Le murmure des Amants
 MessageSujet: Le murmure des Amants    Le murmure des Amants  EmptyDim 11 Jan - 16:17

Anonymous
Invité


Click

L'appel des Deltas

Entraînement


" Te lier c'est accepter le pire comme le meilleur, te perdre et te noyer, t'oublier toi et tes pensées, tes idéaux et tes rêves. Tu n'es jamais seul Altiel, nous sommes là et il est là, veux-tu prendre le risque que quelqu'un d'autre puisse pénétrer dans cet intimité ? Que quelqu'un puisse nous séparer, briser ça ? Puisse te faire oublier que seule compte la nature et sa beauté ?"


Les yeux écarlates se perdent sur l'horizon, les montagnes se dressent, comme une forteresse où la neige illumine les sommets d'une lueur étrange, comme s'élevant jusqu'à se noyer dans le coeur des nuages, comme une brume sans fin destinée à les protéger. Le souvenir d'un flash, celui d'une chaire se mouvant dans les flots, l'éclat d'émeraude d'écailles scintillantes dans un battement. Au bord du fleuve s'écoulant, l'homme entre en mouvement, il frisonne au rythme du vent et du froid balayant les contrées sauvages d'Iceberg, la détermination teinté de certitudes. Bientôt.

Quelques jours plutôt, guilde de Blue Pegasus.

La guilde se redresse à peine, des locaux improvisés suite aux derniers événements ayant secoués les chevaux ailés et la région de Shirotsune. L'incendie avait été arrêté, les blessés avaient été sauvés des flammes sur le point de s'envoler. Tout n'était plus qu'un champs de ruine, les rencontre s'étaient faite dans la suite d'un désastre, dans un arrière gout de chaos alors que l'homme enfant s'était vue accepté, s'était vue offrir sur la naissance de son bassin l’emblème écarlate des pégases. Un signe d'acceptation, un signe d'union, un symbole de continuer, de résister. Jamais il n'aurait cru pouvoir rejoindre une guilde, lui qui peinait même à savoir ce que cela pouvait bien signifier, peiné à en trouver le sens. Pourtant une rencontre avait tout changé, une rencontre virant dans l'horreur alors qu'il avait connu la peur, qu'il avait pour la première fois de sa vie dut être celui qui protégeait, une simple rencontre comme pour le lier au reste du monde et à l'univers.

Il avait ressentis leurs douleurs, il avait ressentis leurs peine, étrangement il s'était sentis proches de ces âmes qui venaient de perdre leur foyer et leur maître dans un assauts de monstres issue des enfers. La morsure sur son bras avait finit de cicatrisé, les poneys étaient devenues dans ces quelques jours une ancre à la réalité alors qu'il était sans nouvelles de son frère depuis déjà plusieurs semaines. L'inquiétude, la peur de la perte avaient été atténués par ceux avec qui il avait connu le chaos, par cette blonde qu'ils avaient jadis croisé dans une partie de poker qui avait faillis mal tourné. Par ces gens avec qui il partageait cette douleur étrange. Des bâtiments provisoires en bois, logements de fortunes alors que les habitants se sont mobilisés pour aider les pégases à se relever, sans savoir pourquoi Altiel était touché.

Dans les locaux provisoires la nuit est tombé, dans les draps le corps se tourne violemment, la sueur coule le long de sa peau de miel. Sa magie semble embrasser l'air, doucement alors que le lien entre en mouvement, que l'appel se fait sentir. Dans l'esprit aliéné les flashs se succèdent, celui du bruit de l'océan, celui du fleuve se jetant dans l'eau salé. Celui d'une chaire se mouvant dans les flots, l'éclat brillant au clair de lune d'écailles d'émeraudes et d'argent, le sentiment de désespoir alors que les corps que deux mains tentent de se toucher sans le pouvoir, le sentiment violent d'un amour millénaire. Un sursaut alors que la silhouette se réveille violemment sur la vision des montagnes enneigées. Une respiration haletante avant qu'il ne réalise pleinement, qu'il n’emmagasine les informations. Un appel auquel il ne peut résister, alors qu'au petit matin les recherches sont entamés, quelques heures avant qu'il ne trouve la réponse qu'il cherchait : Iceberg.


Le temps continue sa route, la température baisse lentement alors que la nuit abat son voile sur les montagnes enneigées. Malgré le froid la silhouette encapuchonné remonte le cours du fleuve, dans son esprit ci et là il entend parfois l'écho des vagues, l'écho d'une simple voix, de deux voix prononçant son nom dans un murmure.

La lune atteint l'apogée alors que devant ses yeux se dessine les plages de sable fin, derrière lui le fleuve suinte dans les montagnes, à côté de lui ce dernier se jette dans l'océan de son immensité, l'immense delta des amants se révélant devant ses yeux émerveillés sous la pâleur lunaire.

Alors que les yeux de flammes se perdent sur le paysage bercé par le son des vagues mourantes sur le plage un éclat d'agent semble briller fugacement dans l'océan aux portes du delta. Il ne réfléchit pas, alors que lentement il s'avance alors qu'à côté de lui, dans l'embouchure du delta c'est un éclat d'émeraude qui scintille fugacement.

Il pourrait avoir peur, pourtant il n'en est rien alors que les images lui reviennent en tête, celles de mains cherchant inlassablement à se toucher.

Un bruit rompant la quiétude des vagues, celle de corps émergeant de l'eau alors que les bustes masculins émergent devant ses yeux.
Leurs beauté irradies dans leurs musculatures léché par l'eau et la lune, ils semblent désespérément tristes et pourtant ils sourient alors que les voix masculines s'élèvent comme une seule.

" Nous t'attendions. "

Le souffle coupé, l'homme reste là, statique, les contemplant alors que dans son esprit les consciences s'éveillent une à une, regardant avec intérêt l'échange naissant.

" Cela fait longtemps que nous tentons de te contacter, mais sans résultat. Nous pouvions te sentir, faiblement, mais aucun de nos appels n'arrivait, ta magie certainement trop faible pour les recevoir. Puis tu as disparu, c'était comme si tu avais totalement disparu. Jusqu'à il y'a quelques jours. "

Surmontant le besoin de les regarder, la voix rauque finit par répondre, simplement, tel un enfant.

" J'ai cru avoir perdu le lien. Pendant six ans je n'étais plus là, quand je me suis réveillé j'ai cru avoir perdu le lien, il m'a fallut plusieurs semaines avant que celui-ci ne se reconstitue pleinement. "

Les yeux inhumains le toisent avec une pointe d'incompréhension, mais au final ils s'en moquent, l'important était que maintenant il était là, fasse à eux.

" Le principal est que tu es là maintenant et que ta magie semble suffisamment forte pour ce que nous avons à te proposer.
Nous souhaitons pactiser. "


Au clair de lune, l'homme reste statique, écoute sans forcément tout appréhender. Les amants du delta, deux ne formant qu'un, un incapable de se toucher alors qu'ils représentent l'eau sous ses deux aspects, incapables sans qu'il n'intervienne, sans qu'un pacte ne soit scellé pour les invoquer. Manipulateurs alors qu'ils connaissent une donné que lui ignorent, qu'ils savent pleinement ce que la magie inflige à son âme et son humanité et ce que bientôt, le pacte leur permettra de réaliser. Un pacte accepté sans bronché alors que qu'il se voit scellé par une promesse, celle de s'abandonner à leur amour par un simple baisé. Un abandon qu'il ne comprend pas, un abandon qui fait réagir les consciences dans son esprit d'un cri, trop tard alors que les lèvres se sont touchés, une puis deux fois, dans un serment qui ne pourrait désormais plus être brisé.

Et alors que le pacte se voit scellé le lien se constitue, la magie tisse et dans son esprit se révèle l'incantation oubliée pour les invoquer.
Deux esprits n'en formant qu'un, l'union de l'eau douce et de l'eau salée.
L'âme des Deltas.

© Bebebe ♠ FTRPG



   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.
» Monsieur, Frère Unique du roi, Philippe Ier d'Orléans
» Pitié ne me mangez pas ! [PV Nuage du Murmure]
» La lune des amants [PV]
» Aerin Caladhiel - Le murmure des songes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP