Le Deal du moment : -38%
Huawei P30 Smartphone
Voir le deal
402 €
-39%
Le deal à ne pas rater :
Philips BHD004/10 Sèche-cheveux – ThermoProtect, Touche Air froid
9.77 € 15.99 €
Voir le deal

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël] - Page 2 EmptyMar 23 Juin - 19:17

Sybilia Philips
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta


La piscine – L'endroit ennuyant par excellence, lorsqu'elle me dit cela, je ne réponds pas, je me contente de soupirer. Je l'imaginais quand même bien accepter mon offre, il faut croire cependant que malgré son petit côté dévergondée elle cache une certaine pudeur. Pour ma part, j'aime l'idée de voir des corps totalement nus se promener comme des petits poissons dans un bassin, serviette autour des cuisses, c'est tellement paradisiaque. Dans ma tête une pensée surgis, je ne peux m'empêcher d'imaginer Bella dans un bain, bella, elle et son célèbre balais dans le derrière, il faut croire qu'il y a un monde entre ces deux femmes. Difficile de savoir ce que je préfère, décoincer les balais ou apprivoiser une bête sauvage comme la prune qui se dresse à mes côtés, sincèrement, j'aime les défis, autant tout tenter. En tout cas, il faut croire que nous sommes partis pour la piscine, même si je reste assez perplexe à l'idée qu'une piscine soit encore ouverte si tardivement, peut-être qu'elle connaît bien l'endroit après tout. Je n'apprécie pas trop l'idée de suivre une prune mais vu comme la soirée est partie, ce n'est pas comme si j'avais le choix.

Je fais alors la moue en chemin et le comportement soudain de la fille m'interpelle, sa voix est comme tremblotante, hésitante, elle ne souhaite pas vraiment répondre à la question comme si je venais de demander le ciel. Je tourne alors la tête vers elle et je vois une larme s'échapper, sacrilège non, j'ai un tas de talent mais si il y a bien une chose pour laquelle je ne suis pas doué c'est bien ce genre de situation. Je me soulage alors lorsque je la vois s'essuyer comme pour reprendre ses esprits mais malheureusement une seconde larme s'enchaîne et elle finit par s'accroupir pour pleurer dans son manteau. Je me claque alors une main au visage car concrètement je ne sais pas vraiment quoi faire. Qu'une femme pleure de joie en me voyant c'est quelque chose de tout à fait normal mais qu'elle pleure pour une simple question, c'est assez désespéré, même si je commence à comprendre son besoin de prendre un bol d'air frais. Elle a peut-être vécu des choses difficiles en tout cas ce genre de choses me fatigue.

Je penche alors la tête à droite, puis à gauche comme un enfant qui ne comprend pas vraiment ce qui se passe. « Tu pleures ? On va juste à la piscine tu sais ? » dis-je en riant de manière totalement déplacée, dans le fonds, je sais très bien que ça n'a rien à voir mais les histoires des autres, en dehors du fait que ce soit important, n'est pas tellement intéressant à mes yeux. Elle m'avait fait quelques remarques sur le fait que tout soit ma faute. Ma grande, remettre la faute sur les autres, c'est pas bien. Surtout que me demander de partir puis de revenir, c'est me demander de faire un choix, à cette heure-ci ce n'est plus tellement fait pour moi.

Je m'agenouille alors pour arriver à sa hauteur, face à face, à quelques centimètres l'un de l'autre, nos nez peuvent presque se toucher. Je plonge mon regard dans le sien alors que la lumière de la lune vient éclairer la scène comme un tableau romantique à en donner des hauts de cœur. Je ne pensais vouloir cueillir une femme comme elle, notre rencontre sur un tel choc est tout à fait étrange mais pourtant. Je prépare alors mon doigt et viens le déposer sur le front de la prune pour lui infliger une pichnette. « - Oy, on y va ? »

La délicatesse et moi, c'est comme le jambon et la pâte à tartiner, il n'y a que dans de rares occasions que ça prend effet et il semble que ce soir, ce ne soit pas vraiment le cas. Je me contente de me redresser, mettre les mains dans les poches pour commencer à avancer, soudainement je pense à quelque chose.

« Euh. Le chemin ? C'est par où la piscine ? » dis-je en me grattant la nuque comme un abruti avant de reporter ma main sur mon torse pour me gratter de nouveau. Finalement, un petit plongeons dans la piscine pour me rafraîchir un peu et évacuer la sueur n'est pas une si mauvaise idée, même si les bains auraient eu le même effet, cependant il semble que brusquer cette petite prune fragile n'est pas une très bonne idée. J'attrape alors un bonbon pour le jeter dans ma bouche et fini par les enfiler en attendant que la jeune fille se redresse. Si seulement nous pouvions tomber sur une piscine de limonade... Nous sommes en hiver mais la température a rapidement montée, tout ça est très étrange.


 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël] - Page 2 EmptyMer 24 Juin - 0:10

Sybilia Philips
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta


Laissant place à une situation que je ne comprend pas, une sorte de frappe dans le vide qui m'était certainement destinée, je fait mine de l'ignorer. Ses larmes de panda de joya s'éteignent peu à peu pour révéler de nouveau son visage de petite enfant en mal de compagnie. Puis d'un coup d'un seul, mon petit doigt se fait comme... Kidnappé ? Il ne m'appartient plus non, elle a décidé de s'en emparer, chose très dangereuse on ne prend pas une partie du corps de ma personne de cette manière. Bien que prendre certaines parties soient plus agréables que d'autres, cela n'en reste pas moins dérangeant. Elle semble comme vouloir me guider, direction la piscine pas vrai ? Je la suit, je l'accompagne, restant un peu frustré de ne pas avoir gagné les bains, la gente féminine semble vraiment décider de tout et n'importe quoi. Je me contente alors de la regarder par coups d’œil tout le long du trajet car j'ai vraiment des difficultés à comprendre ce personnage, d'où sort-elle ? Bref, ce n'est pas ce genre de questions qui méritent réponses, autant passé du bon temps avec les petites fraises qui nous tombent sous la dent après tout. Une fois arrivés à la piscine, elle se permet de déranger le gros tonneau de type gardien de piscines afin de nous faire entrer, cela n'était pas vraiment efficace jusqu'à ce que l'homme semble comprendre quelque chose, pour ma part je ne cherche pas à comprendre et laisse l'homme venir nous ouvrir. Peut-être que la petite prune espère obtenir un truc à trois dans les cabines, doucement jeune dévergondée, deux fraises oui mais une fraise et une banane ne me semble pas être un mélange savoureux, bien qu'en limonade... pourquoi pas.

Voilà alors que quelques minutes après, mini-pouce se jette dans la piscine, laissant ses pelures sur un rebord de la piscine. Elle ressort de l'eau en balayant ses cheveux, comme sortant d'un magazine de mode pour enfants et m'invite à la rejoindre. Je tousse un coup, deux coups et un petit sourire vient s'afficher sur le coin de mon visage. Je me retourne alors, laissant mon fessier atteindre le champ de vision de la jeune sirène dans l'eau et détache le T-shirt présent autour de ma taille puis je fait glisser petit à petit mon pantalon jusqu'à mes pieds, révélant alors la totalité de mon anatomie. Je me retrouve alors en caleçon, caleçon qui moule à la perfection mon jolie derrière et fini par me retourner pour afficher mon torse qu'elle avait pourtant déjà eu l'occasion de voir depuis plusieurs heures maintenant. Je me baisse, attrape quelques gouttes d'eau dans ma main pour les portées à ma nuque et fini par plonger de manière totalement divine quelques secondes après. Je glisse dans l'eau tel une merveille de la nature et fini par ressortir à seulement quelques centimètres de la petite prune .

« Me voilà, essayes de rester concentrée, je comprend que la température de l'eau puisse monter mais il va falloir contrôler ta libido d'accord ? » dis-je avec un large sourire tout en m'approchant un peu plus d'elle jusqu'à entrer en contact avec sa poitrine pendant que mon sourire s'élargit de plus en plus. Jouer avec se genre de personnes est bien plus qu'intéressant, c'est totalement passionnant. Je ressens simplement quelques picotements qui surgissent par moments à ma jambe droite en souvenirs des ressens événements, ces événements qui m'ont permis de rejoindre cette fameuse guilde d'Ajatar. D'ailleurs je n'en connais aucun membres, ceci est certainement une bonne chose, même une très bonne chose, les effets de surprise, moi, j'aime ça, j'aime même plus que ça.

Je ressors alors de mes pensées lorsque je croise le regard de la petite nageuse, mon visage affiche une envie de faire une petite bêtise et forcément je ne peut m'en empêcher. Je ressors alors mes deux bras de l'eau d'une manière très rapide pour finir par faire pression sur le dessus du crâne de prunette afin de la couler, elle ne s'y attends sans doutes nullement, c'est bien ça le plus drôle. J'attends alors qu'elle termine de se noyer et en nageant tel une grenouille, je rejoins le bord de la piscine pour finir par m'asseoir et laisser mes jambes traîner dans l'eau.

« Alors jolie petite chose, je ne sais toujours pas qui tu es, non pas que je sois indiscret mais j'aime connaître un minimum les personnes qui ont la chance de voir mon corps presque nu, alors ? » Oui, en effet, la question vient d'un coup d'un seul, comme ça , sans prévenir, tout simplement parce-que je viens de réaliser je ne connais même pas son nom ?


 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël] - Page 2 EmptyVen 4 Sep - 22:12

Sybilia Philips
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta


« On ne connaît pas une personne par son nom ou son statut » - Certes violette, tu marques un point, cela n'empêche que je me demande bien quel identité ce cache derrière une personne si intrigante, elle à au moins le mérite d'attirer mon attention, ma curiosité. Peut-être que c'est une personne très importante au point de ne pas pouvoir révéler sa véritable personne. Cela n'empêche que j'ai obtenu son prénom, tout commence par un prénom, puis un nom, puis une limonade partagée à deux, puis le but. Oui, le but. Loin de moi l'idée de me faire passer pour un accro du sexe mais il est vrai qu'un si beau corps que le miens mérite au minimum un corps comme le siens, tout ceci agrémenté d'un peu d'eau de piscine et le tout risque d'être assez intéressant. Pour elle c'est une opportunité indéniable, force est de constater qu'elle ne l'a pas encore remarqué. Elle demande très simplement comment m'appeler. Tout les surnoms me conviennent assez bien je dois avouer, il est rare de voir quelqu'un me cerner avec autant de facilitées, surtout pour quelqu'un d'aussi subtile et discret que moi. Nageant sur son dos comme un crapaud mort qui ne fait plus que flotter, elle se contente de m'avertir et me mettre en garde d'un danger qui rode, elle semble vouloir jouer à un jeu, attention à ne pas trop me provoquer jeune pimprenelle, je risque d'y prendre goût.

« Sybi, c'est moche. Je vais t’appeler violette... Bien entendu tu n'as pas le droit de refuser. » dis-je en continuant de l'observer d'un regard insistant. La lumière s'étouffe peu à peu pour ne laisser que la lumière du jour pénétrer les vitres de la piscine. Notre temps dans cette piscine semble compter. « Je te permet de m'appeler truc pas moche du tout. Après tout, c'est ce qui me correspond le mieux, bien que je préfère « Truc canon » ou « mamamia » tu vois ? » J'accompagne mes paroles d'un petit sourire en coin car je ne peux m'empêcher de m'imaginer mon corps pas moche du tout arrosé de limonade, posant avec une canette pour un magazine un peu chaud qui serait tout à fait adapté à l'été lorsque toute les petites fraises sont en rûte. J'agite alors mes pieds de manière élégante dans l'eau et fini par replonger dans l'eau brusquement, histoire de contraster mes mouvements et donner encore plus d’impact à la situation. Je laisse ma tête coulisser tranquillement dans l'eau et j'ouvre les yeux de manière à apercevoir ses pieds dans l'idée de les attraper et la promener sur plusieurs longueurs. Seulement voilà, je suis tout, sauf un poisson. Déjà, un poisson, c'est d'une laideur incroyable, si bien qu'en terme de comparaison c'est sans doutes comparable à une insulte. Mes yeux commencent à brûler face à l'eau et je n'arrive malheureusement pas à atteindre les petites palmes de violette, non, je bois la tasse.

Ma tête surgit alors soudainement de l'eau et je suffoque un court instant, le temps de recracher la totalité de l'eau au goût assez étrange de ma bouche. « Je suis presque certain que des saletés de gosses ont pissés dans l'eau. » dis-je tout en continuant de tousser légèrement.

Je me remet peu à peu de mes émotions et quelque chose tilte dans ma cervelle de buffle, pourquoi suis-je ici ? Je n’aie rien d'autre de plus passionnant à faire ? Visiblement non, il faut croire que ce genre d'activité est quelque chose qui me passionne. Tout ceci mis à part, je décide de rester dans le bassin et commence à agiter mes petits bras musclés pour commencer à nager. Soudainement, une idée me monte au crâne. « Tu ne souhaite pas aller aux bains, alors amenons les bains ici. » Je rigole franchement car je commence à imaginer la situation dans ma tête et c'est déjà très plaisant. « Quitte à ce que tu me coule, bien que je doute que tu en sois capable, autant le faire à une température convenable. »

Oui, tentons d'apporter un peu de chaleur à ce lieu qui manque cruellement d'ambiance. Je nage alors en grenouille jusqu'au bord du bassin et attrape une clé qui dépasse d'une poche de mon pantalon slim qui affine mes jambes avec une grande élégance. Pointant alors cette clé en direction de l'eau, je fait un petit clin d’œil à la petite violette qui se trouve à quelques mètres. « Ouvres-toi porte de la licorne : Monoseros ! » Dans un éclair de lumière surgit alors la licorne, cette créature très féminine aux courbes très agréables à regarder qui en me voyant presque nu se met à rougir directement. Cette licorne et moi avons un lien très particulier, bien entendu rien d'ambiguë mais c'est sans doutes l'un de mes seuls esprits qui collabore aussi facilement et qui s'adapte peu importe la situation. Elle jette rapidement un œil en direction de la petite pimprenelle avec un regard assez surpris. Pour ma part, je m'éclate de rire et lui fait signe d'aller se mettre dans un coin.

« Hop fais mois monter la température. » Ni une ni deux, elle plonge sa corne dans l'eau, corne qui petit à petit commence à virer au rouge en même temps que la température de l'eau grimpe à une vitesse incroyable. Je fais donc signe à 'Sybi' d'approcher d'elle. « Alors pas mal non ? Ça donne presque envie de retirer le peu de vêtements qu'il nous reste pas vrai ? »


 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël] - Page 2 EmptySam 10 Oct - 23:22

Sybilia Philips
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta