Aller à la page : 1, 2  Suivant
Live your Life # Arzel
 MessageSujet: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyMar 27 Oct - 10:45

Anonymous
Invité


Click

Live your Life
Avec - Arzel Cobalt


C’était comme la fleur d’oranger. Ça sentait le printemps, les fleurs. Ça c’était l’odeur à Mylène. Mylène la vilaine. Non pas qu’elle soit moche, elle était jolie Mylène, oh oui, vraiment jolie. Elle était peut-être même trop jolie et les femmes trop jolies, elles ne sont pas aimées. Les femmes faut pas qu’elles soient trop belles, trop intelligentes, trop sures d’elles. Les femmes faut qu’elles soient un juste milieu de beaucoup de choses…Mais Mylène c’était autre chose. C’était une femme intelligente et belle. Mylène, elle n’était pas aimée de beaucoup de gens, tu le savais. Cela faisait quelques temps déjà que vous vous croisiez dans les rues, elle était fleuriste pas très loin de ton auberge. Elle savait ce que tu étais, comme si elle avait lu en toi comme dans un livre ouvert. C’était gênant mais c’était plaisant que de ne pas avoir à faire semblant pour une fois. Alors Mylène, tu l’aides comme tu peux, en lui apportant un peu de plaisir la nuit, dans son lit.

Vous avez déjà dormis avec une femme messieurs ? Non. Alors vous ne comprendrez pas la suite mais à ceux qui comprendront, sachez que vous avez toute mon admiration.

Une femme qui dort, dans son lit, donc dans son territoire, c’était dangereux. Une femme c’était comme un catcheur la nuit. Ça vous pousse, ça vous mets des coups de poings ou de pieds, ça vous vole votre oreiller inconsciemment, ça prend toute la couette, ça vous fous par terre si vraiment vous dormez avec une tigresse et le pire de tout ça..Quand vous avez passé une nuit à vous faire battre et martyriser, au petit matin, ça vous accuse d’avoir ronflé toute la nuit.

Comment pourrait-on ronfler quand on ne dort pas de la nuit ?

Mylène elle était ce genre de femme la nuit, dans son sommeil. Elle se battait comme une lionne, sauvage et féroce. Mylène, elle était ce genre de femme ninja, qui passe discrètement ces cuisses autour de votre cou et qui vous le tort pendant que vous dormez. T’aimerais pas être le mec qui y’a dans ses rêves. Non, t’aimerais pas.

Alors au petit matin, Mylène elle se lève et elle part travailler, revenant le soir, au coucher du soleil. Revenant toujours plus féroce que jamais. Plus coquine chaque jour un peu plus.

Mylène la vilaine.

Mais Mylène elle paye bien alors tu la gâtes chaque soir un peu plus. Parce qu’elle le méritait. Chaque femme mérite qu’on lui fasse plaisir.

Mais aujourd’hui…Mylène ne vient pas. Elle n’ouvre pas sa boutique non plus.

Tu décides à sortir, à aller chez elle mais personne ne réponds quand tu frappes à la porte. La vieille concierge te dit que Mylène n’est pas là, qu’elle est partie tôt. Très tôt. Alors tu ne comprends pas. Partie ? En voyage ?
Alors la vieille elle te raconte l’histoire, qu’hier soir, Mylène a eu un accident avant de venir te voir. Mylène est partie…Dans un long voyage. Et elle ne reviendra pas.

Tu t’écroules par terre comme une masse, parce que c’est assez brutal comme nouvelle et puis Mylène, tu l’aimais bien. Elle est partie. Partie trop tôt. Tu sors, remerciant la vieille dame et t’en vas dans un bar. T’as envie de boire pour oublier Mylène parce que tu sais que de toute façon d’ici ce soir, tu l’auras oublié la jolie Mylène. Ce soir, une autre femme sera dans ton lit.

Y’a un type au comptoir qui aligne les pintes comme s’il était dans un concours de boissons mais avec son ami imaginaire mais t’as décidé de lui tenir compagnie, comme ça, vous serez seuls à deux.

« - A la vôtre mon ami. Et au bonheur d’être en vie. »

C’est comme si tu lui disais adieu à celui-là. Tu le connais pas. Il est juste là et tu lui parles comme si t’allais quitter ce monde. Comme si t’attendais qu’il te dise de pas le faire.

La vie valait-elle vraiment le coup d’être vécue ?




 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyMar 27 Oct - 12:39

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click


Live your Life x Damian

« Tu dois bien être conscient que cette bestiole est coriace si tu te rends là-bas. Elle a des dents l'ami, même moi j'ai fait trois pas en arrière avant de l'attaquer avec ma hache. » Il te regarde avec cet air effrayé car comme n'importe qui, il doit certainement être en train de te visualiser avec une hache, sautant à la gorge de la bête. « Non mais vraiment, elle a au minimum six pattes, je le sais car je lui en ai coupé une, ce qui m'a permis de la déséquilibrer et de l'achever. » Tu prends une gorgée de ton rhum, que tu claques contre le comptoir pour donner signe à la barmaid de t'en resservir un second. Elle s'exécute et tu ne fait qu'une bouchée de cet alcool qui enflamme ton estomac, tel un feu de brousse. Tu te mets alors à tousser en réaction et regarde la barmaid qui se met à sourire. « Pouah, mais il a quel âge ce Rhum ? Cent ans ? » Ton ton n'est ni énervé ni froid, tu sembles simplement surpris qu'un alcool arrive encore à te faire cet effet alors que tes dents du fonds baignent en permanence. Elle t'as certainement cerné, elle t'as même peut-être rendu service.

Tu prends une bonne bouffée d'air, attrape ton chapeau que tu décolles de ton visage pour le poser sur le comptoir, proche de ton verre et ouvres deux boutons de ta chemise. Aujourd’hui tu avais décidé de mettre une chemise. L'homme avec lequel du discutes se met à rire, réaction normal devant un type qui vient de se faire allumer par un verre de Rhum. D'autant que toi, avec ton corps plutôt bien sculpté, tu donnes aisément l'impression d'être un dur à cuire, ce qui n'est pas toujours vrai. L'homme se lève de son tabouret et t'annonces qu'il doit rentrer chez lui pour s'occuper de sa femme et de ses enfants. Il quitte les lieux. Tu le regardes partir et songes au fait que jamais tu n'aurais imaginé qu'un gaillard comme lui pourrait être un père de famille. Toi qui te promets sans arrêts de ne pas juger les gens que d'apparence, il faut croire que c'est un réflexe humain.

Tu soupires car tu avais enfin trouvé un copain avec qui parler pendant des heures de tes fausses aventures et que cela t’attristes de te retrouver tout seul à picoler, d'un si beau jour qu'est celui-ci. Tu voulais retourner voir tes parents, histoire de t'assurer que psychologiquement, ils se portent bien après la catastrophe. Tu n'as pas peur de grand chose mais si il y a bien quelque chose que tu redoutes c'est de leurs faire face, tentant de justifier le fait que tu n'étais pas présent pour défendre ta ville natale. Tout ça n'est en réalité qu'un profond malentendu. D'où tu étais, impossible pour toi d'arriver à temps, c'est un fait et non une histoire de volonté. Il penseront sûrement que ce n'est encore qu'un mensonge mais comme ils te connaissent plutôt bien, il verront bien assez rapidement que tu es sincère et que si tu le pouvais, tu aurais bien entendu fait le maximum pour défendre ce pays, car c'est l'homme que tu es.

Te retrouvant maintenant seul devant la barmaid, tu te dit que finalement, reprendre un verre de plus ne te coûtera rien de spécial. Elle attrape la bouteille et t'en sers donc un nouveau. Au nez, il semble que ce soit le même rhum que celui que tu venais d'avaler. Tu rigoles un peu gêné, en espérant que cette fois, il passera mieux que le précédent. « Non attends, sers-moi plutôt une bonne pinte ! » Elle t'observes un peu surprise et s'exécute. Tu n'as pas le temps d'en boire une gorgée qu'un homme se joins à toi, venant trinquer en ta compagnie. Tu ne réponds pas tout de suite et te contente de l'observer. Lentement, ton sourire se tire jusqu'aux oreilles pendant que tes joues commence à rougir en réaction à la quantité d'alcool que tu venais d'absorber.

« Santé l'ami ! » dis-tu en claquant ton verre très franchement contre le siens. Il semble un peu plus âgé que toi mais tu t'en fiche un peu, il a l'air marrant bien qu'un peu tristounet. « Mais ça va pas non de tirer une tronche pareille ! Bouge tes fesses ! » tu le tire par le bras, renversant même un peu de bière sur le sol, tu l'entraînes avec toi jusqu'au jukebox, y mets une pièce pendant que doucement la musique démarre.



« Allez hop ! » Tu commences à danser alors que tout le monde te regarde étrangement, ce genre de regards auxquels tu ne fait pas attention, comme l'homme que tu viens de rencontrer a si bien dit – Le Bonheur d'être en vie – Ce n'est pas rien. Puis ces gens, pour la plupart te connaissent un petit peu pour ton titre, tout comme ils te connaissent pour ton attitude, tu trouves donc forcément ça assez amusant.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyMar 27 Oct - 13:07

Anonymous
Invité


Click

Live your Life
Avec - Arzel Cobalt


T’as pas eu le temps de comprendre. Le temps de saisir. Le temps de réagir. T’étais déjà au milieu de la salle alors qu’il était là, se trémoussant comme une mamie faisant du pool dance. Sexy. Vraiment. Même un enfant serait traumatisé par un tel déhanché mais tu saisis la noble intention qu’il y avait derrière ce geste. Celle que de vouloir t’aider. De te faire oublier ton malheur que pour quelques secondes même si cet énergumène sortit de nulle part te fait plutôt penser à un fou tout droit échapper d’un asile psychiatrique. Les gens à Fiore ne savaient-ils donc pas se tenir ?

Quelle jeunesse dépravée.

Tu le regardes faire, se dandinant comme un dindon, se pavanant comme une autruche, faisant la belle devant tous ces regards amusés. Personne ne dit rien. Hors de question que tu t’adonnes à ce genre de démonstration humiliante. Hors de question de rentrer dans son jeu. Non.

Alors tu t’approches du jukebox et tu changes la musique pour quelque chose de plus calme, de plus doux, quelque chose de plus sensible et de plus parlant aux femmes dans l’assemblée. Tu en choisis une au hasard, juste comme ça, pour rigoler, juste pour oublier Mylène et tu poses une main à hauteur de ses hanches et l’autre prend la sienne fermement. Elle a l’air gênée. Toutes les femmes ont cet air gêné quand elles dansent mais au fond d’elles-mêmes, elles prient. Elles prient pour que la musique ne s’arrête, pour que cela aille toujours un peu plus loin, que cela dure toujours un peu plus longtemps. Tu le savais. Lire dans une femme n’était plus un secret pour toi. Elles étaient tellement semblables sur bien des points. Alors tu presses son corps contre le sien, cachant son visage contre ton torse et regarde l’amateur de tout à l’heure.

« - C'est comme ça qu'il faut faire. »

Un petit clin d’œil amical. Rien de bien méchant, juste pour lui montrer. Faire le sauvage amusait certainement la galerie mais ce n’était pas ce qui nous faisait avancer. Nouer des relations, plus ou moins intimement ou pas, c’était ça le dada de l’être humain. Ils sont mignons les jeunes à croire que le monde leur ai dû. Qu’il est là, dans le creux de leurs mains moites.

Il n’était certainement pas né que t’étais déjà dans des draps de satin. Il n’était certainement pas né que t’avais déjà du travail avec la vieille Liz. Elle ne t’a jamais ménagé cette vieille peau. Même si tu ne fus pas gigolo de suite…Tu étais déjà garçon de joie et c’était certainement encore plus dur. Promettre le plaisir et l’interdit sans pour autant s’y laisser aller.

Alors la danse se finit et tu t’approches de l’asticot, lui tendant la main.

« - Damian. »

Présentation faite. Salutation faite. Leçon…donnée.





 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyVen 30 Oct - 22:33

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click



Live your Life x Damian

La musique se coupe – Tout change d'ambiance. Le visage des gens changent, les personnes qui commençaient à se lever pour entamer une danse endiablée retournèrent à leurs places et toi, assez amusé de voir le garçon que tu viens de rencontrer prendre les choses en mains, l'observe le plus simplement du monde. De temps en temps des petits 'hic' te saisissement pour te faire comprendre que la quantité d'alcool avalée devient dangereuse. Tu attrapes alors une chaise, la retourne pour que le dos soit face à l'Homme et t’assois à l'envers dessus. Il commence à inviter une dame à danser. Il semble assez confiant, à l'aise, un comportement qui dénote pas mal de sa première remarque légèrement dépressive mais tu n'en tiens pas rigueur. Tu t'amuses. Regardant les femmes autour de toi, tu repères que certaines attendent impatiemment que tu les invitent à danser également mais tu n'en fait rien, tu restes là, tu regardes. La musique se terminant alors doucement, l'homme t'adresses alors un clin d’œil, tu es assez surpris mais te contentes de lui sourire en retour. Il semble te donner une leçon, tu secoues alors la tête de haut en bas, te mordant la lèvre, prêtant attention à chaque geste qu'il effectue. « Oh je vois. » fut ta réaction.

Non, tu ne te moque pas de lui en disant cela, bien au contraire, il est toujours bon d'apprendre de l'autre. D'autant que cette personne avec cette posture qu'il a, sa manière de se déplacer, de danser, de regarder les femmes dans les yeux, doit cacher une expérience plutôt mouvementée. La musique s'adoucit peu à peu et l'homme au bandeau sur l’œil vient se présenter. « Enchanté Damian ! » Un petit 'hic' d'alcoolique de nouveau et tu lui sert la main sans y mettre trop de force, mais ne la laissant pas toute molle pour autant. « Arzel Cobalt ! » Tu te présentes de la manière la plus simple du monde puisque finalement, une personne simple c'est tout à fait toi. Tu jettes un œil sur le bonhomme, l'observant de haut en bas et fait mine de réfléchir. « Je vois c'est donc comme ça que tu t'y prends ? Pas bête la bête ! Pas sûr qu'une méthode soit meilleure qu'une autre mais pourquoi pas. Bon je t'avoues que mon but premier n'était pas non plus d'attirer la gente féminine mais.. » Une courte pause avant de te reprendre afin d'éviter d'être directement catalogué. « Enfin pas la gente masculine non plus, pas là de suite en tout cas. »

Un sourire de nouveau et tu te lèves de ta chaise. Tu sembles quelque peu déséquilibré mais tu parviens cependant à rester debout. « Tu avais l'air tout tristounet, je me disait que remonter le moral des gens dans une telle situation, c'était plutôt sympas ! » Des gens un peu blasés comme lui, tu en a rencontrés un tas, que ce soit dans les rues ou bien dans la guilde en elle-même. Des personnes qui cherchent quelque chose de nouveau, une forme de sécurité. Peut-être que ce n'était pas du tout ce à quoi il espérait en venant te parler, c'est même très probable. « J'ai un peu bût donc je peu dire un peu n'importe quoi, ne fait pas trop attention. » Tu te rediriges vers le bar, là où tu avais laissé ton chapeau et t’assois à la même place faisant un signe de la main à Damian pour qu'il te rejoigne. « Boire n'est pas forcément la meilleure des solutions quand tout va mal mais en l’occurrence cette pinte passe drôlement bien. »

