Ellipse
 MessageSujet: Ellipse   Ellipse EmptyMer 28 Oct - 18:15

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click


ELLIPSE
« Ce ne sont que des ruines, désormais. » Ses pieds se frayèrent un chemin parmi les débris, tentant de distinguer au sein des gravats les restes de son mobilier. « Je ne reconnais rien. » Le propriétaire fit une moue à peine sincère « C’est ainsi pour la quasi-totalité des logements que je louais. On a tous tout perdu. » L’offensive surprise de Legion sur Era avait eu raison de plusieurs quartiers de la ville avoisinant l’ancien siège du Conseil Magique, l’appartenant du jeune homme compris. « Vous avez une autre possibilité de logement ? _ Oui, je peux me débrouiller. _ Et... le Conseil magique ..? » Kôta se redressa pour croiser le regard inquisiteur du propriétaire. « Quoi ? _ Apparemment, le roi va... il va sévir. » Sous une pierre, néanmoins, Kôta récupéra une photo dans un cadre brisé représentant ses anciens compagnons de Blue Pegasus : Chris, Abigail, Aaron, Diego – juste avant qu’ils ne partent au Battle Royal. Ils souriaient tous, sans exception. Arrachant la photo de son cadre, il pu la déplier pour dévoiler la partie qui en était cachée et dévoiler ainsi la présence innocente de Damaz Elandez à leurs côtés. L’expression vidée de toute émotion, il enfouit la photographie dans une poche de sa veste et s’éloigna de l’endroit. « Le Conseil Magique n’existe plus, je doute qu’il se relève après ça. Prenez-garde à vous. » Ce fut la dernière fois qu’il fut vu à Era.

*

Le miroir de la salle de bain miteuse qu’il avait réussi à avoir dans un quartier sensible de Shirotsume, où les prix avaient énormément augmenté depuis qu’une partie de la ville avait explosé, renvoyait son visage pale au-delà de toute la crasse qui le recouvrait. Les dents serrées, il contemplait le reflet de son corps nu, meurtri par tant de combats qu’il n’avait jamais désiré, et voyait les deux immenses ailes de Phénix dans son dos s’élever au travers de toute la pièce. Un léger canif dans la main droite, il se taillada sans hésiter son avant-bras gauche, laissant une trainée de sang couler dans le lavabo. « Je suis un... phénix... » Face à tous les adversaires qu’il avait dû affronter avant que les bombes n’explose, sous l’adrénaline et l’appréhension de la défaite, il avait pu guérir de la peste du simple fait qu’il ait été partiellement transformé. L’oiseau rouge du désert, pourtant, ne lui avait jamais plus permis d’utiliser une telle faculté de soin. « Allez.. ! » Le sang coulait toujours sur l’avant-bras, la douleur s’intensifiait. Partout sur son corps, des cicatrices similaires témoignaient de ses tentatives infructueuses. « Allez... » Epuisé, il s’écroula lamentablement sur le sol, baignant dans son sang.

*

L’hiver disparaissait lentement mais les citadins avaient toujours leur air maussade, et il ne pouvait que les comprendre : quelques semaines plus tôt, Damaz avait été présent ici et avait tué sans hésiter des dizaines d’innocents. Traversant la ville sans but précis, il aperçut par hasard un visage connu marcher non loin de lui. « Leck ?! » Un ancien mage de Blue Pegasus qu’il avait recruté, voilà des années. Ils s’installèrent sur la terrasse d’un café pour prendre des nouvelles. « J’ai arrêté toute activité de mage. C’est mal vu, désormais, je suis beaucoup plus serein avec moi-même en oubliant que je peux faire ces choses. » Kôta n’osait plus le contempler directement et restait plongé sur la surface paisible de son café déjà froid. « Mais les mages ne sont pas responsables de tout ça... _ Tu rigoles, je l’espère ? L’ère des mages est compromise, Kôta. Les hommes ne veulent plus avoir affaire à la magie. Ces dernières années, tout allait bien jusqu’à ce que des mages interviennent dans les affaires publiques. Tu ne peux pas le nier, tu y as assisté aux premières loges. Legion, Ajatar Virke, tout ça. Tu as tenté de les stopper, en vain. Les mages sont trop dangereux aujourd’hui. » Ils se séparèrent rapidement, laissant à Kôta un goût affreusement amer en bouche.

*

« Allez... » Un nouvel essai, une nouvelle blessure béante laissant s’échapper beaucoup trop de sang. Ses ailes de phénix battaient dans son dos, son corps réchauffait et fumait presque sous la chaleur. Cette fois, il faisait jour, et la lumière du soleil le touchait imperceptiblement au travers de la vitre teintée de la salle de bain. Il prit alors le risque. Il sortit sur le balcon et sauta au-delà de la rambarde sans hésiter. Et s’il mourrait, en bas ? L’espace d’un instant, ses ailes ne battirent pas et il fut en chute libre. Mais son corps entier muta alors sous l’effet de l’excitation, et il réalisa pour la première fois sa transformation intégrale de Phénix. L’oiseau aux longues plumes rouges s’éleva alors dans les airs, poussant ses cris d’allégresse, se rapprochant du soleil. Réfléchissant le soleil, ses plumes s’enflammèrent rapidement sans perdre en intensité alors qu’il virevoltait toujours autant, porté par les vents nordiques. Il se reposa sur le toit d’une habitation après quelques minutes éternelles, reprenant forme humaine et s’affalant directement sur le sol, trop épuisé par l’expérience qu’il venait de vivre. Ses cicatrices avaient disparu, sa plaie était guérie.

*

Ses escapades aériennes continuèrent longtemps, du matin au soir il partait explorer les environs, le froid des montagnes enneigées au nord de la ville, toujours plus longtemps, toujours plus loin. Malgré son caractère exotique, il fut rapidement rejoint par les autres oiseaux de la région qui l’accompagnaient dans ses envolées journalières. Tous, sauf un – un oiseau les narguait en ne voulant pas les rejoindre, restant solitaire dans son nid. Le phénix voulu un jour aller à sa rencontre, affrontant le blizzard pour atteindre sa localisation, mais l’autre oiseau s’attaqua à lui et le repoussa violemment, le forçant à rebrousser chemin.

*

« Vous vous intéressez aux oiseaux de la région ? » Le bibliothécaire s’était penché sur le livre dans lequel Kôta était absorbé, et son intervention fit sursauter le jeune garçon épuisé par ses derniers jours. « Celui-là est une espèce très rare dans la région. On raconte qu’il serait responsable de l’hiver. C’est rare de voir des gens aussi intéressés par des légendes, aujourd’hui. Les temps ne sont plus aux rêveries, la réalité rattrape tout le monde. » Kôta n’écouta pas la remarque et se replongea dans l’ouvrage. L’oiseau en question était un Lumia, oiseau solitaire habitué des climats glacials. Peu d’informations existaient dessus, seules quelques personnes avaient réussis à en approcher, à le photographier, mais jamais à en capturer. Le garçon referma sèchement le livre.

*

« Hé, je te reconnais toi ! » L’ambiance dans la taverne devint soudainement plus lourde. « Ouais, c’est sûr, t’es un mec de l’ancien Conseil Magique ! _ Non, il était à Blue Pegasus ! _ Il a cotoyé toute cette vermine... Damaz Elandez, Lydia Illunar, Circé Ereine. Leurs visages sont affichés partout, mais personne n’a encore été jugé... » Sans un mot, Kôta se releva, paya sa note et quitta les lieux. Dans la rue, pourtant, il fut poursuivi par le groupe d’hommes qui s’en étaient pris à lui à l’intérieur. « Laissez-moi tranquille. _ Hé, tu te défiles, connard ?! » Se détournant subitement, Kôta alla à leur rencontre – maigre, chétif face à des hommes plus que musclés et hautain. « Je vous demande pardon ? » Pendant deux secondes, ils furent presque stupéfaits, mais reprirent rapidement consistance et rirent tous face au petit homme qui les défiait de la sorte. « Le monde se portera mieux sans les pourritures égoïstes comme toi. » Une lame sortit de sa manche, prête à trancher la gorge de l’ancien haut-gradé, et elle balaya l’air pour que l’incision fut efficace. Mais, tous surpris, ils se rendirent compte que Kôta s’était comme téléporté un mètre plus loin, rendant l’attaque vaine. « Comment t’as fais ça, enflure ?! » Ils s’apprêtèrent à lui sauter dessus, mais il se transforma en aigle et s’évapora dans le ciel crépusculaire.

*

Le Lumia était toujours perché en haut d’un mont dans la chaine de montagnes, et y parvenir était toujours autant difficile tant le blizzard était persistant. Mais Kôta tenait bon et approcha cette fois suffisamment proche de la bête qu’il souhaitait rencontrer. Celle-ci, à son habitude, fut agressive et s’en prit au phénix avec son long bec pointu, mais l’oiseau de feu ne se laissa pas faire et évita la plupart des attaques. Il tenait bon pour épuiser définitivement l’oiseau bleu, et une fois ceci fait, il recouvrit de ses deux ailes la bête fatiguée, chutant par voie de conséquence et l’emportant également dans sa déchéance. Intimement proche dans leur déchéance, un flash de lumière fit disparaitre le Lumia. Le blizzard se stoppa, ce qui permit au phénix, désormais seul, de réussir à voler à nouveau et de s’éloigner.

*

Assis sur son lit, les yeux clos. Kôta, dans le noir complet, visualisait face à lui l’aigle, sa première forme de take-over, fidèle et docile. Il voyait, plus loin, le Phénix, difficilement appréhendé, mais désormais en communion avec lui-même. Et, encore plus loin, presque recroquevillé sur lui-même, se trouvait le Lumia. Kôta se leva et s’approcha lentement, tendant la main pour apaiser la bête, mais celle-ci fut agressive. Dans un sursaut, Kôta revint à lui, seul au milieu de son lit. Il tenta de se métamorphoser en Lumia – ses yeux devinrent totalement noirs, des ailes d’un bleu pâle poussèrent dans son dos, ses ongles poussèrent drastiquement en pointe. Il leva les mains, et l’air autour de lui fut soudainement plus froid. D’abord ses doigts, puis ses mains et bras furent recouverts progressivement d’une couche de givre. Il se leva et se pencha vers l’extérieur par la fenêtre ouverte. Le vent, pourtant léger, devint soudainement plus violent, mêlé de neige, provoquant un réel blizzard. Satisfait, il voulut intensifier l’effet, mais aperçut des miliciens patrouiller au loin dans la rue et s’approcher de la dangereuse zone de turbulence qu’il venait de causer. Il fut presque tenté d’étendre le blizzard jusqu’à eux, mais se stoppa par un regain soudain de raison. La transformation fut annulée sur le coup et le vent, dehors, se calma immédiatement. Revenant à lui, Kôta réalisa que le contrôle du Lumia était difficile, et qu’il pouvait réellement perdre toute conscience s’il se laissait trop aller comme il venait de faire – et devenir complètement animal.

*

Il arriva à Arcadia, ville qu’il ne connaissait pas, avec ses dernières économies. Il s’approcha du nouveau palais royal et marcha jusqu’au QG de Silver Sword. « Vous avez besoin d’un reiseignement ? »

Il sourit. Déterminé.

« Je souhaiterais rejoindre Silver Sword. »





Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Ellipse (De l'an 2 à 6 du 11e Cycle)
» A l'invasion ! [Pré-ellipse] - Fini
» Ellipse temporelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Flashback