Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2
Bosco, terre des esclaves
 MessageSujet: Re: Bosco, terre des esclaves   Lun 29 Fév - 22:14

avatar
Adrien Campbell

Golden Crown King

Click


Bosco, la terre des esclaves
Edan x Adrien



Karma est un orphelin, un mage sans famille qui ère sans se faire remarquer. Edan me dit de ne pas m'en faire avec lui qu'il ne sera pas un problème pour lui ni pour moi. Je me contente d'hausser les épaules, un peu insouciant de comment le jeune homme a vécu sa vie. Ce qui m'intéresse, c'est s'il réussira à s'en occuper et à l'élever à sa manière, en fonction des idéaux de Golden Crown. Je lui fais confiance. Je sais qu'il saura en faire ce qu'il veut. Je sais aussi qu'il sera en mesure de faire sortir cette magie ancrée en lui qui pour nous, est encore inconnue. J'espère seulement que nous ne serons pas obligés de la forcer pour en connaître l'origine et son utilisation...

Edan me signale que je peux retrouver les bras de Morphée parce qu'il veillera toute la nuit. Un moment j'hésite parce que ce serait plus intelligent de se donner le relais, mais s'il semble si certain de son geste et qu'il réussira à rester éveillé au moment propice, en forme et paré à affronter le Seigneur de ce pays. Je ris un peu avant d'acquiescer et me rendre à mon lit. Je retire me chaussures, mon veston, ma chemise, mon pantalon et mes chaussettes avant de m'y faufiler et de me coucher sur le dos. Les mains posées sur mes muscles abdominaux, je ferme les yeux et tente de m'endormir... chose que je réussis à faire après une dizaine de minutes à sourire sous le son de la guerre.

C'est la voix hurlante de l'enfant qui me réveille. Je me frotte les yeux, un peu malcommode d'un réveil aussi brutal, mais tout de même je crois avoir assez dormi pour ce qui nous attend. J'écoute leur petite conversation en m'habillant. Je passe rapidement à la salle de bain pour replacer ma chevelure divine et boire un peu d'eau. Quand je reviens vers eux, Edan m'apprend qu'il est temps de rencontrer le Roi de Bosco. Je fais craquer ma nuque avant de sourire aux deux personnes près de la fenêtre. « Eh bien... qu'attendons-nous messieurs? » Un large sourire leur est adressé avant que nous quittons notre chambre. Je ne peux plus attendre de voir la suite de cette visite...

Dès que nous mettons les pieds dehors, une forte odeur de feu, de sang et de métal. Si ce n'était pas une rébellion, j'aurais cru à la guerre. Nous marchons dans la sombre rue principale qui me paraît franchement vide d'humains. Mis à part des corps et des débris autour de nous, aucune âme ne daigne se montrer... jusqu'à ce que j'entrevois un visage pointer l'orbite de ses yeux à la base d'une fenêtre. Lorsqu'il nous aperçoit, il se précipite hors de sa demeure à moitié détruite par la rébellion. Ils nous a reconnus, il est au courant pour la lettre. « Vous êtes là pour nous sauver, pas vrai? Il y a des gardes et des nobles partout. Ils sont armés et ils ne nous laisseront aucune chance... » Je m'efforce de sourire à celui qui a sûrement perdu quelques dents durant la bataille. « Ne vous inquiétez pas. Nous nous rendons chez le Roi pour lui proposer une solution à ce chaos. N'ayez crainte, la liberté est à vos portes. » Son visage s'illumine et il repart, probablement parti avertir ses amis et tout le reste qu'un changement majeur dans ce pays aura lieu.

Nous arrivons près du palais où une ligne de l'armée de Bosco est postée. Les esclaves n'ont pas encore montré le bout de leur nez. Parfait. Nous disposons alors de quelques instants avant leur arrivée pour parlementer avec les nobles. Nous avançons jusqu'à la ligne. Les mains positionnées derrière mon dos, la garde ne bouge pas. « Excusez-moi messire, je dois m'entretenir avec le Roi à l'instant. Je suis sur son horaire de la journée. » Il fronce les sourcils et me menace avec sa lance. « Le Roi est trop occupé pour s'entretenir avec qui que ce- » Une voix l'interrompt. « DIEU MERCI VOUS ÊTES LÀ! » Je fais mon plus beau sourire au soldat avant qu'il nous laisse passer pour rejoindre celui qui nous a permis d'avoir cet entretien tôt aujourd'hui.

« Les nobles voudraient vous dire quelques mots avant que vous rencontriez le Roi! » Il nous amène à l'intérieur du Palais où quelques nobles de grandes familles sont rassemblés, nerveux que le Palais s'écroule par la violence des esclaves. Un d'entre eux nous aperçoit et vient à notre rencontre. « C'était bien vous la lettre, pas vrai? Une chance que vous nous aviez averti sinon jamais je m'en serais sorti vivant! Mon esclave a tenté de m'égorger! » Il me montre la marque à son cou, un peu fier de montrer ses blessures de « guerre ». Quelques lamentations plus tard, on nous avertit que le Roi est prêt à nous recevoir. Je m'incline face aux nobles avant de quitter la pièce en compagnie d'Edan et Karma.

La salle du trône est gigantesque et extrêmement bien décorée. À notre arrivée, le Roi se lève de son trône, presque affolé, les yeux pochés de sa nuit blanche à entendre les cris de son peuple qui se déchire. Il chasse ses soldats et sa garde personnelle pour que nous soyons les seuls à le voir dans cet état vulnérable.« Dites-moi... dites-moi que vous avez une solution pour arrêter ce massacre?! » Je souris, presque sadiquement et tourne la tête vers mon Conseiller de guerre pour lui laisser carte blanche : « Je vais laisser mon expert en stratégie vous expliquer la suite des événements, votre Majesté. »

FICHE ET CODES PAR ILMARË
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Bosco, terre des esclaves   Jeu 3 Mar - 20:09

avatar
Edan R. Core

Golden Crown

Click

Esclave ou noble telle est la question?
Edan R. Core
feat.
Adrien Campbell









He that is kind is free, though he is a slave; he that is evil is a slave, though he be a king.



J’entends ses paroles comme un écho qui résonne dans ma tête. Le gong venait de sonner, il était temps que nous avancions vers la victoire de notre mission, de mon plan. J’appelais ça le moment capital, l’apogée du stress, mais également la cerise sur le gâteau. Au final, c’était le dernier coup, soit on avait échec au Roi adverse, soit nous avions échec à notre Roi. Tout était une question de temps et de variables aléatoires, je pouvais prédire beaucoup de choses, mais certaines variables étaient parfois impossibles à prédire, comme le temps ou l’arrivée d’une personne. Cependant, cette fois-ci il était temps de savoir le résultat de ce coup du destin.

Nous apparûmes dehors, le goût du métal vint se joindre à ma bouche pâteuse en cette instant, le métal brûlé qui te prends la mâchoire. La chair des esclaves qui prend une légère odeur de fumée comme un cochon qu’on vient de mettre à la broche et qui tourne en déversant sa graisse sur les flammes du feu pour attiser le feu. Le feu ne fait que crépir, il prend petit à petit de l’ampleur pour atteindre l’incendie qui ravage le monde petit à petit. Les esclaves ont créé l’étincelles en ce moment et sûrement, cette étincelle va soit grandir ou soit s’éteindre. Nous marchâmes tout trois dans une rue qui était quasiment fantôme ce qui faisait assez bizarre à cette heure de la journée. Ce monde ne tournait plus rond et c’était plutôt bon signe. Puis, les corps nous entouraient, les maisons étaient à moitié détruite, tout ressemblait au paysage d’un champ de bataille. Je me demandais, si ces morts étaient vraiment nécessaires à mon plan. La prochaine fois, je trouverais une solution pour ne tuer que des grandes têtes et moins de simples pions qui ne servent à rien. Karma à les yeux totalement rouge de larmes, car il les connait ses gens, il le voit le désastre qu’il a commis. Cependant, je ne sais pas s’il pleure de rage ou de bonheur. Puis, un noble sortit sa tête d’une fenêtre et nous rejoignais d’un air jovial. Il semblait avoir fait le rapprochement entre le roi et la lettre. Ce qui n’était au fond pas quelque chose de positif. Il expliquait qu’il allait faire son possible pour faire changer les choses, tout en n’ajoutant rien sur la lettre. Le mystère devait être gardé. J’étais presque à penser qu’il faudrait le faire taire, mais je passais mon tour. Il allait répandre une nouvelle qu’on allait aider les choses.

Oui, c’est sûr que nous allions changer les choses, mais peut-être pas ce qu’ils attendent les nobles. En effet, ils attendent plutôt quelque chose en leur faveurs, mais nous allions rendre une liberté que les esclaves pourront récupérer. Puis, nous arrivâmes au niveau du château. Tout d’abord, il n’était pas vraiment enclin à nous recevoir, mais après quelques rebondissement inexpéctée. Nous arrivions enfin au niveau du roi. Karma se rapprochait de moi, je le voyais son regard s’assombris en voyant le roi. Il semblait vouloir le tuer, je le cachais sous un pan de mon manteau et il comprit qu’il ne devait rien faire. Puis, le roi nous suppliait de trouver une solution. Je souriais, car il était tombé dans le panneau. Il était le lion, mais il allait être mangé par des hyènes. Le roi, enfin mon roi qui pour moi était le seul roi qu’on pouvait nommer Roi, me donnait la parole. Je réfléchissais un instant, puis ma voix se fit sérieuse et distincte :

« - En effet, j’ai bel est bien un plan à vous offrir, mais il faut que vous soyez prêt à tout. Seriez-vous prêt ? »

Le roi semblait hésiter un instant, mais avant de répondre, il regardait par la fenêtre et dis d’un ton assez triste : « Malheureusement, je suis bel est bien prêt à tout. Je vous écoute ! »

Je souriais, mon étau venait de se refermer sur la brebis : « La vérité est que votre royaume ne pourra plus rester comme il l’est. Les esclaves ont trop été traités comme des animaux et ils ne veulent plus de cela. La seule solution est de les avoir, en leur donnant accès à une hypothétique liberté. Je veux dire, nous savons tous qu’entre les nobles et les esclaves, les nobles sont les plus éduqués et cultivés. Le fait est que nous allons nous servir de ça. Voilà, pour que les nobles gardent quelques privilèges. Nous allons leurs laisser leurs terres, mais au lieu d’exploiter les esclaves, ils devront payer les esclaves comme des employés en fonction de leurs doses de travails. De plus, chaque fois qu’ils vous vendront quelque chose, vous devrez payer ce travail, il ne sera plus considéré comme un impôt ou comme un dû. Ce qui nous amènent, à une crise économique du château. Cependant, pour éviter cette option, vous allez pouvoir créer un impôt sur la terre ce qui voudra dire que les propriétaires de terrain devront vous payer. En gros, nous allons amener le système d’économie à votre royaume. De plus, il ne faudra plus faire de différence et accepter que les enfants esclaves viennent à l’école et puissent travailler partout. Une hiérarchisation existera toujours, mais elle s’apaisera et les conflits finiront. De plus, les crimes restent des crimes tout acte que ce soit d’un noble ou d’un esclave sera jugé de la même manière. Comprenez-vous Roi ? La loi doit changer, votre pays doit changer pour éviter sa chute. Pour cela, je vous conseille de vous allier à mon Roi. Je peux tout rédiger, si vous en avez besoin. Il suffira simplement de votre aval. Qu’en dites-vous ? »

Il posait sa main sur son trône : « Ai-je vraiment le choix ? »

Je rétorquais : « Malheureusement, Mon seigneur, vu l’état de votre ville, je ne pense pas. Si tout vous va ! Je vous conseille de faire rapidement une annonce et surtout montrer bien dans un second discours que les nobles gardent des droits, nous ne pouvons penser à une rébellion de leur part. »

Au final, se servir du côté intellectuel qui va rendre naïf les nobles et soif de savoir les esclaves.



