Partagez | .
Aller à la page : 1, 2  Suivant
S.E.X # Bacchus
 MessageSujet: S.E.X # Bacchus   Mar 10 Nov - 9:26

avatar
Invité


Click

S.E.X
Avec Bacchus Groh


Plus tu y penses et plus tu te dis que tu es en décalage. En décalage avec toi-même, avec le monde t’entourant et avec tous les phénomènes qu’il s’y passe. Ce décalage total et ce désintérêt pour le monde de la magie. Il n’était pas rare que de croiser des hommes, comme toi, s’intéressant de près à ce qu’il se passe autour d’eux, c’était normal même. Tout le monde voulait savoir ce qu’il se passait chez le voisin, c’était de la curiosité. C’était humain. La curiosité est perverse mais qui n’a pas un jour, jeter un œil au travers d’une serrure ou écouter aux portes ? Personne. Parce qu’on est toujours en quête de ce « petit quelque chose ». Ce petit truc qui fera qu’on en saura plus que les autres. On aime à se sentir supérieur aux autres. On aime à avoir de l’avance sur les autres. C’est humain.

Pourtant, toi, tout ce qui t’intéressais c’était de remplir ton agenda. Ces jours-ci, la clientèle ne courait pas les rues et tu devais parfois, te contraindre à aller voir à l’Eden. C’était bien comme endroit, tu n’avais rien à y redire..Mais t’aurais aimé avoir ton petit coin à toi. La patronne n’était pas chiante…Juste un peu soupçonneuse sur les bords. Enfin, tant qu’elle s’en mettait plein les poches…

Cela fait déjà une semaine que tu n’as pas fait l’amour à une femme et cela te parait être une dizaine d’années. Les journées sont fades et l’excitation disparait. Il n’y a rien à faire.

Tu sors, laissant un mot que le comptoir à l’entrée. T’avais envie de voir le monde, de conquérir le monde et surtout, les cuisses d’une femme. T’avais envie de t’amuser et de voir plus loin que le bout de ton nez. Dans la rue, ton regard se pose sur un bistrot et les images de cette rencontre avec ce gamin, maître de guilde, te fis sourire. Il était tellement jeune….Trop jeune. Mais c’était à force de confier l’avenir aux gamins qu’il arrivait ce qu’il était arrivé aux pays. Les jeunes comme eux ont le sang chaud, ils sont téméraires, intrépides, ils feraient n’importe quoi comme une bonne bagarre.

Tu te sens dépassé quand tu penses à cette nouvelle génération. Aaaaaah, c’est horrible. T’aimes pas te dire que t’es vieux, parce que tu l’étais pas et ça, tu te le prouvais par les mille exploits que t’arrivais à faire le soir dans un lit mais là…C’était différent.

Tout semblait, te dépassait. Alors tu te caches dans la dépravation. Tu te caches sous les jupons des dames de Fiore. Tu te caches en faisant l’amour à ces femmes en te disant que « c’est comme ça ». Ca a toujours été comme ça.

En déambulant dans la rue, tu croises cette affiche placardée un peu partout. Tu l’arraches car l’affiche, elle attire l’œil et la curiosité. Elle était rose déjà…Différent du jaune pipi des avis de recherches. Tu lis brièvement ce que ton unique œil peut lire et t’as le sourire jusqu’aux oreilles.

Un concours ? Rien que ça.
Ça a l’air drôle puis la récompense a l’air juteuse, tu pourras surement la dépenser en faisant des folies.

C’est dans un cabaret concurrent pas très loin du tiens. Tu le connaissais pas mais il avait l’air plus réputé et plus vieux, jouissant d’une réputation que l’Eden n’avait pas. Hmm…Voilà un nouvel endroit où traîner de temps à autre…Tant que la patronne ne l’apprend pas.

Tu rentres, curieux et amusé par le défi lancé à quiconque viendra s’inscrire et y’avait pas foule mais ce n’était pas vide pour autant. Y’en avait un tas…D’hommes en rut. C’était drôle. Très drôle. Trop drôle.

« - Excusez-moi !!! Je viens pour le challenge ! »

Tu secoues l’affiche en l’air en cherchant une quelconque secrétaire ou personne qui y ferrait office et une brune au bonnet C se présente à toi, en te donnant une feuille à remplir. Ouuuh pas mal..Mais tu préfères quand ça remplie toute ta main.

Tu t’assois sur le canapé et juste en face, y’a un autre gars. Les gens murmuraient dans son dos et certaines filles avaient le regard admiratif. Une célébrité hein ? Mage par déduction. Génial. Il se baladait torse poil tandis que toi, tu étais en costard cravate. Deux parfaits opposés se rencontrant le temps d’une bataille qui promettait d’être épique….Et coquine. Surtout coquine.

« - Enchanté l’ami ! J’suis Damian…Je suis venu pour le défi et toi ? »

Lui tapant la causette, t’es même pas certain qu’il te réponde. D’habitude, tu n’abordes pas les mages, tu ne les aimais pas mais si vraiment ça en était un, ce petit jeu était un moyen parfait de le ridiculiser publiquement et de prouver que le commun des mortels sait encore se défendre.




 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Ven 20 Nov - 19:37

avatar
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Réveil
Bacchus et Damian



Tu as été choqué, tout le monde t'as vu, tout le monde le sait. Ils savent pas ce que deviendra la guilde après t'avoir vu comme ça. S'en remettront-ils? Est-ce que Quatro redeviendra aussi chaude qu'avant ou bien ce sera une guilde endeuillée comme Fairy Tail qui n'ose plus sortir de chez eux tellement ils sont hués. T'es dans ton lit, tu regardes le plafond les mains derrière la tête. Tu repenses aux mots de Soledad, tu prends du recul, tu les répètes, tu les chuchotes, tu fermes les yeux. T'étais pas entièrement responsable de ça, c'est pas vous que les gens devraient blâmer, c'est pas votre faute parce que vous vous êtes déplacés et avez essayé. Et eux, plutôt que de fuir, ils n'ont pas même pas pris fourche et pelle pour s'en prendre à eux... Et les sirènes elles n'ont pas plus réussies de leur côté. C'est la faute à Soledad si la gamine était sur le champ de bataille. Elle pensait à quoi en l'amenant là? C'est plutôt elle la responsable de sa mort et elle devrait se blâmer pour ça et pas mettre la faute sur les hommes... foutue sexiste!

Tu ris, tu ris tellement que tu dois te redresser sur ton lit sous peine de t'étouffer avec ta salive. Puis c'est le silence. Tu te sens mieux, plus léger, plus heureux, plus... wild. Tu te lèves d'un bond vers ton armure et te vêtis en vitesse. Ta main tire ta porte d'un coup sec, faisant sursauter un de tes gars qui passait devant au même moment. T'es souriant, tellement souriant que c'est à en faire peur: tes gars ont peur de se faire violer à voir tant d'excitation émaner de toi. Ton âme vibre, tu t'assieds sur le tabouret, les mains à plat sur le comptoir et tu commandes au barman un pichet de bière pour bien commencer ta journée. Il a l'air bien heureux de te voir comme ça. En prime du pichet, il te glisse une feuille devant toi.

" C'est quoi? "

" Lis-la! Ça pourrait t'intéresser... "

Tu prends une gorgée de ta bière d'une main et de l'autre, tu prends le papier et le lèves à la hauteur de tes yeux. Plus ta lecture avance, plus tu souris, plus ton rire de hyène se fait bruyant. Les gens discutent entre eux autour de toi, mais c'est en bien. Tu ne détournes pas la tête. Tu bois ta bière cul-sec et tu tournes sur ton siège pour te lever et sortir de la guilde en déclarant: " On se voit ce soir les gars! Ou pas... Ça dépendra du nombre de poulettes que j'aurai à combler! HA! HA! HA! HA! " Ils se consultent du regard et quand tu finis par partir, ils se mettent à rigoler comme des abrutis. Ils savent... contrairement à toi qui a toujours refusé de voir la vérité en face...

Tu te rends dans l'Est, vers Clover plus précisément. Il fallait que tu te rendes dans un bar pour t'inscrire et à un signal à une certaine heure, tu dois ramener le plus de filles possibles. Quand t'arrives sur les lieux, t'ouvres la porte d'un coup de pied en causant un vacarme pas possible. Tout le monde se retourne, sur le qui-vive parce que n'importe quel malade pourrait entrer là avec une intention de finir le travail d'Ajatar Virke. Quand ils voient ta tronche, ils soupirent de soulagement et certains sourient. Ils savent qui tu es, ils savent pourquoi tu es là. Quand tu entres, tu te rends compte que c'est pas un bar, mais un cabaret où des jolies filles sont déjà en train de se trémousser devant le public. Les mains sur les hanches tu te mets à rire: ça va être leur fête.

Une femme te repère et s'avance d'un pas aguicheur qui fait tourner toutes les têtes. T'es déjà hypnotisé par un spectacle que tu vois pas l'autre qui t'es strictement réservé. Elle tousse dans son poing pour attirer ton attention. Ça te prend un bon 5 secondes avant de réagir et tourner la tête pour voir c'est qui qui ose te déranger. Quand tu vois la belle brune, tu souris, tu te penches et tu te mets en mode de drague: " Je peux t'aider bébé? " La fille arque un sourcil avant de retenir son rire derrière sa main. " Vous êtes là pour le défi je suppose, maître Groh? " Elle a toute ton attention. Elle t'a appelé " Maître ". Tu souris. " J'étais là pour le défi... mais puisque t'es là, mon défi ce serait de t'amener au septième ciel, non? " Son sourire s'efface, elle se retient de te gifler. À part être odieux dans tes propos, tu ne l'as pas touchée... Bizarre, t'aurais déjà été au tapis avec n'importe quelle autre. C'est quoi cette baraque? Elle ne te parle plus et te donne brusquement un papier et un crayon avant de te tourner le dos pour retourner à son poste.

" Tu m'amèneras une bière! "

Tu secoues la tête et te rends sur un sofa libre pour remplir tout ça et boire ta boisson tranquillement... parce qu’apparemment, il faut attendre... jusqu'à ce qu'un type vienne t'aborder. Il se présente et apparemment il vient pour le défi lui aussi. Tu souris, sur le point de lui rire au visage mais tu te contiens.

