anipassion.com
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]
 MessageSujet: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptySam 2 Avr - 2:30

[PNJ] Tarot
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



The dead is upon us


Emil Hancko-Isaiah Stone-Nïr Valtteri



9h26

Vous êtes tous les trois dans le même secteur de la ville. Une centaine de mètres vous sépare du même boulevard. Vous marchez dans votre rue déserte. Vous trouvez cela étrange qu'il n'y ait personne dans ce coin-ci. Personne, pas un son, pas l'ombre d'un adversaire ou d'un civil... jusqu'à ce que vous arrivez sur le boulevard.

Soudainement, le boulevard est bondé. Les gens regardent tous dans la même direction : tout droit. Au bout, vous percevez un clocher tout en saut, une sorte d'église. Lorsque votre présence est perçue, ils se retournent tous instantanément dans votre direction. Vous sursautez. Il ne s'agit pas que d'humains. Ce sont des humains mutilés, brûlés, décapités, vieux, parfois jeunes. Le plus proche près de vous tend la main dans votre direction. L'individu cherche un contact physique avec vous et lorsqu'il l'obtient, vous remarquez que ce contact est glacial. Lorsque le contact a été fait, l'individu se dissipe dans un nuage blanc.

Lorsque les trois contacts ont été faits, vous voyez se diriger vers chacun de vous, des silhouettes du passé. Des silhouettes dont vous vous rappelez si bien être ensanglantées elles aussi. Des morts de votre passé. Ils tentent de communiquer avec vous. Vous réalisez suite à cela que tous ces gens autour de vous sont aussi des morts.

Emil, tu es celui qui est le plus près de l'église. Tout en bas des marches qui mènent vers la porte du bâtiment, tu perçois un garçon de cinq ans accroupi en train de prier. Il a des cheveux de cendre en bataille, un visage innocent. Il fait le signe de croix avec sa main et termine avec un « amen ». Il tourne la tête vers la droite, son corps change, mute. Il vieillit. Il grandit. Il a maintenant autour de quinze ans. Est-il le responsable de ces corps revenus à la vie? Ou bien n'est-il qu'une victime d'un autre sort?

Ordre de postage : Nïr Valtteri - Isaiah Stone - Emil Hancko - PNJ



Vous avez Neuf jours pour répondre au sujet.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptySam 2 Avr - 9:47

Nïr Valtteri
Nïr Valtteri

Golden Crown

Click


porte
5.





the dead is upon us.

Il y a un silence glacial. Cette atmosphère dans laquelle tu te plaît. Là où aucun mot n'est de trop, là où même le vent semble être apprivoisé, pas un seul son ne remporte sur un autre. Il n'y a que les bâtiments, les habitations qui donnent au lieu, une impression de ville hantée. C'est ce monde que tu traverses les yeux fermés, te laissant bercer par le rien une fois de plus. Tes pas sont lents, très lents. Tes bras suivent le mouvement de ton corps. Ce n'est que lorsqu'une présence est ressentie que tu ouvres ton regard à ce qu'il y a autour. Seulement deux silhouettes semblent se trouver respectivement à droite et à gauche. Des silhouettes que tu ne remarque que maintenant et que tu ne connais pas. Une - peut-être, te semble familière mais cela ne te perturbe pas. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes qu'un mur se dresse devant toi, un mur d’hommes, de femmes, et d'enfants.

Ils kidnappent ton attention le temps d'un instant alors que tu oublies la présence des deux autres hommes qui se trouvent non loin de toi. C'est une ville, une ville connue de tous, où les habitants vivent leurs vies, où l'enfant va chercher le pain pour ses parents ou bien l'homme toque à la maison, bouquet de fleurs à la main, pour l'offrir à sa femme en revenant du travail. Pourtant - Ce mur d'habitants devant toi, te donne une impression contraire. Non pas que tu es l'habitude d'apprécier tout ces gens ou le cadre de vie que propose la ville. Plutôt que tu as passé un certain temps à regarder autour de toi depuis que tu es sortis de là-bas. Sans vraiment t'y intéresser mais plus par obligation. Simplement car le monde ne peut être ignoré comme tu voudrais qu'il le soit. Le monde impose son rythme de vie, ses habitants aussi.

Ils se retournent tous - Te regardant pour certains, d'autres prêtent plus d'attention aux deux autres individus. Tu le remarque alors. Le sang qui coule sur des corps meurtris, des membres manquants sur des enfants sans vie. Des bustes sans têtes et autres abominations. Qu'importe qui pourrait se tenir là, il serait sans doutes effrayé ou compatissant, mais comme il s'agit de toi, tu restes simplement là. Un jeune garçon s'approche alors soudainement, tendant sa main sur laquelle des doigts sont manquants, il n'y a aucune expression sur son visage. Finalement ces personnes ne sont pas si différentes de toi. Lorsque le reste de sa main se pose sur ton torse, tu ne ressens rien, mais ce n'est pas nouveau. Ton regard vide se contente de plonger dans le regard vide du siens. L'être disparait alors avec grâce dans un voile blanc, s'effaçant peu à peu de ta vue.

Même ayant disparut, tes yeux ne bougent pas jusqu'à ce qu'un tout autre être fait alors irruption. Ton iris fait tout un tour lorsqu'elle est là. Cette femme dont le visage souriant balance sur le côté. Elle porte ses vêtements déchirés, ses vêtements d'un blanc pur tacheté d'un sang rouge opaque sur lequel ton regard s’attarde quelques instants. C'est elle - c'est ta mère. Forcément tu revois ta main s'éloigner de la sienne lorsque l'homme t’attrapes pour t'emmener avec lui ce jour là. Tu revois la dernière image de son visage que tes souvenirs ont voulus garder.
Ses lèvres se mettent à se mouvoir comme si elle essayait de dire quelque chose, tu réalises très bien qu'elle est morte, alors tu ne réagis pas. Ni ému, ni torturé, tu restes simplement figé devant cette image du passé.

Breathe me.

@Yuukiël.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptyMar 5 Avr - 1:04

Isaiah B. Stone
Isaiah B. Stone

Weer Lopen

Click



The dead is upon us


Emil Hancko-Isaiah Stone-Nïr Valtteri



Je me souviens de cet appel, de ce que cet homme avait raconté à notre maître. Puis, les quelques mots, les appels et puis je me retrouvais à marcher dans cette ville sans avoir tellement compris. On m’avait demandé d’aller aider à Hosenka, car j’étais le seul mage de disponible dans la guilde à ce moment et Chris ne pouvait pas bouger. Je marchais dans cette ville qui d’allure si bondée m’aurait rendu mal à l’aise, car même si je m’habituais au monde dans Weer Lopen. La société et la foule me rendait malade, mais voir cette partie de la ville qui d’habitude devait être bondé sans même la présence d’un chat me rendait encore plus nerveux que j’aurais pu le pensé. En effet quand s’est trop calme, tout peut paraître étrange et ça fait même angoissant. J’avais l’impression d’être dans un mauvais remix d’un film d’horreur.

Puis, j’entraperçu deux autres silhouette humaines. Cependant, je restais assez loin d’elles. Ensuite, une foule, bon je l’avais cherché. Je l’avais pour ainsi dire demandé, mais de là à la voir apparaître une foule d’un coup comme par magie. Je me demandais, si parfois je ne devais pas arrêter de me poser des questions un peu stupide. Surtout que ne fut pas ma surprise quand mes yeux se posèrent sur ces gens qui étaient apparus. Ils étaient tous morts, c’était pour ainsi dire des morts-vivants. Ils avaient des parties brûlées, des parties manquantes, cela pouvait être quelque chose qui m’aurait fait peur. Cependant, la peur n’était pas un des sentiments qui m’apprivoisait. Les voir s’approcher de moi, ne me faisait rien. Je les regardais plutôt avec de la tristesse, car quelqu’un avait osé troublé leurs repos et la nature, la terre criait, car on avait été à l’encontre de la rivière de la vie qui coulait au centre de la Terre.

Le décor changeait encore, toute la foule disparut. Avant qu’une silhouette vint s’approcher de moi. Celle de ma mère, elle me souriait. Elle s’approchait de moi, tout en voulant m’attraper la main. Cependant, mon corps n’osait même pas se mouvoir. En fait, le fait que je n’étais ni triste, ni nostalgique. J’étais simplement furax, j’entendais la nature et même mon père hurlé de rage. Un être était en train de jouer avec des âmes qui avaient trouvé la paix dans le berceau de la genèse qu’était la Terre. Ma dague des soupirs offerte par mon dernier esprit. Je me projetais vers cette femme et j’assénais la pointe de ma lame en direction de la poitrine de celle-ci. Je ne supportais pas imaginer que quelqu’un avait pu la faire souffrir encore. Elle est morte, qu’elle repose en paix. Merde, alors ! Qu’elle retrouve son cercueil de fleur dans le creux des bras de Gaia.



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptyMar 5 Avr - 21:30

Hancko Emil
Hancko Emil

Indépendant Illégal

Click


« Ca ne peut que vous faire du bien. Allez-y. » Le corps courbaturé s’avança. Ses vêtements glissèrent le long de sa taille pour s’écraser au sol en un amas disparate. Ses cheveux avaient beaucoup poussé, mais ils avaient perdu de leur superbe et le blond étincelant qu’ils affichaient auparavant était désormais dissimulé derrière une crasse trop longtemps incrusté. Son visage, squelettique, était meurtri par les trop nombreuses psychoses qui l’habitaient. Lentement, il leva ses bras frêles jusqu’à sa nuque où il pu détacher ses cheveux qui vinrent se poser sur ses épaules tremblantes. « Je peux vous laisser seul à présent. » Il sursauta. « No...non ! Restez. » Il fit un pas, puis un autre. Le bain face à lui était brulant et une épaisse vapeur s’en dégageait. Il ne le réalisait pas mais il devina qu’il devait empester – combien de temps était-il resté au dehors, dans la nature la plus sauvage, à l’écart de toute trace de civilisation ? Il était devenu un véritable ermite. Sa main droite passa jusqu’à son visage et il fut surpris de constater qu’une épaisse barbe avait poussé. Qu’est-ce qui l’avait poussé à revenir ici ? C’était elle, qui avait croisé son chemin. Qui l’avait ramené vers la lumière. « Alors je resterai. Allez-y. » Emil se laissa glisser dans l’énorme bain et fut submergé par la chaleur délicieuse qui traversa son corps. Il eut l’impression que la vapeur toujours abondante s’éloignait en emportant avec elle ses dernières impuretés. Malgré son regard vidé, il eut un sourire.

Il était déjà plus présentable, lavé de toute la saleté qui s’était accumulé sur lui. Elle lui apporta des vêtements simples, une chemise blanche et un pantalon tout juste à sa taille. Elle avait jeté ses anciennes affaires sans le lui demander, mais il n’aurait de toute façon rien pu récupérer de valable. Il était là, assis devant la glace qui renvoyait l’image d’un visage qu’il ne reconnaissait plus, tandis qu’elle se glissa dans son dos. « Il va falloir s’occuper de ces cheveux et de cette barbe maintenant ! » A nouveau la voix pleine d’entrain le fit sursauter. « Je ne préfère pas... Pas maintenant. Je veux rester ainsi pour me souvenir. Me souvenir de ce que j’ai vécu là bas. Avoir la preuve que j’en suis revenu. » Il s’empara lui-même de la paire de ciseaux pour tailler proprement les poils et avoir une pilosité acceptable. Il la laisser s’occuper légèrement de ses cheveux, mais il la retint de tout couper. D’un geste vif, il se fit un petit chignon et se leva. « Je suis prêt. »


*


Emil n’avait pas encore songé ni aux causes, ni aux conséquences de son séjour en terre inconnue. Voilà plusieurs jours qu’il avait emménagés avec elle sans penser à autre chose que de vivre l’instant présent. Il l’aidait dans ses tâches, obéissaient quand elle lui ordonnait une mission, et ils se retrouvaient le soir pour diner ensemble et échanger leurs rires. Il supportait sa présence à merveille, et elle paraissait accepter la sienne également en retour. Pour rien au monde il ne souhaiterait que la situation n’évoluât. Mais ses désirs secrets ne furent pas entendus quand les éclairs se déchainèrent sur Hosenka, un certain matin où il traversait la ville.

Alors que le ciel s’obscurcissait, la peur le gagna. Du creux de son ventre naquit un vague sentiment d’oppression qui le submergea en quelques secondes. Affolé, il prit une direction au hasard, perdant momentanément la raison, dans le but de fuir cet endroit lambda où il avait été effrayé. Il déboucha dans une ruelle à l’abri de la foule et il put s’adosser contre un mur pour reprendre son souffle. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Il était dénué de toute force : il n’avait pas la force de courir pour aller la rejoindre car il avait peur de la retrouver dans un piteux état. Il n’avait pas la force de courir pour fuir car il ne voulait pas la quitter non plus. Alors il resta là, quelques minutes, plongé dans ses pensées paranoïdes.

Quand il se décida à bouger quelques minutes plus tard, il réalisa que le quartier était vide. Il arriva sur la place d’une église et s’y stoppa subitement : il y avait une foule impressionnante, et tous regardaient dans la même direction : le clocher. Ils sont tous là, postés presque dans une figure militaire, les uns à côté des autres, sans un bruit. Seul un enfant s’écarte du groupe et reste devant la porte de l’édifice, penché vers le sol à prier. La scène troubla profondément Emil : les manifestations de l’absurde renvoyaient des images de son passé qu’il ne voulait plus. Un frisson le traversa quand ils se détournèrent tous à la fois vers lui et qu’il réalisa qu’ils n’étaient pas vivants. En effet, chacun présentait d’immondes plaies, des blessures mortelles, puantes. Pourtant, tous étaient debout, impassibles. Paralysé par la peur et une certaine curiosité morbide, Emil ne bougea pas alors qu’un corps se dégagea du groupe pour s’approcher de lui. Lorsqu’il le toucha, le frisson qu’il ressentait s’intensifia – mais le corps s’évapora subitement. Et au-delà de la fumée blanche qui s’éparpillait, il put constater avec effroi l’horrible spectacle qui débutait.

C’était Nahoko qui s’avançait vers lui. Son visage était couvert de cendres. « Je suis la tache de ton passé, le symbole de l’échec cuisant, l’égérie de ta frustration. » Ses lèvres ne bougeaient pas, sa bouche n’était que légèrement entrouverte. Mais c’était bien sa voix fluette qu’il reconnaissait. Derrière elle, ce fut Yume qui se distingua. « Je suis l’erreur de toute ta vie, le symbole de la médiocrité de ton âme, l’égérie de ta honte. » Il ferma les yeux pour s’arracher à cette contemplation morbide. Délirait-il à cet instant ? Il n’aurait pu le dire, mais il le croyait fort – et peut-être même qu’il l’espérait. Il espérait que les morts n’étaient malmenés que dans son imagination.

Et ce fut les yeux toujours clos qu’il reconnut une voix glaçante et caverneuse. « Je suis l’ambition de ton existence, le symbole de ton pouvoir, l’égérie de tes hantises. » Il ouvrit les yeux et vit le visage rapiécé de Black Jack. Le dernier mort qu’il avait connu. Il referma les yeux, toujours immobile, comme pour nier tout ce qu’il venait de vivre. « Nahoko. Regarde ce que tu as fait. C’est ta faute si je suis devenu comme ça. C’est ta faute si je suis devenu Black Jack. Il ne mourra jamais car je suis toujours là. Yume, tu as essayé de mourir pour le stopper, n’est-ce pas ? Mais ce fut vain. Tout est vain. Nahoko, aide-moi s’il te plait. Ne soit pas silencieuse. Je sais que tu me comprends. Je sais que tu peux m’aider. Emmène-moi avec toi, loin de lui. Loin de cette abomination. Jack, cesse de me hanter. Cesse de me poursuivre. » Il se tut, n’osant rouvrir les yeux. N’écoutant que le silence morbide, incapable de discerner s’ils étaient toujours là ou pas : les morts ne respirent pas.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptyMar 5 Avr - 22:21

[PNJ] Tarot
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



The dead is upon us


Emil Hancko-Isaiah Stone-Nïr Valtteri



9h36

Nïr et Isaiah, vous avez vu vos mères, mais ni un ni l'autre n'a su réagir à la mort de vos proches. Les spectres de votre passé s'effacent, ils n'ont rien à dire, vous n'avez rien à leur dire non plus. Mais cette fois Nïr, quelqu'un tapote ton épaule pour te forcer à te retourner. C'est toi... c'est toi avant la torture, avant la magie. C'est toi quand tu vivais si bien. Fais face à ce passé, ton passé, regarde comme tu vivais si bien, si normalement. Tu aurais aimé que ça continue ainsi n'est-ce pas? N'est-ce pas? Regarde-toi en face, regarde-toi dans les yeux et apprécie ce dernier moment avant que ta vie ne se gâche.

Isaiah, quant à toi, après avoir tenté de poignarder ta mère, c'est une scène cruelle qui se voit sous tes yeux. Tu as froid, tu as l'impression que tu es encore au sommet de cette montagne. Tu vois un Hyun transformé en pierre, une statue brisée et dans l'impossibilité d'être reconstruite. Tu vois Abigail parterre, ensanglantée et la Mort Noire juste à côté avec un couteau dans les mains. Et Chris... décapité à mains nues par Enya Taylor. Tu en vois des choses Isaiah et tu crois en cette scène... et si c'était comme ça que ça s'était produit? Tes nerfs te lâchent, tes meilleurs amis sont morts... et si cette réussite n'était qu'un pur mensonge pour t'amener jusqu'ici et te montrer la vraie réalité?

Emil, tu as été le plus affecté par les fantômes de ton passé. Tes nerfs sont en train de te lâcher. La vérité sort de ta bouche comme le sang d'une carotide. Tu as attiré son attention. Tu as été réceptif et c'est loin d'être fini pour toi. Nahoko te regarde d'un air désolé, elle t'écoute, mais elle finit par secouer la tête. « Comment? Comment veux-tu que je t'aide si c'est ce que tu voulais? Tu n'as jamais résisté... J'ai cru en toi mais c'était déjà trop tard. T'avais fait ton choix. » Yume fait un pas vers l'arrière et se prend les bras comme pour se réconforter. « Si seulement... si seulement tu avais été plus fort pour me protéger... Ce qui fut vraiment vain dans cette histoire, c'était de croire en toi. » Jack s'avance et dans un sourire des plus sincères, il s'adresse à toi : « Mais c'est ce que tu voulais vraiment... ça ne sert plus à rien de résister, tout le monde le sait. Tu ne veux pas devenir comme une de ces sales vermines, pas vrai Hancko? »

Le jeune homme quitte le devant de l'église et s'avance dans ta direction, mais tu ne le vois qu'au moment où il prend la main de Nahoko. Il te regarde, il sourit. Ça lui fait plaisir de voir que de simples esprits puissent avoir une telle présence dans la tête d'un individu. « Yume... ne sois pas timide. Dis-lui comment c'était... montre-lui. » Elle soupire, prends son courage à deux mains, s'avance de deux pas timides et son corps change. Ses blessures réapparaissent, elle crie comme elle a crié sur l'île. C'était affreux, c'était atroce Emil et toi, t'as laissé ça se produire. « J'ai mal Emil! J'ai tellement mal! Ça me brûle... là et- AAAAHH! » Elle se prend les blessures à deux mains, pleurs. Si c'est une illusion, alors cette illusion est sacrément forte. Jack vient poser sa main sur sa tête.

« Dis-lui! »

« C'est... c'est de ta faute! »

Nïr, du coin de l'oeil, tu vois le jeune homme avec ses spectres. Tu n'entends pas ce qu'ils disent, tu supposes seulement qu'il a probablement un lien avec ce qui se trame sur ce boulevard maudit...

Ordre de postage : Nïr Valtteri - Isaiah Stone - Emil Hancko - PNJ



Vous avez Neuf jours pour répondre au sujet.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptyMer 6 Avr - 22:06

Nïr Valtteri
Nïr Valtteri

Golden Crown

Click


porte
5.





the dead is upon us.

_ Regarde ! J'ai retrouvé la peinture ! "
Ce n'était qu'un écho dans la ruelle déserte. Là où le visage de ta mère venait de disparaître, là où le doigt d'un jeune enfant effleurait ton habille, t'obligeant à te retourner à l'instant où tu souhaitais reprendre ta route. Dès lors, tu tournas le regard en sa direction, ta pupille qui l’aperçus en premier se mit à palpiter et briller. Son visage se pencha, ses yeux étaient plissés de bonheur et un sourire éclatant se tenait avec insouciance sur son visage. Il t'ignora la seconde suivante, juste au moment où il traversa ce large couloir à la tapisserie ancienne et au parquet lustré. Il sautillait presque de joie. Dans sa main droite, un seau emplie d'une peinture noire lugubre et dans l'autre un petit pinceau usé. Il se plaça alors à genoux face au seul espace de mur blanc de disponible, il était comme excité, alors tu le suivait avec rétiscence mais...

Sa silhouette familière venait poignarder ton cœur de nostalgie alors que tu commençais à trembler pour ne plus avoir ressentit cette émotion depuis des années. Il plaqua sa douce petite main sur le crépi et dessina dans un premier temps des symboles difficile à identifier. Plutôt, tu ne parvenais pas à les distinguer. Le jeune garçon déposa alors le seau sur le sol et sauta pour se relever avant de disparaître dans une pièce annexe.
Dans cette rue qui n'est plus qu'un tableau du passé, tu restais statique et te contentais d'observer la scène. L'état d'esprit dans lequel tu te trouve est indescriptible, aussi bien pour toi que pour toute personne se remémorant normalement la chaleur d'un souvenir d'enfance. Cette insouciance et cette liberté. Bien que la scène n'était pas plus joyeuse qu'une autre, tu pouvais malgré tout entendre des éclats de rires, comme si ces années passées ici tentaient de te rappeler quelque chose, de te ramener à quelque chose.

Le petit garçon réapparaît alors pour venir se repositionner devant le mur. Son visage est tourné vers une ombre et ses lèvres s’articulent, il parait enjoué. Alors elle apparait une nouvelle fois, vêtue de sa robe de chambre qui semble si confortable, comme lorsqu'elle lisait un livre et que tu venait te blottir contre elle. Tu ressentais cette chaleur se dégager du vêtement mais aussi de son corps. Elle avançait de pas en pas, mais cette image est totalement différente de précédemment. Comme si cette fois, les corps possédaient une âme. Toute aussi souriante que le jeune garçon, elle venait s'asseoir à côté de lui pour observer le blanc immaculé. Excité, il commença à faire des tas de gestes, avec ses mains, ses bras rythmés aux petits bonds qu'il effectuait, sans doute emplit de hâte d’entamer ce que tu devines être une future œuvre.

La mère présente, qui n'est autre que la tienne, s'empara alors du pinceau qui trônait sur le sol et le trempa dans la peinture avec toute la délicatesse d'une maman aimante et désireuse de faire plaisir à son enfant. - Tout comme quand elle vous laisse ce dernier morceau de gâteau qu'elle aime beaucoup, mais dont elle se prive, uniquement dans le but de vous faire plaisir car vous êtes son enfant, n'est-ce pas ? Vous passez en priorité, pas vrai ? C'est cette expression. Alors qu'elle s’assoit en tailleur, ton toi enfant se calme et s’apaise en la rejoignant pour finir par déposer ta tête contre sa jambe, tu t'étais simplement installé contre elle cette fois là et l'observait simplement. Les yeux d'un garçon qui admire.

Elle traça alors une première ligne sur le mur puis une seconde et enchaîna les schémas jusqu'à ce que les traits peints laissèrent envisager une prémisse de ce qui ressemble à une photo de famille. Te situant au centre, souriant, ta mère sur la droite, qui se dessinait elle-même puis ton père sur la gauche avec ses traits d'homme stricte, sévère mais aimant. La délicatesse de cette mère te laissa sans voix. Bien qu'inexpressif, tu ne parvenais pas à conserver ce visage neutre que tu portes d'ordinaire devant une scène telle que celle-ci. Pourtant tu restais en retrait et regardais.

Arriva le moment où elle termina le dessin, tu as toujours eu ce souvenir de ta mère qui aimait dessiner, ce souvenir c'était simplement effacé avec le temps. Un peu comme tout les autres. Un peu comme pour tout être qui grandit, bien que ton passage à l'âge adulte fut plus brusque et brutal que celle d'un homme normal, ce serait même un euphémisme que de le qualifier de la sorte.
Tu te vois te redresser une nouvelles fois pour quitter le confort de ta mère, avant de saisir le pinceau et t'amuser en dessinant des traits sur le visage de la femme qui rigolait chaleureusement devant ce genre de bêtises. C'est le genre de choses qu'un enfant normal pourrait faire, mais le toi d'aujourd'hui tomba à genoux devant cette simple action lorsque tu regardas avec plus d'attention ce que tu avais pût faire dans le passé. Aux racines des yeux magnifiques de ta mère découlaient deux traits noirs et épais qui descendaient jusqu'au bas de ses joues. Tu ne pouvais comprendre que ces deux traits étaient ceux que tu porterai dans le futur sur ton visage blanc d'homme malade. Comme si le jour de ton retour dans cette maison, tu t'étais infligé le supplice de porter ces traces pour la vie . Inconsciemment. Peut-être aussi pour te punir.

La scène s'arrêta alors sur la mère et l'enfant qui rigolent et s'amusent de cette sottise. Le tableau finit alors par disparaître de nouveau dans un écran de fumée, te laissant seul dans cette rue silencieuse, à genoux. Désemparé.
Tu restas quelques instants là, ne pensant à rien, ne faisant que subir ce choc émotionnel. Ce qui venait de se passer, c'était comme injecter une dose d'émotions à un être qui en est dépourvu.
Une présence te tiqua cependant et bien que pas totalement remit, tu ne pût t'empêcher de te relever pour suivre du regard cet étrange jeune homme. Tu enclenchas alors la marche en sa direction. Il y avait quelque chose dans son aura, quelque chose qui signifiait que la scène que tu venais de subir portait son emprunte.

Breathe me.

@Yuukiël.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptyVen 8 Avr - 18:02

Isaiah B. Stone
Isaiah B. Stone

Weer Lopen

Click



The dead is upon us


Emil Hancko-Isaiah Stone-Nïr Valtteri



Le corps de ta mère que tu as tant aimé se décore d’un nuage de lucioles blanches avant de partir dans l’air comme la nuit du tombeau des lucioles. Elle te sourit, elle t’embrasse, ton œil se met à pleurer d’une simple larme. Tu l’as libéré, pour qu’elle retrouve sa paix dans les limbes ou abîmes de la Terre comme chaque mort avait le droit à cette chance. Enfin, tout ça c’était le cas pour la plupart des gens qui mourraient. Tu détestais le fait qu’on puisse jouer avec la mort, avec l’âme des gens qui en avait eu assez de leurs vies humaines et qui avait fusionné avec Mère Nature.

Puis, les lucioles cèdent aux flocons, le corps de ta mère cède au sang qui tâchait la blancheur de la neige. Ta larme cède à l’effroi dans tes yeux, ton sourire d’avoir revu ta mère, se change en cri d’effroi. Tu regardes cette scène, ton cœur défaille, ton battement est irrégulier, il bat trop vite. Tu loupes parfois un ou deux battements et tu risques à chaque instant l’attaque cardiaque. Tu vois ton amie qui est à côté d’une mare de sang, tu la vois gisant sur le sol comme dans un coussin de neige qui venait de l’enserrer d’une mortelle étreinte. Tu la regardes, tu ne peux rien faire que de vouloir te diriger vers elle, cependant tu détournes le regard et tu croises celui de ton ami, de ton frère de cœur qui était resté sous la forme d’une statue brisée en mille morceaux. Tu t’écroules dans la neige, le froid se fait réconfortant, mais aussi tu comprends que tout cela était réel. Tu essayes de lever ton bras vers la dernière personne que tu pensais pouvoir trouver du réconfort, puis c’était une nouvelle vision effroyable qui te sautait au visage. Cette fois-ci la douleur était horrible dans ta tête, comme un gong qui résonnait sans cesse pour amener la noce funèbre qui se déroulait devant toi.

Tu tendais le bras dans un dernier effort, alors que les larmes coulaient le long de ton visage. Puisque tu pars dans cette tristesse inébranlable. Ton pouvoir s’active, ta force magique se couvre dans ta lame et d’un simple regard, ton psaume s’articule dans ta bouche. Soudain, l’apparence de ton esprit s’amorce. Lucas se retrouve devant toi, sa main se tend devant toi. Il te regarde, il te contemple et il te sourit : « Ceci n’est pas la réalité Isaiah ! Tu te souviens, tu les as sauvés la dernière fois ! Tu as été le héros de cette histoire. Ni moi, ni personne d’autre. Seul toi, ressaisis-toi ! Ecoute la nature elle te dira que c’est faux ! »

Tu fermes les yeux, ta main se tend vers celle de ton esprit d’un geste mélancolique presque bucolique. Ton corps rentre en contact avec son corps, puis tu la ressens la nature, semble fausse, la neige n’a pas cet instinct naturel qu’à la divinité de la neige. Tu te relèves, tu te fais enlacer par ton esprit qui pour la première fois de sa vie, à la démarche d’un frère pour toi. Ton corps s’apaise et tes sanglots s’échappent dans un dernier soubresaut de ton corps. Puis, tu détourne ton regard vers cet homme, enfin ce jeune homme que tu vois au fond derrière cette scène que tu as enfin cessé de croire. Tu regardes ton ami, ton frère, ton esprit : « Peux-tu me prêter ta force, encore une fois ? » Il ne répondait pas, il resserrait sa prise sur ta tête pour qu’elle se pose dans le creux de son torse.



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptySam 9 Avr - 12:03

Hancko Emil
Hancko Emil

Indépendant Illégal

Click


Les esprits de l’au-delà continuaient à malmener Emil, uniquement réceptif à leurs voix à cause de son obstination à garder les yeux clos. Ses paroles avaient été vaines car rapidement couvertes par la surenchère des fantômes de son passé. Quelle arme lui restait-il pour les contrer à son tour ? Aucune. Il était soumis à la malignité perverse de ces apparitions venues de nulle part. Etait-ce une épreuve qu’on lui infligeait ? Cela en avait tout l’air, et il en était de plus en plus persuadé. Mais quel en était le but ? Lentement, il rouvrit les yeux en entendant une quatrième voix, presque mielleuse, amicale, intervenir dans ce conflit qu’il pensait interne. Il s’agissait du garçon qui priait plus tôt – était-ce lui le responsable de cet appel des âmes mortes ? Les questions se bousculaient dans l’esprit d’Emil déjà malmené par les visions qui s’imposaient à lui. Yume démarre le spectacle de son supplice, rejouant l’épreuve de sa mort, motivée par Jack et l’inconnu. Ses cris percèrent les tympans de l’ancien chef de Legion qui se laissa tomber à genoux, soulevant un infime nuage de poussière pour accompagner sa chute. Les yeux embués de larmes. Mais malgré tout, son regard brillait d’une nouvelle détermination. Dirigé vers le jeune garçon inconnu, il paraissait le défier.

« Vous savez, j’ai déjà vécu cette épreuve. Qu’en est-il ressorti ? L’idéal de la rédemption. Je dois fouler la terre accompagné des chimères de mon passé pour les aider à trouver le repos. Mais Jack n’en fait pas parti. Ce n’est qu’un monstre sans âme. Un monstre que j’ai apprivoisé à ma manière. » Difficilement, il se redressa, comme si ses paroles – pourtant peu empreintes de vérité – lui avaient insufflé d’ultimes forces pour l’aider à tenir debout. « Vous n’êtes ni Nahoko, ni Yume. Vous n’êtes que des impostures. Est-ce vous qui les avez appelées ? » Il s’adressait au jeune garçon qui s’était approché, mais n’attendit pas la réponse qu’à nouveau, il ferma les yeux. Voilà des mois qu’il n’avait utilisé sa magie – des mois qu’il avait fait cette promesse de ne plus tenter le diable. Mais sur le sinueux chemin qu’il devait mener, les obstacles étaient parfois tels qu’il ne devait pas hésiter à employer les grands moyens. Quitte à en perdre sa raison, sa conscience, son âme. Son but n’était pas de se racheter, après tout. Il savait que c’était impossible, illusoire. Il avait préféré une autre voie. S’il continuait à marcher aujourd’hui, c’était pour tenter apaiser ceux qu’il avait tant malmené. Et si cet enfant s’amusait avec les âmes de ceux sur qui il veillait, il allait devoir agir pour l’en empêcher.

Les yeux toujours clos, il leva ses deux mains tendues vers le ciel devant lui. « Magic Captor... » Dans un flash de lumière, une carte blanche apparut, lévitant au-dessus de ses paumes, sur laquelle se dessina progressivement le buste d’une personne trop bien connu et même déjà présente. « ... Black Jack ! » C’était le visage du squelette qui était représenté sur la carte magique. Emil s’en empara, déterminé, rouvrant son regard sur la scène autour de lui. « Laissez-moi voir en vous ! » Utilisant les pouvoirs psychiques volés à son ennemi, il sonda toute la place pour tenter de capter des pensées humaines. Le résultat ne le surpris guère : face à lui, il n’avait aucune réelle personne – ni les fantômes d’antan, ni ce petit homme qui les accompagnait. Sur tous les environs, il n’avait ressentis que deux humains : il observa rapidement en leur direction pour découvrir un homme proche à l’air maussade et, plus loin, une autre personne qu’il sembla reconnaître. « Si c’est la peur que vous tentez d’implanter en nous, c’est raté. » A nouveau, il utilisa la magie psychique, se concentrant cette fois sur les deux autres humains qui avaient subi la même épreuve que lui, pour s’immiscer dans leurs têtes et ne faire qu’une seule action : leur ôter toute peur. En leur arrachant l’effroi, il les emplissait d’une détermination sans équivalent, d’un désir de surmonter cette épreuve qui ne les terrifiait plus. D’affronter l’instigateur de cette mascarade pour s’en extirper définitivement. Emil, concentré, fit face à l’entité qui lui faisait face, entité ayant emprunté l’apparence d’un enfant. « Maintenant, parlons sérieusement. Qui êtes-vous pour vous en prendre à nous de cette horrible façon ? »
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptySam 9 Avr - 21:20

[PNJ] Tarot
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



The dead is upon us


Emil Hancko-Isaiah Stone-Nïr Valtteri



9h46

Vous vivez votre calvaire. Vous réagissez à votre calvaire. Parfois ça vous brise en morceaux, parfois vous vous relevez courageusement et vous regardez droit devant. Vous avez vu, vous avez compris ce qui se passe ici, là, sous vos yeux, dans vos têtes. Vous vous tenez prêts, ne sachant même pas où cela vous mènera, ce qui se passera et même qui est ce gars là-bas.

Emil, tu es le premier à réagir directement avec Faust. Tu actives ta magie que tu voulais tant oublier. Tu penses qu'elle te servira mais en fait, tu t'es carrément tiré dans le pied... Tu sondes devant toi les esprits et tu n'en ressors rien de plus que tes propres pensées, comme un reflet, comme si tu te lisais toi-même. Sauf que lorsque tu sondes le jeune homme aux cheveux de cendre, il le sait. Ses iris se tournent vers toi, il sourit. Tu entends Leonhart prononcer son ordre de tuer tout le monde puis quand il finit de parler, tu entends des voix par centaines, par milliers. Ça résonne intensément, il y a tellement de bruit de tous les genres, toutes les voix. Même la tienne. C'est intense, ça te donne un de ces maux de crânes et tu te demandes bien comment le jeune homme peut vivre avec une conscience aussi occupée. C'est une très bonne raison pour devenir fou.

« La peur? As-tu vraiment eu peur à cet instant? Ont-ils vraiment été effrayés par ce qu'ils ont vu? Non... ce sont des épisodes du passé, des moments que vous auriez souhaité oublier ou bien un mauvais rêve. Si je voulais vous faire peur, j'aurais fait plus que ça! »

C'est vrai Faust, si t'aurais voulu leur faire peur, tu aurais implanté l'enfer sur Earthland. Cet enfer dont que les démons n'ont eu accès dans ce monde. Tu ne veux pas y retourner, n'est-ce pas? Mais ça te ferait quand même plaisir d'y retourner si tu amenais des nouveaux amis avec toi, pas vrai? Il vous regarde à tour de rôle, se frottant les mains une avec l'autre avec une idée pas nette en tête. Que fera-t-il de vous à présent que vous avez survécu au passé? Sauf qu'Emil lui pose une question. Qui est-il? C'est tentant pour lui de ne pas juste répondre à la question, mais de se révéler en entier, de lui montrer qui il est et d'où il vient... mais il reste calme.

« Je suis Faust, cinquième gardien. Et vous trois humains, vous avez des noms? »

Non ça ne t'intéresse pas leurs noms... sauf si c'est pour les ajouter à ta liste.

« Bon... c'est pas que je vous aime pas mais j'ai du boulot qui m'attend alors... »

Un geste de la main à la hauteur de ses épaules, un geste qui libère une sorte de petit nuage qui se dissipe quasiment dans l'immédiat. Nïr, quand tu regardes Isaiah, tu vois un rat géant... mais t'as aussi très très peur des rats. Isaiah, quand tu tournes la tête, tu vois aussi un rat et t'as aussi très très peur, cette peur t'amènes à vouloir tuer ce rat qu'est personnifié par Nïr... mais t'en trembles beaucoup moins que Nïr qui a presque envie de s'enfuir en criant comme une fillette. Toi Emil, il te regarde avec intérêt. Il sait que ça ne fonctionnera pas vraiment sur toi. À voir comment tu t'es relevé comme un héros, il a envie d'en finir vite. C'est alors qu'il dégaine sa dague et qu'il te regarde de façon plus sérieuse, comme si d'un regard ta gorge se tranche. Maintenant qu'il a dégainé, les voix psychiques se font encore plus fortes, ça t'est encore plus insupportable. Tentes-tu de combattre ce bruit qui te donne une migraine à t'en faire exploser la tête à cause de ta carte? Ou bien sortiras-tu une autre carte de ton jeu pour le combattre? Fais ton choix rapidement parce qu'il s'élance agilement vers toi, prêt à te couper de toutes parts.

Ordre de postage : Nïr Valtteri - Isaiah Stone - Emil Hancko - PNJ



Vous avez Neuf jours pour répondre au sujet.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] EmptyLun 18 Avr - 23:06

[PNJ] Tarot
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



The dead is upon us


Emil Hancko-Isaiah Stone-Nïr Valtteri



9h47

Alors qu'il s'enfuit d'Isaiah, Nïr est malencontreusement surpris par une dalle qui tombe d'un bâtiment à cause d'un tremblement de terre et se voit assommé.

Nïr Valtteri est éliminé de l'événement pour dépassement des délais

Isaiah tu reprends le dessus sur toi-même et l'illusion perd son effet. Tu te retournes et aperçois Emil et Faust, face à face, prêts à en découdre. Te joindras-tu à eux ou resteras-tu en retrait?

Ordre de postage : Isaiah Stone - Emil Hancko - PNJ



Vous avez Neuf jours pour répondre au sujet.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr]   5ème porte : The Dead is upon us [Emil-Isaiah-Nïr] Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tournoi Champion Eternel (Paris 14, Porte d'Orléans)
» porte étandar
» Ouvrir la porte d'un avion en plein vol pour fumer...
» Superstitieuse, moi ? Non ça porte malheur...
» L'orage gronde au loin, la porte s'ouvre... Gully07 entre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Centre :: Hosenka :: Événement - Les Neufs