anipassion.com
Aller à la page : 1, 2  Suivant
10h55 : Les Larmes d'Ajatar
 MessageSujet: 10h55 : Les Larmes d'Ajatar   10h55 : Les Larmes d'Ajatar EmptyVen 5 Juin - 12:43

[PNJ] Gorgones
[PNJ] Gorgones

PNJ

Click


Les Larmes d'Ajatar





La fée sombre s'est éclipsée, vous laissant seul à seul dans la naissance d'un échange, un échange étrange, comme tout le reste des événements s'étant déroulé sur cette place teinté de sang. Uriel, c'est vers une maison qu'Olivia t'entraînes, tu t'apprêtes à la suivre quand soudain ton corps entier se raidit, tu peux le sentir n'est-ce pas ? Quelqu'un d'autre a fait son entrée, et patiemment il vous observe, comme attendant le bon moment pour frapper, ami, ennemi ? Tu n'en sais rien, mais il est là, quelque part.

Ordre de poste : Uriel - Olivia - PNJ
Vous avez sept jour pour répondre.


© Daryan Chris Illunar. Tous droit réservés
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 10h55 : Les Larmes d'Ajatar   10h55 : Les Larmes d'Ajatar EmptyMar 9 Juin - 0:29

Uriel Rudraksha
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click





Un éclat de musique qui retentit. L'écho d'une mélodie. Le tigre chute au loin et déjà son attention se dirige sur les battements d'ailes d'un oiseau. Un sourire triste alors qu'il tend la main vers le ciel, le faucon s'y dépose, l'éclat de l'intrigue entre ses serres, un simple mouvement des doigts, la sentence des mots alors que l'intérêt perce l'éclat des yeux sombres, un sourire qui s'agrandit puis disparait au bruit d'un battement d'aile. Le corps endoloris, sa stature imposante s'avance entre les décombres, déserte les lieux du combat, laisse le tigre à l'agonie, une déception qui disparait au profit d'un mystère qui stimule sa curiosité.

Les minutes s'écoulent alors qu'il avance, torse nu où luisent les diverses plaies où le sang à déjà commencé à sécher, tout n'est plus qu'un silence de mort dans les allées épargnées par les combats, la vie à quitter les lieux, la vie à déserté la catastrophe imminente, à une exception prêt alors que l'éclat d'une voix retentit, les prémices d'une étrange mélodie. Prédateur à l'affut de sa proie alors qu'il bondit, agile et précis, muscles en tension, oubliant la douleur de l'affrontement précédent au profit des prochains événements. Sous ses yeux la ruelle se dessine alors que tel un fauve il se glisse dans les ombres, posture prédatrice alors que mains et pieds s'ancrent au sol, tapis sur le toit de l'immeuble, en bas l'écho des voix retentit, une posture qui se redresse en temps voulu, qu'à l'ouïe succède la vue alors qu'il se relève au moment où la mélodie retentit, un sourire qui se dessine sur les lèvres alors qu'il attend, se laisse bercé, transporté, ses yeux détaillant les deux individus.

Un sourire qui disparait dans la familiarité de l'homme. Le calme avant la tempête alors que dans ses traits c'est l'ami perdu qui transparait. Une simple coïncidence qui s'éclipse alors que la lame imposante s'impose à ses yeux, une lame qu'il connait bien, un honneur salit alors que sa mâchoire se crispe. Ses yeux d'ébènes détaillant les loups l'accompagnant, une imposture grandissant alors que la colère né, une colère aussi froide qu'elle peut-être sourde, l'iceberg qui n'attend que la justice, celle qu'une certitude à créé, celle que si la Montagne est morte c'est forcément par tromperie, duperie et manipulation, une idée qui se renforce devant cette imposture qui lui fait face.

Et dans la ruelle alors que le Faucon l'ayant mené ici le survole il révèle sa présence au son des mots sacré. « Dans le sang les lames murmurent son nom, l'aura se charge et sa magie se répand en une vibration, Face aux traîtrises implorant à l'unisson, son physique changeant alors que sa chevelure brune se teinte du blanc immaculé tout en poussant, que son corps et ses traits s'affinent d'une beauté féminine, sacrée alors qu'il saute pour retomber souplement au sol avec un grâce aérienne à quelques mètres des deux protagonistes, ses yeux d'opale se figeant sur eux, des yeux où luit toute cet éclat de justice et de vengeance alors que les derniers mots s'écoulent. Brunehilde pour son incarnation. »

Une simple impulsion alors qu'il lève le bras, que dans le mouvement l'imposante épée se détache du dos de l'imposture pour se diriger vers lui, comme charmée, comme animée de sa propre volonté alors que sa main se referme sur la garde que les yeux viennent caresser avec mélancolie.

" Il me semble que ceci ne t'appartiens pas. "

Un silence alors que les yeux inhumains se braquent dans les pupilles de l'imposture, inquisitrice alors que la voix retentit.

" J'aurai donc deux questions. La première, comment as-tu pu entrer en possession de cet objet alors qu'il a disparu peu après la mort de son propriétaire légitime. "

Un silence alors que son regard se braque soudainement sur la femme.

" La seconde étant, quelle intention peut-il bien se cacher derrière un message d'appel à l'aide alors que son auteur discute tranquillement avec un imposteur ? "


Ordre de poste : Uriel - Olivia - Zulria
Vous avez sept jour pour répondre.


© Daryan Chris Illunar. Tous droit réservés
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 10h55 : Les Larmes d'Ajatar   10h55 : Les Larmes d'Ajatar EmptyLun 15 Juin - 0:35

Uriel Rudraksha
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click






Étrange échange, étrange circonstance, les protagonistes surprenant dans leurs réactions, intrigant dans leurs mots. Le masque de l'usurpateur tombe alors qu'il révèle sa réelle apparence, l'arrogance transpire de son être et l'impudence de ses mots, une arrogance tirant un sourire au visage aux traits féminins. Un sourire qui se fige en une expression grave, pourtant il reste là, presque impassible, ses yeux inhumains scrutant l'intriguant. Mensonge, tout ceci ne pouvait être qu'un mensonge, les loups semblent prêts à bondir, mais il ne tique pas, toujours appuyé sur l'imposante lame. Des réponses qui à l'heure actuelle ne le satisfont pas.

Puis l'énergie se propage autour de l'imposture, le spectre du loup s'y dessinant, monstre aux crocs acérés et à la puissance honorable. Une arrogance qui grandit alors qu'il se redresse nonchalamment, sa main se crispant sur la garde de l'épée de fut son plus fidèle allié.
Ami.

Un silence.

" Quelle arrogance. "

Son regard se pose sur la femme, ses sens sans pour autant dénigrer l'homme osant se prétendre héritier de Trynda alors que le bruit métallique des lames retentit, qu'elle répond pour lui. Une réaction des plus étranges alors que la mélodie retentit et qu'une certaine force s'empare de ses jambes sous son impulsion, un nouveau mystère qu'elle sème tout en affichant clairement ses attentions, celle d'un combat. Un duo d'arrogance piqué d'inconscience. Et il reste là, calme alors que pourtant son corps entier semble prêt à bondir tel un félin.

" Arrogant et irrespectueux, quel blasphème que d'utiliser la tromperie pour ensuite se clamer héritier de Tryndra, héritier des loups par une démonstration d'incarnation. Mais la vérité est que tu n'as pas la moindre idée de qui il était, tu n'es qu'un gamin arrogant qui joue avec la force du loup. "

Un silence.

" Mais cette chère intrigante à tord sur un point. "

Entre la mains l'épée d'une longueur de deux mètres apparait, aussi volumineuse que celle de la montagne, la lame tracée de rune et au manche ouvragé alors que lentement il se recule de quelques pas.

" Prends donc cette épée que tu réclames tienne, nous allons très vite savoir si tu dis vrai puisqu'elle elle-même est incapable de me révéler si tu es devenue son propriétaire légitime. "

Il se fige à quelques mètres de la lame, son regard se figeant sur la femme du haut de son perchoir.

" Mais avant toute chose..."

Sa main se lève alors que le katana de l'homme s'élève dans les airs avec une rapidité folle pour fondre sur la femme, sa lame se stoppant, immobile et pourtant comme prête à bondir pour la transpercer à la moindre pulsation alors qu'elle trône dans le vide à un millimètre de sa gorge.

" Il me parait important de vous faire savoir que vous ne dictez pas les règles, mais surtout j'aimerai une réponse à ma question. Vous vouliez que je vous enlève, et pourtant vous êtes ici oscillant entre deux parties, attendant qu'ils se battent comme pour choisir le gagnant. J’espère que ce n'est pas que cela, j'ai horreur des trahisons et des mensonges, ma question sera donc des plus simples.
Que cherchez-vous ?
Qu'attendez-vous de moi ? "


Ordre de poste : Uriel - Olivia - Zulria
Vous avez sept jour pour répondre.


© Daryan Chris Illunar. Tous droit réservés
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 10h55 : Les Larmes d'Ajatar   10h55 : Les Larmes d'Ajatar EmptyVen 3 Juil - 4:09

Uriel Rudraksha
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click






La foudre s'abat, sur Rynal le chaos règne, la nature déchaine son courroux dans des effusions de magie alors qu'au loin les tornades se forment, le frisson dans son échine, le frisson et une satisfaction, il semble que la putrescence de Légion touche à sa fin sans qu'il n'est eut à intervenir.

Son regard toise Olivia, attendant la réponse, une attente alors que c'est l'imposteur qui parle, enfant arrogant, qu'il parle de jugement, alors qu'en ces lieux il est le seul à juger, juger sans savoir, juger sans comprendre, juger sans vouloir comprendre, qu'il interprète à sa guise pour que les mots aillent dans son sens, renforcent sa conviction, quelle conviction as-t-elle besoin d'auto persuasion déformant les événements pour survivre ? Il ne répond pas, pas pour le moment alors que la réponse l'intéressant vraiment s'apprête à être délivrée, la musique s'est rompu et sa voix mélodieuse parle, conte son histoire, conte sa volonté, et avec intensité il la regarde, ne détachant pas le regard, elle éveille un intérêt déjà stimulé, elle éveille leurs intérêts alors qu'elles semblent se tirer de leur habituelle éloignement, extériorité aux événements.

Une litanie se terminant sur une menace, un faible sourire, pour une raison obscure tu décides de la croire, elle l’intrigante aux mille mélopées, peut-être car elles la croient également. D'un coup sec, d'une poussée le katana entre en mouvement, vif et brutal alors qu'il vient s'effondrer devant les pieds de son propriétaire dans un bruit de métal.

Un silence avant qu'il ne parle enfin, l'imposante épée entre ses mains disparait alors que son corps se modifie, reprenant toute sa masculinité, ses cheveux redevant court et bruns, ses yeux d'un ébène profond.

" Je vais vous raconter une histoire. "

Son regard pivote vers l'homme, ses yeux s'ancrant dans les siens, dans ceux du loup à travers lui.

" Des histoires. Des destins croisés. "

Un faible sourire alors que finalement il lâche les mots.

" Celle de la naissance d'Ajatar. "

Un silence, lourd et pesant malgré la violence des éléments au loin.

" D'où je viens d'anciennes légendes parlent d'une femme, une femme qui n'en est pas une, entre le monstrueux et le divin, entre l'enfer et le sacré. Dans les légendes cette femme règnent en maîtresse sur les forêts, divinité naturelle s'en prenant à ceux ayant le malheur d'y pénétrer, se nourrissant des âmes égarées qu'elle conduit en enfer. L'enfer ancien, celui d'avant le diable, l'enfer comme royaume des morts, l'enfer d'un panthéon antique de divinités aussi sacrées qu'elles peuvent être monstrueuses dans leurs passions humaines, les anciens, ceux que beaucoup ont oublié aujourd'hui. De fait qu'avec le temps, la déesse, la divinité des forêt est devenue au rythme des récits le diable des bois, un monstre maléfique et malfaisant, pervertie par la vision des hommes.

Cette femme, cette déesse que la pensée humaine à profané possède un nom que vous connaissez, un nom qui fait désormais frémir Fiore.

Ajatar.

Ajatar est son nom.

La guilde des origines, la guilde de l'avant, celle d'un monde perdue et oublié, celles des divinités bafouées, celle de la nature aujourd'hui profanée, la guilde du retour, celles des monstres, celles du divin devenue démon. Celle d'un retour et d'un combat, celui de faire table rase de l'horreur humaine, celle d'un nouveau départ, celle d'un monde perdu qu'il faut aujourd'hui détruire, celle d'un nouveau monde purifier."


Son regard se pose sur l'homme, ses yeux d'ébènes se plongeant dans l'écarlate.

" Toi même tu le sais plus que personne, comme ces entités qui te conférent ton pouvoir, qui te le prête pour les servir. Tout n'est que cycle, la nature est un cycle sans fin de mort et de vie, renaissance, renaître des cendres, tel les feuilles qui tombent à l'automne pour renaître au printemps. La mort et la vie comme les deux face d'un tout. "

Un silence alors qu'il sourit faiblement.

" Je crois savoir que tu as déjà rencontré certains d'entre nous n'est-ce pas ? Tu n'as pas pu ne pas remarquer hein ? Remarquer ce lien qui nous unit tous à quelque chose de plus grand, aux ordres naturels et divins du monde. Cette bombe que tu veux trouver, elle n'est pas la mort, elle est notre renaissance, la renaissance d'un monde perdue, d'un monde trop longtemps bafoué, elle est la vie que l'humanité à gâché. "

Son regard se tourne vers le ciel, un silence avant qu'il ne parle de nouveau.

" J'ai dis que je conterai des histoires. Des destins croisés. Je ne devrai pas vous les révéler, mais je crois que l'un comme l'autre vous voulez comprendre, vous avez besoin de comprendre, ou tout du moins de connaître la vérité sur les membres d'Ajatar.

Alors voici la première. Dans les contrées lointaines d'Iceberg un enfant est né, un enfant sans rien de bien particulier, un enfant se pliant aux règles du pays et de la société où il avait évolué. Un enfant qui comme chacun en grandissant dut rejoindre les armées, les armées si puissantes et fière de la terrible Icerbeg, servir et protéger. Un jeune homme qui croyait véritablement au bien fondé, un jeune homme qui fut confronté à l'horreur, au massacre de ce qui ne rentrait pas en adéquation avec le pouvoir établit par des hommes, le massacre de ce qui représenter le danger, fut-il issu d'un enfant à peine né. Et dans la mort et le sang sa magie s'est éveillée, une magie bien étrange, celles d'entités donnant leurs forces et leurs puissance au corps, une magie d'incarnation alors qu'au final depuis longtemps elles attendaient de se manifester, elles attendaient qu'il soit prêt à les rencontrer.

Tu parlais de la confiance d'un dieu ? J'ai obtenue la confiance de divinités, ces divinités guerrières et farouches emmenant les défunts tombés au combat jusqu'au Valhalla. Affiliées à l'eau, au vent et à la mort elles m'avaient choisit pour porter leur volonté.
J'avais été choisis par les walkyries. Des divinités fatigués que plus rien n'est de sens, des divinités ne pouvant plus accepter de voir ce que le monde était devenue, un massacre sans raison, un enfer sur terre alors qu'au Valhalla les braves et les honorables connaissent le bonheur pour l'éternité. Des braves et honorables malheureusement incapable de prouver le valeur avant la mort dans ce monde ayant tout oublié.

Arrogant je l'étais, me prétendant porteur de leur volonté, m'en ventant, mais ce que je n'avais pas réalisé c'était qu'à ce moment exacte, j'étais à mon tour devenue un danger, un danger pour l'ordre établie, un danger pour ce si grand royaume d'Iceberg, en apparence si ouvert.
Alors ils ont tenté de me tuer, par peur, par crainte, par l'oublie.

Et c'est dans ma fuite qu'Ajatar m'a trouvé.


Les yeux se décrochent du ciel pour venir à nouveau danser sur ses interlocuteurs.

" Je peux vous raconter l'histoire d'une jeune femme, d'une femme à peine sortie de l'adolescence dans un pays de crainte et de dogme, dans le pays où l'église décide de tout, se prend pour ce dieu qu'ils utilisent pour gouverner. L'histoire d'une jeune femme qui un jour s'éveilla à sa magie, une magie des temps anciens, sa beauté sans pareil alors que les divinités anciennes de l'amour et de la beauté l'avaient choisit. La simple histoire d'une jeune femme qui dans la découverte des plaisirs de la chaire, dans l'éveil de sa magie tua un homme sans même en prendre conscience. L'histoire d'une jeune femme qu'on condamna au bucher comme sorcière, incarnation du diable et du pécher, celle d'une adolescente à peine femme que ses parents livrèrent pour la regarder bruler.

Je peux vous compter l'histoire d'un homme et d'une femme, leurs destins finalement croisés dans le point communs de leurs histoires. Celles de leurs peuples massacrés par quête de pouvoir, pour obtenir ce qu'ils gardaient. La première son propre pouvoir, un pouvoir divin capable d'allié la terre et la chaleur, un pouvoir ancestrale et oublié qui choisit son propriétaire. Le second l'héritier des croyances d'un peuple, possédant une connexion au monde animal si forte qu'il est capable d'accéder à leur penchant le plus sacré, à un autre plan.

Je peux vous compter l'histoire d'un petit garçon, un petit garçon qui vivait dans un petit village, un petit garçon qui fut élever dans la peur et la haine de la magie, un petit garçon qui malheureusement pour lui éveilla cette magie, une magie issu de la terre elle-même, choisit par elle alors qu'elle le protège depuis toujours. Un enfant chassé et méprisé pour cette différence pourtant issue de la nature elle-même.

Je peux vous compter l'histoire de l'élu des loups, un géant au coeur pure et noble, l'esprit de la meute que tu as rencontré, un pouvoir ancien qui provoqua la peur et la haine, un géant qu'on tenta de tuer, un géant dont on voulait tuer la meute à travers lui, de pures esprits.

Je peux vous compter l'histoire d'une femme devenue meurtrière pour survivre, mercenaire après des années d'esclavage, une femme que les démons et les anges ont choisis il y'a longtemps, lui confiant les clefs de peurs pouvoirs. Une femme qui fut toujours traqué, une femme que le monde a forcé à devenir impitoyable, une femme qui a passé sa vie entière à survivre au lieu de vivre.

Je peux aussi vous compter l'histoire qui ne connait que l'ambition, une femme qui pourtant fut un jour la plus douce et paisible. Une femme qui n'était qu'une enfant issue de Caelum, une femme qui très tôt découvrit qu'elle n'était pas normale, capable de déplacer les objets par la pensée, une enfant qui en fut effrayé. Une adolescente qui fut manipulée, une adolescente qu'on tentant simplement d'assassiner quand trop manifeste elle n'arriva plus à cacher ce qu'elle était, la séparant de sa famille.

Enfin je peux vous compter l'histoire d'un garçon, un garçon qu'on enleva jeune, qu'on priva de tout pour ses habilités, un garçon dont on voulait abuser du pouvoir qu'il détenait, pour s'enrichir, pour prospérer, un garçon qu'une guilde noire séquestra pendant des années, simplement pour l'utiliser, un rassemblement d'être abjectes pensant que la magie leur donnait tout les droits, des êtres qui parmi tant d'autre sont à l'origine de cette haine et de cette peur de ce que l'on nomme magie, pervertissant le divin pour leur profit.

De simples histoires, des destins aussi similaires qu'ils sont différents, des destins qui se sont croisés sous le nom d'Ajatar, libre de leurs croyances et pourtant unis dans un but commun. Un but pour lequel chacun d'entre eux est prêt à mourir, n'attendant rien en retour. Un idéal, peut-être qu'une vaste utopie, peut-être que pour vous nous ne sommes que des fous. Seul l'avenir nous le dira."


Son regard se braque sur Olivia.

" Jeune femme, le choix te revient, mais saches que si tu t'engages avec nous il n'y aura plus de retour en arrière possible, sois sur de ce que tu désires, car rejoindre Ajatar n'est pas à prendre à la légère, n'est pas une chose que l'on peut faire pour simplement rejoindre un être perdu il y'a longtemps, rejoindre Ajatar s'est se voué corps et âme pour la vision d'un nouveau monde. "

Son regard se tourne vers l'homme.

" Quant à toi, sache que j'ai nullement peur du regard du loup, je l'ai croisé il y'a longtemps, tu parles de la meute, je faisais, je fais toujours partie de celle de mon défunt ami, toi qui te proclame son héritier es-tu prêt à détruire tout ce à quoi il a dédié sa vie ? Jusque dans sa mort ? Ton but semble proche du notre et pourtant dans ton regard je peux voir cette haine que tu nous voues, tu peux agir seul, ou même nous rejoindre, le loup a toute ma confiance.

Néanmoins je ne peux t'empêcher de te détruire ce à quoi nous avons dédier nos vies, si tu veux réellement trouver cette bombe tu n'auras nul choix que de me passer sur le corps, car je la protégerai jusqu'à la mort.

Comme tu l'as si bien dit, tu fais avec ou sans, ton choix. "


Ordre de poste : Uriel - Olivia - Zulria
Vous avez sept jour pour répondre.


© Daryan Chris Illunar. Tous droit réservés
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 10h55 : Les Larmes d'Ajatar   10h55 : Les Larmes d'Ajatar Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]
» x Des larmes perlées
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» Les larmes d'Hillary apportent de beaux sourires!
» Sous l'arbre du désespoir, coule ses larmes [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Centre :: Rhynal :: Rhynal - Event Destruction Centrale