Aller à la page : Précédent  1, 2
A la conquête de la barbapapa (PV Lucy)
 MessageSujet: Re: A la conquête de la barbapapa (PV Lucy)   A la conquête de la barbapapa (PV Lucy) - Page 2 EmptyDim 29 Mar - 9:32

Alouarn Grimgorson
Alouarn Grimgorson

Indépendant Légal

Click

Code couleur :
Alouarn : #ff9900
Linus : #ff3300

Joshua : #ff33ff
Le chef des enfants : #006600
Autre enfant : #ff6699

J’ai la clé d’un jardin secret
Où mon cœur repose
Je l’ai cachée
Je garde la porte close
Oui, close


Un vent se mit à souffler sur notre petit groupe. Je souris. Oui, c’était la brise de la révolte. Chacun de mes membres répondaient présent à cet enivrant appel. Il fallait faire vite, pendant que l’incertitude se lisait dans le regard de nos adversaires. Etaient-ils seulement nos ennemis ? Je m’avançais donc, le pas sûr et ferme, une flamme de victoire brûlait dans mon regard. Je pris alors la parole :

« Citoyen du pays imaginaire, laissez-moi donc vous prouver que je viens moi aussi de là-bas. Demandez-moi donc de vous conter l’histoire que seules les sirènes de la lagune ont pu me murmurer à l’oreille. Je vous en prie. Faites-donc. Si tel est le désir de cette assemblée, nous prouverons que nous avons les mêmes origines. »

Des murmures s’élevèrent. Le jeune garçon, celui qui gouvernait son peuple avec sagesse, fit taire les enfants d’un geste de la main.

« Qu’il en soit ainsi ! Qu’on leur donne donc un conte chacun. Toi, Alouarn, qui a la parole si sûre, tu vas commencer. Ne t’avises pas d’être plus prompt que nous. Nous aurons tôt fait de constater ton imposture si tu inventes quoi que ce soit. Pour la peine, raconte-nous donc le conte des musiciens de Brême ! »

Je m’exécutais.

Chaque fleur
Et chaque bouquet
De roses
Faut pas toucher
C’est si fragile
Toucher les roses
A peine écloses

Un homme avait un âne qui l’avait servi fidèlement pendant de longues années, mais dont les forces étaient à bout, si bien qu’il devenait chaque jour plus impropre au travail. Le maître songeait à le dépouiller de sa peau ; mais l’âne, s’apercevant que le vent soufflait du mauvais côté, s’échappa et pris la route de Brême :

« Là, se disait-il, je pourrai devenir musicien de la ville. »

Comme il avait marché quelques temps, il rencontra sur le chemin un chien de chasse qui jappait comme un animal fatigué d’une longue course.

« Qu’as-tu donc à japper de la sorte, camarade ? », lui dit-il.

« Ah, répondit le chien, parce que je suis vieux, que je m’affaiblis tous les jours et que je ne peux plus aller à la chasse, mon maitre a voulu m’assommer, alors j’ai pris la clef des champs, mais comment ferais-je pour gagner mon pain ? »

« Eh bien ! dit l’âne, je vais à Brême pour m’y faire musicien de ville. Je jouerais du luth, et toi tu sonneras les timbales. »

Le chien accepta et ils suivirent leur route ensemble.

J’irais bien de l’autre côté des choses
Voler le parfum des roses
J’ai rêvé
D’effacer le gris que le temps dépose
Rêvé
Derrière les paupières closes

Mon assemblée était toute ouïe. Je fus heureux d’avoir un tel public. Je ne me fis pas prier et continuais le conte que les enfants m’avaient demandé.

***

A peu de distance, ils trouvèrent un chat couché sur le chemin et faisant une figure triste comme une pluie de trois jours.

« Qu’est ce qui te chagrine, vieux frise-moustache ? », lui dit l’âne.

« On n’est pas de bonne humeur quand on craint pour sa tête, répondit le chat, parce que j’avance en âge, que mes dents sont usées et que j’aime mieux rester couché derrière le poêle et filer mon rouet que de courir après les souris. Ma maitresse a voulu me noyer ; je me suis sauvé à temps : mais maintenant que faire, et où aller ? »

« Viens avec nous à Brême ; tu t’entends fort bien à la musique nocturne, tu te fera comme nous musicien de la ville. »

Le chat goûta l’avis et partit avec eux. Nos vagabonds passèrent bientôt devant une cour, sur la porte de laquelle était perché un coq qui criait du haut de sa tête.

« Tu nous perces la moelle des os, dit l’âne, qu’as-tu donc à crier de la sorte ? »

Sous le lierre
Au creux des bruyères et des ronces
Des ronces
Sont cachées
Tapies sous les pierres
Les réponses

Je n’eus pas le temps de finir mon histoire que le signal annonçant la fin des jeux retentit dans les airs. Les enfants se précipitèrent vers le parvis de la cathédrale. Je souris à mes compagnons et me dirigeais vers le jury. J’avais hâte de savoir qui avait gagné. J’espérais de tout cœur remporter cette victoire pour pouvoir goûter à ce magnifique nuage rose.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: A la conquête de la barbapapa (PV Lucy)   A la conquête de la barbapapa (PV Lucy) - Page 2 EmptyDim 29 Mar - 10:15

Lucy Heartfilia
Lucy Heartfilia

Fairy Tail

Click


A Jamais Une Amitié
Rp Libre ~

♣ Il en fut décidé ainsi. Il en fut ainsi pour le reste de notre journée et de ce moment. Alouarn fut notre porte-parole et aussi celui qui s'occupa de calmer ces petits monstres bien agités. L'histoire de Peter Pan, tout le monde la connaissait. Je la connaissais également et quelque part...Elle me fit penser à Natsu et Happy. Inutile de dire quels rôles ils auraient ces deux-là. Ils sont d'ailleurs certainement quelque part dans le monde entrain de vivre mille et unes aventures ensemble. Du moins c'est ce que j'espérais. J'espérais sincèrement qu'ils s'amusaient, insouciants de toutes choses, insouciants de ce qui nous arrive...a nous.

Pendant quelques secondes mon sourire s'efface. Je ne peux pas nier qu'ils ne me manquent pas. Tous. La guilde paraissait si vide, comme si elle avait perdu son entrain, sa joie de vivre. On avait oublié de vivre sans eux. On s'était recentré sur notre puissance individuelle pour pallier à toute attaque en attendant leur retour. On s'était recentré sur nous-mêmes, oubliant quelques fois de rire ou de partager certaines choses.

On avait changés au plus profond de nous et les événements récents avaient voulus ça. Moi-même je savais que je n'étais plus celle que j'étais. Lisanna non plus. Qui oserait dire que l'on est toujours les mêmes ? De l'extérieur, pour les autres, nous n'avons certainement pas changer mais pour ceux qui nous connaissent...Quelque chose en nous c'est casser.

Nous étions brisés. Mais malgré cela, on a continué de vivre, on a avancé, on s'est reconstruit parce que c'est comme ça que l'on vie. On vit à fond. On tombe, on se relève. J'ai appris à me relever moi-même sans sa main. Je voulais lui montrer mes progrès. Je voulais qu'il soit fier de moi et qu'il n'ai plus de soucis à se faire pour moi.

« Je vais bien » C'est ce que je me répète chaque nuit. Je vais bien. C'était tout ce qu'il y avait à savoir.

Finalement le signal me sort de mes pensées et on est tous conviés à se regrouper. Le jury se réunit également et je finis par retrouver mon sourire en voyant que dehors..Les enfants avaient perdus leurs aisances. Dehors ils n'étaient que des enfants contre le monde. Des êtres encore innocents face à tout ce qu'il se passe en dehors de cette ville. Mais même ici, les choses bougent. Ils étaient seulement trop jeunes pour s'en rendre compte.

Tant qu'ils croyaient encore en la magie des histoires, c'était tout ce qui comptait. C'était pour ça qu'on se battait et qu'on se levait chaque matin. Pour préserver cette petite étincelle dans leurs yeux quand on parle « magie ».

« - Après délibération, ce qui ne fut pas chose aisée, il a été décidé que le groupe vainqueur serait.... »

Un petit moment de silence qui paraît être une éternité pour nous. Une éternité qui ne s'achève pas et pourtant, une fin s'y attache.

« - C'est une égalité parfaite !!!! Nous vous convions comme convenus autour du stand et... »

Je ne le laisse pas finir sa phrase, je me retourne vers Alouarn, lui disant de m'attendre et je me précipite vers le stand pour prendre l'objet de ses convoitises avant de lui tendre tout sourire.

«- Parce qu'il y a des amis partout où nous allons. Nous tissons des liens que nous protégerons à l'avenir. »

Parce que dorénavant, cet échange avait scellé notre amitié. Je me souviendrais de lui comme lui de moi. On ne s'oubliera pas. Pas après tout ça en tout cas.

Les amis ont tous une place importante dans nos cœurs. C'est ce qui nous protège, nous fait grandir, nous fait rêver.

L'amitié en faite c'était ce pourquoi moi je me battais.

Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Conquérir est notre destin - Chevalier de Harcourt -
» Runewars, conquête med-fan
» Bernard Giraudeau
» [FB1622]Dans les rouages de l'homme poisson [FINI]
» MI7 ► à la conquête du nouveau monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Est :: Magnoria :: Cathédrale Caldia