11h00 - Exodus
 MessageSujet: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptySam 11 Juil - 23:12

Personnage Non-Joueur
Personnage Non-Joueur

PNJ

Click

Drake, ton corps était encore taché par la poussière soulevée lors de la violente explosion à laquelle tu venais d'assister, explosion ayant laissé un corps inconscient à tes pieds.

Daryan, responsable de celle-ci, de la destruction d'un quartier entier, tu oublias l'espace d'un instant Yoite pour te ressourcer.

Oméa et Damaz, loin de tout ça, survolez les cieux en direction du sud, quittant la ville sans vous détourner.

Mais dans les dédales de la ville, malgré les rues qui se ressemblent et qui forcent à s'y perdre, une fenêtre reste continuellement ouverte sur le ciel bleu. Et c'est à la fois Chris et Drake qui remarquent, à des dizaines de mètres au dessus de leurs têtes, les deux silhouettes voler dans les airs. La magie qui se dégage dans l'atmosphère ne ment pas, vous vous reconnaissez tous mutuellement. Et alors que le duo de recrues d'Ajatar Virke s'éloignait désormais de Shirotsume à toute vitesse, survolant une plaine désertique en quête d'atteindre la capitale, les deux pégases prirent leur envol pour stopper les criminels dans leur exode.


Vous avez 7 jours pour répondre lorsque c'est votre tour.

Ordre de réponse : Drake - Daryan - Oméa - Damaz - PNJ
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyDim 12 Juil - 11:00

Drake Fulgur
Drake Fulgur

Indépendant Légal

Click

Souffle, la magie a détonné et dans l'air il y a cette sensation familière. Cette odeur, cette présence qui me rappelle quelque chose de proche, quelqu'un : Chris. C'est son énergie qui a déferlé jusque là, tel un raz de marée, qui aura tout rasé. Et pourtant aux premiers abords je pensais que la vie m'avait quitté, je croyais encore à cette explosion d'Ajatar qui aurait tout détruit. Je pensais à l'échec, à la déception, à toutes ces pertes dues à la mort. A cette vie débutée il y a trop peu pour qu'elle se termine et je ne voulais qu'une seule chose, arrêter la bombe pour qu'aucun d'entre nous ne connaisse ce sentiment. C'est horrible.

A mes pieds reste couché le corps de l'homme qui venait à peine de se présenter, de se lier en tant que coéquipier. C'est fou comme tout se passe vite ici, mais le destin a voulu qu'il me protège. C'est à mon tour cette fois-ci. Ma main vient vérifier son poul, ne doutant pas de son inconscience je n'essaye même pas de le réveiller. Oui, réveiller, ses yeux sont clos et sa respiration est lente, il sommeille. Il me semble qu'il s'était battu bravement avant cela et la fatigue est peut-être la cause de son état. Quel don, de pouvoir se reposer si facilement, de s'adonner à l'oubli le temps d'une nuit tandis que l'esprit se reconstruit. Il est rare que je dors, moi. Il est rare que le vide s'installe et pourtant je reste debout, grâce à lui. Je me relève et songe à le ramener autre part mais le fait que Chris est là me semble aussi important que le sauvetage de cet homme. Cette technique, pour qu'il l'ait utilisée là, c'est qu'il a un souci.

Mon regard se porte vers la source du projectile magique mais je ne vois rien à part des débris, il est bien loin. Là-bas, mais loin. Mon bras vient essuyer mon front de la sueur mêlée à la poussière de l'explosion avant de prendre sur mes épaules le corps de l'évanoui. Et soudain dans le ciel, je vois Damaz. Je le vois voler, quitter la ville alors que le combat n'était pas fini. Et là, tous ces mots qu'il a pris soin de me dire prennent sens. Diviser pour mieux régner, il avait donc prévu de venir en renfort plus tard. Tout cela semble logique dorénavant, ils veulent la capitale. Du moins c'est ce que leur direction signifie. Mes bras laissent tomber à terre le corps d'Iris sans se préoccuper de sa chute, balancé comme un vulgaire poids. Et une fois délesté, j'entame une course vers cette vermine. Je cours et prends appui sur les restes d'un immeuble gisant au sol pour sauter. Sauter alors que, projeté depuis mon coeur, le corps métallique d'Iron apparaît sous le mien. Chevauchant désormais la monture aux allures de pseudo-dragon, je lui présente la destination

Iron, vole jusqu'à Crocus.

L'esprit déploie ses ailes et des réacteurs permettent de nous maintenir en hauteur tout en gagnant en vitesse pour égaler celle de l'animal. Le regard porté vers les traqués, je ne bronche pas face au vent qui fouette mon visage.

Essaye de ne pas les perdre de vue.

Un silence se fait avant qu'Iron répond sur un ton sarcastique.

Bonjour Drake, comment vas-tu ?

Je ne réponds pas, bien trop concentré pour m'adonner à ce genre de commodité. Un soupir d'ennui seulement est relâché.

Tu sais, moi je vais bien...

Je n'ai pas le temps pour ça, Iron.

Oh, dans ce cas tu ne m'en veux pas si je ne te parle pas de ton maître qui nous suit juste derrière.

Ralentis. On le prend avec.

L'esprit se met à ralentir pour laisser à Chris le temps de nous rattraper et lui laisser le choix, s'il le voulait, de monter sur Iron pour lui épargner de trop grosses dépenses magiques lors du trajet. Soudain, alors que nous avançons lentement, Iron ajoute.

Tu sais, avec le trajet qui nous attend, il faudrait que tu sois un peu plus convivial, tu ne penses pas ?

Hmmm... c'est vrai. Je pourrais l'être. Dans ce cas, pour répondre à ta première question : je vais comme un homme qui va peut être exploser à la capitale, mais je vais peut-être entrer dans l'histoire en tant que sauveur de Crocus avec son acolyte Iron, ça sonne plutot bien tu trouves pas ?

Ca me plait beaucoup, beaucoup plus que ton idée pour nous appeler les "Les Chevaliers Pacificateurs". Ah au fait, j'ai un message de Corona : "Si jamais tu te retrouves contre Damaz, elle sera prête à se battre pour se venger." Elle s'en veut un peu de son dernier combat.

Je vois, elle a sûrement un plan. Mais elle n'a pas a se faire de regrets, nous sommes tous fautifs.
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyDim 19 Juil - 14:43

Daryan C. Illunar
Daryan C. Illunar

[M] Weer Lopen

Click




Exodus


Il s’essouffle à terre. Lorsque tout a explosé, son corps s’est détruit. La déflagration l’a soufflé. Daryan est là, à terre, un corps qui respire à peine, vide de magie. Il ne sert plus à rien. Je soulève son col pour regarde son visage et il est endormi. Je souffle. Yoite de Legion devrait être quasiment mort à cette heure-ci. Il a été attaqué par des lames qui pourraient trancher des piliers d’acier et des roches, a été au cœur d’une explosion, transpercé par des flèches, percuté par un torrent, mis à fin par des renards aux crocs acérés, pris de chasse par Inari, rendu aveugle, sourd et paralysé, et a fini au cœur d’Exodus, copie conforme d’Aetherion, canon à propulsion magique d’aethernano pur, qui a ravagé tout un quartier ; aveugle, sourd et paralysé, il a réussi à s’en sortir. Comment a-t-il fait pour percevoir l’attaque qu’il venait ? Comment aurait-il pu entendre le son de la flèche pourfendre le vent à près d’une vitesse moyenne de cinquante mètres par secondes ? Comment a-t-il pu bouger de l’emprise des ondes de chocs le faisant pantin désarticulé, avec une jambe qui lui a été coupée, et le corps paralysé ? Comment est-il encore debout ?

Je suis essoufflé. J’ai perdu ce combat. Mon corps à terre que je regarde de haut, je le vois souffrir. Je ressens presque sa douleur. Nous ne sommes pas des clônes ; nous sommes des personnes à part. Je suis Daryan Chris Illunar, fils des Illunar, frère d’une Lydia encore vivante, maître de Blue Pegasus, bombe humaine, sauveteur des équipes de Merculius, la tour des pégasus, le menton qui se lève sur chacun de nos ennemis ; je suis celui qui rage celui qui venge celui qui a trop souvent mal. Ce n’est pas vraiment moi. Moi je suis celui qui accepte les ordres, qui dit « oui » à ceux qui le mérite. Abigail Phoibos, elle, a voulu Legion mis à mal, a voulu la protection de Blue Pegasus. Je suis Daryan Chris Illunar, fils des Illunar, frère d’une Lydia apparemment vivante, maître de Blue Pegasus pour ce qu’il reste de temps, souvent une bombe humaine, sauveteur des équipes de Merculius face à l’Ajatar Virke mystérieusement dans l’illégalité, la tour et le fou des pégases, le menton levé car pantin d’une belle dame familiale ; je suis le pion qu’on envoie au combat.
Je sens Exodus autour de nous. Il a ravagé tout un quartier de Shirotsume. Je souffle. Je devrai sans doute expliquer ça au Conseil de la Magie. Qu’importe, je dirai qu’il s’agit d’un combat avec un homme de Legion qui a voulu mettre à mal la ville. Je dirai la vérité comme je la vois, alors oui, qu’importe.

Exodus ricane autour. L’aethernano s’élève dans les airs. Mes pieds se détachent du sol et j’accompagne les particules. Je commence à respirer bien fort, au-dessus de mon deuxième moi qui souffre encore. J’inspire, j’expire, je concentre tous les courants autour de mon corps quasiment vide de magie. Je respire les courants que je fais élever vers moi, plein de molécules magiques précédemment dans mon corps ayant encore ma marque. J’aspire ma propre magie que je concentre grâce aux particules aériennes. Je les fonds dans mes poumons et les absorbe. Je suis Daryan Chris Illunar, maître de Blue Pegasus, j’ouvre les yeux parce que je suis encore près à écouter les ordres.
Mes yeux mirent mon second corps en dessous. Je le regarde tristement et énervé. J’allais le faire disparaître pour ne plus m’infliger – lui infliger – la souffrance qu’il ressent, mais j’ai baissé les yeux vers la terre et j’ai vu le paysage. J’ai vu tout ce qu’il se passait. Miracle Lens toujours activée je ne vois aucune trace magique dans tout Shirotsume à part les combats en cours. Comment Ajatar Virke compte-t-elle faire exploser ces villes ? Il doit y avoir des explosifs quelque part. Je m’élève dans les cieux pour mieux les voir.
Shirotsume était un leurre, une pauvre ville qui a subit tant de massacres pour un leurre. J’en souris nerveusement.

Il fallait prévenir les autres. Alden et Anri sont ailleurs. Il manque Altiel, plus loin. Et Drake. Où est-ce-que cet idiot est parti ? Il passe en-dessous de moi. Crocus. Il va en direction de Crocus, là où tout explosera. Je me mors la lèvre inférieur. Si nous sommes encore sur les lieux lors de l’explosion, je pourrai me protéger, j’ai toujours survécu aux pires conneries que j’avais en tête ; mais lui ?
Je m’écrase sur l’esprit volant. « Drake, t’es sûr de ce que tu fais ? Je n’irai pas te ramasser à la petite cuillère dans ta tentative de suicide. » Ici, celui qui gère les tentatives de suicide, ce n’est pas toi, c’est moi.
Trop occupé à reprendre ma respiration et mes forces, je n’avais pas senti la présence autour de nous d’un homme détestable.


© Fawks

_________________________________________________________________________

« Avez-vous confiance en moi ? Iratus Orationis est née, signe de la révolte du peuple, de votre perte de confiance. Mais aujourd’hui je vous propose Weer Lopen, née des cendres de la Blue Pegasus d’antan. Nous ne nous soumettons à aucune institution : notre mot d’ordre est l’indépendance, la liberté et l’équilibre que doit recevoir ce pays. Nous protégeons, nous garderons, nous punirons, et ferons de votre voix celle du peuple et de la raison. »
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyJeu 30 Juil - 0:11

Oméa K. Shizuka
Oméa K. Shizuka

Ajatar Virke

Click


Exod... zZZz...


Tu fatigues. C’est dur à admettre, même pour toi, mais tu restes réaliste. Depuis que Damaz a commencé son vol, ta tête ballote de plus en plus et tes yeux se ferment petit à petit. La seule chose qui te permet encore de tenir, c’est la désagréable sensation des serres de l’oiseau autour de tes poignets. La douleur reflue, bien plus forte que le flux d’adrénaline dans ton sang, déclenchant en toi une série de sueurs froides et de décharge électrique là où les nerfs ont été mis à rude épreuve par l’action de la chaleur. Faiblesse, souffrance et lassitude. Tout ça t’abrutis, te rend lente, contreproductive. Les yeux fixés sur le sol, tu te sens à peine l’énergie de relever le nez pour regarder l’horizon. Tu contemples le chaos sous vos pieds alors qu’il s’éloigne à vive allure. Un clignement de paupière et tu sursautes devant le changement d’environnement.

La ville a disparu. Damaz et toi, vous êtes en l’air, toujours en route, mais à présent au beau milieu de nulle part. Tu as dû t’assoupir. Non, tu t’es assoupie pendant quelques minutes. Tu devrais te penser reposée, apaisée. Tu devrais être prête à attaquer la suite. Mais ce n’est pas le cas. Ton corps tout entier implore grâce et, au loin, tu sens la présence veloutée d’Azariel. Tu ne sais pas comment ni pourquoi, mais tu es persuadée qu’il n’est pas loin de toi. A tort ou à raison, d’ailleurs. Un bâillement s’échappe de tes lèvres et tu remues enfin la tête. Le paysage est vierge, sauvage, d’un vert défiant toute palette d’artiste de reproduction. Brusquement, tu meurs d’envie de t’arrêter là pour peindre. Le calme t’attire, aussi surement que la vision des deux corps volant dans votre sillage. Tu soupires. Tu n’as pas envie de t’agacer avec des péquenauds volants non identifiés. Tu veux juste dormir, récupérer pour être optimale plus tard à ton heure. Seulement, c’est le hasard qui décide. Un hasard d’autant plus casse pieds qu’il est purement et simplement heureux de vous choisir les pires poursuivants que tu pourrais imaginer.

« Damaz, nous avons de la visite . »

Tu ne trouves rien d’autre à dire. A quoi bon, franchement, faire compliqué dans votre situation ? Tu sollicites doucement ton cerveau embrumé. Il te faut un plan, quelque chose de potable, qui puisse repêcher l’impossibilité momentanée que tu as d’utiliser un arc. A sa réponse suit l’invocation de l’armure de Bélial et pouf, tu disparais de leur vue comme par enchantement. Tu penses bien à quelque chose, mais c’est trop tard, on t’a déjà aperçu. Il ne te reste pas grand-chose, tu dois l’avouer. La fatigue et la persistance de ton envie de gerber chasse les idées presque aussi efficacement qu’un ado de treize ans une bouteille de Gin dans un supermarché. Quand Damaz fait mine de bouger, tu t’aperçois que la possibilité de vomir sur tes poursuivants n’est peut-être pas aussi conne qu’elle le parait. Et puis, ça aurait le mérite d’être amusant, pour une fois. Amusant et utile. Penser à des choses aussi alambiquées t’aide à réfléchir. L’inspiration nait doucement et, soudain, tu te mets à sourire. Tu espères vraiment qu’Azariel n’est pas loin. Son aide sera sans doute plus que nécessaire pour la suite.

« Pose moi et essaie de les faire tourner un peu. Je vais les descendre en vol . »

A quoi bon faire compliqué, quand les choses sont simples ?



Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyVen 7 Aoû - 13:42

Damaz Elandez
Damaz Elandez

Ajatar Virke

Click



"Destruction Centrale"


Exodus




" 11h00 "

Tes os craquent, ton corps mute alors que tes bras deviennent les ailes majestueuses. Le faucon s'empare de ton âme avec une douce euphorie, tes pieds deviennent serres acérées, taille humaine dans le mélange sublime de l'homme et de la bête, harpie fendant les cieux alors que tu t'élances d'un battement d'ailes, tes serres en enlaçant les poignets d'Oméa, les meurtrissant de leur contact rêche.

Tu gagnes en vitesse alors que sous vous la ville déserte défile jusqu'à disparaître pour la nature environnante, spectacle grandiose et étrangement reposant malgré la situation. Tu fends les cieux traînant ton fardeau, un fardeau léger mais qui pourtant commence à te ralentir, te fatiguer sur la durée. Tu chasses cette pensée, ton allure diminue pour tenir sur la longueur. Une longueur s'écourtant alors que la voix d'Oméa retentit, un mouvement de tête sur le côté pour confirmer ses dires alors que tes yeux de rapaces aperçoivent au loin vos poursuivants, des poursuivants que tu reconnais dans une crispation des mâchoires.

Oméa disparaît alors que pourtant son poids est toujours présent, le contact de ses poignets toujours prisonniers de tes serres, un poids plus important, étrange contradiction avec sa disparation, l’espace d'un instant l’idée de les semer te traverse l’esprit, une idée vite oubliée alors que tu sais que munis de ton alliée tu ne pourras pas impulser la vitesse nécessaire...

Elle parle à nouveau, il semble que les événements se profilent sur un affrontement imminent, soudainement tu plonges en piquet, tes serres desserrant leur étreinte à quelques mètres du sol alors que dans la suite de l'action ton corps craque entièrement, explosion des os et déchirure des organes alors que ce n'est plus la harpie mais le faucon qui frôle le sol avant de remonter dans les cieux d'un battement d'ailes impérieux, une liberté qui t’envahis, la légèreté qui la suit alors que tu t'es débarrassé du poids supplémentaire d'Oméa.

Un battement d'ailes furieux alors que tu fais volte face dans une ronde aérienne, tes yeux de rapaces distinguant les silhouettes s'approchant dangereusement, tu montes plus haut dans les cieux alors que tes plumes se couvrent d'argent et que tes pupilles acérées prennent la couleur de l'or, une seconde paire d'ailes venant naître derrière les premières dans le déferlement de ta magie oubliée. Et alors que tu continues ton ascension ton bec s'ouvre pour laisser échapper le cri strident du faucon, un cri puissant, un appel divin alors que soudainement le ciel se couvre de nuages noirs, que le tonnerre se met à gronder alors qu'un violent orage éclate subitement autour de toi et le cri retentit à nouveau dans un bruit strident alors que se couplant à l'orage c'est le vent qui se lève violemment en de puissantes rafales se tournant contre les deux silhouettes comme si le vent lui-même avait choisit son camp. Un camp que l'orage supporte alors qu'un éclair fond sur les deux chevaux ailés.

Les dieux avaient répondu à l'appel du messager.

Spoiler:
 



© Bebebe
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyVen 14 Aoû - 21:07

Drake Fulgur
Drake Fulgur

Indépendant Légal

Click

Fusion entre peur et courage, sentiment amer que procure cet obscur mélange, je panique à la vue du maître de guilde. Suicide, le mot résonne à la fois comme une sentence et un avertissement. Suis-je fou à ce point ? Mon regard se dirige vers Iron qui vole presque sur place et arque son cou vers moi pour attendre mon verdict, je ressens son inquiétude. Mais au loin, la seule vue du rapace provoque un agacement profond. Je ne peux rester là à rien faire. Doucement, je lève les yeux vers Chris pour lui fuir comprendre mon ressenti et explique ma motivation.

Je ne suis sûr de rien du tout. Je sais juste que je ne peux être à l'origine de mes plus profonds regrets.

Ma voix tremble sous la peur et l'excitation, elle s'éteint légèrement avant de ressentir le besoin de se justifier pour me motiver moi-même. Je veux que ma voix soit forte, tout comme mes convictions. Je veux ne plus avoir à hésiter.

Mais je ne t'oblige en rien à me suivre. J'irai, que tu m'accompagnes ou non, car tu vois, j'ai déjà fait mon choix.


Mes pensées se tournent vers mes souvenirs, à cette journée passée dans un asile, à ces moments de trouble entre rêve et réalité, où cet ami m'a appris que même les fous font preuve de plus de lucidité que certains. Même si ce que je fais peut paraître absurde aux autres, faire ce qu'on pense être le bon choix est la meilleure des solutions. L'oiseau se tourne alors que ma tête fait de même, surpris par les vents naissants et faisants reculer Iron petit à petit. Mes sourcils se froncent, et voyant là une nouvelle opportunité de se rendre utile, je dévoile mes intentions à Chris.

Si nous ne pouvons pas sauver Crocus, retardons au moins les renforts adverses. Ou au mieux, arrêtons-les.

Les réacteurs d'Iron s'éteignent alors qu'il se laisse porter par les vents, recule en une pirouette pour se poster en écart sur le côté. Je vois là les nuages noirs se former sous l'influx du cri animal et cela ne présage rien de bon. Une main se lève, salvatrice, alors que sous sa paume, face à l'esprit fait de rouages, un cercle magique de la taille d'un homme se dessine. L'autre va chercher dans le dos quelque chose d'inexistant encore, serre le poing alors qu'en son creux vient s'installer un arc fait d'or.

Disque purgateur


La foudre s'en prend à la barrière tandis qu'Iron profite de la résistance pour nous soustraire de sa portée . Le disque cède et se rompt quelques secondes après, laissant poursuivre l'éclair dans sa course folle. Les vents s'opposent toujours et je ne peux attendre sur Chris pour qu'il rétorque. Je bande alors mon arc en direction de l'oiseau, vide de toute flèche tandis que sa corde vient frôler mon oeil. Puis au moment où mon doigt la lâche, un trait de lumière jaillit de l'arme, rapide en raison du fait qu'il n'est même pas freiné par les vents, il n'a que pour cible l'oiseau. Soudain, non pas un seul doigt, mais quatre viennent tirer sur la corde et se sont quatre traits qui fusent vers les ailes de la bête mi-homme mi-oiseau. Et alors que je regarde ma cible, une voix intérieure me dit.

C'est bon, elle est prête.

Aucune réaction, mon visage reste impassible alors que je viens de découvrir une des plus bonnes nouvelles. Nous avons un plan de secours.


Spoiler:
 

 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptySam 15 Aoû - 15:43

Daryan C. Illunar
Daryan C. Illunar

[M] Weer Lopen

Click


Exodus


Une ombre étrange me cache le soleil. Couché, j’ouvre difficilement les yeux et observe ce qui nous dérange d’en-haut, remarquant une créature ridicule et monstrueuse au corps moyennement humain et aux minuscules ailes d’un rapace diurne. Je crois à une blague, à une drogue quelconque. La chose plante l’air en piqué et effleure le sol, puis remonte dangereusement, placée plus loin, battant de ces piètres ailes qui arrivent étonnamment à porter un corps aussi gros. J’ai l’impression de voir une de ces chimères hideuses.
La réelle identité de la chose se révèle, me confirmant à moi-même que Damaz nous avait habitué à bien mieux, plus agréable à regarder, nous empêchant parfois de voir son horrible visage qui n’inspire que dégoût et traitrise aujourd’hui. Mes ongles rappent le métal de l’esprit volant et je mors mes lèvres par le stress. Il semblerait qu’il veuille engager le combat, ou au moins nous empêcher d’aller plus loin.

Drake n’est pas assez fort pour parer toutes les attaques. Certaines passent la zone de sécurité. Damaz est bien plus puissant que lui. La fuite est inévitable.
L’éclair arrive vers nous. J’ai peur d’avoir compris la suite, tel un « à toi de jouer ». La panique s’empare du peu de concentration qui m’habite ; comment faire quoi que ce soit alors que je ne peux tout simplement pas ? Mon corps est rempli de magie, mais impossible de l’utiliser avec le peu d’endurance que j’ai encore. Je n’arriverai qu’à bouffer le peu de batterie qu’il me reste, à mener mon organisme au-dessus de ses limites. Pourtant la créature sur laquelle nous volons est faite d’un minéral trop conducteur pour oser se prendre l’éclair de front. Je lève la main et bloque l’énergie qui nous arrive dessus.
Lorsqu’il disparaît totalement je sens une matière froide au-dessus de mes lèvres. Je ramène mon bras vers moi. Mon index et mon majeur collés me ramènent un liquide rouge. Le combat avec Yoite et ma désintégration dans Exodus m’a complètement fait frire de l’intérieur. L’absorption de l’aethernano naturel à Shirotsume m’a presque achevé, mais je ne m’attendais pas à être aussi mal en point.

Les vents-arrières nous empêchent d’avancer. L’esprit métallique reste en vol pour rien. Nous devrions monter et prendre les courants avant, au-dessus des nuages. Ou descendre pour rester constants. Mais impossible de bouger, et Drake n’est pas à l’aise dans ces intempéries. Damaz a une quantité d’énergie plus puissante que moi, il n’a pas à le démontrer, ça semble quasiment évident. En revanche, sa magie se repose sur la transformation. La mienne sur le naturel, et est spécialement basée dessus. Si je tente de prendre le contrôle de l’air, je suis sûr de pouvoir faire au moins quelque chose.
Les possibilités me semblent sûres mais la consommation d’énergie serait trop puissante pour obtenir seulement plus d’une dizaine de secondes pour bouger.
« Drake, accroche-toi, je vais essayer autre chose. »
J’essuie le sang qui afflue de mes narines. Les paumes couchées sur le métal de l’esprit, je murmure le sort du « Ventus ». Le sang se remet à couler et s’égoutte sur la chose volante dont l’aura prend une couleur scintillante. Les vents-arrières entourent la créature, utilisant leur puissance pour créer une zone d’antifriction. J’expire par saccades, difficilement. Plus il y aura de courants qui nous viennent de devant et plus la chose accélèrera. Elle a déjà la capacité de voler, alors je me concentre pour augmenter les effets de friction, multipliant sa vitesse d’origine par trois. Le but n’est pas de contrer les attaques que Damaz nous envoie mais bien d’esquiver et de continuer notre chemin.
Au final le sort reste permanent et je finis par tourner de l’œil pour perdre l’équilibre et glisser de la machine en vol.



© Fawks

_________________________________________________________________________

« Avez-vous confiance en moi ? Iratus Orationis est née, signe de la révolte du peuple, de votre perte de confiance. Mais aujourd’hui je vous propose Weer Lopen, née des cendres de la Blue Pegasus d’antan. Nous ne nous soumettons à aucune institution : notre mot d’ordre est l’indépendance, la liberté et l’équilibre que doit recevoir ce pays. Nous protégeons, nous garderons, nous punirons, et ferons de votre voix celle du peuple et de la raison. »
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyDim 23 Aoû - 13:52

Oméa K. Shizuka
Oméa K. Shizuka

Ajatar Virke

Click


Exod... zZZz...


Tu tombes. Un instant, un délicieux instant ou le vent te donne l’impression de voler, un délicieux instant avant que ta main ne heurte l’herbe et que tu ne roules, roules, roules comme un Rondoudou pour amortir ta chute. Tu te relèves lentement, observe le ciel. Tu ne comprends pas bien le chaos qui se déroule en haut, mais au final tu t’en fous. Tout ce que tu as besoin, toi, c’est de te mettre en place. Ta main s’ouvre sur le vide et une tâche sombre apparaît au-dessus d’elle. Elle vomi une forme invisible qui retombe, aussitôt attirée par la terre, avant de disparaître. L’arc, sombre et sculpté, rencontre ta paume et lâche presque un ronronnement contre ta peau. Sans un bruit, tu te laisses tomber, genoux au sol. Tu vas tenter quelque chose d’osé. Un des trucs les plus fous de toute ta petite carrière. Tu ne quittes pas les nuages noirs, traversés par les éclairs. Tu sens l’air vibrer sous la magie, alors que le premier trait de la Paresse bascule dans la réalité. Tu ne le regardes même plus faire, sentant d’instinct quand il est prêt, connaissant à l’avance la sensation de chaleur et de suffisance qu’insuffle l’arme en toi, à chaque nouvelle flèche. Tu les cherches, eux qui sont cachés dans le chaos des lacunosus, déchirés par le tonnerre, où ils évoluent. Tu vois la lumière flamboyante d’un disque solaire qui ne devrait pas être. Tu souris. Tes doigts lâchent la corde et le trait file, guidé par l’image mentale de l’espèce de dragon mécanique qui volait à vos trousses. A cette distance, tu as une chance sur deux qu’il touche. Une chance sur cent qu’il touche un lieu vital. Une chance sur vingt qu’il atteigne les ailes. Tu as confiance, de toute façon. Les flèches magiques de Belphégor ne ratent jamais leur cible. Elles ratent juste les zones que tu souhaites. Ce petit, il n’a pas compris. Il n’a pas fait toucher le petit neurone bipolaire qui lui sert de système central. Pourquoi un oiseau raserait le sol, même poursuivit ? Pourquoi prendre le risque de s’écraser alors qu’il pourrait monter, profiter des courants plus hauts ?

Instinctivement, tu te précipites pour changer ta position. Tu ne connais pas l’angle que prendra ta flèche, ni la réplique qui viendra de l’autre sapin de Noël. Tu te mets à courir dans l’étendue herbeuse. Pas trop vite non plus, pour ne pas rouvrir tes plaies, mais courir quand même. Tu ajustes une nouvelle fois l’arc, préparant la flèche suivante. Damaz va les semer, de toute façon, tu le sais. C’est alors que tu vois le corps percer le plafond nuageux. Un corps perdu, désarticulé. Pas blessé, tu l’espères. D’un coup, le pressentiment s’empare de toi. Damaz ? Est-ce que c’est lui ? Tu ne t’embêtes pas à vérifier. Tu cours vers lui, au mépris du bon sens et, sans y prêter attention, tu claques des doigts avec ta main encore libre. Lorsque le timing te semble juste, tu t’époumonnes.

« Chain of Envy . »

Les cercles s’ouvrent et les chaines jaillissent pour s’enrouler autour des bras de l’apprenti oiseau. Claquement sec. Il s’immobilise à une poignée de centimètre du sol. Tu t’approches et lui saisit le menton, pour observer ses traits. Tu t’attardes sur ta prise, reconnaissant un certain esthétisme dans son visage d’enfant presque adulte et ses cheveux bruns en bataille, avant de le lâche. Tu râles en constatant que ce n’est pas Damaz, en constatant que tu viens de peut-être griller ta présence et priver votre duo d’une surprise de cent soixante-cinq centimètre armée jusqu’aux dents. Un nouveau claquement de doigt et l’arme disparaît, laissant le type chuter au sol pour reprendre ta traque de l’esprit volant et de son cavalier blond. Tomber. Ils doivent tomber. Maintenant.
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyMar 1 Sep - 15:14

Damaz Elandez
Damaz Elandez

Ajatar Virke

Click



"Destruction Centrale"


Exodus




" 11h00 "

Les éléments font leur oeuvre alors que tu virevoltes, la magie se consume dans l'appel des dieux alors que le tonnerre gronde et que la foudre s'abat au rythme des vents violents. Tes yeux acérés épiant tes opposants de le lueur carnassière, tu t'élèves encore pour mieux redescendre, joue avec les vents. La foudre rate, il ne te faut pas longtemps pour te douter de la cause, Chris. Ton bec laisse échapper un cri de frustration malgré un certain soulagement à l'intérieur de toi, un soulagement vite qui laisse vite place à de l'agacement alors que la chose métallique réussit à braver les vents, un disque lumineux pourfendant le vent dans sa suite, une pirouette d'un battement d'aile puissant alors que la flèche de lumière te frôle.

La surprise alors que c'est une salve qui brave les éléments. Drake. Les vent t'aident, s'agitent pour tenter de te protéger sans grand succès alors que l'une des flèches vient transpercer ton aile dans un cri strident alors que la douleur t’envahis comme une décharge. Ton corps chute dans l'instant, incapable de voler de ton aile meurtrie, réflexes alors que le corps mute provoquant la fin des vents et de l'orage en un instant, que le faucon devient félin couleur des ombres, un puis neuf chat chutant, huit alors que celui à la patte transparait disparait comme si il n'avait jamais existé.

Tes corps mutent dans la chute, distraction alors qu'ils deviennent hybride entre humain et félin, brouille les pistes, tu ne serais pas la proie facile qu'on abat en plein vol. Six des toits s'évaporent soudainement avant de toucher le sol alors que tu finis ta chute dans la cime touffue d'un arbre ou tes griffes s'enfoncent malgré la douleur vive dans ton bras où la flèche a disparue et l'écarlate suinte. Un juron dans un feulement étouffé alors que tu bondis au sol, une douleur encore plus vite à la réception alors que ton bras blessé doit accuser une partie de ton poids. Tes griffes bousillées par la dégringolade. Une colère sourde qui s'empare de toi alors que tes os éclatent, que les âmes se scindent pour s'échanger, que le guépard s'emparent de toi, que tes pieds mutent en un mélange entre homme et bête alors que tu commences ta course, atteignant rapidement soixante dix kilomètres heures, vitesse à laquelle tu te stabilise pour ne pas t'épuiser alors que sous tes pas la magie se déchargent, qu'elle se transfère dans la terre en des proportions démesurées, dans ta suite les fleures naissent et les arbres déchirent la terre alors que la fertilité du guépard s'est emparée de toi pour créer le paradis terrestre, rompre l'avantage des airs de ton opposant alors que les arbres viennent masquer la visibilité, tu fixes les règles, le combat avait commencé dans les airs et il se finirait sur terre.

De ton ouïe aiguisée tu imprimes les mouvements, repères Oméa aux sons et à sa respiration, la partie pouvait vraiment commencer.

Spoiler:
 




©️ Bebebe
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus EmptyMer 16 Sep - 17:03

Drake Fulgur
Drake Fulgur

Indépendant Légal

Click

Les vents se déchaînent davantage, changent de camp alors que soudain la vitesse se fait à nouveau sentir, si fortement qu'on aurait dit qu'Iron était devenu plus léger. Je fais pars de mon étonnement alors à Iron et à Chris que je crois encore parmi nous.