Cette phrase s'adressait aussi bien au type qu'à la barmaid qui d'un coup d’œil comprit que tu souhaitais bien entendu être resservi. Tu es comme ça, tu profites de la vie, de ce qu'elle donne après tout boire de temps en temps ne fait pas de mal et tu as bien envie d'en connaître un peu plus sur ce personnage étrange. « Je reviens des marais, ils sont drôlement dangereux j'ai faillis ne pas en revenir tiens, tu as déjà était par là-bas ? D'ailleurs que fais-tu dans le coin ? Tu vis ici ? » Un tas de questions balancées en l'air un peu comme ça, tu ne sais pas qui il est mais comme toujours et comme avec tout le monde, tu cherches à en savoir d'avantage, faire le sociable. Bien entendu, les marais ne t'ont jamais vus, ce n'est qu'un sublime mensonge mais que tu aimerais bien réaliser malgré tout. Les marais, ça peux être cool à voir.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptySam 31 Oct - 5:57

Anonymous
Invité


Click

Live your Life
Avec - Arzel Cobalt


Il se présente à son tour, retour de politesse, rien de plus. Tu l’écoutes parler, de tout et de rien, on s’en fichait, fallait juste combler le vide. Fallait juste faire connaissance, alors tu l’écoutes parce qu’un homme bourré, c’était drôle. Il était drôle. Il explique sa démarche à ton égard que tu remercies par un léger sourire moqueur. S’il savait ce que tu venais d’apprendre. S’il savait que tu venais de perdre, non pas une amie, mais un plan cul et également ton argent de poche du mois. Quelle déception. Va falloir trouver la prochaine et t’es certain que cette nuit, ça sera celle avec qui tu as dansé. Il suffisait de lui promettre monts et merveilles et hop ! Le tour est joué. Les femmes sont crédules sur ce genre de choses et de parfaites insatisfaites sexuelles. Toujours à chercher plus, à chercher celui qui saura faire, celui qui répondra aux attentes. Voilà pourquoi les dames sont si dangereuses. Parce qu’elles recherchent toujours la perfection dans la nullité. Les hommes sont nuls, fallait pas se mentir. La preuve…Entre un ivrogne qui essaye de remonter le moral d’un gigolo…y’avait pas photo. Vous faisiez clairement la paire. Mais ca, personne ne devait le savoir.

Il retourne s’asseoir, commande un autre verre et t’en fais de même. Il te parle des marais, te poses des questions. Tu souris derrière ton verre parce qu’il était rigolo ce petit là. Toujours à poser des questions avec sa tête d’ahuris heureux.

« - Je trouve plutôt mon bonheur dans une ville comme celle-ci qu’au fin fond des marécages boueux. Ahaha. J’ai un métier disons…Exotique qui demande une certaine...tenue. Mais je ne suis clairement pas du coin, je suis un genre d’immigré venu faire sa vie à Fiore et voir un pote introuvable. Un coureur de jupons d’ailleurs. Ahaha. »

C’est vrai. Will était ici et tu ne l’avais toujours pas revu. Tu ne sais même pas s’il est toujours dans le coin mais aux dernières nouvelles, il disait être dans l’armée…un truc du genre mais avec tout ce qu’il s’est passé dans ce pays, tu te demandes s’il y est toujours. Pour ce qui est de la partie coureur de jupons, c’est plutôt ton cas. Les femmes tu les aimais. Que trop. Elles étaient toutes belles et toutes séduisantes les uns que les autres. Il y avait trop à faire à Fiore, fallait juste les convaincre d’un adultère par ci ou par là et le tour était joué.

Les femmes c’était le récit de toute ta vie.

« - Et toi, à part boire, tu fais quoi de ta vie ? Aventurier dans les marais ? Ça pourrait être cool comme boulot. Ou alors clown pour personne triste ? A voir. Y’a pas de sot métier comme on dit.»

Tu réalises qu’il essayait de t’aider. A sa façon. Maladroite et tel un débauché des rues mais il essayait et rares étaient les gens comme lui. Les gens essayant juste.

«- J’ai perdu une cliente en affaire, ça m’a fait chier… Mais je crois que j’en ai trouvé une autre. »

En te retournant légèrement, tu salues la femme au fond de la salle, souriante. A son sourire tu devines tout. Ses envies, ses fantasmes, ses rêves inavoués. Tu lis en elle comme si elle était mise à nue là, à l’instant. Nue devant une foule de personnes mais aucun ne saura voir. Aucun ne saura comprendre. Parce que les hommes sont des idiots et des flemmards profonds.







