Partagez | .
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]
 MessageSujet: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Jeu 23 Avr - 15:05

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta



Ça avait été la catastrophe. Jamais je n'avais vécu quelque chose comme ça. Je l'avais réalisé que trop tard malheureusement. J'avais suivi mes instincts. Mon premier réflexe n'avait pas été celui de sauver mes amis, mes collègues, mais celui d'éliminer la menace et de protéger les gens dans le besoin. Suis-je une mauvaise personne? Est-ce que je suis... cruelle? Oui, cruelle envers moi-même. Apparemment, j'aime me torturer psychologiquement, j'aime me mettre dans l'embarras, j'aime me faire chier avec des détails. C'est mon destin comme diraient certains... Après l'épisode avec Cobra et les défunts soldats, mes parents puis, la Tour à Era. Je revois encore et encore le Christina s'écraser dans une explosion révoltante. J'entends encore les cris d'horreur, je revois ces gens qui ont tenté de sauver leur peau en se jetant en bas de la tour. Le bruit et l'odeur de la mort à proximité...

J'ai dit que j'allais déserté pour quelques temps. En mission? Oui c'est ça... en mission pour me sauver moi-même d'une profonde dépression ou d'un possible suicide. J'ai perdu trop de gens dans ma vie et pourtant, je tiens encore debout. Fragile surtout où à tous moments mes jambes pourraient céder subitement, mais je garde la tête haute sous les conseils de Vandervald. Pleurer en public ne ferait que plaisir à certains de me voir craquer. Je suis partie pour mieux revenir. Je suis partie à Hosenka parce qu'on dit que les bains là-bas font des miracles au corps humain. Je me suis dite que c'était une piste à un nouveau départ. Avant de partir, je m'étais assurée d'avoir assisté aux funérailles de chaque homme et femme qui ont travaillé pour le Conseil qui sont morts ce jour-là. Je n'ai pas pleuré. Je suis restée dans ma bulle à chaque fois, sans regarder ou entendre qui que ce soit autour de moi pour éviter de céder à la douleur.

Mais là... j'en peux plus. Le corps plongé dans une source thermale, je me prends la poitrine à une main et j'éclate. Je m'enfouis sous l'eau pour crier et je me laisse aller. Il n'y a personne pour moi en ce moment... en fait oui il y a Kôta, mais je ne voudrais pas lui infliger cette peine deux fois. Il a sûrement souffert lui aussi à voir ses collègues se faire écraser sous la pierre et les flammes... Si au moins il y avait Jerenn, si au moins j'avais su trouver un ami comme lui ou... si j'avais été capable d'ouvrir mon coeur à quelqu'un. Nox? Jamais dans cent ans. C'est qu'un objet, il le sait et il le vit très bien. C'est pas d'une personne comme ça dont j'ai besoin... Quand je suis près de me noyer à force de crier sous l'eau, je remonte à la surface pour reprendre mon souffle. Est-ce que j'en ai eu assez? Pour le moment, le pire semble être écarté...

Je sors du bain avec une serviette autour de la poitrine et me rends au vestiaire pour m'habiller. Je m'arrête un instant et constate que mes doigts sont plissés. Combien de temps ai-je passé dans ce bain? Juste assez pour faire décompresser ce bon vieux cerveau en tout cas... Je marche sous les lanternes qui illuminent les rues de la ville les mains dans les poches. Les yeux rivés vers le ciel, je soupire en souhaitant à mes amis d'être en ce moment dans un lieu bien meilleur que celui-ci. Un lieu de repos et de paix éternels. Je m'arrête dans un petit magasin ouvert à toutes les heures de la journée et je m'achète une limonade. Je continue ma route et comme par hasard, il y a ce parc, désert de toutes vies où je pourrai flâner pour le reste de la nuit parce que je sais que je ne réussirai pas à fermer l'oeil.

Je me rends vers la balançoire pour y prendre place. Ma main gauche tient la chaîne qui retient la planche et l'autre, tient ma limonade que je porte à ma bouche de temps à autres pour m'hydrater. Le vent me porte un peu, faisant légèrement balancer mon siège comme si c'était pour me réconforter que même dans ce lieu désert, je ne suis jamais seule. Je me mets soudainement à chantonner les lèvres fermées, puis complètement prise par le rythme, je me laisse emporter par les paroles:

« Never gonna give you up
never gonna let you down
never gonna turn around and
desert you
»

La chaîne qui retient ma planche cède sous mon poids et je me retrouve parterre, la limonade à moitié renversée. C'est le karma c'est ça? Quand quelque chose ne va pas, tout ne va pas. Je me relève en soupirant et en secouant mes vêtements du sable. Je regarde à l'intérieur de ma cannette et du sable s'est infiltré. Quand je vous disais que une fois qu'un truc est fichu, tout l'est... Je vide le liquide souillé dans la poubelle et jette la cannette au recyclage. Mes mains dans les poches, je rive mes yeux vers le ciel pour continuer de chanter:

« Never gonna make you cry
never gonna say goodbye
never gonna tell a lie
and hurt you.
»

Puis je sens cette chose monter sur ma jambe. Mes yeux s'écarquillent alors que je les baisse pour voir de quoi il s'agit: une araignée. J'ai un frisson d'horreur qui me parcourt tout le corps. Je secoue ma jambe pour la faire dégager, puis je déguerpis sans regarder où je vais jusqu'à ce que j'entre en collision avec un truc et tomber encore, les fesses plantée dans le sol... C'est pas mon jour...
Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Jeu 23 Avr - 17:36

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click

Croquons la banane à pleine dents *
MAËL S. && SYBILIA P.