" Bacchus... et je viens aussi pour le défi! T'es sûr d'être de taille contre une légende comme moi? "

T'as un regard de défi et tu ne le laisseras pas gagner. T'as besoin du fric pour acheter d'autres tonneaux d'alcool pour la guilde. Il n'y a plus personne pour vous financer aujourd'hui...

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Dim 22 Nov - 6:47

avatar
Invité


Click

S.E.X
Avec Bacchus Groh


Bacchus. Une divinité hein ? Cela t’a toujours plus ou moins amusé de te confronter aux dieux car c’était contre eux que se jouait les plus grands duels de l’histoire de l’humanité. Même si aujourd’hui, tu auras le dieu du vin comme adversaire. Bacchus. Bacchus Groh, maître de Quatro Cerberus. Tu avais beau ne pas être intéressé par le monde de la magie, tu connaissais plus ou moins les grandes lignes histoire de ne pas jouer les imbéciles. La seule question qui persistait dans ton esprit était de savoir ce qu’un maître de guilde pouvait bien faire ici ? N’avaient-ils pas tous une réputation à tenir ? N’étaient-ils tous pas censés représenter des valeurs ou des choses comme ça ? C’est dans un concours entraînant la débauche que tu retrouves un homme comme lui ?

L’idée était amusante. Les mages n’avaient plus le soutien du peuple et voilà que certains se reconvertissent. Intéressant. Très intéressant.
Tu ne pus t’empêcher rigoler fortement à sa question. Une légende hein ?

« - Ce n’est pas la taille de votre réputation qui compte. Sauf si vous comptez dessus pour faire les yeux doux à ces dames ? Vous êtes maître de guilde si je ne m’abuse, n’avez-vous pas autre chose à faire que de traîner l’image de votre guilde ici ? Sauf si les temps sont durs…Ce qui ne m’étonnerais pas. Il parait que les guildes locales ont du mal récemment. »

Qui n’aurait pas de mal ? Le peuple, le travail des mages, n’existait quasiment plus. Ils avaient beau se cacher dans des tours à jouer à qui faisait pipi le plus loin avec leur nouveau conseil ridicule là..Mais ce n’était pas en s’enfermant dans un bâtiment, réunit autour d’un thé et d’une table que cela réglera les problèmes du monde. Bien au contraire.

Cela ne faisait que jeter de l’huile sur le feu. Peu de gens avaient dorénavant une grande considération pour le métier de mage et bientôt, alors que la tempête reviendra, ils ne verront rien venir. Encore une fois.
L’histoire ne fera que se répéter.

Alors tu t’installes au fond de ton canapé, pieds sur la table sortant une cigarette de son paquet.

« - Et vous maître Groh ? Etes-vous de taille contre un simple mortel ? »

Un léger sourire provocateur apparait sur ton visage. Il n’y avait pas photo entre cet homme et toi. Il n’y avait pas photo entre la débauche et l’élégance. Vous ne jouez pas dans la même cour de récréation. Monsieur est au bac sable tandis que toi, tu as déjà anticiper les prochains cours de la maîtresse.

« - Que le jeu commence Monsieur. Et que le meilleur d’entre nous gagne »

C’était plus qu’un duel. Plus qu’un simple concours. C’était un véritable combat. Celui opposant les dieux et les hommes. Celui opposant deux forces de la nature. Les favoris et les laissés pour compte. Ceux qui sont dits « mages » et ceux qui ne sont que d’humbles humains.




 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Mer 2 Déc - 1:04

avatar
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Que le meilleur gagne
Bacchus et Damian



Tu ne sais pas s'il dit ça pour te provoquer ou pour relever des faits véritables. T'es pas là vraiment au nom de la guilde, mais ça ferait pas de tort à ta guilde de ramener un peu de fric. De toutes façons, tout le monde sait que l'image de la guilde, c'est ton image à toi. Que t'agisses en gentleman ou en gosse, on croira toujours que vous êtes une bande de pervers dégénérés et macho qui vont à la pêche aux femmes au moins quatre fois par jour. Tu comprends pas son but de dire ça tout haut alors t'es simplement bien appuyé et tu regardes d'un air blasé parce que c'est ce que tu fais le mieux dans cette situation. Le gars il a l'air de rien, il fait même pas vibrer ton âme et ça sert à rien de le provoquer en duel parce que tu vas l'écraser comme un vulgaire insecte.

« Tu vas me dire que les maîtres de guilde ne peuvent pas s'amuser de temps en temps eux aussi? Si c'était le cas, il y a longtemps que j'aurais pris ma retraite! Si je suis là, c'est pour remettre les p'tits gars comme toi à leur place. »

Tu souris de défi et de provocation. Tu atteins ton breuvage d'une main et tu bois ce qui en reste bruyamment. Il te demande si je suis de taille. C'est une question qui ne se pose même pas. Et pourquoi il dit mortel, hein? Tu n'as jamais connu d'immortel avant. Même Zeref tu te dis qu'il est tuable. Il doit y avoir un bouton sur lequel appuyer pour que tu puisses asséner le dernier coup de poing et sauver le monde. T'hausses les épaules parce que tu comprends pas encore, tu ris bêtement.

« Allons allons... qui n'est pas mortel ici, hm? »

Puis il fait le bon joueur. « Que le meilleur gagne » Tu souris, t'as un petit rire et tu te lèves de ton siège pour retrouver les autres. La fille trop coincée pour te frapper monte sur la scène et dévoile les règles pour le jeu. « On se cogne pas, on vole pas les nanas des autres. » C'est tout? Tu ris à pleins poumons cette fois. Trop facile. Il n'y a pas assez de règles pour retenir tout ton sex appeal. On peut aller n'importe où en ville, carrément et on doit ramener les filles dans le cabaret. Tu décides d'utiliser ta vitesse pour partir le plus loin possible, à l'autre bout de la ville pour aller chercher les meufs les plus décourageantes à chasser. La magie infuse à tes pieds, tu t'élances en coup de vent lorsque le signal est donné.

Tu as jusqu'au lever du soleil pour les ramener... et t'espère ne pas croiser l'autre type louche. T'ouvres la porte du premier bar et tu repères les nanas qui te font le plus bander. Ton âme frétille, tu ris comme une hyène et tu t'approches. Elle boit son verre tranquillement et toi tu t'incrustes près d'elle. T'es dans sa bulle, elle n'aime pas ça, elle est mal à l'aise.

« Coucou ma belle tu passes une bonne soirée? Tu veux en passer une encore meilleure? T'as qu'à me sui- »

BAM. En voilà une qui perd pas de temps pour te faire savoir son mécontentement. Tu retentes la manoeuvre avec les autres, avec d'autres, dans un autre bar, plus près, plus loin, sans succès. La manoeuvre du connard de roux serait trop longue à appliquer et de toutes façons, c'est un charlatan qui t'a transformé en femme, t'as toutes les raisons de pas le croire. Et là tu recroises l'autre type avec des filles que t'as essayé de draguer... Encore tu comprends pas ce qui se passe.

« Ça avance bien ta buisiness? À ce que je vois t'es capable de te choper pas mal n'importe quoi. »

Et par n'importe quoi, tu veux dire n'importe quoi, pas n'importe qui...

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Mer 2 Déc - 9:33

avatar
Invité


Click

S.E.X
Avec Bacchus Groh


Tu n’as le temps de soulever ce qu’il te dit que le départ est lancé. Les plus attardés partent en courant comme si tout n’était qu’une question de vitesse mais tu savais pertinemment, que tout n’était qu’une question de patience. La fable du lièvre et de la tortue. Tu peux bien laisser le maître de guilde partir devant après ce qu’il venait de te dire. De toute façon, les gens comme lui, ont en pas gros dans le cerveau. Toutes leurs pensées sont dans leur pantalon. Et encore. Cela serait gentil. Tu te dis qu’il est maître, donc sa place, il ne l’a certainement pas volée et tu te dis que dans un vrai duel, de force pure, il t’étalerait comme un pancake. Sans la chantilly de préférence.

Alors il part dans les premiers et toi tu sors, mains dans les poches, à la sortie tu t’arrêtes deux ou trois minutes, le temps de fumer ta clope. Tu ne pourras pas fumer devant ces dames, c’est quelque chose qu’elles abhorrent particulièrement, l’odeur de la cigarette que l’on porte sur soi.

Tu te dois d’être propre, irréprochable et alors que là, peut-être tu auras une chance.

D’un geste grossier du pied, tu écrases ton mégot et tu pars en attachant tes cheveux que tu retiens avec un élastique traînant dans la poche de ta veste.

C’est partit.

Un coup d’œil à droite, un coup d’œil à gauche. Personne. Ces dames se font rares. La partie n’en sera que plus dur. Même le maître doit en baver un petit peu. T’aimerais tellement le voir à l’œuvre, voir quelle tactique il applique…Quoi que non. Tu le sais. Tu les connais les gars comme lui. Ca pense que le « Hey mademoiselle t’es charmante ! Ça te dirait un diabolo menthe ? » marche à tous les coups. Eh bien non cher ami. La drague est un art. Le flirt une tactique de combat. Il faut y être préparé. Il faut en dégager les signes les plus basiques.

L’allure. L’aura. Parce que les femmes pensent toujours qu’elles savent lire dans l’esprit des hommes, elles se bercent d’illusions depuis tant d’années qu’on leur dit « oui, oui, tout à fait » rien que pour leur faire plaisir. La gestuelle. La parole. Chaque mot doit être choisit avec précaution. Chaque mot doit être étudié, fait pour aller dans son sens, fait pour aller dans le sens d’une femme, fait pour que seule une femme puisse comprendre le petit sous-entendu fin et agile qui se dissimule dans la phrase que tu lui murmures à l’oreille. Parce que les femmes, n’importe lesquelles, aiment être désirées. Elles aiment se faire attendre. Elles sont perverses, coquines, vicieuses et certainement plus malines que vous les hommes.

Une femme est un général de guerre. Un homme est juste l’éplucheur de patates.

Alors tu te penches, tu lui écartes délicatement ses mèches brunes, tu lui susurres deux ou trois mots doux à l’oreille. Tu lui frôles le bout de l’oreille des lèvres, ta proximité dégage une chaleur significative….Elle le comprends. Elle te suit.

A l’autre, tu lui offres un verre, tu lui parles du malheur du monde car les femmes se pensent être une association caritative à elles toutes seules. Alors tu lui parles de ces enfants seuls. Tu lui parles de la peur et des pleurs. Tu lui arraches une petite larme, prise à la volée. Et elle se lève…T’acceptes de la raccompagnée. Mais pas jusqu’à chez elle.

Au bout d’un moment, tu finis par croiser le barbare, le sauvage, tout seul. T’as envie de lui rire au nez mais ça ne te fais même pas rire. Il ne comprend pas que les femmes ne veulent juste pas du zizi, elles veulent des mots, elles veulent de la douceur. Les femmes sont délicates comme une rose mais aussi dangereuses que ses épines.

Tu rigoles quand il te parle de « n’importe quoi ».

« - On dit qu’il vaut mieux rentrer seul que mal accompagné. Je crois que cette phrase vous va à ravir ! Mais je serais déçu si vous abandonnez maintenant, vous êtes un homme, brusque mais vous avez un certain….cachet pour ne pas dire charme. Je suis sûr que vous pouvez faire mieux que zéro demoiselle à votre actif. N’est-ce pas ? »





 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Mer 9 Déc - 22:14

avatar
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Que le meilleur gagne
Bacchus et Damian



Ah oui, il se croit drôle le bonhomme. Entouré de ces femmes que t'as essayé de séduire, tu te demandes s'il a vraiment un talent pour les séduire ou s'il a déjà servi de poubelle dans une autre vie. Tu te demandes bien ce qu'elles lui trouvent. Il n'a pas tes muscles, il n'a pas ta célébrité... c'est juste un nobody qui arrive du fond d'une ruelle mais qui réussit à draguer toutes ces salopes qui ne demandent pas moins que d'être rejetées dans une flaque d'eau et prises dans tous les sens comme un objet. Tu continues de sourire pour avoir l'air confiant. Il ne faut pas que tu perdes la face parce que si tu perds la face, la partie est perdue et tu n'auras que plus d'arguments négatifs à l'égard de ta guilde.

« Qui a dit que j'avais abandonné? »

Tu souris, puis tu ris avant de passer à côté d'eux et de jeter un regard de dégoût envers ces femmes.

« Mesdames... si j'étais vous, je me protègerais d'un type comme lui! Qui sait ce qu'un aimant de ce genre peut avoir choper! »

De toutes façons, toi tu les aimes propres. Tu n'aimes pas celles qui ont déjà couché parce qu'elles doivent cacher un paquet de cochonneries que tu pourrais attraper. Tu les salues de la main sans les regarder et tu pars dans ta direction. Le prochain bar, tu n'y es pas allé encore. Tu pousses les portes avec une mine basse parce que bien sûr, tu profites de l'absence des concurrents pour afficher ton petit air piteux. Toi et les gonzesses, ça a jamais marché et t'as l'impression que ça marchera jamais peu importe l'effort que t'y mets. Tu t'assieds au bar, appuies ton coude sur le comptoir et tu te tiens la tête, l'air boudeur. Tu te commandes une bière.

Le barman te la sert et il te demande « Ça va pas, bonhomme? » Tu hausses les épaules en buvant à même la bouteille. Il te propose de parler de tes problèmes, mais t'as pas envie d'en parler vraiment. Voyons, un homme n'est pas sensé avoir de problèmes... Les seules à avoir des problèmes, ce sont les femmes et ce sont elles ton problème... puis tu penses à les mettre en cage et les pointer du doigt en les traitant de guenons sans cervelles... puis tu secoues la tête. « Les femmes... » Tu soupires, tu prends une gorgée avant de le regarder droit dans les yeux. « Elles tolèrent pas un gars comme moi... » Le barman fait que hocher la tête parce que lui aussi il sait qu'il peut rien faire pour toi...

« Mais avez-vous essayé toutes les femmes? »

« Hein? »

Essayé une femme? Oh là... elle entend quoi par-là celle-là? Tu te retournes et tu vois une de ces ca-nons qui croise les jambes en face de toi. Les lèvres pulpeuses, un peu échevelée de sa crinière rousse, talons haut et un châle en fourrure... sortie tout droit d'un rêve. « Vous voulez dire quoi par- » T'as pas le temps de finir ta question que la vipère est déjà entre le siège d'à côté et toi, passant un doigt coquin sur ton torse tout en descendant. Aucune femme... bien aucune n'a pris les devants comme celle-là... Elle est où l'attrape? Elle te chuchote à l'oreille:

« C'est 100 000 jewels pour la nuit mon chéri... »

Ah c'était ça le piège...

« Et si c'est pour que la soirée? Je veux dire... j'ai que besoin de compagnie vous savez... »

« Dans ce cas je te fais un prix d'ami... 5000 jewels. »

« Ça me va dans ce cas... »

C'est une pute, tu peux pas toucher à ça... tu sais pas combien de gros dégueulasses sont passés dessus avant toi. Tu lui fais une demande spéciale : « T'aurais pas des copines à me présenter ce soir aussi? » Parce que tant qu'à y être, aussi bien y aller à fond... « J'ai de quoi payer tout le monde... » Dès que ça parle de jewels, elles s'excitent ces chattes... et ainsi t'es sorti du bar avec une bonne dizaine de putes que t'escortes jusqu'au cabaret... en étant assuré d'avoir gagné.

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Mar 15 Déc - 9:39

avatar
Invité


Click

S.E.X
Avec Bacchus Groh


Tu ne lui réponds pas et tu te contentes d’un bref sourire quand tu le vois sortir avec une dizaine de filles autour de lui. Il n’a pas perdu de temps celui-là. Les demoiselles à ton bras te regarde, curieuses, au regard inquisiteur, se demandant certainement dans quoi elles se sont embarquées. Pourtant, tu savais qu’elles fuiront dès qu’elles apprendront la vérité que tu en auras pour ton grade. Une gifle ne te fais pas peur mais la colère d’une furie, c’est autre chose. Alors tu souris, résolut, les mains dans les poches, l’air de rien, l’air d’un imbécile, l’air d’un inconnu venu de nulle part. Ce n’était qu’un concours, il n’y avait rien à en tirer. Juste un concours, opposant plus l’orgueil des hommes que leur propre charme. Dommage, t’aurais bien aimé avoir le droit à un peu plus de sympathie ici et là, mais bon, les hommes ici, ils sont tous comme ce maître de Bacchus. Ils ne savent pas rire. Dès qu’on touche à leur fierté, ils sortent les dents. Ils s’emportent pour si peu.

« - Bon mesdemoiselles, je présume qu’il est temps de rentrer nous aussi. Suivons donc ce brave homme ! »

Bon à payer des putes. Bon à gagner. Chacun à sa façon de faire. Si c’est là, la sienne, tu respectais un point c’est tout. Tout le monde n’avait pas le tact et la délicatesse nécessaire…Toi-même t’en ai encore loin mais parfois, ce deux choses, sont les deux éléments qui payent tes fins de mois. Tu dépendais de tout. De toi, de ton charme, de ton attitude. Tu n’étais pas vraiment libre et peut-être qu’être gigolo n’était rien de plus qu’un métier dans une cage dorée.

Vous traversez la route, tous les quatre et sur le chemin, t’as appris leurs prénoms. Il y avait Nola, Cristina, Ashley et la jolie Abigail. T’aime bien ce prénom…Abigail. Ça fait un petit quelque chose quand on le prononce. Puis tu peux le raccourcir en « Abi »…T’aimes bien les prénoms où t’as pas à te faire chier à le dire en entier. C’était cool. Abigail, c’était d’ailleurs la plus jolie de la soirée. Avec ses cheveux noirs de jais et ses grands yeux gris.

D’ailleurs, t’es certain, qu’Abigail, elle ira dans ton lit ce soir, tu le sais, elle te regarde différemment que les autres. Elle te regarde avec ce message illuminant son regard. Elle t’a percé à jour Abigail, elle sait que t’es pas un type lambda et que t’as un métier qui en répugnerait plus d’une mais elle a l’air intéressée. Pourquoi pas ? Faut bien repartir avec une quelconque récompense de toute façon. Si ce n’est celle du concours, ça sera le corps d’Abigail. Ahaha ! Et puis le maître de guilde, il a ses putes. T’es sûr qu’il saura profiter de sa soirée lui aussi.

Une fois de retour au cabaret, il était déjà là, avec d’autres aussi, plus accompagnés que toi, moins que lui. Certaines étaient vraiment vilaines d’ailleurs…Wow. Tu sais pas trop si c’est le désespoir qui les a poussés ou juste l’appât du gain mais là…Pour un coup de pêche…Certains ne sont tombés que sur des thons. Dommage.

Tout doucement, tu t’approches du maître, le saluant en rigolant comme un attardé et en lui faisant un clin d’œil.

« - Je m’incline, peut-être que vous avez plus de ressources que ce que je ne croyais ! Chapeau bas l’ami ! »

Parce que certaines situations, dans la vie des mages, nécessitaient certainement qu’ils rebondissent sur leurs pattes, changeant de plans. Ils vivaient du danger. Naissaient du danger. Cherchaient le danger. Les mages étaient des fous mais peut-être que certains étaient plus respectables que d’autres…Aller savoir ?

A la mention de ceci, tu eus l’image de ce pauvre type croisé dans un bistrot…Arzel. Maitre de guilde lui aussi. Il voulait t’avoir. Aucun talent pour la drague mais beaucoup d’attirance pour la boisson, il était drôle Arzel. Il te faisait rire Arzel…Mais il était fou. Fou de croire qu’un jour, tu rendras des comptes à quelqu’un. T’aime pas ça. T’aime trop ta liberté. Tu l’embrasses tous les matins en te levant. La liberté d’aller là où tu voulais, faire ce que tu voulais, sans rien dire à personne.

C’était ça, la vie pour toi.





