anipassion.com
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
10h45 - Triangle amoureux
 MessageSujet: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyVen 20 Fév - 2:48

[PNJ] Tarot
[PNJ] Tarot

PNJ

Click



Triangle amoureux
Zadig - Bacchus - Soledad


Tu l'as repérée, depuis des kilomètres tu la suis. Son parfum, tu le connais, il est exquis. Tu l'as senti une fois et une seconde fois serait loin d'être de trop. L'eau à la bouche, tu t'élances dans les rues d'Harujion à sa poursuite. Tu marches... et tu la vois qui marche aussi dans une direction... Soledad, toi aussi tu le sens. Cette eau de Cologne à la vodka qui te pétrifie sur place de dégoût. Lui feras-tu face? Accélèreras-tu le pas? C'est à vous de régler cette querelle entre vous.



Vous avez 10 jours pour répondre lorsque c'est votre tour.

Ordre de réponse : Bacchus Groh - Soledad Velantis




FICHE PAR SWAN
 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyDim 1 Mar - 19:45

Bacchus Groh
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Triangle amoureux
event - destruction centrale

Tu te souviens la fois où... tu avais pénétré Mermaid Heels? Tu te souviens bien quand elles t'ont vu, toi et Sting. L'expression sur leur visage, le refus d'obtempérer, ce désir venant de toi de vouloir aller plus loin, d'enfreindre les règles et de leur montrer ce que des hommes sont capables de faire? Sting n'est pas de Quatro Cerberus, mais Sting a accepté le pari et s'est présenté à la guilde comme convenu et pour lui non plus, ça ne s'est pas bien terminé. Vous êtes repartis les mains vides et votre concours à la con, personne n'y a participé au final. Tu t'es dit que tu reviendrais, tu t'es dit que ça ne pouvait pas finir comme ça, tu t'es dit que pour une fois dans ta vie que tu as décidé de mettre tes couilles au bon endroit, ça ne devait pas se finir comme ça.

Puis est venu cette alerte venant du Conseil. Des bombes, partout partout. La même chose que lorsque ça fait trop longtemps que... enfin, on s'éloigne du sujet principal. Tu t'es dit que Quatro devait se présenter publiquement, devait prouver à tout le monde qu'on ne sert pas juste de guilde pour avoir de l'alcool à volonté, que vous aussi, vous êtes des mages. Il est temps de leur montrer de quoi les cerbères sont capables. Il est temps de faire chauffer toutes ces petites minettes devant vos muscles d'acier, en sueur, les vêtements déchirés, sous la douche, sur un lit, couché dans le sable, contre une fontaine... Les paumes à plat sur la table, la carte d'Harujion sous les yeux, tu donnes tes directives à tes gars pour que l'évacuation se fasse bien et rapidement. Un mot d'ordre à respecter dans tout ça:

« WIIIIIIIIIIIIIIILD! »

« FOUUUUUUUUUUUUR! »

Le poing soulevé dans les airs, le sourire pervers rivé aux lèvres, tu tapes dans tes mains pour donner le signal que tous doivent se disperser là où il est convenu de le faire. Tes mains restent ensemble et se frottent l'une contre l'autre. Tu ris diaboliquement parce que toi, tu sais où se trouveras Soledad. Tu l'as espionnée elle et ses chattes avant de revenir à la guilde. T'es ce genre d'espion-là. T'es le genre à t'assurer que ce qui se passera là-bas, ce sera pour ton profit personnel. Elle, juste pour toi étant donné que de vouloir sauter Vandervald, c'est carrément impossible...

Tu arpentes les rues d'Harujion sur la pointe des pieds, le sourire au coin des lèvres, dur comme un boeuf parce que tu penses qu'à la prendre au coin d'une ruelle... tu t'adosses à un mur et jette un oeil: elle juste au bout de la rue. Elle marche dos à toi. Tu ris d'excitation comme une hyène. Tu t'élances à sa poursuite d'un pas accélérer et t'attrapes des pissenlits pourris qui poussaient au coin d'une maison. Tu te rappelles des bonnes manières qu'Uriel t'a enseigné: c'est le moment de les appliquer. Tu accélères le pas et te rends jusqu'à elle. D'un geste brusque de la main, tu lui fous les pissenlits sous le nez et tu lui fais ton sourire le plus pervers qui soit... malgré toi.

« Coucou poupée~ Tu t'en vas où comme ça, dis-moi? »
Code by Silver Lungs
 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyDim 1 Mar - 20:37

Anonymous
Invité


Click


♦ Destruction Centrale ♦
♠ Les amours chiennes ♠





C'est en silence que les sirènes avaient fait leur entrée, une entrée remarquée alors que certains des civils fuyant à grande enjambée s'étaient stoppé devant le spectacle de la dizaine de femmes au visage déterminé qui à peine les portes de la ville franchit s'étaient séparées dans une coordination ordonnée, ci et là sur leurs peaux plus ou moins dénudées le M de Mermaid trônait comme le signe avant coureur d'une rage déployée. C'était la première fois depuis sa création que les sirènes agissaient groupée, la première fois qu'elles intervenaient.

Les silhouettes féminines disparaissant aussi vite qu'elles étaient arrivée au détour d'une rue par groupe de deux ou trois. Toutes à l'exception d'une qui avançait seule, une parfaite inconnue pour beaucoup alors qu'elle avait sut resté discrète, ne pas s'exposer plus que de raison, simple précaution. Discrétion était mère de sureté, une discrétion de la maîtresse qui faisait d'elle certainement le master le plus inconnu de tout les temps malgré son arrestation par le conseil des mois plus tôt sur de fausses accusations.

L'évacuation avait déjà commencé, ci et là dans la ville chiot et sirènes agissaient de concert pour participer à son bon déroulement, un concert d'ignorance et de frictions alors que certains avaient du mal à mettre de côté leur animosité en vers leur ennemi jurée, une animosité qui s'était encore accentué depuis l'irruption du doberman trisomique qui leur servait de maître au sein de la guilde avec des demande à outrer même la plus ouverte des prostitué, un viol déguisé que les sirènes et Soledad la première ne comptaient pas oublier, un viol de leur guilde dont elles comptaient bien prochainement se venger, un viol cautionner par un gamin à peine sortie de l'adolescence se prenant pour un tigre alors qu'il n'était rien d'autre qu'un vulgaire chat de gouttière à l'égo de la taille d'un stade de foot. Le fameux dragon jumeau qui relevait plus du varan dont les mages s'échappaient comme des rats quittant le navire en train de couler.

Malgré la situation la tension entre les deux guildes était palpable, à l'apogée dans les rues en proie à la panique de la ville d'habitude si enjouée d'Haruijon, une ville où malgré son avancée aucun signe du fléau tant redouté ne s'était montré, une situation causant une certaine anxiété, cette impression grouillante dans ses tripes que tout était beaucoup trop calme alors que c'est une nouvelle rue déserte dans laquelle la brune à la longue robe carmin totalement ouverte sur le coté pour une plus grande amplitude de mouvement vient de s'engouffrer. Un calme soudainement brisée par des bruits de pas martelant le pavais dans son dos, cadence rapide alors que sa magie est sur le point de se libérer, attendant le dernier moment. Moment qui vint avec la vision d'horreur d'un visage qu'elle n'avait que déjà trop croisé, un visage qui lui fit regretter que ce ne soit pas un fou furieux prêt à la trancher qui venait débouler. Un visage grotesque couplé à une voix crissante de camion poubelle en mouvement dont l'haleine fétide alla violer ses narines avec la violence d'un troupeau d'hippopotame chargeant malgré l'odeur de terre des pissenlits qui provoqua la décharge de magie sur le point de saturer.

Agression pour agression alors que sa chevelure d'ébène devint en une fraction de seconde chevelure de serpents noirs sifflants, agression pour agression alors que dans une union parfaite ces derniers fusèrent pour tenter d'arracher la chaire du visage du maître des chiots, réponse à ses désirs profonds alors que conjointement son genou était partie pour se loger dans ses bijoux de famille alors que sa voix à l'étrange accent d'orient s'était élevé avec une euphorie non dissimulée.

" Je te pris de me pardonner. J'ai cru qu'une bête enrageait m'attaquait. "

Un sourire plus que satisfait se dessinant sur ses lèvres carmins alors que sa chevelure retomba le long de son dos en une cascade noire de jais, comme si les serpents n'avaient jamais existé.


♦ ♠ ♦ ♠


 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyDim 1 Mar - 22:13

Bacchus Groh
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Triangle amoureux
event - destruction centrale

À peine as-tu eu le temps de lui tendre les fleurs pour qu'elle les hume, que tu sursautes, les yeux écarquillés devant l'horreur. La belle est devenue... la bête. Ses cheveux à tête de serpent tentent de t'attraper le visage avec leurs dents vénéneuses, mais tu esquives juste à temps... mais le déséquilibre de l'attaque te surprend tellement que t'en oublies de protéger tes testicules. Son genou parvient à s'écraser solidement contre la paroi de ta coquille et tu les sens presque te remonter dans la gorge tellement la douleur est intense. Ton visage passe du blanc au bleu en quelques secondes. Tu échappes ton bouquet improvisé, tu accroches tes mains à tes noix parce que dans ta tête ça fera moins mal ainsi et tu t'écroules comme une merde qu'on vient de larguer au fond d'une chiotte.

Elle s'excuse, mais Dieu sait que des excuses comme celles-là, elles ne valent pas grand chose. Pour l'instant, t'es concentré sur le battement de coeur que tu ressens entre tes jambes. Tu respires... respire... RESPIRE. T'arrives même pas à crier, t'as encore le souffle coupé, tu te laisses rouler pour tomber sur le dos et c'est là que l'oxygène reprend son cours. L'air fait gonfler tes poumons, le battement ralentit, tu reprends conscience de la réalité qui t'entoure. Tu reprends ton souffle et tu finis par te relever de façon pitoyable. Quelle mauvaise impression te dis-tu? Certes, ce n'est pas juste mauvais comme impression, t'as raté le premier round et maintenant, tu risques de plus avoir de descendance... Tu essaies de reprendre de la crédibilité. Tu lèves la tête avec fierté, les mains sur les hanches, tu rigoles un peu comme s'il s'agit d'un jeu.

« En effet... il s'agissait d'une bête et elle s'attaquait... à dévorer tes courbes des yeux! »

Tu remercies Uriel pour celle-là... mais tu ne lui donnes pas son crédit verbalement parce qu'il ne t'a pas dit. Tu l'as inventée de toutes pièces et tu es fier. Tu continues de sourire avec cette perversité dont tu es le maître. Tu décides d'accélérer les choses, les passer à la vitesse supérieure. Tu regardes ton bouquet minable tout écrabouillé contre la pierre et tu te dis qu'il faut trouver autre chose pour conquérir son coeur. Ton bras passe autour de ses épaules. Tu t'imposes dans sa bulle sans son consentement. Ton visage s'approche du creux de son oreille et tu humes bruyamment son parfum. Ça t'allume encore plus, tu veux accélérer encore et encore. Tu deviens chaud et c'est au creux de son oreille que tu lui envoies ton souffle chaud lui murmurer ces quelques mots:

« Tu sais... maître de guilde et maître de guilde... je suis certain qu'on en défoncerait le mur derrière le lit... T'en dis quoi bébé hein? Juste toi et moi... Y'a plus personne ici, t'as pas à être timide... »
Code by Silver Lungs
 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyMer 4 Mar - 14:39

Anonymous
Invité


Click


♦ Destruction Centrale ♦
♠ Les amours chiennes ♠





Les pissenlits terreux se ramasse au sol alors que le coup a porté, une satisfaction sans fin luisant dans le regard félin de la reine des sirènes, une satisfaction qui se conclue sur un simple détournement, laissant le chien agoniser sur le pavé, même si tout ceci était extrêmement divertissant ce n'était ni le moment, ni l'endroit pour s'adonner à cette guerre sans fin qui les opposaient. Un détournement princier alors que sa voix chantante lâche dos à lui en avançant pour reprendre les recherches.

" A jamais Bacchus. "

Tentative étouffée dans l'oeuf alors que son rire crétin retentit derrière toi, un rire provoquant un rictus d'agacement sur ses lèvres crispées par l'énervement qu'elle tente tant bien de mal de ne pas laisser échapper. Un énervement qui atteint rapidement son apogée alors que la phrase retentit pour tirer à la brune un soupire de dépit, une phrase qui n'était que le prémisse alors que la chose vient glisser ce qui lui sert de bras vient entrer en contact avec ses épaules provoquant un arrêt brutale de sa marche, la simple idée de la présence de sa peau contre la sienne provoquant l'envie impérieuse de vomir alors que ses yeux se ferment, tentant de se calmer en vers et contre tout.

Un calme sans succès alors qu'il parle à nouveau, le long de la robe carmin le poing se serre à presque en déchirer la peau avant le volte face rompant l'étreinte, un volte face se soldant par un poing féminin se fracassant contre la mâchoire du maître des cerbères avec violence inouïe. Une simple phrase adressée avec une indifférence cruelle, son regard se braquant dans le sien avec toute la sauvagerie des félins.

" Si ce sont les seules choses auquel ce qui te sert de cerveau est capable de penser, prends tes chiens et vas-t-en avant de déshonorer d'avantage ta propre guilde et le statut de maître que dans une soirée de beuverie cette dernière t'as donné. Pars maintenant, ou comportes-toi avec la dignité attendue d'un être humain. Cette ville est sur le point de partir en fumer comme la moitié du pays, agis pour l'empêcher avec un minimum de respect envers toi-même ou hôtes-toi de mon chemin, parce que je peux te jurer que si je dois t'éliminer pour empêcher cette ville et les habitants de trépasser je te considérai comme une cible à abattre sans hésiter. "

♦ ♠ ♦ ♠
 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyMer 4 Mar - 17:20

Zadig Cavalli
Zadig Cavalli

[HM] Ajatar Virke

Click

J’MEN BATS LES COUILLES






Les genoux accroupis sur la corniche d’un toit miteux, les coudes posés sur ses cuisses et ses paumes de mains où reposait son menton. La cigarette suspendue à ses lèvres comme un funambule, les paupières à moitié plissées. Il eût un bâillement à s’en disloquer la mâchoire, il passa sa main, écrasa sa cigarette puis se redressa ; saisit la lanière de son sac qu’il jeta nonchalamment sur son épaule. Son visage pivota vers l’horizon, un sourire s’étira comme un croissant de lune. Puis il se mit à avancer sur les toits, mais la terre hérissait sa chair, Zadig le sentait mais n’y faisait pas plus attention que ça.
Ce fût les éclats d’une dispute et des rires gras qui l’attirèrent dans cet endroit. Une femme au goût d’orient, à la peau brune auquel un homme lui faisait la cour. Amusé, Zadig s’assit tranquillement, écoutant les discours des deux personnes. Il s’autorisa une autre cigarette et balança mollement ses jambes dans le vide. Il s’amusait à faire les voix en playback quand l’un des deux parlait.

« Oh Robert, je dois te dire que je suis enceinte de toi
- Geneviève, pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ? J’aime po les donzelles qui me font des cachotteries dans le dos.
»

Sur ces dires, la jolie andalouse envoya son meilleur crochet du droit. Zadig secoua sa main en posant son poing devant ses lèvres en étouffant un « OUUUH ». Sûrement qu’ils l’avaient entendus, Zadig posa son index et son majeur sur sa tempe comme un salut militaire.

- Yo.

Il n’était pas spécialement agressif, ni hostile. C’était ça de dérangeant chez Zadig – on ne savait jamais trop si c’était un allié ou un ennemi. Sûrement que son visage placardé un peu partout dans les angles donneraient une réponse rapide. Il s’étira légèrement, puis bondit au sol. Il n’attaquait pas, bien trop étonné de la scène qui se déroulait sous ses yeux. C’était comme deux bêtes féroces prêtes à se foncer dessus. Sûrement qu’il n’aurait pas du intervenir, mais lui aussi il était chaud bouillant pour s’amuser.

- J’ai de la bière dans mon sac.

Il fouilla un peu et sortit deux bouteilles.

- Vous en voulez ?

Il regarda l’espèce de Gorille.

- Oh, je gêne ?

Il sourit.

- En fait c’est pas comme ça qu’il faut faire.

Il se frotta le menton et lui tendit une bouteille de bière. Puis son regard ambré s’attarda sur Soledad, l’impératrice des sirènes. Elle était bien jolie, pas étonnant qu’il la traque.


 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyMer 4 Mar - 21:19

Bacchus Groh
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Triangle amoureux
event - destruction centrale

La furie, la colère, la haine s'emmagasine dans un seul et même poing. Elle te dévisage, elle grimace presque face à ton manque de manières. Qui de toutes façons aurait bien pris cette phrase? Tu es tellement direct, de tes seuls mots tu brises l'harmonie chez quelqu'un. Encore aujourd'hui, tes sales manières ne t'ont amené nulle part et tu n'as jamais pu goûter à une fleur aussi exquise que celle-ci. Le poing, envoyé de toutes ses forces, de toute sa colère passe juste devant tes yeux. Tu as courbé le dos juste à temps. Tu la trouves... wild. Ton âme vibre d'une telle sauvagerie et ça t'excite encore plus. Tu aurais envie de pousser la chose plus loin, la faire tomber sur ton charme gras et bien cru, sauf que les mots qu'elle emploie à ton égard ne te font guère plaisir.

Elle te fait la morale sur l'honneur. Elle te rabaisse verbalement. Tu ne vaux rien en tant que maître de guilde. On t'aurait nommé en pleine beuverie. Comment cette chienne de bas-fonds ose-t-elle élever le ton contre toi? Comment une... une... une FEMME puisse dire des choses comme celles-là à un homme. L'excitation redescend à vive allure devant une douche froide comme celle-là. Elle te menace de t'éliminer aussi pour atteindre ses objectifs et toi, tu es prêt à l'éliminer pour lui faire ravaler ses sales paroles de féministe menstrue. Ton regard s'assombrit, tu perds ton sourire, tu te redresses bien droit, ton aura invisible lève le sable autour de toi.

« De quel droit tu oses ouvrir ta sale chatte pourrie pour me parler d'honneur, hein? Mon âme vibre... et je suis prêt à te faire ravaler tes sales paroles de femme ingrate. »

Pile au bon moment où tu t'apprêtes à déchainer le faucon ivre sur elle, il y a un type qui sort du décor. Tu ne l'as jamais vu de ma vie... enfin tu penses. Il ne t'apparaît pas hostile et vous offre même de la bière. Il vous demande même si sa présence gêne votre conversation. Tu te dis qu'il a sûrement évité le pire en s'incrustant de la sorte. Ton aura retombe d'un coup sec et tu t'approches du blond en souriant. De la bière, y'a rien de mieux n'est-ce pas? Tu prends la bouteilles, la décapsules et tu bois.

« C'est toi le meilleur mec! ... mais qu'est-ce que tu fous ici? »

Tout le monde est évacué mais lui, il est resté sur place avec quelques bières et un sourire charmeur. Tu te dis qu'il est sûrement là pour te voler la belle Soledad... il t'offre un coup de mains. Tu arques un sourcil, confiant, le menton relevé:

« Heeeeein? Tu penses être capable de faire mieux que MOI? Rêves pas trop, mais si t'insistes vas-y je te regarde! »

T'as l'impression que tu vas rire de la scène prochaine...
Code by Silver Lungs
 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyMer 11 Mar - 10:08

Anonymous
Invité


Click


♦ Destruction Centrale ♦
♠ Les amours chiennes ♠





Le visage se déforme, les mots jaillissent en un flot répugnant, la poussière s'élève alors que grimpe la tension, le masque tombe, la bête révèle sa nature, hors de sa ridicule tentative de séduction. Les mots claquent de leur vulgarité pour ne trouver en réponse qu'un sourire mauvais, il en avait peu fallut pour rompre cette tragique tentative de comédie, une nature révélée au monde entier alors qu'en réponse à l'agression naissante l'aura de la brune éclate, l'air autour d'elle ondule comme armé de fureur.

Moment que l'autre choisit pour entrer en scène, face à elle la tension flottant autour de Bacchus retombe, les yeux de topaze viennent détailler le nouvel invité arpentant les rues désertées, une question que Bacchus lui pose, une question dont elle connait la réponse alors qu'elle reconnait son visage, un visage placardé comme tant d'autres à travers Fiore. Soledad n'était pas du genre agressive, les sirènes restant généralement à l'écart des conflits, mais quand la guerre éclatait, elles se préparaient, analysant la moindre donnée pouvant leur permettre le succès, et la première n'était autre que l'identité de l'ennemi, qu'il s'agisse d'un simple visage placardé ou d'un nom trop souvent prononcé.

L'échange s'opère entre les mains masculines, un moment d'inattention qu'elle saisit, alors que doucement, délicatement, elle se place légèrement en retrait comme si de rien était alors qu'autour d'elle l'air continue de crépiter. Un échange qui se poursuit pour prendre des allures de compétition, une compétition dont elle n'était pas autre chose que le gros lot.

Moment exacte ou son aura se décharge dans un souffle alors qu'elle revêt l'allégorie, que son visage se transforme en gueule de taureau alors qu'il se teinte d'or. Une transformation dans laquelle la chimère jaillie dans l'explosion de son aura, une brume d'or envahissant la rue autour d'elle et des deux hommes sur une vingtaine de mètres. Une brume d'or se solidifiant en quelques instants alors qu'autour d'eux ce n'est plus les façades des maisons qui se dessinent, mais les murs gigantesques d'un labyrinthe, séparant les deux hommes de la belle par leur tortueux couloirs, un labyrinthe dont il n'existe qu'une sortie.

Et malgré la présence de l'autre à vos côtés vous le sentez n'est-ce pas ?
Oui tu le sens Bacchus. Ce sentiment de solitude et de rejet, car au fond tu le sais n'est-ce pas ? Tu le sais que tout le monde ne cherche qu'a t'abandonner.
Et toi pauvre Zadig, toi qui te cache constamment derrière tes airs d'enfant, ici tu ne peux qu'accepter la vérité alors que malgré la présence de l'autre tu es désormais seul au milieu du labyrinthe, cette vérité qui est que jamais tu ne seras accepté, cette vérité que ta vie entière, ce que tu es te condamnes à être perpétuellement abandonné, amis et parents, connaissances et amants, au final tous n'attendent qu'une chose, que tu disparaisses de leur existence à jamais.

Et au coeur du labyrinthe la femme au visage de bête laisse à nouveau jaillir la perversité de sa magie alors qu'elle étend son emprise sur les murs du Labyrinthe en tissant sa chimère alors que sa voix retentit entre les murs comme un écho lointain.

" Alors messieurs, lequel d'entre-vous sera digne du courage de Thésée ?"

Et sur ces mots devant vos yeux l'autre n'est plus ce qu'il était, ne restes que toi Zadig et ce monstre mi homme mi taureau.
Il ne reste que toi Bacchus alors que le minotaure te toise de cet air mauvais.
Et vous la sentez n'est-ce pas, cette peur obsédante qui s'empare de vous face au monstre dévoreur de chaire humaine. Une peur si puissante qui dans son sillage fait jaillir la puissance de votre courage, un courage sans borgne alors que vous le savez, vous êtes celui qui tueras le minotaure, vous serez le héro de cette horrible histoire.

Alors, quel monstre terrassera l'autre ?

La reine des chimères vous souhaite la bienvenue au coeur du labyrinthe.

♦ ♠ ♦ ♠
 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyLun 16 Mar - 14:31

Zadig Cavalli
Zadig Cavalli

[HM] Ajatar Virke

Click

Spoiler:
 

J’MEN BATS LES COUILLES





L'incruste avait payé. Le type virile semblait accepter sa présence, une pensée éclaircit l'esprit de Zadig : était-il au courant que son visage tapissait comme des fresques les murs ? D'ailleurs Zadig avait signé quelques-uns de ces portraits, histoire de laisser des autographes et de taquiner le conseil. Alors que le maître des cerbères lui offrait la disposition de faire la cour à la sirène, cette dernière ne fût pas de cet avis. Elle leur vomissait sa magie, de la fumée d'or s'échappa d'elle, Zadig l'observa du coin de l’œil – les éclats d'un sourire amusé s'éparpilla un peu sur ses lèvres. Il observa Bacchus, puis désigna Soledad d'un revers mouvement de tête.

_ Je te montrerai plus tard, la sirène a envie de s'exprimer avant.

Ah là, comme quoi les sirènes ne trahissaient pas leur guilde : c'était des mi-biatch, mi-thons.
En fait c'était pas vraiment vrai pour la deuxième option.
Des murs s'érigèrent face à eux comme une muraille, protégeant leur Soleil de leurs briques miteuses et froides. Une impression bizarre jaillit entre les poumons de Zadig, un sentiment de mal-être qui n'était pas naturel, qui s'accrochait à sa chair comme le ferait une gangrène. Un cancer de l'âme dans lequel il s'imaginait seul, égaré dans les décombres du mépris d'autrui. Aucune idée pourquoi une telle impression lui éclatait à la figure avec une arrogance sauvage. Il se sentit brutalement seul, englouti dans les ombres de la solitude. Comme si elle se faisait plus pesante, pourtant Zadig avait toujours marché seul, il vivait à côté du monde. Alors pourquoi cette solitude se faisait-elle insupportable ? Zadig décida de la mettre de côté, il s'en occuperait plus tard.

Et ses yeux ambrés se relevèrent, et il le vit. Le monstre antique à la tête de taureau. Une marée froide se distilla comme une cascade à l'intérieur de ses membres. Il fronça légèrement les sourcil.
Et un éclat de rire s'écorcha contre ses lèvres, il posa sa main sur son ventre tandis que ses paupières se scellèrent sous la puissance de son rire, son dos s'arqua légèrement en arrière comme la courbe d'un pli de paupière.

_ Eh bah putain toi on t'a pas gâté à la naissance, hein.

Il retira sa main, et ses yeux se baissèrent. Elle tremblait. Sa main tremblait comme si un toxico était en manque de sa came. Il fronça les sourcils, glissa un coup de langue sur ses lèvres et un sourire amusé s'étira comme un croissant de lune. Ses deux paumes de mains se frottèrent l'une contre l'autre.

_ Alors, c'est partiiii !

Mais alors qu'il s'élançait, sa terre, sa bien-aimée, celle qui le défendait se dressa comme un barrage entre lui et le minotaure. Zadig pesta légèrement, quand il remarqua qu'elle lui ordonnait de se reculer. Zadig s'exécuta comme un automate, ne comprenant pas ce qu'elle cherchait mais lui accordant sa confiance. Il ne quitta pas les yeux du minotaure tandis qu'elle vibrait presque en des secousses pour le pousser à agir le plus vite possible.

_ Alright, here we go !

Il plia ses genoux et fit un bond vers le haut, son poing s'embrasa d'une aura rouge sang, et il plongea son poing dans la terre, générant un cratère sur le point d'impact. Un souffle de poussière en jaillit et des bouts de roches se levèrent, et heurtèrent le ciel et le périmètre comme une bombe. La terre se secoua en des tremblements stridents.

Un tremblement de terre violent qui déchira le sol en des fissures qui se propageaient comme des ombres affamées.

 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux EmptyLun 16 Mar - 16:21

Bacchus Groh
Bacchus Groh

Quatro Cerberus

Click

Triangle amoureux
event - destruction centrale

En fait, tu les avais vues ces affiches avec sa tête dessus, tu ne t'en souviens juste pas vraiment. Et même celles situées à quelques mètres de toi, tu les ignores... parce qu'il t'a donné une bouteille de bière, parce qu'il est sympa, parce que tu ne te sens pas en danger et que cette clochette qui t'indique que ce type est ton ennemi, tu ne l'as pas entendue. Tes oreilles sont bouchées par l'alcool et par la vengeance de faire ravaler les mots de Soledad concernant l'honneur. D'ailleurs, ton nouvel "ami" te pointe que la sirène a envie de s'exprimer. Tu arques un sourcil et tu te retournes vers la belle qui est devenue... une femme avec une tête de boeuf. Tu penses que c'est une mauvaise blague, tu penses que c'est juste un masque pour que toi et le blond alliez voir ailleurs.

Puis soudain, tout autour de toi il y a ce brouillard doré qui camoufle sa présence. Ce brouillard se solidifie et des murs prennent forme tout autour. Des couloirs, des couloirs et encore des couloirs. Ton âme vibre, l'excitation prend le dessus. Tu bois cul-sec la bière avant de faire exploser le verre contre le mur. Tu te retournes vers ton compagnon et tu arques un sourcil. Le blond est toujours là... mais il y a cette tête de moche poilu au gros nez et au panache imposant. Les bras plus grands que la normale, des jambes minuscules. Tu regardes la bouteille fracassée contre le mur et tu le regardes à nouveau:

« Mec mec meeeeeec! QU'EST-CE QUE T'AS MIS DANS LA BIÈRE?! T'es... t'es d'un wild tout difforme d'un coup... »

La voix de Soledad s'élève jusqu'à vos oreilles. Elle vous provoque. Lequel de vous deux aura le plus de courage? Tu te jures de retrouver sa chatte désertique, tu te jures que vous n'en avez pas fini elle et toi. Le gars déformé en face de toi éclate de rire et il te dit que tu n'as pas été gâté à la naissance. Pourquoi te dit-il ça maintenant? Est-ce que ce labyrinthe a pour but de faire délirer tous ceux qui s'y trouvent? Un mur de terre se dresse entre toi et ton copain difforme. Il annonce les hostilités. D'un coup de poing, et il s'écrase tout autour des pierres d'un volcan improvisé. Les mains rivées derrière toi comme un aileron, tu propulses ta magie dans tes réflexes et dans tes jambes. Et tu sens la terre vibrer sous tes pieds, encore plus terrible que ton âme qui ne demande qu'à vibrer de plus belle face à l'adrénaline d'un combat. Les craquements de la terre se rendent jusqu'à toi pour te faire sombrer dans le ventre de la terre. Tu t'élances contre le mur et tu marches dessus avant de bondir contre le mur opposé. Tu continues ta course avant de bondir à nouveau et de frapper une des roches crachées dans les airs avec le dessus de ton pied pour le renvoyer contre le blond.

« Moi qui te trouvais sympa... tu aurais pu faire partie de ma famille wild avec un tel goût pour la bière, c'est dommage. »

Tu atterris en équilibre entre deux fentes au sol en position prête à t'élancer. Tu hésites parce que tu ne sais pas si tes mots parviennent à ses oreilles. Est-ce que cette drogue agit aussi sur l'ouïe.

« Est-ce que t'as compris? Il faut qu'on trouve Soledad! Elle nous a drogués! »

C'est bien la première fois qu'une femme te drogue pour t'acquérir, non... c'est bien la première fois qu'une femme te désire... Tu souris avec perversité. Soledad devra payer... en nature.
Code by Silver Lungs
 MessageSujet: Re: 10h45 - Triangle amoureux   10h45 - Triangle amoureux Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» zayne ✈ « les premiers mots d'amour sur des chansons velours » 28.05.11-10H45
» Azalé la Celebi du futur
» Mission: Les documents secrets du bourgmestre [Privé ---> Lucy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Est :: Ancienne Harujion :: Hajurion - Event Destruction centrale