C'est dingue, on dirait qu'on va nettement plus vite. Chris c'est impeccable.

Oui, les vents sont désormais avec nous. Mais il n'y a pas que ça Drake, regarde derrière toi.


Je me tourne alors pour constater que Chris n'est plus là. Je fronce les sourcils et demande alors à mon compagnon ailé.

Mais, où est-il passé ? Il s'est transformé en air pour nous pousser ?

Il grince, ou rit, ou quelque chose entre les deux avant de répondre.

Non, il est tombé, et ne panique pas si je te dis ça, mais c'est impossible de retourner le chercher car j'ai trop gagné en vitesse avec sa magie.

Descends !

Très bien, mais tu sais nous avons encore le temps d'aller à Crocus avec cette vitesse.

Oui, mais je m'en fiche ! Je voulais juste empêcher les renforts de venir, il semble que j'aie réussi. Maintenant il faut que je m'occupe de Chris !


Iron fonce en piqué alors qu'une flèche lui arrive en pleine tête, détruit une partie de sa mâchoire et de son cou, provoquant des légers éclairs autour des endroits endommagés. Il réussit tout de même à atterrir avant de reprendre sa forme initiale. Je saute à terre pour éviter de lui tomber dessus et l'écraser puis m'exclame avec la plus grande inquiétude.

Ca va ?

Le lézard pas plus grand qu'un chat désormais répond sans trop de difficulté, sa voix n'étant pas diffusée par sa bouche.

On peut dire ça comme ça. J'ai déjà vu pire. J'aurai pu l'éviter en me transformant plus tôt mais je n'oublierai jamais ma tâche : te protéger.

Je vois, merci. Tu peux repartir si tu ne te sens plus capable de te battre.

Je puiserai jusque dans mes dernières forces Drake, utilise moi comme ton arme. Tu as perdu l'épée de ton père mais je suis toujours là moi.


Il vole, se blottit dans ma main avant de ronronner d'une manière étrange. Il s'enroule tel un chat, frottant sa tête contre mes doigts puis s'étire. Je tousse pour exprimer mon embarras, je souhaite continuer d'avancer pour récupérer Chris mais Iron agit de manière bizarre. Sa colonne vertébrale s'étire alors qu'il semble quitter ma main et seule sa queue reste en ma poignée.

Je t'en prie, je serai ton arme.

Je vois, tu veux que je me batte... Avec ta queue en main.


L'une de ses ailes vient glisser sur l'autre alors qu'elles forment toutes deux une lame dont l'éclat me fait aussitôt comprendre la capacité à couper de celle-ci. Les griffes, elles, sont sorties à la pointe de l'épée et permettent un coup d'estoc qui éveille ma curiosité. Très bien, je suis prêt à retrouver Chris. Je regarde au loin et je vois les arbres émerger du sol, suivi de quelques plantes dont je n'arrive pas encore à discerner l'espèce et je vois au bout de cette traînée luxuriante de nature mon cher et tendre ennemi préféré. Je regarde les plaies que j'ai refermées sur mon torse et affiche une grimace sur mon visage, celles-ci ne seront pas les dernières malheureusement mais ce n'est grave, je veux juste récupérer Chris. Il va seulement falloir être plus rapide que le guépard...

N'oublie pas qu'ils sont deux, tu n'auras en aucun cas l'avantage et je ne vais pas te cacher que cela relèvera du miracle si tu en ressors vivant.

Non, Damaz ne tuera ni moi ni Chris, il ne pourra pas. Ce ne sont pas nous qu'il veut.

En effet, Corona a dis quelque chose du même style, et elle était étonnée de l'empathie qu'elle avait pu voir en lui.

Je... Je ne sais pas quoi faire en fait, j'aimerai prendre Chris et rentrer à Blue Pegasus pour que tout redevienne comme avant. Oui, j'aimerai que ce soit comme ça, qu'on rit tous un coup et qu'on oublie tout ça, mais bon...


Mais bon...

J'inspire profondément avant de hurler de manière à bien me faire entendre.

OOOH ! Rendez-moi Chris !

Je lève le bras gauche vers le ciel, celui qui me provoque toujours une douleur lorsque je le sollicite, dans le seul but de me faire repérer. Je m'attends à une course effrénée du guépard mais je m'en fiche. Autant tenter le tout pour le tout. Je m'avance alors en marchant doucement, attendant une réponse avec l'espoir qu'elle soit dépourvue de toute griffure et n'apercevant que Damaz, je me méfie en actionnant mon diffracteur de lumière, permettant de voir toute anomalie visuelle.
 MessageSujet: Re: 11h00 - Exodus   11h00 - Exodus Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouveau compagnon de route

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Nord :: Shirotsume :: Shirotsume - Event Destruction Centrale