 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Jeu 17 Déc - 14:52

avatar
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Que le meilleur gagne
Bacchus et Damian



Vous arrivez au cabaret là où tous les autres hommes sont déjà arrivés avec deux-trois, mais pas quatre. Quatre, c'est lui. Trois, c'est parce que le dégueulasse il a traîné sa soeur dans cette histoire. Quand sa soeur se rend compte qu'il ne sera pas celui qui gagnera, elle gifle son frère et retourne chez elle avec la flamme au cul. Toi t'arrives avec tes putes, les gens te regardent bizarre. T'es le seul qui a eu l'audace et les moyens de le faire. Tu t'es dit que pour quelques heures, seulement le temps de gagner, tu gagneras une plus grosse somme que tu as dépensé avec elles. Quelques jewels par-ci, quelques jewels par-là et elles ne font que jouer les escortes et t'applaudir le moment venu. Ensuite, elles pourront retourner jouer les jouets sexuels à n'importe qui d'autre que toi.

Tu prends place sur des coussins. Il y a de la place juste pour toi gros rustre et tes putes doivent rester debout. Pour une fois qu'elles se servent correctement de leurs jambes ces malpropres! Puis tu vois ton adversaire, ton ennemi juré de cette compétition s'avancer vers toi. Il rigole, il rigole parce qu'il sait. Il sait que t'as des putes, mais c'est légal. Aucun règlement ne l'interdit. Tu es plein de ressources, toi? Dans un sens. Tu te démerdes comme tu peux pour gagner avec l'orgueil. Parce que oui c'est une question d'orgueil. Le barman ne t'a pas donné cette "mission" pour rien. Il veut revoir le vieux Bacchus. Il veut revoir l'homme gonflé d'orgueil qui passe son temps à picoler et à draguer comme un abruti, celui qui se prend les gifles les unes après les autres sans se décourager.

« Hehehe! Un homme se débrouille comme il peut! C'est pas mal comme effort non plus ce que vous avez fait... »

Comparé à ta dizaine, tu ne peux pas t'empêcher d'exploser de rire. Il y en a qui sont mauvais perdants mais toi, t'es un mauvais gagnant. Tu te moques de ceux qui sont en-dessous de toi. Mais ça c'est dans ta nature. Tout le monde le sait, mais ce n'est pas tout le monde qui y est habitué à cette nature pourrie. Mais ton statut te maître te force à te lever et lorsque t'es debout, les filles se battent pour s'asseoir à ta place parce qu'elles ne sont pas habituées de se servir de leurs jambes comme un humain normal. Tu tends la main pour le féliciter de sa participation. Tu n'en as pas envie, limite ça te dégoûte mais t'as tout le poids de ta guilde qui te suit où que tu ailles...

« Allons allons... c'est quand même pas mal! Je ne serais jamais rentré avec autant de filles en utilisant votre méthode! Disons que quand on est un vrai homme, les paroles douces nous donnent envie de gerber! »

L'animatrice appelle les concurrents à s'avancer et à monter sur la scène. Le vainqueur est déclaré au micro. Il y a beaucoup de huées et quelques applaudissements. Toi, t'es tout sourire, les bras élevés dans les airs comme un orang-outan et tu gueules ta victoire comme un guerrier. Le chèque t'es déposé en mains, quelques photos sont prises et tu dis à tes filles de rentrer parce qu'elles te servent plus à rien. Tu décides ensuite de t'imposer. Tu t'assieds à côté du gars qui a décidé d'être en tête à tête avec la fille aux cheveux de jais. T'as un sourire bête, tu fais l'innocent.

« Je vous paie un verre, mes tourtereaux? »

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Sam 26 Déc - 10:36

avatar
Invité


Click

S.E.X
Je sens que le jeu se referme sur moi. Finalement j'avais rien compris, c'était pas ça les règles, y'a pas de gagnant y'a pas de perdant. Juste un ultimatum. L'amour ou l'amitié, qu'est ce qui vaux le plus, pour quoi ça vaux plus la peine qu'on se batte. L'amour, le vrai, la sensation de vivre qu'avec cette personne ou l'amitié, des amitiés indescriptibles, sans qui je ne pourrais vivre. Pourquoi c'est si compliqué, pourquoi on ne peut pas être pleinement heureux avec quelqu'un.

Il a gagné et il porte le poids de la victoire jusqu’à hauteur de son visage où s’affiche non sans gêne un de ces sourire satisfait. Il pouvait l’être. Il fallait avouer que pour une fois, tu t’étais fait battre sur un terrain où tu te pensais imbattable, ton propre terrain. Il y a de ces jours où l’on trouve tout simplement plus fort que soi. Il fallait simplement l’admettre et ravaler sa fierté et son orgueil alors que ses putes se chamaillent sur le sofa. Les femmes se battent vraiment pour un rien. Rien qu’une place sur un canapé où le ressort vous lèche la fesse droite et ça y est, cela peut être un objet de discorde entraînant des pays dans des guerres improbables.

Alors tandis qu’il salue la foule, toi, tu pars avec Abigail sous le bras. Elle est charmante Abigail, elle a ce petit sourire coquin et ces yeux pleins de charmes qui font brûler quelque chose en toi.

Vous en oubliez le concours et sa vulgarité et vous vous asseyez au bar, rien que tous les deux et t’apprends à la connaître Abigail. Parce qu’elle est de ces femmes que tu veux revoir et que tu veux connaître, quelque chose allant plus loin que de connaître les simples courbes de ses hanches, de sa poitrine et de son corps en lui-même.

Elle te parle pas de la vie ni de la situation actuelle, parce qu’elle n’a pas vraiment une âme charitable Abigail, elle a l’air d’être, finalement, celle qui laisse mourir les gens si ça peut l’arranger. Elle est le genre de femme qui fait sa vie sans compter sur aucun soutien. T’aimes bien les femmes un peu sauvage comme elle, elles ont ce caractère si commun. Ça te fait rire les femmes comme ça. Elles sont si rares parmi les petits objets fragiles qui vous entourent. Abigail, elle finit son verre d’une traite, ayant une descente encore plus rapide que la tienne et alors que tu rejoins son geste, revoilà le maître qui vous rejoins, vous proposant un verre. Finalement, il est tout seul le bougre et s’incruste non sans mal dans ta soirée. Tant pis.

« - Pourquoi se contenter d’un verre quand vous pouvez payer une tournée générale avec ce que vous venez de gagner ! Vous savez, si tous les mages sont comme vous, c’est étonnant que certains trouvent la vie si déprimante ahahah ! »

Tu l’aimes bien le maître de guilde, il est rigolo lui aussi et il a la même classe que Arzel. Aucun charme mais très doué pour la boisson, il ne fallait pas être idiot et encore moins un simple d’esprit pour connaître les rumeurs à propres de Bacchus Groh. Mais ça, ça te dépassait et de loin. Chaque homme était libre de faire ce qui lui plaisait et si t’étais mage, tu te serais pas gêné pour aller voir sa guilde de plus près…Mais tu l’es pas alors sa guilde, tu la regarderas de loin. C’est préférable.

Vos verres arrivent parce que t’as commandé autre chose en attendant que le vainqueur fête sa victoire comme il se devait de le faire et tu le regardes, levant ton verre en sa direction.

« - A votre victoire épatante ! Et aux hommes pleins de ressources….Ainsi qu’aux futurs nuits de folie à venir ! »
© GASMASK
 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   Dim 27 Déc - 19:56

avatar
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Que le meilleur gagne
Bacchus et Damian



Il parle, il généralise le petit... tous les mages comme toi? Allons, allons... si tous les mages étaient comme toi Bacchus, il y a longtemps qu'ils auraient pris la porte. T'es tellement rustre et désagréable que c'est à se demander comment cela se fait-il que personne n'est à tes trousses pour t'enfermer dans un bocal pour qu'on te regarde manquer d'air. Si tous les mages étaient comme toi, les femmes n'auraient pas le droit de voter ou de sortir de chez elles après 19heures. Si tous les mages étaient comme toi, on serait en rupture d'alcool depuis des années, on ne saurait pas faire de dictionnaires de plus que 100 mots, les villes sentiraient le vomi, les bâtiments seraient à moitié détruits et ce ne serait pas grave et plus personne ne ferait d'enfant étant donné ton manque de charme assez flagrant...

Il propose une tournée générale, t'as envie de lui dire de la ferme. T'as pas à dépenser ton fric pour les autres... surtout pas pour des perdants comme eux. Tu te contentes de rigoler et de payer un verre qu'à ces deux-là. Vous levez votre verre aux folles nuits à venir, mais aussi à tous ces tonneaux que tu vas pouvoir acheter à la guilde avec cet argent.

« À Quatro Cerberus! »

Ton sourire est fendu jusqu'à tes oreilles alors que tu bois ton verre d'un trait en le déposant bruyamment sur la table. T'es content d'avoir vu un gars comme lui ce soir. Ça t'as remonté le moral cette compétition. Peut-être que la prochaine fois, la compétition sera une compétition de beuverie! T'as compris par le regard insistant de la tigresse avec qui il passera la soirée que t'es pas le bienvenue. Elle veut du temps avec lui, pas avec toi. Tu leur dis au revoir, te lèves de ton siège avant de lui dire en toute franchise:

« Tu seras toujours le bienvenue à Quatro Cerberus, mon gars! Pour trinquer avec nous ou juste pour nous dire bonjour! Sur ce, bonne soirée! »

Tu leur fais un signe de la main en leur tournant le dos et en quittant le cabaret. C'était une soirée agréable que t'as pas eu depuis un moment. T'aurais aimé voir plus d'alcool, plus de filles potables à draguer, mais il y a toujours les jours prochains. Tu rentres à ta guilde avec le reçu de ta commande de tonneaux commandés avec ton gros chèque. Tu le dépose sur le comptoir au grand plaisir du barman qui le prend en souriant avant de l'accrocher à côté du permis d'alcool sur le mur. Le barman est content, t'es content, tout le monde sera content, les tonneaux plein sont contents... mais le sont plus après que t'en aies vidé deux ou trois avant d'aller te coucher...

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: S.E.X # Bacchus   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» BACCHUS/LE CARAVAGE
» BAALBECK/HELIOPOLIS
» Personnages disponibles
» Trois jours pour tout changer [PV Bacchus]
» Bacchus Dionysos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP