Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn]
 MessageSujet: 9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn]   9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn] EmptySam 2 Avr - 2:34

[PNJ] Tarot
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



Too awesome to handle


Adrien Campbell-Toki DiCielo-Alouarn Grimsorson



9h30

Il les a vues ces femmes au coin de la rue. Elles ont eu peur elles aussi, mais ce sont arrêtées soudainement lorsque Erion les a vues. Elles sont sublimes. Leur peau lui parait si douce, leurs lèvres aguichantes, leurs courbes aussi sensuelles les unes que les autres. Elle se sont retournées simultanément. L'index posé sur leurs lèvres ou en train d'être croqué, elles ont envie. Il envoie ses cheveux derrière d'un geste de la main, une tombe dans les pommes, incapable de supporter tant de sex appeal.

Il rit, il s'approche et en prend deux, chacune par les hanches. Autour de lui, quatre femmes. Il rit de bon coeur avant qu'une décide de combattre son charme et de remarquer qu'elle était en train de courir quelques minutes avant. Erion la remarque. Une de ses mains lâche la taille d'une de ses nouvelles concubines et vient prendre sa mâchoire d'une main. Ses yeux transpercent les siens, elle ouvre la bouche, il ouvre la bouche et l'âme quitte la femme peu à peu. Revigoré, il laisse le corps inerte retomber comme une poupée de chiffon.

Alouarn, tu as vu la scène. Tu as vu le jeune homme d'environ ton âge faire tomber la femme, tu l'as vu la tuer. C'est à toi de voir comment tu peux réagir à un crime pareil se dérouler sous tes yeux.

Toki, tu n'as pas vu ce qui s'est passé, mais tu vois le corps d'une femme gisant aux pieds d'un homme et de trois femmes.

Votre environnement se situe près des abords de la ville par où les gens tentent de s'échapper. Il y a beaucoup de monde à cent mètres de votre position. La garde aussi se trouve tout près, mais vous supposez que les appeler ne ferait que les attirer vers une mort certaine...


Ordre de postage : Alouarn Grimgorson - Toki Di Cielo - Adrien Campbell - PNJ



Vous avez Neuf jours pour répondre au sujet.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn]   9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn] EmptyDim 3 Avr - 14:44

Alouarn Grimgorson
Alouarn Grimgorson

Indépendant Légal

Click




Je suis un comédien Et je suis ma destinée !



PARTICIPANTSAlouarn Grimgorson & Adrien Campbell & Toki Di Cielo
Résumé • Eté 792, à venir.



Too Awesome to handler


La journée avait plutôt bien commencé. La troupe s’était arrêtée la veille aux abords d’Hosenka. Après quelques échanges houleux avec les autorités de la ville, nous nous étions installés. Nous ne comptions pas rester longtemps, quelques jours, tout au plus : cela nous permettrait de faire le plein tant au niveau de l’eau que des vivres. De plus, Linus et Isa avaient besoin de différents médicaments pour renflouer la pharmacie. J’étais en train de flâner dans les rues quand tout à commencer. A dire vrai, j’admirais la vitrine d’une échoppe à l’entrée de la cité : Linus était parti devant, me laissant ainsi le loisir de faire mes petites affaires. Il m’avait laissé quelques jewels pour que je me fasse plaisir avec de quelconques babioles mais, j’avais beau compter mon argent, je n’avais pas assez pour acheter la poupée qui trônait fièrement sur sa petite chaise en bois. C’est vrai qu’elle était jolie avec son chapeau à larges bords et ses vêtements endimanchés : elle agitait sa main dés qu’un passant se trouvait devant elle. A dire vrai, je me demandais comment le mécanisme fonctionnait, et je ne voulais certainement pas l’acheter pour sa beauté, mais bel et bien pour la démonter et interroger son dispositif et ses rouages. Peut-être qu’en négociant avec le vendeur, je pourrais l’avoir pour une modeste somme mais, j’en doutais fortement. Elle était bien trop belle pour être vendue à bas prix. Et puis, si je la ramenais à la maison, Astrid me fera une scène : elle aimait les poupées, et, à mon grand damne, elle me faisait tout un foin quand je devais défaire certaines de mes marionnettes pour en créer d’autres. Tout ceci me fatiguait.

