Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
9h10 - Course contre la montre
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Dim 19 Avr - 15:50

Stop swaying when the moon is shaking thou
“I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” .


L'heure sonne, le bruit du tintamare de l'horloge qui résonne dans ma tête ne s'arrête jamais de se taire. Je dors, je m'endors dans cet endroit qui me fait penser à la tour du Paradis. Je ne dors que d'un œil, un repos fragile, désuet, un repos somnolent comme la goutte d'eau tombant dans l'abîme profonde d'une vie d'incarcération. Une sonnerie retentit dans le bâtiment qui de sa structure nous surplombe, une alarme, un vacarme sans nom. Mes yeux se lèvent dans un battement de cil, j'ai l'impression de me réveiller d'un cauchemar sans nom. Les mages gardien de nos cellules courent partout, la cohue est telle que le bâtiment souffre. Je regarde, mes anciens camarades et je tapote délicatement la porte qui me maintient prisonnier, celle-ci se déplace dans un mouvement saccadé, comme si elle n'avait jamais été fermée. Tous les anciens membres de notre guilde font pareil et dans un unisson presque sacré nous sortîmes de notre prison de cristal. Sautant de notre plate-forme en plate-forme pour arriver sur les chemins qui nous menaient dans le centre du conseil. Nous devions nous évader, je regardais mes acolytes et mes propos furent lent et simple :

« - Je vais de mon côté ! Racer, Hoteye prenez Angel avec vous on se retrouve à la sortie. »


Je marchais d'un pas nonchalant et rythmé dans les dédales du Conseil. Seul, les mages à la botte du conseil trop absorbé par leurs propres affaires et ce qui se passait dehors ne firent presque pas gaffe à ma personne. J'en étais presque insulté, cependant chaque personne qui se retournait en me reconnaissant terminait la tête dans un mur, il valait peut être mieux pour eux de ne pas subir ma colère. L'éclat de la lune n'étant pas présent, je n'étais pas au top de ma forme. Soudain, je débouchais sur une sortie devant moi. Une lumière aveuglante, celle du Soleil. Elle me brûlait la rétine, car je n'étais plus habitué à le voir de si près. Une fois l’accommodation effectué par ma vision, je regardais le panorama qui s'offraient à moi. Des tonnes de soldats et une femme, la femme que j'avais plus d'une fois, elle fait partie des hauts-membres du Conseil et pour tout le Conseil elle allait payer. Je m'approchais d'elle et souriait d'un air avide et sadique :

« - Alors comme ça le Conseil est en si mauvaise posture qu'il laisse ses prisonniers s’évadés. »

Un groupe de soldat tentait de m'attaquer. Mon bras se levait créant des lames qui leurs lacéraient le visage et je tournais la tête avec un immense sourire :

« -N'intervenez pas vermine ! »




crackle bones
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Mar 28 Avr - 13:57

avatar
[PNJ] Gorgones

PNJ

Click



Le Courroux


Feat Sybilia Philips & Hirata Kôta


Pas prévue. Tout ceci n'était absolument pas prévue. Sur les lèvres carmin c'est un rictus agacé qui se dessine l'espace d'une seconde, un rictus de haine.

Légion est en train de tout ruiner et cette simple idée, ce quelle sous-entend, la compromission d'années entières de travail et de patience, de faux semblants et de service du Conseil de la magie par nécessité d'actions, tout est sur le poids de sombrer à cause d'un nom.
D'un groupuscules d'individus malades et dégénérés pensant que le monde ne méritait que destruction, totale et complète, des aberrations de la nature, des aberrations de la magie. De vulgaires bêtes à visage humain, la réelle maladie de ce monde alors que ce sont eux, les choses comme eux qui sont à l'origine de tout, de la peur et du rejet, de la violence et de l'intolérance, l'incarnation de la pester ravageant la terre et décimant le monde. Mais pire encore que cette idée qui provoque le début de la destruction du masque d'habitude si parfait, c'est cette impuissance, cette impuissance face à cette chose incarnant toute la maladie de Légion.

Sur son visage si lisse, la dureté s'affiche d'avantage, comme prête à trancher la peau d'habitude si lisse, dans son regard c'est la colère qui luit, celle d'un égo, celle d'un travail bafoué, celle de toute cette haine ensevelis derrière les belles paroles et les sourires compréhensifs. L'impuissance, une impuissance la plongeant dans le passé, l'impuissance source de la haine et des péchés alors qu'elle revoit les flammes du bucher prêt à la dévorer, ses poings se serrent devant le spectacle de désolation sans même qu'elle n'en est conscience, le coeur plongé dans ses propres démons alors que dans l'air les phéromones se propagent comme une traînée sous le grossissement lent et incontrôlé de son aura, de sa magie cadenassée alors que dans son ventre, dans son estomac la sensation de faim né.

Circé n'avait jamais eut le courage des héros, Circé c'est l'incarnation de la femme haïe, celle des intrigues et des poisons, des mystères et des secrets, Circé elle frappe par derrière alors que vous l'embrasser. Mais Circé dans toute sa lâcheté il y'a une chose qu'elle ne saurait tolérer, une chose capable de tout balayer, de faire tomber un masque entretenue depuis des années.
Raviver le passé.
Mais surtout, blessé son égo par cette impuissance qu'elle s'est jurée d'éradiquer à jamais.

Dans son dos la présence lourde s'impose, crépitante de magie, les ongles s'enfoncent dans sa chaire alors que le cadenas de sa magie éclate, l'aura d'un rouge écarlate entourant son corps semblant crépiter de l'air alors que sous le tumulte de ses émotions le masque cède totalement, que la faim grandit. Si l'impuissance était reine devant la pestilence, la colère vient tout ravager, Midnight allait payer pour tout, pour tout et tout le monde.
Si il y'a une chose que dans son orgueil elle ne pouvait accepter, c'est qu'un furoncle ayant pu s'échapper uniquement grâce à elle débarque en terrain conquis pour la provoquer.

L'attaque fuse sur les mages du Conseil et la rousse reste de marbre, ses cheveux ondulant dans l'air tel des serpents furieux alors que pour la première fois en six années, elle laisse sa magie l'envelopper de toute sa puissance perverse. Tout autour d'elle les phéromones s'infiltrent dans les narines et les peaux, le désir explose alors que la véritable beauté de la conseillère se révèle, choisit par les divinités de l'amour et du sexe alors que le désir se propage comme un le feu sur une traînée d'essence. Que le désir s'embrase et que sa véritable beauté se révèle, quasiment divine.

Lentement elle entre en mouvement, ses talons claquent sur le pavé alors qu'elle s'avance vers l'objet de son courroux, ses lèvres carmins affichant un sourire sadique alors que sa voix s'élève, dure et tranchante, et pourtant terriblement envoutante pour tout les hommes l'entendant.

" Savez-vous ce que l'on dit sur la vermine ? Qu'une fois libérée elle ne peut s'empêcher de revenir jubiler, et comme à chaque fois c'est ainsi qu'elle termine sa pitoyable existence, car en exhibant sa laideur au monde, le monde ne peut rester aveugle, alors il l'écrase. "

Et sur ces mots un miroir de deux mètres apparait entre elle et l'homme aux allures de catin, un miroir lui renvoyant en pleine face son reflet sur toute sa taille, un reflet s'enlaidissant à chaque instant, chaque seconde s'écoulant alors qu'il le regarde, laissant transparaître toute l’obscurité de sa personnalité, cette laideur intérieur que l'on aime à cacher, celle que personne ne peut supporter de voir révéler.
Quelques secondes à peine pendant lesquels la rousse est entrée en mouvement avec une vivacité stupéfiante, à son ancienne place, seul subsistent les talons abandonnés à même le pavé.

Et alors que le miroir disparait la laideur s'abat directement sur toi, si tu détournes les yeux c'est ton propre corps que tu verras s'enlaidir et vieillir, que sur tes mains tâches et verrues se forment, que ton visage se déforme comme ravagé par la maladie, que ton dos se voute en des allures de bossu monstrueux, une laideur si terrible que tout les gardes détournent le visage en des expressions de dégout, les plus fragile vomissant en pleine action face au monstre. Et c'est un rire qui retentit derrière toi, un rire alors qu'elle est là, encore plus belle, inhumaine alors que ses traits reflètent le parfait, qu'aucune imperfection ne touche sa peau, comme si Aphrodite en personne s'était incarnée.

Spoiler:
 



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Mer 29 Avr - 0:12

avatar
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



Course contre la montre
Circé - Kôta - Sybilia


Les attaques des gardes ne fonctionnent pas. Alors qu'on pense que se frotter à la Pestilence est peine perdue, un se tient debout, courageux, droit et fier devant le cavalier. Ça le fait rire. Un seul humain, vraiment? Et si ça se retourne contre lui? C'est impossible... la Pestilence est le maître de tous les poisons, rien ne peut l'affecter... sauf que:

« ARGH! »

Les explosions retentissent, surprennent la créature alors qu'elle était certaine qu'on l'empoisonnerait autrement ou qu'elle verrait l'attaquer venir pour se changer à nouveau en vapeurs. Kôta a su surprendre le cavalier de Black Jack. Il s'évapore pour de bon cette fois. La pluie de papillons s'élève dans le néant pour offrir un spectacle aux gardes. Le jeune homme tombe sans connaissance et la jeune femme s'affaisse à son tour. La douleur et la fièvre ont eu raison d'elle. Et maintenant? Les gardes se tiennent sur la pointe des pieds: aider ou ne pas aider Circé dans son affrontement contre Midnight? D'autres se penchent sur les corps des évanouis pour les transporter avec les autres en sûreté le temps qu'un remède soit trouvé...

9h46 : Pestilence est vaincu.

[PNJ] Carbuncle – Circé Eirene – [PNJ] Tarot


Vous avez 7 jours pour répondre lorsque c'est votre tour.





FICHE PAR SWAN
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Lun 18 Mai - 14:04

Stop swaying when the moon is shaking thou
“I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” .


Je ne l’écoutais qu’à peine, trop fier à l’idée que ma première victime dans ma nouvelle liberté soit une des femmes les plus redoutées. Elle s’avançait vers moi tout en baratinant tandis que je fermais presque les yeux, affichant ma désinvolture face à l’autorité qu’elle croit incarner. Elle arrivait néanmoins à capter mon attention quand un miroir apparait face à moi, reflétant mon corps amaigri et terni par ces longues années enfermé et cachant la sorcière rousse de mon champ de vision. L’envie de l’attraper se fit soudainement plus forte, l’envie de la revoir, de la toucher, de la posséder, de la faire souffrir comme jamais. Une attirance perverse de plus en plus prononcée.

Mais autre chose me taraudait quand je voyais mon reflet s’enlaidir à une vitesse affolante, quand mes joues s’affaissèrent, mes muscles se ramollirent, ma posture se vouta et ma peau se parsema de taches, signes d’une vieillesse prématurée et inattendue. Le miroir disparait dans un éclat et j’entendis le rire de l’autre derrière moi, je tentai de me retourner immédiatement mais mes os craquèrent, affaiblis avant l’heure. Et tandis que j’incarnais la nouvelle laideur sur terre, la femme resplendissait de sa beauté immaculée, causant une réelle frustration, mélange de désir et de jalousie.

« Annulation. C’est pas ton sort de putain qui va m’effrayer, tu sais à qui tu fais face au moins ? » Et pendant que je prononçais ces mots, par pur enchantement je retrouvai ma beauté d’antan tandis que cette fois c’est la connasse qui se met à perdre ses cheveux, s’enlaidir à vue d’œil, se courber à cause d’un corps trop vieux pour supporter son égo démesuré. Et mon rire tonitruant n’est égal qu’à la satisfaction de retrouver mes habilités magiques illusoires, prompte à causer le plus grand chaos dans l’esprit de ton adversaire qui goutera pour la première fois à l’emprise de la laideur.
crackle bones

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Mar 19 Mai - 8:27

avatar
Invité


Click



Le Courroux


Feat Sybilia Philips & Hirata Kôta


Jusqu’à présent, tu avais tout fait pour t’éloigner des conflits. Tu avais même réussit à te débarrasser de cette enquiquineuse de Sybilia et de son caniche que tu avais sauvé d’une mort certaine qui continua son chemin en te renvoyant à ta place. Ta place. Quelle était-elle d’ailleurs ? Tu avais reçue des indications claires mais maintenant que les dés étaient lancés, qu’allais-tu faire ? Rester ici ou partir. Seulement deux choix s’offraient à toi et l’un te condamner d’avance.

Avec tout ce boucan dehors, tu ne t’étais guère poser la question plus que cela ne méritait. Pour l’instant, tu étais resté pour aider les nécessiteux mais alors que tu te décidais à prendre la poudre d’escampette…Il était apparu. Cet homme. Ou cette femme. Tu ne sais pas trop. Sa laideur te donne la chair de poule mais les présentations n’étaient guère de mise au milieu des hostilités déjà lancée.

Oui, tu avais tout fait pour éviter de te battre, toi qui n’est pas faite pour ça, mais la situation s’imposant…Il n’y avait pas d’autre choix alors que par un petit tour de passe-passe, tu te pensais débarrasser de lui.

Débarrasser d’un déchet comme lui. Oups. L’aurais-tu pensé trop fort ?

Il brise ton sort comme il te les brisait déjà mais restons calme, le jeu ne faisait que commencer alors que les insultes fusaient déjà dans l’air.

Méchant garçon.

« - Oh ? Je vois que tu t’es renseigné sur le sujet mais si tu crois que je vais fléchir devant toi, tu fais erreur. Quant à savoir qui tu es, la question ne se pose même pas vois-tu, je sais parfaitement qui tu es et c’est pour cette même raison que tu vas retourner à la niche. Comme tu es venu et je vais veiller à t’y remettre p.e.r.s.o.n.n.e.l.l.e.m.e.n.t »

Tu insistes sur chaque lettre pour lui faire comprendre alors que la fin de ta phrase sonne comme une douleur. Tu te retournes et tu vois brièvement ton reflet à travers les vitres du bâtiment. Ah ? Alors il s’agit de ça. De retourner ton propre sort contre toi-même. Tu rigoles instinctivement car lui avoir volé sa beauté tout à l’heure te permets de la reprendre maintenant et tu retrouves alors ton charme habituel comme si de rien n’était et sans effort.

« - Tu sais, tu pourrais tout simplement te rendre pour nous faciliter les choses à tous les deux. Je ne suis pas vraiment d’humeur comme tu peux le voir. J’ai peur de blesser le petit garçon que tu es. »

Tu lui fis un clin d’œil provocateur parce que tu aimais jouer, la sensation du danger, l’adrénaline coulant dans tes veines, toutes ces choses te rendant vivante plus que jamais alors que tu pensais finir desséchée dans ses bureaux. Tu aurais aimée aller ailleurs…Partout….Tu n’as pas souvent l’occasion de quitter Era tant que Marcus est porté disparu.

Quand il reviendra..Il aura le droit à sa punition celui-là.





 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Mar 26 Mai - 21:52

avatar
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



Course contre la montre
Circé - Kôta - Sybilia


Ailleurs dans la ville, alors que les gardes sont partis chercher de l'aide, un médecin est trouvé... enfin, plusieurs médecins se joignent au regroupement de survivants pour sauver les blessés et traiter la maladie qu'ils connaissent que trop bien. Un d'entre eux est informé que des agents du Conseil ont été touché et il se mettent en route pour votre survie. Dans les minutes qui suivent, ils devraient être à votre portée et bientôt, vous pourrez vous relever...

[PNJ] Carbuncle – Circé Eirene – [PNJ] Tarot


Vous avez 7 jours pour répondre lorsque c'est votre tour.





FICHE PAR SWAN
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Mer 27 Mai - 20:29

Stop swaying when the moon is shaking thou
“I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” .

« A la niche ? Ne me fait pas rire – quelle niche ? Regarde autour de toi, le Conseil est tombé, et ce jour marque le début d’une nouvelle ère pour Fiore. N’aie pas peur de me blesser, je veux te voir te démener face à moi, je veux te voir te battre avant de mourir. » Je passais ma langue sur mes lèvres gonflées par l’excitation, ne quittant du regard la rousse enlaidie. « Mais tu peux avoir peur, oui. Je veux gouter à ta peur, Circé. Ta réputation te précède, les mecs pensent beaucoup à toi les nuits dans la prison. Je ne te l’ai pas dit, mais c’est un honneur de te rencontrer enfin. Un honneur de pouvoir toucher ta peau. » Je la voyais reprendre naturellement sa réelle apparence, et cela ne faisait que croître mon désir de la posséder, d’en faire ce que je voulais.

Levant les deux mains devant moi, j’incantai : « Transformation. Je ne peux te voler ta beauté, mais je peux l’égaler. » Et comme par enchantement, ma poitrine gonfla tandis que mes membres s’affinèrent, et accompagnant l’enchantement mes vêtements devinrent ceux que portaient la conseillère. Je devenais la copie identique de Circé Ereine – j’étais Circé Ereine. Allez, approche, et ose porter le moindre coup à ta beauté.
crackle bones
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Jeu 4 Juin - 7:21

avatar
Invité


Click



Tombée sous le Charme


Feat Sybilia Philips & Hirata Kôta


Vous n'aviez pas bougé d'un pouce. Vous étiez là, vous opposant totalement, discutant, perdant votre temps alors que l'heure est à la crise. Quelle crise ? Celle que tu avais provoquée? C'était juste un contre-temps. Un contre-temps fâcheux, certes. Il était là, se tenant face à toi comme si de rien n'était et progressivement dans ses paroles tu crois entendre, percevoir, quelque chose de familier.

Un sourcil arqué, tu le regardes se transformant en toi et il t'as fallut quelques secondes pour réaliser. Réaliser qu'en face de toi...Il y avait...toi. Ton reflet. Ton être tout entier et étrangement, ta seule réaction à cette ultime menace fut un fous rire. Tu ne pus t'empêcher de rire, rire à en pleurer, les larmes coulant sur tes joues. Cela faisait bien longtemps que personne ne t'avais fait rire de la sorte.

"- Quelle pâle imitation. Je ressemblerais à ça selon toi? Je me fais peur mais il faut dire qu'avec toute cette pagaille, je n'ai pas une minute pour moi. "

Une minute. C'est le temps qu'il a fallut pour changer le déroulement des évènements. C'est le temps qu'il a fallut pour basculer Era dans l'anarchie et le chaos. Le royaume de l'ordre est dans le noir le plus total et personne ne viendra les aider. Ne viendra t'aider. Personne d'autres que ceux sur place.

Tu arrives à reprendre ton calme, prenant une grande inspiration et faisant face à toi-même. Comme c'était drôle toute cette histoire. Drôle d'une certaine façon. Vous étiez là dans le bâtiment interdit, tous deux vous veniez de l'autre côté du miroir. Tu étais d'Ajatar et lui...d'Oracion...

"- Tu ne trouves pas ça ironique ? Toi qui vient de m'insulter de putain te voilà en devenu une. Il faudrait que tu te décides à la fin ! Et puis je te laisse l'honneur de venir me frapper si tu t'en sens capable bien-sûr. Je comprendrais ton hésitation. Comme je te l'ai dis, tu peux tout aussi bien te rendre après tout."

Tout n'était que diversion. Tu ne savais pas réellement ce qu'il espérait, ce qu'il attendait mais toi tu attendais qu'une chose...Le moment où le bâtiment sera envahit de garde pour utiliser ta carte maîtresse.

Parce que rien de tout ça n'était terminé, pas tant que tu ne l'avais pas décidé.



 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Mar 9 Juin - 0:44

avatar
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



Course contre la montre
Circé - Kôta - Sybilia



Le médecin arrive enfin sur les lieux. Il s'accroupit d'abord près de Kôta, étant le plus près de celui-ci, et lui injecte l'antidote. Rapidement, les effets bénéfiques lui font battre des paupières pour lui faire reprendre conscience. Suite à cela, il fait le même traitement à Sybilia qui à son tour, se réveillera petit à petit. Constatant que son travail ici est complété, le médecin retourne auprès des malades pour les soigner à leur tour.

Hirata Kôta - Sybilia Philips - Midnight[PNJ] – Circé Eirene


Vous avez 7 jours pour répondre lorsque c'est votre tour.





FICHE PAR SWAN
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   Jeu 11 Juin - 17:56

avatar
Hirata Kôta

Silver Sword

Click


COURSE CONTRE LA MONTRE
Kôta ouvrit les yeux pour découvrir le ciel nuageux d’Era au-dessus de lui. L’espace d’un instant, il n’entendit rien et ne vit rien d’autre que ce paysage céleste et cet instant lui parut durer une simple éternité : il aurait pu rester là, sentant son corps mais ne visualisant pas son environnement si ce n’est que le lointain azur. Et progressivement, la clameur ambiante des combats alentours lui parvint, et progressivement son horizon s’élargit pour dévoiler tout autour de son corps toujours sommeillant les vestiges d’une Era assiégée. Se redressant presque immédiatement, impulsé par un sifflement aigu qui se maintenant dans son crâne et il ne savait pas ce qui pouvait en être la cause. Ce n’est qu’en voyant, non-loin de sa localisation, une petite zone ravagée comme si une mine avait été déclenchée qu’il se souvint de la Pestillence et de sa tentative pour la détruire. Affolé, il fit le tour de lui-même pour essayer de la débusquer, mais ne la trouva nulle part. Un médicomage s’avança néanmoins rapidement vers lui, l’interpellant pour lui demander de ne plus trop bouger le temps de récupérer. Maintenu par les solides bras du médecin, Kôta chercha les réponses à ses questions dans ses yeux sages tout en se débattant inconsciemment : « Que s’est-il passé ? _ Votre combine avec Mme Philips a marché, car il n’y a plus trace de ce monstre depuis que vous l’avez fait explosé, et les contaminés semblent se rétablir plus facilement quand nous intervenons autour d’eux. _ Et Sybilia, où est-elle ?! _ Elle s’est réveillée, nous avons réussi à la guérir mais il ne faut pas qu’elle bouge trop, elle est restée assise dans un coin le temps de récupérer. » Il se détourna pour désigner la haute-conseillère du bout du doigt, mais sursauta quand il vit qu’elle avait disparu. Kôta, soucieux, recommença à sonder les alentours pour essayer de savoir où sa supérieure et amie avait filé. Utilisant son regard de rapace, il amplifia la portée de sa vision pour finalement mettre la main sur elle pour la voir s’éloigner au loin. Sans prévenir, faisant s’élever ses ailes dans son dos, il partit à sa rencontre.

Il se posa à terre, quelques pas derrière Sybilia, et s’apprêta à l’interpeler mais se stoppa quand il vit la destination qu’elle pourchassait : il s’agissait d’un groupe de trois personnes prenant la fuite. Même de dos, pourtant, Kôta reconnut ceux qui avaient longtemps été recherchés à une certaine époque, il s’agissait des anciens criminels d’Oracion Seis que les plus forts mages de la guilde avaient capturés des années plus tôt. Sybilia se rua dessus. Instinctivement, tu fis de même, pour stopper les criminels. Tu étais aux ordres de Sybilia, mais votre relation dépassait largement le cadre du Conseil Magique : si elle te demandait de faire quoi que ce soit pour l’aider, tu n’hésiterais sans doute pas à t’exécuter. Non en tant qu’employé, mais en tant qu’ami.

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: 9h10 - Course contre la montre   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Contre-La-Montre par équipe
» Contre la montre Championnat du monde [Tenerife]
» Championnats du Monde - Contre-la-Montre individuel
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Centre :: Era :: Era - Event Destruction Centrale