Les Etoiles de l'Enfer | Enya
 MessageSujet: Les Etoiles de l'Enfer | Enya   Les Etoiles de l'Enfer | Enya EmptyDim 29 Nov - 5:25

Lucy Heartfilia
Lucy Heartfilia

Fairy Tail

Click

Les Etoiles de l'Enfer

Avec - Enya Taylor
J’ai passé des jours à réfléchir. Hantée par cette image. Hantée par les traits de son visage. Hantée par cette fureur. Hantée par ses mots. Comment oublier ? Comment se dire que tout ira bien et que quoi qu’il arrive on surmontera ça ensemble ? Il arrive un moment où l’amitié nous ne suffit plus, où il faut faire face à nos erreurs. Où il faut les assumer. Jamais je ne me le pardonnerais pourtant quelque part, si c’était à refaire…Je le referrais. Je ne sais pas pourquoi. J’ai l’impression qu’une part de moi s’est perdue là-bas, à Bosco. J’ai l’impression qu’une part de moi a explosée en même temps que cet immeuble dans lequel nous étions. J’ai l’impression que quelque chose à changer. Tout semble avoir changé. La guilde, les gens, les sourires déguisés. Il n’y avait plus rien de vrai. Même notre amitié que l’on disait éternelle est devenue un mensonge derrière lequel on se cache, derrière lequel on voile cette triste vérité qui hurle « Nous ne sommes plus uns. » Plus depuis longtemps. Cela serait se mentir que d’admettre que nous sommes Fairy Tail. Cela serait se mentir que de se dire « A la vie, à la mort. » Pourtant, j’ai envie de les suivre. J’ai envie de leur hurler de m’attendre, de ne pas me tourner le dos mais comment hurler quand ma voix m’a quittée ? Comment hurler quand la seule personne, capable alors de m’entendre, m’a tourné le dos ?

Serons-nous capables de nous faire face, une nouvelle fois sans penser à toute cette histoire ? Serons-nous capables de nous faire confiance une nouvelle fois, sans ressentir cette trahison au plus profond de notre chair ? Serons-nous capables de tout ça ? Dis-moi. Je veux savoir. Est-ce qu’un jour, tu me le pardonneras ? Est-ce qu’un jour, tu l’accepteras ? Que je t’ai sacrifié en échange du bien commun. Que je t’ai sacrifié toi, comme si je vendais ma propre âme au diable. Peux-tu seulement imaginer la douleur qui me consume depuis ce jour ? Peux-tu seulement imaginer, ce mal au fond de moi à chaque fois que j’entends ton nom ? A chaque fois que je t’aperçois dans la guilde. J’en viens à faire demi-tour parfois. Parce que toi et moi, dans la même pièce, ça fait trop mal.

Nous ne serons plus ceux que nous étions. Nous ne serons plus ceux qui, un jour, au détour d’un regard, s’étaient dit « On est une équipe ». Nous avons construit nos vies, faits nos chemins de manières différentes alors qu’avant on arpentait le même, mains dans la main. Parce que jamais, tu ne t’es permis de lâcher la mienne alors que moi, au moindre fossé, à la moindre crevasse, je t’ai laissé tomber. Je t’ai regardé chuter. Je t’ai regardé sans tendre la main parce que derrière moi, il y avait tous les autres.

Ces autres qui, attendaient le retour d’un héros qui n’est jamais revenu. Peut-on te blâmer ? Bien-sûr que non. Au fond, des fois, je me demandais ce que tu faisais, si tu voyais les mêmes étoiles que moi le soir, si tu voyais le même soleil que moi le jour et si à toi aussi, il te brûlait les yeux. Je m’en suis posé des questions sur toi et sur ta vie et aujourd’hui encore, j’ai peur. J’ai peur que tu t’en ailles sans revenir. J’ai peur que tu m’abandonnes, si ce n’est déjà fait.

Tu ne m’entends plus n’est-ce pas ? Tu ne me vois plus hein ?
Peut-être parce qu’il y a un autre qui a pris ta place. Un qui m’entend, même dans mes silences. Un qui me voit même quand je ne le regarde pas. Alors allons-nous juste continuer nos chemins comme deux inconnus dorénavant ? Ne supportant plus le regard de l’un ou de l’autre ?

Toi seul à la réponse à cette question.

Moi, je peux seulement désamorcer la bombe que j’ai enclenchée et je le ferais. Je ne veux plus jamais que tu me regardes comme tu l’as fait. Je veux seulement….Non. J’espère seulement qu’un jour, tu comprendras.

« - Ce que tu peux être prévisible des fois. »

Sa voix me fait sursauter alors que je regarde dehors, alors que je cherche les réponses à mes questions à travers l’horizon et les nuages.

« - Hiro ? Comment es-tu entré ici ?
- Ta proprio…Elle fait vachement peur dis donc ! Puis on aurait dit qu’elle portait tes fringues. C’est flippant ça.
- Ahahaha….Tu veux quelque chose en particulier ?
- Non. Je viens voir ton suicide.
- Qu’est-ce que tu entends par là ?
- Ça va faire quoi ? Une semaine depuis que tu as dit à tout le monde la vérité et maintenant, tu te caches, ici chez toi. Un jour, il va falloir que les affrontes tu sais. Tu ne peux pas te terrer ici toute ta vie sauf si tu as une idée foireuse en tête. Ce que tu as…N’est-ce pas ?
- Je dois la voir. Lui parler. La convaincre de trouver quelqu’un d’autre pour ses idées.
- A ce que j’ai compris, cette femme n’est pas vraiment le genre qui négocie et puis, tu ne lui dois rien à l’autre tête en feu là ! Il te fait la gueule sans comprendre ton geste ? Laisse-le. Si c’est un homme, ça lui passera.
- Non, non, tu n’y es pas. Je dois absolument tout à Natsu. Jusqu’à ma vie elle-même…. »

Je lui devais ma vie. Dans bien des sens du terme. Combien de fois m’avait-il sauvé ? Combien de fois avait-il été cette voix, qui, dans un dernier effort me criait « Lève-toi ». Combien de fois ai-je imaginé sa main tendue vers moi ?

Même encore aujourd’hui, Hiro et moi, on lui devait l’épisode de nos vies à Bosco.

Laissant Hiro derrière moi, je sors et vais vers l’extérieur de la ville. Les rumeurs disaient qu’elle traînait en ville depuis quelques jours. Que préparait-elle ? Qu’avait-elle en tête ? Venait-elle voir son œuvre ? Notre destruction de l’intérieur ?

En cherchant un peu partout et en demandant à des gens de mauvaises fréquentations, je finis par la trouver, encapuchonnée, assise, au fond d’une taverne.

Je m’assois à sa table en tirant une chaise.

« - Il faut qu’on parle. »





Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Les Etoiles de l'Enfer | Enya   Les Etoiles de l'Enfer | Enya EmptyDim 29 Nov - 9:04

Enya Taylor
Enya Taylor

Crime Sorciere

Click

Les Etoiles de l'Enfer

Avec - Lucy Heartfilia


Comme convenu avec Jellal, j’eus le droit à mon moment de liberté. Non obligée de le suivre comme son ombre. Je ne l’aurais pas supporté mais plus j’y pense et plus je me demande ce qu’est censé faire une personne sur la voix de la « rédemption ». Je ne la recherche même pas. Je ne la demande même pas. Je ne sais pas trop où je vais. Ni ce que je dois faire. C’était comme errer sans but précis, sans savoir à qui répondre et de quoi répondre. Pourtant, un adage connu dit « On ne va jamais aussi loin que lorsque l’on ne sait pas où l’on va » alors j’ai envie de tenter ma chance en me disant « Je verrais bien ? ». Si seulement.

Des fois, je pense à Echoic. Je pense à tous les autres. A ce qu’ils deviennent, ce qu’ils font. Je pense à Jasper à qui je devrais préparer plus qu’un roman d’explications et d’excuses. Je pense à Noah à qui j’avais promis d’aider dans sa vendetta personnelle et enfin…Je pense à Robin. Récemment, Lilith m’en avais parlé et c’est vrai que de le savoir dans le pétrin, me fis rire. Robin était tellement le genre à éviter au mieux de ses capacités le genre humain et les emmerdes du monde que je l’imaginais mal soudainement embarqué dans une telle histoire. Je demande où il en est maintenant.
Akane, Amélia et Oméa ont juste disparues. Volatilisées. Enfin…Pour ma sœur adoptive, si je voulais la revoir, je savais quelle porte défoncée mais je doute que l’on m’y accueil avec une tasse de thé et des petits gâteaux. J’imagine alors une pièce avec Damaz, le chaton. Zadig, le fou. Oméa, la belle. Cela ne doit pas être triste. J’imagine une pièce avec nous 4 à l’intérieur. J’imagine la pression, la tension et enfin la partie de jambes en l’air que cela peut donner. Rien d’imaginer tout le monde tout nu, c’est tout de suite plus rigolo. Imaginez donc votre grosse voisine toute nue, vous aussi vous allez rigoler. Beaucoup même. Cela marche pour n’importe qui. N’importe quoi.

Alors perdue dans mes pensées, j’ai errée. Un peu à droite, un peu à gauche. J’ai errée parce que je ne sais pas trop quoi faire, pas trop où aller et puis, le passé est revenu se mêler de tout ça. Encore une fois. J’ai entendue parler de Fairy Tail. Comme beaucoup. J’ai entendue parler de la période difficile que tout le monde traverssait. J’ai entendue parler d’eux comme d’un écho du passé. Ils ne sont plus que l’ombre grandissante d’une Fiore autrefois puissante. Aujourd’hui, ils ne sont que reliques.

C’est sûrement pour ça que le soleil de Magnoria me brûle les yeux. Pourquoi suis-je venue ici ? Penser à Fairy Tail me fait penser à la blondinette en larmes, à son désespoir, à cette envie de vengeance qui brûlait en elle. Avait-elle seulement survécu à Bosco ? Cela aurait été drôle qu’elle y meurt dis donc. Mais terriblement embêtant. Je n’aurais pas pu lui mettre d’avantage la pression quant à notre petit marché entre femmes.

Avoir la peau du fils du feu. Avoir la peau de celui qui, a autrefois, volé 6 ans de ma vie.

Quand j’y pense, cela me semble tellement lointain maintenant. Tellement…vieux que j’en aurais presque oublié cette vieille querelle entre les mages de Fairy Tail et moi.
Mais les voir se détruire de l’intérieur était excitant et follement amusant. Les voir s’entre-tuer, voir leurs liens se briser, s’effriter petit à petit. Il ne resterait plus grand-chose de Fairy Tail après, il suffirait de souffler dessus pour qu’ils s’effondrent une bonne fois pour toute.

Leur dernière bataille. Leur dernier combat.
Ahaha ça aussi c’était drôle tiens. Tellement plus drôle que de vouloir détruire le château de cartes de Chris. Tellement plus drôle que de vouloir mettre Damaz à genoux. Tellement plus drôle que de voir tous ces enquiquineurs s’entre-tuer.

Alors assise au fond d’un bar, je réfléchis à tout. A une idée. Je réfléchis et puis…Il y a son visage qui apparait de plein fouet. Sa voix aussi. Luka. Comme conscience, j’ai eu mieux que Gemini Cricket.

Et puis, elle a suivi, naturellement, le fil de ma pensée. Assise en face de moi, l’air trop bien suffisant et hautain. Elle était assise là, sans trembler, sans sourciller. Oh, oh ! La petite blondinette a bien grandie. Elle a pris en assurance dis donc. Ou alors elle se la pète uniquement parce qu’on est sur son terrain de jeu ?

« - Déjà, on dit bonjour aux gens avant d’éveiller leur animosité. Je vois que tu n’es pas morte à Bosco. Vous n’êtes pas une guilde de fées mais de cafards…Tellement durs à tuer.»

Je finis mon verra, tout doucement. Je veux la voir rager. Je veux la voir perdre patience. Je veux comprendre pourquoi elle est là même si j’ai clairement ma petite idée.

Un marché est un marché chérie, on ne revient pas dessus. Tu as vendu ton âme au diable…Et ton ami avec.

« - Maintenant parle. Je t’écoute. »







Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chine: Amérique, va en enfer
» Loge des Passeurs d'Etoiles
» L'enfer, c'est le froid. [Alban]
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action
» Le Manoir de l’Enfer…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Est :: Magnoria