11h38 - The last stand
 MessageSujet: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand EmptyMar 23 Juin - 14:04

[PNJ] Tarot
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



The last stand
Edward - Travis - Maël


Alors que tu allais porter Edward avec Lisanna, celui-ci se réveille en chemin, soudainement en pleine forme avec qu'une envie: se battre. Il ne peut pas laisser les choses comme il les a laissées lorsqu'il a été assommé. Il te somme de te suivre jusqu'à la bombe parce que du renfort, tu en auras besoin. Tu finis par accepter et c'est comme ça que vous vous retrouvez à arpenter les rues à la recherche de la bombe. Soudainement, un peu plus loin, en suivant le son d'une musique cacophonique, vous vous apercevez qu'il s'agit d'une femme-licorne qui chante de sa voix criarde. Que fait-elle là? Vous n'avez pas le temps de soulever d'hypothèses que quelqu'un tombe d'un toit et s'écrase directement sur elle. La chute semble avoir été abrupte, mais avec le pare-choc de la licorne, il en ressort avec presque rien. Lorsqu'il se relève pour épousseter ses vêtements, vous le reconnaissez. C'est ce même blond que vous avez combattu plus tôt: celui qui déteste Fairy Tail. C'est le moment de lui donner une leçon, de vous venger, de lui montrer de quoi votre guilde est capable.


Vous avez 7 jours pour répondre lorsque c'est votre tour.

Ordre de réponse : Travis Lagrange - Edward Stirling - Maël Selesta - Travis Lagrange - Maël Selesta - Edward Stirling - Maël Selesta - Travis Lagrange - Edward Stirling - Maël Selesta - etc.




FICHE PAR SWAN
 MessageSujet: Re: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand EmptyVen 26 Juin - 20:42

Travis Lagrange
Travis Lagrange

Fairy Tail

Click


Putain, quelle journée. Entre l'autre connard, qui nous attaque sans raison apparente, ma blessure au torse, la membre de Lamia Scale qui assomme Ed et qui aide l'autre, sans se renseigner avant sur la situation... C'est simple, j'ai jamais passé une journée aussi merdique... Bref. Nous étions, Lisanna et moi, entrain d'emmener Ed et Azulie au camp de réfugiers, pour les soigner. J'étais assis sur le cheval que la mage de tout à l'heure nous a "donné" (je sais pas à qui il était, mais je compte pas le garder), pour maintenir les deux inconscients sur le dos de l'animal, tandis que la jeune Strauss était à pied, et le guider. C'est alors que Ed s'est réveillé soudainement, comme si il n'avait rien eut, avec une furieuse envie de se battre. C'est bien un membre de Fairy Tail, lui. Mais il voulait absolument retourner en ville, en m'obligeant presque à le suivre.

Je lui ai dis de se calmer, avant de lui expliquer ce qui s'était passé après qu'il se soit fait assommer. Je lui ai ensuite dis que je ne pouvais pas retourner au combat, avec une entaille au torse. J'ai laissé Ed descendre, avant d'installer Azulie plus confortablement, et de sauter au sol. Vu qu'on était pas bien loin du camp, j'ai appelé un mage soigneur, et une fois d'aplomb, je suis repartis. Et nous voici de retour à Hajurion, à la recherche, à nouveau, de la bombe. Nous étions tout les deux remontés à bloc, prêt à en découdre. C'est alors qu'une musique vraiment horrible parvint à nos oreilles, nopus obligeant à nous boucher les oreilles.

Putain !!! C'est pire que quand Gageel chante et joue de sa guitard !!!

Ah bah c'est clair !!! Et d'ailleurs, à ce moment précis, je le préfère lui, à cette... Femme-licorne ? Olà, ça sent l'invocation, ça. J'allais m'approcher, pour en savoir plus, lorsque quelqu'un lui tomba directement dessus. Ca n'a pas dut leur faire du bien, ça...J'ai alors fais quelques pas, lorsque je vis la fameuse personne, tombée du toit, se relevée et frottée ses vêtements. Oh putain, j'y crois pas !!! J'ai attrapé Ed par le bras, avant de m'adresser à lui.

Ed, regarde ! C'eest l'enflure qui nous a attaqué, tout à l'heure !!!

Je l'ai lâché, avant de faire craquer mes doigts, et mon cou. J'ai alors frappé mon poing droit contre ma paume gauche.

On va lui montrer qu'il ne faut pas s'attaquer à Fairy Tail, sans en subir les concéqences ! J'me demande quand même pourquoi il en veut à la guilde...

Ma dernière phrase était plus pour moi même, que pour Ed, en fait. On s'est alors avancé vers l'autre, prêt à en découdre.

Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand EmptyMer 8 Juil - 0:09

Personnage Non-Joueur
Personnage Non-Joueur

PNJ

Click



The last stand
Edward - Travis - Maël


Edward, tu n'as pas besoin de Travis pour reconnaître cet homme que tu as croisé plus tôt, avant d'être assomé. Cette fois, tu es prêt à prendre ta revanche. Pour l'honneur de Fairy Tail, tu te répètes au fond de toi. Peut-être un peu trop vite...

Un pan de mur du bâtiment adjacent se détacha et tomba directement sur vous trois. Si Travis comme Maël échappèrent sans soucis aux décombres, Edward se prit une lourde brique sur la tête, ce qui le replongea à nouveau dans l'inconscience, laissant son allié seul.


Edward est exclu de l'évent (délais).
Vous avez 7 jours pour répondre lorsque c'est votre tour.


Ordre de réponse : Maël Selesta - Travis Lagrange - etc.




FICHE PAR SWAN
 MessageSujet: Re: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand EmptyDim 12 Juil - 0:01

Maël Selesta
Maël Selesta

Raven Tail

Click

The Last Stand

Maël x Travis


La vision d'un chignon sauvage est certainement la dernière chose que je fut capable de voir avant de me faire littéralement sauter dessus comme une jolie donzelle dans un bordel. Je ne l'avait pas vu, ni même entendu un simple cri avant que ma respiration se suspende et que je commence à voltiger dans une direction inconnue, force est de constater que le voyage dans les airs était plutôt rapide, à peine de le temps de profiter du voyage. Ma jolie et somptueuse Monoseros n’eut que très peu d'impact sur cette montagne de muscles qui a dût confondre la corne de cette jolie licorne avec un critère physique nettement moins féminin. En tout cas elle eu pour mérite d'exprimer sa présence au moment même où je suis tombé dessus, comme empalé par un objet non-identifié, regardant aux alentours, tout en reprenant tranquillement ma respiration je ressens un étrange liquide plutôt fluide se déverser sur mon vêtement, ce n'est qu'en portant mon regard vers le sol que je constate que je suis littéralement allongé sur ma douce petite pomme d'Api, sanglotant certainement de n'avoir une fois de plus était d'aucune utilité. Je me relève alors, aide ma meilleure amie de karaoké à se relever également et observe le toit d'où je viens de chuter pour tenter d'apercevoir mon sosie mais sans succès. Je me demande vraiment comment il va réussir à ce défaire de chignon-sensei dans une telle situation, surtout qu'à entendre les dires du blond, l'explosion ne devrait plus tarder à ce faire entendre, autant dire qu'un talent comme le miens ne mérite pas d'être fauché de cette manière avant d'avoir accompli sa mission.

J'observe alors ma licorne, disposant ma main droite sur son épaule pour tenter de la consoler, tout en commençant à comprendre petit à petit que cela fait quelques secondes que nous sommes observés, ce n'est donc qu'après m'être débarrassé de cette poussière immonde que du coin de l’œil j'entrevois deux silhouettes. Deux silhouettes aux allure familières. Un sourire se dessine alors peu à peu pendant que mes dents commencent à mordiller ma lèvre inférieur. Je ressens de nouveau cet afflux sanguin, cette pulsion indétrônable, ce désir indestructible mélangé à ce peu de nostalgie. J'entends simplement le son de la voix de ce que je pense être le pruneau alors que je cherche à contrôler ma respiration, réalisant quelques exercices pour tenter de me calmer. Il m'insulte, s'approche peu à peu pendant que le pisseur reste légèrement en retrait. Monoseros tremblote et reste fidèle à elle-même. Soudainement le bâtiment duquel je proviens se met à trembler et s'effondre comme un soufflet au fromage raté à la mamie gina. Par simple réflexe, je m'écarte, tirant avec moi la diva du monde des arc-en ciels.

A travers la poussière je ne distingue qu'un visage, le visage d'un pruneau déséché par les batailles précédentes, certainement que c'est l’œuvre de mon talent qui le rend dans un tel état, que voulez-vous se frotter à Maël Selesta, c'est comme se frotter à un papillon en chaleur, il paraît qu'à force de récolter le pollen, le papillon devient soul, bref. La poussière se dissipe peu à peu, laissant place à un bâtiment en ruine, peut-être que c'est l’œuvre de chignon ou bien celle de double-moi, ce type à du talent à revendre lui aussi, j'arrive à le ressentir. Détournant légèrement le regard, mes yeux se portent sur un corps plaqué au sol, seule une chevelure blonde se laisse entrevoir. Je croise alors le regard de momo et éclate de rire. Toujours, j'ai toujours sût que les fées étaient médiocres mais au point de ne pas être capable d'éviter un mur qui s’effondre, doux jésus.

« Dis-moi pruneau, le pisseur semble plus souvent dans le coma que sur ses deux pattes, est-ce un paresseux ? Tu sais les bestioles tropicales ? » dis-je en commençant à m'approcher du corps tout en plaçant le pied gauche sur le crâne de celui-ci, autant humilier ces petites choses jusqu'au bout. « Puis-je le capturer ? » Un sourire s'affiche sur mon visage alors que de ma main droite, je sors de ma poche une clé de jade. Pas une clé de jade comme une autre, non, cette clé.

« Vois-tu d'après ce que j'en pense, le cocktail Molotov ne va pas tarder à faire effet, soit nous sommes des gens intelligents, même si j’émets toutefois quelque réserves sur tes capacités à pouvoir le faire, soit nos deux cervelles plus celle du paresseux explosent en un magnifique feu d'artifice. Autant dire que j'aimerais vraiment pouvoir te voir souffrir au point de te voir hurler à la mort comme un chien à l'agonie qui appelle après son maître mais j'aimerais vraiment pouvoir continuer à tirer mes petits plans. » dis-je en continuant de fixer le fruit sec, jouant avec ma jolie et douce petite clé dans la main. Moi de même j'aimerais vraiment éviter de l'utiliser, mais bon.

« D'une manière ou d'une autre, tu finiras par mourir de mes mains un jour, à toi de voir si tu veux faire payer le même prix à ton collègue dès maintenant. Je suis quelqu'un de patient, je vais donc attendre quelques secondes le temps de te voir prendre une décision. »

Oui l'ami immonde, réfléchir même un court instant ne casse pas trois pattes à un canard, même pour toi.


 MessageSujet: Re: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand EmptySam 18 Juil - 20:39

Travis Lagrange
Travis Lagrange

Fairy Tail

Click


Who putain ! J'ai eus de la chance que son effondrement m'ait fait peur parce que sinon, je me serais pris le mur sur la tête. Mais visiblement, Ed n'a pas eut cette chance... Bordel, me voilà seul, contre un constellationniste complêtement timbré, et imbu de lui même. D'ailleurs, c'est la première fois que je croise quelqu'un qui se vente autant d'être le meilleur, alors qu'il a presque autant de puissance que moi. Oh je sais que je suis pas le meilleur, et je doute réussir à égaler un jour la puissance d'Erza, mais voir ce type se pavaner comme ça, c'est une première. En parlant de l'autre, Il s'est rapproché de nous, tout en parlant.

« Dis-moi pruneau, le pisseur semble plus souvent dans le coma que sur ses deux pattes, est-ce un paresseux ? Tu sais les bestioles tropicales ? »

Putain, qu'est-ce que je peux détester ce genre d'air suffisant, moi ! Et en plus, il prend un malin plaisir à humilier Ed, en posant le pied sur sa tête. Mais quel connard !!!

« Puis-je le capturer ? »

Et il en rajoute, en plus ! Bon, restons-calme, j'ai pas envie de me retrouver en mauvaise posture, si il invoque un de ses esprits. Si Ed aurait évité le mur, j'aurais pus lui foutre un pain, mais là, je préfère éviter. Et ce sourire... Bouark ! Il me dégoûte, ce gars. J'ai alors utilisé mon pied, pour virer celui de l'autre con, mais de façon à le faire reculer d'un pas.

Vire ton pied de là ! Sa tête n'est ni un paillasson, ni un repose-pied. Et si tu touche à un seul de ses cheveux, j't'en fous une, compris ?!

Voilà, au moins, il est prévenu. Bon ok, j'aurais peut être pas dû, mais vu comme il me cherche, j'ai pas pus m'en empêcher. Il s'attaque à Fairy Tail aussi, donc faut pas qu'il soit surpris, si toute la guilde lui tombera dessus, un jour ou l'autre. Il l'aura bien cherché, tien.

« Vois-tu d'après ce que j'en pense, le cocktail Molotov ne va pas tarder à faire effet, soit nous sommes des gens intelligents, même si j’émets toutefois quelque réserves sur tes capacités à pouvoir le faire, soit nos deux cervelles plus celle du paresseux explosent en un magnifique feu d'artifice. Autant dire que j'aimerais vraiment pouvoir te voir souffrir au point de te voir hurler à la mort comme un chien à l'agonie qui appelle après son maître mais j'aimerais vraiment pouvoir continuer à tirer mes petits plans. »

Ok, il doit surement parler de la bombe, là. Et vu ce qu'il me dit, elle doit pas être loin d'exploser. On se demande à cause de qui, hein ?!!! Bon après, il peut aussi me dire des flans, et on a encore assez de temps pour trouver la bombe, et la désamorser.

Vous êtes bien tous les même vous, les mages illégaux. Vous ne pensez qu'à votre tronche, sans vous soucier une seule seconde de ce qui se passe autour de vous. J'te signale que, si tu nous aurais pas attaqué tout à l'heure, on airait eut plus de temps pour trouver cette foutue bombe, et la désamorcer ! Enfin, vu l'espace qui doit y avoir dans ta tête, j'me demande si tu l'as bien compris...

Oui, je me fous un peu de sa gueule. Bah c'est ce qu'il fait, depuis tout à l'heure avec nous, donc pourquoi je ferais pas pareil ?

« D'une manière ou d'une autre, tu finiras par mourir de mes mains un jour, à toi de voir si tu veux faire payer le même prix à ton collègue dès maintenant. Je suis quelqu'un de patient, je vais donc attendre quelques secondes le temps de te voir prendre une décision. »

J'aimerais déjà savoir pourquoi tu en veux autant à Fairy Tail. D'ailleurs, j'vois pas pourquoi tu en voudrais à tout la guilde, si c'est juste un ou deux membres qui ont fait des dégâts, si c'est bien ce que à quoi je pense. Et si ça s'est passé quand t'étais plus jeune, mon collègue moi, on faisait même pas partie de la guilde, à l'époque, alors je comprends pas pourquoi tu t'attaque à nous. Mais sache une chsoe, si tu t'attaque à un seul membre de Fairy Tail, c'est toute la guilde que tu te mets à dos.

Bah quoi ? Il m'as pas encore attaqué, alors j'en profite un peu. Je sais, c'est pas le moment de taper la discute, mais ça m'intrigue. De toute façon, je suis toujours sur mes gardes, donc si il m'attaque, je suis prêt à répliquer.

Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand EmptyMar 28 Juil - 21:55

Maël Selesta
Maël Selesta

Raven Tail

Click

The Last Stand

Maël x Travis


Des pulsions croissantes, un rythme cardiaque révélateur d'une haine enfuie. Chaque mot qui sort de sa bouche est une pierre de plus qui s'écroule de mon logis familial, chaque geste qu'il produit comme me forcer à dégager mon pied est une gorgée d'alcool que ma poche de père engloutie. Son visage, ses traits de pruneau et ses allures de fée satisfaite qui m'irrite la gorge. Un crachat, un simple et beau crachat immonde sur sa peau est la seule chose qu'il mérite, si toutefois ce n'est pas encore trop bon pour lui. Je rêve d'invoquer cette clé avec laquelle je joue, histoire de lui montrer une fois de plus que mon talent est divin, que mon talent est réel et qu'il n'arrive certainement pas à la hauteur de mon genou. Pourtant. Un frein résonne dans mon esprit, peut-être une forme de raison, finalement, combattre cet être abjecte de nouveau ici et risquer que la bombe explose pour enfin risquer de surcroît de finir en morceaux n'est pas envisageable. Je ne le mesure pas encore mais mon destin est certainement radieux, périr ici et anéantir seulement une seule fée, c'est un peu comme ne pouvoir boire qu'une gorgée de limonade millésimée. Une gorgée n'est pas suffisante, il faut savoir en apprécier chaque goutte.

Je le sais, je le sens comme un pressentiment, le cocktail Molotov est pour bientôt, sans doutes les paroles de mon double qui me laisse y penser ou peut-être mon cerveau incroyablement futé qui me l'inspire. D'ailleurs. Je me demande comment s'en sort mon recruteur, il y a des chances pour qu'il ait déjà quitté les lieux, il est même peut-être déjà très loin d'ici, admirant le spectacle qui va avoir lieu sous peu. Moi, mes poils s’irisent comme un chaton devant une belote de laine, ma main sert toujours plus la clé que je ne souhaite même pas invoquer pour mon propre bien et pourtant. Pourtant, j'écoute encore et toujours ce laideron continuer de poser ses questions, s'intéressant à ma vie, s'intéressant à mes actions et mes motivations. Ais-je la simple envie de lui en donner les raisons ? De lui faire comprendre ? Loin de là. Mes yeux qui fixaient sont regard il y a peu, descendent instantanément en direction du sol. Il m'est indispensable de prendre une décision, d'agir.

Il semble vouloir m'acquitter de la responsabilité de la bombe,je suis assez flatté qu'un moustique comme lui m'attribue le mérite de faire exploser la ville mais c'est loin d'être le cas. Mon génie serait capable de créer un plan comme celui-ci mais force est de constater que ce n'est pas l'une de mes priorités.
« Voyons pruneau, ne juge pas le cerveau des gens sans analyser le tiens. Quelqu'un comme moi peut se permettre de juger le talent de quelqu'un d'autre car mon unité de mesure est la seule de valable mais pour quelqu'un qui n'est même pas capable d'élaborer une stratégie pour me contourner et désamorcer la bombe, parler d'intelligence me laisse assez dubitatif. »

Je remonte mon regard vers le siens, affrontant toute la laideur qu'il dégage et l'envie de lui sauter au cou monte de plus en plus. Cependant, je tente de me contrôler, prenant de grandes inspirations de manière à ne pas succomber. Jetant un œil en direction du pisseur allongé sur le sol, je tente de trouver une solution tout en cherchant à répondre à ses questions plutôt malvenues.

« Ais-je envie de répondre à tes questions, mhh... » dis-je en marquant une courte pause, grattouillant mon sublime menton pour faire mine de réfléchir. « Vois-tu, je ne sais vraiment pas ce qui se passe dans la tête d'un être aussi inférieur que toi pour oser imaginer que je vais répondre à tout ça. Tu te casses trop la tête, ton cerveau doit certainement surchauffer, je n'aimerais pas qu'il éclate et que je me retrouve arroser de semence de cervelle, encore moins de la tienne. »

Un petit clin d’œil pour accompagner mes paroles et je fini par me retourner pour me retrouver dos à lui, signe d'ignorance profond et soupir de désespoir, ce n'est pas le moment de régler mes comptes. Je décide donc de ranger ma fameuse clé dans ma poche et m'adresse une dernière fois à lui.

« Rassures-toi nous aurons le temps de discuter de tout ça sur les ruines fumantes de ta guilde médiocre en savourant une bonne limonade, si toutefois tu es encore vivant. Un conseil, récupère la bestiole qui gesticule comme un mille-pattes sous les pierres et tire toi d'ici, j'aimerais vraiment pouvoir avoir la chance de revoir un spécimen comme toi plus tard... La bise. »

En quelques secondes, je tourne les talons et me dirige en direction de la sortie, tentant toujours de me contrôler pour éviter de succomber et faire marche-arrière.




Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand EmptyDim 2 Aoû - 22:01

Travis Lagrange
Travis Lagrange

Fairy Tail

Click


« Voyons pruneau, ne juge pas le cerveau des gens sans analyser le tiens. Quelqu'un comme moi peut se permettre de juger le talent de quelqu'un d'autre car mon unité de mesure est la seule de valable mais pour quelqu'un qui n'est même pas capable d'élaborer une stratégie pour me contourner et désamorcer la bombe, parler d'intelligence me laisse assez dubitatif. »

Il s'arrange pas, lui... Je crois que c'est même de pire en pire, en fait. Je me suis aussitôt adressé à lui, avec un visage dédeigneux.

Ca va ? T'arrive encore à passer les portes, avec ta tête grosse comme une mongolfière ?

Ah bah il l'a cherché, hein. En même temps, vu son comportement, je ne peux pas en avoir un autre. Il m'a alors regardé droit dans les yeux, et j'ai soutenu son regard, lui montrant bien ma détermination à défendre ma guilde, mais surtout cette ville. Néanmoins, je sens bien qu'il n'a qu'une envie, c'est de se jeter sur moi, pour m'étrangler. Qu'il essaye, et il se prendra un Bazooka Punch dans le bide !

« Ais-je envie de répondre à tes questions, mhh... Vois-tu, je ne sais vraiment pas ce qui se passe dans la tête d'un être aussi inférieur que toi pour oser imaginer que je vais répondre à tout ça. Tu te casses trop la tête, ton cerveau doit certainement surchauffer, je n'aimerais pas qu'il éclate et que je me retrouve arroser de semence de cervelle, encore moins de la tienne. »

Mon cerveau va bien, je te remercie. Par contre, vu la taille du tien, qui doit être minuscule, ça doit être l'enfer, dans ta tête.

Ouais, c'est clair. Et je dois l'avouer, me foutre de sa gueule me fait du bien. Ca me calme, même. Enfin bref. Ce gars me fit un clin d'oeuil, avant de me tourner le dos, tout en rangeant sa clé. Ca me rassure plus, qu'il fasse ça. Je crois qu'il a l'intention de partir...

« Rassures-toi nous aurons le temps de discuter de tout ça sur les ruines fumantes de ta guilde médiocre en savourant une bonne limonade, si toutefois tu es encore vivant. Un conseil, récupère la bestiole qui gesticule comme un mille-pattes sous les pierres et tire toi d'ici, j'aimerais vraiment pouvoir avoir la chance de revoir un spécimen comme toi plus tard... La bise. »

T'inquiète pas, quand tu te pointera à Fairy Tail, toute la guilde t'attendra de pied ferme, pour te mettre une raglé telle que tu te souviendras de ne plus insulter Fairy Tail, sans en subir les concéquences !

Comme ça, il est prévenu. Pendant qu'il partait, comme le lâche qu'il est, jer me suis précipité sur Ed, et je me suis mis à déblayer les gravas qui le recouvrait, pour le sortir de là. C'est là que des soldats du Conseil ont débarqué, et je leur ai alors expliqué la situation, mais en ommettant de leur parler de l'autre face de pet. J'ai bien l'intention de lui casser la gueule, aux côtés du reste de la guilde, alors je ne vais pas lui envoyer le Conseil sur le dos, pour qu'il l'arrête. J'ai dis aux gardes d'emmeber Ed au camp de réfugiers, et je leur ai demandé d'expliquer ma situation aux membres de Fairy Tail présents là bas, avant de filer plus à l'intérieur de la ville, à la recherche de la bombe. J'espère que j'ai encore le temps, avant qu'elle n'explose...

Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: 11h38 - The last stand   11h38 - The last stand Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — You left me to stand alone... » ✉ ft. Big Brother
» Here i stand - Aedan Ceallaigh
» pv. | united we stand, divided we fall
» Hope E. Scott • Fall down seven times, stand up eight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Est :: Ancienne Harujion :: Hajurion - Event Destruction centrale