Partagez | .
Setting Sun - les dessous de l'affaire [Oméa]
 MessageSujet: Setting Sun - les dessous de l'affaire [Oméa]   Ven 19 Déc - 16:59

avatar
Nox Apostolica

Quatro Cerberus

Click

Spoiler:
 
La quiétude n’est pas une denrée rare pour rien. Elle est timide, nomade, se déplaçant d’un lieu à l’autre pour finalement se poser dans un coin, à l’écart, pour un temps. Elle ne veut pas être trouvée. Pourtant, tout le monde la recherche. Sans cesser d’être harcelée, elle s’envole, ignorant ces entraves à sa liberté. Parce qu’elle n’aime pas que l’on soit possessif. La paix est pour tout le monde, elle se partage. Alors, elle demande à sa sœur la discorde de faire diversion. Pour mieux s’évader, de cette prison de fous.

Et son double maléfique est véritablement un génie. Cette grande marionnettiste s’amuse, oui elle se divertit de la souffrance des autres, l’utilisant pour créer toujours plus de tensions. On a beau tenter de fuir, elle met le feu à notre poudre d’escampette. Explosion de rage, propos incendiaires, regards inquisiteurs, manipulations sadiques, autant de manœuvres diverses et variés pour savourer le plaisir de blesser. La discorde est maitresse de légion. Nombreux sont ses pantins. Et le plus grand de tous, son premier ministre, est probablement le mage du Conseil Nox Apostolica.

Tout comme sa déesse invisible, il arrive à semer la zizanie comme on distribuerait des friandises. Le pire, c’est qu’il n’en est pas conscient. Tout ce qu’il a à faire, c’est de rester lui-même. Et alors, devant le regard exaspéré de nombreux de ses interlocuteurs, son attitude nonchalante fait des merveilles. Elle consume très facilement leur patience, comme si on avait jeté de l’essence dessus. Un sourire moqueur après, tout explose. Doué, très doué est le disciple de l’anarchie.

Mais le pire, c’est qu’il n’est qu’un humain. Il n’est pas aussi omnipotent ou invincible que sa maitresse. Alors, de temps en temps, il y a des retours de flamme. Et bien souvent, les conflits prennent une ampleur démesurée. Ca joue à qui criera le plus fort. Nox gagne quelque fois, mais pas ce soir. Aujourd’hui, il quitte le boulot plus tôt que prévu. Parce que la journée a été particulièrement harassante. Non seulement, ses supérieurs lui ont crié dessus toute la journée, d’autant plus qu’il rétorquait tout le temps, mais en plus, en guise de punition, il s’était vu confié des missions troll qui ne faisaient qu’augmenter toujours plus sa rage, provoquant par la suite des conséquences désastreuses. Nox avait fini par frapper par un des Haut-Conseillers qui l’avait énervé particulièrement…

Il ne savait pas ce que cette conclusion allait avoir comme répercutions mais il s’en fichait pas mal. Encore bouillonnant de rage, il ouvrit avec grand fracas les portes du Sun, un bar à Crocus qui, pour leur plus grande joie, avait souvent l’occasion de le voir.

« Coucou mon beau Noxynounet, tu m’as encore l’air de mauvaise humeur dis donc. Je sais ce que je vais te servir, tiens. Un Rodéo, ça va te faire du bien. C’est un nouveau cocktail de la maison : tequila, scotch, vodka et gin tonic, avec sa rondelle de citron bien sur ♥ »

« Merci Mehdi, journée pourrie aujourd’hui. Faut que j’me pose au calme, sinon j’vais encore faire d’la casse… J’vais aller sur la terrasse du premier. »

A peine le barman, un jeune homme au visage efféminé, lui fit un clin d’œil que Nox était déjà en train de monter les marches de l’escalier. Se posant sur une chaise de la terrasse qui était vide, il croisa ses jambes sur la rambarde et commença alors à siroter tranquillement sa boisson.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Setting Sun - les dessous de l'affaire [Oméa]   Jeu 25 Déc - 19:59

avatar
Oméa K. Shizuka

Ajatar Virke

Click


Hard & Hot Game


« Oméa, ton colis est arrivé. »

Tu ne lèves même pas les yeux vers le barman. Tes mains effleurent le tranchant de ton couteau avec une douceur infinie. Il y a des centaines de façon pour toi de gagner ta vie mais encore une fois, tu as choisie celle-ci. L’assassinat d’un membre du Conseil ne sera peut-être pas tâche aisée mais quelque part, cela te fait quelque chose. Un petit pincement au cœur, quand tu repenses qu’il fut quelques temps, tu les traquais pour un meurtre qu’ils n’avaient pas commis. Celui de ton défunt père. Medhi se répète dans ton dos. Tu lui adresses un geste de la main négligeant. Quoi qu’il arrive, tu n’es pas encore prête à ton goût. Azariel est couché dans un coin de la pièce et te montre les dents. Il ne comprend pas pourquoi tu continues et tu dois l’avouer, toi non plus. Et ça ne te fais ni chaud ni froid de savoir que dans une poignée d’heure, tu compteras un nouvel homme sur ton tableau de chasse. Le pas du barman s’éloigne lorsque tu te décides enfin à te lever. La lame de ton poignard étincelle un instant puis quitte ta main pour s’enfoncer dans le mur, en plein milieu de la tête de ta victime. La photographie se détache lentement et tombe au sol, séparée en deux par l’arme. Tu quittes la salle en tirant un peu sur ta robe pour la rajuster. Tes talons claquent, tu souris aux clients du Sun. Tu adresses même un clin d’œil à celui, téméraire, qui tente de t’attraper par la hanche. Aujourd’hui, ta victime est un mage du Conseil. Son nom, Nox. C’est un homme quelconque, d’après ce que tu sais. Ni laid ni beau, juste un homme qui aime les femmes. Tranquillement, tu montes à l’étage. La salle est pleine à craquer, vraiment le Sun possède sa petite clientèle d’habituée. Ils te saluent, pour la plupart, reconnaissant en toi Illya, la petite serveuse embauchée depuis la semaine dernière. Une couverture simple et amusante, tant tu pouvais croiser aux tables autant de gens qui évoluent dans ta sphère que dans l’autre.

« Puis-je m’asseoir ? » fais-tu en arrivant devant la table de Nox. « Le patron m’a dit que vous aviez eu une dure journée, j’ai pensé… » Tu rougis un peu et tu détournes les yeux en suspendant ta phrase. Ce rôle est simple. Tu es timide, maladroite, un peu trop pure. Le genre de fille un peu fade mais terriblement facile à attirer dans ses filets pour un dragueur entrainé. Tu attrapes une de tes mèches et l’entortille autour de tes doigts. « J’ai pensé que je pourrais vous tenir compagnie. »

Tu lâches ta mèche et tu attends qu’il te fasse signe. Finalement, tu attrapes l’une des chaises libres et t’y pose doucement. Ta main passe sur tes genoux pour lisser ta robe pendant que tu réfléchis à comment lancer la discussion. Le brouhaha ambiant te dérange un peu, tu aurais préféré être seule à seule avec lui. Plus simple, plus discret, plus… assassin au final.

« Dites, je ne vous ai jamais demandé mais, d’où vous vienne toutes ses cicatrices ? C’est votre boulot ? »

Tes mains se posent alors sur la table et se s’entrecroise nerveusement. Tu te répètes en boucle la moindre parcelle de la psychologie de ton personnage pour être sûre de ne pas trébucher, de ne pas te trahir. Il en devient presque dur pour toi de suivre la conversation. Tu lui adresses un sourire compréhensif et pense à un vieux souvenir pour faire pétiller ton regard. Illya est une enfant. Elle est agréable à regarder, agréable à sentir et par-dessus tout, ignorante et curieuse comme un pou.

« La vie de mage doit être fantastique. Je vous envie, monsieur Nox. » Soupires-tu. « En tout cas, votre métier à l’air de vous causer tant de soucis, plus les jours passent plus vous avez grise mine. C’est triste pour un homme charmant comme vous, vous ne croyez pas ? Heureusement vous devez avoir une épouse pour vous remonter le moral le soir, sans quoi cela deviendrait terriblement monotone, non ? »

Tu sais parfaitement que ce que tu viens de dire est faux. Il n’est pas marié, il n’a pas d’amante définie. Tu as toi-même eu l’occasion de le constater en te renseignant à droite à gauche. Tu clignes des yeux en attendant qu’il réponde. Intérieurement, tu espères qu’il morde à l’hameçon, qu’il te dise qu’il n’a pas tout cela. Le schéma est si simple à reproduire, si normal. Pas d’épouse, oh comme c’est triste pour un homme aussi gentil que vous. Un papillonnement de cil, une moue de réflexion puis un éclair de génie. Généralement, tu aimais enchainer et proposer de lui cuisiner quelque chose. Sans aucune arrière-pensée. Et certains des clients qui écoutent aux portes et qui auraient gouté un de tes sandwich aurait achevé de le convaincre à ta place. Vraiment, le schéma classique et ennuyeux. Tu espères qu’il n’est pas comme ça, qu’il peut te donner autre chose qu’un scénario prémâché et mille fois répété. Tu ne l’avoueras pas mais tu le sais. Ce que tu veux qu’il te donne, à défaut de ta récompense, c’est un petit peu de défi. Et qui sait, peut-être autre chose d’intéressant qui le ferait passer de victime, à bon souvenir de boulot.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Setting Sun - les dessous de l'affaire [Oméa]   Mar 13 Jan - 15:35

avatar
Nox Apostolica

Quatro Cerberus

Click

Malgré le soleil qui déclinait, il faisait tout de même chaud pour cette saison. Le ciel entièrement bleu aidait Nox à savourer sa boisson pendant qu’il grognait dans sa barbe contre ses souvenirs de la journée qui le harcelaient. Il s’était un peu calmé grâce aux rayons du soleil qui le réchauffaient bien comme il fallait. Bien sur, ce n’était pas la même sensation qu’en été, période où il adorait se dorer la pilule, mais après le froid plutôt cinglant qui s’était imposé ces dernières semaines, la transition du climat était très appréciable. Et c’était bien le seul point positif qu’il pouvait faire ressortir de cette putain de journée !

Ou peut être pas ! Puisque la charmante servante qu’il avait repéré en arrivant était maintenant à ses cotés. Elle était nouvelle. Il ne l’avait vu qu’une ou deux fois auparavant, étant donné qu’il était très occupé ces derniers temps, peu d’occasions de venir à Crocus s’étaient présenté. Mais surement qu’il pourrait rattraper le temps perdu… Elle semblait être du genre timide. Une femme facile en gros. Vu ses courbes avantageuses, Nox se disait que ce n’était pas si mal d’une certaine façon. Depuis tout à l’heure, il luttait pour ne pas exploser de rage alors il n’était pas en état de se prendre la tête pour une meuf. Si elle voulait bien lui faire une petite gâterie assez rapidement, il n’était pas contre. Au moins, il pourrait évacuer quelque chose…

Mais après, plus elle ouvrait sa bouche, plus il avait envie de la lui fermer à coups de baffes. Il n’avait pas besoin de compagnie, il avait besoin d’un exutoire ! Si au moins elle s’était mise à le masser, il ne l’aurait pas vu d’un mauvais œil mais non, elle commençait à poser des questions chiantes. Qu’est-ce que ça pouvait bien lui foutre la raison de ses cicatrices ? De toute façon, ce n’était pas un sujet qu’il abordait aussi facilement alors seul le silence répondit à la blonde.

Et puis là, elle se lança dans un monologue d’une longueur infinie… Elle avait beau tenter de lui passer de la pommade, il détestait ça, préférant largement les femmes qui se faisaient désirer, les fortes têtes, plutôt qu’une écervelée qui le prenait en pitié.

« Ta gueule… Juste ta gueule… Si tu veux te rendre utile, apporte moi une pinte mais ferme là. Et puis c’est pas la peine de faire la vierge effarouchée, je vois très bien que tu te forces. Tu crois que je ne rencontre pas assez souvent des hypocrites et des menteuses au boulot ? Tss… »

Il ne savait pas à quoi elle jouait en se faisant passer pour une autre, peut être qu’elle essayait vraiment de le charmer, impossible de deviner pour l’instant. Insister autant, ce n’était pas normal. Ok, les serveuses avaient une sorte de don pour cultiver les graines de désir chez leurs clients. Ainsi, ils étaient presque au garde-à-vous quand elles s’approchaient, ils dépensaient plein de sous en espérant les voir se pencher de plus en plus à chaque tournée, et ils tombaient presque à leurs pieds quand elles répondaient à leurs provocations salaces. Et pour se faire, elles faisaient comme si elles étaient toujours occupées. Chaque fois qu’elles voulaient bien accorder leur attention à quelqu’un, cela paraissait alors comme une bénédiction divine. Jamais elles ne dévouaient tout leur temps à un seul homme ! Nox en conclut donc que c’était une débutante, tout simplement. Mais vu comment elle était bien foutue, il ne dirait pas non à quelques séances personnelles pour bien la dresser…
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Setting Sun - les dessous de l'affaire [Oméa]   Sam 31 Jan - 19:53

avatar
Oméa K. Shizuka

Ajatar Virke

Click


Hard & Hot Game


Tu restes de marbre, d’abord. L’étonnement se peint dans ton regard un bref instant avant de disparaître. Tu te moques intérieurement de toi, d’être aussi surprise par cette réaction, d’être parvenue à la laisser te faire sortir du chemin que tu avais si bien tracé. Le fait est là, même en souhaitant sincèrement de la difficulté, tu ne t’attendais pas à ça. Pas le moins du monde tu ne t'attendais à cet éclat de colère. Alors même que la plupart vous regarde, médusés, tu sens un sourire franc s’étirer. Lentement, le rire monte en toi et se libère comme une de ses giboulées rafraîchissantes de Mars. Nox Apostolica. Ce nom résonne dans ton esprit alors que tu tentes de te calmer. Ton comportement n’a rien à voir avec ce rôle que tu répètes sans arrêt. Il menace cette couverture qui est tienne mais cela ne t’inquiètes que peu. Les schémas sont faciles et versatiles, les situations bien plus simples à apaiser quand elles semblaient prêtes à s’enflammer. Ta voix s’éteint et tu passes un doigt sous ton œil pour chasser une larme. Tu siffles d’admiration. Vraiment, ce type mérite ton respect, à lire entre les lignes comme il l’a fait. Une poignée de seconde a suffi. Aussi bien à faire voler en mille morceaux ton plan qu’à te convaincre que ce jeu serait plus intéressant qu’ils ne l’ont jamais été. Nox. Ce prénom prend alors un tout autre sens pour toi. Un adversaire de valeur, voilà ce qu’il sera.

« Hé bien, hé bien. » Fais-tu en levant la main à l’intention d’un des types qui venaient de se lever. Ton mouvement ample l’arrête et tu t’accoudes à la table au mépris du reste de la taverne. « Ça faisait une éternité que je n’avais pas vu d’homme digne de ce nom. » Pour appuyer ta déclaration, tu balayes la salle du regard avec un air narquois. « Allez quoi les gars ? Medhi ne vous a pas dit ? Je m’entraîne pour un théâtre. » Tu secoues la tête devant l’expression effarée de ceux-ci. « Je n’arrive pas à croire que vous êtes tombés dans le panneau. Mais au moins, tout le monde n’est pas aussi crédule. »

Tu fais un clin d’œil à Nox. Le silence se fait dans la salle, puis des éclats de rire reprennent. Un à un, les ivrognes se moquent de la jeune femme qui vient d’échouer à son jeu de séduction. Tu hausses les épaules dans un sourire amusé face à ton interlocuteur initial tandis que la taverne reprend sa vie là où elle s’était suspendue. Ton intérêt a changé encore une fois. Tu n’as que légèrement modifié ta façon d’être. Sartre avait raison : à vouloir être garçon de café, on traduit bien trop que c’est juste un plaisir enfantin et surjoué.

« T’es pas drôle, maintenant je ne pourrais plus les faire picorer dans ma main au moindre balancement de hanche. » Tu fais la moue pour accompagner ta déclaration. « Mais je dois avouer que c’est pas plus mal. J’en avais marre d’être cette pauvre fille et mon animal de compagnie en a ras-le- bol d’être coincé dans l’arrière-boutique. »

A ses mots, tu portes deux doigts à tes lèvres et siffle longuement. Couvrant momentanément le brouhaha, la porte derrière le bar s’ouvre avec fracas et le lion émerge dans la salle. Il monte les marches avec des petits bonds. Azariel offre un sourire édenté à ceux qui le regardent alors qu’il pose possessivement ses deux pattes sur tes cuisses. Tu lui grattouilles la tête avec un air doux, oubliant un instant la mission. Pensivement, tu reportes ton regard sur Nox.

« Dommage que tu ne sois pas intéressé en tout cas. J’aurais adoré coucher avec un homme comme toi. J’aurais enfin eu mon compte de sensation après le boulot. » Une leurre de taquine brille dans tes yeux alors que tu fais mine de te lever. « A moins que tu ne veuilles revenir sur ta décision ? »

Tu as du mal à ne pas laisser transparaître ton intérêt dans ta voix. Tu penses sincèrement tes paroles. Il n’est pas n’importe qui, cible de meurtre ou pas. Tu chasses l’animal de tes genoux et attrapes son verre sans attendre. Tourbillonnant pour échapper à la main tendue par l’un des voisins de la table, tu la poses sur le plateau d’une de tes camarades de boulot. Tu lui adresses un petit signe de la main avant de descendre. Tu joues un vatout en ce moment, alors même que tu saisis un plateau et des chopes de bière. Tu embrasses la sensation de doute qui s’empare de toi en circulant entre les tables. Azariel ne t’a pas suivie mais cela ne te perturbe pas le moins du monde. Après avoir été enfermé si longtemps dans l’arrière salle, tu ne pouvais que comprendre le besoin maladif qu’il réalise actuellement en se dorant la pilule près de ta cible. Non, près de Nox. Ton sourire ne s’est pas un seul instant évanoui. Tu goûtes pleinement l’espoir qu’il t’attende après le travail ou qu’il demande à Medhi de te libérer plus tôt. Aujourd’hui, l’erreur t’était permise et c’est cette sensation que tu croyais perdue qui te donne envie de sautiller comme une gamine après avoir tapé sèchement sur la pogne qui tentait de t’attraper par les hanches. Pas touche. Tu lui tires la langue, rayonnante, et souris au client qui t’attend. Une nouvelle chope se pose sur la table du mage qui semble te suivre du regard, pendant que tu t’occupes de la salle.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Setting Sun - les dessous de l'affaire [Oméa]   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les dessous de l'affaire [free-rp skoth]
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank
» Le rapport sur l'affaire de drogue a Tiburon disponible...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 9 :: Bar Sun