Monde féerique, monde chiatique plutôt. Jamais je n'avais encore pensé pouvoir passer une journée aussi délicieuse. Ces échanges de coups d'une intensité jouissive face à ces fées était... Orgasmique. Je ne suis peut-être encore qu'au début de mon chemin de vengeance et pourtant sans savoir ce que l'avenir me réserve je dois admettre que je le perçois de manière assez positif. Toujours équipé de mon talent il va être difficile de me faire faire marche arrière, ma vengeance, cette haine qui me consume et me guide dans la plupart de mes gestes sera assouvie, je le promet devant la déesse limonade. Hosenka, en réalité je ne suis pas certain moi-même de connaître la raison de ma présence ici. Des bordels, il y en a un peu partout et une chose est certaine, ce n'est pas ici que les créatures aux formes provocantes sont les meilleures. La nuit commence à tomber avant de réaliser que finalement je n'ai pas envie de partir à la cueillette de fraises savoureuses ce soir. Concrètement je ne sais pas quoi faire... Le temps est assez chaud, seul quelques individus aux aisselles dégoulinantes arpentes encore les rues laissant leur parfum nauséabond de sueur s'évaporer dans tout le quartier. D'un geste tout à fait disgracieux je sens mes aisselles pour m'assurer que j'ai encore ce délicat parfum de crème pour bébé que je porte au quotidien.

Me laissant guider par mon instinct je poursuis ma course effréné dans les ruelles à la recherche d'une occupation. Je pourrais très bien voler la femme d'un homme et la cacher dans un buisson pour inciter son marie à jouer à cache-cache mais quelque chose me dit que ce n'est pas la bonne idée du jour. Peut-être devrais-je m'arroser le corps d'une limonade bien fraîche en plein milieu d'une intersection en chantant comme pour rappeler un cinglé qui prône la fin du monde ? Le choix est large et pourtant l'idée de me cacher dans une poubelle pour surgir comme un chat fougueux dans le but d'effrayer les passants me passe par la tête. Étrangement je renonce par soucis d'hygiène mais l'idée était incroyablement drôle à penser.

Mains dans les poches, je finis par atterrir dans un parc où seul un spot semble éclaircir l'endroit. Étonnant de constater que pour une ville comme Hosenka, le parc est incroyablement... Laid. Finalement ma dernière visite ici lors de ma retrouvaille avec chagasse Taylor qui a fini malgré moi par me recruter dans sa bande de joyeux lurons, je n'avais pas remarqué que cette ville était si moche. Peut-être étais-je trop focalisé sur la laideur d'Enya au point d'en oublier le reste ? Songeur je traîne dans le parc et mes yeux se posent sur un couple en plein échange d'ADN sur un banc. La pratique du bouche à bouche est pourtant déconseillé dans un lieu public comme celui-ci, c'est dingue mais les gens ne respectent décidément plus rien. Un léger manque d'éducation dans cette génération actuelle. Je m'approche alors d'eux et reste droit, attrapant un air sévère. L'Homme qui reprend sa respiration me regarde du coin de l’œil, je durcis les sourcils, il me regarde encore, donc forcément je durcis toujours plus les sourcils et lui fini par se détacher de la femme à la bouche en forme de boustiflore et se lève pour arriver à ma hauteur. Je arque un sourcil dans une expression tout à fait innocente et pose ma main sur son épaule tout en jetant un œil à la femme toujours assisse sur le banc, s'interrogeant sûrement sur ma présence ici.

Tu feras quand même attention à ce qu'elle ne t'aspires pas la langue, j'ai peur pour toi que tu ne parvienne plus à la retrouver. »

Instinctivement sûrement, l'Homme lève sa main que j'arrête de manière immédiate. Il ne dit rien, me regarde avec son petit air ahuri et finalement je décide de le lâcher tout en le poussant pour qu'il atterrisse sur son petit banc. Le couple me jette un regard glacial mais inquiet en même temps alors que je tourne les talents pour partir dans une toute autre direction, finalement ce n'était même pas amusant. Tournant en rond dans le parc, je lève les yeux au ciel, non, je ne réfléchis pas car je n'ai pas vraiment envie tout de suite mais j'en profite plutôt pour enlever mon T-shirt, chaleur oblige. Après tout je suis seul qu'est-ce que je peux craindre ? Alors que je laisse apparaître à la vue d'autrui ma musculature si bien dessiné je me fait percuter par quelque chose. Redescendant les yeux vers le sol j’aperçois une petite bête, une sorte de moustique bizarre, ce n'est qu'en tournant un peu la tête que je vois une jeune femme aux cheveux violets, le popotin par terre. Sur elle, un air triste, un air un peu déprimer. Je compatis mais en même temps je gonfle les joues ne pouvant pas me retenir de rire face à la situation, elle au sol, moi torse nue droit comme un bâton la regardant de haut. Je tant alors ma main vers elle pour l'aider à se relever.

Fait attention à toi, et si j'étais un adolescent en rûte prêt à te violer ? " Dis-je presque hilare.



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Jeu 23 Avr - 21:10

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta



Je fais la moue parce que j'ai toujours l'impression que cette foutue malédiction me tombe dessus dans les moments où j'en ai le moins besoin dans ma vie. J'ai besoin de solitude, j'ai besoin qu'aucun imprévu ne se mette a travers de ma route, j'ai besoin de marcher droit, de garder la tête haute et de rester forte malgré tout. Et maintenant qu'au milieu de la nuit, alors que la populace dort tranquille, moi je rôde dans un parc à la recherche de la tranquillité, mais ça n'existe pas... Ça n'existera jamais avec moi. J'ai une vie beaucoup trop mouvementée bien sûr... Serais-je réellement bien si j'avais cette dite tranquillité? Est-ce que je me sentirais mieux? Est-ce bien que de rester dans la solitude dans des moments difficiles? Je commence moi-même à douter...

Lorsque j'ouvre les yeux que j'ai fermé en tombant en pensant que ça ferait moins mal à l'atterrissage, je vois... un torse nu? Un... homme-tronc volant? Pour les restes d'un mannequin il est vraiment bien fichu... Puis ma vision s'agrandit. C'est pas juste un tronc, c'est un homme avec une tête d'ananas. Pourquoi l'ananas? Bah sa coiffure et la couleur de ses cheveux je suppose... Je reste figée un instant parce que j'hésite encore à croire ce qui se trouve devant moi. Est-ce que ma vision fait défaut? Est-ce que c'est vraiment un gars? Ou bien ils sont plusieurs? Est-ce qu'au final c'est qu'un gros obèse qui se trouve devant moi et que ces plis musculaires ne sont que de l'ombrage de ses bourrelets de graisse faits par l'unique lampadaire du parc? Ma vision semble être stabilisée et effectivement, c'est un type qui me sourit gentiment et qui me tend la main... non en fait il s'est foutu de ma gueule... c'est... drôle? Je gonfle les joues à mon tour pour retenir ma colère de le faire exploser sur place... mais sa main est belle et bien tendue vers moi.

Je la prends avec toute la délicatesse que ma main puisse offrir et m'aide à me relever. Puis, de quelques coups de pattes, j'efface le sable qui s'est encore retrouvé sur mes vêtements. Il ouvre la bouche pour parler. Et si c'était un adolescent en rûte prêt à me violer? C'est quoi cette phrase bidon? Je fronce les sourcils. « Hein? » L'air innocente entre le « j'ai rien compris de ce que t'as dit » et le « Qu'est-ce que tu viens de dire, tête d'ananas? ». Mon regard le regarde de bas en haut et je remarque qu'il a au moins une tête de plus que moi... pareil comme Uriel ou Altiel. Enfin, un ou l'autre, j'aurais pu parler de un ou de l'autre sans nommer les deux mais bon, je l'ai fait et puis quoi encore?

« À te promener tout nu dans un parc, j'aurais certainement jamais pensé le contraire... mais y'a quelque chose qui me dit que t'es plus vieux que ça... »

C'est vrai que l'intérieur d'un ananas c'est tout ridé et pas très joli... Mais il est rien de ça heureusement. Est-ce que je réponds à sa question réellement ou je passe à autre chose? Et cette solitude que je cherchais tant il y a quelques minutes?

« Mais si c'était le cas... je ne me gênerai pas pour lui éclater les couilles avant qu'elles n'atteignent la pleine maturité! »

Je souris, presque heureuse d'avoir sortie une phrase pareille.

« Ça te convient comme réponse? »

Puis je prends une pause pour réfléchir en fixant son torse. Lorsque mes yeux reviennent en haut pour croiser les siens, je lui demande à mon tour:

« C'est plutôt à moi de poser cette question... T'as pas peur de te faire saute dessus par des chattes en chaleur à te balader comme ça? »

Et au loin, on peut entendre les dites chattes miauler dans les buissons, à l'appel d'un mâle viril...
Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Ven 8 Mai - 13:13

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click

Croquons la banane à pleine dents *
MAËL S. && SYBILIA P.


Cette fille a donc la délicatesse d'un rhinocéros couplé à un ornithorynque. Nettement moins impressionnante cependant, haute comme trois pommes l'enfant sauvage. Alors que la lumière de la lune fait briller mon torse de milles feux je ramasse ce petit bout de femme qui tapote sa tenue comme un chiffon engraissé de diverses choses. Mes remarques semblent un peu trop subtiles pour elle il faut croire, peut-être qu'elle ne comprend pas mon langage, est-ce qu'elle vient d'une autre planète ? D'un autre monde ? D'une autre galaxie ? En tout cas j'ai le mérite de pouvoir enfin apercevoir de manière plus subtile les traits de cette demoiselle. Elle porte des cheveux violets comparables à ceux du pruneau que j'ai rencontré il y a quelque temps, les cheveux sont un peu plus longs cependant et cela a pour cause de me mettre un doute sur l’identité sexuelle de ce puceron de Fairy Tail, un homme ? Une femme ? Un transgenre ? Un poussin ? Je ne sais pas, enfin je ne sais plus. Elle semble donc remarquer que je suis un peu plus vieux qu'un simple adolescent en rûte. « Décidément vous avez l’œil jolie donzelle - » dis-je sur un temps mélodieux. Bien que ma voix porte toujours ce ton un peu séducteur en une soirée comme celle-ci il faut croire qu'elle est encore plus rayonnante, je me sens l'âme d'un conteur domestique qui récite une jolie poésie. Plus talentueux cependant. J'éclate alors sourdement de rire à l'entente de sa remarque sur les couilles d'adolescents, elle tape dans le lard celle-là, c'est pas le genre à casser la coquille d'un œuf pour faire une omelette elle.

« Ta réponse me va petite chose, seulement les chattes en chaleur ne me saute pas dessus de cette manière. J'ai le mérite de sélectionner avec plusieurs critères mes proies vois-tu ? Mais le rentre dedans est une technique infaillible » racontais-je tout arquant un sourcil et en la fixant droit dans les yeux.

