Aller à la page : Précédent  1, 2
Heartbeats Disorder | Cal'
 MessageSujet: Re: Heartbeats Disorder | Cal'   Heartbeats Disorder | Cal' - Page 2 EmptyLun 11 Juil - 22:12

Oméa K. Shizuka
Oméa K. Shizuka

Ajatar Virke

Click


Heartbeats disorder


Le feu. Lorsqu’il te sourit, plein de malice, tu sens un véritable feu de forêt se déchainer en toi. Et ce feu ne fait que décupler, alimenté par la douceur de ses lèvres contre les tiennes. Sa délicatesse t’enveloppe dans un cocon de soie, te faisant flotter au milieu des deux sensations mélangée d’avidité et de tendresse. Les deux baisers étaient comme soleil et lune, pourtant ils te chamboulaient. Ils créaient en toi le désir, toujours plus puissant, d’augmenter la difficulté du jeu et de repousser les limites. Les siennes, les tiennes, toutes celles qui se présenteraient sous ton petit nez en trompette, pourvu qu’ensemble, vous trouviez ça amusant. Tout ça pour avoir le mot de la fin. Un sourire coquin se dessine sur tes lèvres alors qu’il t’entraine dans la chambre. Comme si tu allais lui laisser le dernier mot. Comme s’il pouvait oser te voir toi, soumise et ne pas réclamer l’ascendant. Tu attrapes le t-shirt au vol, les yeux pétillants rien qu’à l’idée de voler ce que tu veux, alors qu’il essaie de désamorcer la bombe. Parce que tout en toi, Oméa, l’appel au péché. Tu le sais, tu la toujours su et pourtant tu continues. Tu navigues sur ta propre vague et tu joues toujours et encore, au mépris du bon sens.

« Tu n’aimes pas les salles de bain, alors ? Il parait pourtant que prendre un bain à deux, c’est amusant. » Un instant d’égarement te pousse à l’admirer. Lui, sa musculature, sa malice et son sourire à tomber par terre. Tes yeux se posent sur son tatouage et tu te mets à pouffer en enfilant son t-shirt. Le tissus tombe au milieu de tes cuisses, cachant sagement ce que tu avais offert à sa vue par caprice. Ton intuition, elle, te dit qu’en te baissant, il ne cachera plus rien mais tu ne dis rien. Tu lui souris et, dans une révérence exagérée, tu écartes les pans de ta pseudo-robe. «Tu es un hôte déjà bien charmant d’avoir ramassé et soigné une vilaine fille comme moi. J’irais même jusqu’à dire un hôte qui risque sa peau devant Sting pour une polissonne un peu folle. » Un rire cristallin sort de ta gorge. « C’est malin, je me sens grand méchant loup, maintenant. Regarde, voilà la vilaine illégale et elle va te manger tout cru. »

Mains devant toi, tu te rapproches de Caleb avec une moue ridicule. Tu rugis même, encore plus amusée par la perspective d’être une horreur pour le monde alors qu’au final, tu n’en es qu’une vérité caché. Un portrait de Dorian Gray, avec une bouille d’ange, un cœur ambivalent et un coup de couteau à faire pâlir un cuisinier d’envie. Tu le pousses lentement vers son propre lit, dans cette parodie mi-monstre mi-zombie. Tu n’as pas de crédibilité, tu le sais mais pourtant tu souris et tu lis l’amusement en lui alors qu’il butte contre le matelas en manquant de basculer. Alors seulement, cette parodie de créature des enfers disparait sous les traits du fauve que tu es. Tu prends un élan infime et tu te jettes sur le brun, sans crier gare ni même prendre de précaution. Tous les deux, vous basculer sur le lit pendant que tu ris. A cet instant, tu ressembles à un feu follet. Pétillante de vie et de folie, tu rayonnes d’un éclat sauvage et indolent alors que tu te penches au-dessus de ta victime.

« Je t’ai eu, petit tigre. » Tu lui tires la langue, triomphante jusque dans ta manière d’être assise sur lui avec nonchalance. L’une de tes mains s’articule en un V victorieux et tu lui montres la fenêtre ouverte. « Je crois que j’ai oublié quelque chose… » Nouveau sourire coquin, au milieu du silence. Avant même qu’il est pu dire un mot, tu t’empares de ses lèvres avec voracité. La délicatesse et la sensualité que tu y mets te prenne toute ton attention. Tu en oublies la fenêtre ouverte et la prudence élémentaire en prolongeant le jeu d’un doigt sur sa bouche alors que tu t’éloignes dans un soupir, les yeux plissé par la satisfaction. « Voilà. Maintenant c’est mieux. Toi qui parlais de fierté de mâle, je ne pouvais pas te laisser gagner. Ca ne serait pas drôle, sinon. » A cet instant, un électrochoc te parcourt le dos. Un battement de paupière confus et tu tournes la tête vers la fenêtre. Il arrive. Tu le sais, tu le sens. Azariel est en ville.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Heartbeats Disorder | Cal'   Heartbeats Disorder | Cal' - Page 2 EmptyJeu 14 Juil - 5:54

Caleb
Caleb

Sabertooth

Click



Heartbeats Disorder
Ft. Oméa K. Shizuka