Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.
 MessageSujet: Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.   Rencontre Improvisée && Eileen Fa L. EmptyJeu 23 Avr - 9:15

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click

Rencontre Improvisé ~
ARZEL C. && EILEEN FA L.


Pourtant, tu sais parfaitement qu'un jour comme celui-ci n'est pas l'idéal pour zigzaguer à travers les manèges. Le froid et le vent te coupe la respiration et te glace presque le sang, d'extérieur nous pourrions presque te comparer à un Arzel-freez et pourtant rien ne semble pouvoir faire obstacle à ta détermination. Te laissant guider par cette forme d'instinct primitif tu arpentes les files d'attentes des différents manèges, seul. Force est de constater que la solitude a raison de toi aujourd'hui et que tu te retrouve bien seul dans ce parc, ce n'est pas à ton habitude mais il y a des jours comme ceux-là. Ce n'est qu'en jetant des regards furtifs à gauche et à droite que tu réalises que comme la logique le voudrait il n'y a pas un chat, quelques groupes d'amis qui se collent les uns aux autres pour se donner chauds semblent inviter les plus dévolus à les rejoindre et bien que tu ne sois pas contre une partie de frotte-frotte tu as cette espèce de pressentiment qui résonne tel une alarme pour te dire de ne pas les rejoindre. Étrange Arzel, tu n'es pourtant pas le dernier habituellement à courir vers un groupe d'inconnus pour faire connaissance, surtout quand celui-ci est composé de charmantes créatures aussi bien masculines que féminines. Peut-être deviens-tu de plus en plus exigeant en ce qui concerne la matière première ? Dans le fonds, tu es plus ou moins comme tout le monde face à l'un de tes besoins primaires. Tu jettes alors un dernier regard en coin à ce groupe qui te sourit, auquel tu réponds par un sourire charmeur et un petit clin-d’œil capable de réchauffer toute âme gelée et reprends ta route en direction de la prochaine attraction.

Puis tu la voit, atteignant presque les nuages, elle est énorme. La grande roue. Le froid semble pousser des stalagmites à ce former sous les cabines, pourtant elle est en marche, tournant au ralentie. Forcément tu te dis bien que faire un tour de ce manège n'est pas sans risques mais comme toujours tu rêves de monter au sommet pour en admirer le paysage. Tu t'approches alors doucement de cette attraction dont les lumières pétillantes sembles donner des couleurs arc-en-ciel à tout ce qui l'entoure. Comme un pic, tu reste planté en admiration devant ce bal de couleurs avant de jeter un regard au sommet de la roue. Premier baptême de l'air pour toi pas vrai ? Tu ne le crains pas cependant, c'est le genre de choses que tu as toujours voulu faire. Pour les habitants du coins forcément monter dans cette grande-roue n'est pas quelque chose de rare mais pour toi c'est ta première fois dans un parc d'attraction. Tu te rappelles alors cette pancarte publicitaire qui t'a incité à venir ici affichant un soleil pourtant radieux, des femmes en bikinis avec leurs formes généreuses, les hommes en caleçons de bains avec leurs musculatures biens dessinés et pourtant il faut croire que cette affiche n'était que publicité mensongère. Le plus étrange étant que pour ce genre de parc à proximité de la plage, un froid qui règne de cet manière est assez surprenant. Bon, tu ne bronche pas plus que cela et finis par atteindre la file d'attente. Quelques rares individus semblent faire la queue eux aussi pour profiter de ce baptême de l'air.

Remontant ton écharpe sur le bout de ton nez, tu prends alors un air sérieux et commence à passer devant tout le monde.

▬ Excusez-moi les amis ! Un petit dysfonctionnement viens de m'être signalé, je vais réparer tout ça ! »

Forcément ce n'est pas parce que tu es dans un parc comme celui-ci que tu vas t'empêcher pour autant de raconter tout et n'importe quoi et puis ce petit côté mécanicien te va assez bien. Ils te regardent tous comme une bête étrange qui parcoure la file d'attente jusqu'à ce que tu arrives enfin au pied de la roue qui … fonctionne. D'un air gêné tu détournes le regard en direction des individus en train de patienter et en te grattant la nuque tu vois distinctement leurs petites mines agacés et assez énervés. Arzel, arzel... Quand arrêteras-tu.

Ah désolé un de mes collègues fut plus rapide que moi ! »

Tu rigoles pour détendre un peu l'atmosphère avant de repérer dans un petit coin une demoiselle fort charmante qui semble attendre quelque chose, un peu intrigué tu t'approches d'elle avec ta nonchalance habituelle avant de déposer ta main sur son épaule.

▬ Dites, vous n'avez pas de soucis à vous faire, pour avoir emprunté cette roue plusieurs fois je peux vous garantir qu'elle ne présente aucun risques. Vous voulez peut-être que nous montions ensemble ?»

Ce n'est pas ce qu'il est possible de qualifier d'une tactique de drague car c'est profondément mauvais mais pour autant tu dégages ton visage de l’écharpe que tu avais remonté un peu plus tôt pour laisser apparaitre ton sourire incroyablement sincère.



 MessageSujet: Re: Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.   Rencontre Improvisée && Eileen Fa L. EmptyJeu 12 Nov - 23:30

Eileen Fa Long
Eileen Fa Long

[M] Iratus

Click


That's all folks
PV Zazou ♥


Un parc d’attraction. C’est sans aucun doute la première fois qu’Eileen Fa Long, nouvellement maitre d’Iratus Orationnis, s’y rend pour autre chose que remplir une mission. Vagabondant au gré des allées, elle jauge l’environnement bruyant et nouveau pour elle, comme le ferait face à un monstre. Critique, elle observe attentivement les stands de ballon et de barbe à papa où tournoie une foule incessante d’enfants babillant accompagnés de parents prodigues. Tout le monde n’a pas été égal dans la destruction de Fiore, à moins que ce ne soit que des touristes ? Eileen est perplexe. Jamais, au grand jamais, elle n’a mis les pieds dans un endroit comme celui-ci et, au fur et à mesure qu’elle avance dans le parc, elle saisit de moins en moins la raison de sa présence ici. Si Wizzle avait eu la délicatesse de la jeter dehors avec une destination, il n’avait pas réussi à d’avantage argumenter sa décision autrement que par un vague « Tu as besoin de vacances, général Obaba. » avant de lui fermer la porte au nez.

Esquivant un groupe d’adolescent qui court vers elle, Leen se met à bailler. Il fallait qu’elle voit le bon côté des choses : elle était maintenant oisive et pouvait allègrement récupérer ses heures de sommeil passées à batailler contre les nouvelles recrues et les papiers. Une chose expliquant sans mal sa petite mine et ses yeux encore plus plissés qu’en temps normal pour s’habituer au soleil de l’après-midi. L’autre côté positif de sa présence ici, c’était la proximité envoutante de la mer. Eileen n’avait pas oublié son envie de naviguer et, à chaque fois que malheur lui prenait de regarder par la fenêtre de sa chambre, elle se perdait sans cesse à imaginer ce que ce serait. Aussi l’occasion était-elle trop belle. Elle irait chevaucher les vagues avant de partir, ça elle se l’était autant permis que promis.

A force de vagabonder, plongée dans ses pensées et sans but, la combattante se retrouve vite perdue au milieu du parc. Maudissant sa rêverie, elle tente de se localiser mais sans succès. Puis ses yeux tombe sur la grande roue, droit devant elle. Son inquiétude vis-à-vis de sa perte d’orientation décroit lentement pour être finalement remplacée par l’image presque paradisiaque de la mer. Encore et toujours elle. Eileen se met à marcher lentement, évaluant l’intérêt qu’elle avait à monter dans l’attraction avant de craquer et de rejoindre la foule à ses pieds. Elle avait trop envie de revoir l’océan pour hésiter d’avantage devant les prix et l’attente monstrueuse devant la roue.

« Excusez-moi les amis ! Un petit dysfonctionnement vient de m'être signalé, je vais réparer tout ça ! »

La curiosité s’empare d’Eileen qui commençait à piquer du nez dans la file d’attente dont elle atteignait la fin. Elle suit le brun qui la dépasse comme une flèche du regard, avide de vérifier ses dires et un maigre sourire s’étire sur son visage. Alors que la foule toute entière est parcourue de soupir et de grommèlement de mécontentement, la jeune femme se retient de rire, ses yeux allant de la roue à l’homme. Un bref coup d’œil sur son allure de vacancier et l’absence d’outil dans ses mains renforce son envie irrépressible d’éclater de rire : ce n’est pas le type de garçon à qui elle demanderait de faire quoi que ce soit en termes de réparation. A moins qu’il est une magie adéquate, évidemment. Mais diable, il n’avait vraiment pas la tête de l’emploi ! Lorsqu’il se met à rire nerveusement, la soldate glisse une main timide pour dissimuler son sourire et se retourne, son bracelet tressautant au même rythme que la respiration de sa détentrice.
Les fioriens sont vraiment de sacré bout-en-train, pas vrai Changeling ?
« Dites, vous n'avez pas de soucis à vous faire, pour avoir emprunté cette roue plusieurs fois je peux vous garantir qu'elle ne présente aucun risques. Vous voulez peut-être que nous montions ensemble ? »

Leen sursaute et reste interdite devant le sourire flamboyant de son interlocuteur. Sourire qu’elle finit par lui rendre après un long silence gêné. Ses mains se joignent lentement dans son dos et elle se tourne vers la roue, pensive. Elle croit voir les bords du sourire de son interlocuteur s’agrandir lorsqu’il entend le léger accent de Joya qui teinte sa voix.

« Aucun risque ? Vous extrapollez. Il y en a toujours, sinon, ça ne serait pas amusant non ? » Un éclair de géni lui traverse soudain l’esprit. « Mais pourquoi pas. Cela vous permettra d’effectuer un check-up en même temps, monsieur le réparateur »

Un bref clin d’œil et cette fois-ci, c’est au tour de son artefact, de tressauter en guise de gloussement. Pas une seule seconde Eileen n’a envisagé l’approche de son interlocuteur comme une tentative malhabile de drague. Alors qu’elle s’avance en refusant la main que lui tend un des machinistes de la roue pour l’aider à monter, elle prend note des regards noirs de certaines jeunes femmes de l’assistance mais ne s’en formalise pas. Calée dans un coin de la cabine, elle se met aussitôt à guetter sa chère mer par la fenêtre, jusqu’à en oublier même l’endroit où elle se trouve. La brusque secousse de la cabine la fait sauter sur ses pieds à la recherche du problème avant qu’elle ne se laisse finalement retomber au rythme de la montée.

« Excusez-moi, j’étais… perdue dans mes pensées. » Elle hésite puis doucement, finalement, pointe les fenêtres du doigt en se rapprochant un peu du jeune homme. Ses yeux, encore brumeux de tantôt, se mettent alors à pétiller comme des feux d’artifices. « Vous croyiez qu’on aperçoit l’océan, d’ici ? » Elle recule et hoche la tête d’un air absorbée par sa réponse. Puis soudainement, elle croise les bras sur sa poitrine et dévisage le jeune homme, une expression soudainement méfiante. « Pourquoi avoir menti, tout à l’heure ? » Devant son expression, elle ne put s’empêcher de sourire. « Vous n’avez pas d’outil, pas d’uniforme de maintenance mais vous avez pourtant prétendu faire partie du personnel d’entretien. Maintenant que je vous vois mieux, vous n’avez pas de cals aux mains. Enfin, pas ceux qui sont la conséquence d’un travail manuel en tout cas. »
 MessageSujet: Re: Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.   Rencontre Improvisée && Eileen Fa L. EmptyVen 27 Nov - 0:02

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click



Rencontre Improvisée x Eileen Fa Long

De haut en bas que tu la regardes avec malice. Non pas que tu souhaites te la mettre sous la dent ou autre forme de perversités mais cette femme t’intrigue, sa démarche, son comportement tout comme sa manière de s'exprimer pique ta curiosité mal placée. Ne sachant comment réagir, tu te contente de monter dans la cabine, t’asseyant normalement comme si tu montais dans un train ou autre véhicule sans dangers. Elle relève quelque chose de tout à fait intéressant. - Si pas de risques alors pas amusant – pour simplifier ses dires et tu ne peux que penser qu'elle a raison, après tout lorsque tu imagines des tas d'histoires, des tas d'aventures il y a toujours ce goût du risque qui rend la chose palpitante. Ce sentiment de danger, cette chose qui peut te prendre à n'importe quel moment, comme par surprise, le risque. Cette forme qui te rends vivant et habite chacun d'entre-nous. D'ailleurs peu importe qui nous sommes, nous avons toujours ce besoin, nous l’interprétons tous d'une manière qui nous est propre mais c'est aussi l'une des choses qui nous permet de nous convaincre que si nous sommes vivants c'est pour vivre ce danger, l'exploiter toujours plus.

« Parfaitement madame ! » que tu répondis à sa proposition de réaliser un check-up. Inutile de dire qu'elle n'a pas crût un seul instant à cette histoire mais cela semble avoir le mérite de l'amuser. Tant que tu donnes le sourire aux gens que tu les convaincs de converser avec toi, c'est tout ce qui compte, après tout. Ce genre de choses qui en amuse plus d'uns, c'est aussi la raison pour laquelle tu continues encore et encore de mettre des mensonges bouts à bouts pour former des récits peu croyables. Elle vient alors s'asseoir à son tour dans la cabine, elle paraît peu rassurée, pensante en même temps. Tu te demandes bien le genre de pensées qui peut lui traverser l'esprit à un moment pareil. Peut-être que de monter avec toi lui laisse l'impression que tu l'invites à un rendez-vous galant. Il est vrai que la grande roue est connue pour ce genre de choses. Tu te contentes de lui sourire alors qu'elle sort enfin de ses pensées.

L'océan – En effet nous pouvons voir l'océan d'ici, c'est une évidence après tout c'est la plus grande roue du pays alors comment l'inverse serait possible ? Puis vient le moment des reproches, comme si elle avait attendu patiemment que la roue démarre et que les oreilles curieuses disparaissent ou s'éloignent machinalement. Tu fixes son regard attentivement et continue de sourire, un sourire flamboyant et troublant pour une personne qui pourrait ne pas te connaître mais finalement jamais tu ne le lâche ce sourire, jamais il ne disparaît de ton visage, comme si il en faisait totalement parti. « Je confirme on voit la mer. » dis-tu en coupant court au futur débat sur le mensonge qui n’aurait finalement aucun sens. La roue arrive alors à mi-chemin puis se bloque, certainement un effet créé par les inventeurs de cette roue afin que les passagers profitent plus longuement du paysage.

« Bizarre pas vrai, d'ici on a l'impression que le monde est si petit. J'aimerais vraiment connaître ce qui ce passe là-bas. » dis-tu en pointant un endroit au hasard. « Là-bas aussi. » Ton doigt se dirige vers un autre espace. « Puis là-bas. » Un soupir alors que tu laisses ta main rejoindre le long de ton corps. Ton regard avait quitté celui de l'invitée de la cabine pour se fixer sur le paysage, complètement émerveillé par ce jeu de lumières, par cette immense superficie à découvrir. « Les gens passent leurs temps à combattre, débattent d'idées plus farfelues les unes que les autres alors qu'un monde entier les attends, quel intérêt franchement ? » Tu penses vraiment ce que tu dis, récemment le pays était devenu un grand n'importe quoi et pourtant, en voyant les têtes réjouis des différents individus dans ce parc, tu réalises que tout n'est pas perdu pour l'humanité. Tu n'est pas de ceux qui déballent des monologues philosophiques, tu préfères parler comme tu penses, dans une parfaite sincérité.

« Tu vois. C'est pour ça que j'ai construit ma propre guilde, que j'ai décidé de regrouper le peuple. Ne pas se laisser aller, profiter des choses de la vie et tenter de faire valoir ses idéaux du mieux qu'il est possible de le faire, sans forcément chercher à sauter sur tout ce qui bouge. »
Ce mensonge est arrivé un peu naturellement, un peu comme si c'était quelque chose que tu avais vraiment bâtis, même si c'est l’œuvre de quelqu'un d'autre, c'est aussi une part de ton rêve. Tu n'est pas que l'homme qui boit et devient totalement soûl dans les bars. Tu vis toi aussi et tu tiens vraiment à ce que chacun puisse en faire de même. Vraiment.
 MessageSujet: Re: Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.   Rencontre Improvisée && Eileen Fa L. EmptyLun 6 Juin - 22:37

Eileen Fa Long
Eileen Fa Long

[M] Iratus

Click


That's all folks
PV Zazou ♥


Eileen s’apprête à répondre à la question du faux machiniste lorsqu’il reprend la parole. Lentement, l’expression amusée de la brune se renforce et elle joint ses paumes sur ses genoux avec une moue intéressée. Voilà quelqu’un de bien singulier. Elle connaissait des faussaires, des hurluberlus et même quelques fantasques qui aimaient emprunter les identités de son temps dans la garde, mais c’était bien la première fois qu’on empruntait la sienne. Sans un mot, la jeune femme se met à goûter la sensation étrange d’être admiré, non pas pour ses faits d’armes mais pour sa faiblesse envers les non mages, et d’être devenue homme sous la houlette de cet inconnu. Elle reste un long moment indécis puis décide finalement d’entrer dans le jeu du mensonge.

« C’est vous, la fameuse Eileen Fa Long ? » Sourit-elle, tentée de rire par l’absurdité de ce qu’elle vient de dire. « C’est surprenant, je dois l’avouer. Je vous aurais cru plus … femme . » Elle s’amuse de le voir répondre, persistant dans le mensonge et grossissant les traits de la fondation d’Iratus avec une foi étonnante. Ses yeux brillent de conviction et son visage se teinte d’une ferveur à laquelle Leen ne se serait pas attendu. Le sujet a l’air de lui tenir à cœur et cela rendait son mensonge d’autant plus crédible, si l’on excluait ce pseudonyme boiteux pour un homme de son gabarit. « Que faites-vous donc ici ? Vous êtes en mission ? » Un sourire éclaire les prunelles herbeuses de la soldate. « Pardon. Je me plais à penser que vous ne devez point avoir beaucoup de temps pour vous. Cela me surprend un peu, que vous montiez dans les manèges au côté d’une étrangère . »

La roue reprend sa descente dans une brève secousse, indolente. La nacelle balance un peu mais se stabilise presque aussitôt et la vue disparait peu à peu au grand regret d’Eileen. Elle se tourne vivement, fixant à nouveau l’horizon bleuté de la mer pour le graver dans sa mémoire. Elle ignore quand est-ce qu’elle pourra de nouveau la revoir et elle veut en garder chaque image, chaque miette, pour mieux nourrir son petit jardin secret qui lui rappelle sans cesse qu’elle rêve de s’approcher de l’eau salée. Cette même eau qu’on dit odorante jusque loin des côtes et surprenament froide lorsqu’on s’y glisse. Elle revient doucement à son compagnon de nacelle, la tête encore pleine de tout ce qu’elle a pu lire sur l’océan, à défaut d’avoir pu y tremper les orteils. Brutalement, une idée l’assaillit.

« Dites-moi . » La mer disparait tout à fait de la vue de Leen alors qu’elle regarde le brun droit dans les yeux. Son visage tranquille reflète l’embarra qui la taraude pour son audace mais qu’importe. Elle n’est pas à Joya. Il faut qu’elle ose. « Puisque vous n’avez rien à faire et que vous semblez familier de cet endroit, que diriez-vous de me servir de guide ? » Une mèche rebelle tombe de son chignon, venant lui chatouiller le cou et elle se sent rougir. « Je veux dire, je suis curieuse de vous entendre parler d’Iratus Orationis. A vous entendre, c’est quelque chose de magnifique . » Tente-t-elle de se justifier avant de finalement secouer la tête pour se reprendre. Que diable jeune soldate, se morigène-t-elle, ce n’est point un gourgandin qui doit vous rendre nerveuse. Aussi fait-elle mine de réfléchir, alors que la nacelle arrive au niveau de la descente et où les attend un employé pour les aider à retrouver la terre ferme. Au moment où le type ouvre la porte, Leen adresse un clin d’œil à son interlocuteur. « Et si on commençait par aller voir la mer, qu’en dites-vous Sir ? » Elle disparait alors de l’encadrement pour atterrir souplement à terre, nonobstant la bonne volonté du pauvre jeune homme chargé d’aider ces dames. Elle attend et, sous le regard insistant de la file et du chargé d’attraction, elle parle distinctement pour son dindon de la farce. « Alors ? Que dites-vous de l’état de cette roue ? »
 MessageSujet: Re: Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.   Rencontre Improvisée && Eileen Fa L. EmptyJeu 30 Juin - 11:55

Arzel Cobalt
Arzel Cobalt

[M] Iratus

Click



Rencontre improvisée.




leen. arzel.

Une musique de kermesse qui se joue au loin, berce tes oreilles, comme si le moment vécu avait déjà des allures de nostalgie. Comme si le décor, était maintenant en noir et blanc. C'est avec difficulté que tu réussis à détacher ton regard de ce paysage splendide pour prêter attention aux paroles de ta compagne de nacelle. - Eileen Fa Long ? Avais-tu déjà entendu ce nom autrefois ? Peut-être qu'il s'agit de la créatrice véritable de cette guilde humaine, elle essaye peut-être de te faire tomber dans son petit piège, malheureusement, c'est mal te connaître. Tu te retourne alors vers elle, dans un sourire charmeur et convainquant, autant que les paroles que tu souhaites réelles.
_ Eileen Fa Long... » Tu fais mine de réfléchir quelques instants, levant ton regard vers le ciel. Effectivement, ce nom te dit quelque chose, seulement, tu n'arrives pas à mettre de visage sur ce dernier. Il te semble connut dans l'inconnu, une bribe de réflexion plutôt complexe.
_ Oui ! Bien entendu, mais il ne s'agit pas de moi. Il s'agit de mon assistante, tu la connais donc ? » Tu places tes mains contre tes hanches pour rire un peu. Un rire qui s'échappe dans le vent au rythme de la roue qui redescend.

Iratus Orationnis – cette guilde nouvelle née qui t'inspires, la réalité, c'est que tu pourrais vraiment en être le créateur. Simplement car elle correspond parfaitement à tes idéaux, à tes valeurs.
_ Non non. Du tout. Attends que je t'explique. » Tes jambes se tournent en sa direction, tes yeux percent les siens, tu prend à cœur les mots qui vont suivre.
_ La réalité c'est que j'ai énormément de temps pour moi. Je pars en mission qu'en l'envie m'en dit. Je pars aux endroits que je souhaite, simplement car l'un d'entre eux vient piquer ma curiosité. » Tu te rapproches peu à peu de son visage pour glisser ce dernier argument dans le creux de son oreille. _ En ce moment même, je soupçonne le dirigeant de ce parc d'organiser des fêtes illégales plus tard le soir, d'où ma couverture d'agent d'entretien. » Tu t'écartes d'elle et accompagne la distance d'un petit clin d’œil que tu aimes penser discret.

La nacelle se stoppe un instant avant de reprendre de plus belle. Tu rediriges ton regard en direction du paysage qui disparaît. Tu as encore ces yeux pétillants. Aussi, tu te prend d'intrigue pour cette étrange jeune femme ,tu as toujours eu cet amour pour l'étrangeté, que l'on parle de monde ou d'individus. Elle propose une petite sortie guidée, avec toi comme guide, de nouveau, tu fais donc mine d'être en pleine réflexion, histoire de rendre crédible cette mission d'espion.
_ Bien. Je pense que je peux faire un écart à ma mission pour te guider. » Tu lèves un doigt en l'air, prenant une mine d'homme sérieux. _ Mais attention, ne va pas croire que je n’ai rien à faire. » Ton visage se détend et enfin, vous rejoignez le sol. Tu descends le premier et ta galanterie naturelle te pousse à tendre ta main pour l'aider à descendre. Tu prends d'ailleurs les formes d'un prince presque charmant.

_ Je pense que cette roue est en bonne état madame, elle semble bien sécurisée. » Tu remets en place ton chapeau et tout sourire, tu te tourne vers la foule. _ BIEN, N'AYEZ RIEN A CRAINDRE CETTE ROUE FONCTIONNE CORRECTEMENT. » Tous te regardent, se demandant bien qui tu peux être et pour quelle raison, la roue ne fonctionnerait pas correctement. Tu attrapes alors le bras de la jeune femme, délicatement tout de même et l'invite à sortir de la foule.

_ Bon il est temps de voir la mer, surtout si tu souhaites en savoir d'avantage sur ma guilde. » Tu aimes voir la mer Arzel, tu aimes ces bons moments, simplement guidés par ton instinct. Tu n'as pas à en être déjà nostalgique tu sais...

serious.

 MessageSujet: Re: Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.   Rencontre Improvisée && Eileen Fa L. EmptyJeu 14 Juil - 18:41

Eileen Fa Long
Eileen Fa Long

[M] Iratus

Click


That's all folks
PV Zazou ♥


Eileen et Arzel traverse Akane Resort à une vitesse folle. Surprise, autant que pensive, la brune a cessé de s’attarder sur les stands et s’est perdue dans la rumination de ce que son étrange compère lui avait dit. Une assistante. Lentement, cette idée s’était insinuée en elle, balayant l’irritation par un intérêt grandissant. Depuis le début, la guilde tout entière s’était reposée sur ses épaules, à elle. Pas une décision ne se prenait en son absence, pas un mouvement n’était fait sans qu’elle ne soit au courant. Tout passait entre ses mains et dépendait d’elle comme un nourrisson de sa mère. C’était même un miracle que Wizzle ait réussi à la mettre dehors pour lui donner des vacances. Leen repense à sa fatigue et à la lourdeur de la tâche qui l’attendra en rentrant. Et, prise d’une soudaine révélation, elle fait la grimace. Un assistant ne serait pas du luxe, cela va de soi mais qui prendre ? Chacun avait déjà sa place au sein de la fourmilière et pour rien au monde, la soldate n’aurait voulu poser ses responsabilités sur les épaules de quelqu’un qui n’en a pas la carrure. Son regard se fixe sur le dos du jeune homme à ses côtés. Et si … ?

Aussitôt, elle balaye la possibilité d’un revers de main. Iratus Orationis a besoin d’une mécanique bien huilée pour fonctionner. Si elle rajoute ne serait-ce qu’un ingrédient discordant, la structure tombera sans crier gare et tout sera à refaire. Malgré tout, la Fa Long semble réfléchir sérieusement à la question. Il a tout. La motivation, le charisme, peut-être même le talent. Elle n’a personne d’autre. Personne qui parle de sa propre guilde avec plus de passion qu’elle-même, personne qui ne voit pas les gens comme un flot de donnée écrit sur du papier, lui-même posé dans un coin de bureau. Pourquoi ne tenterait-elle pas le diable ? Bien que concentrée sur ses réflexions, la jeune femme manque de trébucher en posant son premier pied dans le sable. Elle était stupéfaite. Ils ont traversé toutes les attractions si vite, alors qu’elle n’en voyait pas le bout. En quittant des yeux les épaules d’Arzel, elle frissonne. Devant elle, la mer s’étend à perte de vue. Le son du roulis et l’air que lui amène le vent donne le sourire à Eileen. Elle n’en croit pas ses yeux. La mer est là, elle lui tend les bras.

Autour d’eux, il n’y a presque personne. Les baigneurs s’éloignent de la rive pendant que le soleil plonge à l’horizon, plus attirés par la myriade de son de la fête foraine que de la beauté du couchant. Confuse, la brune rassemble les informations comme elle peut. Elle tente de se pincer quelques fois, persuadée de rêver mais n’en conserve qu’un bleu bien réel. L’odeur de l’iode la fait frémir et ses yeux pétillent comme des diamants sous projecteurs. Emerveillée, elle fait quelques pas hésitants vers le remous des vagues puis s’immobilisent à leur limite, le regard happé par l’horizon qui se teinte d’orange et de pourpre.

« C’est magnifique… » murmure-t-elle. La sensation de chaleur dans sa main gauche la ramène brutalement sur terre. Baissant les yeux vers elle, Leen réprime un juron. Elle avait emmené le faux maitre d’Iratus dans son élan, trop pressée de se rapprocher pour y penser. Un soupir exaspéré et elle le lâche, le vent s’engouffrant entre eux pour achever la séparation. « Mes excuses. Je crains de mettre trop égarée dans l’instant. » Sa main nouvellement libre se lève et vient se cacher dans ses cheveux alors qu’Eileen sourit, réellement navrée par son comportement. Sa mère en aurait ri, de la voir sa trop sérieuse petite fille devenue si enfantine. Cachant sa honte au mieux, elle relance la conversation d’un ton léger. « Alors ? Comment avez-vous eu l’idée d’Iratus ? » Et dans un silence solennel, elle l’écoute. Elle sourit, par instant, manquant de peu d’éclater de rire lorsqu’il se met à broder les grandes lignes. Pourtant jamais elle ne l’interrompt et jamais elle ne se moque si l’histoire ne le permet pas. Elle se contente de se laisser tomber sur le sable et de fermer les yeux alors qu’il la guide sur une nouvelle légende. Celle-ci est plus bling, plus rock’n’roll, plus mignonne aussi. Même si elle s’éloigne de la réalité, Leen se prend au jeu et l’apprécie crescendo. Maintenant, elle en est certaine, il a du talent pour raconter les choses. Pour improviser, aussi, et ça lui plait. Il lui faisait l’effet d’une fiche de propagande inversée, où ce n’était plus un papy mais bien Arzel qui la regardait droit dans les yeux en lui murmurant à l’oreille « You want me. » Silence. Incompréhension. Lorsque la maitresse de guilde rouvre les yeux, elle remarque le regard de son interlocuteur. Eileen penche la tête sur le côté, cherchant la raison de ce soudain retour du son des vagues. Puis elle saisit d’où vient le souci et saisit l’arrête de son nez en secouant la tête. « Me voilà qui pense à haute voix. Je suis trop bête. » Elle se lève de son siège, époussetant le sable de sa tenue avec délicatesse avant de se tourner vers Arzel dans un sourire complice. « Ça vous dit un tour dans l’eau, pour me faire pardonner ? Il n’y a rien de plus motivant qu’une baignade avant le travail. »

 MessageSujet: Re: Rencontre Improvisée && Eileen Fa L.   Rencontre Improvisée && Eileen Fa L. Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite sortie improvisée
» Eileen Shalford - Vote Top Site
» baignade improvisée (blake et velvet).
» Baignade improvisée et visiteur surprise {PV Amelian Findorel} TERMINE
» (153) Diner improvisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Sud :: Akane Resort :: Parc D'attractions