Partagez | .
Et je t'aimais | Senji
 MessageSujet: Et je t'aimais | Senji   Lun 21 Mar - 5:08

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Et je t'aimais
Senji Kiyomasa & Enya Taylor

Je me rappelle de l’eau sur nos visages. Je me rappelle de la terre sur nos corps. Je me rappelle de nos rires s’entremêlant pour n’en former plus qu’un. Je me rappelle de cette lueur qui brillait dans tes yeux parce qu’aujourd'hui j'ai compris. J'ai compris ce que ça fait d'avoir l'impression de se noyer dans le regard de l'autre et de trouver son regard magnifique. De se dire que ces yeux, ce sont sans doute les plus beaux qu'on ait jamais vu. Et j'ai aussi compris que l'histoire du tremblement n'était pas surfaite, pas plus que l'incapacité à penser correctement. Loin de là. Et vous savez quoi ? Je préférais quand je pensais que tout cela n'était qu'un ramassis de mensonges niaiseux.

Ça nous a fait tellement de mal. Toi. Moi. Nous. On s’est détruit, de l’intérieur, de l’extérieur et on se détruira encore parce que ça fait mal d’y penser. De penser qu’un jour, toi et moi, on a eu la folle idée de s’aimer. Ce fut bref mais fort. Ce fut tendre mais violent. Ce fut catastrophique mais incroyablement épique.

Si tu me demandais aujourd’hui, ce que j’étais venue foutre ici, je ne saurais te répondre. Je te dirais « Je fais du tourisme » parce que c’est la réponse que je leur sort, à ces autres qui ne comprendraient pas mais toi et moi, on sait que je ne fais jamais du tourisme. J’ai horreur de ça d’ailleurs. Je ne vais jamais nulle part juste pour errer ou pour m’y perdre. Je n’en ai plus besoin. Plus depuis cette fois-là où, sur ces mêmes dalles dépravées, rasées avec les attentats, tu m’as dit : « Tu es faible. »

T’imagines même pas combien de personne me l’on dit depuis lors. A croire qu’ils t’ont copié. C’est fou ça. Je suis faible. Je l’ai toujours démenti mais j’ai finis par l’accepter parce que quelque part, c’était vrai. Tomber amoureuse de toi c’était de la faiblesse. Espérer ton retour c’était de la faiblesse. Croire que tu me pardonnerais c’était de la faiblesse. Croire en toi…Tout simplement. Ce jour-là, dans le sud de Fiore, nos routes n’auraient jamais dû se croiser. Pourtant elles l’ont fait comme si on avait quelque chose à apporter à l’autre mais on sait fait tellement plus de mal que de bien. Et puis, ta première réaction a été de me couvrir les seins….C’était drôle. Mais c’est du passé.

Ta dernière réaction a été de me coincée dans un bateau coulant au fond de l’océan. Je sais que tu veux ma mort, toi plus que n’importe qui d’autre dans ce monde. Peut-être qu’un jour même, tu y arriveras. Mais pas tout de suite, attends. J’ai encore des choses à faire. Avec toi. Sans toi. Je m’en fiche, tant que je les fais.

Aujourd’hui, il pleut. Encore. Comme ce jour-là où tout a basculé pour toi et moi. Comme ce jour-là où je t’ai montré ce que je cachais au plus profond de moi. Il faut croire que l’on est bon que pour se montrer sous les conditions météo les plus horribles. Faut dire que maintenant…On est recherchés. L’un comme l’autre. C’est drôle ça. Toi pour avoir eu des méthodes trop radicales en essayant de sauver le monde et moi en essayant de le détruire. Parfait opposés. Parfait contraire. Décidément, même jusqu’à la fin, nous ne serons jamais pareil. Incapables de se comprendre.

Te souviens-tu alors de cette lettre ? Tu t’en rappelles ? Cette lettre qui disait qu’on devait se retrouver, une toute dernière fois, autour d’un verre. Il faut croire que quoi que l’on dise, on n’aura jamais vraiment de « dernière fois. » Mais je ne te ferais pas le plaisir de te dire que tu me manques, parce que ce n’est pas le cas. Je ne te ferais pas le plaisir de te dire que j’ai besoin de toi, parce que ce n’est pas le cas. Je ne te ferais pas le plaisir de te dire que je t’aime encore, parce que ce n’est pas le cas. Ce n’est plus le cas.

Et tant mieux. Pour nous.

« - Peut-être qu’on ne sera juste pas capable de se tenir l’un à côté de l’autre. Tu en dis quoi toi ? »





FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   Lun 21 Mar - 12:53

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

Je ne t'aime plus
avec Enya Taylor




Je suis fou de toi Enya...

J'arrive encore pas à croire que j'aie prononcé ça. Ça date d'au moins six ans cette phrase. Cette phrase, tu l'as balayée d'un geste de la main. T'as jamais voulu comprendre qu'à cet instant, j'ai failli te perdre, que j'ai eu peur. J'ai eu peur que tu crèves, que je n'aie plus jamais eu l'occasion de te voir ouvrir les yeux à nouveau, de te parler, de caresser tes cheveux enflammés. T'as jamais compris à quel point à cet instant, t'as fendu mon coeur en morceaux et quand il s'est reconstruit, il a décidé de se changer en pierre. Envers toi, envers le reste du monde. J'ai eu tellement mal Enya que je ne pensais pas pouvoir continuer à vivre comme un humain. Je veux dire, il y a moyen de vivre sans ressentir? Sans sourire? Sans être animé par une envie, un hobby quelconque? Apparemment j'y suis arrivé... et j'y suis arrivé sans toi.

J'aurais aimé te donner une deuxième chance, non, nous donner une deuxième chance. À notre amitié, à notre amour, à tous ces bons souvenirs, me faire croire qu'ils n'ont pas eu lieu sans raisons. J'ai eu du bon temps avec toi Enya et c'est ça qui me fait chier... Je constate que j'ai perdu mon temps, que j'ai eu du plaisir avec une folle qui... une folle qui se disait m'aimer, mais qui finalement a préféré sacrifier cet amour et se vendre à ses propres démons. Qu'est-ce qu'ils ont de plus que moi? Je veux dire, j'étais prêt à te donner ma vie, vendre mon âme au diable pour être avec toi, mais tu as vendu la tienne pour un simple désir de destruction de l'humanité. J'aimerais seulement savoir: Est-ce que ça a valu la peine?

Mais je me souviens de cette journée où je t'ai faite traverser Fiore pour me rejoindre parce que j'avais envie de te voir, parce que je savais que tu serais intéressée par Crimson Hounds... parce que je voulais t'avoir à mes côtés. Tu as été la première à faire les pas qui manquaient entre nous pour nous rapprocher. Tes lèvres sur les miennes, j'ai encore l'impression de les ressentir. Puis ce câlin boueux qui a raison de moi et qui me fait sourire. Oui, je m'en souviens de tout ça, sauf que même toi t'avais l'air perdue dans ce que tu ressentais. Tu étais jeune, mais tu t'es laissée emporter par tes émotions... mais t'as quand même refusé que je m'ouvre le coeur. Puis quand est venu le moment de mettre les choses au point, quand j'ai proposé des solutions à notre problème de distance, j'ai eu l'impression que pour la première fois tu m'as tourné le dos.

Je m'en suis mordu les doigts longtemps. Je me suis vu et revu à travers ces scènes et je me suis demandé « Qu'est-ce que j'ai fait de mal? ». C'est vrai ça... Tu m'as tourné le dos maintes et maintes fois et je devrais m'en vouloir d'être parti? J'en ai rencontré une autre, c'est vrai. Mais je pensais à toi, à nous pendant tout ce temps. Qu'est-ce qu'on deviendrait? Qu'est-ce qu'on est devenus? Est-ce qu'on s'aime encore pour créer autant de distance entre nous? Puis j'ai laissé le destin aller et je me suis laissé emporter par les bras de cette femme, la voisine, la mère de Kai. Quand je l'ai vu naître, je me suis demandé « Mais qu'est-ce que je viens de faire? » J'ai pensé à toi un instant, je me suis senti mal pour toi parce que.. parce que c'était avec toi que j'aurais aimé avoir cet enfant, Enya.

Les années ont passé et je me suis raisonné, me convaincant que j'ai fait le bon choix. Que partir loin de tout ça, de mes émotions, du danger, de la merde à Fiore était le meilleur choix que j'aie pu faire... M'éloigner de toi m'a fait un bien fou. Je me suis dit que... je me suis dit que finalement, nous n'étions peut-être pas faits l'un pour l'autre. Peut-être que t'avais raison. Nous sommes trop différents. Je suis un héros, tu es une vilaine femme qui veut la fin du monde... mais j'ai voulu croire en cette deuxième chance. Quand je t'ai vue, j'ai constaté à quel point ta grande beauté m'a manqué... et à quel point je t'ai aimé.

Mais c'est du passé tout ça. Quand je regarde droit devant nous, je ne vois pas de « nous » justement. C'est l'horizon où je suis seul à marcher sur ma propre destinée et toi, de l'autre côté à marcher dans un spectacle de flammes. Plus jamais on ne pourra marcher l'un à côté de l'autre mais pourtant, nous voilà à nouveau réunis, un à côté de l'autre à regarder le même horizon. Qu'est-ce qui nous rassemble à ce point si jamais nous n'avions cherché la même chose? Ce ne sont pas nos coeurs qui battent sous un même rythme, ce ne sont pas nos yeux qui se regardent avec un pétillement amoureux, ni nous mains qui s'enlacent pour ne faire qu'un... Pourquoi es-tu venue?

« T'as raison. Ce ne sera plus jamais possible. On a trop de divergences. »

Même si on a vécu trop de choses...

« Alors je me demande pourquoi nos épaules ssont côte-à-côte et qu'on regarde la même direction. »

... on ne pourra plus jamais s'aimer.

Jamais.

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   Mar 22 Mar - 6:34

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Et je t'aimais
Senji Kiyomasa & Enya Taylor

L'amour fait ressortir ce qu'il y a de plus sombre en moi. J'ai peur de tout, peur d'avouer mes sentiments, peur d'aimer et d'être déçue en retour, peur des choses que je ne contrôle pas. Et quand, je suis face à ces choses incontrôlables, les sentiments, je me sens obligée de tout gâcher, de tout faire foirer et pour ça, crois moi je suis très forte.

Mais ça tu le sais n’est-ce pas ? Tu l’as appris à tes propres dépens. Je ne m’en excuserais pas. Je ne m’en excuserais plus. Quand on s’est retrouvé ici pour la toute dernière fois, j’ai vraiment eu peur et pourtant malgré tout ce que je t’avais fait subir, malgré la douleur, la rancune et la haine, tu avais ce regard-là avec moi. Celui qui en dit plus long que tes silences. Celui qui veut tout pardonner, tout effacer et écrire un nouveau chapitre de notre histoire. Celui qui, un soir m’a silencieusement dit cette supplique que je n’oublierais sans doute jamais : « Ne pars pas. »

Puis je me suis rendue compte que les mots doux murmurés au creux de l'oreille, tes bras enserrant mon corps, tes mains pressant les miennes, ton regard tendre et ton rire joyeux. Nos doigts entrelacés, nos corps attirés l'un par l'autre tels des aimants, n’existeraient plus. N’existeront plus. Toi et moi. Nous.

Pourtant on a beau se fuir, s’enfuir, loin, le plus loin possible de l’autre mais nous revoilà encore ensemble. L’un à côté de l’autre. Nous revoilà l’un avec l’autre encore. Mais peut-être était-ce tout simplement le début de notre fin ? Tu ne crois pas ? Peut-être que jusqu’à présent, au plus profond de nous, une petite voix n’a jamais voulu l’accepter. Tirer un trait, tourner la page, l’arracher, fermer le livre…Il faut plus que du courage pour le vouloir et pour l’accepter parce que malgré tout…Toi et moi…On s’est aimé.

Alors ta question me fais sourire. Je me posais la même question quelques secondes plus tôt. Pourquoi nos épaules sont l’une à côté de l’autre ? Pourquoi nos corps se sont réunis ? Pourquoi nos regards regardent dans la même direction sans vraiment regarder la même chose ? Pourquoi cela nous tombe-t-il dessus tout simplement ? N’avons-nous pas assez donné ? Assez souffert ? Pourquoi remettre cela en s’imposant l’un à l’autre ?

« - Je n’en sais rien. Peut-être que c’est une farce du destin ou une de ces fatalités à laquelle on ne peut échapper. »

Il n’y a plus rien de Crocus. Des débris. Des ruines. Des morts. L’endroit ne sera plus jamais comme avant et pourtant dieu seul sait que j’adorais venir ici…Parce qu’ici, je pouvais te croiser. Croiser ton ombre. Elle était unique. Immense et dangereuse. Protectrice et sécuritaire.

« - Bon, revenons-en à nos moutons. »

Car plus vite on se quittera, mieux ce sera.

« - La dernière fois que l’on s’est croisé, on a voulu s’entre-tuer. Et maintenant ? Je présume que les choses n’ont pas changées de ton côté si cela n’a pas changé du mien. Mais si tu es ici, c’est que tu dois vouloir quelque chose…Comme moi. »

C’est assez triste de se dire que malgré nos divergences, malgré tout ce qui nous oppose, malgré ce que l’on ressent présentement pour l’autre, malgré la douleur des souvenirs et l’envie d’enterrer l’autre le premier, que malgré toutes ces choses, on puisse souhaiter obtenir encore quelque chose de l’autre parce que malgré tout, on sait l’un et l’autre que nous sommes les deux seules personnes capable de faire bouger ce pays. Que malgré tout, l’un puisse encore espérer l’aide de l’autre.


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   Mar 22 Mar - 22:26

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

Je ne t'aime plus
avec Enya Taylor




Pourquoi? Je veux dire, pourquoi veut-on s'entretuer? Qu'est-ce qui nous pousse à nous détester à ce point? Mais est-ce qu'on se déteste vraiment? Est-ce que c'est une haine que l'on partage ou bien... ou bien on cherche à s'oublier de la manière la plus radicale possible? C'est vraiment le seul moyen de tirer un trait, pas vrai? Tu le sais toi aussi que même si ça ne pourra jamais fonctionner, même si l'amour est éphémère, c'est le seul moyen d'en être certain, de passer à autre chose. Depuis qu'on est jeunes qu'on a du sang sur les mains. C'est ce qu'on connaît le mieux dans ce monde, y'a que ça qui nous parle, qui nous fasse sentir bien à l'intérieur de nous. Mais comment serai-je certain que si je t'arrache le coeur, je me sentirai mieux? Comment savoir s'il battait au même rythme que le mien lorsque nous nous embrassions? Il n'y a que ta parole sur laquelle je peux me fier et Dieu seul sait ce que ça représente...

Quand je me battais, quand je versais le sang, je me sentais tellement bien. Libre. Soulagé. Aucune émotion qui me reste dans la tête parce que... parce que j'en n'avais simplement pas. J'étais une bête de foire qui se battait, un monstre sanguinaire qui tuait pour le plaisir et pour obtenir ce qu'il veut... puis il y a eu toi. Toi qui est apparue comme un pissenlit, toi qui m'a souri et qui a ouvert mon coeur sans même forcer. Comment t'as fait ça au juste? Est-ce que c'était voulu depuis le début? Tu voulais me manipuler ou bien... tu voulais me voir souffrir? Non, je voyais dans tes yeux aussi, dans ta façon de me répondre, de m'embrasser que notre amour, était un véritable amour. Celui qui pousse deux êtres à ressentir un vide quand l'autre n'est pas là, celui qui les pousse à se parler seulement en se regardant droit dans les yeux, celui qui fait battre les coeurs... mais aussi celui qui les déchire et qui les dévore pour en faire de la pierre froide.

Tu sais, plus j'y pense, plus je me dis que la destruction de Crocus n'était peut-être pas une mauvaise chose en soi. À chaque fois que j'y mettais les pieds, je pensais à toi, à nous, à ça. J'ai cru que la voir démolie me ferait du bien, me libérerait de cette emprise de souffrance d'amour, mais j'y pense encore. Après tout, t'as été la toute première en qui j'avais envie de m'investir, la toute première que j'avais envie d'embrasser sans vouloir la voir saigner sur son lit de mort. Mais là, je constate que tu m'as totalement transformé, que t'as fait de moi tout le contraire d'un monstre et ce n'est peut-être pas une si bonne chose. Je m'attarde trop longtemps à des détails émotifs qui étaient tout à fait anodins avant. Et si... et si j'avais laissé mon pied sur la mauvaise dalle trop longtemps et que je ne veux pas la quitter? Et si... j'aimais souffrir comme ça?

Non, ce n'est pas vrai. Je n'ai jamais aimé ce sentiment qui te tort de l'intérieur. Même si tu as fait beaucoup de choses pour moi, même si t'as risqué ta vie pour moi, la vie m'a amené sur un autre chemin que je chéris. T'es le diable qui essaie de me tenter à nouveau, t'es celle qui essaie de m'attirer dans tes filets parce que toi, tu aimes bien ça voir les autres souffrir. Tu aimes la destruction pas vrai? Et ce moment où je serai détruit, t'en rêves à tous les soirs. Il y avait l'amour et là, il y a la haine. Tous les deux, nous avons détesté cette souffrance et on se déteste mutuellement pour ça. On a eu mal et on tente tant bien que mal de se relever. Mais il y a toujours la présence de l'autre qui nous pèse dessus avec son pied et qu'à force de peser, la haine naît, le désir de faire saigner l'autre naît à son tour et nous nous retrouvons dans un cercle vicieux sanglant.

Et nous sommes côte-à-côte, supportant la présence de l'autre par un fil qui lâcherait à n'importe quel moment. Sauf que ce moment, nous le chérissons pour une dernière fois. Pour une dernière fois, nous regardons vers le même horizon, nous nous parlons sans nous insulter, nous nous regarderons sans dualité parce que pour une dernière fois, nous travaillerons main dans la main et nous ferons avancer ce monde pour une dernière fois. Tu as fait une erreur, une erreur que toi-même reconnaît comme étant stupide et te voilà à tenter de te racheter auprès du seul gars qui serait capable de t'aider. Ce gars-là, il est revenu que pour ça et tu meurs d'envie de le voir repartir aussitôt.

« Tu sais ce que je veux, il n'en tient qu'à toi de me dire ce que tu cherches précisément. »

Parce que le fait que tu veuilles me revoir après ma tentative de te voir couler au fond de l'océan, ça me surprend un peu... surtout si ce n'est pas pour s'entretuer.

« Si on n'est pas en train de se faire saigner, c'est que tu caches quelque chose que t'aurais pu me dire avant. Je me trompe? »

Je dévie mon regard de l'horizon pour te regarder du coin de l'oeil.

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   Mer 23 Mar - 9:59

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Et je t'aimais
Senji Kiyomasa & Enya Taylor

Encore et toujours la même rengaine hein ? Tu ne changeras donc jamais. Peut-être n’as-tu même jamais changé. Tu as encore cette âme de leader en toi. Cette flamme qui pourrait brûler le monde sous son commandement.

C’était peut-être parce que t’as toujours su ce que tu voulais que j’ai fuis, en fin de compte. Ca me faisait peur, tout ça. Toi. Tu me faisais peur. Tu savais quel avenir pourrait s’offrir à nous, tu savais exactement ce qu’il nous fallait faire pour l’atteindre mais moi, moi j’étais bien trop différente, je le suis toujours. Je ne suis pas sûr de savoir de quoi demain sera fait. Je n’ai pas envie de croire en l’avenir et je n’ai jamais eu envie d’y croire. Un avenir où l’on aurait pu être ensemble me semble tellement risible maintenant mais quand j’y pense…J’en avais peur. Peur de me laisser guider, de marcher sur tes pas, peur de croire en cette folie…Parce que justement, cette envie de sang, ne nous quittera jamais. Il n’y a qu’en repeignant le monde en rouge que l’on est heureux et que l’on se sent vivant. Ce n’est qu’en défiant le monde que je me sens vivre. C’est étrange à dire et aussi bizarre à expliquer mais je sais que toi, toi seul, peut comprendre exactement ce que je ressens encore aujourd’hui.

Je ne changerais pas. Je ne changerais plus. Je crois qu’il est trop tard pour moi. Et puis tu sais, il y a un gars qui m’a dit un jour, au détour d’une folie commune, que si je faisais une connerie et que je finissais en prison, il me garderait la meilleure part de steak. Je veux croire en ses mots. Je veux croire qu’il sera le seul à venir me voir quand ma vie ne se résumera qu’à l’attendre tous les jours. Quand ma vie ne se résumera qu’au seul plaisir de sa visite quotidienne. Quand ma vie ne se résumera qu’à lui.

« - Je peux te poser une question avant ? Qu’est-ce que tu essayes d’obtenir de Chris…Si jamais tu le trouves ? »

Si jamais tu le vois. Je sais que Chris et toi avez une histoire commune. Un passé commun. Les gens parlent des fois, quand on pose les bonnes questions. Je sais que tu le connais…Je sais qu’il te connait mais ce que je ne sais pas, c’est comment cela s’est finit entre vous. As-tu vraiment coupé les ponts avec tout le monde ? Es-tu vraiment parti ce jour-là ? Disparaissant à tout jamais de nos vies ? Tu sais, peut-être qu’il avait besoin de toi ? Quoi que...Le connaissant, j’en doute maintenant. Il n’a jamais eu besoin de personne. Chris semble penser qu’il porte le poids du monde sur ses épaules et qu’il peut le changer ou du moins contribuer à son changement mais cette folie-là, le conduira à sa perte. Je le sais. Je suis passée par là avant lui et je suis toujours là à le croire. Il n’est pas fait pour le monde dans lequel nous vivons…Pas lui. Brisé comme il est…Il se brisera d’autant plus.

Tu sais, on dit beaucoup de chose sur lui et la moitié des rumeurs sont fausses, donc ça me fais rire…Mais l’autre moitié…Eh bien je pourrais dire qu’elle est vraie. Je le sais assez pour l’avoir vu de mes propres yeux. Je le sais assez…pour avoir ce genre de sentiment à son égard, mais ça, je ne suis même pas certaine qu’il le sache tu vois ? Parce que c’est tellement compliqué. Plus compliqué qu’entre nous.

Si aujourd’hui, on me demandait, si je l’aimais, je ne saurais quoi répondre. Je n’ai jamais su y répondre à cette question et pourtant, quelqu’un me l’a déjà posée. J’en viens à me demander si je l’aime ou si je l’aimerais, comme je t’ai aimé. De la même façon…tu sais, cette façon qui défierait la nature elle-même. Celle qui pourrait nous laisser croire qu’on pourrait traverser un ouragan. Celle qui pourrait nous laisser croire que l’on est aussi fort qu’un volcan. Que cet amour-là est de la même puissance. Je t’ai aimé de cette façon-là, oui. Je n’ai jamais mentis sur ce sujet-là mais avec toi…J’ai tellement mentis que cela ne m’étonnerais même pas que ma parole ne soit qu’une brise s’agitant sous tes yeux.

Mais tu sais, à lui aussi je lui mens. A tous ces autres qui pensent que tout n’est pas fini, je mens. C’est devenu une habitude. Une seconde nature.
Je te mentirais aujourd’hui, si je disais que les affaires que tu as en cours avec lui, ne m’inquiète pas. J’aimerais savoir, ce que tu lui veux. Pas parce que je suis curieuse. Parce qu’il reste aujourd’hui, ma dernière lumière dans ce monde.

« - Toujours à croire que je te cache quelque chose hein ? Pour une fois, je vais t’étonner, je te dirais que non. La dernière fois, tu m’as questionné sur le Pegasus et je t’ai répondu que c’était une information publique, je n’ai pas mentis. C’est vrai. Tu es là, à croire que je mens sans cesse et tu n’as pas tort mais je te l’ai déjà dit : A toi, je n’ai plus envie de mentir. Mais j’aimerais savoir dans quoi je m’engage en répondant à tes questions. Ce n’est pas comme si l’idée du Pegasus et de sa création ne m’embêtait pas, bien au contraire, tu me connais assez pour savoir que je me pose certainement plus de questions que toi à ce sujet. Mais je n’ai pas envie d’y aller et de tout détruire. Je veux des réponses…Tout comme toi. Alors dis-moi, Senji, est-ce que tu crois assez en moi pour croire en ce que je te dis ou te dirais à l’avenir ? »

Est-ce que tu crois encore assez en nous ?

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   Dim 27 Mar - 13:14

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

Je ne t'aime plus
avec Enya Taylor




Chris... tu me parles de Chris. Pourquoi tu me parles de lui? Pourquoi tu veux savoir ce qui lui arrivera? Et si j'ai envie de le tuer? Et si j'ai envie de le tuer devant toi, devant tout le monde? Que tu le vois souffrir pour que tu puisses comprendre ce qui arrive à ceux qui se croient les maîtres du monde, à ceux qui tentent d'enchaîner la liberté de tous les mages d'un pays. C'est peut-être la seule façon de vous faire comprendre que personne n'est d'accord avec ça et que personne ne le sera jamais. Qu'est-ce que ça vous prend de plus pour le saisir ça? Est-ce que vous avez fait exprès de ramener cette idée à la con juste pour me voir marcher derrière vous une dernière fois? Oui je serai toujours là, à quelque part dans le monde. Je vous surveillerai toujours, mais je reviendrai à chaque fois qu'il sera nécessaire de le faire si vous me ramenez toujours que vous voulez contrôler le monde de la magie.

Parce que moi je sais. Je sais que les Hommes ne sont pas les premiers utilisateurs de la magie. Avant ça, avant le X devant l'année, il y avait les avatars, les dieux, les dragons. Puis après, il y a eu les Hommes et toutes les sous-créatures intelligentes. On vient d'eux à quelque part et on leur doit quelque chose en retour. Et vous vous faites quoi? Vous piratez les lacrymas-vision pour annoncer à tout le monde que ça va changer en votre sens et que vous allez vous la jouer comme l'autorité. Le Conseil est tombé de lui-même et les raisons de le faire tomber sont encore au bout des lèvres de tout le monde. Si vous pensez que la populace est d'accord avec tout ce que vous faites, vous verrez bientôt que vous tomberez à votre tour comme Era.

« Des réponses. »

Parce que c'est tout ce qu'il y a à obtenir de Chris en ce moment. Mais l'histoire ne dit pas ce qui lui arrivera s'il ne donne pas les bonnes réponses à mes questions, s'il ne réagit pas comme je l'entends mais ça, je n'ai même pas besoin de le dire, tout le monde le sait ce qui arrivera si jamais il ne répond pas dans mon sens. Je soupire et remets mon regard vers l'horizon, le néant, la destruction, sur ce que je devrais avoir sur la conscience en fait alors qu'en fait, je ne regrette rien. J'ai eu ce que je voulais. Mais quand je repense à Chris, je me demande sincèrement si j'aurai le courage de lui arranger le portrait à coups de poings. Comment réagira Kai? Parce que lui aussi fait partie de l'équation. Si je tue celui qui à ses yeux est son oncle alors... alors le petit n'aura plus grand chose à espérer.

« Je veux savoir pourquoi il a retourné sa veste. Le Chris que je connais ne serait en aucun cas intéressé par la domination du monde et encore moins à vouloir ficher les mages. »

Parce que c'est pour ça qu'on s'est battus, c'est pour ça que je me suis toujours battu depuis que j'ai quitté Minstrel. Ça a donné un sens à ma vie, carrément. Plutôt que d'être un fugitif sanguinaire, j'étais un fugitif sanguinaire qui avait un but dans la vie. Fiore avait besoin de quelqu'un pour se libérer de l'emprise du Conseil et j'étais là. Je suis encore là aujourd'hui pour changer les choses et faire de ce pays pour les mages, un pays libre.

Puis, tu me demandes si je te crois quand tu parles, si je pense encore que tu mens comme tu respires. Je te répondrai que tu faisais partie de Crimson Hounds, qu'à Crimson Hounds, personne ne peut partir comme veut, qu'on était tous liés entre nous par un tatouage, mais aussi par une conviction qui était la même. On voulait tous la tête du Conseil, on voulait tous marcher comme des hommes libres. Puis tu m'as envoyé une lettre disant que t'avais plus envie que ça continue, puis il y a Damaz qui a décidé de rejoindre Ajatar Virke et de faire des milliers de victimes, Chris qui décide de faire son Pégasus alors laisse-moi te poser une question: qui devrais-je croire si j'arrive plus à croire en moi? J'étais certain d'avoir les meilleurs, les plus motivés et regarde là où ils en sont. Ils tournent tous le dos à ce à quoi ils ont aspiré.

« J'en sais rien Enya. Je t'avouerai bien franchement que je me demande si c'est encore possible de croire en quelqu'un et à ce qu'il dit de nos jours. Même pour Fred... qu'est-ce qui me dit que demain matin elle ne déciderait pas de tout laisser ça là et de retourner se battre dans les rues? Si je n'arrive même pas à avoir totalement confiance en la femme qui partage ma vie, je me demande si c'est possible d'avoir confiance en quelqu'un tout court. »

Parce que toutes ces trahisons j'en ai eu plus qu'assez. Je ne sais même plus vers qui me tourner. Je sais qu'il y a les avatars, mais qui me dit que demain matin ils ne votent pas pour nous expulser hors de leur île? Qu'est-ce qui me dit que mon fils ne va pas décider de fuguer et d'abandonner tous ces efforts que j'ai mis pour le retrouver? Parce que j'ai l'impression de me donner pour le vide, tout ce que je fais est mis à la poubelle et je dois recommencer à chaque fois. C'est dur de vivre comme ça Enya, j'espère que tu t'en rends compte.

« Mais si tu me dis que je peux croire en toi, alors je croirai en toi de toutes mes forces. »

Jusqu'à ce que trahison s'en suive.

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   Lun 28 Mar - 5:03

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Et je t'aimais
Senji Kiyomasa & Enya Taylor

« Retourné sa veste ». Ce n’était ni totalement vrai, ni totalement faux. Personne ne sait exactement ce à quoi il pense et personne ne le saura certainement jamais. La construction de la prison, la mise en place du Pegasus, est-ce que toutes ces choses lui donnaient du pouvoir ? Est-ce que l’ensemble de ces choses lui permettaient vraiment d’être au-dessus de tout ? Etait-ce son véritable but ? Que cherchait-il à faire ? A prouver ? Il y avait tellement de questions que je me posais sans cesse quand il était question de lui, que quand j’ai perdu le fil et que j’ai arrêté de me les poser.

Je lui fais confiance.

Enfin, c’est un bien grand mot. La « confiance ». Est-ce que ça existe encore ? Est-ce que j’ai su véritablement un jour qu’est-ce que ça signifiait ? Tu sais, je me demande, s’il était possible de voyager dans le temps, est-ce que j’aurais fait les choses différentes avec toi ? Avec tous ces autres ? Est-ce que j’aurais agi différemment en sachant ce que je sais maintenant ? Aurais-je quitté Blue Pegasus un jour ? T’aurais-je abandonné ce soir-là dans cette grotte ?

Je me le demande.

Je te l’ai dit pourtant. Je n’ai pas beaucoup de regrets dans ma vie mais tu es peut-être, aujourd’hui, le plus grand regret que je puisse avoir. Non pas de t’avoir quitté, non, ça je pense que ce fut la seule bonne chose que j’ai faite à ton égard...Mais t’avoir mentis. T’avoir trompé. T’avoir manipulé pour que ça aille dans mon sens, parce que je ne voulais pas voir la vérité en face. J’en avais trop peur. Tu sais, j’espérais vraiment qu’on pourrait s’accorder une chance de plus, toi et moi. Je pensais que si on venait à tout se dire, les choses seraient différentes et on viendrait à se comprendre…Comme si tout ce temps, il n’y avait qu’un léger voile entre nous. Mais là, c’est le mensonge de notre relation. Il n’y a pas qu’un voile entre nous. Il y a tout un monde, toute une dimension.

« - Je ne veux pas regagner ta confiance. Et je ne veux pas que tu crois en moi plus que nécessaire, cela ne fera que te blesser d’autant plus. Tu sais, y’a longtemps, un ami à moi m’a dit que quand on n’arrivait pas à tourner la page…Il fallait parfois l’arracher. Mais tu n’es pas qu’une page de ma vie, tu es tout un livre, un livre constamment ouvert. Un livre que je n’arrive pas à ranger sur l’étagère. Au début c’était gênant, vraiment. Je veux dire, on n’a pas été longtemps ensemble mais on a vécus des choses…fortes. Alors ce livre de ma vie, qui ne se fermera sans doute jamais, je préfère le laisser grand ouvert et prendre la poussière. Parce qu’un jour viendra…Où la poussière du temps masquera les écritures de nos souvenirs passés. »

Je ne demande que ça tu sais ? Tout comme tu demandes certainement la même chose. Tourner la page, s’oublier mutuellement. S’oublier dans nos malheurs et dans nos vies respectives. Quand je t’ai revu, ce jour-là, sur le bateau, avec Fred, j’ai tout de suite compris. Il ne m’a pas fallu longtemps. Je l’ai vue à cette façon qu’elle avait de te regarder…Qu’elle a toujours eu à cette façon que tu avais de la voir elle. Je t’ai hurlé ce jour-là que c’était tant mieux pour toi si t’étais heureux…Mais en vérité, j’étais un peu jalouse. D’elle. De vous. Je ne sais pas pourquoi. C’est un sentiment que l’on ne peut combattre mais ce soir-là, j’étais jalouse. Ce soir-là, je t’ai vu revenir dans ma vie. Ce soir-là, je t’ai vu arriver avec tes grands sabots et j’ai regretté quelques instants passés.

Mais plus aujourd’hui. Aujourd’hui, cette histoire pour nous, elle est belle et bien finie. On ne finira jamais. Plus jamais. Tu seras heureux avec elle et c’est tout ce que je vous souhaite.

« - Le Chris que tu connais est peut-être mort à sa façon. En même temps que tout ce en quoi il croyait. Ça ne t’est pas venu à l’esprit peut-être ? Tu sais, la dernière fois que je l’ai revu, il avait quelque chose d’éteint dans ses yeux. Quelque chose de mort. Peut-être que ce n’est pas la domination du monde qu’il recherche…Mais des réponses. Tu t’es jamais demandé s’il souffrait ? A sa manière… »

On m’a demandé un jour, si je souffrais. Parce que je faisais ce que je faisais ou parce que j’étais qui j’étais. Mais je n’ai jamais vraiment eu la réponse. Je t’ai, un jour, donné un début de réponse mais ce jour-là, je me suis égaré en chemin. Je ne souffre pas. Je ne souffre plus. J’ai ce qu’il faut. J’ai une famille…des amis, du moins je crois. Et quelques connaissances à droite et à gauche. Alors non, je ne souffre pas..Mais Chris, il est différent de toi et moi. Il est quelqu’un dans la lumière. Il est celui que l’on appelle « héros » , « sauveur » ou celui qui inspire des enfants quand on apprend ce qu’il a fait…Mais tout ça…Etre dans la lumière..Faire ce qu’il fait, ça coute juste trop cher. Ça lui coute cher.

Et on devrait peut-être être ceux qui lui font réaliser ça. A notre façon. Avant qu’il ne devienne ce que l’on craint le plus.

« - Je sais où se trouve Weer Loper si tu cherches le futur dictateur de ce monde. Mais si tu veux y aller…Sache que je t’accompagne. »



FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   Jeu 31 Mar - 21:15

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

Je ne t'aime plus
avec Enya Taylor


Me blesser? Tu te soucis vraiment de comment je me sens? De comment je peux me porter? Est-ce que c'est sincère ou bien tu dis ça pour être gentille? Tu ne veux pas que je te fasse confiance plus que nécessaire? Et qu'est-ce que ça veut dire ça? Est-ce que tu dis ça dans le sens où je peux te croire mais pas trop, ou bien il y a certaines choses à laquelle je ne peux pas croire en toi? Tout ce que tu dis est tellement vague, je me perds dans tes mots et je ne sais même pas quoi en penser. Est-ce que c'est voulu? Est-ce que tu fais exprès pour que justement je n'y comprenne rien pour mieux me manipuler ensuite? Tu sais, je ne sais même pas comment réagir alors je reste là à faire le piquet à simplement avaler tout ce que tu me dis et à me poser un millier de questions sur la valeur de tes mots.

Pourquoi parler d'un livre? Pourquoi le garder grand ouvert, Enya si ça te fait souffrir? Est-ce que j'ai marqué ta vie au point où tu n'arrives pas à me mettre de côté, passer ton temps à me suivre comme mon ombre, à espérer que je me réveille le lendemain matin? Nous sommes des ex, nous sommes des ennemis, même si nous avions déjà été des amants, des amis. C'est dur de penser ça, de se souvenir sans cesse sans avoir le coeur qui se compresse dans la poitrine, mais c'est une étape de la vie dont nous devons dépasser. J'ai fait un trait sur ton livre avec mon sang. J'ai déchiré la couverture en deux et je l'ai brûlé. Oui c'était fort, oui nous avons vécu beaucoup de choses, mais j'ai décidé d'abandonner ces sentiments dans des flammes parce que c'est le seul moyen de ne pas souffrir quand je vois ton visage sur une affiche de récompense.

Fred n'a pas été qu'un baume sur mon coeur. Fred ne m'a pas que relevé alors qu'il ne restait que quelques morceaux à moitié recollés de moi, elle s'est précipitée vers moi lorsque Kai a réussi à la retrouver. Elle m'a frappé, mais je l'ai mérité. J'ai tourné le dos à la seule femme qui ne me quittera jamais d'une semelle. J'ai tourné le dos à ça, à un futur brillant et à des années de vie sans soucis. Elle a toujours été là, pour le meilleur et pour le pire. Elle ne m'a jamais envoyée de lettre pour me dire qu'elle partait. Elle est toujours restée à mes côtés et si elle a quelque chose à dire, elle le dira. Le papier vieillit, s'effrite, se froisse, brûle, mais les mots restent. C'est une des choses que j'admire depuis toujours chez elle. Elle est comme moi. S'il y a quelque chose à dire, ce sera dit sans détour.

Et malgré tout ça, je doute encore... à cause de toi.

Tu ne m'as pas simplement fait réaliser l'importance de la vie, tu n'as pas fait que battre mon coeur, tu ne m'as pas seulement fait sourire ou pleurer, tu m'as détruit. T'as détruit ce que j'ai réussi à devenir avec le temps. Je suis revenu à la case de départ où les femmes me font peur, où elles doivent rester loin de moi et habillées d'un col roulé. Heureusement, Fred a su profiter d'une brèche de mon coeur mais pour le reste, c'est mort. La seule chose qui n'est pas revenue comme avant, c'est cette envie de tuer tout ce qui s'appelle « garde » ou « milice ». Et toi, t'es là à essayer de défendre Chris et ses idées débiles. Il souffre? Vraiment? Et moi je suis le Père Noël.

« Allons Enya, s'il cherchait des réponses, il poserait des questions. Connaissant Chris, s'il souffre à ce point, il saura gérer. Il est bien entouré le petit, il n'a aucune raison d'agir de la sorte. Soit quelqu'un est derrière ça, soit c'est sa seule façon de se défendre contre le mal. Je peux bien croire qu'il en a bavé lui et les autres contre Legion, mais Legion est morte. Son seul soucis maintenant serait de s'allier à la milice et de se débarrasser d'Ajatar Virke... à moins qu'il ait autre chose en tête. »

Et tu veux m'accompagner pour régler ce problème. Tu défends Chris comme si c'était ton fils. Alors soit que j'ai raté un épisode, soit que t'as un certain attachement au gars. En m'accompagnant jusque-là, tu veux sûrement éviter que ça dérape, qu'il en souffre encore plus, qu'il en meurt. Si t'es là, c'est que tu veux éviter que le sang coule de ce côté-là. Tu sais que je peux retrouver la guilde par moi-même et pourtant, t'insistes. Je soupire parce que ça me ferait chier de voir que je risque d'avoir deux mages puissants contre moi si ça arrive, mais c'est un des seuls moyens d'avancer et de faire avancer ce pays.

« C'est pas Weer Lopen que je veux, c'est le Pégasus. Garde ça en tête. Et même si je te disais non, je sais que tu me serviras de baby-sitter de toutes façons. »

Je pousse la poussière de mon manteau du revers de la main en soupirant.

« Allons-y. »

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Et je t'aimais | Senji   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Senji Kiyomasa
» Un petit voleur (pv Kaguya Senji)
» Tu vois au début je t'aimais pas beaucoup. Mais là plus le temps passe moins je peux te saquer ~ Hansel
» Adieu, Senji Kiyomasa
» Les films qui sortent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Centre :: Ancienne Crocus