© Gasmask



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Bosco, terre des esclaves   Ven 4 Mar - 23:37

avatar
Adrien Campbell

Golden Crown King

Click


Bosco, la terre des esclaves
Edan x Adrien



Juste derrière mon stratège, je souris, j'écoute, j'observe. Lui, le Roi, l'enfant qui se fond sous le manteau d'Edan. Je suis le Roi des yeux, il se promène beaucoup dans cette pièce, il est nerveux. Pourquoi? Parce que notre plan a fonctionné à la perfection... ou presque. Les esclaves se sont rebellés contre les nobles, les nobles se sont défendus du mieux qu'ils pouvaient et ont trouvé refuge à l'intérieur du palais. Pour le moment, ce qui leur permet de rester en vie, c'est une ligne d'hommes armés et de mauvaise humeur. Il y a sûrement un détail qui manque que les gens ne comprendraient pas à notre stratégie. Pourquoi supposerait-il que nous sommes son dernier espoir? Pourquoi ne pas prendre une décision par lui-même? C'est notre présence qui entre en jeu.

Le Roi de Bosco est un Roi célibataire sans descendance, sans famille proche qui passe son temps perdu à régler les problèmes de nobles pourris gâtés. Personne d'expérience à qui se fier et se confier. Son second paraît sage, mais nous a semblé identique à n'importe quel noble du pays sauf pour ce qui est de son titre. Lorsque nous nous sommes présentés, il a certainement réagi avec un maigre désintérêt, mais un intérêt tout de même. Un ambassadeur peut apporter quelque chose de positif en tourisme ou en toute autre chose qui tourne autour de la richesse. Un ambassadeur peut apporter une bonne nouvelle, comme une mauvaise mais venant de riches qui n'ont jamais subi de rébellion, les mauvaises nouvelles n'existent pas. Le rôle d'ambassadeur suppose qu''il y a un lien direct avec une royauté voisine et ainsi, le seul point d'appui pour se remettre d'une rébellion surprise.

Nous voilà dans la salle du trône, à expliquer la suite des événements non... à imposer au Roi l'unique solution viable qui puisse sauver son pays d'un fleuve de sang. Il réfléchit, il essaie de contrôler ses tremblements en s'appuyant contre la fenêtre ou son trône. Il cherche un équilibre, il veut aussi s'assurer qu'il s'agit bien de la réalité et pas d'un cauchemar. Il s'est sûrement pincé une bonne dizaine de fois aussi... Il se tourne enfin vers nous pour sa propre conclusion. Suivre notre idée ou laisser les choses aller? À travers sa fenêtre, il voit les esclaves venir de tous les coins de la ville, de toutes les rues. Ils sont nombreux, tellement nombreux qu'on croirait qu'il s'agit d'un essaim. Les yeux du Roi s'écarquillent, il se retourne vers nous. La peur l'envahit.

« Du calme... allons parler à votre peuple avant de signer quoi que ce soit. »

Je m'avance vers lui, pose une main sur son épaule, mon bras enlaçant presque ses épaules pour lui donner le courage nécessaire de jouer son rôle de Roi. En amenant le Roi, je me retourne vers Edan et lui sourit, fier de son travail, de ses idées, de sa stratégie mais cette fois, c'est mon tour de jouer. Nous nous dirigeons vers un grand balcon légèrement surélevé. Les nobles sortent eux aussi pour entendre le discours du Roi. Entre les nobles et les esclaves, il y a cette mince ligne qui ne saurait pas tenir s'ils venaient à pousser pour rejoindre les nobles. Je me poste à côté de lui alors qu'il commence son discours, parlant d'abord de la rébellion sanglante qui a eu lieu durant la nuit, mais il ne se rend pas aux explications essentielles.

Les gens se bousculent, la foule grouille. Les esclaves et les nobles parlent de moi, de nous, des lettres qu'ils ont reçues et le lien entre un noble prêt à aider les gens. Certes, ils n'étaient pas censés savoir qu'il s'agissait de moi, mais les gens remarquent les nouveaux arrivants, les curieux ont entendu mon statut, ont vu mon visage. Le lien a été fait, ils ont parlé de nous avant que les lettres aient été données. Il n'aurait pas fallu. Est-ce que c'est à cause des tournures de phrases de Georges? Ou le sceau utilisé? Je dois réagir. Je ne dois pas laisser les esclaves traverser, je ne dois pas laisser les nobles se faire massacrer, je dois tirer profit de cette erreur. J'ai une idée. Je m'avance, me mettant encore plus en évidence que le Roi et j'élève ma voix pour que tous m'entendent juste après avoir levé ma main pour réclamer le silence. Ils attendent des explications et je tâcherai de leur en donner.

« Cessez de vous battre! Cessez d'avancer pour un instant je vous prie, Bosco! Vous êtes sûrement en train de vous demander ce qu'un noble étranger vient faire ici à déposer des lettres chez des gens en leur promettant de les aider? Et bien je vais vous dire pourquoi! Nobles, les esclaves en ont assez d'être fouettés pour un bout de pain, ils ne veulent plus être votre souffre-douleur. Ne voyez-vous donc pas qu'il s'agit d'humains tout comme vous? Seulement, ils sont moins fortunés mais cela donne-t-il vraiment raison à l'esclavage? Ils en ont assez et eux aussi, veulent vivre une vie normal, retrouver leur chez-soi, fonder une famille! »

Ils se retournent, outrés d'une telle déclaration qu'on leur prive de leurs esclaves « juste » parce qu'ils veulent vivre librement.

« Je sais, vous ne voulez pas perdre ce dans quoi vous avez investi. Cependant, cela ne veut pas dire que vous perdrez tout! Prenez les devants, soyez des entrepreneurs, des employeurs pour ces esclaves. Ils peuvent travailler pour vous, être payés et vous redonner bien plus que ce que vous croyez. Bâtissez votre propre empire de fortunés, créez de l'emploi, permettez à ces gens de connaître le mot « chez-soi ». En les payant, ils seront des gens heureux d'enfin vivre une vie dans ce pays plutôt que de subir une vie. Et vous, dans vos entreprises, vous permettrez de faire rouler l'économie et de créer votre richesse par vos propres idées, vos propres passions!»

Les sourcils froncés se ramollissent, les craintes s'évaporent petit à petit. Dès qu'on parle d'économie et d'argent, on obtient l'attention des nobles alors que lorsqu'on parle de liberté et de chez-soi, on éveille les sens des esclaves. Les gens se regardent, discutent entre eux de ce que je viens de proposer, mais je lève encore une fois ma main pour réclamer le silence.

« Je suis Adrien Campbell, futur Roi de Fiore et je viens proposer mon aide... » Je me retourne vers Edan et Karma qui sont restés en retrait durant mon discours. « ... notre aide! Fiore roule avec une économie stable et je ferai tout en mon possible pour que tout le monde ici, tous autant que vous êtes, puisse repartir le sourire aux lèvres et le coeur léger! Croyez en votre futur Bosco parce qu'il ne fait que commencer! »

Les gens hésitent quelques secondes, une personne crie, les autres suivent. Ils sont contents de ce qu'ils entendent parce qu'il s'agit d'exactement ce qu'ils voulaient entendre. Je surprends même le Roi à applaudir et lorsque je suis totalement tourné dans sa direction, il incline respectueusement sa tête, les larmes de joie aux yeux. Je comprends qu'il n'aurait pas pu faire mieux. Il ne s'agit pas d'un Roi près de son peuple, mais un Roi qui se contente d'écouter les lamentations de ses nobles depuis des centaines d'années. Je suis là pour changer les choses dans ce pays. Même si je ne serai pas celui qui portera la Couronne, même si mon but est Fiore, je ne m'empêcherai pas de rendre les autres pays meilleurs.

FICHE ET CODES PAR ILMARË
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Bosco, terre des esclaves   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Autres Lieux :: Pays Voisins :: Bosco