Partagez | .
Vis ta vie au gré du vent.
 MessageSujet: Vis ta vie au gré du vent.   Jeu 21 Jan - 16:29

avatar
Zenn

Sabertooth

Click



Zennithar Tel'Dahart


Informations Générales




Zennithar Tel'Dahart


► Sexe :Masculin
► Âge : 20
► Date de Naissance : 24 juin 772
► Lieu de Naissance :
► Personnage sur l'avatar: Tidus de FFX

► Activité(s) : Mage/bretteur
► Statut / Guilde : Indépendant--

► Surnom(s) :Le courant d'air.






musique d'ambiance, ça fait pas de mal.









Description Psychologique
Une lame à double tranchant

Zenn, ou plutôt Zennithar Tel’Dahart déteste son nom. C’est celui donné par se famille, qu’il a renié du plus profond de son être. Personne ou presque ne connaît son nom en entier et il choisira de donner uniquement Zenn à la plupart des gens.

Zenn est très ouvert, il sourit souvent et ne repousse que rarement les gens. Il considère que de base, les gens ne lui veulent aucun mal et part ainsi du principe que tout le monde est bon à la base mais qu’ils sont corruptibles.

Il vagabonde souvent, ne se fixant pas de réel but à part de vivre à peu près heureux. Il attache une énorme importance à sa liberté. Par ailleurs, il a souvent tendance à disparaître sans crier gare, sur un simple coup de tête, il part ainsi voyager pendant un petit bout de temps puis reviens quand l’envie lui prend. Bref, il vit un peu au gré du vent.

De nature calme, il est difficile de le mettre en colère, la plupart du temps, il agit de façon détachée en ignorant ceux qui chercheraient à le provoquer. On peut dire qu’à certains moments, il est vraiment dans sa bulle.

La donne change cependant lorsque il est question du cercle de ses proches ou de sa sœur en particulier.

Cette nature un peu « naïve » et calme complète une certaine générosité. Encore que pour ce point, ça peut être sujet à débat. En effet il se soucie assez peu de l’argent, par contre il déteste manquer de quelque chose. S’il repère un truc qui lui plaît, il va chercher à l’obtenir absolument et le plus vite possible. Et bien souvent il va disons….l’emprunter sans trop demander. C’est un peu paradoxal, mais disons simplement que personne ne lui a jamais appris à respecter la propriété privée. Selon lui, si tu veux garder un objet, il faut te donner les moyens de le garder, tant pis pour toi si d’autres arrivent à te le prendre.

Il aime rire sans pour autant être forcément drôle, et apprécie particulièrement la compagnie d’amis, qu’il estime généralement plus que sa famille.

Zenn est un mage et se considère comme tel depuis l'âge de 10 ans. S'il sait que la magie place la plupart de ceux qui la manient naturellement au-dessus de ceux qui l'ignorent, il considère cependant que cet avantage va avec un devoir: celui d'assister et de protéger ceux qui ne peuvent le faire par eux-mêmes.
Il nourrit l'idée qu'un jour, le pays sera paisible et qu'il arrivera à en faire un endroit où tous les enfants du pays pourront afficher un sourire éternel. Et dans cette optique-là, il est près à tout pour réaliser cet idéal de monde en paix et calme, pour que sa sœur et tous les autres après elle puissent y vivre en paix.
Il considère donc que malgré tous les récents événements, la magie peut être bénéfique à tout le monde et que les mages représentent l'avenir du pays et la magie, une force dont on ne peut se passer.
Il ne pense pas que la reine soit une mauvaise personne, mais il pense par contre qu'elle n'est pas faite pour régner. Il se doute qu'elle a une part de responsabilité dans les catastrophes récentes, et en plus de ça, l'idée qu'elle puisse confier un trop grand pouvoir à Silver Sword l'effraie un peu. Non pas qu'il doute des bonnes intentions de la guilde, mais disons que vu l'importance qu'il attache aux libertés, il ne pense pas qu'une vie complètement cadrée par l'autorité de Silver Sword soit une bonne solution.
D'ailleurs, il songe régulièrement à intégrer une guilde, mais encore faut-il qu'il trouve celle qui portera son rêve d'un pays libre, sans peur ni guerre interne, tout en étant une protection pour sa sœur.

Je l’ai déjà dit mais il tient énormément à ses amis et en général à toutes les personnes auxquelles il s’attache. C’est donc à double tranchant et en principe, la trahison ou l’abandon le fait changer du tout au tout, allant de l’attachement à la haine sans restriction.

Cet aspect « double » se retrouve aussi quant à son rapport au combat. Il adore se battre pour s’amuser, en fait c’est un genre de jeu et il adore jouer.

Par contre, s’il est capable de s’amuser au combat, quand il doit tuer, il le fait sans état d’âme, sans la moindre émotion. Sa colère est aussi froide que sa haine. S’il vous hait, il ne criera pas, il ne « s’énervera » pas, il vous tuera, tout simplement et sans la moindre hésitation.

C’est donc une personnalité à double tranchant que possède Zenn, un côté calme et « libre », qui répugne à tuer sans raison, et un autre côté plus sombre, parfois cruel et souvent impitoyable.






Background | Test RPG
Vis ta vie au gré du vent.

Les débuts

Hmm…..cette cabane misérable, Ariel, comment j’en suis arrivé là ?
Ah ça y est ça me reviens ! Ca va faire 20 ans déjà…..20 ans que je parcours ce monde.


Je suis né à Crocus, le 24 Juin de l’an 772. Ma famille est et a toujours été une famille de voleurs. Aussi loin que je me souvienne, tous les gamins du clan (c’est ainsi que l’on appelait la bande de voleurs constituée de trois familles que nous formions) devaient apprendre à faire les poches des passants dès leur plus jeune âge.

A l’époque, chaque voleur gagnait sa croûte au sein du clan en ramenant son butin du jour.
Dans le clan, les règles étaient simples. Dès l’âge de 6 ans, on était considérés comme capable de voler et donc indépendants, nos parents devaient alors nous considérer comme des membres du clan au même titre que les adultes et n’avaient plus aucun devoir envers nous. Certains trouveront ça un peu dur peut-être, mais c’est comme ça qu’on fonctionnait dans le clan.

J’avais donc 6 ans quand j’ai pu commencer à voler et à cesser de dépendre de mes parents pour gagner de quoi manger. J’étais plutôt doué, mon truc favori c’était le vol à la tire, j’étais rapide et endurant, du coup les courses poursuites ne me dérangeaient pas, au contraire c’était un jeu pour moi.
J’adorais sentir le vent quand je courais entre les ruelles de Crocus, souvent je passais par les toits et une fois mes poursuivants semés, je restais là une bonne heure à profiter du vent sur ma peau, et à observer la ville d’en haut.

Oui…j’adorais ces moments où je passais mon temps à écouter le vent….j’ai toujours eu une affection particulière pour le vent. C’est un élément libre, il peut être apaisant et agréable, tout comme il peut être furieux, implacable et dangereux. Pour moi il est parfait.
Bref, je m’égare.

Je me souviens assez bien de la bande avec qui je volais, il y avait Carl, un p’tit rouquin qui servait de guetteur au cas où la garde rappliquait. Ensuite il y avait Emy, la petite innocente qui attirait toutes nos cibles dans nos filets, et Hugo, un solide gaillard qui était souvent chargé de la diversion au cas où ça tournait mal. Et enfin moi, je passais discrètement près de la cible et prenais ce qu’on convoitait. J’étais en quelque sorte le final.
Pendant deux bonnes années, on a vécu ainsi, au jour le jour. Avec ces trois-là, on s’était construit une cabane qui nous servait de maison aux alentours de la ville et on partageait nos butins. Elle avait l’air misérable, mais c’était chez nous et on s’y sentait bien.
Mais un jour tout a changé. Le clan avait vu trop gros et avait tenté un trop gros coup en lançant un cambriolage de la banque principale de Crocus. Evidemment, l’équipe chargée de l’opération s’est faite prendre et sous la question, avait parlé du clan. Le clan tout entier a donc dû quitter la ville et nous avons fui dans les montagnes du Jura. Là-bas, ce que j’appelle la grande division a commencé.


La grande division, la magie.


Ma famille, les Tel’Dahart, ainsi que les Hurenz (la famille de Hugo), ont voulu s’opposer à la vision originelle du clan et de la famille principale Eldartz (celle d’Emy et Carl). En effet, maintenant que nous avions été chassés de Crocus, les deux familles voulaient être plus que des simples voleurs et avaient décidé de passer au pillage, au massacre. C’était plus facile et on s’enrichissait plus vite selon eux.

S’est ensuivi le début de notre « guerre ». Au lieu de nous apprendre à voler, on nous apprenait maintenant à tuer. C’est à partir de ce moment-là que j’ai été confié à mon grand-père. Tous les adultes devaient aller renflouer les troupes des familles et le nouveau clan allait avoir besoin de nouvelles troupes pour anéantir les Eldartz.

Mon grand-père était un ancien guerrier qui était revenu au sein de la famille peu avant ma naissance. C’est lui qui pendant 6 ans, m’enseigna et m’entraîna à la voie de l’épée et du combat en général. J’aimais bien mon grand-père, sa façon de penser et d’agir était….différente des voleurs habituels qui constituaient ma famille.
Il pensait avant tout à protéger les siens, et ne lève son arme qu’en dernier recours. Il tient beaucoup à la liberté, la sienne mais aussi celle des autres. C’était sûrement le voleur le plus honnête et droit que je connaisse.

Ce qui nous a rapproché, en plus qu’il soit mon grand-père (mais bon les liens de la famille au sein du clan sont assez…..inexistant c’est le mot : la preuve, on nous lâche à l’âge de 6 ans.), c’était que tout comme moi, il considérait le vent comme une chose magnifique, qui apaise.

Nous partions souvent vers les cimes des montagnes du Jura pour nous entraîner et méditer. Il en profitait aussi pour me raconter ses voyages et aventures. Et c’est là que j’ai découvert son plus grand secret : il connaissait la magie. Certes, c’était peu comparé à tous les récits que j’entendais dans les tavernes, mais pour moi, ça représentait beaucoup. Je m’explique, un jour, après que je me sois écroulé sous le coup d’un entraînement particulièrement sévère, il s’est assis près de moi et m’a dit :

-Tu sais Zennithar, tu te bats avec trop de violence, sois plus souple, sois comme le vent que rien ne peut toucher, mais que rien n’arrête.

-Haaaah, mais la tornade n’est pas plus dangereuse qu’une brise n’est-ce pas grand-père ?

-Elle est plus impressionnante c’est vrai, mais si toi tu te déplaces à la manière d’un courant d’air et que tu relâches la fureur du vent au bon moment, alors là tu seras vraiment dangereux…….Viens avec moi, je vais te montrer un truc.

Nous sommes alors montés à notre endroit favori, un pic qui permettait de voir à des kilomètres au loin. D’ici, on pouvait observer la moitié du massif du jura !
Il s’est assis et a fermé les yeux.

-Ecoutes gamin….ne sens tu pas le vent qui nous parle ?

-Hmm j’aime le vent grand-père, mais il n’a jamais parlé.

Et là j’ai vu le vieil homme qui commençait à s’élever dans les airs, doucement. Tout autour de lui, la brise s’intensifiait, et des murmures me parvenaient de toute part….le vent portait les bruits de toute la montagne !
Il a ouvert les yeux et a alors déclaré dans un murmure :

-Tu le sens n’est-ce pas ? Le vent t’est destiné, et tu pourras aller bien plus loin que moi.

Depuis ce jour, je me suis entraîné avec mon grand-père, plus uniquement à l’épée, mais aussi à la magie. Il m’a dit qu’il avait senti que la magie était déjà présente en moi, et que c’était pour ça que je me sentais si proche du vent. Il avait raison, j’ai rapidement pu interagir avec lui.
Et pendant que les escarmouches sanglantes entre les familles faisaient de plus en plus de victimes, je tentais tous les jours de me rapprocher de plus en plus du vent.

C’est le jour de mes 15 ans que je suis redescendu avec mon grand-père. La querelle entre les familles s’intensifiait et le nouveau clan ne parvenait pas à prendre le dessus sur l’ancien. On avait besoin de toutes les forces disponibles.


La "guerre".


Mon premier affrontement était une embuscade tendue par les Eldartz, ils sont sortis de nulle part et nous ont attaqués à vue. La bataille était assez mal engagée, et on comptait déjà des pertes. Les survivants à la première attaque ont pu dégainer et le combat à commencer.

Grâce à notre magie, mon grand-père et moi faisions des ravages, nous nous déplacions rapidement sur le champ de bataille, tout en semant la mort sur notre passage. Rapidement, le cours de la bataille s’inversa et nous reprîmes le dessus. Je me surprenais moi-même, je pensais que la peur du combat allait me prendre, ou que j’allais hésiter à tuer. Au contraire, l’adrénaline du combat m’excitait et m’amusait. C’est ça, cette bataille m’a amusé. Seul le fait de tuer me faisait un peu de mal, mais je me justifiais rapidement en me disant que c’était eux ou moi.
Et ça marchait ! Au fil des combats, je ressentais de moins en moins de culpabilité, jusqu’au jour où tuer ne me fit plus aucun effet. C’était juste la finalité d’un combat, mon devoir.

Notre duo était réputé invincible au sein du clan, et grâce à notre duo, le nouveau clan commença à prendre l’avantage sur l’ancien.
Cette « guerre » s’acheva avec la mort du chef des Eldartz. Mais le clan ne voulait pas s’en tenir à ça. Ils savaient que les Eldartz survivants s’étaient rassemblés pour former un petit village et se cachaient dans les montagnes. Une véritable chasse avait été lancée.

J’avais à présent 17 ans. Pendant deux longues années j’ai combattu pour le clan, et pendant deux ans, j’ai élevé ma petite sœur alors que nos parents sont morts peu après sa naissance.
La mort de mes parents n’a pas vraiment été traumatisante. Ils sont morts au combat, dans une guerre causée par leur trahison envers une idéologie qu’ils avaient jurés de suivre, je ne peux pas les regretter. De toute façon, les liens familiaux ce n’était pas la marque de fabrique du clan.
C’est pour ça que j’ai décidé d’élever moi-même ma petite sœur Ariel, pour lui donner une vraie famille.
Ariel et Botzu, mon grand-père constituait ce que j’avais de plus cher au monde à cette époque, et pendant près de 6 mois, j’ai pu profiter de la vie à leur côté, en paix pendant que le clan traquait les Eldartz.
Mais ce qui devait arriver arriva et le clan découvrit la cachette des Eldartz. C’était notre dernière mission.


La dernière mission, la fin d'un clan.


C’était un massacre. Le peu de combattant qu’il y avait avaient été balayés et les combattants du clan s’en sont donné à cœur joie. J’avais acculé une femme portant son enfant dans ses bras, j’allais la tuer, comme je l’avais fait si souvent, c’était si simple de tuer….mais cette fois-là, en voyant le regard du gosse, je n’ai pu m’empêcher de penser à ma sœur….et j’ai suspendu mon geste. J’ai rabaissé mon sabre, et voyant cela mon grand-père a crié à la femme de fuir, loin.

Nous déposâmes alors les armes et nous nous sommes agenouillés au sol, refusant de combattre des innocents.
La tuerie fût longue, mais nous sommes resté jusqu’au bout. C’était en partie notre faute si ce massacre avait eu lieu, nous devions en assumer toutes les morts.
Et pendant que les dernières flammes mourraient et que les dernières bâtisses s’effondraient, j’ai ressenti une pointe dans le dos. C’étaient des membres du clan.

-Relevez-vous et suivez-nous, ne croyez pas que votre abandon restera impuni.

Nous avons donc été jugés. Je m’en souviens clairement, le chef du clan avec autour de nous le peu de survivant que la « guerre » avait laissé. Sa tête rougeaude m’avait toujours inspiré un certain mépris, mais plus encore aujourd’hui. Nous étions déjà coupables, mais Botzu me sauva la vie ce jour-là.

-Epargnez la vie de Zennithar, il n’a fait que suivre mes ordres, il n’a pas à payer pour la faiblesse d’un vieillard.

-Pourquoi pas, mais tu comprendras que nous ne pouvons garder un traîtres et ceux qu’il a perverti dans le clan. Zennithar et Ariel devront s’exiler et tu mourras Botzu, si tel est ton souhait.

Pendant qu’ils agenouillaient Botzu, le coup découvert, il me sourit et me dit de ne pas m’en faire. Ce fut bref, sa tête roula au sol. Il était mort rapidement, sans bavures. J’ai alors fait l’expérience de la haine, la colère. C’était froid, très froid, mais tellement intense à la fois. Je n’avais qu’une certitude : ils souffriraient.

J’ai pris le temps de cacher Ariel, puis je suis revenu au clan. Affaibli comme il l’était par la « guerre », il ne restait plus qu’une vingtaine de soldats. C’était presque facile, je les ai tués, pour la plupart dans leur sommeil. Mais quand l’alerte a été donnée, il était déjà trop tard. C’était un carnage. Je haïssais chacun de ces meurtriers comme je me haïssais de les avoir suivis. J’étais implacable, je n’ai épargné personne. Et c’est un camp vide que j’ai laissé derrière moi.
Ma colère retomba comme le vent, et je retournai chercher Ariel.

-On ne rentre pas au clan Zenn ?

-Non Ariel, c’est fini, il n’y aura plus jamais de clan.

-Que va-t-on faire alors ?

-Etre libre.


Un nouveau départ.


Un jour, Botzu m’a dit : « Vis ta vie au gré du vent, mais ne perds pas de vue ceux que tu aimes, ce sont eux qu’il faut protéger de la tempête. » J’ai appliqué ce principe à la lettre. Et nous avons voyagé à travers le monde pendant ces trois dernières années. Bon c'est vrai, au début ça ressemblais plus à une fuite qu'autre chose, j'avais peur que les éventuels survivants du massacre du village ne soient mis en tête l'idée de se venger. Je pensais notamment à la femme et à son enfant que nous avions épargnée, elle avait mille raisons de nous haïr et je craignais de voir placarder mon affiche aux abords d'une taverne.
Mais au bout de deux semaines, rien, aucun écho de quoi que ce soit. Pourtant, un massacre d'une telle ampleur aurait du faire du bruit si les survivants avaient voulu aller voir les autorités. M'enfin, il était inutile de s'inquiéter d'avantage et je comptais bien profiter de ma toute nouvelle liberté avec ma sœur. La jeune femme avait peut-être eu la même pitié à mon égard que celle que j'ai pu avoir pour elle qui sait? Quand aux possibles survivants, ils devaient sûrement chercher à se cacher plus qu'autre chose. En tout cas j'avais maintenant la possibilité de faire table rase et de prendre un nouveau départ.
J’ai continué à explorer ma magie et à élever Ariel comme je le pouvais en voyageant à travers le monde et en lui faisant découvrir toutes les merveilles qu'il pouvait posséder.

Avec les événements de l’an 792, j’ai décidé de revenir à Fiore avec Ariel, qui sait peut-être qu’il était temps de rencontrer des gens et puis Ariel, qui a 5 ans maintenant, a besoin de plus que des voyages et un frère.

Nous nous sommes rendus sur les ruines de Crocus et nous nous sommes installés dans un premier temps, dans les ruines d’une maison restante. Ariel a déjà commencé à décorer l’endroit avec ses anciens posters de mage. Au final je pense que l’endroit peut me plaire. Ariel en tout cas est ravie, c’est l’essentiel.
Qui sait vers quoi je vais me tourner maintenant….on verra bien où me porte le vent.
 






Magie Principale
Anémos Fili

Bon ok c'est un joli nom pour éviter de dire "le vent". Zenn tire l'essentiel de son pouvoir du vent et de l'air qui l'entoure. Sa magie ne lui permet évidemment pas de contrôler le vent des autres cela va de soit.
Plus qu'une magie, c'est pratiquement une symbiose, puisqu'il se comporte comme un vent...changeant.




Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Lun 25 Jan - 5:29

avatar
Zenn

Sabertooth

Click

Hm voilà je post pour dire que ma fiche est prête à être lue et vérifiée!

Bonne lecture ! glasses
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Mar 26 Jan - 22:39

avatar
Adrien Campbell

Golden Crown King

Click

Bienvenue à toi sur Fairy Tail RPG! Je suis celui qui s'occupera de ta fiche. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à répondre à ma suite ou à m'envoyer un mp. Lorsque les modifications demandées seront effectuées, réponds à ma suite pour l'indiquer!

Psychologie :
J'aimerais connaître son avis vis-à-vis des guildes de mages, de ce qu'il pense de la situation des mages actuelle et son opinion concernant la nouvelle Reine de Fiore.

Background :
J'ai beaucoup aimé! C'est très complet! J'aimerais cependant savoir si la femme t'as dénoncé aux autorités ou bien la raison pour laquelle elle ne l'a pas fait (je sais que c'est évident si c'est le cas mais je veux le voir What a Face )

Magie :


Conclusion, pour une première fiche à vie je la trouve très bien! Tu as quelques modifications à faire, des modalités de routine en soi. Rien de grave Wink
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Jeu 28 Jan - 1:44

avatar
Zenn

Sabertooth

Click

Déjà merci du temps passé sur ma fiche, et ensuite TADAM! J'ai modifié la plupart de ce qui posait problème, faudrait peut-être juste qu'on parle un peu des limites de puissance au niveau de la magie.

( oui j'ai encore du mal à fixer une limite pour impact sans trop savoir jusqu'à quel niveau de puissance les autres mages peuvent aller ^^)

Par le chat ou message privé si pas possible de se croiser, ou par skype carrément ça serait plus pratique.

Voili voilou c'est tout pour le moment. bye
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Lun 1 Fév - 0:36

avatar
Zenn

Sabertooth

Click

Up j'ai apporté toutes les modifications, y compris pour la magie.

firedup
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Lun 1 Fév - 19:19

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Zenn a écrit:
faudrait peut-être juste qu'on parle un peu des limites de puissance au niveau de la magie.

( oui j'ai encore du mal à fixer une limite pour impact sans trop savoir jusqu'à quel niveau de puissance les autres mages peuvent aller ^^)

Par le chat ou message privé si pas possible de se croiser, ou par skype carrément ça serait plus pratique.


Sorry, je suis pas passée parce que je pensais que tu tenais à cette discussion avant que je passe sur ta fiche Hm

Du coup voilà mes commentaires après tes modifications:

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Lun 1 Fév - 20:34

avatar
Zenn

Sabertooth

Click

Up, t'inquiètes pas pour le passage c'est juste que j'ai fit un tour du côté des entraînements réalisé pour me donner une petite idée avant de t'en parler. Du coup j'ai modifié avant de te voir^^

Pour la lame, les épaisseurs ok c'était largement trop, j'ai largement réduit la puissance.

Pour l'impact, je l'ai assez mal expliqué, mais c'est 185m le diamètre maximal atteint au palier 35000 de maîtrise magique, qui est je crois, le palier max du forum corrigez moi si je me trompe. Shocked
Et du coup dis moi c'est encore trop grand comme zone d'effet max.

Pour la tornade, il met 3sec à l'étendre d'un mètre, j'ai pris la moitié du temps qu'il gagne pour maintenir sa technique, eh bien pour qu'il puisse l'agrandir et la maintenir un petit peu après (en gros 3sec pour l'agrandir et 2 pour la maintenir une fois agrandie ).

Voilà voilà! 8
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Lun 1 Fév - 21:04

avatar
Natsu Dragneel

Fairy Tail

Click

Super! Merci! Du coup je te valide ( cette coïncidence de valider les gens à chaque fois que je tombe sous ce compte haha )

Je te donne ta couleur, tes points de départ et tout à l'instant! Si tu as des questions au fil du jeu, n'hésite pas à contacter le staff!

Bon RP Wink
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   Lun 1 Fév - 21:26

avatar
Zenn

Sabertooth

Click

Nice merci!

Pour le compte qui sait...peut être que tu réfléchis moins pour rentrer dans la peau du personnage tongue
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Vis ta vie au gré du vent.   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣
» vent malin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Avant-Propos :: Vous et votre Personnage :: Saber Tooth