Partagez | .
L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]
 MessageSujet: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Mar 7 Juin - 14:06

avatar
Invité


Click



Circé Eirene

" Et Adam chuta. "





Informations Générales


Identity

Nom : Eirene
Prénoms : Circé Katherine
Âge : 31 ans
Date de Naissance : 13 novembre 761
Origines : Minstrel


Activité(s) : Mage
Guilde : Ajatar Virke
Statut : Haut Membre - Ancienne Haute Conseillère
Surnom : La Sorcière
Avatar : Mélisandre - La prêtresse rouge : GoT

 






Psychologie




Un souffle sucré qui se fracasse sur une peau embué. Un mouvement gracieux, mortel et dangereux, un sourire qui se dessine dans les profondeurs de la nuit, une teinte de carmin où le désir gangrène, où les passions se déchaînent dans un souffle suspendu, dans un murmure défendu. S'empare du fruit défendu.

Un mot pour vous charmer, un fredonnement pour vous envouter, un murmure pour vous manipuler, un esprit de vices et de fissures qui serpentent pour se faufiler dans l'ombre de votre coeur incapable de résister. Un rire cruel dans l'ombre de votre agonie, un plaisir certain dans cette souffrance qui vous agite, qui fait trembler votre corps dans une terrible agonie. L'art de séduire de mieux tromper, l'art de feindre l'innocence pour mieux vous poignarder, l'art de vous enculer, au propre comme au figurer.

Double face alors que dans ses sourires elle obtient votre grâce, que dans ses actes elle s'octroie votre haine vorace, qu'elle manie l'art des mots avec un redoutable touché, quelle simule les émotions comme l'une de ces actrices nominés pour on ne sait quel trophée. Une façade de chaleur qui ne renferme que la froideur calculatrice de la glace. Fendue de toute part, prête à se briser en un fracas d'éclats gelés pour révéler un coeur qui bat pourtant dans les profondeurs d'une chaire meurtrie par la vie. Plutôt crever, prête à saigner pour que jamais la l'iceberg ne s'effondre, que jamais la glace ne puisse fondre autour de ce coeur qu'elle retient prisonnier, plutôt gerber que d'admettre qu'au fond elle n'est qu'une chose brisée que l'on ne pourra plus jamais réparer.

Alors elle simule, alors elle enfonce le poignard et offre des baisers empoisonnés, de sorte que jamais, au grand jamais cette faiblesse ne puisse un jour être exposé, qu'on la déteste autant qu'on puisse la désirer, qu'elle vive, que son souvenir survive à jamais à travers la haine qu'elle inspire.

Qu'ils payent. Qu'ils payent tous pour leur ignorance, pour leur moral condescendante incapable de voir la peur d'une gamine plongée dans l'inconnu, à peine adulte, inconscience du pouvoir sommeillant au fond d'elle, incapable de voir la culpabilité et la terreur, le propre dégout de son erreur. Incapable d'aider, de tenter de sauver ce qui aurait put l'être, n'écoutant que leur peur, leur peur et leur dégout pour la plonger dans l'enfer, dans le feu dévorant des flammes afin de purifier une âme qui n'avait pas besoin d'être sauvée, pas encore, une âme qu'ils ont souillé de leurs actes, de leurs regards, une trahison impardonnable qui livre sa propre chaire au bûché.

Ils voulaient une sorcière.
Je serai la sorcière qu'ils ont tend redouté, je justifierai leur peur dans des marées de dépravation, je me délecterai de leur plaisir interdit jusqu'à ce que la vie quitte leurs corps désarticulés. Je serai le désir qui corrompt, celui qui tue et qui enchaîne en enfer.
Je serai ce qu'ils ont toujours souhaité, le serpent ayant condamné l'Eden.

La perversion dans ses formes les plus reculées, la perversion d'un acte débauché, la perversion d'une trahison que l'on a été bien incapable de sentir arriver. La perversion dans la manipulation, dans la revanche d'un égo bafoué, dans le piétinement des idéaux qui définissent l'être et l'âme. Le serpent qui frappe dans l'ombre avant de s’évaporer, évitant la confrontation tant qu'il n'est pas certain de pouvoir toucher, de pouvoir planter ses crocs pour distiller ce poison dont on ne guérit jamais.

Je serai le mystère qui envoute, sublime et redoutable, cette lâcheté que l'on exerce et que l'on hait.
Sans foi ni loi et contre lequel l'honneur ne peut rien, une simple brise contre un colosse d'argile.

Plus belle que nul autre, je serai celle qui entraîne la rupture et le déchirement des cœurs, celle qui brise l'amour dans un gant de velours, je serai cet aimant qui attire, tel des papillons viennent mourir sur la flamme des bougies. Celle qui calcine et qui brûle l'âme.

Je serai ce diable que vous avez toujours fantasmé, ce démon qui en secret vous a toujours tenté, celui qui au plus profond de votre inconscient vous fais fantasmer.

Et quand mon temps sera venu, quand le monde sera guérie, quand il n'aura plus besoin d'êtres tel que moi car enfin notre objectif s’accomplira il n'y aura plus de raison a l'existence de choses tel que moi. Je me consumerai moi-même en espérant que plus jamais, plus jamais l'humanité ne créera elle-même des monstres de ses semblables, qu'elle n'aura plus besoin de créé la dépravation pour lutter contre elle, qu'elle n'aura plus besoin d'une morale conduisant à l'innommable, qu'elle n'aura plus peur de cet inconnu, qu'elle aidera l'inconnu par pure et total désintérêt.
Que la magie restera cette pureté, un cadeau que le ciel envoie pour rendre le monde meilleur et non cette chose abjecte dont on doit avoir peur car on veut en avoir peur, qu'au grand jamais l'humanité n'aura plus besoin de ces monstres qui le font frisonner, de ces monstres qu'ils créé dans le seul but de satisfaire son archaïque besoin d'un mal pour pouvoir briller dans ses ténèbres.

Qu'il n'aura plus besoin de sorcière.





Prologue






Tes pieds nus viennent frôler le sol glacial en silence, les draps de satin glissent contre ta peau d’albâtre alors que lentement tu t'extirpes de la couche du dégout et de l'ennuie. Un soupire qui vient mourir dans le silence de la nuit alors que tu prends le chemin de la salle d'eau, loin de ce corps endormis dont l'esprit te répugne plus que n'importe quel autre.

Ta main pousse nonchalamment la porte te libérant de sa présence étouffante. Un geste lent et lourd alors que sous le contact de tes doigts habiles les lacrymas s'illuminent, que devant toi se révèle le reflet de ta nudité. Un regard qui se braque sur ta silhouette svelte et pulpeuse, un iris océanien qui se toise lui-même, un soupire de nouveau lâcher alors que tes mains s'appuient sur le marbre du lavabo avec nonchalance. Un raclement de gorge, enrouée par toutes ces simulations que tu as du donner, pour illusionner des qualités qu'il n'aura jamais mais dont tu te dois pourtant de vanter pour mieux jouer cette comédie d'amour que tu as créé. La fin justifie les moyens, mais la prochaine fois tu laisseras ta place à l'autre catin pour s'infiltrer parmi tout ces crétins qui ne sont rien de plus que des pantins.

Lentement tu te redresses, tes mains viennent soulever ta chevelure flamboyante en un geste mesuré, une marque qui se dessine dans ta nuque, aussi sale dans sa forme que dans sa couleur violacée. Une seule pensée qui te traverse dans un grincement de dent exaspéré, il ne se contente même pas de baiser comme un pied, en plus voilà qu'il commence à laisser des traces de suçons qui ne procurent même pas un début de frisson. Aussi mauvais de sa bouche que de ce qui lui sert d'organe reproducteur. Ta chevelure retombe dans un mouvement lassé alors que tu te détourne de ton reflet, que ta silhouette se faufile dans la cabine de verre et que les jets d'eau commencent à couler dans un bruit de torrent déchainé. Même la douche te procure plus d'effet que cet abruti moralisateur et bien pensant.

Le bruit de sa voix te tire de tes pensées, le coup de grâce pour t'achever alors que sa voix vient couvrir le bruit de l'eau s'écoulant sur ta peau.

" Je peux me joindre à toi ? "

Dans l'ombre de tes seins ta main se raidit contre la paroi, un instant de mise en condition alors que tu te retournes lentement, un sourire irradiant sur tes lèvres carmins alors que ton regard simule la douceur d'un amour naissant et compatissant. Une voix suave et rieuse alors qu'une seule pensée tourne en boucle dans ton esprit.

" Évidemment, que tu es imbécile."
Dégage crétin.

Ton corps se serre contre le verre afin de laisser la place à sa carrure imposante de se faufiler. Même le fait qu'il soit bien gaulé est devenue une véritable plaie alors que tu n'as même plus la place de simplement replier déplier tes bras sans le toucher. Un coup de coude brusque et maladroit qui part malencontreusement se nicher dans ses côtes. Totalement prémédité alors que c'est un sourire satisfait qui se dessine sur tes lèvres au moment où il laisse échapper un râle de douleur.
Tu te retournes vivement, tes mains venant caresser sa peau avec douceur alors que ton visage transpire de cet air désolé des gourdes empotée, l'air inquiet qui transparait dans ta voix compatissante.

" Je suis vraiment désolé !! Est-ce que ça va ?? "

Un regard que tu plante dans le siens.
Si tu savais où j'aurai aimé visé pour le bien de toute femme assez demeurée pour se laisser aller à tes côtés.

" Ca va, ne t'en fais pas. Ca fait pas plus mal que pichenette. "

C'est ça joue l'homme fort, tu ne trompera jamais personne.

" Je vais te laisser la place, j'avais terminé de toute façon, je n'ai pas envie d'abimer d'avantage ce superbe corps. "

Ta main glisse sur sa peau avec douceur, un sourire aimant que tu lui adresses alors que tu t'extirpes de la cabine de verre pour ton plus grand soulagement. Tes pieds viennent frôler le carrelage où l'eau ruisselle sur ton corps pour y mourir en perles irisées, d'un geste affirmée tu attrape la serviette suspendu sur la porte. Ton visage se tourne vers lui avec une certaine gravité.

" Je vais partir devant, il y'a une affaire urgente dont je dois m'entretenir avec Elena avant la réunion. "

Un sourire et un regard profond de détermination.

" N'oublies pas ce dont on a parlé, ne laisse pas Marcus t'atteindre avec sa haine et ses sous-entendus grossiers. "

Marcus était peut-être un sombre connard, mais au moins lui avait le mérite de savoir utiliser ce que la nature lui avait donné.

" Et pas un mot de nous deux à personne, c'est très important Gregory."

" Ne t'en fais pas je ne suis pas stupide Circé. "

Un sourire.
Si justement, des fois c'est à se demander comment tu as pu devenir Haut Conseiller tellement tu peux être demeuré.

" Je sais, mais on ne sait jamais.
A tout à l'heure mon chat."


" A ton a l'heure mon cœur."

Un ultime sourire enjoué simulé avant que tu ne te détournes et quitte la salle d'eau.

Putain de pacifiste shooté aux bonnes paroles.





Test RPG








Bebebe - FTRPG
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Mar 7 Juin - 14:06

avatar
Invité


Click



Background

" Ils voulaient une sorcière. Je serai ce qu'ils ont toujours souhaité."




Innocence




Les yeux couleurs de l'océan s'écarquillent avec admiration. Devant le regard d'enfant les broderies semblent danser en arabesques flamboyant, les fleurs d'or et d'argent s'entremêlant pour le plus grand ravissement de l'enfant aux cheveux flamboyants, elle voudrait toucher, sentir le contact du tissu avec sa peau, mais elle ne le peut pas, bientôt la cliente sera là et elle ne peut se permettre de salir l'étoffe de ses doigts crasseux. Alors en silence elle l'observe avec ce regard avide, cette teinte d'admiration, un jour elle saurait faire ça, un jour comme sa mère elle sera capable de tisser des chefs d’œuvres de ses mains.

Le tintement de la cloche sonne et elle descend rapidement du tabouret pour courir derrière le comptoir. Une femme aux allures distinguées qui se présente à elle avec sa longue robe de satin, un chapeau haute forme couvrant ses cheveux. Elle est belle, vraiment belle alors qu'elle ne peut s'empêcher de l'admirer, un jour elle espère qu'elle sera comme elle. Sa voix enfantine retentit.

" Bonjour Madame, que puis-je faire pour vous ?"

Un regard dédaigneux qui se braque sur elle, enfant crasseuse dans ses guenilles de toile grossière, vulgaire paysanne en devenir. Une réponse froide.

" J'ai commandé une étoffe, on m'a dit qu'elle serait prête aujourd'hui. "

Un grand sourire qui illumine d'innocence alors que l'excitation grimpe dans son corps juvénile d'à peine huit ans. Une voix peinant à cacher son excitation.

" Suivez-moi Madame. "

Et c'est presque qu'en sautillant qu'elle conduit la femme jusqu'à la simple vitrine de verre où l'étoffe attendait patiemment son nouveau propriétaire, de ses mains petites mains elle ouvre le pendant en verre pour lui laisser le loisir de toucher et juger de la qualité du travail, comme on lui avait toujours appris.

" Voilà. "

La femme reste muette un moment, lentement elle retire un de ses gants pour venir toucher doucement l'étoffe, un silence qui continue et sans savoir pourquoi l'enfant sent la pression monter en elle, un stress qui l'envahie.

" Bien. Je m'attendais à mieux, mais le travail est acceptable. "

Un pincement au coeur qui vient serrer sa poitrine alors qu'elle revoit sa mère s'écorcher les doigts de ses aiguilles sur la pièce se trouvant devant leurs yeux. Des nuits entières de travail acharné balayés du revers de la main. Son regard froid se braque sur elle.

" Combien je vous dois ? "

Un instant de flottement avant que l'enfant ne se ressaisisse, soit professionnelle se dit-elle du haut de son jeune âge, comme on lui avait toujours appris, elle retient ses larmes prêtent à jaillir de ses yeux brillant du mieux qu'elle peut.

" Ca fera 100 écus Madame. "

Un râle exaspéré alors qu'elle cherche dans sa bourse les pièces.

" Cela fait cher pour un travail tout juste de bonne qualité. "

Elle saisit l'étoffe avant de lâcher avec dédain les pièces sur le comptoir.

" Si ma prochaine commande n'est pas de meilleure qualité je ne verserai pas un centime en guise de déménagement de votre publicité mensongère. "

Elle se détourne et quitte le magasin sans un regard, dans son dos l'enfant reste interdite, les larmes commençant à perler le long de ses joues d’albâtre.

Un jour elle serait la meilleure couturière et plus jamais cette vilaine femme ne pourra dire quoi que ce soit sur la qualité du travail.
Elle promettait.





Citation




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut vulputate commodo erat sed aliquet. Morbi iaculis elementum lectus, et gravida tellus pretium a. Vestibulum sagittis tempus augue, at adipiscing sem fermentum eu. Maecenas lacinia pretium auctor. Vivamus magna massa, rutrum nec mattis sit amet, sagittis et eros. Duis congue enim ut nisl dignissim tempus. Nullam interdum est ac leo sodales iaculis. Sed malesuada faucibus sapien, a accumsan lectus mollis id.

Pellentesque diam massa, rhoncus quis adipiscing id, condimentum eget ante. Sed nec venenatis tellus. Donec nunc justo, congue semper pharetra sit amet, ultrices tempus mi. Aliquam faucibus viverra faucibus. Nulla facilisi. Mauris lacus mi, gravida ut sagittis non, semper tristique nunc. Vivamus imperdiet posuere turpis, id eleifend eros vestibulum vel. Praesent iaculis facilisis blandit. Fusce volutpat, orci ac rutrum aliquet, urna turpis rhoncus turpis, vitae cursus eros arcu sed ante. Pellentesque mollis aliquam nunc sit amet blandit. Morbi lobortis lobortis molestie. Suspendisse dui dolor, sodales a viverra ut, fermentum in lorem. Quisque et ante magna, non convallis augue. Suspendisse tincidunt, augue a venenatis auctor, enim nibh laoreet odio, a fringilla massa mauris eget dui. Nullam bibendum leo in enim sagittis sed tristique massa tristique.





Citation




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut vulputate commodo erat sed aliquet. Morbi iaculis elementum lectus, et gravida tellus pretium a. Vestibulum sagittis tempus augue, at adipiscing sem fermentum eu. Maecenas lacinia pretium auctor. Vivamus magna massa, rutrum nec mattis sit amet, sagittis et eros. Duis congue enim ut nisl dignissim tempus. Nullam interdum est ac leo sodales iaculis. Sed malesuada faucibus sapien, a accumsan lectus mollis id.

Pellentesque diam massa, rhoncus quis adipiscing id, condimentum eget ante. Sed nec venenatis tellus. Donec nunc justo, congue semper pharetra sit amet, ultrices tempus mi. Aliquam faucibus viverra faucibus. Nulla facilisi. Mauris lacus mi, gravida ut sagittis non, semper tristique nunc. Vivamus imperdiet posuere turpis, id eleifend eros vestibulum vel. Praesent iaculis facilisis blandit. Fusce volutpat, orci ac rutrum aliquet, urna turpis rhoncus turpis, vitae cursus eros arcu sed ante. Pellentesque mollis aliquam nunc sit amet blandit. Morbi lobortis lobortis molestie. Suspendisse dui dolor, sodales a viverra ut, fermentum in lorem. Quisque et ante magna, non convallis augue. Suspendisse tincidunt, augue a venenatis auctor, enim nibh laoreet odio, a fringilla massa mauris eget dui. Nullam bibendum leo in enim sagittis sed tristique massa tristique.





Citation




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut vulputate commodo erat sed aliquet. Morbi iaculis elementum lectus, et gravida tellus pretium a. Vestibulum sagittis tempus augue, at adipiscing sem fermentum eu. Maecenas lacinia pretium auctor. Vivamus magna massa, rutrum nec mattis sit amet, sagittis et eros. Duis congue enim ut nisl dignissim tempus. Nullam interdum est ac leo sodales iaculis. Sed malesuada faucibus sapien, a accumsan lectus mollis id.

Pellentesque diam massa, rhoncus quis adipiscing id, condimentum eget ante. Sed nec venenatis tellus. Donec nunc justo, congue semper pharetra sit amet, ultrices tempus mi. Aliquam faucibus viverra faucibus. Nulla facilisi. Mauris lacus mi, gravida ut sagittis non, semper tristique nunc. Vivamus imperdiet posuere turpis, id eleifend eros vestibulum vel. Praesent iaculis facilisis blandit. Fusce volutpat, orci ac rutrum aliquet, urna turpis rhoncus turpis, vitae cursus eros arcu sed ante. Pellentesque mollis aliquam nunc sit amet blandit. Morbi lobortis lobortis molestie. Suspendisse dui dolor, sodales a viverra ut, fermentum in lorem. Quisque et ante magna, non convallis augue. Suspendisse tincidunt, augue a venenatis auctor, enim nibh laoreet odio, a fringilla massa mauris eget dui. Nullam bibendum leo in enim sagittis sed tristique massa tristique.




Bebebe - FTRPG
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Mar 7 Juin - 14:06

avatar
Invité


Click



Magie




L'Arc des Charmes




La magie de l'Arc des charmes est une magie ancienne, on suppose que son pouvoir repose sur une bénédiction divine, que sa présence ne peut être que si l'enfant est né sous la protection des dieux de la beauté et de l'amour. Cette magie étant directement liée aux attributions de ces Dieux oubliés tel Ishtar, Aphrodite, Lilith et Venus...

L'Arc des charmes permet à son utilisateur d'agir sur tout ce qui a attrait au domaine de la beauté, des désirs, de l'amour charnel et du sexe. Sa présence fait de ses utilisateurs de véritables Succubes et Incubes. En effet l'Arc des charmes utilise l'énergie sexuelle de son utilisateur pour fonctionner en la déchargeant dans ses techniques perverses, faisant d'elle une magie vicieuse puisqu'elle nécessite que son utilisateur se nourrisse de l'énergie sexuelle d’autrui à l'image de ces créatures des enfers que sont les succubes et incubes.

L'arc des charmes utilise alors cette énergie sexuelle pour influencer sur ces domaines très spécifiques que sont la beauté, les désirs charnels et le sexe.

A cause de sa magie Circé sécrète constamment une grande quantité de phéromones tirés de sa propre énergie sexuelle, la rendant étrangement attirante , mais faisant aussi que quoi qu'il en soit cette magie épuise constamment son utilisateur créant alors le tabou de cette magie : une réelle faim. Un réel besoin de nutrition, mais pas de nutrition alimentaire, de nutrition par l'énergie sexuelle d’autrui.

Quand le mage n'utilise pas sa magie la régénération naturelle de celle-ci permet de supporter cette faim, mais lorsque cette magie est utilisée, que ce soit de manière minime ou non, son porteur ressentira cette faim de plus en plus violemment, s'affaiblissant et créant le besoin de se nourrir devant la faim que créé sa décharge d'énergie sexuelle.

Cette faim est contrôlable à une seule condition : ne jamais lui avoir succombé. En effet à partir du moment où le mage lui succombe une fois il ne pourra plus résister à cette faim apparaissant après chaque utilisation de sa magie. Pour se nourrir il existe deux moyens : l'acte sexuel en lui même, ou l'utilisation de la première technique de l'arc des charmes.
Si la nutrition d'une partie de l'énergie sexuelle de quelqu'un affaiblit ce dernier, si le mage succombe à sa faim et en vient à aspirer la totalité de cette énergie d'une autre personne, la victime décède de fatigue. Le seul garde fou étant que l'acte sexuel comme les techniques aspirant l'énergie sexuelle sont cantonnés à la magie de son utilisateur.



Techniques






Les Flammes de la Passion








Techniques





Bebebe - FTRPG
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Mar 7 Juin - 14:10

avatar
Invité


Click

Du coup me voilà paré pour mon test rp =)
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Mer 8 Juin - 14:11

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Me voilààààà happyrun

- Alors que le Conseil de la Magie prépare une réunion de la plus haute importance, Marcus demande de l'aide à Circé pour un dossier et cela prendra la journée. Comment se passera cette journée ?

- Les attentats sont passés, la couverture de Circé est tombée et la voilà de retour à Ajatar...Elles y retrouvent donc naturellement, tous les autres dont Lydia et Zadig. Comment se passent les "retrouvailles" ?

- Ajatar s'agrandit, malheureusement, les dernières recrues ne sont pratiquement que des femmes (Olivia, Oméa ...) Comment Circé voit l'arrivée de ces "nouvelles" sur son terrain de jeu préféré ?

Avoue que je manque clairement d'imagination Hm Donc si ça te plaît pas, je te laisse un inventer un de ton choix ♥️
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Ven 17 Juin - 10:10

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Halo o/ ♥

Cette fiche est-elle toujours d'actualité ?

Si non réponse de ta part, elle sera archivée sous les prochaines 48h.

Merci de ta compréhension ♥
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Ven 17 Juin - 12:00

avatar
Damaz Elandez

Ajatar Virke

Click

Toujours oui.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   Ven 8 Juil - 10:57

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Halo o/ ♥

Cette fiche est-elle toujours d'actualité ?

Si non réponse de ta part, elle sera archivée sous les prochaines 48h.

Merci de ta compréhension ♥
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: L'homme n'est qu'un pion sur l'échiquier nommé désir - [UC]   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouveau pion sur l'échiquier ? [pv Jordan]
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Monture sang-froid et homme lézard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Hors Rp :: Fiches de personnages