 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyMar 3 Nov - 17:15

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click



Live your Life x Damian

Alors que ta motivation commence à retomber, tu te contentes d'écouter ce que raconte Damian. Tu écoutes quelques bribes de sa vie, de son histoire. Non pas que tu ne comprennes pas tout en raison de l'alcool mais quelques passages te semblent assez étranges. Tout ce qui touche au bizarre étant fortement intéressant pour toi, tu décideras certainement d'en savoir d'avantage. Pendant qu'il parle, ton sourire ne quitte toujours pas tes lèvres. Certains penseront que tu à l'air d'un idiot, d'autres que tu as peut-être trop bu et peu importe. chacun décide de voir ce qu'il veut chez l'autre, disons simplement que lorsqu'ils te regardent les avis sont assez mitigés. Tu as l'habitude de te faire plutôt apprécier mais en fonction des personnes, cela prend une forme tout à fait différente d'une autre.

"Oh, je vois, je vois." Tu prends une profonde inspiration, commençant à tenir tout un discours. Un discours fortement influencé par l'alcool. "Dommage de s'en tenir toujours à la même chose, si tu aimes ce genre de villes alors tu as peut-être raison d'y rester mais je part toujours du principe qu'explorer quelque chose de nouveau, voir des paysages que n'importe qui ne peut pas voir, c'est tout autant intéressant. Tu dis avoir une vie exotique alors tu dois certainement ressentir ce genre de choses par ton travail." Tu insistes sur ce détail alors que cette histoire de marécages n'est finalement qu'une invention, comme la plupart de tes paroles. tu ne cherches pas à l'agresser, loin de là. tu cherches simplement à débattre sur un avis sur lequel vos opinions semblent diverger. Il continue ensuite par souhaiter en connaitre d'avantage sur toi, te demandant si tu passes ton temps à boire ou si tu t'occupes différemment. Faisant glisser tes doigts sous ton menton, tu fais mine de réfléchir un petit instant.

"Non, non j'ai d'autres activités. Comme je le disais, je passe la plupart de mon temps à bouger un peu à droite et à *hic* gauche." Un petit arrêt pour reprendre ton souffle qui se fatigue après tant d'alcool. Tu décides d'ailleurs d'en reprendre une gorgée, une gorgée de ce verre que la serveuse vient tout juste de te resservir.

"Le reste du temps, je suis à la guilde et je... bois."
Puis tu rigoles car tu es certain que c'est cette réponse qu'il souhaitait entendre. Bien entendu que tu ne passe pas ton temps qu'à ça. "Je plaisante, je passe aussi pas mal de temps en missions, je m'occupe des petits poulains à la guilde. Après ce qu'il c'est passé, il faut encadrer un minimum les activités." Ta mine toute amusée d'il y a quelques minutes commence à se crisper lorsque tu repenses à tout ça. Tu évites un maximum de te remettre les images que tu as pût voir dans la presse dans ton esprit mais le sujet reviens sans cesses sur le tapis. C'est normal après tout.

"Tu as perdu une cliente ? Un travail mal fait ? Je ne juge pas ton travail mais tu me rend assez... curieux. Un travail tropical comme celui que tu sembles citer, comprenant en plus de jolies femmes comme je le comprend, cela semble être un boulot de rêves dis m'en plus." Puis tu reprends une gorgée et t'apprêtes à l'écouter. Être maître d'une guilde est un travail à plein temps et tu aimes savoir un petit peu ce qui se passe ailleurs, comme ça.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyMer 4 Nov - 10:38

Anonymous
Invité


Click

Live your Life
Avec - Arzel Cobalt


Vous aviez une opinion qui divergeait quant aux préférences que vous aviez tous les deux. Autant tu aimais ce genre d’endroit, autant lui, aimait le voyage. T’as plus l’âge pour ça, tu commences à faire de vieux os et la dernière fois que tu t’es promené en solitaire dans la montagne, t’as finis par te perdre dedans sans eau ni nourriture. L’enfer sur terre. Tout ça parce qu’une mamie n’a pas été capable de te donner la bonne info.

« - Crois-moi, j’explore tous les jours les nouveautés et les paysages que je vois, changent continuellement. Je pense, que je ne m’en lasserais jamais et c’est certainement la chose la plus…intéressante dans mon travail. »

Tu finis ton verre et tu l’écoutes parler. Ça avait l’air d’un type banal. De ceux que l’on rencontre au détour d’un verre, dans un bar comme celui-là. Un type sans histoire. Un de ceux qui traîne là, par occasion. Un de ceux qu’est là parce qu’il n’a rien d’autre à faire de sa journée. Un peu comme toi.

Et là…tu l’entends parler de guilde. Un rictus se dessine sur ton visage tandis que tu manques de t’étouffer avec ta propre salive. Tu donnes un coup sur ta poitrine comme pour redémarrer un vieux moteur alors qu’il continue. Une guilde ? Un mage donc ? Bah voyons. Encore un de ces nombrils du monde. Manquait plus que ça. Tu ne ressens pas spécialement une haine viscérale envers les mages et les guildes mais la magie, pour toi, c’était inutile. Les gens pouvaient travailler, vivre par eux-mêmes et ne pas dépendre de cette drogue que l’on appelle « magie ». Les mages ne savent plus rien faire. Ils ne savent pas penser par eux-mêmes, réfléchir aux conséquences de leurs actes, ils ne savaient pas travailler sans magie, ni vivre sans magie. Les mages étaient de ces êtres soit disant touchés par l’évolution qu’est la magie mais qu’au final, cérébralement parlant, étaient retournés à l’âge d’antan. L’âge où l’homme réfléchissait en se tapant dessus. Voilà à quoi se résume le cadre de vie d’un « mage ».

Tu lui adresses un léger sourire polie alors que tout compte fait, tu partirais bien d’ici. Il s’interroge sur ta cliente, pensant certainement à un travail mal fait. Il était tellement loin de la vérité.

« - Non. Disons seulement un accident de parcours. Je ne travaille pas comme tu peux l’imaginer et je doute que tu ais la moindre idée de mon job. Un petit jeune comme toi ne connait certainement pas les choses de la vie. »

Tu te penches avant de lui dire discrètement, entre deux murmures et un clin d’œil malicieux.

« - Je suis un gigolo. »

Tu rigoles alors que tu t’éloignes de lui pour sourire. Voilà de quoi tu vivais. Du sexe et du plaisir. Il n’y avait point de sot métier. Et puis cela tuait l’ennuie….Et non les gens.

« - Et toi ta guilde ? C’est de quel genre ? Celle qui tape sur tout le monde ou qui promet un toit aux sans-abris ? Après tout, il est question de ça de nos jours non ? »

Il n’y avait plus de distinctions. Tout le monde avait plus ou moins le même but avec plus ou moins la même envie mais exprimer différemment. Reconstruire le pays. Faire la paix. Se préparer pour la prochaine guerre. Tout le monde y pensait. Tout le monde le savait…Que ce n’était pas finit.

Mais toi, quelque part, tout ça, ça ne te touche même pas. Les idioties des mages, aider Pierre, Paul ou Jacques. Déjà, t’aidais même pas les hommes, qu’ils crèvent tous comme des abrutis. Y’avait que pour les femmes que t’étais prêt à laisser corps et âme dans la bataille.

Et seulement pour elles.








 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyVen 6 Nov - 13:20

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click



Live your Life x Damian

Curieux tu l'écoutes parler de son travail. Lui qui parle de quelque chose d'exotique, quelque chose qui lui permet apparemment de voir des paysages très variés. Toujours assis sur ta chaise, tu fixes la personne avec intérêt. Comment précédemment, il fait de toi son élève, comme si il voulait t'apprendre des tas de choses sur la vie. N'étant pas contre, tu bois ses paroles, cela ne fait pas de toi pour autant quelqu'un de naïf mais plutôt quelqu'un d’intéressé. La différence d'âge est importante et la légende dit qu'il faut toujours écouter ses aînées alors soit. Puis, soudainement et accompagné d'un clin d’œil peu discret, il donne le nom de son job. Ton visage reste totalement neutre, bien que tes paupières s’alourdissent par l'alcool. Tu décides de quitter alors ta chaise et de rejoindre Damian te mettant face à lui, levant les bras, tu viens agripper tes deux mains à ses épaules. « Fantastique ! » Une remarque comme une autre car bien que celui-ci cite son travail comme quelque chose de bizarre, d’original ou repoussant, pour toi, c'est tout simplement fascinant.

« Alors dis-moi comment ça ce passe ? Tu dois gagner pas mal d'argent, je n'ai jamais testé avec une personne âgée mais c'est un truc à faire dans une vie. Enfin 'hic' je ne dit pas que ta clientèle n'est faite que de vieilles mais ça doit être une bonne majorité non ? » Que voulez-vous, les petites dames doivent certainement avoir l'envie de retrouver un peu de leur jeunesse, impossible de leurs jeter la pierre pour ça. « Et les hommes tu prends ? J'ai déjà eu l'occasion de payer pour une femme mais jamais un homme, peut-être que c'est rare. » Ton haleine est concentrée en vapeurs d'alcool et tu demandes bien ce que cet homme de mi-âge doit bien donner au lit. Ce n'est pas ta seule préoccupation du quotidien mais aimant la vie telle qu'elle est, toute expérience est bonne à prendre donc autant en profiter. D'ailleurs, tu as entendu parler d'un bordel qui devient un peu célèbre dans le pays, tu y feras certainement un petit tour prochainement.

Enlevant tes mains des épaules de Damian, tu te recule un petit peu, histoire de bailler mais tout en évitant de le faire en plein dans son visage. Tu te souviens également qu'il t'avais demandé des informations concernant ta guilde. « Ma guilde ? Euh... » Sa question est un peu compliquée, tu n'est pas un crétin mais jamais tu n'avais pas véritablement réfléchis à l'image que la guilde pouvait avoir à l’extérieur, tu baignes trop dedans et d'ordinaire c'est Leen qui s'occupe de tout ça, tu ne cherches pas vraiment à te mettre à l'écart mais toi, tu préfères nettement le côté relationnel.

« En fait, les personnes viennent à nous. Les mages font des carnages ces derniers temps, je pense surtout qu'ils traitent le peuple comme des personnes inférieurs. »
Tu réfléchis car tes propos pourraient êtres facilement déformés. « Je veux dire, je ne généralise pas, chacun fait comme bon lui semble, certains sont sans doutes très 'hic' cool mais bon. Je veux avant tout montrer que nous pouvons largement défendre nos valeurs sans spécialement avoir l'étiquette de 'mage'. D'ailleurs j'espère que j'en ai pas la tête. » Tu espères aussi que ton discours est assez compréhensible, tu rigoles un petit peu et retournes t'asseoir mais cette fois-ci le dos contre le dossier de la chaise. Plus que s'asseoir, tu t'effondres dessus. Tu commences à vraiment devenir fatigué. Même si il acceptais de passer la nuit avec toi, même pas sûr que tu sois capable d'agir avec ton corps dans cet état.

« Tu sais, même si les gens ont peurs, ils ne perdent pas totalement espoir. L'espoir c'est le seul truc qui compte, pas besoin de se casser la tête avec un tas de discours philosophiques, les choses sont comme ça donc soit on décide de remonter la pente, soit nous sombrons. Les membres de ma guilde ont tous une certaine rancœur envers les mages, enfin une grande partie. Après tout ils ont vécus des choses pas faciles. » Donc non, ce n'est pas vraiment un refuge pour sans-abris ni une guilde faite pour taper sur tout le monde. De ton point de vue, si vous existez c'est avant tout pour exprimer et symboliser la présence du peuple. Montrer que les mages ne sont pas les seuls à se battre et qu'un type aussi simple soit-il dans la guilde pourra toujours rivaliser avec un mage si il fait preuve d'intelligence, d'ingéniosité ou plus simplement, qu'il utilise les bons outils.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptySam 7 Nov - 7:19

Anonymous
Invité


Click

Live your Life
Avec - Arzel Cobalt


Un rictus se dessine sur ton visage quand tu entends « Personne âgé ». Tu te penches alors légèrement vers lui, abordant un faux sourire trompeur avant de lui tirer le bout du nez.

« - Dis donc l’ivrogne. Tu n’insinuerais pas que je suis une personne âgée par hasard ? Non parce que c’est pas parce que j’ai l’âge d’être ton père que je suis vieux ok ? Plus aucun respect cette nouvelle génération…Je vous jure. Et puis ma clientèle est diverse, y’a de tous les âges et tu serais surpris de savoir que les plus coquines sont les filles de ton âge, gamin. Il faut dire qu’elles ont un appétit féroce ces cochonnes. Ahahah ! »

Il t’interroge sur le métier, te demandant si tu prenais les hommes et c’est vrai que jusqu’à présent, la question ne s’était jamais posée. Enfin, tu ne t’étais jamais demandé jusqu’où tu étais prêt à aller pour gagner ta vie, ayant jusqu’à présent, répondu aux besoins et aux demandes les plus étranges qu’il puisse être imaginé. Les hommes hein ? Bah t’étais pas le genre qui jugeait mais fallait au moins vivre l’expérience une fois pour savoir.

« - J’ai jamais essayé l’expérience avec un homme. C’est comme devoir choisir entre chocolat et caramel j’imagine. Hmm. Je testerais et je t’en dirais des nouvelles ! Ahaha, ça a l’air drôle. Je suis assez ouvert aux propositions, du moment que je suis payé à la fin, je m’en fous. Je vends du sexe rien d’autre, je vois pas pourquoi je ferais mon difficile. »

Il parle enfin de sa guilde et à ses sous-entendus sur les mages, tu comprends qu’il s’agit là certainement d’une association de « simple mortel », de « civils » comme ils aiment à vous appeler les mages. Il était vrai qu’avec tout ce qu’il s’était passé, chacun avait ses vœux, ses souhaits et ses exigences maintenant et les « humains » avaient décidés de ne plus se laisser mener par le bout du nez par les mages.

Ça va barder. Tu regarderas ça de loin. Ça a l’air drôle.

« - T’as juste l’air d’un ivrogne pour l’instant…J’sais pas si j’aurais pu dire que tu étais un mage ou pas. Mais je présume que t’en ai pas un après tout ça. »

Il continue son discours. C’est fou ce que l’alcool peut délier les langues et parfois même, dans des cas plus extrêmes, servir de sérum de vérité. Faites boire quelqu’un et il finira bien par vous dire tout ce que vous voulez….Puis par oublier. C’était pratique. La bouteille était le poison du cœur.

« - C’est pas que je t’aime pas gamin, mais j’ai pas envie de me lancer sur les grands débats concernant l’humanité avec toi. Je suis pas un mec fait pour ça et j’ai pas envie de casser l’ambiance avec mon opinion. Donc….Au lieu de ça….Passons un bon moment et tâchons d’oublier notre propre misère avant de parler de celle des autres. »

Tu commandes un autre verre d’un simple geste de la main et un simple regard posé sur ton accompagnateur te laisse perplexe quant à sa situation. Allait-il continuer ainsi ? Ou allait-il finir ivre mort, traînant par terre comme une vieille serpillère, baignant dans son propre vomi. T’avais pas vraiment envie de jouer à la baby-sitter ni envie de le ramasser par terre si ça finissait comme ça mais il avait pas l’air dans son assiette le jeunot. Tant pis.

Quand on n’est pas taillé comme un homme, on n’essaye pas de le paraître. Règle de base.
Aaah les jeunes. Donnez-leur le beurre et l’argent du beurre, qu’ils vous demanderont en plus, la crémière. Comme si c’était possible.

Jamais satisfaits.









 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel EmptyJeu 26 Nov - 12:33

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click



Live your Life x Damian

Quelques minutes depuis que tu as arrêté de boire. Ton dernier verre date de quelques minutes seulement et tu ressens déjà pourtant l'effet de l'alcool s'adoucir, tes paroles semblent d'avantage construite et logiques. D'ailleurs tu remarques assez bien que le ton de ton camarade devient de plus en plus virulent et agressif, ne comprenant pas un tel changement d'attitude, ta mine laisse apparaître un visage surpris, tu as écouté avec attention tout ce qu'il pouvait te dire et tu es même d'accord avec lui sur plusieurs points que tu vas tenter de développer. Jamais, simplement assis ici pour boire, tu n'avais imaginer entrer dans de telles conversations mais ce n'est peut-être pas plus mal, c'est ce qui permet d'enrichir une personne, que ce soit toi ou la personne avec laquelle tu converses. Après tout tu aimes apprendre de l'autre tout comme tu aimes apprendre aux autres, le tout est d'être suffisamment ouvert d'esprit.

« Oh non, je n'ai jamais dit que tu étais une personne âgée, tu es plus vieux que moi c'est clair mais je ne vais pas m'amuser à te dénigrer l'ami, loin de là et jamais d'ailleurs ! » Tu parles fort, pas suffisamment pour que tout le bar t'entendes mais fort quand même. Tu as toujours cette habitude de t'exprimer avec clarté, tu dis d'ailleurs bien souvent tout ce que tu penses et c'est bien là l'un de tes atouts ou pas d'ailleurs. Que les jeunes femmes aiment les services d'un gigolo c'est tout en leur honneur, chacun fait ce qu'il veut, autant profiter de la vie de toutes la manières qu'il soit après tout. « Enfin ce que tu me dis ne m'étonne pas. » Il avait poursuivi avec son discours sur les hommes, le fait qu'il n'avait jamais essayé mais qu'il tenterait bien.

« Non, sérieux ? Mais lances-toi ! C'est génial comme expérience, franchement. Enfin si tu en a l'opportunité je veux dire. Je t'aurais bien payé mais je préfère faire les choses naturellement. » Oui, tu aimes bien ce petit jeu du chat et de la souris lorsque tu repères quelqu'un qui te plaît, difficile d'ailleurs de trouver quelqu'un qui ne te plaît pas, chacun à son charisme, ses atouts et même si des points faibles sont bien souvent présents, il suffit de passer à côté pour profiter. Tu as un petit peur que Damian prenne mal ta dernière phrase alors tu tentes de te rattraper. « Euh, bien sûr ce n'est pas que tu ne vaut pas le coup d'être payé hein mais enfin tu comprends je pense. » Tu as l'impression d'aggraver ta situation donc tu préfères t'arrêter là et passer à autre chose. Tu vois que celui-ci recommande un verre, sur l'instant tu hésites à en recommander un nouveau mais tu décides finalement de calmer un peu le jeu, tu ne tiens pas à rentrer à l'hôtel en rampant comme une limace.

« Oublions notre misère, tu as raison ! Je vais un peu arrêter l'alcool pour le moment sinon je ne sais pas ce qu'il va m'arriver. Je vais même peut-être finir par te draguer. » Tu rigoles très franchement mais dans le fonds, c'est un peu vrai. Après tout, il a certainement beaucoup d'expérience cet homme, de quoi te faire apprendre un tas de trucs au lit mais pas dit qu'il accepte de profiter un petit peu le temps d'un soir que tu ne sois obligé de sortir un billet le lendemain matin. Tu appelles alors le barman et lui commande une bière sans alcool. Ceci est un peu un sacrilège pour toi mais pour le moment ce sera suffisant.

« Bon reprenons une conversation normale quand même. En dehors d'être gigolo, est-ce que tu fais quelque chose d'autre ? Ça doit te prendre un temps fou c'est sûr mais il y a plein de trucs à faire en dehors, non ? Il n'y a pas des trucs que tu as envie de faire et que tu n'as jamais fait ? » Tu sais très bien où tu veux en venir, ce genre de type, c'est parfaitement ceux que tu aimes voir arriver à la guilde, même si il a un caractère un peu spécial, c'est justement ce genre de personnages que tu apprécies et puis plus il y a de gens différents mieux c'est. Il y a plein de charmantes demoiselles à la guilde, il pourrait facilement trouver son bonheur, si il s'en donne la peine.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Live your Life # Arzel   Live your Life # Arzel Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ekaterina • Live your life
» Life in UCLA
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» THE IRISH WAY OF LIFE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP