Partagez | .
Aller à la page : 1, 2  Suivant
En paix ou en guerre? [Enya]
 MessageSujet: En paix ou en guerre? [Enya]   Mar 29 Déc - 3:05

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

En paix ou en guerre?
Enya Taylor



L'annonce de Chris a fait le tour du monde... elle s'est même rendue sur cette petite île isolée de tout le monde. Kai était le premier à être rivé à l'écran en criant : « REGARDE PAPA! C'EST TONTON CHRIS! » J'ai arqué un sourcil et j'ai changé de pièce presque en même temps que Fred qui tournait dans son bol le mélange à gâteau. Jin est venu nous rejoindre parce qu'il ne comprenait pas trop ce qui se passait et pourquoi tout le monde s'était dirigé au salon. Je regarde l'écran et je suis dégoûté, carrément. Alors que le Conseil a tombé avec ses échecs, le voilà à vouloir gouverner les mages avec d'autres mages. Ah oui... et tu penses que c'était pourquoi qu'on se battait sous le flambeau de Crimson Hound, Chris? Pourquoi penses-tu qu'on a du verser du sang à Crocus? Pour notre liberté idiot... et tu viens tout gâcher avec ton grain de sel.

Qu'on soit gouvernés par des mages de guildes ou par un Conseil, on restera fichés, menottés au pays. C'est pas comme ça que ça doit marcher. On doit pouvoir servir en toute liberté, pas se sentir oppressé par des gens qui pètent plus haut que leur cul. Alors que je m'en allais cracher parterre, c'est le regard enflammé de Fred qui m'en dissuade et me le fait ravaler. Je tourne les talons et sors prendre l'air. Les mains sur les hanches, je me dis que ces mages-là n'ont rien compris ou qu'ils tentent de se marcher sur la tête en voulant prouver qui c'est qui se vide mieux le côlon qu'un autre. Belle bande de merdeux ceux-là. Je soupire, j'ai travaillé dans le vide, on a travaillé dans le vide et des vies innocentes ont été sacrifiées pour rien du tout au final. Ils veulent gouverner plutôt que de régler le problème-même.

« Ce qu'ils font chier ces Fioriens. Ils ont rien compris! Ils méritent juste qu'on les regarde s'empiler les uns sur les autres et se chier sur - »

« Ton langage... »

« Je peux pas vous laisser ici encore une fois. J'ai enfin la paix et ma familleje peux pas m'en remêler, c'est leur problème à présent... »

« Mais Chris... c'est de la famille, non? Il a été sous ton aile... Et Damaz aussi, il mériterait bien une correction, tu ne trouves pas? Je suis certaine que lui aussi te fait chier! »

« Fred?! »

« Quoi!? Oh... merde! AH BORDEL! »

Elle aussi a de la difficulté à respecter ses propres règles. Même si Kai a grandi, il ne peut pas apprendre les mauvaises manières de son père, ça n'en ferait qu'un gamin désagréable et mal élevé... mais nous avons tous ce problème à régler... Je ris de Fred et Fred rit d'elle-même. Mon bras rejoint ses épaules et je l'appuie contre moi avant de déposer un baiser sur sa tête et nous faire rentrer à l'intérieur.

« Merde papa t'étais où? »

« Kai!! »

« Mais bordel de merde je vais où je veux, okay? Ah mer-RAAAAH! FOUTUE RÈGLE DE LANGAGE À LA C-... FFFFF***. »

Et cette fois, c'est la claque que je me prends derrière la tête. Elle a été violente celle-là, je l'ai sentie. Je frotte la presque-prune en grognant. Je regarde Jin et il a la même arrière-pensée que nous tous... sauf qu'on ne peut pas laisser Kai seul ici et il ne peut clairement pas venir avec nous. Jin lève les bras en nous signalant qu'on a le feu vert, mais que je devrai me démerder pour expliquer notre départ à Kai. Je soupire.

***

Kai a soufflé ses bougies, il a prononcé un voeu à voix haute sans même s'en rendre compte et ça me donne une idée. Je m'avance près de mon gars et m'accroupis à côté de lui. Bien qu'il ait l'apparence d'un gars de 18 ans, je sais qu'au fond de lui, c'est un gamin qui comprendrait que son père est un héros et qu'il doit aller sauver le monde et ramener oncle Chris à la maison. Je lui explique ça et sa réponse est: « HEIN?! TU FERAIS ÇA POUR MOI?! TROP COOL! Merci papa! » Je ne sais pas si j'aurais pu lui offrir un plus beau cadeau de fête que celui-ci. Fred lui ébouriffe les cheveux et lui souris avant de les rassurer en disant qu'on devrait revenir dans quelques jours.

« Tu sais par où qu'on devrait commencer? »

« Je n'en ai pas la moindre idée... »

« Suis-moi. »

Je nous amène sur la côte de l'île et je scanne les horizons à la recherche d'un moindre indice ou de quelque chose qui saurait nous être utile. Je sens quelque chose en mouvement. Un navire? « Je tiens quelque chose. » À son bord, on dirait des gens civilisés... Ils doivent bien savoir quelque chose sur cette annonce, invitation, truc qui me fait vomir à l'écran. Mon bras passe autour des hanches de Fred et je nous téléporte à son bord après que nous ayons pris le temps de nous mettre sous notre 31 pour passer incognito. Nous nous séparons et étant donné qu'elle a pris possession de l'avatar de la terre pour combiner avec sa maître de la pierre, ce sera facile de connaître nos états. J'observe beaucoup les invités à bord sans savoir vraiment à qui m'adresser. Un serveur passe par-là et je lui prends un vodka-martini. Je le renifle, ça sent la merde, mais si on veut être dans la peau du personnage, pas le choix. Puis il y a une dame de dos, rousse, séduisante aux courbes mises un peu trop en valeur. Je m'approche en me disant qu'une personne seule ce doit être « naturel » de lui poser des questions sauf qu'en même temps je bois une gorgée. Quand elle se retourne, je me mets à tout cracher parterre comme un abruti.

« Et bein et bein et bein... Cette coïncidence, qui y aurait cru? Tu fous quoi ici, hein? Tu m'espionnes, avoue. »

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Mar 29 Déc - 3:38

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

We are never ever getting back together
Senji Kiyomasa & Enya Taylor


Des fois j’y repense, assise sur le bord du lit, les bras croisés derrière la tête, à fixer bêtement l’autre bout de la pièce, un regard vite. Un cerveau vide. Des fois j’y repense, à l’invitation de Luka. Pouvais-je vraiment tout lâcher ? Pouvais-je vraiment partir, du jour au lendemain sans prévenir, sans dire un mot, à personne ? Est-ce que l’on s’en inquiéterait ? Est-ce qu’un jour, quelqu’un me demandera pourquoi je suis partie ? Probablement pas.

Cette question, cette fausse inquiétude sur un visage alors inconnu, je ne l’ai vu qu’une fois. Sans doute pas deux. Alors je relis sa lettre, un papier bleu, bleu glacé, un bleu profond. Je relis quelques lignes et je souris. Cela faisait bien quelques semaines devenues un mois…Un mois s’est écoulé depuis son départ ? Déjà ? Le temps passe si vite. Alors ses paroles me hante, une nuit sur deux. Ses mots reviennent comme une proposition. Une offre unique. Pouvais-je vraiment partir ?

Non.

Il ne fallait pas se leurrer. Ma vie était ici, j’avais encore tellement de choses à faire même si je ne savais même pas par où commencer. J’ai aidé Chris et sa prison et sa Abigail. En échange, il était venu ce jour-là. Peut-être n’aurais-je jamais dû le mêler à tout cela ? Peut-être n’aurais-je jamais dû requérir son aide. Peut-être devrions-nous faire nos vies séparément et se croiser occasionnellement. Peut-être que…

« - Aaaaaaaaaaahhhh ça me saoul tout ça. Pensée de merde !!!! »

Je me jette en arrière et rebondit légèrement sur le matelas tandis qu’on frappe à ma porte. Putain, foutez-moi la paix. J’en ai marre.

« - Qu’est-ce qu’il y a ?
- Je fais glisser la lettre sous votre porte…
»

J’entends le papier se faufilant non sans mal sur le carrelage et je me lève pour récupérer l’enveloppe. Il y avait un cachet au dos. Qui cela pouvait bien être ?

« - Allons bon….J’ai du travail. »

Un vol. Cela faisait longtemps. J’ai l’impression que depuis le temps, j’en ai oublié comment on faisait.
On parle d’une soirée sur un bateau de croisière et d’une cargaison intéressante. On parle d’un joyau ayant appartenu à une reine d’un pays étranger. Là, soudainement, ça parle un langage qui m’intéresse.

« - T’avais pas promis que tu ferais plus ça Enya ?
- Oh ta gueule Léviathan, personne n’en saura rien et ce n’est pas comme si je risque de croiser quelqu’un qui puisse me reconnaître. Ahaha, ça va être drôle aller !
- Même « lui » n’en saura rien ?
- Même lui…Je fais ça discrètement, ni vu ni connu.
»

***************

La soirée bats son plein, il y avait la noblesse, les dignitaires étrangers, des bourgeois en tout genre, que de monde. Cela ne m’étonne même pas vue le prix du billet pour monter à bord. Rien qu’une nuit coûte un bras.


Sur le pont, l’orchestre enchaîne les morceaux, les danses sont de plus en plus curieuses, les rires et les applaudissements camouflent les marchés et compromis fait en silence et j’attrape à la volée sur un plateau d’argent, une coupe de champagne.

Je compte le nombre de gardes présents à bord, j’attends que le plus gros de la clientèle soit ivre et tandis que je perds de vue un charmant jeune homme, je remarque cet homme juste devant moi. Le champagne manque de m’étrangler au passage tandis que j’avale de travers et qu’il aborde cet air suffisant comme à son habitude. Sur l’instant, je ne pus m’empêcher de sourire.

« - Je devrais te retourner la question. TOI , qu’est-ce que tu fous ici ? Je te manque déjà ? Cela serait tellement drôle ahaha ! Mais si tu veux, je veux bien avouer que t’espionner ne me poserais aucun soucis de conscience. »



FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Mar 29 Déc - 3:57

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

En paix ou en guerre?
Enya Taylor



Eh ouais, qui l'aurait cru? J'aurais du mieux sonder le bateau pour éviter des surprises comme celle-là. D'ailleurs, pourquoi elle respire encore? J'ai bien envie de poser la question à Fred sur le sujet. Une femme aussi dangereuse ne devrait pas être laissée sans surveillance comme ça.... sur un bateau en plus. Juste à la regarder, elle aussi elle me dégoûte et je sais même pas pourquoi... ah si c'est vrai, parce qu'elle est pas foutue de prendre ses propres responsabilités et de contrôler sa propre magie. Elle est un danger pour elle-même et pour les autres et elle n'a jamais essayé de changer ça. Mais non, faire des pactes avec des démons c'est pas si mal... pas si mal? Tu te fous de ma putain de gueule?! Et ce cratère, c'était quoi? Et ton enfer de vie, c'était quoi? Mais non, t'es trop bien dans ton malheur. Je t'ai tendu la main mais t'as préféré me tourner le dos. Nous tourner le dos... une vraie égoïste. Puis après, je me dis que c'est mieux comme ça...

« Toi? Me manquer? T'es sérieuse là? C'est surtout dans tes rêves que tu me manques parce que depuis que tu fais plus partie de ma vie, tout se passe À MERVEILLE! »

Bien sûr, devant tout le monde comme ça, sur le pont du navire, il faut qu'on ait cette discussion d'exs. Ils s'arrêtent, se retournent vers nous pour nous juger de faire ça au mauvais endroit au mauvais moment. Je leur fais un doigt d'honneur parce qu'ils n'ont pas d'affaires à se mêler de NOS affaires. S'ils sont pas contents, qu'ils aillent à l'intérieur! Et puis son non-soucis de conscience, elle sait ce que j'en ferais?! J'EN AI RIEN À FOUTRE.

« Et je n'aurais aucun soucis de conscience à te voir POURRIR au fond d'une cale d'un navire abandonné! »

Je tousse dans mon poing comme pour me resaisir parce que bon, je ne suis pas venu ici pour m'engueuler, mais bien pour obtenir des informations.

« Non, sans déconner, tu fous quoi ici? »

Parce que si j'obtiens aucune information, j'en connais une qui va me donner un coup de poêle en rentrant à la maison...

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Mar 29 Déc - 4:15

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

We are never ever getting back together
Senji Kiyomasa & Enya Taylor


J’ai envie de rire. De lui rire au nez. J’ai envie de lui jeter mon verre de champagne à la figure et de partir comme une furie mais je trouve ça bien plus plaisant que de rester plantée là, devant lui, à le regarder avec cet air hautain. J’aurais tout donné pour cet homme. J’aurais tout abandonné pour lui et pourtant, le moment venu, je n’ai pas su le faire. Je suis restée là, à le regarder partir, s’éloigner. Je l’ai voulu, je le sais. J’ai voulue beaucoup de choses venant de Senji alors qu’il avait si peu à offrir.

« - Oh ! Oh ! Regardez moi ça, MONSIEUR a une vie merveilleuse et parfaite ! Tu sais quoi ? BAH MOI AUSSI !! JE SUIS TELLEMENT MIEUX SANS TOI! MON DIEU QUELLE JOIE !!!!»

On a toujours tout fait dans la provocation parce qu’au fond, on fonctionne comme ça, lui et moi. Les gens se retournent, ils nous regardent étrangement. On sait qu’on dérange mais on ne bouge pas. Senji leur fait un doigt d’honneur tandis que je leur tire la langue. C’est tellement plus rigolo de choquer des nobles que de s’engueuler avec lui.

Il me voit déjà pourrir au fond d’une cale d’un navire tandis que je le vois déjà au fond de l’océan servir de repas à je ne sais quelle espèce de poisson. Parce qu’au final, il n’y avait qu’une légère frontière entre l’amour et la haine et même si je ne saurais dire si à l’heure actuelle on se déteste vraiment ou si tout n’est que comédie. Juste pour voir, qui de nous deux est le plus malheureux au fond de lui. Peut-être moi. Pour ne pas changer. Ça a toujours était moi. La malheureuse. L’infortunée. Ça a toujours été moi qui n’ai jamais su apprécier ce qu’elle avait et qui rejetait tout le monde. Ça a toujours été moi la peureuse, refusant son aide malgré les vents et les tempêtes que l’on avait traversés ensemble.

Le ton baisse soudainement et je pose ma coupe vide sur la table du buffet. Il cherche des informations, comme moi.

« - Je fais du tourisme, pourquoi ? Je n’ai pas le droit de profiter de ma richesse personnelle ? Voyons, tu me connais, à ton avis, qu’est-ce que je fais au milieu de tous ces comptes en banque sur pattes ? Je n’ai pas changé sur ce point-là. Et toi ? Tu viens faire quoi ici ? »

C’est donnant donnant mon ami. Je te donne l’info sur ma présence, tu me donnes l’info sur la tienne histoire que l’on soit quitte.
Qui aurait cru qu’un jour, je finirais par retomber sur toi et ton sale caractère de cochon ? Vraiment, quelle soirée pourrie.

Certains curieux nous regardent encore, de temps en temps, se cachant derrière des éventails et de faux sourires. Ce que je peux avoir en horreur ce genre de comportement hypocrite.

« - Quoi ?! Vous voulez ma photo peut-être ? Tronches de cake… »




FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Mar 29 Déc - 13:21

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

En paix ou en guerre?
Enya Taylor



Oui Enya, ma vie est merveilleuse et parfaite depuis que je suis parti de Fiore. Plus de soucis, plus d'angoisse, plus personne sur qui gueuler parce qu'il ferait mal son job. Je n'ai plus à me soucier du futur d'un pays entier. La seule chose dont j'ai à me soucier, c'est que mon fils ne manque de rien et ça, c'est tout à fait normal et naturel dans une famille. Autant pour lui que pour moi, ou que pour Fred ou Jin. Merveilleuse et parfaite, sous la protection des avatars de toutes les espèces. Je n'ai pas à me soucier d'un second kidnapping ou d'un possible meurtre. Ce sont des êtres honorables qui sont tous liés par leur nature et crois-moi, je suis bien content de faire partie d'eux.

Et toi Enya, dis-moi ce qu'il y a de si bien dans ta vie? Sur ce navire, je vois bien que personne ne t'accompagnes, que personne ne veille sur toi. Serais-tu retournée dans la solitude par hasard? Et le tourisme, c'est vraiment une plate excuse sérieusement. T'as jamais fait de tourisme, tu ne peux pas te le permettre. Tout le monde connaît ta tête et plus ça va, plus je me dis qu'ils ne nous regardent pas pour notre engueulade, mais parce qu'ils te reconnaissent surtout. Ils parlent de toi, ils chuchotent à savoir comment dire tout ça à la garde sans que tu saches qui a osé le faire. Tu es sûrement venue en mission ou comme je l'ai prédit, tu m'espionnes. Tu profites de ma sortie de mon île barricadée pour me faire chier, c'est ça?

« Du tourisme aussi. Tu penses vraiment que je serais sorti de chez moi habillé comme ça pour une mission? Franchement, tu me connais mieux que ça... »

Quand je la regarde, je n'y vois plus rien de bon. Autant avant elle avait du potentiel que maintenant, c'est une traîtresse dont même sa robe de soirée devrait se méfier. Je l'aurais cru loyale, j'aurais cru que ces sentiments seraient vrais mais au final, cette relation m'a donné que comme impression que c'était de l'amour à un sens et que je me suis investis dans quelque chose qui n'aurait jamais duré. Au fond, toutes ces crises de nerf qu'elle m'a pété au visage, c'était parce qu'elle arrivait pas à me dire qu'elle ne m'aimait pas, que j'étais aussi significatif pour elle qu'un demi-frère perdu dans le coin d'Iceberg. Et ça, ça m'a fendu le coeur en deux, ça m'a fait voir plus grand et c'est pour ça que je me suis laissé emporté dans le jeu de la mère de Kai ou même de Fred. Parce que je vois cette étincelle dans leurs yeux qui me permet de percevoir ce sentiment comme véritable et profond.

Enya se retourne à nouveau vers les invités pour les insulter et au même moment, une main se pose sur mon torse avant que son index monte sous mon menton. « C'est là que tu te cachais toi... » Fred a terminé sa ronde. Il n'y a sûrement rien de louche à signaler si elle est de retour aussi rapidement. Puis elle se tourne pour voir à qui je parle. « Ihhh! Enya! Ça... ça fait longtemps... ha... ha... » Puis je sens Fred s'appuyer contre moi inconsciemment. Je comprends pourquoi elle respire encore... c'est qu'elle a vu de quoi elle était capable et elle ne s'est pas sentie en mesure de faire le boulot sans risquer d'y passer.