Un éclair déchira le ciel, ce qui me fit sursauter. Je levais les yeux vers le ciel, et qu’elle ne fut ma surprise de voir un amas de nuages noirs. Il faisait très beau il y a moins d’une minute : comment le temps avait-il pu changer aussi vite ? Je ne savais pas qu’il pouvait changer aussi vite. Enfin, si. Néanmoins, j’avais des suspicions quand à l’origine de cet orage. Pouvait-on vraiment penser qu’il était là par hasard ? Je secouais la tête : je voyais vraiment des complots à chaque coin de rues. Il faudra que j’en parle à grand frère. Ce n’était bon pour personne que je me mette à imaginer des choses. Je rangeais mes jewels dans ma poche intérieure, et me dirigeais vers la sortie de la ville. Etonnamment, les gens se précipitaient vers cette dernière. Les allées furent bientôt bondées. Je croyais que j’allais étouffer. Ce n’était pas bon, pas bon du tout. Je finis par m’extirper tant bien que mal de la foule. Elle était prise d’un effroyable sentiment de peur. Pourquoi ? Qu’est ce qui c’était passé pour qu’une telle sensation se développe ? Ne me dites pas qu’on allait encore avoir à faire à des gros méchants. A dire vrai, la dernière fois que c’était arrivé, il y avait des bombes posées dans les plus grosses villes du royaume. Je n’avais pas envie de revivre cette situation. Allions nous vivre un nouveau génocide ?

Hosenka était une ville touristique importante à cause de ses sources thermales. Je fermais les yeux, tentant de chasser les horribles images qui me venaient à l’esprit. Je devais aller voir ce qui se passait : qu’est ce que la population fuyait ? Je comprenais qu’un orage pouvait faire peur, mais les éclairs étaient bien trop impressionnants pour que ces nuages soient d’origine naturelle. Alors que je réfléchissais à comment trouver les informations dont j’avais besoin, je vis un jeune homme qui se détachait de la foule. A y regarder de plus près, il était plutôt mignon… Je secouais la tête, le visage d’Isaiah venant frapper ma rétine : j’avais l’impression de le trahir à chaque fois que je dévisageais un autre homme que lui. Je n’étais pas encore très à l’aise avec les sentiments que j’éprouvais pour lui : je ne savais même pas ce que j’espérais ? A dire vrai, je ne lui avais pas encore déclarer la flamme qui brûlait en moi pour lui : oserais-je un jour lui en faire part ?

Interdit, je regardais la scène : qu’est ce que les femmes lui trouvaient pour qu’elles tombent ainsi dans ses bras ? Je penchais la tête sur le côté, perplexe. Il les attirait comme des mouches le seraient par un morceau de sucre. Il en prend deux par la taille, une de chaque côté. Et bien, il ne manque pas de toupet, celui-là. Je croisais les bras sur ma poitrine, les regardant du coin de l’œil. La gente féminine était complètement hypnotisée par sa seule présence. Cela me rendrait presque jaloux. Est-ce qu’il était plus fort que la peur qui les animait ? L’une d’entre elles sembla néanmoins reprendre ses esprits : enfin une qui avait un peu de jugeote. Non, mais, pour qui il se prenait, ce gars là ? Moi aussi je pouvais faire mon beau. Mais bon, pas maintenant. Je n’avais pas de quoi me faire une petite beauté. Et il était hors de question que j’offre mon corps au premier venu ! Je fis un pas, puis un autre, en direction de ce manège : il ne semblait pas vouloir la laisser partir. Il lâcha l’une de ses nouvelles conquêtes et attrapa la jeune femme par le menton. Je mis mes poings sur les hanches, et lançais, au moment où leurs bouches s’entrouvraient :

❝ ▬ Eh, face de macaque, laisse-la partir ! Tu vois bien qu’elle ne veut pas rester avec toi ! Surtout, prends ton temps, hein, je ne voudrais pas te gêner dans ta royale intimité. Non pas que cela me déplaise, mais ce n’est pas très gentil de la part d’un chevalier macaque de ne pas laisser une princesse, bon, en soit, pas très belle, mais bon, quand même, faire sa vie ! ❞

Ah, il m’énervait. Pourquoi est ce que tout le monde tombait dans ses bras, alors que moi, oui, moi, j’avais du mal à ce que l’homme de ma vie s’écroule dans les miens ? Si ce n’est pas une honte. En plus, il n’était même pas beau… Enfin, si, un peu quand même. Mais il aurait pu faire un effort dans sa prestation tout de même. Ce n’est pas parce qu’on a du swag naturellement qu’on ne doit pas faire un minimum d’effort pour rendre le spectacle plus beau. Quoi que… Lorsque je vis la jeune demoiselle s’écrouler sur le sol, je devins tout blanc. Qu’est ce qu’il lui avait fait ? Ce n’était peut-être pas aussi swag que ça, finalement. Je me précipitais vers elle, et m’agenouillais à son chevet. Je me mis à la secouer dans tous les sens, en l’appelant :

❝ ▬ Mademoiselle ! Mademoiselle ! Ce n’est pas le moment de dormir ! Aller, faut se réveiller maintenant ! S’il vous plait, ne me laisser pas tout seul avec ce dangereux macaque psychopathe ! ❞

Je cherchais son pouls. Mon calme n’était qu’apparent : je sentais la tempête grondait en moi. Je me mis à paniquer lorsque je compris qu’elle était morte. Je me relevais, raide comme un manche à balai. Je plissais les yeux, et regardais le jeune homme. Il fallait que je fasse quelque chose. Son presque baiser avait tué la princesse. Que faire ? Il fallait intervenir.

❝ ▬ Ce n’est pas parce que vous êtes un chevalier macaque que vous avez le droit de voler la vie des gens. Je vous ai bien vu, vous, et votre petit manège. Non, merci, je ne veux pas de votre baiser. Rendez-lui tout de suite ce que vous lui avez pris, sinon… ❞

Sinon, quoi ? Je n’allais tout de même pas prévenir la milice qui était pourtant toute proche. Il ne fallait pas que d’autres innocents meurent sous le joug de cet inconnu. Il fallait que je change de tactique, ou que je trouve des alliés pour venir à bout de cet homme. C’est alors que je vis deux hommes se démarquant de la population. Oh, misère. Le premier, c’était Toki. Le détestable Toki. Lui, je ne l’aimais pas parce qu’il voulait me piquer mon amoureux. Et puis, s’il pouvait me laisser tranquille, ça m’arrangerait. Non pas que je souhaitais sa mort, mais je ne voulais pas qu’il reste dans mes pattes. Il était arrogant et énervant. L’autre… C’était aussi un inconnu. Décidément, je ne pouvais pas avoir des alliés que je connaissais ! Enfin, non, que j’appréciais serait le plus juste. J’adressais mon plus beau sourire au chevalier macaque, m’approchais de lui en protégeant ma bouche de mes mains, et tentais de lui mettre un coup de tête, histoire de l’assommer. Enfin, il ne fallait pas non plus demander la lune et le soleil, quand on avait un tel gabarit que le mien… Ou une magie pas très utile dans un combat comme celui-ci. Faible, j’étais décidément trop faible. Je pliais alors rapidement ma jambe et mon genou se précipita vers les parties de mon adversaire. Je fis ensuite un bon en arrière, et couru vers l’autre inconnu, pour me cacher derrière lui. J’hurlais :

❝ ▬ Ah ah ! Bien fait pour ton monsieur kiki, chevalier macaque ! Tu ne l’avais pas vu venir celle-là ! Tu ne nous auras pas ! Parce que lui… ❞


Je désignais l’inconnu.

❝ ▬ … Et lui, mais un peu moins quand même ! ❞




Mon doigt se dirigea ensuite vers Toki.

❝ ▬ Ils vont te mettre la pâtée ! Et moi, je vais… Et bien… Je… Je vais faire les encouragements ! ❞



Puis, sans dire un mot, je me dissimulais derrière Adrien. Je fis trois fois le tour de moi-même, et, mort de rire, je soulevais la veste de mon nouveau partenaire, et cachais ma tête en dessous :

❝ ▬ Je suis caaaaaché ! Tellement bien, que personne y me voit ! ❞







© By Halloween



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn]   9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn] EmptyDim 3 Avr - 15:51

Toki Di Cielo
Toki Di Cielo

Ishtar's Eye

Click

Nineth Door
évent « Les Neuf » with Alouarn, Adrien & Toki

Et Hosenka, la ville des plaisirs, la ville des sources thermales, la ville des lumières, la ville qui accueillait le plus de Touriste en Fiore, fut surmontée de nuages menaçants et ténébreux, qui claquaient leur colère par l’amas de la foudre qui, au dessus de ta tête, pourfendait les cieux en de tonitruant éclats. Il y avait un déchainement d’une puissance cataclysmique, l’on était loin de l’orage ordinaire, tu le savais, même toi, tu le sentais. Tu dédaignais ton don, ou plutôt, ta malédiction, qui faisait de toi la passerelle entre deux époques, mais ce pouvoir si particulier avait au moins l’avantage de faire de toi un mage, et de ce fait, tu pouvais ressentir les présences magiques dans les airs, comme les autres de ta sale espèce. Parce que oui, tu détestais les mages. Tu aurais largement pu avoir ta place à Iratus, si tu n’avais pas été un fou psychopathe selon les autorités, cependant, tu ne l’aurais sans doute jamais été si ton don ne t’avait pas ruiné la vie. Tu te souvins alors de ce que tu avais dit au patron du cirque, comme quoi tu ne t’étais jamais plains. C’était vrai, mais tu t’étais vengé sur un bon nombre d’innocents, et… tu n’en avais rien à foutre et tu recommencerais sûrement le jour où tes œuvres sanguinolentes te manqueraient.
C’était en ressentant la puissance cachée derrière les nuages que tu quittas la tâche que tu étais en train d’effectuer, cette merveilleuse activité qui t’était offerte – tu avais aidé le gérant une fois -. Tu étais en plein trip, parce que tu étais dans un magasin et club d’opium, et que la fumée te faisait vivre un endroit magique, en s’installant dans tes bronches. Mais la fenêtre donnant sur la rue te montrait ce ciel grondant, tu dus partir, comme tout le monde. Cependant, tu ne choisis pas de t’enfuir dans la première direction choisie par les touristes et habitants fuyant… Non… Toi, tu étais un guerrier – euh… t’exagérais un peu là -, et tu devais te battre.
Non, en fait, tu voulais juste récupérer des infos, car tu faisais partie des Yeux, et que ceux ci méritaient de voir ce qu’il se passait à Hosenka.

Recrachant un soupçon de fumée alors que tu sortais de cet établissement illégal qu’un certain Tomas gérait, dont le père te devait une dette charmante, tu empruntas la direction contraire des fuyards Parce qu’une étude avait prouvé… Bon, parce que généralement, les survivants couraient dans un sens contraire au problème. Aussi commenças tu à attraper ton flingue qui trainait dans la poche de ton sweatshirt, et dont la capuche était aplatie sur ton crâne, tandis que tu remettais ton cache œil pour avoir une vision uniquement présente, et ainsi ne pas gâcher le spectacle auquel tu allais sûrement avoir droit. Parce que tu te doutais qu’il fallait une grande puissance pour influer ainsi le climat sr une aussi grande surface, et, à moins qu’une armée de mage ne soit apparue pour faire dévier le soleil d’une calme matinée en un torrent d’éclairs, il devait y avoir un ennemi très puissant, ou un amuseur de galerie très cocasse. Dans chacun des cas, il devait sûrement valoir le détour.

Il y avait foule, alors que tu marchais tranquillement, observant ce paysage de ténèbres qui gravitait autour de toi. La terreur s’emparait des habitants, et tu les laissais passer quand ils étaient trop occupés pour te regarder. Lorsqu’une fillette fonça vers toi, tu changeas de direction juste à temps après avoir entendu un bruit sourd dans une ruelle plus loin. Comme si quelqu’un était tombé quelques mètres plus loin. De plus, l’épicentre de la puissance magique que tu ressentais se trouvait justement là où ce bruit était apparu. Alors tu fis quelques pas de plus pour trouver un homme, un blond – Les blonds, c’était des gens bien. D’ailleurs, un autre blond faisait son entrée -. Deux blonds, et de belles femmes, tu commençais à te dire que c’était une fête qui se préparait, et non un combat. Une partouze peut être. Tu n’en avais faite qu’une seule dans ta vie, et ce n’était pas dans tes activités favorites, mais cela pouvait s’avérer sympa en compagnie des bonnes personnes. Des blonds et des bonnets conséquents étaient parfaits. D’ailleurs, quelques une de ces jolies dames étaient aussi surmontées de chevelures d’or. Mais une ombre rouge faisait tâche dans ce tableau.

Oh, tu te souvenais d’Alouarn Grimolorson… Ou Gringorstone… Enfin Alouarn quoi… Il était un être particulier, un homosexuel qui ne se l’avouait que lorsqu’il n ‘était pas jugé, et un gars jaloux de toi, parce qu’Isaiah était passé de dégoût à acceptation avec ta personne, et que tu avais fait de même pour les évènements du cirque. Alouarn, c’était quelqu’un d’assez marrant, à court terme, même s’il devait vite devenir chiant sur le long terme. Mais cette tâche rouge qui venait de parler de toi et de se cacher derrière le troisième blond de la scène, tu ne l’aimais pas beaucoup, mais tu adorais ses réactions.
Qui t’es déjà toi, le rouge ?
T’avais que ça à faire : embêter Alouarn. Parce que le chien qui se trainait de belles pucelles – ou peut être pas si pucelles que cela, à voir -, il méritait tout ton respect par cette simple embrassades qu’il avait avec de charmantes créatures. Mais l’une d’entre elles était à terre, aussi tu refermas ta mâchoire avant de la désigner d’un mouvement de tête.
Et bien poussin ? Que t’avait elle fait elle ? Tu sais, une femme, ce n’est pas un jouet que l’on a le droit de casser parce qu’elle est moche. J’avoue que celles à tes bras sont de ravissantes créatures et que celle par terre ne méritait qu’une note moyenne, malgré ce charmant bonnet, mais ce n’était pas une raison pour la frapper ou la tuer… T’avait elle attaqué ?

Non parce qu’il ne fallait pas se mentir tout de même. T’étais peut être un salopard, un monstre, et quelqu’un de tout à fait détestable, mais tu n’attaquais pas les femmes généralement, sauf si tu étais obligé. Surtout une avec des seins aussi volumineux.
Ce gars avait intérêt à avoir une bonne explication, parce que ton flingue était prêt.


electric bird.



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn]   9ème porte : Too awesome to handle [Adrien-Toki-Alouarn] EmptyDim 3 Avr - 20:53

Adrien Campbell
Adrien Campbell

Golden Crown King

Click


 
Neuvième porte
Événement