Cette femme porte un petit côté étrange, d'apparence féminine bien qu'un peu gamine elle renferme en elle une sorte de masculinité insoupçonné, je me demande forcément ce qu'elle fait dans un parc comme celui-ci à cette heure si tardive mais lorsqu'elle parle j'arrive à sentir cette douce odeur de limonade qui remonte jusqu'à mes narines. Je simule alors le fait de renifler comme un chien pistant un os et j'arrive à attester qu'elle a bien consommé de limonade. Là dessus je suis totalement indétrônable, mettez moi à renifler de la pisse de chat alors que j'ai les yeux bandés je n'arriverais jamais à l'identifié autant cette déesse boisson ne me trompera jamais. Penchant ma tête en arrière pour reprendre mes esprits, je cherche une solution pour oublier l'odeur de cette limonade qui me monte au cerveau, depuis quand quelqu'un comme elle s'autorise à en boire ? C'est limite inacceptable. Elle a le mérite de me faire ressentir cet état de manque toutefois.

« Est-ce que... Tu as bu de la limonade ? » demandais-je les yeux envieux et le cœur palpitant à la pensée d'une goutte de limonade sur ma douce petite langue râpeuse.

J'avais aussi remarqué qu'elle avait à plusieurs moments observé mon corps comme prête à sauter dessus, patience mademoiselle nous avons certainement une bonne partie de soirée devant nous. Passant mon T-shirt autour de ma taille, je m'abaisse de manière à arriver à sa taille et écouter sa réponse.
Spoiler:
 



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Sam 9 Mai - 4:05

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta



On dirait qu'il chante... qu'il chante comme une grenouille. La tête à moitié sortie de l'eau et qui guette toute femelle qui passe, il chante pour les faire détourner le regard et se diriger vers lui, les entraîner dans une chanson dont lui seul connaît les paroles... Non! Je refuse! C'est un ananas! Regardez-moi ces muscles! C'est pareil comme un ananas! On remarque les étages comme les étages de l'ananas et au sommeil: la couronne céleste et folle du divin roi Ananas. Tu devrais être fier Roi Ananas d'avoir un titre aussi prestigieux. Des commentaires à partager sur cette pensée? Non? Aucun? Ah si! Il a utilisé le mot donzelle... qui rime avec gazelle. Je sais pas ce que ça veut dire. Seul le Roi Ananas connaît ce mot. Alors disons que pour comprendre le sens de sa phrase, je vais remplacer ce mot beaucoup trop compliqué pour ma cervelle d'oiseau par gazelle! Ainsi, je suis une jolie gazelle? Ohhh! Une chance que les gazelles ne mangent pas d'ananas! Ha! Ha!

Les chattes en chaleur ne sautent pas dessus de cette façon hein? Et si je le pousse dans ce buisson? Il sera bien à leur merci et il pourra pas empêcher l'inévitable. Et moi je resterai là à rire de cette attaque de postérieurs tendus vers lui afin qu'il utilise celui de son choix... C'est ça sa sélection? Choisir la chatte la plus trempée pour y tremper son pinceau? Je pouffe de rire... mais quand il parle de rentre dedans et qu'il me fixe droit dans les yeux, je fronce les sourcils. Je le dévisage presque alors que lui il semble plus m'observer qu'autre chose. Une proie dit-il? On verra bien qui est le chat et la souris entre nous deux, petit ananas!

« Infaillible? J'ai eu toutes les occasions du monde de prendre mes jambes à mon cou pour fuir loin loiiiin. Pas certaine que tu aies entièrement raison. »

Puis là, j'ai plus l'impression de faire face à un humain. Il se met à renifler l'air comme un chien. Je recule d'un pas, mais il y a la poubelle qui m'empêche de m'éloigner d'avantage. Comment se débarrasser d'un type pareil? Cette belle apparence c'est juste pour attirer les plus naïves? J'ai juste envie de lui exploser son nez avec des papillons. C'est trop bizarre... On dirait un pédophile qui vient de sentir la poudre de bébé! Nyah! Où es-tu Uriel quand j'ai besoin de toi? D'ailleurs, ce gars-là a le même physique que toi! Il t'aurait pas volé ton corps par hasard? J'ai affaires à des clones non-identiques et je ne le sais pas, c'est ça? Je ravale ma salive et reste tranquille, peut-être que ça le découragera et qu'il s'en ira... Il s'arrête enfin. Il est sorti de sa transe d’héroïnomane? Sa question ne fait pourtant aucun sens. C'est pour ça que je réponds d'un:

« Hein? »

C'est ça qui te fait renifler comme un chien? De la foutue limonade quoi! Je me demande ensuite si par hasard, je n'en aurais pas renversé sur mon vêtement. Je penche la tête mais il n'y a rien du tout. D'où est-ce qu'il sort ça? Mes mains? Je les renifle, mais rien. Je réalise bien que trop tard que ça vient de ma bouche... J'écarquille les yeux en mettant une main devant ma bouche. Oupsie... Tant pis pour l'haleine! Et pourquoi il se penche comme ça? Il est à ma hauteur maintenant.

« Oui... T'en veux? Je peux me faire vomir si t'en veux aussi. Je suis généreuse comme ça moi. »

J'affiche cet air innocent comme si c'était tout à fait normal de proposer son vomi à boire à un étranger. Pourquoi je fais que rencontrer des bizarres dans ma vie, moi? Je peux pas simplement vivre normalement et rencontrer des gens qui ont des personnalités simples? Et son chandail autour de sa taille indique qu'il ne se rhabillera pas de sitôt. Je commence à avoir chaud moi aussi, mais probablement pas pour les bonnes raisons. J'invoque un papillon violet qui vole et se pose sur le bout de son nez en toute délicatesse. C'est le moment opportun de s'esquiver! Mais pour aller où? J'ai le corps encore tout mou de ma soirée dans les bains... Je profite de cette distraction pour m'asseoir sur un lion à ressort planté au sol où il suffit de forcer le rodéo pour s'amuser, mais je reste immobile, les jambes par-dessus sa tête.

« Pourquoi je viens de me rasseoir, moi? »

Je soupire et ris de moi-même avant de quitter ma position et passer devant l'ananas pelé:

« J'ai encore soif. Il y a une machine distributrice au bout de la rue, tu me suis? »

Peut-être qu'il pourra l'avoir sa limonade... ou pas. On verra bien lequel d'entre nous deux qui court le plus vite pour boire les limonades du distributeur... L'important, c'est que je garde un bras de distance du gars. C'est pour ma sécurité... c'est trop bizarre comme soirée... et elle fait que commencer.
Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Mer 13 Mai - 9:08

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click

Croquons la banane à pleine dents *
MAËL S. && SYBILIA P.


Fuir dit-elle ? Mais quelle donzelle saine d'esprit voudrait fuir face au talent de Maël Selesta ? Certainement aucunes, cependant cette petite prune semble ne pas être quelqu'un de tout à fait normal donc rien ne m'étonnes dans le fonds. Mon approches n'est peut-être pas infaillible mais pourtant elle a décidé de rester ici et c'est certainement mon petit visage d'agneau ou mon corps parfaitement dessiné qui l'en empêche, c'est sûr, il y a quelque chose comme ça. Au moment où je renifle les alentours pour tenter de repérer d'où proviens l'odeur de limonade, elle se met à reculer comme une petite fille effrayé par l'attaque d'un chien dangereux, forcément cela me fait sourire puisqu'elle est à deux doigts de tomber à la renverse dans la poubelle tant cela l'a surpris. Elle semble ne pas comprendre ce que je lui dit pourtant il n'y a rien de difficile à comprendre, de la limonade bon sang, c'est un nom que toute personne qui se respecte devrait connaître. Tout en me recoiffant d'un geste sensuel de la main je lâche un profond soupire pour exprimer cette incompréhension, la naine doit certainement manquer de culture générale et pourtant je suis presque certain que cette odeur de limonade provient de son bec.

Elle me propose alors de vomir la limonade pour la partager avec moi, mes yeux commencent alors à s'écarquiller devant une telle insulte. « Sacrilège non ! » dis-je presque en hurlant pour l'en empêcher.« Ce n'est pas respectable envers cette divine boisson, elle a perdu tout son gaz par où elle est passé et j'aimerai éviter de la retrouver mélangé avec ton repas de ce soir ! » exclamais-je en basculant la tête de droite à gauche pour accentuer le fait que ceci est une mauvais idée. Effectivement il y a de grande chance pour que tout ceci ne soit qu'une blague mais rien que de prononcer ce genre de calomnies me donne des hauts de cœur. Puis soudainement un étrange papillon se pose sur mon museau, je louche alors pour observer mon nez et cet étrange insecte alors que la petite prune se pose tranquillement pour réfléchir, enfin je pense qu'elle réfléchis mais bizarrement elle ne paraît pas être le genre de fille à penser beaucoup, ce qui d'ailleurs se confirme par le fait qu'elle ne soit même pas au courant de la raison pour laquelle elle se rassois.

« Toi aussi il t'arrive de faire des choses que tu ne comprend pas ? Fantastique alors, je reste persuadé cependant que lorsqu'il m'arrive quelque chose que je ne comprends pas, c'est une sorte de signe tu vois ? Même si je ne comprend pas ce que ce signe veux dire d'ailleurs je suis presque certain que c'est pour me signifier que je suis quelqu'un de génial. »
racontais-je tout en posant mes deux doigts sur le menton pour faire mine de réfléchir juste avant de resserrer un peu mon chandail tout en observant mon corps de nouveau qui il faut dire ce qui est, n'est vraiment pas mal du tout.

Elle me propose alors de la suivre vers un distributeur de boissons, cette fille est sournoise, elle joue avec mes petits péchés, surtout que je viens de descendre des litres de limonades il y a quelques heures de cela. Ne culpabilisons pas, après tout cela ne se reflète même pas sur mon petit bidon tout musclé. « Parfait pimprenelle, je te suis, montre moi la source divine ! » dis-je à moitié hilare mais en commençant à partir en direction du distributeur.

Tout en marchant, je repasse à côté du fameux couple qui était en plein échange d'ADN un peu plus tôt. L'homme me regarde et forcément je ne peux m'empêcher de lui jeter un regard profondément glacial, certainement encore sous le choc de ce qui c'était passé tout à l'heure ils décident de se stopper et c'est très bien comme ça, en voilà des gens raisonnables ! Sifflotant toujours en direction du distributeur dont je commence à en voir la silhouette un peu plus loin je me retourne vers la petite qui me suis. « Bon bon dis-moi concrètement, en dehors de faire du rentre dedans à des beaux mecs, qu'est-ce que tu fais là ? »





Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Mar 16 Juin - 14:26

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta



Sacrilège? Je souris. Franchement, ce n'est que du citron écrasé, du sucre, de l'eau et du gaz... il n'y a rien de divin là-dedans... À moins que tête d'ananas soit en fait tête de citron, Dieu de la Limonade? Ou un prêtre du Dieu de la Limonade? Dans ce cas il devrait vénérer ma digestion et baptiser ma vessie. Une des craintes de tête de Limonade c'est de voir sa boisson souillée, mélangée avec un repas. J'arque un sourcil parce que j'ai rien mangé ce soir... ni de la journée.. peut-être un petit quelque chose hier je ne me souviens pas vraiment... Avec la tristesse dans la gorge, l'envie de crier pour expulser toutes mes émotions, je n'ai pas vraiment envie d'ingurgiter de la nourriture. J'ai l'impression que ça fera un blocage atroce...

Il commente sur mon geste de m'asseoir sans vraiment l'avoir réalisé. Apparemment il est comme moi sauf qu'il prend ça comme un compliment de la vie, que ça fait de lui quelqu'un de « génial ». Un signe sur la vie pour signifier qu'on est plus que la normale des gens. Ça fait pas un peu trop... « Narcissique » ? Exactement. C'est tout à fait ça. Il le réalise au moins qu'il vient de se regarder après avoir dit ça? Je souris et soupire en secouant la tête. Ce mec est du grand n'importe quoi... ce doit être parce qu'il est blond et qu'il est obsédé par la limonade. Je m'arrête d'avancer soudainement. L'horreur qui vient de traverser mon esprit: celle de le voir tenter de me violer pour rejoindre cette limonade dans mon fort intérieur. Je frissonne d'horreur avant de poursuivre la marche.

« Je pense que c'est juste un signe que j'ai besoin de dormir plus que quelques heures par nuit... Mais c'est vrai que JE suis quelqu'un de génial... ou pas. »

J'hausse les épaules en marchant vers cette machine distributrice; la main de Dieu pour le prêtre à côté de moi. Il me pose une question. Je fronce les sourcils, pose une main sur mon menton pour réfléchir à mon tour et le regarder comme un suspect.

« Beau mec? Où ça? Je vois pas de qui tu veux par-... OH! Tu parles du type que j'ai croisé aux bains tout à l'heure... c'est vrai qu'il était pas mal... mais sans plus. Il avait l'air d'avoir une copine et tout, c'est pas intéressant dans ces moments-là... surtout quand tu croises la dite copine aux chiottes! »

Puis je me souviens de la question. vous savez la chose que j'aurais du répondre plutôt que de passer un commentaire sur une histoire qui n'existe que dans ma tête...

« Ce que je fais là et bah... je prends l'air, je me change les idées... je bois de la limonade dans un parc. Et toi? Mis à part jouer les agaces auprès des chattes sauvages, tu devais sûrement faire quelque chose de plus « important », non? »
Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Mar 16 Juin - 15:44

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click

CROQUONS LA BANANE
A PLEINE DENTS

Maël Selesta Ft. Sybilia Philips


Narcissique – Certainement un terme approprié mais tout aussi bien sortis de son contexte. Je ne me considère pas comme étant quelqu'un de narcissique, j'ai simplement du talent, il serait dommage de chercher à le cacher et ne pas vouloir s'en venter après tout. Nous avançons alors tranquillement en direction du distributeur, je suis toujours torse nu, un soir d'hiver, c'est quelque chose de parfaitement inhabituel mais d'une certaine manière il n'y a pas de temps pour avoir chaud. La prune insiste sur le fait qu'elle est fatigué, qu'elle reste malgré tout quelqu'un de génial. En ce qualifiant de cette manière, elle cherche à entrer en rivalité avec moi mais je ne compte pas me laisser faire si facilement même si je dois avouer que moi aussi je reste profondément fatigué. Les derniers événements furent particulièrement marquants, même pour quelqu'un comme moi qui a tenté de faire exploser la bombe. D'un certain sens, après ce que j'ai vécu je pourrais dire que l'intention de détruire une ville est inadmissible mais nous avons tous un chemin à tracer même si cela va parfois à l'encontre de nos convictions, le mal, le bien, peux importe après tout.

« T'sais, tu as le droit de te qualifier comme étant quelqu'un de génial, forcément tu ne m'arriveras jamais à la petite orteil mais tu peux toujours essayer. » dis-je un peu amusé car dans le fonds je le pense totalement. Quand même. Je m’interroge vraiment sur qui est cette fille, elle a un petit côté étrange mais dans le fonds elle me ressemble assez. Si certains aspects de sa personnalité sont semblables aux miens alors peut-être qu'elle a plus de talent que je ne le pense. Trop de réflexion -

Je soupire un bref instant et me met à rire en entendant sa réponse à ma question. Elle a sûrement un don pour éviter de reconnaître que je suis quelqu'un de beau gosse, elle doit être forcément gênée, je ne vois que ça. Il n'empêche qu'elle me fait penser aux bains, voir d'autre belles créatures nues plonger dans l'eau et pouvoir les admirer, c'est sublime, presque aussi savoureux qu'une limonade fraîche, il n’empêche que je devrais songer à cueillir des fraises plus souvent par là-bas.

« - Hum. » dis-je en faisant mine de réfléchir à mon tour, exactement comme elle l'avait fait au préalable, posant mon index sur mon menton et levant les yeux au ciel. « Je ne perds pourtant pas la mémoire, je ne me souviens pas m'être rendu aux bains dans la journée, puis je suis célibataire, je n'ai pas de copine. » dis-je avec un petit sourire en coin et en reportant mon regard vers elle. Nous arrivons alors non loin du distributeur et elle souligne alors qu'elle prend seulement l'air, dégustant une limonade. Je m’interroge un peu car une femme qui prend l'air aussi tard, qui dort peu, c'est synonyme de problèmes. Peut-être qu'elle est une femme psychopathe qui traîne les rues le soir, elle me pense être un type louche car je suis torse nu mais dans le fonds sa situation n'est pas mieux non plus.

« Tu vois, je ne fait jamais de choses vraiment trop importantes, ça me perturbe un peu trop. D'une manière ou d'une autre comment définir quelque chose d'important de quelque chose qui ne l'est pas ? » dis-je tout en continuant de faire mine de réfléchir, pensant que je venais de sortir une phrase philosophique alors que non, loin de là. Nous arrivons enfin au distributeur, je jettes alors un coup d’œil et sacrilège que vois-je ? Plutôt qu'est-ce que je ne vois pas ? Pas de limonade. Pas l'ombre de cette divine boisson dans son rayon totalement vide. Je me frappe alors le visage avec ma main droite d'un geste assez brusque me provocant une petite douleur au bras, oui, je l'avais oublié celui-là. Ce n'est qu'une blessure parmi tant d'autres mais bon.

Je porte alors mon regard vers les autres produits en vente et aperçois un sachet de bonbons tout colorés, je m'émerveille devant, dépose les jewels dans le petit trou et attrape mon sachet. Je l'ouvre avec impatience et pioche à l'intérieur pour finir par avaler un par un les bonbons. « Dit – Tu te rends compte que quelqu'un a pris la dernière limonade... J'espère que... Ce n'est pas toi n'est-ce pas ? » dis-je avec un regard froid et légèrement sadique avant de me mettre à rire.

« Sinon non, je n'attrape pas les chattes sauvages elle se font prendre dans mon filet mais j'ai déjà dit un truc du genre je crois. Du coup, pourquoi tu prends l'air comme ça ? Rien d'autre à foutre ? Ah et tu veux un bonbon ? »


Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Mar 23 Juin - 15:34

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Manger ma banane tout nu sur la plage
Maël Selesta



Essayer d'être quelqu'un de génial c'est pas de la tarte. Quand on est près de ses émotions comme moi, c'est difficile d'avoir l'air au-dessus de tout le monde... et de lui arriver à la petite orteil. J'arque un sourcil. Ah bon? Tellement génial que je n'y arriverai pas? Je prends ce défi au sérieux et monte sur son pied... mais quelle idiote j'ai raté sa petite orteil.... Ainsi donc je me retrouve sur ses pieds, à proximité du génial en personne, sur le même pied d'égalité que ce qui semble être le plus génial au monde. Proximité où il ne suffit que me mettre sur la pointe des pieds pour lui faire partager ce goût de limonade directement... mais je n'en fais rien. Je me contente de sourire bêtement à cette proximité et me retirer comme s'il ne s'était rien passé du tout.

Il me répond qu'il n'a pas été aux bains... et qu'il est célibataire. Ce gars est blond à 100%... ou bien il tient réellement à ce que ce soit de lui que je parle? Il sourit, je le regarde. À bien y penser, c'est vrai qu'il est beau mec. Il a ce petit air innocent craquant, ces cheveux en bataille dans lesquels j'ai qu'une envie de passer mes cheveux dedans, ces lèvres qui... étaient si près des miennes il y a quelques instants. Il a un torse qui me donne envie de m'appuyer dessus pour dormir et des... abdominaux à frapper dedans à s'en faire mal aux poings. Je continue de sourire, lunatique. Et le reste? Bah je peux pas voir il est encore habillé... J'hausse les épaules et réponds:

« Deux célibataires inconnus marchent un à côté de l'autre. Un se vante, l'autre observe et prend des notes. Tu crois que ça mènera où? »

C'est une devinette? Je le laisse répondre avant de répondre en toute innocence:

« Un finira menotté et un nouvel être génial naîtra. »

Un clin d'oeil adressé avant que nous arrivons à la machine distributrice. Il se décrit comme quelqu'un ne faisant jamais rien de bien important dans sa vie. Il me pose une question... comment définir quelque chose d'important de quelque chose qui ne l'est pas? J'ai l'impression de saigner du nez parce que sa question je ne suis pas certaine de bien la saisir. Je porte ma main à mon menton à mon tour pour réfléchir. La différence entre une chose importante et l'une moindre?

« Je pense que c'est lorsqu'on est plus enclin à choisir une chose plutôt qu'une autre qui détermine son importance à nos yeux. Tu vois, si j'avais à choisir entre une banane et une orange, je choisirais la banane. Pourquoi? Pour aucune raison logique, simplement parce que je préfère les bananes aux oranges... C'est donc plus important que je sois celle qui prenne possession de cette banane... je pense que je me perds dans ce que je dis... »

Je secoue la tête. Devant la distributrice, on s'aperçoit qu'il n'y a plus de limonade. Je reste figée, je me remémore avoir été celle qui a vidé cette machine de sa dernière limonade. Il me demande si je suis celle qui s'est permise de prendre la dernière limonade de la machine:

« Oups. »

Un regarde froid face à mon air tout à fait innocent, puis il éclate de rire. Finalement, ce n'est peut-être pas le prêtre du dieu des limonades sinon il m'aurait envoyé au bûcher... Je souris bêtement en haussant les épaules. Mes yeux sont ensuite portés vers le son des bonbons qui tombent tout en bas de la machine. Mes yeux restent scotchés aux bonbons, mais mes oreilles sont ouvertes pour lui répondre:

« Je passe par-dessus un deuil à ma manière. Prendre l'air rafraîchit les idées et regarder les étoiles me permet de penser à autre chose que du sang et des larmes. »

Il m'offre des bonbons gentiment. Je ne réponds pas, j'agis. Ma main pioche une poignée du sac et je me remplis la bouche. La salive fait le travail, se mélangeant au sucre et aux saveurs. À mon tour je mets quelques jewels dans la machine et appuie sur un bouton pour qu'un thé froid tombe. Je tourne le bouchon, bois une gorgée... peut-être deux avant de déclarer:

« J'ai chaud... »

Je dépose la bouteille à mes pieds et profite de mes mains libres pour retirer mon manteau et mon chandail pour me retrouver en soutien-gorge. Bah quoi? Il n'y a personne qui regarde... sauf lui peut-être? Mais on est quitte, j'ai vu sa poitrine, il aura vu la mienne, personne n'a d'avantage sur l'autre. Je prends ma bouteille et lui tends, mais je calcule mal mes distances. Le froid s'appuie contre son torse en sueur, mais je ne m'en rends compte que trop tard.

« T'en veux? »
Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   Mar 23 Juin - 18:18

avatar
Maël Selesta

Raven Tail

Click

CROQUONS LA BANANE
A PLEINE DENTS

Maël Selesta Ft. Sybilia Philips


«  - Outch. » était la seule réaction adaptée à cette étrange présence sur mes pieds sublimes. Bien proportionnés mais de grandes tailles, mes pieds sont certainement un atout certain pour mes cueillettes de fraises, enfin plus ou moins. Tout n'est question que de proportions. Je la vois me regarder de haut en bas, dans le fonds je ne peux que la comprendre, cette jeune prune sauvage qui a surgit pour couper ma monotonie de la soirée a certainement des idées derrière la tête. Elle réagit alors à ma petite réflexion sur les êtres géniaux, c'est d'ailleurs certainement pour cette raison qu'elle est montée sur moi, simplement pour tester sa chance, attention jeune fille, s'approcher de cette manière de ma personne au point de sentir ton souffle sur ma peau est très dangereux, les fraises sautent très rapidement, surtout à cette heure-ci.

«  Mmh. Disons que celle qui prend des notes ferait mieux de prendre un cahier, il y a tellement de choses à savoir sur moi, la soirée ne suffirait pas mais je n'ai guère envie de la passer à citer tout les critères qui font de moi quelqu'un de super -. » dis-je avec un sourire parfaitement sincère à cette jeune fille aux cheveux d'une couleur étrange, elle venait de faire tout un discours sur la question que je lui avait posé et finalement je n'en ai compris que la moitié, finalement, je n'ai pas réellement cherché à comprendre, je préfère agir en obéissant à mon talent que de passer mon temps à écouter et analyser une situation, c'est une profonde perte de temps. Le petit oups qu'elle place face à ma réaction et au fait qu'elle ait osée prendre la dernière limonade me fait grincer les dents, en effet j'ai rigolé mais elle m'est passée devant et je n'aime pas vraiment cela, surtout lorsque l'ont parle de limonade, certainement l'un des sujets les plus sensibles, d'autant que je me voyait bien au clair de lune, porter cette boisson divine à mes lèvres pour en délecter chaque saveur, tellement jouissif.

Elle venait de piocher dans mon paquet de bonbons, prenant une poignée bien servie, cette jeune fille manque cruellement de délicatesse mais dans le fonds, qui suis-je pour juger ce genre de comportement ? Un petit soupire d'insatisfaction qui vient toutefois se briser lorsque je la vois enlever son haut. Mes yeux se dirigent par réflexe sur sa poitrine mais je reste assez surpris. Certes, cette prune a un comportement assez spécial pour une femme mais de là à ce foutre à poils en m'égalisant niveau nudité, je ne l'aurais pas vraiment pensé. Un simple sourire lui est alors adressé pendant que je ressens quelque chose de froid se déposer sur mon torse. Finalement, heureusement que personne n'est présent dans les environs autrement cette scène serait interprétée de manière bien suspecte, c'est assez plaisant d'ailleurs. Je m'imagine me serrer contre elle pour la faire succomber en proposant un contact direct peau contre peau mais cela attendra qu'elle ait froid, j'ai toujours une solution pour tout après tout, rien n'est anodin.

Je dépose alors ma main délicatement sur la sienne pour en extirper la bouteille, dégageant un à un ses doigts pour finir par l'attraper et l'ouvrir pour la porter à ma bouche. Me tournant de profil pour jeter un regard au ciel, je bois une gorgée tel un mannequin de couverture de magazine. Je bois presque la moitié de la bouteille, après tout elle a prit la moitié de mes bonbons, les bons comptes font les bons amis. Je lui rend alors la bouteille de la même manière qu'elle me l'a donné, c'est à dire en la plaçant entre ses deux melons maintenant à l'air, simplement soutenues par un soutien gorge.

« Merci - » dis-je d'un ton légèrement froid car le goût de cette boisson est vraiment incomparable à celui de la limonade, cette boisson devrait être la seule existante. Je réfléchis alors à quoi faire dans cette situation, bien entendu, j'ai une vague idée de comment m'amuser un peu lorsque je vois la devanture d'un hôtel scintiller mais vu son comportement, je pense qu'elle ne sera pas facile à cueillir. Je porte alors mon regard sur elle et une idée digne de moi me monte au cerveau, comme un éclair de génie. « Tu sais nous sommes à Hosenka, tu parlais de bains et justement tu me fait penser que certains restent ouverts même à cette heure-ci, des mixtes même. Nous sommes déjà moitié nus tout les deux autant anéantir toute pudeur n'est-ce pas? »

Difficile de savoir comment elle va réagir, en tout cas cette option est vraiment géniale, d'autant qu'avec mes blessures de guerre sur le corps dût aux derniers événements, j'aurais des tas de choses à raconter. Je commence alors à me retourner pour partir en direction des bains avant de me tourner une nouvelle fois vers elle. « Ah, tu parlais d'un deuil, je suis curieux, dit m'en plus. »


Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Non mais laissez-moi manger ma banane [Maël]
» ELIJAH ■ Il fut un jour où 69 était un simple chiffre et il fut un temps où tu pouvais manger une banane tranquillement…
» Non mais laissez moi
» Nahla ◣Il fut un temps où 69 n'était qu'un simple nombre et où l'on pouvait manger une banane sans arrière pensée.
» Laissez-nous être Français, let us be English, mais le plus important, let us be Canadian! [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Centre :: Hosenka :: Place Principale