« Ça va aller chérie, on fait que discuter... »

Elle n'a soudainement plus envie de rester ici dans notre discussion. « Bon et bien... vous avez sûrement des choses à régler pas vrai? Je vais... ahem... boire un verre. » Elle quitte mes bras, prend un champagne qui passe tout près d'elle et se cherche une proie à interroger en essayant de pas penser à cette personne à bord.

« T'as vu l'annonce de Chris, toi? T'en penses quoi? »

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Mer 30 Déc - 4:11

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

We are never ever getting back together
Senji Kiyomasa & Enya Taylor


« Tu me connais mieux que ça. » Quelque part, j’ai l’impression que cette phrase sonne faux. J’ai l’impression qu’il y a plus ou moins, j’ai l’impression qu’il existera toujours cette part d’ombre en toi, celle qui ne te quittera vraiment jamais, celle derrière laquelle j’ai essayé de me cacher un nombre incalculable de fois parce que ton monde à ce moment-là, devenu le mien, a su m’attirer dans ses bras. On se ment, on se regarde, on se pose des questions aussi naturellement possible comme si tout ce qu’il s’était passé n’avait jamais existé. Mais dis-moi Senji, qu’est-ce qui rends ta vie meilleure ? Pourquoi avoir quitté tout ça pour réapparaitre aujourd’hui ?

Tu sais, j’aurais eu envie, de te parler d’eux. De ces deux hommes.

J’aurais eu envie de te dire que j’ai changé grâce à eux ou à cause d’eux, qu’importe. J’aurais eu envie de te montrer que je suis différente mais étrangement, je n’ai pas envie de mentir. Je n’en ai pas le cœur. Je n’en ai plus le cœur ou plus devant toi. Quelque chose me laisse à penser que cette rencontre dû au hasard et certainement la dernière. Alors est-ce là tout ce que l’on avait à se dire pour une dernière fois ? Au fond, ça me va. Je n’ai pas envie de faire dans le sentimentalisme ni dans la nostalgie. Toi et moi, ce qu’il y a eu ou ce qu’il y aurait pu avoir, c’est du passé. C’est derrière nous maintenant. Cela paraît même être irréel que de penser qu’un jour, toi et moi, on s’est simplement aimé.

Parler de tourisme en étant habillé comme un pingouin ne te corresponds pas et tous les deux nous savons quand l’autre sort un mensonge plus gros encore que le précédent. Tu sais que je ne suis pas là pour le tourisme et je me doute que tu n’es pas là pour ça non plus. Tu as beau dire tout ce que tu veux, j’ai appris, avec le temps, à différencier certaines nuances dans ta voix.

« - Je t’aurais bien dis que ça te vas bien d’être habillé comme ça, mais je n’ai pas envie d’être gentille ce soir alors je te dirais simplement que t’as l’allure d’un pingouin. Et la démarche d’un manchot. »

Parce que je n’ai jamais su faire des compliments et dire des trucs « gentils » ou juste faire plaisir à quelqu’un, ça me dépasse par moment. Même pour eux, je ne lève pas le moindre petit doigt. Qu’ils se débrouillent.

La foule chuchote à voix basse, certains regards ne nous quittent plus et je me doute que cela n’est pas dû à notre scène de ménage mais à ma présence. Je ne suis pas folle. Je sais très bien que le moindre écart me fera arrêter. Moi qui pensais pouvoir m’offrir une nuit de folie.

Soudain une voix se mêle aux nôtres. Elle a quelque chose de familier. Quelque chose…

« - Fred…Quel plaisir que de te revoir ! »

C’est faux mais à les entendre, je comprends inévitablement qu’elle a réussi à avoir ce qu’elle a toujours voulu. Il leur en a fallu du temps. Même à Crimson elle abordait cet air triste, soucieux, préoccupé dès qu’il s’agissait de Senji. Elle a toujours été cette étoile, brillante, au-dessous de sa tête, cette bonne étoile qui veille sur nous. On dirait bien qu’elle aura toujours à l’œil maintenant et l’entendre lui dire « chérie », ne déclenche même pas une seule réaction en moi.

Je le sais, c’est fini. Bien avant que cela n’ait eu le temps de commencer.
Tu en aimes une autre, j’en aime un autre. On a fait nos vies chacun de notre côté. Quoi de plus normal ? Pourtant, il fut un temps entendre ce mot, aurait déclenché plus d’une tempête à l’intérieur de moi. Ces crises de jalousies incontrôlables et subites, ces choses que j’aurais aimé entendre ou que j’ai feins de ne pas avoir entendus. C’est étrange.

Enfin, la conversation débouche sur le nom qui jusque-là, n’était pas sorti de la soirée. J’aurais espéré que ce nom ne sorte pas. Je n’aime pas parler de lui.

« - Ce que je pense de quoi ? De Chris en lui-même ou de ses folles idées ? »

Ce que j’en pense ? Moi-même je ne le sais pas vraiment. Je sais que je l’ai aidé quand il en a eu besoin. Je sais que j’ai construit cette prison qu’il voulait tant pour mettre derrière les barreaux les gens qui perturbait l’ordre, les gens comme moi, il le savait lui aussi, qu’un jour, il allait devoir m’y mettre mais dans mes souvenirs, il m’avait garantie garder le meilleur bout de steak. En espérant qu’il ne trahisse pas ses propres paroles.

Si l’on me demandait ce que je pensais réellement du maître, je dirais comme beaucoup que c’est un héros de part tout ce qu’il a fait et fera. Je dirais comme beaucoup que c’est un homme juste et honnête et que malgré toute cette folie rependue sur le pays, il est peut-être le seul à réussir à garder sa tête sur ses épaules.

Mais….

Si l’on me demandait ce que je pense de l’homme derrière ce déguisement, je tiendrais sans doute un tout autre discours. Daryan Chris Illunar est un homme brisé réussissant à peine à se recoller lui-même ou faisant fi de réussir à survivre, pourtant, il faut l’avouer, c’est un survivant. Il est fort, téméraire, un brin suicidaire et fais souvent passé les autres avant lui-même. Mais plus le temps passe et plus il s’enfonce, petit à petit, tout doucement, il s’enfonce dans les abîmes, sans qu’il ne s’aperçoive réellement de leur présence. Il se fera manger tout cru un jour mais je ne serais certainement pas là pour voir ça.

« - Je pense que ce qui a été dit ce jour-là est une bonne chose sinon, je ne l’aurais pas aidé. Tu sais, encore aujourd’hui quand j’y pense à son projet, je me demande pourquoi je l’ai fait mais sur l’instant, il avait besoin d’aide et il s'est retourné vers moi.»

J’attrape un hors-d’œuvre pour m’empêcher d’en dire plus et tamiser cette envie de vouloir tout lui dire. Cette envie de lui montrer que depuis qu’il est partit, depuis ce jour-là, les choses ont changées. Je me suis battue. Tu vois ? Contre moi-même, ça a été le plus grand de mes combats jusqu’à présent et je sais qu’au fond, ce n’est pas finis. Cela ne sera jamais vraiment finit. Mais pour la première fois de ma vie depuis longtemps…Je suis juste heureuse.

Dans la foule, mes yeux se posent sur Fred qui circule ici et là, belle et élégante comme elle a toujours été. Charmante. Sincère.

« - Tu me croiras si je te dis que je suis heureuse pour toi ? »

Surement pas. Je n’ai jamais été sincère et honnête.

« - Et donc ? Du tourisme hein ? Tu me prends vraiment pour une conne ou alors tu mens très mal. Qu’est-ce que tu viens faire à bord avec Fred, Senji ? Lune de miel peut-être ? »





FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Jeu 31 Déc - 21:25

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

En paix ou en guerre?
Enya Taylor



J'espère que t'es heureuse Enya. Je ne sais pas quel cheminement tu as emprunté, ni où tu résides si tu résides quelque part, si quelqu'un partage ta vie, si tu es en santé, si tu aimes ce que tu fais, si tu es vraiment montée sur ce bateau pour m'espionner ou prendre du bon temps, mais je ne peux pas te souhaiter du malheur parce que si le malheur soit tomber, il te tombera dessus au moment opportun. Pour le moment, vis ta vie comme tu le désires sans toucher à ma famille ou à ceux qui me tiennent à coeur, sans tout détruire autour de toi, sans t'attirer les foudres de tous les pays, sans trop souffrir de ton parcours dangereux... ou sans briser le coeur d'un homme. C'est peut-être la dernière fois qu'on se verra de notre vie et pourtant tous ces voeux de bonne foi, je ne les prononcerai pas parce que j'ai de l'orgueil et que je veux que ce malheur te tombe dessus.

Tu ne m'as pas seulement brisé le coeur Enya, tu m'as aussi trahi et tu ne sembles même pas être préoccupée par ce que tu as faim. T'es instable mentalement comme magiquement. Tu ne sais pas ce que tu fais, tu te fous des conséquences, tant que tu survis. Que tu aies l'air d'une lâche ou d'une minable, l'important c'est que tu t'en sors en vie... sauf qu'un jour comme tout le monde, tu vas y passer. Peu importe ce que tu fais ou comment tu te comportes, la Mort guette, la mort attend patiemment que ton tour vienne. Tu es une âme qui la fait baver, une âme comme elle les aime, une âme sans conscience, libre et libérée de tout poids ou influence de la vie. T'es légère à sa digestion, un pur délice qu'elle prendrait à toute heure. La vie te rattrapera et à la mort tu succomberas.

« Pas envie d'être gentille », je croirais entendre une enfant, une apprentie vilaine qui apprend encore à dire des méchancetés comme à la petite école. J'arque un sourcil jusqu'à ce que j'entende son « insulte ». Un pingouin qui marche comme un manchot. Je lève les yeux vers le ciel en soupirant. J'ai envie de dire « vraiment? » Est-ce que c'est tout ce qui te reste dans ton jeu, Enya? Ça en est banal, redondant, comme si tu ne sais plus quoi dire, vide de vie, d'espièglerie comme tu possédais si bien avant. J'ai l'impression de faire face à une coquille vide. Sans cervelle, sans volonté de vivre. Il est passé où ton sourire? Tu veux que je réponde à ça? Que je te traite de limace tellement ta robe est serrée? Tu crois que j'ai quel âge à penser ne serait-ce une seconde que je répondrai à ces commentaires futiles? Je secoue la tête et dépose ma boisson sur un plateau vide parce qu'elle est dégueulasse.

Elle me pose une question. Je parlais de Chris ou de son idée stupide? Tu crois quoi? J'en ai rien à foutre de si tu le détestes ou si tu couches avec lui le dimanche pendant la messe. Je veux savoir ton opinion sur sa connerie qu'il a diffusée, la connerie dont il a forcé la diffusion. Je suis encore surpris qu'il soit libre à cette heure-ci étant donné qu'il a violé le temps d'antenne de plusieurs chaînes. Je croyais que la sécurité s'était renforcée à Fiore, mais apparemment ils tolèrent plutôt bien l'illégalité... surtout au profit de certains. C'est le monde à l'envers. Autant mettent-ils tous leur priorité sur les mages du Conseil en fuite qu'ils laissent marcher les véritables prédateurs... Ça me fait bien rire.

Enya me répond enfin... et ce n'est clairement pas la réponse à laquelle je m'attendais. C'est...« une bonne chose »...? Elle est sérieuse? Elle est sérieuse. À la voir en parler, on croirait qu'elle le prie comme un messie. Le messie est venu, il a demandé de l'aide, elle l'a aidé sans se poser la moindre question. Tu sais, si j'étais pas aussi civilisé aujourd'hui, si nous étions six années en arrière, je t'aurais sûrement crachée au visage, versé ton champagne sur la tête et t'aurais frappé avec une chaise. Mais là vois-tu, je me contente de rire. Je ris, je ris jaune, je fais semblant de me bidonner, je force un rire et ça paraît beaucoup. Je m'arrête d'un coup parce qu'on a assez d'attention comme ça...

« C'est une blague hein c'est ça? Attends... elles sont où les caméras qu'on rit ensemble? »

Le sarcasme cesse, comme mon sourire cesse d'exister à cet instant.

