L'illusion commence.
 MessageSujet: L'illusion commence.   L'illusion commence. EmptySam 17 Jan - 6:55

Jasper Féamor
Jasper Féamor

Indépendant Légal

Click



Me voilà, loin de la guilde que j'avais décidé de quitter. Je n'avais aucun véritable regret concernant cette décision, hormis le fait que je trahissais un peu cette décision de protéger Suzu. Mais le faisais uniquement pour revenir plus fort. Comme je lui ai, dis, je refuse d'être un fardeau ou un poids pour elle. Me retournant une ultime fois pour voir le bâtiment. Ce sera la dernière fois que je fixe des yeux cette endroit.  Me retournant et reprenant ma route, je ne savais même pas par où aller. J'avais bien des idées d'où me rendre, quoique non, même pas. Enya m'avait dit que je saurais la retrouver, mais non, depuis notre rencontre, je n'ai jamais entendu parler d'elle nulle part. Mais de toute façon, ceci aller aussi attendre un peu je pense. Le temps que je progresse et devienne assez digne de la confiance qu'elle a mit en moi.

Tout ceci, je ne le faisais pas uniquement pour Alice et donc la rousse. Je le faisais surtout pour moi. Alors oui, c'est évident. Mais ne nous méprenons pas. Mes envies n'ont rien à voir là dedans. Je voulais devenir fort pour tout ce que je me suis foutu sur le dos. Toutes mes promesses que j'ai faites, toutes convictions que j'ai décidé de défendre, toutes les vertus que mon cœur essaie de m'inculquer. toute ses valeurs ont un poids qui me tombent directement sur mes épaules. J'avais beau rester droit aussi souvent que je le pouvais, mais alors pourquoi ? Pourquoi je finissais constamment en position de fœtus, comme un nouveau né qui ne comprenait rien à rien. J'ai fini par comprendre en quittant ma maison comme je le fais maintenant. Ce monde est trop vaste pour que je reste enfermé dans de telles choses pour le moment. Et puis, il me fallait la partie du mien qui s'était envolé. Et c'était LA véritable raison de mon départ.

Étant étonné de ne pas avoir encore entendu de nouvelles de possibles dévastations ou massacres qu'elle aurait pu engendrer. Il fallait que je la "récupère" avant que cela arrive. Je ne savais pas trop partir la chercher, sachant qu'il y avait bien plus de chance que ce soit elle qui le fasse. Il faudrait juste que je trouve une bonne raison de se ramener. Ce qui pourrait bien attiser sa curiosité ici bas. Elle a dû déjà faire le tour de tout ce monde.

Parlant de la chauve souris... Le ciel s'assombrit dés l'instant où ma vue se plongea sur son corps. Elle descendait du ciel, tel un ange sombre se révélant aux yeux de ses fidèles. Elle était là. Me faisant face, mon cœur se mit à battra à la vitesse de la lumière. Quand bien même cela était impossible, cela donnait une vision de la peur qui m'habitait à l'instant même. Ces ailes, ce visage, ces jambes, ce corps, tout était trop parfait, c'était bien elle. A sa vue, je ne pouvais m'empêcher d'esquisser un léger sourire avant de le supprimer de mon visage. Il ne fallait surtout pas qu'elle voit ceci. Que malgré le monstre que c'est, je suis heureux de la savoir existante.

C'est vrai, malgré tout ce que je pourrais dire, elle restait une partie de mon monde, plus de moi. Depuis que je ne l'ai plus en moi, je ressens un vide. mon cœur n'est pas complet, mon âme non plus. Cette sensation étrange... Je l'avais déjà ressenti par le passé, cette jouissance à lui faire face, comme si mon âme et mon corps voulait la retrouver... Elle prit la parole, ce même sourire sadique au visage, elle devait bien avoir compris pour quelle raison je l'avais appelé, si c'était le cas... J'étais mal.

- Allons mon chéri, ne garde ce visage tout crispé... Je ne t'ai pas vu une seule fois sourire depuis que tu fais parti de ce monde... Ah si, quand tu es avec cette bestiole qui te sers de... de quoi déjà... Ah si, soeur. Tu ne vas quand même pas te laisser adoucir par la première greluche de qui on dit qu'elle a le même sang qui coule dans tes veines... Goutte-le, c'est le seul moyen d'être sur, tu ne penses pas ?


Son sourire continua à se délier sur son visage, celui semblait sans limite, comme sa mauvaise volonté prenait place du terrain. Comme les ombres prennent positions lorsque le soleil daignent se coucher. d'ailleurs, mon seul rayon de soleil dans ce monde avait bien envie de faire surface, mais pour le moment, elle ne serait d'aucune utilité, ses pouvoirs ne sont pas à son maximum. Relevant la tête pour lui faire, il était hors de question que je me défile une nouvelle fois.

- Je ne te laisserais pas faire, jamais. Je ne sais pas comment tu as fais pour quitter notre monde mais...

Elle hurla de rire. avant même que je puisse finir ma phrase.

- Comment j'ai fais ? Maudit ta faiblesse gamin. Je n'aurais jamais dû pouvoir... Mais ta médiocrité face à ma toute puissance, tu n'aurais jamais tenu compte tenu du surplus de puissance que je suis par rapport à toi et ta grognasse de chevalière.. Vous n'auriez pas survécu plus de deux jours si je ne m'étais pas résolu à devoir parcourir ce monde putride. J'espère que tu es conscient de l'énorme effort que j'ai fais... Disparaissant en une nuée de chauve-souris pour réapparaître derrière moi. ..J'attends un cadeau de la part de mon petit... Jasper d'amour... 

Avant de me faire un léger baiser sur la joue. La repoussant lentement, son contact était toujours aussi glacé, mais si enivrant... Son corps tout entier l'était, comme si à l'intérieur il n'y avait aucune goutte de sang, simplement un bloc de glace. Un frisson d'effroi me parcouru l'échine du corps.  Elle encore plus dangereuse, plus vicieuse, plus machiavélique, plus... Réelle. Un tel sentiment de mal à l'aise... Je ne l'ai connu que le jour où j'ai découvert pour Alice. Comme si tout s'arrêtait pour laisser place à la confusion. Je tombais en plein chaos à chaque regard que je portais sur elle.

-  Que... Me veux tu ? Tu es libre maintenant ? Pourquoi venir me torturer moi encore ? Il existe des gens bien plus intéressants que moi ici bas. Va les rejoindre.

- Hmmm... Effectivement, tu es de loin le plus risible des humains que j'ai vu. Mais... Tu restes mon créateur. J'ai envie de vomir rien qu'à le dire, mais mon premier but ici bas... C'est toi. Je me dois de te faire vivre l'enfer... Comme avant, tu vois ? Ce n'est rien de personnel... Enfin si, mais qu'importe, non ? Ce qui compte, c'est ce que je veux faire de toi... Allez, commençons.


M'agrippant par le col, sa poigne n'avait rien perdu de sa superbe, j'avais beau me démener, c'était comme tentait de se défaire de la gueule d'un crocodile.. Incapable de faire quelques choses contre cette force naturelle. J'avais beau me démener, rien n'y fit. De toute façon à la hauteur où nous étions, au fond, je préférerais qu'elle ne me lâche pas... Lentement, elle ralenti sa vitesse, pour lentement descendre et nous fait atteindre le haut d'une colline au pied duquel reposait un petit village, observer par un espèce de manoir lugubre. Les traits de celui-ci laissait penser à un château de cartoon plutôt sombre. Elle s'en approcha et entra, sans même prononcer un mot. Généralement, c'est jamais bon signe. Ça l'est déjà pas de l'avoir face à soi, mais si elle devient sérieuse... La suivant pour comprendre cette soudaine envie de se taire, j'entrai à la suite d'elle dans ce territoire que l'on pouvait facilement considéré comme hostile. Le gout du risque ? L'amour peut être de celui-ci ? Je pense plutôt celui de la Vérité. Il restait énormément de question qui restait en suspend concernant moi, mes pouvoirs et elle.

L'intérieur n'avait rien envié à l'extérieur niveau coin lugubre. Il y avait tout. Les peintures de  tableaux sombres, les longs couloirs interminables sans aucune possibilité de regard sur l'extérieur. Le seul point positif que je trouvais à ce bâtiment était... Allez, le hall d'entré. Il était véritablement immense. Je me sentais comme perdu en le traversant. Etais-je vraiment dans le même manoir ? Le simple hall me semblait déjà plus grand que le bâtiment lui même. Et ses couloirs, ils n'ont aucun but, on en voyait pas le bout depuis le hall. Définitivement, cet endroit n'avait rien à voir avec le manoir dans lequel je pensais être entré. De plus, je me sentais si... Isolé.

Isolé, car malgré tout l'amour que je porte à la solitude, celle ci ne m'a jamais vraiment eu à elle seule. Cette marque sur la main en fut la preuve. Aria a toujours auprès de moi. Quand bien même elle ne vivait pas dans ce monde, mais quand bien même, une aura, une présence près de moi et me soutenait. Mais ici, je ne sentais rien. Pire, la marque sur ma main droite était devenue quelconque, presque terne. Qu'est ce que cela voulait il dire ?  Serait-elle... Non. Pas de conclusion hâtive. De toute façon, personne ne peut la vaincre. Une arme en main elle n'a aucun égal. Je... Je ne pourrais y croire. C'est tout simplement impossible à mes yeux.

Retournant au milieu du hall et allant tout droit vers la seule salle de laquelle semblait sortir un peu de vie. De la lumière coulait de sous la porte. Avec un peu de chance, Karîn y sera et pourra tout m'expliquer. Ouvrant la porte, la salle était effectivement bien éclairé. Et tout le reste aussi. Cette salle n'avait strictement rien à voir avec le reste de cette endroit. Tout était d'or et de rubis. Enfin j'aurais plutôt dis sang, mais à moins que celui soit frais et gelé, il n'y avait rien de liquide ici. On se serait dit dans une véritable "salle du trône". D'ailleurs, il y avait bien un trône dans cette salle, et la personne que je cherchais y était bien installé, me fixant sans sourciller. M'approchant lentement d'elle, maintenant que je l'avais rejoins, il me fallait des réponses. Gardant une certaine distance, il ne fallait quand même rester lucide, elle était bien trop agacé pour que je me permette quoi que ce soit.

- Alors Kar...

- Tu vois dans quel genre d'endroit je vis à cause de toi ? Tu vois à quel point je suis rendue à cause de ta faiblesse ?! Elle se leva et commença à s'approcher. J'ai dû abandonner mon magnifique territoire pour ce monde risible, tout simplement pour pouvoir  te détruire comme il le faut ici... Tu as intérêt de me divertir. Sois sur que tu vas le regretter amèrement. Tu avais de la chance d'avoir ta marionnette de ton coté. Mais c'est terminé.

- Qu'as tu fais à Aria, répond moi ! Retorquais-je immédiatement, à la simple supposition qu'elle parlait d'elle.

- Ce que...? Oh... Elle semblait surpris, puis esquissa un tout léger rictus tout en plissant les yeux, prenant sans doute du plaisir dans mon doute, pour changer. Eh bien, je te le laisse le découvrir... Tout ce que je peux te signifier, c'est qu'elle est là, à errer dans mon pitoyable manoir grotesque. Libre à toi de la retrouver, mais je te conseille de faire vite... Ce n'est pas mon château, cet endroit n'est pas fais pour les pucelles de son espèce.

Les insinuations quels laissaient présager me glaça le sang. Aria ? Se faire avoir ? Je n'y croyais pas. Pas une seule seconde. Mais une nano-seconde... J'eus peur. Me retournant déterminé à la retrouver. C'était peine perdue, la porte se refermant. Je m'arrêtai et me retourna une ultime fois, elle avait encore un chose à me dire.

- Tu penses que je vais te laisser t'amuser à chercher alors que je ne ferais rien ? Allons, je suis Karîn, l'imagination des ténèbres. Je suppose que tu as remarqué le petit village en bas de cette colline, non ?

Lâchant finalement sa joue pour relever sa main, comme si quelqu'un allait y déposer un verre de vin, elle incanta quelques mots. Qu'allait-elle faire ? A la fin de son incantation, une légère boule noire qui disparut aussitôt. Reprenant son air fermé, elle termina son petit jeu par une question.

- Dis moi, Ses petites mains ont elles déjà été tachés par du sang réel ? Non j'en doute... Tu es bien incapable de tuer... Mais au cas où : Combien de temps penses tu tenir sans souiller ce petit truc qui te sers de cœur ? Puis, laissant un léger blanc s'installer, elle reprit simplement. D'ici quelques minutes, une quinzaine a peu près, ce village aura été détruis, raser de la carte. Dépêche toi, petit héros, tu n'as pas beaucoup de temps.

Je ne pris même pas le temps de lui répondre, elle était sérieuse ? Sortant à la vitesse de l'éclair de la salle pour rejoindre le hall puis la sortie, mais celle-ci ne semblait inatteignable, plus je courais pour la rejoindre, plus elle me fuyais. C'était une illusion ? Qu'est ce que cela voulait dire ? Hurlant à Karîn de me laisser "jouer" à armes égales. Malheureusement, elle ne semblait pas très enclin à le faire. Mes nerfs commençait à finir à bout. Lui hurlant toute la fureur qui m'habitait, c'est la seule chose qui me restait. Que devrais-je faire d'autre ? Dans le noir total que je n'ai plus rien d'autre qu'une bête encagé dans les ténèbres, il ne me restait plus grand chose... Alors que je pensais avoir tout perdu, une voix se fit entendre. Une voix qui me sortit de ma torpeur.

- Jasper... Je t'en prie, Jasper...

- A...Aria ?! Où es-tu ?!

Revenant sur mes pas, je cherchai la provenance de ses appels. Il n'arrêtait pas m'être destiné. Il venait d'un des couloirs, celui de gauche. J'aurais bien foncé tête la première, mais un chose me perturbait : Il y avait une porte dans le couloir. Alors dis comme ça, c'était ridicule oui, mais si je vous dis que cette porte n'étais pas là quand je suis entré plutôt ? Ces couloirs n'étaient que de longs chemins sans aucune entrée ou sortie et surtout sans fin. Ce serait Karîn qui l'aurait foutu là ? Mais pourquoi faire ? Tout les appels venaient de celle-ci. Devais-je aller voir ? Soudain, un cri sortis de cette salle. Sans prendre plus de temps, de peur de la perdre sans avoir rien fait, j'entrai dans la salle et remarqua immédiatement la femme en face, à genoux dos à moi.

- Aria...!

- Jasper...? C'est toi ? Je suis si heureux...

Se relevant puis se tournant vers moi, un frisson énorme me parcourra l’échine. Son visage était totalement... Défiguré. Des balafres qui se superposent sur un Ulcère sous l’œil gauche alors qu'il semblait clair qu'elle l'avait perdu, ne laissant que le blanc de celui-ci. Si je ne m'étais retenu, j'aurais sans doute vomi. Le contraste entre celle que j'avais crée et la personne qui me faisait face maintenant était tellement... Immonde. Elle me tomba dans les bras, sans doute exténuée. Je n'eus même pas le temps de tenter d'esquiver ou quoi, s'écroulant totalement sur moi. De toute façon, je me serais répugné de le faire.

- Tu es vivant... Quel bonheur... Je suis satisfaite...

- Qu'est ce que... Qu'est ce qui t'es arrivée ? Pourquoi tu es dans cet état ?! demandais-je en chialant comme un gamin qui aurait récupéré son jouet cassé. La considérer comme un jouet... Je me dégoutais moi même.



- Je t'ai sauvé.. Je t'ai vu... Je t'ai protégé de ce monde. De mon corps, de ma lame... Je suis si heureuse que tu sois toujours vivant... Tu m'as manqué...

- Manqué..?

- Oui, je t'ai ordonné de fuir, il y a des semaines de ça... Tu ne t'en rappelles pas ? Se repris t-elle, avant de me regarder d'un air plutôt agacé. Comment se fait il que tu ne t'en rappelles pas ? Tu aurais oublié ?! Je me sacrifie corps et âme pour toi et tu m'oublies ?! Tu es un monstre Jasper Féamor ! Meurt ici !!

Elle agrippa son épée mais ne pus jamais tenter de m'attaquer. Une lame venant de derrière moi lui perfora la gorge.  Crachant une petite gorgée de sang avant de regarder la personne qui m'a sauvé dans les yeux, un air mauvais au visage.

- Co...Comment oses-tu... Je suis... toi...

- Si il me faut éliminer un "moi" raté pour le protéger, je n'hésiterais pas. Disparais et retourne des abysses d'où tu viens.

- Tu regretteras de ne pas m'avoir éliminer ce gamin... Tu le... regretteras... Ce gamin est un... Pour toi...

Retirant sa lame de la trachée de "l'autre" Aria avant de l'achever d'un coup au buste, elle rengaina son épée. et se retourna pour pouvoir sortir.

- Si tu as regretter tout ce que tu as fais pour lui ou ce que tu as fais tout court, tu ne peux être "moi", de quelques façons que ce soit. Je n'en ai donc aucun regret de t'éliminer.

Il n'y avait pas de doute, c'était bien elle. La même rigueur, la même philosophie, la même mentalité, la même beauté... Tout. C'était elle. Ma seule lueur d'espoir depuis que je suis rentré dans ce cauchemar.

- Aria !! Me relevais-je avant de la serrer dans mes bras alors qu'elle s'apprêtait à sortir. Comme je suis heureux de te revoir. Où étais-tu ? Je ne te retrouvais nulle part...

- Jasper..? Elle me regarda surprise de la proximité dont je pouvais faire preuve dans un tel moment, dans un tel endroit. Me repoussant doucement, elle reprit son air sévère, malgré la gêne qu'on pouvait toujours voir sur ses joues. Que fais tu ? Tu penses que c'est le moment ?

- Oh euh... Excuse moi, je suis juste heureux de te revoir... Hé, mais, comment se fait-il que tu es de nouveau ta voix ?


- Et bien, je ne sais pas trop moi même. Lorsque je suis arrivée ici, je me suis retrouvée à devoir éliminer un nombre impressionnant de créature absurde.  D'ailleurs, je fus tout aussi étonnée de savoir que nous avions été séparés... Sans doute la cause d'un sortilège de cette vile perverse. Se tournant vers moi avec un air légèrement agacé. Il semble que cette démone ait des pouvoirs que je n'aurais pas soupçonné... Qu'importe pour le moment, allons-y.

Sortant de la pièce, et retournant dans le hall, nous nous retrouvâmes avec le même problème que j'avais en étant seul. La porte me fuyait, m'abandonnant à ma déception sempiternelle. Chaque fois que je m'en approchais, celle-ci s'éloignait. Tombant à genoux, j'étais fatigué. J'en avais marre. Aria, elle, restait de marbre, regardant la porte sans broncher.

- Hm ? Que t'arrive t-il ?

- J'en ai marre... Je suis fatigué. J'abandonne. Elle a gagné. Je ne pourrais jamais sortir de cet endroit. Qu'importe ce que je peux faire. Je préfé...

- Prends ma main.

- Uuh ?

M'agrippant la main de force, en se concentrant lentement pour faire circuler sa propre essence magique au sein de moi,  l’atmosphère autour de moi changea du tout au tout. L'espace semblait déjà plus conforme à la taille du bâtiment. et les couleurs étaient soudainement clair, comme si le crépuscule fuyait pour laisser place à l'aurore. peu à peu que ce taudis reprenait de ses couleurs à mes yeux, je me relevai, mi-surpris mi-souriant de découvrir ceci. Mais la raison de ce changement me restais un peu étrange. Aria avait bien une capacité la protégeant des magies "mentales". Mais je pensais pas qu'elle lui était disponible ici bas...

- Comment peux tu faire ça ?



- J'ai l'impression que ce manoir à les mêmes caractéristiques que Eon. C'est peut être pour cela que tout mes pouvoirs sont actifs ici. Les bonnes nouvelles arrivent à tour de rôle pour le moment, espérons que cela continue ainsi.

- Pourquoi dis tu ça ? Repliais-Je, ne comprenant pas.

Je n'eus pas de réponse à mes questionnements, du moins par pour l'instant. Si je donnais tout maintenant, plus aucun intérêt de répondre à lire ce rp, vous trouvez pas ? Sortant du manoir, le soleil tombait du ciel, alors qu'au lieu de la Lune, une boule noire avait pris sa place dans le ciel. et face à nous, il y avait la cause de tous nos maux jusqu'ici. elle ne semblait même pas s'intéresser à nous, uniquement sa charge d'énergie dans le ciel.

- Vous avez finalement réussis à sortir ? Félicitation... Alors Jasper, tu as préféré sauver ton cœur ? Tu as bien fais. Mais maintenant... Il faut assumer.  Montre leur, Mal du Monde.

Soudain, un énorme craquement  se fit entendre, avant qu'une quantité démentielle de fluide fuita de l'énergie noire qui était suspendu au dessus du village, et s'éclaboussa dessus. Partant à la charge de celle-ci, Aria tenta bien de me retenir, mais rien à faire, je ne pensais qu'à partir au sauvetage de ces pauvres personnes, victimes de mon égoïsme. Karîn ne bougea même pas, souriant satisfaite. Dévalant la corps perdue, c'est à peine si j'allais la finir en roulant en mode casse croute tant j'allais plus vite que la force d'attraction elle même.

Arrivait en bas,  la marée... avait déjà disparue. Oui oui, je n'avais même pas mis une minute pour descendre, qu'il ne restait déjà plus rien de l'or noir qui avait coulé sur ce village. La seule chose qui restait était les corps des villageois. Ceux là même qui se faisait pissait dessus par l'énergie noire, comme si rien n'était tombé dessus. Les rejoignant les uns après les autres, mais rien à faire, il semblait déjà tous inerte. Je...Je ne me rappelle pas d'avoir don d'un tel pouvoir à Karîn... Une nouvelle attaque ? Non... C'était bien Ahriman version Mal du Monde, je l'ai bien entendu. Mais elle ne devrait pas être aussi expéditive. Alors comment ? Pourquoi ? C'est quoi ces histoires...?

- Hé bien hé bien, quel grand héros notre Jasper. Tu vas quand même perdre contre la réalité, si ?

- Tais toi...

- Retiens donc la leçon d'aujourd'hui, cela te servira bien : Personne ne peut être sauver si tu n'en sacrifies pas. Tu n'es pas à Eon ici.

- J'ai dis la ferme !!! Récupérant deux épées à la vitesse de l'éclair, et me lançant à corps perdu dans un combat perdu d'avance. C'est ta faute, espèce de monstre. Comment as-tu pu ?! Que t'ont ils fait ?!

Malheureusement, deux coups de genoux et une gifle du revers de la main plus tard, j'étais déjà à terre. Quelle force physique... J'avais oublié à quel point je l'avais abusé... ahah... Comme quoi c'est vrai, l'ironie est la politesse du désespoir ?

- Pourquoi ? Mais c'est uniquement parce que tu l'as décidé. C'est toi qui a crée "ce monstre" que tu combats maintenant de toute tes forces. Tu es déjà incapable de te battre "toi même". Comment veux tu sauver des gens ? En plus, tout le monde ? Ton idiotie me donne juste envie de vomir.  Je pensais que te laisser aux bras de cette rouquine te rendrait un peu plus réfléchis, mais rien à faire. Elle ne vaut pas mieux que toi donc. Ou alors tu es toi même juste impossible à sauver de ta mentalité malade. Si c'est le cas, la seule chose qui reste à faire, c'est l'euthanasie.

Préparant le coup de grâce, je n'avais ni la force, ni l'envie de m'en sortir. Tu veux me terminer, fais le. De toute façon, tu vis déjà bien sans moi, pourquoi tenterais je de t'empêcher de m'achever. D'autant que tes pouvoirs restent sans communes mesures depuis la dernière fois...

- Karîn !

- Encore toi ? Tu ne t'es donc pas encore décidé à fu...



Une onde de choc de lumière titanesque vint la frapper de plein fouet avant qu'elle ne puisse finir sa phrase et elle fut balayée sur plusieurs mètres  par une onde de choc lumineuse qui rasa tout sur son passage. Laissant qu'une immense crevasse sur toute la portée de l'attaque. Relevant lentement la tête pour comprendre pourquoi mon cœur battait encore, il ne vous sera pas étonnant de savoir grâce à qui je restais encore en vie. Elle était encore en ce monde ? Je pensais pas qu'il me reste assez de réserves magique pour la maintenir en vie...

- Tu es toujours là ?


-
Évidemment. Je ne vais pas disparaître comme ça, te laissant à la merci de cette tyran. Encore moins quand tu abandonnes à elle. Idiot. Relève toi. Cela ne fait que commencer.

- Décidément... Je n'aurais jamais imaginé que tu te permettes ceci dans un tel moment morveuse... Crachant un peu de sang, elle venait de se prendre tout de même la plus puissante attaque d'Aria de plein, et était toujours en vie... Allez, je vais te laisser la gloire de m'avoir fait battre en retraite une nouvelle fois, dans mon état, je pourrais éliminer ce môme, mais tu restes une autre paire de manche... Profitez en, car la prochaine fois que nous nous verrons, je ne me retiendrais plus. Quant à toi, Jasper, sois sur qu'il n'y aura pas de troisième sauvetage.

Laissant s'exprimer ses chauves-souris afin de disparaître pour partir de cet endroit de cauchemar, il ne restait plus que moi et Aria. Une fois Karîn partit, je me releva mais fut remit à terre une nouvelle fois à terre, mais cette fois par bienfaitrice. Elle était dans une colère noire, la couleur rouge que prenait ses veines pour laisser le sang irriguer ses yeux en était une preuve. Et la sensation qu'elle pouvait me mettre un coup d'épée à tout moment aussi.

- Espèce d'abruti...Tu te rends compte de ce que tu laissais faire ?!

- ...Qu'importe. Regarde autour de nous, je n'ai rien pu faire...!

- Elle les avait déjà éliminés avant notre arrivée... Cela faisait juste partie de son jeu de te faire croire que tu pouvais les sauver...  Cela était une illusion.

- Cela ne change rien... C'est même pire ! Elle savait pertinemment que je n'y arriverais pas... Répondis je, les yeux totalement imbibés de désillusions. Karîn est née de moi. C'est de ma faute si elle vagabonde dans ce monde et laisse ce genre de crime impuni. Je n'ai même pas le niveau pour la faire payer, alors à quoi bon continuer ? Elle fait toute ces atrocités "pour" moi. Alors peut être si je disparais...

- Alors quoi ?! C'est de Karîn que tu parles là. Son cerveau et son cœur n'existe que pour vivre, rien d'autre. Si l'auto-mutilation pouvait lui procurer un quelconque plaisir, elle n'hésiterait pas. Alors ta mort, tu penses sérieusement que cela lui posera un cas de conscience ou la changera ?

- Alors je dois faire quoi bordel ?! Que suis-je censé faire !? Je suis incapable de l'arrêter, même dans 1000 ans, mes pouvoirs resteront inférieurs au sien... Je le sais, c'est moi qui l'ait créé...

- Et moi alors ? Je ne suis pas aussi forte qu'elle ? Tu me considères comme un second rôle ?

- Non..! Juste que...que... Je ne veux pas te perdre...

- Espèce d'idiot ! C'est moi qui suis censée te protéger ! C'est pour cela que je suis ici devant toi. Si tu me considères comme une personne à protéger, abandonne cette idée stupide. Je la vaincrais moi même. Quoiqu'il en coute. Tu m'en donnes le droit ?

Ses paroles me réchauffèrent le cœur et l'esprit, le silence servant d'accord à sa demande. De toute façon, que pourrais-je lui refuser ? Elle venait en quelques paroles me remettre mes pensées dans le bon sens. Au fond, c'était surtout pour cela que je l'avais imaginé lorsque je l'ai créé. Au delà de la protection et  de la loyauté sans faille dont elle me fait honneur, c'est pour la lumière de phare qui guide le navire perdu qu'est constamment mon esprit en présence de Karîn. Remarquant la nouvelle attitude qui prenait peu à peu place dans mes yeux. Elle me tendit la main pour m'aider à me relever.

- Nous allons repartir, mais avant... Nous devrions nettoyer cet endroit. Ils méritent le repos, tu ne penses pas ?

- ...Bien. J'ai cela dans mes attaques. Ma lame s'occupera de ceci. Sors de la zone de cette ville.

Sortant donc de la ville pour rejoindre la route, je l'attendais pendant qu'elle plaçait son ultime "attaque".

- Flamme du Paradis, Calcinant toute forme de vice en ce monde, j'en appel à vous. En offrande de ce corps, je vous demande le pardon pour ce monde. Offrez aux âmes charitable la Rédemption et offrez aux vicieux la Damnation Éternelle. Offrez votre jugement...  Flam of Forgiveness !!!

Un cercle magique se dessina sur le sol, et engloba la ville dans celui-ci, pendant que Aria disparaissait dans des flammes inoffensives. La lame prit disparut au même instant qu'elle alors que de nouvelles flammes prirent possessions de la ville. C'était la meilleure manière de repartir le cœur allégé, à défaut d'apaisé. Sentant Aria et l'arme revenir à moi. Je fus pris d'un léger sourire avant de reprendre mon périple. Je n'avais pas réussi à sauver ces gens, ici, mais cela ne veut pas dire que je n'arriverais à le faire pour personne. Je n'abandonne pas mon idéal, sauver tout ceux qu'ils le doivent. Cette ultime technique que venait d'utiliser Aria en était la preuve : Je l'atteindrais coute que coute. Et notre prochain combat Karîn, sera pas le dernier. Ma route ne fait que commencer.





   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» all is an illusion ; panthea

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Ouest :: Les Montagnes de Fer de Jura