Partagez | .
Retrouvaille fantasmagorique.
 MessageSujet: Retrouvaille fantasmagorique.   Mer 24 Juin - 14:56

avatar
Jasper Féamor

Indépendant Légal

Click


Enfin de retour. Cette mission la plus POURRIE à laquelle j'ai pu participé. Rien qu'à cause du groupe dans lequel j'étais, celle-ci montait dans le top trois, alors avec ce qui se passait après... Il fallait que je décompresse. A peine arrivée à la guilde que je repars. Il fallait que je coupe un peu avec toute ces histoires. Je voulais seul, complétement seul. Je ne voulais plus voir personne de la guilde, plus personne de ce monde. Cela me fera le plus grand bien. Corlranah. Je vais aller là bas, c'est assez loin pour que personne de la guilde ne vienne me faire chier. C'est d'ailleurs aussi ici qu'Enya m'a recruté "officiellement" pour moi. Une nuit plutôt mouvementé.

Mais cette fois, ce sera la paix. Je sais qu'Enya aura autre chose à foutre que s'occuper de moi, et si jamais elle a du travail, je suis loin d'être sa priorité comme exécutant. Je savais pas si je devais être content de ne pas me salir les mains ou déçu de ne pas avoir sa confiance malgré tout ce que je met de coté pour la suivre...? Raaaah, j'avais dis que je m'en occupais de ce genre de connerie pour le moment ! J'ai envie de m'évader, comme la dernière fois, avec Yuuki, on avait bien ris à l'époque... La ville n'est pas très loin, je ne mets que trente minutes pour l'atteindre. La route ne fut pas vraiment compliqué, voir même très calme. Trop calme. L'attaque d'Ajatar a fait son effet en termes de terreur. Tout le monde semble avoir peur de sauter au coin de chaque parcelle du pays.

Même la ville semblait en paix. J'en fais un petit tour rapide pour voir, mais il ne semble pas qu'elle ait été attaqué par ces idiots. Tant mieux, ça veut dire que je vais pouvoir y rester pour la nuit. Je pense retourner à l'auberge où j'avais été avec Enya. Il n'y avait rien de nouveau depuis la dernière fois que je suis venu donc... Et puis la route m'a épuisé, à peine rentré de la baston, je suis parti, maintenant, je n'ai qu'une envie, dormir...

Je rejoins l'auberge, et commande immédiatement la chambre. Une membre du service m’amène à celle-ci et me confit les clés de celle-ci, j'entre à l'intérieur, ferme à clé derrière moi, et m'écroule contre le lit. Je ne m'endors pas immédiatement. Je suis même pas encore en tenue. Je réfléchis à tout ce qui me tracasse en ce moment... Une bonne fois pour toute afin de me faire une idée de ce que j'ai à faire et passer une nuit "sans soucis". Où est Alice ? Où est Karîn ? Après les combats de Rhynal, ai-je vraiment ce qu'il faut pour combattre "l'ennemi" ? Enya me fait-elle vraiment confiance ? Tout un tas de question de ce genre qui tourne inlassablement dans ma petite boite crânienne. Réfléchir est loin d'être mon activité favorite, et mes tendances à la procrastination me force à repousser tout ces questionnement à demain. La seule chose que je souhaite, c'est la retrouver. Je me fous en caleçon, balançant mon pantalon sur le bureau prévu à cet effet, et me met en T-Shirt, avant de me plonger dans le lit, et m'enrouler dans la couette chaude et accueillante. Il ne faut pas longtemps avant que je quitte ce monde pour celui des rêves... Non, celui de mes rêves.

Dans le monde de mes rêves, nous sommes que deux. Dans un endroit complétement dépeuplé de toute autre être humain que nous deux. Nous sommes dans son jardin. Une longue cour de château enjolivé par la lumière du soleil qui tape sur la verdure fleurie dont elle prend grand soin : Rose, Jonquille, Chrysanthème, tulipe... Il existe tout les types de fleurs que vous pouvez imaginer et celle que vous n'avez encore jamais vu. Au milieu de cela, un autel dédié à... Je ne sais plus et je m'en fiche, je sais qu'elle y sera. En train de prier ou de m'attendre pour une nouvelle aventure. Je m'y rends sans tarder plus longtemps. Il y a peu de chemin depuis où j'étais, l'entrée du jardin, et cet autel, tout au plus deux cent mètres. J'avance donc, admirant comme à chaque fois, comme un éternelle recommencement, la beauté du travail qu'elle faisait. Je me demande d'ailleurs si c'est vraiment elle qui en prends soin ou bien mon imagination qui le fait pour elle... Je lui demanderais tiens.
J'approche enfin de l'Autel, un grand sourire sur mon visage, comme un enfant heureux de retrouver ses jouets ou sa grande sœur pour s'amuser avec. Je l'aperçois, mais une chose me chiffonne, je ne vois aucune silhouette au loin. Le sourire sur mon visage commence légèrement à se crisper jusqu'à disparaître au fur et à mesure de mon avancée vers l'autel. Jusqu'à ce que...

- ...

Elle n'y est pas. C'est quoi cette connerie ? Elle y est tout le temps, sans erreur, malgré tout ce qui pourrait l'en empêcher. Pour quelle raison n'est-elle pas là ? C'est quoi cette histoire ? Je regarde partout pour m'inquiéter encore plus de la situation. Ce... Ce n'est juste pas possible. Ce n'est pas normal. Je me prépare à repartir en arrière quand je le remarque. Qu'est ce qu'il fait là ? D'où il arrive ? Il semble arrivait d'où je viens moi même. Ce visage m'est d'ailleurs pas du tout étranger, et je le reconnaitrais toujours. Le torero...

- Yuuki ? Qu'est ce que tu fiches ici ?

C'est clairement le dernier endroit où je penserais le renc... Non, en fait, c'est le dernier endroit où je penserais rencontrer n'importe qui du monde réel. Je n'aime pas ça, mais alors pas du tout. D'autant qu'il ne semble même pas vouloir répondre à ma question, restant sans expression ni rien sur le visage. Comme lors de notre rencontre, lorsqu'il avait tué cette pauvre fleur. Je m'approche de lui à mon tour, voulant le toucher pour voir si il était bien réel. Je pouvais le sentir au toucher, mais une chose était... Bancale, me dérangeait. Déjà il se laissait, ce que je doute qu'il accepterait dans le monde réel.

- Ah, Jasper !

Je me retourne, enfin satisfait d'entendre sa voix. Elle est là, arrivant du même chemin que nous avions pris moi et... L'autre. Elle semble surprise de me voir. Un peu moins Yuuki. Mode grognon en passe d'être activé...

- Je ne m'attendais pas à te voir aussitôt. Je me suis permise une petite sortie, je suis sincèrement désolée. Elle se tourne alors vers Yuuki, un peu perplexe. Est-ce un de tes amis ? Je ne savais pas que tu étais capable de les invoquer ici.

- Arrête de dire des anêries ! C'est pas moi qui l'ai amené, il est là depuis tout à l'heure. Jamais je n'autoriserais quelqu'un à rejoindre Eon comme ça... Aie.

Elle s'approche et ma tape sur le haut de la tête avant que je ne puisse terminer ma phrase. Il était clair qu'elle n'avait pas aimé le ton avec lequel je lui ai parlé.

- C'est quoi cette façon de me parler ? Tu cohabites avec ces criminelles depuis bien trop longtemps ! Il va falloir changer ça, et très vite, tu m'entends ? Puis, soupirant de dépit en voyant quel délinquant je devenais à leur contact. Et tu comptes le laisser ici, il semble que ce soit quelqu'un que tu connais. Pourquoi pas lui faire faire le tour du jardin ? Cela sera toujours mieux que de te voir ainsi. Ami de Jasper, pardonne le tout d'abord de son insolence. Souhaites-tu donc visiter ce jardin ? C'est le plus belle endroit de Eon, tu pourras difficilement trouver lieu plus agréable. Jasper, montre lui donc l'autel, je suis sur qu'il sera ravi.

Elle semblait bien enthousiaste sur le fait de le défendre face à moi. Et même de lui faire visiter l'endroit, disons le clairement, j'étais tout à fais contre cet idée, et si je savais comment, je l'expédierais au plus vite de l'endroit. Ils me fatiguent déjà tous dans le monde réel, alors ce n'est pas pour me faire chier ici.

- ...

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   Mer 24 Juin - 15:59

avatar
Yuuki Makonor

Silver Sword

Click

Rencontre Fantasmagorique -

Yuuki Makonor x Jasper Féamor x Others


«  -Yuuki. » Un son doux et harmonieux, une délicate voix dansante dans l'air comme une présence spirituelle pendant que mes paupières se font de plus en plus lourdes, assis sur le lit de cette paillote je commence à rêvasser, mélangeant le réel de l'iréel alors que mon prénom continue de raisonner comme un enchantement, je comprend seulement que la personne qui m'appelle a une voix de femme, une voix pure, un voile blanc. Un parfum de fleur d'orangée pénètre mes narines alors que l'amulette bien étrange que je porte au coup s'agite bizarrement. Un flou instable s'installe alors qu'en me laissant tomber pour m'endormir je percute le rebord de la fenêtre collée au lit présent dans l'angle de la pièce. J'ouvre les yeux dans un éclat de conscience, revenant à moi petit à petit, me permettant de prendre une position plus confortable afin me laisser guider par le sommeil et rejoindre le doux pays des rêves.

Je ressens alors une présence, collée contre mon corps, des formes masculines, un corps simple et gracieux ne me laissant que ressentir l'humidité d'une peau perlée par la sueur. Des cheveux viennent chatouiller ma nuque, une odeur de vêtements neufs additionnés de chlore et de viande, un mélange d'arômes peu compatible qui se succèdent étrangement alors qu'un bras viens m'enlacer pour me coller contre lui, m'attrapant comme bien, comme un oreiller ou une peluche que l'on souhaite avoir prêt de soi lorsque l'on s'endort. Je me sens bien, comme rassuré, la position est confortable, je ne me souviens pas avoir déjà ressentis la présence d'un homme de cette manière, ce sentiment d'être protégé alors qu'il y a quelques années c'était moi qui venait jouer au protecteur en serrant avec délicatesse le corps d'Helena contre le miens. Je ne connais pas l'identité du personnage, je ne me suis pas retourné, je reste blottis, ce n'est qu'à cet instant que je m'aperçois que je suis totalement nu, je rougis pour finir par devenir totalement écarlate, une seul personne m'a fait me sentir comme ça auparavant, cette personne...

Ethan – Alors que je me retourne pour connaître l'identité de l'Homme qui me fait me sentir si bien je vois son visage, endormis, endormis comme si nous étions passés à l'acte, l'acte auquel j'aurais tant voulu parvenir lors de notre première rencontre, avant que tout ne change, avant que tout ne se bouleverse. Je tente de le secouer mais je réalise que la dernière fois que nous ne nous sommes vus, je lui avait fait mes adieux, lui demandant de nous considérer comme de simples individus lors de notre prochaine rencontre, c'est peut-être ceci qui me fait dire que je suis dans un rêve. Peut-être que je peux en profiter, peut-être que je peux rester dans cette position confortable. Mes quelques frappes ne le réveille pas, son visage endormis est si … harmonieux. Je me secoue la tête car il faut absolument que j'arrête avec tout cela, il faut absolument qu'il sorte de mes pensées, qu'il sorte de mes rêves et de ce semblant de réalité obscure. Pourtant non, je n'y arrive pas, ma tête de plus en plus lourde me demande de m'approcher encore un peu plus, me laissant à quelques centimètres de ses lèvres. Mon rouge écarlate se transforme en rouge sang alors que je ferme les yeux et l'embrasse délicatement, je me redresse, secoue ma tête pour reprendre mes esprits, suis-je totalement disjoncté ?

Ouvrant les yeux pour bien réaliser, une épine de choc traumatique s'empare de moi, ses cheveux ont changés, ses cheveux semblent plus courts, ses traits de visage totalement différents, son corps se métamorphose alors que petit à petit je réalise l'identité de cette personne présente.

Jasper – Est-ce que c'était lui depuis le début ? Je n’ai rencontré cette personne qu'une seul fois dans ma vie alors pourquoi est-il présent dans mes pensées ? Il a les yeux éclos, il paraît totalement conscient mais aussi totalement nu. Je dirige mon regard vers mon propre corps et réalise que je suis toujours bel et bien nu à mon tour. Jasper me regarde mais ne bouge pas, ce n'est qu'au bout de quelques secondes que ses sourcils se froncent et que son regard se durcis. Le décor évolue alors à son tour, une étrange clarté prend possession du tableau alors que sous mon corps je ressens une herbe sèche. Les plaines, me voilà revenu aux plaines, allongés tout les deux sans le moindre vêtements pour cacher nos corps respectifs. Je ne comprend pas, est-ce que je viens de coucher avec Ethan, est-ce que je viens de coucher avec Jasper ? Je sais seulement que je suis dans un rêve et pourtant il sonne comme quelque chose de différent. La clarté responsable de se changement de décor s'efface petit à petit pour laisser place au crépuscule, donnant une vue magnifique sur les montagnes.

La même personne, le même endroit. Qu'est-ce que ce rêve ?


Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   Jeu 6 Aoû - 17:14

avatar
Jasper Féamor

Indépendant Légal

Click


...Pauvre Yuuki, je ne sais pas pour quelle raison il est apparu ici, mais je vais clairement pas le laisser faire. Il n'a rien faire ici. Eon, c'est moi, c'est ma création, mon monde, mon jardin d'Eden. Il existe bien des serpents ici prêt à briser mon lien avec ce monde. Karîn pourrait être considérée comme l'un d'entre eux, mais quoi qu'elle puisse dire, je suis le seul maître ici. Je les contrôle tous. C'est bien la raison pour laquelle je tolère leur existence. Lui n'est rien. Ni un éonien, ni une de mes créations. Pire, il est du monde réel. Il n'y aucune place ici pour lui. Il n'a qu'un avenir ici, dans la mort.

Pourtant je l'aime plutôt bien Yuuki. On se connait pas forcément comme de véritables amis, mais de ce que j'ai pu découvrir de lui, il a un coté mystérieux, qui faisait qu'à défaut donc d'une vraie amitié, il avait attiré ma curiosité. Était-ce pour cette raison qu'il est apparu ici ? Je me pose des questions sur lui et donc il est apparu ? Très bien, alors je m'en fiche de toi maintenant, alors disparait !

...Mais rien à faire, même mon indomptable volonté de le voir disparaître n'arrive pas à le faire disparaître. Je m'approche de lui, pour voir si je peux avoir une info sur la raison de sa venue. Et puis, il est trop près d'Aria, si il s'approche encore, je lui coupe les bras. Ca suffit maintenant.

- Alors..? Que fais tu ici ? Je ne crois pas t'avoir vu depuis l'histoire du taureau...

- Jasper ..? Le jeune homme semble perturbé, comme une princesse endormi dans sa tour attendant son preux chevalier... Chevalière sur le coup, et bah crève. Qu'est ce que tu fais là ? Où suis-je ...?

- Tu es chez moi ici. Puis, dans un grommellement qu'il ne pouvait de là où il est. Et je ne t'ai jamais invité, maintenant, part.

- Chez toi ? Il regarde aux alentours, cherchant sans doute une maison ou quoi que ce soit qui ressemble conventionnellement à un "chez soi".

- Tu es ici à Eon, un monde crée par Jasper. Ici, tu n'en as qu'une vision rêvé, car notre jeune homme est endormi dans votre monde, le réel. D'ailleurs, je suppose que vous dormez ensemble vu qu...

- N'importe quoi, dis pas de connerie, comme si j'allais dormir avec un homme ! Ne sois pas si ridicule ! Sors pas de telles énormités comme ça ! Et puis, tu es avec moi, dans le monde réel, tu l'aurais vu !

- Jasper ! Comment me parles-tu ?! Tu as idée à qui tu t'adresses ?! Retiens tes humeur. Je ne suis pas n'importe qui !

Effectivement, l'éclat de lumière jaillissant d'elle me rappela où je suis et pour qu'elle raison je n'avais jamais tenté de me la mettre à dos avant. C'était comme faire face au soleil. La comparaison est grosse, je vous l'accorde, mais qu'importe, c'est ainsi que je le voyais, le fait que la lumière divine qui la caractérisait m'aveugle à ce point pour me permettre de ne pas oublier pour quelle raison je l'ai crée... Je baisse les yeux, bien obligé si je ne veux pas devenir aveugle aussi jeune... Même si ça pourrait être super badass.

- Je... Euh... Je suis désolé. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Pardonne-moi.

L'éclat perd en intensité, jusqu'à disparaître totalement, ne laissant plus qu'une aura d'apaisement autour d'elle. Était-elle vraiment calmée ? Je ne sais pas, toujours est-il que cela m'a remis les idées en place. Yuuki aussi d'ailleurs se remettait lentement de l'attaque, il semblait tout aussi aveuglé que moi. Le pauvre n'avait (presque) rien à voir dans cette histoire, moi et ma jalousie maladive...

- Ça va Yuuki ? Je suis désolé, c'est moi qui l'ait poussé à bout... Je...

Je ne pus pas aller plus loin, ce qui se passa devant mes yeux me fit oublier tout ce que je venais de dire, et commença lentement à continuer de transformer ce rêve en cauchemar... Et j'en connais une qui va se régaler ce soir...



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   Mer 2 Sep - 21:31

avatar
Yuuki Makonor

Silver Sword

Click

Rencontre Fantasmagorique -

Yuuki Makonor x Jasper Féamor x Others


Plonge, plonge le regard dans un éternel crépuscule orangé, recouvrant le sommet de la montagne, la lueur s'intensifie pour laisser au tableau déjà somptueux, une impression de pays des merveilles. Les couleurs se succèdent sur le visage de mon invité alors qu'il n'a toujours pas regagné ses vêtements, mes yeux restent sous l'enchantement de son visage, n'essayant plus d'esquiver la vue de son corps nue, j'observe cet individu qui ne bouge pas d'un geste, comme immobile. Pendant qu'un léger sourire s’esquisse sur mon visage, je lève petit à petit ma main droite, lui faisant signe. Pour autant, aucune réactions ne se dégage de sa silhouette, il semble observer avec grand intérêt le paysage, comme si il était prit d'un souvenir duquel il ne peut plus s'évader. Peut-il seulement être prisonnier de l'un de mes rêves ? Je me redresse, tentant de l'observer d'un peu plus haut, penchant la tête sur le côté, comme pour trouver une explication à quelque chose qu'il est pourtant impossible de comprendre. Je détourne alors le regard de mon invité pour retomber sur le tableau qui m'est déjà apparut un grand nombre de fois. Certainement que cet endroit est significatif de quelque chose, qu'il représente quelque chose, peut-être comme un symbole. Alors que je me questionne, je ressens une drôle de sensation.

Il m’enlace, ses deux mains recouvrent ma poitrine et je ressens le souffle chaud de sa respiration glisser sur ma peau. Le rythme est régulé, comprenant qu'il est toujours nu, je m'avance d'un pas, même si le fait que le contact masculin me plaît, ce n'est plus à prouver, le contact physique dans son ensemble me rebute toujours. Pour autant, je ne me retourne pas de nouveau pour le regarder, je suis pris d'intérêt pour un aigle, un petit aigle provenant des montagnes qui s'approche peu à peu, volant jusqu'à nous jusqu'à ce percher sur mon épaule gauche, mon œil croise son regard et le même son revient de nouveau dans ma tête : « Yuuki ». Effectivement, c'est mon prénom, l'intonation de mon prénom qui même venant de mon imaginaire propre, semble ne pas m'appartenir, la voix qui le prononce, cette voix féminine fait part à l'inconnue, comment quelque chose de présent dans mon esprit mais auquel je n'arrive pas à attribuer de sens ou de formes.

Soudainement une rafale de vent me secoue, nous secoues, nous fait perdre pieds comme deux tiges se laissant totalement aller par le temps, me sentant totalement faible et dépourvu de toute volonté, je m'affaiblis peu à peu, comme si je souhaitais dormir dans un rêve. Rêver d'un nouveau rêve. Mes paupières s'effondrent de nouveau, je ne ressens plus rien, même la présence de jasper me semble lointaine. Ouvrant de nouveau les yeux je réalise que tout est toujours plus sombre, comme si j'étais resté les yeux fermés jusqu'à ce qu'un choc me saisisse, un coup porté dans le dos, un coup que je n'arrive pas à définir. Ce n'est que dans la noirceur semblable aux ténèbres que je parviens à distinguer une lame, une lame de couteau. M'attendant à voir du sang en découler, je détourne le regard, fronçant les sourcils comme pour nier sa présence mais contre toute volonté mes jambes avancent seules, comme guidées par une puissance divine.

Une puissance divine, ou plutôt quelque chose de nettement plus commun, des fils commencent à surgir de part et d'autres de mes membres, me laissant tel un pantin, manipulé, comme si j'étais devenu le jouet de quelqu'un. Un sentiment d'impuissance ajouté à un sentiment de soumission, approchant toujours un peu plus du couteau, je continue de refuser de le regarder, je ne peu pas, je ne pourrais sans doutes jamais faire face à cette phobie qui me bloque de manière systématique. Au loin, je ne perçois qu'une chose, une paire d'yeux qui me fixe et ce n'est que quelques secondes plus tard que je comprend qu'ils appartiennent à Jasper, il semble jouer de moi, comme si il connaissait ma pire crainte et pourtant, lui et moi n'avons jamais parlés de ce genre de choses. Même pour le peu que nous ayons communiqué.

Arrivé au couteau, mes yeux s'efforcent de se tourner vers lui devant le regard impatient d'un jasper qui s'impatiente. Ma main se dirige délicatement de l'objet du crime pour finir par le saisir, une fois dans ma poigne, une douleur atroce me transperce le dos, le même sentiment que quelques temps auparavant mais avec la douleur en prime. Comme si tel un voyage dans le temps, je m'étais moi-même poignardé. Observant de chaque côté cette arme de ménagère, je ne perçois pourtant aucune trace de ce liquide de terreur. Je ne comprend rien à la situation, je suis totalement perdu pendant que les yeux de jasper se ferment petit à petit dans cette situation qui prône certainement un sens bien précis, une interprétation douteuse que je ne demande qu'à découvrir...


Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   Mer 14 Oct - 14:39

avatar
Jasper Féamor

Indépendant Légal

Click

Il est évident que je suis pris dans un cauchemar. Il n'y a pas d'autres possibilités. Je voulais juste me réveiller, et en terminer avec tout ceci. Je me débat tant bien que mal dans mon lit, me tournant et retournant dans tout les sens pour essayer d'ouvrir les yeux et en terminer. Mais rien n'y fit. Mes yeux semblaient peser une tonne. Une force insurmontable pesait sur mes paupières.

- Tu penses sincèrement que je vais te laisser fuir comme cela ? J'ai pris un certain temps pour te retrouver, tu ne vas pas bouger de là...

Une voix sensuelle et profonde se fait entendre, se plongeant lentement dans ma tête, alors que le ciel et mon monde s'assombrit considérablement jusque l'on ne puisse plus rien voir à deux pas à la ronde. Je ne pouvais à peine distinguer mon invité non désiré, qui ne semblait pas du tout perturbé par les changement drastiques qui se présentait à lui à l'instant, son ombre finissant par se faire absorber par ce monde laissant profiler le pire. Agrippant par le bras pour l'amener avec moi loin d'ici, si ce qui se tramait été ce que je pense, nous ne pouvions pas nous permettre de rester ici.

- Amène toi, on ne peut pas rester ici !

Je le tire de toute mes forces, alors que les ombres commencent à se mouvoir de manières plutôt étrange et surtout, de manières coordonnées, dansant derrière nous, ne laissant que peu de place au doute quant à leur propriétaire... Elle était là donc ? Ce n'est pas qu'un songe...? Je cours, avec Yuuki dans le dos amorphe, tenant à peine debout. Aria avait disparu dans la pénombre, je l'avais complétement oublié sur le coup, apeuré par la possible venu de Karîn. Au lieu de cela, j'avais "sauvé" Yuuki au lieu de me préoccuper d'elle... Mais où ai-je la tête ? Je fais passer n'importe qui devant elle maintenant ?! Je ne pus m'empêcher de m'arrêter et de regarder furieusement Yuuki, qui ne comprendrais sans doute jamais le motif de ma colère.

- Hé bien hé bien, tu as l'air d'y tenir à ton ami... Plus qu'à ta chérie en tout cas, Fufufu...

Les ombres autours de nous abandonnèrent leurs maitres, Yuuki, moi, et les arbres, les brins d'herbes, toutes se rassemblèrent en un point, pour laisser apparaître une silhouette aux formes très avantageuses, d'un noir mât, presque terne, qui ne laissait plus de doute, les prochaines minutes seront longues, et surtout dangereuses.

- Toi... Que fais-tu ici ?!

- ...? Ne suis je pas à Eon ? Ne suis-je pas chez moi ici ? Pourtant, c'est bien ici que je suis née...

- Ne te moque pas de moi, tu sais très bien ce que je veux dire ! Rep...

Je ne pus terminer ma phrase, elle ne m'en laissa pas la possibilité, elle n'en a jamais eu la volonté, apparaissant dans mon dos et agrippant directement par le crâne le pauvre Yuuki, alors qu'une ombre vient se poser lentement au niveau de la bouche, m'empêchant de parler, et même de respirer.

- Je t'emprunte ton ami, viens le récupérer au plus vite chez moi, d'accord ? Il serait dommage que je te casse un de tes nouveaux jouets...

- Lâche-le, il n'a rien à voir avec nous ! Hurlais-je, alors que l'ombre me bloquant les lèvres disparaissaient lentement.

Mes paroles contre du vent, voilà à quoi ressembler cette discussion, elle n'allait évidemment pas le lâcher. Pourquoi le ferait-elle ? Il est évident qu'elle a l'avantage sur nous, sur moi, et que sans Aria, je suis bon à être tué si je l'attaque...

- Si tu ne veux pas avoir sa mort sur ta conscience, viens le sauver. C'est simple, non ? N'oublie pas pour quelle raison je fais cela, tu m'attristerais grandement...

Je la vois de nouveau repartir, avec le visage de Yuuki cachait au creux de sa main, n'étant pas forcément amusé par son méfait. Disparaissant avec lui de là où elle venait, je savais pertinemment où la chercher, et où avoir mes réponses. Je ne pouvais pas non plus laissait Yuuki à elle, elle le tuerait d'une façon ou d'une autre. Mourir dans un rêve n'est rien, mais les conséquences que cela pourrait engendrer au "réel" Yuuki risque d'être terrible... Je le sauverai avant.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   Sam 31 Oct - 13:50

avatar
Yuuki Makonor

Silver Sword

Click



Rencontre Fantasmagorique x Jasper

Un chant, une musique elfique vient me bercer alors que mes paupières commencent à se faire lourdes. Ma respiration devient très vite incontrôlable, je me laisse emporté dans une valse de coups de poignards qui se dispersent sur la totalité de mon corps. Tout devient très oppressant. En dehors des yeux de Jasper, rien autour de moi, rien dans cette étrange pièce sombre ne me rappel quelque chose. Je ne peut toujours pas bouger, la douleur me transperce, laissant ma bouche entre-ouverte, comme si, par traumatisme, le sang allait en découler pour témoigner de cette douleur invivable. Mon esprit tente de me remuer, de faire actionner mes membres mais rien de ne semble prendre effet. Je reste statique, subissant la douleur comme une obligation, comme quelque chose que je devais subir, comme quelque chose que je mérite. Jasper fronce ses sourcils, donnant à la situation quelque chose d'autant plus dramatique. Un drap noir vient me couvrir le dos, comme si la noirceur voulait prendre possession de moi, une situation parfaitement incompréhensible. Ma tête commence à me faire souffrir à son tour, je n'en comprend pas l'origine. Ma bouche s'actionne pour pouvoir dialoguer mais aucun sons n'en sort, rien, un silence macabre que même mes cris de douleurs que je cherche à faire percevoir ne viendrait perturber.

Une goutte, une larme vient se découler sur ma joue, un sentiment d'impuissance totalement infecte, une situation semblable à de la torture. Ma main ne peut plus maintenir le couteau dans sa main, mon manque de force est flagrant, je le lâche alors mais main semble vouloir le conserver, ne pas s'en séparer. Je voudrais la secouer, la décontracter mais je n'y parviens pas. Ce n'est que quelques secondes plus tard que le couteau tombe sur le sol et que mes yeux viennent se reposer dessus. Je l'observe, avec la plus grande attention, cherchant un symbole, une idée, un indice sur le pourquoi du comment de ce rêve qui se transforme peu à peu en cauchemar, un cauchemar parfaitement abominable. Pourquoi Jasper ? Pourquoi pas un autre ? Pourquoi une personne que je ne connais qu'à peine ? Comment peut-il être témoin d'une scène si personnelle au point de se l'approprier et la scénariser à sa manière ? Inacceptable.

« Toi, yuuki. » Un son, une voix féminine semblable à précédemment qui se laisse porter à mes oreilles comme si je pouvais être le seul à pouvoir l'entendre. Moi – Alors pourquoi moi, mes yeux restent fixés sur le couteau et je comprends. Moi – Moi qui maintenait ce couteau, comme une pierre précieuse indispensable à la survie, j'étais l'assassin. J'étais l'homme qui m'étais poignardé, qui m'étais fait subir cette atrocité, comme si je me guidais moi-même vers la souffrance. Le rêve m'emporte finalement bien plus profondément que je ne pouvais le croire, il fait une total mise en scène de mon état d'esprit. Mon sentiment de culpabilité, de soumission face à mes pensées, face à un destin que je crois être le miens, ne cherchant pas, ne tentant pas de m'en défaire. Comme restant là, simple spectateur de ce qu'est ma vie. Elle se joue présentement devant moi alors que je pourrais par la force, par la volonté, me guider vers quelque chose de plus respectable et noble.

Un à un, les fils qui m'emprisonnaient se cassèrent en deux, me libérant de cette soumission, les yeux de Jasper, disparurent dans l'obscurité, me laissant seul à cet endroit que je présume être une pièce, totalement noir. Approchant doucement, un cercle de lumière vient illuminer l'espace, éblouissant mes yeux, m'obligeant à les fermer. Peu à peu, je quitte ce monde pour revenir là où j'étais au début de ce rêve, aux collines. J'entends seulement quelqu'un tousser, ce bruit qui m'oblige à me retourner. Aux premiers abords, les deux visages qui me font face ne me rappel rien, j'observe donc trait par trait leurs visages respectifs jusqu'à ce que ma mémoire, même enfuie dans un rêve me rappela qui 'elles' sont. Ces deux amies d'Etriiss, croisées en pleine rue, la première fois que je rencontrais Arkhana. L'une est en sanglots, l'autre est apeurée et inquiète. Un autre homme surgit alors sur le côté. C'est moi. Je comprend alors que ce rêve n'est ni un rêve ni un cauchemar, ce n'est qu'un règlement de comptes entre mon esprit et ma conscience. Un combat fait pour durer.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   Jeu 3 Déc - 16:45

avatar
Jasper Féamor

Indépendant Légal

Click


Tu l'as regarde envelopper dans ses ténèbres et son sourire narquois se poser dans ton esprit pour y laisser qu'un gout d'amertume terrible. Yuuki reste stoïque alors qu'il disparait dans le néant complet et s'évapore dans la nuit. Il ne reste plus qu'elle et moi, stoïque, incapable de faire le moindre de mouvement, car tout simplement perdu dans mes pensées. Pourquoi le prendre lui alors que moi je suis là, pourquoi perdre son temps à le ramener dans son domaine, pourquoi ne pas m'attaquer dans le monde réel alors qu'elle le pourrait sans sommation ? Pourquoi Aria a t-elle disparue ? Tant de question sans réponse. Tu restais le regard perdu dans le vague. De nouveau, un regard froid et amusé te réveille de ton sommeil illusoire avant son départ.

Te voilà de nouveau esseulé. Comme avant. Comme à l'époque où tu t'amusais seul dans la forêt près de chez toi. Mais là, tout étais différent, tu avais un totale contrôle sur ta création maléfique, et surtout, surtout, ses victimes étaient, quasiment tous imaginaires elles aussi. Mais pas le temps de te remémorer, tu dois aller le sauver, avec ou sans Aria. Prenant la route, il te faudrait un certain moment avant d'y arriver. Celle-ci fut plutôt paisible, bien que la journée s'effaçait automatiquement par peur de faire face à la Reine de la nuit et son territoire infesté de monstruosité et ses fichues "Ailes de la nuit" lui permettant d'avoir un regard sur tout ce qui vit et passe par cet forêt que tu traverses comme un véritable marécage dans lequel tu serais embourbé et aurais du mal à te dépêtrer. L'avancée fut longue et fastidieuse, tu étais complétement épuisé à la sortie de la forêt. Pourquoi ? Les marécages, les créatures à fuir, les plantes carnivores, et toute sorte d'insectes venimeux à souhait, bref, une véritable croisière de l'Enfer. Mais tu as, malgré tout, réussi à faire le chemin, tu connais par cœur ce monde, un comble que tu n'en sortes pas indemne.

Face à toi, te fais obstacle un énorme manoir aux formes spectrales. Celui-ci se formait en trois forme de U, et en son centre trônait une statue à l’effigie de la reine des lieux. Tant d'égocentrisme... Je ne me rappelle pas lui avoir fait une telle statue à la création de cette endroit, étrange. Elle aurait faite faire par elle même ? Mais par qui...? De nouvelles questions qui demeureront sans réponse. Avançant jusqu'à l'entrée de cet endroit, tu ouvres la porte de l'habitation, confiant, après tout, tu es ici chez toi, malgré la nette inhospitalité de l'endroit. Tu comprends que tu as depuis bien longtemps perdu le contrôle sur cette endroit. Alors que tu observes autour de toi et cherche à savoir par quel couloir tu vas prendre pour rejoindre Karîn. La logique voudrait que tu ailles droit vers la salle principale, mais la connaissant, ce serait trop simple, trop basique...

- Te voilà enfin. Je m'attendais à que tu fuis encore une fois.

Cette voix traverse et fait écho dans tout le couloir se présentant sur ta droite. Tu tournes instinctivement ta tête vers celle-ci et entend des pas approché lentement. Tu te doutais fortement de la personne qui apparaîtrait à la fin de ce couloir. Ce pas assuré tout en étant souple et élégant qui a toujours rassuré, apporté de la joie, te laissait cette fois ci, te laissait mal à l'aise, presque atteint de malaise.

- Aria...

- Ça y est, tu as fini d'être horrifié par tes propres créations ? Félicitation.

Sa voix resté la même. Et me troublais toujours. Son visage plus du tout. Ces balafres sur tout son visage resté une vision d'horreur constante, mais elle t'avait tant marqué que tu n'avais jamais pus t'enlever ce visage de ta mémoire, elle t'a hanté chacune de tes nuits depuis que tu l'as remarqué. Tu fermes les yeux, et tu l'as vois toujours.

- Je suis... Désolé. Je n'ai aucune idée de pourquoi tu m'en veux, mais je souhaite à tout prix que tu me pardonnes.

- Avance, elle t'attend.

Sa voix était aussi froide et cassante que l'hiver le plus violent que l'on aurait pu vivre. Même un ours en hibernation ne pourrait y survivre. Tu te tais, bien que tes lévres veulent parler, tu l'as suis, alors que ton coeur veut l'arrêter et s'expliquer. Tu regardes devant alors que la peur monte et de demande de fuir. Tu sais parfaitement ce qu'il va se passer à partir de maintenant, bien avant qu'Aria apparaisse, tu connaissais déjà tout cela.

- Bien... Je te remercie ma belle, de m'avoir amené le petit... Il ne t'a pas posé de problème j'espère...

Un long tapis rouge se déssine devant moi et continue jusqu'au trône face à nous ou posait, telle un reine prête à rendre son jugement, Karîn. Yuuki n'était pas loin, derrière elle, attachait par trois lourdes chaînes qui le retiennent au niveau du cou, des poignets et des chevilles. Un classique. Il semblait complétement amorphe, vide de vie. Soudain, Aria se retourne et repart immédiatement par le chemin par lequel elle nous avait amené, sans même daigner répondre à Karîn. Qui d'ordinaire, l'aurais éliminé sans sommation.

- Tu devrais mieux t'occuper de tes jouets... Je me demande bien ce que tu lui a fais pour la mettre dans un tel état... Bref, commençons.

Tu regardes d'une regard furtif la demoiselle quitter la salle, et te retourne pour t'occuper des affaires urgentes. Yuuki...

- Je suis venu, et je sais pourquoi tu me veux là... Mais avant ça, libère-le.

- Hmpf, je suis en position de force morveux. Offre moi ce que je veux, et nous verrons ensuite.

Tu n'avais pas le choix. Obéir ou mourir. D'un geste de son bras, de longs serpents apparaissent par une espèce d'ouverture dimensionnel et viennent t'enlacer les bras et les jambes, alors que tu les laisses faire. Le sourire sadique sur son visage s'intensifie à mesure que celle-ci te serre. Une fois l'assurance qu'elles ne se déroberont pas, leurs crocs viennent se planter dans mon ma peau, pour s'assurer que je m'échapperais, au cas où leurs étreintes ne suffisent pas.

Karîn se lève de son trône, et lance un ultime regard plein de dédain, et complétement vidé de son intérêt vers Yuuki, et le libère des chaînes.

- Disparait immédiatement de mon royaume, où je t’écartèle sans sourciller. Rupture.

A l'annonce de ce mot, Yuuki disparaît littéralement. Et là, une illumination me parvient. Tout devient clair maintenant. Ceci n'est pas rêve naturel. Tout depuis le début est prévu pour tourner ainsi. Avançant vers moi élégamment, elle me lance un sur un ton bien plus sérieux et déterminé.

- Commençons.

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   Dim 27 Déc - 19:16

avatar
Yuuki Makonor

Silver Sword

Click



Rencontre Fantasmagorique x Jasper

Mes yeux ne peuvent s'empêcher de fixer ce nouveau décor pourtant ancré dans la passé. Influencé de la nostalgie et des souvenirs de ces derniers mois. Ces deux femmes qui se regardent et se confrontent dans un ballet de sentiments sont maintenant les actrices principales de cette nouvelle pièce. Moi – Je suis également l'un d'eux, enfin, une partie de moi qui semble m'échapper et entrer sur scène. Mon véritable moi, ma présence semble comme effacée, je ne fait plus partie du tableau, j'ai l'impression de n'être qu'un simple spectateur pour qui interagir n'est pas une possibilité. Alors je regarde, j'observe ces êtres rejouer ce qui s'est passé à Etriiss il y a si longtemps. Si longtemps et en même temps c'était comme si c'était hier. Comme si cette fois-là était une étape importante de ma vie. De ma vie ? Où de la vie de ces jeunes femmes manipulées pour un simple rien , Pour une simple occupation de la part d'un homme qui traînait dans le coin et qui cherchait simplement à se distraire ?

Surpris de ne plus voir Jasper dans cette scène – Je ne comprends plus. Contrôler ses rêves est quelque chose d'impossible pour l'être humain, mais un rêve comme celui-ci ne semble rien comporter de normal. Alors que je reste obnubilé par ce qui se passe, ma tranquillité vient se cassée lorsque surgit de nul part, Arkhana, les cheveux dans le vent, venant me frapper de toute sa force légendaire pour faire arrêter cette soumission que j'accorde à la plus jeune d'entre-elles. J'entends les paroles de la blonde, j'entends ses reproches, comme des gifles qui résonnent dans l'horizon et que je ressens sur mon visage pourtant inexistant actuellement. Mépris – Arrogance – Égocentrisme – Narcissisme – Autant de symboles qui me définissait à cette période. Puis-je la considérer comme officiellement terminée ? Puis-je juger de ma propre personne ? Ma réflexion se perd dans un flot d'émotions alors que tout les personnages présents s'évaporent dans un écran de fumée opaque.

Une nouvelle fois je tente d'appeler d'Arkhana, une nouvelle fois je tente de communiquer avec celle qui disparaît petit à petit mais rien. Aucun son ne résonne comme ces gifles qui m'étaient infligées. Sur le coup, je me sens comme incompris, intérieurement, c'est comme si mon âme était divisée en plusieurs morceaux et qu'elles combattaient pour gagner un combat dont je ne connais pas le prix. Alternant frissons et coups de chauds, je suis à deux doigts de perdre connaissance. Perdre connaissance voudrait dire me réveiller – Est-ce que je souhaite seulement immerger de ce rêve qui me met face à mes responsabilités ? Peut-être que si je rêve de tout ça aujourd'hui, cette nuit-ci, ce n'est pas un simple hasard. Si Jasper est présent, lui que je ne connais que si peu est présent, c'est peut être également en lien avec quelque chose qui me dépasse.

Toujours, j'ai eu comme consigne et comme conseil de ne jamais sous-estimer l'impact d'un rêve sur sa propre personne. Alors non – Je reste dans celui-ci, je ne m'en échappe pas comme l'être lâche que je peu être et comme l'image que les autres ont de moi. Prenant une grande respiration, je fini par contrôler de nouveau mon souffle, la température de mon corps se régule petit à petit, mes yeux se ferment et s'ouvrent de nouveau lorsque je fait face à un miroir. Un miroir que je connais, que je reconnais. Ses contours en bois et le côté brisé me poussent à comprendre que je suis face à celui présent dans ma chambre, chambre de la guilde. Mes yeux se confrontent, je me retrouve face à moi-même, tout comme je l'étais lors de l'une de mes plus grandes remises en questions. Pourtant rien ne vient, je ne parviens pas à réfléchir jusqu'à ce que je ressente quelque chose sur mon épaule.

Un frisson me travers lorsqu'en tournant le visage, je vois celui de jasper, sourire aux lèvres. Son attitude laisse penser à celle d'un homme qui tente de me réconforter. Je cligne des yeux, plusieurs fois, tentant de comprendre la raison de sa présence ici. Alors que je m'interroge, je vois son visage se pencher pour venir embrasser ma joue. Je rougis comme un enfant, comme celui que j'étais en présence d'Ethan. Pourquoi un tel geste de sa part ? Le Jasper que je connais ne ferait jamais une telle chose. Pourtant, ses lèvres continuent de faire pression sur ma peau, continuant d'appuyer sur se sentiment de gêne et de malaise. Incapable de bouger, je ne peu que le regarder, lui qui semble tout aussi statique – nous sommes un peu comme deux statues de pierre dans un décor familier.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Retrouvaille fantasmagorique.   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retrouvaille
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» Retrouvaille inattendue [ouvert à tous ^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Sud :: Corlranah