se pourrait bien qu'une partie de ton être ne puisse plus jamais être bercée par ses flammes, l'Autre n'était pas de ceux que l'on pouvait si facilement supprimer surtout depuis que vous vous étiez liés. Puis depuis quelque temps, il semblerait qu'il s'agite, qu'il ressente un événement proche en lien avec sa nature profonde, ça ne te disait rien qu'il vaille, bientôt des paumes brilleront et les Hadès ainsi que le Tartare recevront des présents et des âmes à torturer, c'est ce qu'il te chuchotait répandant la peur dans tes entrailles. Un événement terrible était en préparation et l'Autre jubilait déjà. Qu'importe si le pilier de la paix cède, tu seras là pour tenter d'aider les âmes égarées comme tu le fais dés à présent avec les capacités qui t'avaient été offertes. La magie, belle chose étrange que tu n'aurais jamais cru pouvoir posséder, les flammes de la Déesse pulsaient dans tes veines et il te suffisait d'une pensée pour que le Feu Sacrée caresse le creux de tes mains. C'est Elle qui t'avais tout appris, Elle qui te l'avais soufflé en même temps qu'une partie de son savoir, des leçons et des cadeaux pour que tu puisses aider tes semblables, ces malheureux perdus aujourd'hui recueillis dans une sublime forêt. La vie s'était tranquillement installée en même temps qu'une certaine forme de routine ; chacun trouvait peu à peu sa place dans ce village de fortune qui se dotait d'un esthétisme au fil des nuits sous le couvert des arbres. Toi, tu l'avais rapidement trouvé ta place, même si la violence qui s'emparait de tes membres avait un peu ralenti sa découverte. Tu n'étais là que pour réchauffer les âmes que ça soit derrière les fourneaux ou de subtiles paroles, tu faisais de ton mieux pour que tout s'arrange et que tout le monde puisse se sentir chez lui. Faire en sorte que Dalmène soit leur nouveau foyer et la prochaine fois qu'il sera mis en péril, tu espères bien pouvoir le protéger avec tout ce que l'on t'a donné même avec cet Autre qui ne souhaite que détruire.





Magie





Techniques





Bebebe - FTRPG
 MessageSujet: Re: Just come home (Lucian)   Jeu 23 Juin - 0:12

avatar
Invité


Click

Voilà, petit message pour dire que je pense avoir terminé ma fiche I love you
Merci à ceux qui se chargeront de sa modération I love you
 MessageSujet: Re: Just come home (Lucian)   Sam 25 Juin - 5:31

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click




je suis ta modération.



Bienvenue sur FAIRY TAIL RPG !


Je serais ta modératrice pour cette fiche. Je t'aiderais dans l'étape de la modération et je te guiderais pour que tu sois validé. Si tu as la moindre question, la moindre objection ou un souci quelconque, n'hésite pas à m'en faire part ! ♥ Et si nous y allons maintenant ?

Général

Juste pour le détail, parce que tu verras, j’aime le détail mais je ne suis pas méchante. Quand on demande le « statut » du personnage, ce n’est pas le statut civil mais le statut en tant que mage (ex : Membre de guilde, haut-membre etc…) Dans ton cas, tu pourrais mettre « aucun » étant donné que tu n’es affilié à aucune guilde pour l’instant. Voilà voilà.

Psychologie

Ta psychologie est bien voire même bonne pour le dire correctement MAIS (bah oui, y’a un mais ahaha) incomplète. Je t’explique. A mon sens, tu oublies une petite partie de ton personnage comme par exemple, son rapport aux autres ? Ce qu’il aime dans la vie ? Pourquoi ? Tu nous parles d’un paradoxe sans nous expliquer le pourquoi du comment il est devenu comme ça (même si je me doute que je trouverais ça dans l’histoire sans doute, mais j’en suis au stade de la psycho là).
Donc si tu pouvais me rajouter quelques lignes sur sa vision du monde, son rapport avec les gens l’entourant etc… ça serait vraiment gentil et beaucoup plus plaisant pour moi aussi.

Histoire

Là, finalement, je retrouve le même souci que plus haut dans la psychologie. Je trouve que tu as un style plaisant et facile à lire mais tu passes à côté de beaucoup de détails. Tu nous dis que ton personnage vient d’Harujion, qu’il en est réfugié même donc tu pourrais nous faire une petite partie sur les attentats non ? Une ville qui saute, emportant dans la fumée toute une vie avec elle, ce n’est pas rien tu ne crois pas ? De plus, les attentats d’Ajatar Virke sont reconnus donc tu peux également nous parler d’eux ? Que pense Lucian d’Ajatar ? Que va-t-il faire maintenant ? Il y a pas mal de passage sur les dieux, c’est très bien mais très peu sur l’aspect humain de ton personnage. Pratiquement aucuns mots sur l’enfance et sur cette famille particulière.

Je pense que tu peux encore m’étoffer tout ça, me détailler la petite enfance, ce moment avec les attentats etc…T’as de quoi raconter ! Ahaha.



Magie

Ahaha j’ai l’impression que je reconnais l’une des magies d’un de mes personnages. C’est cool, j’aime bien tous ce qui est emprunté à la mythologie.
Par contre, va falloir que tu me détails ta magie. Tu parles d’incarnations donc je pense qu’on est sur de l’invocation magique de base, donc j’aimerais bien que tu me détails le « comment » de ta magie. Comment Lucian fait-il appelle à ces divinités ? Y’a-t-il un pacte ? Sous quelle forme ? Je vois que tu parles de « contrat » dans le détail de tes esprits mais j’aimerais que tu là, tu puisses généraliser pour le fonctionnement global de ta magie.
Après mythologie greco-romaine, je pense que tu le sais déjà mais même si y’a des équivalents chez les deux camps, tous les dieux romains n’ont pas exactement la même « fonction » que leurs alter-ego grec et inversement. Donc il faudra que tu te méfies de ça à l’avenir.



Résumé

Eh bien ma foi, pour une première, c’est pas trop mal. Ta fiche est bien mais manque juste de détails ou de précisions sur certains aspects et comme je suis assez casse-bonbon, j’y tiens. Bien-sûr si tu as un souci ou des questions, n’hésite pas à m’en parler par MP, je te répondrais assez rapidement normalement. Du courage pour apporter les modifications et je repasserais dès que ça sera bon pour toi. Voilà voilà l’ami !



C O D E © W H A T S E R N A M E  ; MODIFICATION © ENYA

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Just come home (Lucian)   Ven 8 Juil - 10:57

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Halo o/ ♥

Cette fiche est-elle toujours d'actualité ?

Si non réponse de ta part, elle sera archivée sous les prochaines 48h.

Merci de ta compréhension ♥
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Just come home (Lucian)   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» Lucian Helsing, le premier Lycan
» † Carry me home tonight.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Hors Rp :: Fiches de personnages