« J'espère que t'es consciente qu'à cause de toi... non, à cause de vous les mages vont être fichés. Leur liberté va être brimée Enya, complètement effacée! Ils seront enchaînés à leur statut parce que d'autres putains d'enfoirés de mages plein de merde ont décidé de s'auto-proclamer Conseil. Non mais... LE CONSEIL QUOI! C'est ce contre quoi on se battait, toi, moi, Chris, Damaz, tout le monde! Et vous, vous l'avez ramené comme des égoïstes parce que vous voulez gouverner la mère de votre voisin. Personne n'a eu le droit de voter là-dessus je parie... Vous l'avez imposé à tout le monde, pas vrai? Vous êtes dégueulasses, de vrais enfants de chienne qui me font vomir. »

Je soupire, j'en ai gros sur le coeur. Il fallait que ça sorte, qu'elle sache qu'elle a fait une des pires erreurs de sa vie. Elle essaie de me faire croire qu'elle est heureuse pour moi. Ouais c'est ça... et moi je suis la fée des dents! tu ne peux pas être heureuse pour les autres si tu n'es pas heureuse pour toi-même Enya. Arrête de mentir comme tu respires, arrête de te mentir. Je me contente de soupirer et de la dévisager parce que c'est ce qui se conforme le mieux à la situation. En plus, elle insiste. Elle sait que j'ai dit de la merde... comme je sais qu'elle dit de la merde. Je la prends pour une conne ou je sais pas mentir? Un peu des deux...

« Je suis un très mauvais menteur, tu le sais. Contrairement à toi je vis dans la vérité... »

Sauf que je me plie, encore et je réponds à sa question.

« J'ai besoin de savoir où cette merde va se dérouler et quand. Je me suis dit qu'un bateau bondé de gens riches, il doit y avoir pas mal de rumeurs qui circulent et que ce serait le bon moment de m'informer. Mais bon étant donné ce que je viens de te dire sur le sujet, je doute que tu daignes me donner ce que je veux... et je n'ai rien à offrir en échange non plus. Alors si tu veux bien m'excuser, j'ai des réponses à obtenir... »

Je quitte notre conversation pour rejoindre Fred qui fait déjà la conversation à un couple. Ensemble, nous réussirons sûrement mieux à obtenir ce qu'on veut. Et si Enya voit la réalité en face, peut-être qu'elle réalisera ce qu'elle a fait et qu'elle parlera, mais j'en doute.

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Dim 3 Jan - 2:55

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

We are never ever getting back together
Senji Kiyomasa & Enya Taylor


Au fond, s’il n’y avait pas eu tous ces gens, est-ce que l’on se serait battu toi et moi ? Est-ce que l’on aurait essayé de se jeter l’un et l’autre par-dessus bord ? Peut-être pas. Tu peux hausser le ton, tu peux clamer ton opinion mais depuis quand n’es-tu pas retourné à Fiore ? Depuis combien de temps n’as-tu pas réfléchis Senji ? Les mages fichés ? Leur liberté brimée ? J’ai juste envie de rire. C’était déjà le cas avant. Bien avant. Mais tu dois le savoir non ? Le Conseil est tombé, tout seul, sans que toi, moi, Damaz ou Chris ai eu quelque chose à faire ou à dire. Le Conseil est tombé de lui-même, se noyant dans sa trahison et dans la corruption à laquelle il a été confronté. Le Conseil est tombé et les mages...Eh bien…Disons qu’être mages à l’heure actuelle n’est pas vraiment une bonne chose. Autant certains s’en remettent, autant, ceux qui ont tout perdus, crachent sur tous ceux osant se dire « mage ». Le pays est au bord de la guerre civile…Et ni moi, ni lui ne voulons ça. Alors tu peux bien rire et prendre cela comme tu veux, je m’en fiche. En fait, ton avis ne compte plus. Il fut un temps où cela aurait compté, vraiment. Il fut un temps où j’aurais tout fait…Pour te montrer que je partageais le même rêve que toi mais aujourd’hui, mon rêve est différent et se rapproche de celui que tu traites d’égoïste à l’heure actuelle.

Nous sommes tous égoïstes. T’es partis, arrêtant de te battre. Tu as disparus, abandonnant le champ de bataille alors ton avis, tu peux te le foutre où je pense. Lui, il est resté. Malgré tout. Malgré les pertes, le chagrin et la douleur. Nous sommes tous restés là-bas et ce n’est pas l’envie qui nous manque de tout claquer pour partir loin de toute cette merde. Mais on est restés là…Debout et fier, comme si tout ce qu’il venait de se passer ne s’était jamais produits. Je ne sais pas vraiment ce que pense Chris et peut-être ne le saurais-je jamais. Tant mieux. Je n’ai pas envie de savoir à quoi il pense. Je n’ai pas envie de savoir ce qu’il veut faire. Ses rêves et ses espoirs, ça ne me regarde pas. Il peut bien former un nouveau Conseil si ça lui chante. Je m’en fou. J’irais le détruire. Il le sait.

Il le sait, que je serais sans doute la première personne qu’il trouvera à sa porte, un beau matin, quand les choses n’iront pas. Je suis comme ça.

« - Tu peux nous insulter autant que tu veux mais celui qu’est partit n’a pas son mot à dire. Si t’as envie de hurler que ça ne te plait pas, va donc voir Chris. Je lui en devais une, je l’ai aidé, point. On est quitte. Maintenant, baisse d’un ton et range ton humeur de chien de leader de pacotille…Les choses sont comme elles sont. Tu veux les changer ? Va à Fiore. »

Le reste de la conversation ne fait que me frôler. Contrairement à moi….
C’est vrai, je vis dans le mensonge. Dans la traîtrise, dans la manipulation et tout ce qui peut m’aider à survivre, un jour de plus. Mais ce n’est pas nouveau. J’ai toujours été comme ça. T’as juste pas su le voir plus tôt. Je vis des services que je rends et c’est en mon âme et conscience que j’ai construit cette prison sous un lac. J’y finirais peut-être mes jours…Ou peut-être pas car comme je l’ai construit, j’en connais deux ou trois défauts. Rien n’est parfait tu sais.

Aujourd’hui encore, je vis dans le mensonge. L’homme que je croyais, avoir toujours aimé, est bel et bien vivant. Celui que je pense aimer est un mégalomane aux idées plus que tordues. C’est compliquer. Tout ça. En fait la seule et unique vérité dans tout ça…C’est que je serais bien incapable de choisir entre ces deux-là. La vérité, c’est que comme toi, j’ai envie de suivre le premier, qui pourrait m’emmener loin de tout alors que le second…Je ne sais même pas de quoi demain sera fait avec lui.
Je peux juste l’attendre.

Alors tu peux bien me tourner le dos et partir. Va la rejoindre. Tu ne poses jamais les bonnes questions tu sais ? Avant de partir, tu pourrais simplement demander. Pose-les tes questions. J’y répondrais. Franchement. Parce qu’à toi, rien qu’à toi, je n’ai pas envie de mentir. Pas ce soir.

« - C’est ça…Bon débarras. »

Ça fait mal. De se dire qu’on n’est pas capable de se parler sans hurler, sans s’insulter. Sans se prendre la tête mutuellement juste parce que nos idées divergent alors qu’elles convergeaient auparavant. Ça fait mal. De se dire que te voir me tourner le dos, me fais quelque chose. Je ne veux même plus y penser. A tout ça. A toi. T’as qu’à disparaître. J’étais très bien sans toi et sans tes leçons de morales à deux jewels. Sans toi et ton imposante volonté à vouloir changer le monde.

Le monde change tout seul, il n’a pas besoin de nous.

Je te vois partir et j’en fais de même. Je sais que les gardes me suivent du regard. On sait tous qu’au moindre faux pas, ils me sauteront dessus mais si je suis là, ce soir, ce n’est pas pour me prendre la tête avec un fantôme d’un passé lointain. Aujourd’hui, je viens travailler. Ce soir, je viens voler. Parce que c’est la seule chose que je sais véritablement faire. Ça et les erreurs humaines. Je suis douée dans ce domaine.

De toute façon, je ne suis certainement pas la seule à bord, venue pour la cargaison. Je le sais. C’est comme si je pouvais deviner, à travers cette foule de riches, qui était qui. C’est drôle. Va-t-on devoir se battre pour un joyau ? Cela serait intéressant.



FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Dim 3 Jan - 20:21

avatar
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

En paix ou en guerre?
Enya Taylor



D'après elle, je n'ai pas mon mot à dire sur ce qui se passe à Fiore et ce qu'ils en font. Tout ça parce que je serais parti? J'y étais à ce moment-là, j'y étais au moment où tout a explosé, au moment où j'ai vu que Jin avait échoué, au moment où il était justement sensé sauver Crocus. À ce moment-là, disons que j'étais déçu de sa performance jusqu'à ce que je vois à quel point cet événement a dérapé. Je lui avais même demandé si tout ça faisait partie de son plan. Il m'a répondu positivement avec une once de mensonge. En fait, il n'a pas été capable d'accomplir sa mission et la chute du Conseil n'était qu'une coïncidence. J'aurais pu sauver Crocus, j'aurais pu transporter la bombe dans un désert en claquant des doigts, mais il fallait que je parte. Le Conseil était déjà à nos portes, Elena Vandervald ne me semblait nullement réceptive et je ne pouvais pas permettre à tout le monde de voir mon visage. Il me fallait une sortie parfaite.

Ton excuse n'a pas raison d'être Enya. Vous avez changé les circonstances en votre faveur. Vous avez décidé que les mages devaient continuer d'être menottés peu importe qui ils sont. Aider quelqu'un sans réfléchir juste parce qu'il t'a donné la pareil ne te permet pas de me fermer la gueule comme tu le fais. Je suis parti parce que les choses se déroulaient comme sur des roulettes jusqu'à ce que vous inventiez vos propres règles et que vous vous laissiez corrompre par votre côté mégalomane. Elle me dit que pour changer ça, je dois moi-même me rendre à Fiore... encore. Parce qu'on dirait que y'a que moi que tout ça dérange, parce qu'on dirait que y'ait que moi qui ai les couilles de le faire et de le dire à voix haute sans me gêner, sans peur ni regret. Et toi, tu laisses tout ça se faire sans dire quoi que ce soit? Tu t'en fous, pas vrai? Tu t'en fous parce que tu n'as pas croisé quiconque d'assez fou pour t'arrêter. Je ne me gênerai pas si l'occasion se présente. J'ai une priorité, je dois rester fixé sur elle sans diverger en me laissant bercer par ma colère.

Quitter notre conversation rapidement semble faire son affaire. Tant mieux, cela ne fait que confirmer mes doutes. Elle ne m'aidera pas. Elle me laisse partir dans mon ignorance. Soit, j'obtiendrai probablement plus d'informations auprès de quelqu'un de moins hostile à bord de ce foutu navire... Quand je reviens auprès de Fred, l'homme qui a la bouche ouverte paraît fort excité de ce qu'il est en train de parler. La femme qui l'accompagne sourit, plus fière que heureuse de ce que son mari est en train de dire. Quant à Fred, elle me paraît un peu malaisée de la situation. J'arque un sourcil, passe mon bras autour de ses hanches et salue ces personnes plutôt âgées d'un signe de tête... sauf que j'arrive à la fin de leur conversation:

« ... et nous étions nus sur la plage! Quel bonheur! »

« J'ai raté quelque chose...? » Dis-je avec une teinte de malaise dans ma voix...

« Monsieur m'expliquait comment il a rencontré Madame. »

« Oh... je vois. »

Pas vraiment non. Disons que je chasse toutes les possibles images qui puissent me venir en tête avec cette fin de phrase. Puis enfin, un plateau avec une bière bien pétillante qui passe tout près. Il était temps! Je la prends sans me retenir et la boit presque toute d'une traite pour oublier ce qui vient de se passer.

« Je vous présente mon fiancé, Antonio! »

« Enchanté monsieur Antonio! »

« Pareillement... ahem. »

Et la conversation se laisse guider par l'homme plutôt bavard que je n'écoute pas vraiment. Je fais que hocher la tête pour lui donner l'impression que tout ce qu'il me dit m'intéresse. Puis quand vient enfin ma chance de parler, j'aborde le sujet:

« Vous êtes au courant des derniers événements? »

« Des derniers événements? »

« Vous savez... l'annonce qu'il y a eu avec les mages tout ça... Une sorte d'invitation ou je-ne-sais-quoi? »

« Oh si! On raconte que plusieurs mages vont se rassembler pour parler d'une affaire importante. Plusieurs gens qui ne pratiquent pas la magie comptent s'y rendre aussi dans l'espoir de croiser ces mages et de leur dire leur façon de penser il paraît. »

« Vous savez quand et où cela aurait lieu par hasard? »

« Oh ça... ce n'est pas une information que nous ayons en notre possession monsieur. Mais nous aimerions nous aussi nous y rendre. Disons que ces mages ont fait assez de grabuge comme ça et que nous ne voulons pas qu'ils se réunissent. Je suis certain qu'ils vont parler de leur prochain acte terroriste! »

« Oui.. parce qu'entre nous, tous les mages sont des terroristes, pas vrai? »

« Assurément. »

J'ai failli avaler ma salive de travers en répondant ça. Merci au coup de coude de Fred, il m'a libéré la trachée. Le couple se retire à l'instant puisqu'ils veulent aller faire leur sieste d'après-midi. En me retournant, je constate qu'Enya n'est plus là. Eh bein, elle a pas mis de temps pour s'éclipser celle-là... À moins qu'elle soit venue ici dans un but bien spécial?

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   Lun 4 Jan - 8:06

avatar
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

We are never ever getting back together
Senji Kiyomasa & Enya Taylor


Ils me suivent dans l’ombre de mes pas. Leurs battements de cœur résonnent à l’unisson. Ils épient le moindre de mes faits et gestes. Je tourne à droite, au détour d’un couloir menant vers les chambres alors qu’ils restent là, à me regarder. Ils attendent que je tourne, que je me retourne mais ils n’ont certainement pas pris conscience du fait que je sais qu’ils sont là, dans mon dos. Ils ont toujours été là, dès l’instant où je suis montée à bord. J’aurais été naïve que de croire que j’allais passer inaperçu, cela ne m’est plus possible depuis longtemps.

Les invités sont au-dessus, sur le pont, alors que la fête continue. La musique change de rythme et les danses également. Tu sais, on a jamais vraiment pris le temps de faire une de ces choses « normales » toi et moi. On s’est contenté de se regarder dans le blanc des yeux, couverts de boue, roulant l’un sur l’autre. On s’est contenté d’un regard, pour comprendre, ce que l’autre ressentait, pensait. Ce n’était pas dur. C’était comme si à ce moment-là, on pouvait mutuellement lire en l’un comme dans l’autre. Aujourd’hui, les pages parlant de nous sont arrachées ou brûlées. Le livre est fermé. Tout a changé. Affronter l’autre de l’œil est impensable et inconcevable même. Nous ne ferons plus ce genre de chose aussi stupide soient-elles. Nous ne nous battrons plus dans la boue…même pour une toute dernière fois. Ces temps-là sont passés.


Au détour d’un couloir il y a cet homme que je croise et qui me regarde à peine. Il a les poches pleines. Il suffit de le voir. Il a les poches pleines et pourtant, personne ne semble lever le petit doigt. Les petits bandits ne les intéressent pas. Ils sont là, ce soir, pour moi. Peut-être suis-je tout compte fait, l’invité d’honneur de la soirée.

Je ne sais plus à combien s’élève la prime sur ma tête. Certainement une broutille et je jalouserais presque le fait que Damaz ou Zadig aient eut le droit à une faveur de la reine si on mettait la main sur eux. Moi aussi je veux valoir une faveur de la reine. Ce n’est pas juste. Ils ont détruits deux villes et voilà qu’ils passent pour les gros vilains. Pfeuh !

Derrière les gardes présents, il y a ces deux types. C’est risible tellement la situation devient délicate. Ils attendent vraiment que je fasse tout le travail à leur place.

« - Belphegor…Occupe-toi d’eux veux-tu ? »

Un bruit étrange résonne alors dans la cage d’escalier. Trois corps tombent, endormis.

Je me retourne alors, poings sur les hanches.

« - Si vous comptez attendre que je vole le Rubis pour vous pour ensuite me le voler. Sachez que vous ne vous attaquez pas à la bonne personne. De plus, mes tarifs sont assez chers donc si je dois faire tout le travail à votre place, ayez au moins la décence de vous montrer.
- Depuis combien de temps sais-tu que nous sommes là ?
- Hmmm….A peu près depuis que j’ai quitté le pont. Vous êtes malins mais pas assez pour que votre présence ne se remarque pas. Donc ? Que voulez-vous exactement de moi ?
- On n’en attendait pas moins d’une femme ayant votre réputation. Pourriez-vous volez le Rubis pour nous ?
- Je le savais !
- Ta gueule bouffon tu veux qu’elle sache tout notre plan ?
- On s’en fou, tu sais qui sait au moins ?
»

Ces mots me font rire. « Tu sais qui sait ». Personne ne saura vraiment qui est Enya Taylor. Sauf peut-être une personne en ce bas monde. Je suis la terroriste, la menteuse, la voleuse. La criminelle. Je suis ces mots-là. Ceux qui définissent qui je suis. Même lui ne pourra pas m’arracher à ce petit plaisir.

« - Et qui a dit que j’accepte de vous aider ?
- Vous n’avez pas le choix, vous coopérez et nous, on vous fait une sortie, loin de toute la foule. C’est la moindre des choses.
»

Leurs sourires sont faux. Leurs mots sont mensonges. Tous sens la trahison et la main dans leur dos également. Des armes magiques hein ?

« - Coopérer ma jolie où on signale votre présence !
- Oh mais je vous en prie…Après tout, je suis certaine que personne n’est au courant que je suis à bord. D’ailleurs si vous voulez avoir la moindre chance de me faire la peau, je vous suggère de retourner sur le pont, de trouver un type, grand brun, plutôt balèze en son genre enfin, vous le reconnaitrez certainement dès que vous aurez croisé son regard. Appelez-le lui et là, vous aurez une chance mais à deux contre un…Vous rêvez toujours éveillés.
»

C’est vrai. Il n’y avait pas beaucoup de monde capable de me tenir tête. Cela pouvait se compter sur le doigt d’une main. J’en compte 4 aujourd’hui. Peut-être plus demain. Qui sait ?

« - Alors gentlemen ? Que faisons-nous ? Restons-nous au milieu du couloir en attendant qu’un autre garde passe par-là ou vous prenez les devants en tentant votre chance. Allez-y, je vous en prie mais n’abîmez pas ma robe ! J’aurais horreur de devoir la rembourser. »

Chacun votre tour. Ensemble. Qu’importe mais le premier de nous trois à mettre la main sur le caillou sera le grand gagnant de notre jeu de la soirée et quelque chose me laisse à croire que le vainqueur est déjà tout désigné.



FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: En paix ou en guerre? [Enya]   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Faîtes la paix, pas la guerre ft. Caro
» Si tu veux la paix, prépare la guerre.
» Guerre ou Paix (Mission de Rang A)
» Faire la guerre en espérant la paix
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Autres Lieux :: Iles & Océan :: Océan