Voir le deal
31 €

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Liens primordiaux [Ouvert]
 MessageSujet: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptyLun 25 Aoû - 6:44

Olivia Felicis
Olivia Felicis

Ajatar Virke

Click



Liens Primordiaux
feat. Ethan


Rentrée à la guilde après une retrouvaille plutôt intense, je ne pouvais que me reposer pour oublier mes soucis, boire un verre d'eau fraîche puis m'isoler comme d'habitude pour jouer de la harpe. Quelle étrange sensation de se retrouver seule alors que pendant tout ce temps j'ai fait des missions, des rencontres, des missions, de nouvelles rencontres. Mais au fond, toutes ces personnes semblent illusoires puisque quand je rentre à la guilde, je reste seule. La disparition d'Amaterasu me bouleversa grandement, c'était la personne la plus proche de moi. Elle me comprenait vraiment, du moins c'est ce que j'en pensais. Là, la connexion ne se fait plus, elle a sauvé notre île mais elle ne vient plus, et lorsque je l'ai vue dans la forêt de LanthaKô... je n'ai pas du tout réussi à la reconnaître. Ça me frustre un peu, beaucoup même, et cela me fait bizarre car je ne vois plus personne du tout à la guilde depuis qu'on s'est éloignées elle et moi.

Je me sens un peu à part, surtout depuis que Laxus est parti. Non pas que je m'entendais bien avec lui, mais c'est surtout que son départ ne me toucha pas au même point que tous les autres. Je veux dire, je n'ai jamais vraiment parlé avec lui, il me faisait juste un peu peur quand il était là et c'est étrange que de se dire que maintenant, nous avons tous notre responsabilité alors qu'avant j'étais toujours dépendante de quelqu'un. Il me faudrait un instant pour m'affirmer, me questionner sur qui je suis réellement, sur mes objectifs. Je suis une mage, j'appartiens à une guilde et je fais des missions, mais au fond... Pourquoi ? Je réfléchis un instant puis trouve enfin la réponse à ma question : pour Fiore, pour la vie, pour toutes ces sensations procurées par le sourire des gens quand ils nous remercient. Et en ce moment, j'ai tendance à oublier ce détail, je les vois sourire mais cela ne m'apporte rien. Je suis comme... différente.

Je place ma harpe sur mes jambes puis je me mets à pincer les cordes un peu au hasard et cela émet quelques sons, étranges, non mélodieux, des simples sons qui reflètent mes pensées. Il y a de tout, du désordre, un chaos démentiel qui remet en cause ma propre raison. Olivia, réveille-toi, tu commences à te perdre. Je pense tout à coup au jour où je suis entrée à la guilde, tous ces sourires, toutes ces têtes différentes, il y en a même que je n'ai toujours pas vues alors qu'ils font bel et bien partis de la guilde. Je pense que mon souci est que... J'ai eu du mal à m'intégrer. Mes doigts s'arrêtent puis j'inspire profondément avant d'entamer une mélodie douce, certes un peu triste mais délicate et empreinte de mes sentiments : solitude, tristesse et espoir.

Ousama wa
(Le Roi)
Minna ni batsu wo ataeru
(Impose à tous un châtiment)
Dakara ousama wa
(Voilà pourquoi le Roi)
Itsumo hitoribocchi
(Reste toujours seul)

Ousama wa
(Le Roi)
Totemo kokoro ijiwaru
(est mauvais au fond de lui)
Dakedo minna ni
(mais il veut que tout le monde)
Jibun kama tasashi
(capte son attention)

Kanashii samishii
(Triste et isolé)
Hitori de todokute
(Abandonné à sa solitude)
Dakedo sore shika
(Il n'est capable)
Dekinai kara
(De rien d'autre)


Et quand le chant s'arrête, que mes lèvres se ferment une dernière fois. Je me demande quelle est la cause de cette situation. Je... n'ai jamais rien imposé à quiconque et pourtant on me vole toujours mes amis. A l'école, ou encore Yoan, ou Amaterasu, pourquoi donc le destin veut-il m'emprisonner ? Mes poings se resserrent sur ma harpe et c'est comme des larmes qui commencent à couler de mes yeux. Je n'arrive pas à trouver de réponse et c'est ça au fond qui me rend le plus triste.



(c) Never-Utopia
 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptySam 27 Sep - 8:39

Ethan Faun
Ethan Faun

Var Ulfur

Click


La Curiosité est un vilain défaut
Rp Libre ~

♣ La race humaine est étrange. Quand il fait chaud, elle souhaite qu'il fasse frais et quand c'est le cas, elle court se réchauffer au plus vite. Les êtres humains sont contradictoires. Rien de ce qu'ils font ou disent n'est logique. Rien de ce qu'ils sont n'est véritable. Nés menteurs, traîtres, ils ont toutes les armes du monde avec eux et pourtant, ils ne s'en servent que pour blesser et causer du tort. Ils ne savent rien faire.

Faire du mal. Toi aussi tu étais passé par là. Pour ta vanité on t'avais condamné. Pour ton orgueil le destin t'avais punis et ce n'est que maintenant que tu commençais à comprendre le sens de tout ceci. Ce n'est que maintenant que tu saisis l'importance de ton destin et de cette punition.

Ce n'est que maintenant que tu réagis.

Tu as été abuser, tromper, trahis et pourtant quoi qu'il arrive tu te relèves car c'est ainsi que tu as été élever. L'homme ne meurt que quand il abandonne. L'homme ne cesse d'être que quand il perd confiance. L'homme peut être grand mais à condition qu'il connaisse ses limites. Et toi Ethan, connaissais-tu les tiennes ?

Depuis que tu avais quitté ton pays natal pour te retrouver dans le Royaume de Fiore, tu n'avais fais qu'enchaîner les mésaventures et les rencontres toutes aussi diverses que variées. Les gens que tu avais croisé sur ta route était tous étrange et avaient tous un petit quelque chose de pétillant. Aucun d'eux ne manquais de te surprendre. Au fond, tu avais sûrement dû oublier ce que représenter le fait d'être un homme.

Un homme....un animal. Un juste milieu des deux. Tu ne peux pas être approcher par la gente féminine de peur de te retrouver en bête. Le moindre contact et te voilà aussi petit qu'un lapin et encore..même lui semblerait plus gros à côté de toi. Toi qui avais joué pendant si longtemps avec les filles, les femmes, voilà ton triste et funeste sort. Tu ne peux plus en approcher une seule...Encore moins en toucher une.

La population de Fiore avait eu l'occasion à quelques reprises déjà, de faire l'expérience de ce que tu appelles ta « malédiction » alors que les gens d'ici voient cela comme une « bénédiction » car ce sort, te permettais de te transformer en bête...Tu étais alors rangé dans la catégorie des mages.

Les mages...Indépendants ou en guildes, tout cela t'étais encore inconnu et tu ne souhaitais qu'apprendre, que savoir, que connaître.

Déambulant sur les chemins rocheux, songeur, tu réfléchis à un possible avenir dans une guilde peut-être un jour..Mais qui ? Pourquoi ? Est-ce que cela est-il possible ? Il y avait encore tant de choses à voir avant de prendre une décision.

Ta rencontre avec Azulie de Fairy Tail t'avais marqué et peut-être que celle là...mais il y en a d'autres et toutes les options méritent d'être explorer.

Soudain ton rayon de soleil se trouva cacher par une ombre géante, quelque chose camoufler le peu de chaleur que tu pouvais avoir en ce jour et tu levas les yeux à moitié aveugler avant de voir une masse flottante, accroché à une branche géante..Un arbre ? Un arbre peut-il seulement être aussi gros ?

Par curiosité tu décidas d'aller explorer l'endroit. Jamais encore tu n'avais vu de pareils structures, volatiles, imposantes...Tel un enfant se lançant à l'abordage d'une nouvelle cachette, tu décidas de t'y rendre sans trop savoir pourquoi. Seulement pousser par cette pointe de curiosité et aussi d'envie...Comme si tu présentais le fait qu'il allait t'arriver quelque chose en grimpant là-haut.
Tu finis par arriver à la hauteur d'un balcon que tu escaladas et tu t'avanças dans ce qui semblait être un hall somptueux. L'endroit semblait désertique, il n'y avait pas un bruit, seulement les oiseaux au loin dans le ciel.

Y'avait-il quelqu'un en ces lieux ? L'endroit pouvait-il être abandonner ? Cela pourrait faire un parfait domicile quoi que trop grand pour toi tout seul mais tu pourrais alors dire adieu à la sieste sur l'herbe.

« - Eh oh ?! Y'a quelqu'un ? »

Tu avanças prudemment, comme si tu sentais la menace et pourtant, tu n'eus aucunes réponses. Personne.

Tu continuas, en hésitant sur la direction à prendre tellement que les couloirs partaient dans tous les sens.

« - Hellooooo ? Euuh...Excusez moi ? »

Peut-être que quelqu'un finira par te répondre..un de ces quatre.

 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptySam 27 Sep - 10:28

Olivia Felicis
Olivia Felicis

Ajatar Virke

Click

Les yeux noyés dans ce qui semble être des larmes, les iris argentins s'assombrissent pour devenir ceux d'un démon attristé. Noirs, humides, les pupilles occupent presque tout l'espace de mes yeux bridés et ressemblent à deux diamants d'ébène. Parfaits et obscurs, tristes et délicats, ils ne semblent qu'être le début de mon état. Le sentiment est grand mais je me retiens de pleurer, je serre les dents pour garder la tête haute et résister, oublier, puis faire passer la douleur. Soudain, une voix. Soudain, des pas.

Je me lève en catastrophe pour éviter que quelqu'un soit témoin de la scène. Ce serait une honte pour moi que l'on me voit ainsi, que l'on cherche à me réconforter. Je suis celle qui réconforte, pas l'inverse. En fait, je n'aime pas être redevable et je préfère encore mentir que de devoir la compassion à quelqu'un, car le retour se fera perverti, il s'agira d'une compassion dûe, de compensation artificielle que je lui offrirai et je ne veux pas de cela. Ma main vient chercher mes paupières pour les essuyer puis mon visage se cache à nouveau derrière le masque immaculé de la joie. Sourire forcé face aux ruines de la guilde, rictus dessiné pour plaire aux invités, j'ai été élevée de cette manière et cacher mes émotions n'est pas un problème. Maintenant, la priorité est de savoir qui donc est venu.

Attachant ma harpe à une lanière que je tiens sur mon épaule. Je m'avance pour satisfaire ma curiosité, ou bien pour taire mes peurs, les deux semblent corrects. Mais pourquoi une telle angoisse s'installe-t-elle alors qu'il n'y a aucune raison d'être apeurée ? Je m'avance et les battements de mon coeur s'accélèrent, si bien que je n'ose plus m'avancer. J'entends de nouveau sa voix, étrangère, une voix d'homme qui n'a pas l'air d'en vouloir à la guilde, mais elle reste une voix inconnue. Je m'avance, une dernière fois, lentement, le coeur bouleversé pour finalement voir ses jambes. Et avec délicatesse, mes yeux se lèvent pour découvrir son visage. Calme, respirant lentement et sentant mon poux redescendre au plus bas, je me permets de lui répondre.

"Il n'y a personne, ici. Ils se sont envolés, loin dans le ciel pour la plupart d'entre eux et nous ne savons pas quand ils reviendront. Les restants sont descendus là d'où tu viens et ne veulent plus revenir ici, le passé est trop lourd à supporter en ce lieu. Ne sens-tu pas ? "

Mon regard se détache du sien puis je tourne sur moi-même en levant les bras, désignant le lieu qui nous entoure, les pierres dominées par la nature, la mousse qui s'est installée sur les arbres, le bois du bar qui a pris l'humidité. Et soudain je m'arrête de tourner et repose ma question au jeune homme.

"Ne sens-tu pas ? Toutes ces forces auxquelles on ne peut se soustraire. Thallie sait pourquoi elles sont là, mais elle ne nous le dira pas. "

Mon discours doit peut-être effrayer l'inconnu et je me dis que je devrai me présenter avant qu'il ne parte. Je ne veux pas qu'il ne parte, mais je ne veux pas qu'il ne reste. D'une part j'ai honte de lui présenter la guilde sous cette forme, mais d'une autre, je recherche de la compagnie pour retrouver ma lucidité. Je ne veux plus être considérée comme une folle, je veux agir, croquer la vie à pleine dent comme tout le monde.

"Je m'appelle Olivia, je suis une membre d'Angel's Sky et je serai heureuse de te faire visiter les locaux de la guilde, si tu es là c'est par curiosité, n'est-ce pas ?.Enfin, si tu cherches à nous piller, saches que je suis la seule à garder ce lieu mais méfie toi des apparences, je ne semble pas aussi faible que ce que tu peux croire et je vérifierai si tu n'as pas volé quelque chose en repartant. "

Je le regarde, toujours avec ce léger sourire écarlate afin de ne montrer aucune violence, je ne connais aucune violence à vrai dire. J'aime tous les humains de toute manière, c'est juste par précaution que je m'adresse ainsi, après tout il y en a de plus en plus perfides et parfois il vaut mieux prévenir que guérir.
 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptySam 4 Oct - 9:18

Ethan Faun
Ethan Faun

Var Ulfur

Click


Château Ambulant
Rp Libre ~

♣ Mais personne mais pourtant quelqu'un. Telle fut la réponse à ta question tandis qu'une voix te répondis alors qu'elle sortait progressivement de l'ombre. Une voix féminine et par reflex mais très discrètement, tu reculas.

Les femmes étaient dangereuses, même celles qui ne ressemblaient pas à des femmes. L'être se tenant devant toi abordé un discours des plus étranges mais l'étais d'autant plus. Une sorte de fantôme ou ...Il y avait quelque chose chez elle qui n'était pas humain et ne le paraissait pas. Sa peau blanchâtre certainement ?

Son attitude, son discours, tout était étrange, parlant de ceux qui étaient descendus et ceux qui s'étaient envolés, il y avait là de quoi rendre fous une personne censé mais c'était mieux pour toi. Tu n'étais pas censé. Tu étais blond, idiot et naïf. Tu continuais à croire dans une certaine forme de force humaine alors que tu perdais ton humanité progressivement, à chaque contact avec des femelles.

Le fantôme finit par se présenter. Olivia, membre d'Angel's Sky. Alors comme ça tu avais attéris dans une guilde. Ironie du sort ? Toi qui voulais éviter le contact avec les gens appartenant à des guildes...

Tu ne dis rien tandis qu'elle continuait à parler, te traitant de voleur au passage et ton orgueil en pris un coup.

« - Tu peux me fouiller dans les moindres détails si tu le souhaites, je ne souhaite pas voler ce qui ne peut être voler. A quoi bon ? Il n'y a rien ici à part un tas de ruine, juste des ruines et toi même, tu viens de le dire. Tu te sens seule au point que tu rejettes le peu de compagnie que tu peux avoir ? Je ne souhaite pas m'aventurer dans ton château ambulant si il n'y a rien ni personne ici. J'étais venu chercher un abris pour passer la nuit, rien de plus. »

Tu te détournas avant qu'une pincée de remords te pris à la poitrine. Il ne fallait pas être dur avec les fous, il fallait seulement les comprendre. Tu soupiras avant de dire...

« - Moi c'est Ethan...Mage vagabond. Enchanté au passage ! »

Même si tu ne souhaitais pas avoir de contact avec des mages de guildes et encore moins des femmes...Tu souhaitais au moins avoir un endroit où passer la nuit, c'était tout.

Est-ce beaucoup demander ?

« - Par contre, si tu pouvais...disons...Garder tes distances de moi...Genre un périmètre de 5 mètres ça me conviens, j'ai quelques soucis...Avec les femmes...ou même les moitiés de femmes enfin je sais pas trop ce que tu es mais t'es pas humaine...Trop blanche pour l'être. »

Vas-y, va vexer ton hôte, on verra quel sort elle te réserves ensuite. Qui était humain en ce bas monde ? Personne. Pas même toi et tu le savais. Tu étais la moitié d'une âme humaine et la moitié d'une âme de bête alors à quoi bon se moquer d'autrui ? Elle était blanche justement et bizarre mais ce petit être fragile avec un teint porcelaine, restant seul dans ce château ambulant...Avait quelque chose de divin au fond.

Y'a t-il vraiment une divinité là-haut qui t'envoie un message en te présentant la guilde des « Anges » ?

 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptyDim 5 Oct - 20:41

Olivia Felicis
Olivia Felicis

Ajatar Virke

Click

Un tas de ruines, des débris, au fond de moi je sais que la guilde en est réduite à cela, je l'ai compris, mais je ne me suis toujours pas faite à l'idée. Rien qu'entendre les paroles de cet homme me fait me sentir insultée, salie par ces paroles, qui, tels des couteaux viennent un à un transpercer l'amour que j'éprouve pour ma guilde. Je l'aime, et rien que pour cette raison elle représente bien plus que cela, ou elle le devrait. C'est pourquoi la peur de la voir s'effondrer davantage me pousse à me méfier de tout.

Mais dans sa voix repose quelque chose de sûr : de l'innocence ainsi que de la sincérité, assez pour que je descende de mes grands chevaux et accepte sa venue. Cet endroit est bien assez grand pour héberger plus d'une personne. Je m'excuse alors du manque de tact avec lequel je l'ai accueilli en baissant les yeux timidement.

"Je suis désolée... Mais j'étais sincère pour la visite, si on sait apprécier les choses à leur juste valeur alors on peut très bien se plaire à les observer. Enfin, je ne vais pas t'embêter avec ça si tu ne veux pas. Pour ce qui est d'un abri... je dois avoir une chambre en plutôt bon état. Il faudra juste que je règle quelques soucis de logistique avant."

Des soucis de logistique ? Je dois avoir l'air très crédible, il vaut mieux que je lui explique le souci, qui n'en est pas vraiment un, mais pour qu'au moins il sache que je ne manigance rien de mal. Je saisis alors ma harpe en souriant puis j'entends cette histoire de périmètre et de moitié de femme. Quoi ?! En voilà une manière de parler aux femmes ! Trop blanche ? C'est une marque de noblesse et de beauté d'où je viens ! Je grimace et me dis que cet homme n'a sans doute pas été éduqué comme tout le monde puis je lui dis avec un sourire hypocrite sur mon visage.

"Il n'y a plus de souci logistique en fait, j'ai une chambre pour toi de libre depuis que celui qui l'occupe à décidé de dormir dehors. Oui oui oui, Monsieur Apollon a décidé de dormir dehors puisque de toute manière il fait trop chaud dans sa cage !"

Je pince quelques cordes sur ma harpe pour jouer une légère mélodie puis soudain des pas se font entendre, accompagnés de tremblements de plus en plus grand. Un grognement puis soudain des crocs aussi blanc que la lune surgissent du fond de la pièce, accompagnés de zebrures dorées entourant les pupilles félines de la créature sauvage. Le tigre s'avance pour finalement s'asseoir à mes côtés, la gueule ouverte et les yeux fixant l'étranger.

"Il est mon garde du corps et il te prêtera volontiers sa cage. Mais attention, un cadeau ne se refuse pas et il sera très mécontent si tu le fais, n'est-ce pas mon petit Apollon ?"

Je caresse le félin au niveau de la collerette blanche qui entoure son visage puis je m'avance doucement d'Ethan, à quelques mètres seulement de lui pour finalement pousser un éclat de rire avant de me reculer aussi rapidement que je m'étais avancée.

"Mais ne pleure pas, je rigolais. Cependant tu devrais vraiment apprendre à parler aux femmes, j'aurai pu être vexé si je n'avais pas été éduquée de manière à comprendre les hommes. Cependant si tu veux dormir dans une cage... l'offre est toujours disponible."

Je ris puis je joue une nouvelle mélodie afin qu'Apollon retourne à son emplacement d'origine, c'est à dire à l'étage pour surveiller la guilde mais la plupart du temps il guette les papillons par-delà la fenêtre. Je rattache ma harpe au ruban placé sur ma robe puis je demande enfin à Ethan.

"Bien, souhaites-tu directement te reposer ? Si oui c'est la chambre à l'étage, la porte toute à gauche. Ce doit être la seule qui est rangée. Ah et si tu me cherches, je serai dans le jardin, sauf s'il est trop tard je serai dans ma chambre."

Je me retourne alors, me dirige vers le banc où j'étais précédemment en train de jouer de la harpe puis je réfléchis aux différents moyens de faire revivre la guilde. Un hôtel ? Pourquoi pas... Mais bon ce serait vraiment en dernier recours. Oh et ce serait trop cher, il faudrait refaire toutes les chambres, tous les bâtiments, ce serait vraiment beaucoup de travail. Non ! Il faut que je fasse davantage de missions pour faire une réputation à la guilde. Ca y est ! Une réputation. Il faut que cet homme parle de la guilde en repartant d'ici et qu'il nous fasse de la pub. Je souris perfidement en regardant vers les chambres de la guilde.
 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptySam 11 Oct - 5:19

Ethan Faun
Ethan Faun

Var Ulfur

Click


Solitude
Rp Libre ~

♣ Si il y avait bien un truc que tu devais de retenir des femmes c'était qu'elles étaient dangereuses. Une femme ce n'était pas honnête. C'était fourbe, manipulatrice, sournoise et celle que tu avais en face de toi cacher plutôt bien son jeu. Alors que la discussion commençait tout juste à devenir intéressante voilà que tu te retrouves nez à nez face à un gros chat.

T'as jamais aimer les chats. Les chats étaient perfides tout comme les femmes et c'était certainement pour ça qu'ils s'entendaient si bien. Ils étaient sournois et passer le plus clair de leur temps à se vanter. Les chats c'étaient la classe noble des animaux...C'était ceux qui profitait des autres et au vue de ta taille, même transformer, tu pourrais passer pour une souris et tu servirais tout juste d'amuse-bouche.

Tu gardas le silence, ne souhaitant pas non plus passer ta nuit dans une cage...Enfin une cage...tu en avais déjà une même si elle n'était pas visible pour les humains. Tu avais ta propre prison faite de magie et de malédiction et cela te suffisais.

Olivia...tel était son nom, finit par partir t'indiquant brièvement le chemin des chambres et t'informant que madame serait dans le jardin ou dans sa chambre..M'ouais bon, y'a plus chaleureux comme accueil mais il y avait pire aussi.

Tu attendis qu'elle disparaisse totalement, jusqu'à ne plus entendre ses pas dans les allés avant de faire toi même ta visite du proprio.

Malgré le fait que l'endroit était en ruines, deux ou trois coups de marteaux avec un bon coup de peinture pourrait faire que ce truc volerait de nouveau...Parce que tu avais entendu parler de la guilde d'Angel's Sky quand tu étais arrivé à Fiore, tu t'étais renseigné sur toutes les guildes et à la base..Celle là devait volée. Pourtant tu étais arrivé ici et fut surpris de découvrir une guilde en décomposition tant au niveau physique qu'au niveau de son effectif. Il n'y avait plus personne, plus rien..Juste un fantôme trop blanc, un gros chat et ...toi en tant qu'invité d'honneur si on peut dire ça..

Même si tu étais un animal au fond de toi, tu avais un piètre sens de l'orientation et finit par te perdre très vite entre deux couloirs. L'endroit était vaste et des couloirs...Il n'y avait que ça. A droite, à gauche, en haut, en bas...Partout ! Un vrai piège à rat..comment ils faisaient pour s'y retrouver ici ? On pourrait se le demander.

Finalement au bout de quelques heures, tu arrivas devant l'endroit indiqué par ton hôte et ouvra la premier porte te tendant les bras. La poussière était reine mais avec un coup de queue, tout était partit et puis tu ne demandais pas non plus la suite royale...qui ne devait pas exister.

« - On se sens vite seul ici....dis-tu en t'asseyant sur le matelas où tu pouvais sentir le ressort sous tes fesses »

Tu finis par te lever et partis à la recherche d'Olivia et de son chat. La nuit était tombée et elle devait certainement se trouver dans sa chambre quelque part par là..L'endroit était sombre mais tu te fias à ton ouïe pour la retrouver car même si tu étais un homme d'apparence, tu avais pris tous les avantages de la bête depuis ce soir là...

Frappant à la porte, tu attendis à l'extérieur une réponse. Il est vrai que tu ne peux plus approcher les femmes, que tu ne peux plus les toucher et éviter le moindre contact avec elles était plutôt difficile mais ce n'était pas impossible..Il suffisait de rester loin..et puis pourquoi partir ? Cet endroit est plaisant et de toute façon..Tu n'as nul part où aller...

Tu es..tout seul.

 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptyVen 31 Oct - 21:09

Olivia Felicis
Olivia Felicis

Ajatar Virke

Click

Assise sur ce banc de marbre blanc dont les sculptures restent grossièrement cachées derrière un film de mousse, je me questionne sur la provenance de cet homme. Mais l'interrogation ne dure guère longtemps puisque je me lève afin de pouvoir répondre à mes devoirs. Je suis seule ici et c'est à moi de m'occuper de ce lieu. Ce serait limite une tâche que de faire cela au quotidien, c'est pourquoi je m'y adonne seulement une fois par semaine, de quoi ne pas être trop surchargée. Après, ce n'est pas comme si j'avais tout mon temps mais je pense que cela suffit afin de maintenir la guilde propre. Ma main vient entourer avec élégance l'anse d'un arrosoir de verre puis je me dirige vers le puits afin de le remplir.

L'eau, elle provient de la terre située bien plus bas et pourtant il est si facile de la récupérer dans ce puits. Je ne sais qui est l'auteur de cette oeuvre mais il a réussi à faire monter l'eau d'elle même, si bien que le puits est rempli tous les jours de l'année. Mes lèvres se rapprochent du liquide, allant jusqu'à l'effleurer pour y déposer un baiser. Une onde se déplace, une légère vague se dissipant petit à petit jusqu'à ce que mon reflet apparaisse sur la surface miroitante de l'eau. Tristesse, la seule chose que je vois là est de la tristesse. Je me force alors à sourire, premièrement pour cacher le sentiment, deuxièmement car la plupart des hommes préfèrent les femmes lorsqu'elles ont l'air heureuses. Je me relève et soulève l'arrosoir, cette fois rempli, afin de déverser son contenu sur les plantes présentes dans le jardin. Il y a ça et là quelques orchidées qui, solitaires, tournent le dos au soleil tandis que les autres fleurs aspirent vers ses rayons mielleux. Elles sont mes préférées pourtant, car elles sont différentes, car malgré leur beauté elles affichent bien plus de qualités, un peu comme Thallie et son tempérament aigre-doux. Mais leur orientation sera toujours une arcane de la botanique, tout comme les préceptes des Geishas.

On les force à nous regarder pour qu'elles exhibent finalement leur prestance. Mais qu'en est-il de leur vertu ? Nous n'en savons rien. Qui donc oserait goûter à quelque chose d'aussi beau, qui donc oserait froisser la perfection sans nier le risque de la briser ? Seuls les fous oseraient, seuls les fous... Je me rappelle alors des balades en forêt avec mon frère adoptif et de nos petits jeux que l'on faisait pour s'amuser. "Qui trouve la plus belle fleur?" était en effet mon préféré car nous étions tous les deux doués et que l'on trouvait de si beaux spécimens dans la forêt de Clover. On les arrachait sans vraiment savoir que l'on était responsable de leur disparition. On les trouvait jolies, elles sentaient bons alors les ramener à la maison était sans doute la meilleure idée, jusqu'au jour où l'on apprit à faire une bouture. Que c'était amusant... Je me souviens encore du sourire de ma mère prenant plaisir à nous enseigner comment s'occuper des belles choses afin d'éviter qu'elles ne fanent trop vite. C'était vraiment excitant...

Mon arrosoir est vide et il me faut le remplir encore une fois, je me dirige vers le puits pour aller chercher de l'eau et c'est en regardant dans le reflet du ciel que je constate que la nuit approche rapidement. Cela fait un bon petit moment que j'arrose les fleurs de l'île et je me rends compte que le temps passe vite quand on se perd dans nos pensées. Je tourne alors la tête et je vois le poil argenté de la bête à la peau rayée luire sous les derniers rayons du soleil. Il est là pour me porter un message. "Il a trouvé." A vrai dire j'avais complétement oublié sa présence mais maintenant que j'y pense, il en a mis du temps pour trouver la chambre. Je souris à Apollon pour lui dire que tout va bien et qu'il ne faut s'inquiéter.

"Nous n'avons pas tous un sixième sens, n'est-ce pas ? "

Le tigre ne bronche pas, il se permet juste de cligner lentement des yeux pour finalement quitter le lieu avec nonchalance. Les félins sont des bêtes très imbues de leur personne. Leur égo est leur principale source de motivation mais ils restent tout de même élégants et sympathiques malgré leur égoïsme. Celui-ci possède aussi son histoire, il ne s'est pas retrouvé par hasard sur une île céleste pour protéger les membres d'une guilde. Mais pourtant cette histoire n'est pas la plus vieille à raconter non plus. Il y a de ça quelques mois, alors que je rentrai de Harujion, je profitais de l'air marin de la ville et j'ai fait la rencontre d'un marchand d'armes. A la base je cherchais de quoi me défendre mais je me suis rendu compte que la violence n'était pas vraiment mon truc. Et comme il y a des trafics de tout et n'importe quoi en zone portuaire, je suis tombée par hasard face à cet animal. Il m'inspirait confiance, mais gagner son respect fut une des tâches les plus difficiles de toute ma vie je crois...

Il s'en va et je me prépare à partir moi aussi. Partir où? Non loin de là, mais il faut tout de même se préparer pour ne rien laisser en dehors des bâtiments, éviter de perdre des affaires inutilement, prendre son temps puisque la vie est longue et jouir de ce qu'elle nous offre. La nuit, quel étrange phénomène, le soleil se couche à peine et je sens déjà les filaments de brise me frôler le corps. La nuit n'attend pas, elle englobe tout ce qu'elle peut contenir : le ciel, l'air, la lumière, nous. C'est comme si elle nous séparait chacuns, afin que nous nous sentons tous encore plus seuls. Je contemple le ciel depuis cette île, il est bien différent car d'ici on voit le soleil se coucher un peu plus tôt puisqu'il passe par dessous les nuages mais il continue de luire au travers. Et c'est lorsque le dernier éclat disparait que je tourne le dos à ce portrait si bien connu. C'est un peu un rituel que d'admirer les phénomènes naturels, cela rythme avec plus de rigueur mes journées et cela me permet de me souvenir de chacune d'entre elles contrairement à certains qui se permettent de subir la vie et d'en oublier chaque détail.

Je resserre la ceinture qui entoure ma robe puis je me dirige vers ma chambre. J'hésite à rendre visite à Ethan, de peur de le déranger alors je préfère le laisser tranquille. J'allume une bougie pour m'éclairer dans les couloirs puis je pousse la porte en bois dont le grincement me fait rappeler l'état de la guilde. Tant de ravages en si peu de temps, c'est comme si tout avait eu lieu la veille pour moi. Je m'installe à mon bureau pour allumer une tige d'encens à l'aide de la bougie puis je ferme les yeux avant d'inspirer profondément. L'odeur de camphre mélangée à celle du lila se propage dans la pièce et je souris lorsque la fraîcheur enivre mes poumons. Mes parents m'ont toujours dit que cela permet de se purifier et assure une grande longévité, à force, cette odeur m'est devenue familière mais la sensation qu'elle me procure reste toujours un pur plaisir. Comme une maigre extase m'appelant à bien plus, un fragment de bonheur pour lutter contre le malaise de la nuit, cette chose me permet de me rappeler bien des choses. Amaterasu, Issun, mes parents, Yoan, Hyun, Apocalius, Miku et les autres de la guilde, Ethan, ils sont tous des souvenirs, de la fumée qui se dissipe dans l'air mais l'odeur, elle, reste la même. Et lorsqu'on les revoit, lorsque la tige se rallume, tous ces souvenirs sont conservés pour qu'on s'en souvienne dès la première senteur.

Mes yeux se rouvrent et j'ai là devant moi une feuille vierge ainsi qu'un bol d'encre accompagné d'une plume. Les papiers administratifs... Voilà quelque chose de bien ennuyant. Etant donné que nous n'avons plus de maître, nous sommes chacuns indépendants et vu que je suis la seule à rester à la guilde, c'est bien moi qui me charge des taxes et tout le reste. J'ai bien peur que si je ne le fais pas, l'île sera utilisée à d'autres fins. Bien qu'ils n'aient pas le droit, ils arrivent toujours à s'approprier ce qu'ils veulent, ces rats. Et pourtant ce rocher dont la provenance reste inconnue, a toujours été maintenu en l'air grâce à nos soins. Il est normal qu'il nous appartienne, nous ne devrions pas avoir à remplir de stupides certificats pour le prouver. Mes doigts saisissent délicatement la plume pour la plonger dans l'encre. Je dessine alors un cercle accompagné d'une ligne puis je termine mon dessin en ajoutant quelques détails. Une fleur. Voilà donc le souvenir qui me reste. Je range la feuille dans un tiroir qui en contient bien d'autres où l'on voit par exemple sur le premier un désert de glace. C'est vrai, j'avais froid ce jour là, en fait le dernier date du jour où l'on m'a sauvée d'Ajatar et le seul souvenir qui me restait était la froideur de ma prison de glace. Et là ? Une fleur, c'est drôle car elle peut symboliser n'importe quoi et pas forcément la chose la plus attendue. La plupart des gens penseraient au fait que j'ai arrosé des plantes durant toute mon après-midi mais non, il ne s'agit pas de cela. Une fleur, c'est la naissance de quelque chose, l'éclosion d'un bourgeon, l'apparition du printemps, la force malgré l'hiver, cela peut être plein de choses. Là, cette fleur est surement destinée à Ethan qui est le mystère de ma journée. Je tourne la tête et je vois Apollon couché sur mon tapis.

"Je m'en doutais que tu n'allais pas dormir dehors, petit coquin, dès que tu en as l'occasion tu en profites pour gentiment emprunter mon tapis. "

Le tigre ouvre la gueule de manière à présenter ses dents, un sourire sans doute puis je me lève et enlève ma robe en la jetant sur l'animal de manière à lui cacher les yeux.

"Ne regarde pas, je me change."

J'ouvre mon armoire puis je choisis une nuisette blanche descendant jusqu'à mes genoux. Je vérifie qu'Apollon n'aie pas triché en retirant la robe de son visage puis j'enfile le vêtement avant de récupérer ma robe et la mettre dans un panier. Soudain j'entends quelqu'un frapper à ma porte. Je ne réponds pas mais je m'approche de celle-ci en posant ma main sur sa poignée. Hésitante et curieuse à la fois j'ouvre après quelques secondes de silence et je parviens à reconnaître le visage d'Ethan, cette fois bien maussade. J'écarquille alors les yeux en ayant le souvenir.

"Toi !" Je me souviens...

Sa solitude, son visage, le mien, ils sont les mêmes. Il exprime le même sentiment que mon reflet dans le puits. Je lui dis alors d'entrer, voulant presque le tirer par le bras puis je place dans sa main un miroir de poche. Il a sans doute l'air de ne pas comprendre mais je lui dis sur un ton inquiet.

"Regarde ! Tu as l'air triste... Mais j'ai quelque chose pour toi. Assis toi sur cette chaise, inspire un bon coup et dis moi quelle est la chose à laquelle tu penses en premier. Elle est souvent celle qui nous rend triste. Et une fois identifié, le mal est plus facile à faire disparaître."

 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptyVen 7 Nov - 9:01

Ethan Faun
Ethan Faun

Var Ulfur

Click


Jeu
Rp Libre ~

♣ Tu finis par entrer dans sa chambre qui semblait être la seule pièce pleine de vie de ce palais ambulant mais également la seule pièce où la joie de vivre avait fait ses valises avant de partir avec tous les autres membres de cette guilde autrefois réputée. Tu avais entendu parler d'Angel's Sky, même de là où tu venais on entendait parlé des guildes de Fiore...Des mages mais ce n'était pas du tout l'image que tu t'étais fais de l'endroit.

Aujourd'hui, il semble être en deuil.

Olivia te fis entrer dans sa chambre et remarqua ta tristesse. Était-ce vraiment de la tristesse ? Elle te tendis un miroir et te donnas quelques consignes.

Voir ton reflet allait-il vraiment t'aider ? Tu avais déjà toutes les réponses à tes questions...Sauf une. Où était la sorcière qui t'avais fait ça ? Où était Célestia ? C'était là la seule chose qui te manquais dans ton inventaire de réponses.

Tu souris instinctivement, non pas de ce sourire joyeux mais de celui qui remercie silencieusement la personne ayant de t'aider et lui rendis son miroir.

« - Ce n'est pas un miroir qui va résoudre mes problèmes et je sais déjà tout ce que je veux savoir, je te remercie. »

Tu fis le tour de la pièce des yeux avant de les laisser se reposer sur cette femme solitaire...et ayant pour seule compagnie un animal qui pourrait facilement te voir comme un hors-d’œuvre si tu venais à te transformer ici.

« - Dit moi ? Est-ce que je peux te poser une question disons délicate ? Tu m'as dis tout à l'heure que tout le monde était partit et qu'il ne restait plus que toi non ? Pourquoi restes-tu toute seule ? Pourquoi ne vas-tu pas voir le monde ? Il n'y a rien qui te retiens ici n'est-ce pas ? »

Il était vrai qu'elle n'avait rien de repoussant et puis il lui serait certainement facile de trouver une place dans une autre guilde alors pourquoi rester quand tout le monde est partit ? Les règles de Fiore allaient bientôt la rattrapée et elle finirait à la rue, mise dehors par le Conseil de la Magie...Ceux qui privent de leur maison les mages qui ont déjà tous perdus...donc pourquoi rester quand elle sait que le Conseil viendra bientôt sonner à sa porte ?

« - Sinon...Jouons à un jeu là, ce soir ! Qu'est-ce que tu en dis ? Jouons à cache-cache et ...Ton...ami peut jouer si il le souhaite ! T'exclamas-tu en lui souriant »

Cela fait longtemps que tu n'avais pas pris le temps de jouer, de profiter de la vie telle qu'elle se présentait à toi alors pourquoi pas ce soir ? Après tout...Vous êtes tout les deux dans le même bateau non ?

 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptyLun 8 Déc - 20:12

Olivia Felicis
Olivia Felicis

Ajatar Virke

Click

L'homme décline ton aide plus ou moins poliment et cela te fait rappeler le caractère de ces derniers. Ils sont fiers et tiennent à leur image, ouvrir son coeur n'est pas si facile pour la gente masculine, surtout auprès d'une personne presque inconnue. Je me dis alors que nous devrions peut-être faire davantage connaissance mais je ne crois pas qu'il soit du même avis. S'il ne veut pas s'ouvrir, alors je ferai avec. Soudain il pose une question à laquelle je me permets de prendre mon temps pour répondre. Je m'assied même sur mon lit, aux côtés d'Apollon, et regarde mon reflet dans le miroir que je tiens dans ma main droite pour me recoiffer brièvement puis je réfléchis comment lui expliquer ce que je pense.

"Je ne sais pas."

En disant ces paroles, je n'arrive pas moi-même à me persuader et je me force alors à continuer pour tenter de lui faire comprendre.

"Je ne sais pas comment expliquer cela à un mage solitaire. Les guildes en général sont pour nous une famille, une réserve de bons souvenirs et de joie. Celle-ci l'a été pour moi et ce n'est pas parce que les gens avec qui j'ai partagé cela sont partis que je dois aller chercher ailleurs immédiatement. Il me faut mon temps pour accepter leur départ, et tant pis si cela prend toute ma vie."

Je saisis une brosse sur la table de chevet afin de démêler mes cheveux délicatement puis continue d'expliquer ma vision des choses. Les noeuds disparaissent un à un et j'arrive de mieux en mieux à me comprendre moi-même.

"Au fond, si un mage souhaite intégrer la guilde, je l'accepterai volontiers. Je pourrai aussi partager de nouveaux évènements avec lui, continuer ma vie et rire à nouveau comme je l'ai fait auparavant. L'avantage ici c'est que nous n'avons plus de Maître et nous pouvons très bien intégrer quiconque nous rencontrons tant qu'il est une personne de confiance. Et si le Conseil venait à dissoudre la guilde, alors je crois que j'aurai à faire ce que j'aurai à faire. "

Je souris, cachant le réel sens de mes paroles, cachant une colère hypothétique qui pourrait s'éveiller si jamais la guilde venait à disparaître. Tant que nous aidons les gens, nous sommes libres de nous qualifier comme guilde. Alors que je le fasse seule ou non, cela revient au même. C'est juste que le concept de guilde sans maître en fait fuir plus d'un, mais si la guilde venait à disparaître, j'aurai tous ses secrets à disposition pour planifier ma vengeance. Mon visage reste impassible, jusqu'à ce qu'Ethan me propose un jeu. Je souris alors, les yeux pétillants comme ceux d'un enfant qui n'avait pas joué depuis longtemps, puis je lui réponds avec enthousiasme.

"Oh oui ! Cela fait si longtemps ! Mais je suis désolée de te dire que je connais tous les secrets de l'île et qu'il va être difficile pour toi de te cacher. Tu n'as qu'à compter sinon, je tâcherai de ne pas utiliser les cachettes trop difficiles."

Je lui fais un clin d'oeil amical, le narguant quelque peu sans être trop rabaissante puis me lève afin de me préparer à sortir. Je saisis alors ma harpe puis lui annonce les règles.

"Je jouerai une courte mélodie toutes les quatre minutes pour pas que tu ne sois totalement perdu. Apollon quant à lui rugira. Mais nous avons tout de même le droit de bouger ! Sinon ce serait trop facile. Allez, je te laisse compter jusqu'à trente, nous partons nous cacher ! Allez viens Apollon !"

Je saisis ma harpe puis cours dans le couloir suivie du tigre au pelage argenté et profite du peu des quelques secondes pour jouer une mélodie d'alacrité afin de nous accélérer grâce à ma magie puis nous courons tous les deux vers le puits situé dans le jardin pour finalement nous séparer. Je monte sur une échelle faite de bois adossée à la cabane située au fond du jardin puis guette la venue du blond tout en reprenant mon souffle. Apollon quant à lui est partie surveiller les salles secrètes de la guilde au cas où s'il venait à s'y perdre. Elles sont bien dissimulées mais on ne sait jamais...

Je regarde au loin, même si je ne vois pas très bien, et je crois percevoir l'homme. On dirait qu'il se dirige vers le bar, j'entends un bruit de porte, il est entré à l'intérieur. Cela fait quatre minutes, je devrai jouer une courte mélodie maintenant. Harpe en main, je pince quelques cordes puis m'apprête à courir si jamais il est attiré par le son. Il viendra sûrement je pense, mais ce n'est pas grave. J'aurai juste à passer par dessous la cabane.
 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] EmptyMar 9 Déc - 8:32

Ethan Faun
Ethan Faun

Var Ulfur

Click


Cache-Cache
Rp Libre ~

♣ Elle avait accepté le jeu. Sans résistance, sans question, sans hésitation. Aucune. Elle avait seulement acceptée comme si tout son être l'accompagnait. C'est alors que tu le vis enfin, son sourire. Depuis que tu étais arrivé dans cet endroit désertique et depuis cette fâcheuse question portant sur le reste de ses compagnons.

Tu ne réfléchis pas trop à tout cela car il était évident que ce n'était en rien tes affaires mais voir quelqu'un, seule et sourire peu après, t'apporte un peu de baume au cœur. Il n'était pas évident d'être toujours heureux et souriant en ce bas monde.

Désigné alors pour être celui qui cherche, car elle pensait que tu étais bien incapable de trouver la cachette idéale, la demoiselle pris les devant et apparemment d'humeur généreuse, t'annonça qu'elle allait t'aider à la retrouvée.

Te prenait-elle vraiment pour un mec paumé et sans but dans la vie ? Cela en avait tout l'air. Elle était loin de te connaître et loin de savoir qu'à ce genre de jeu, c'était toi le meilleur. Il suffisait simplement de sortir la botte secrète.

« - 1...2....3.....19....26....30 ! J'arrive attention !!! »

Tu partis alors, mains dans les poches, sifflotant comme si tout ceci n'était qu'un jeu d'enfant jusqu'à entendre le son de sa harpe. Top départ, la course commence. Même si elle se déplace, il ne te fallait pas longtemps pour être sur ses pas.

L'homme..La bête en toi pris le dessus dans cette partie et très vite ton ouïe et ton odorat pouvaient t'indiquer avec précision où la jolie demoiselle était partie se cacher avec son horrible et monstrueuse bête poilue.

Si seulement il pouvait se perdre dans les couloirs celui-là...ça t'arrangerait bien le temps d'une soirée.

Tu finis par arriver dans ce qui semblait être le jardin après un léger détour par le bar qui ne semblait pas être le lieu choisit mais tu t'en rapprochais et l'odeur le confirmait.

« - Me voilààààà !!! crias-tu »

Ta voix résonnait dans un écho troublant et amusé. Oui, tu t'amusais car cela faisait bien longtemps que tu n'avais pas trouver un compagnon de jeu...ou une compagne pour cette fois et alors que tu arrives dans les jardins...

La belle semble s'être volatiliser.

Voilà un adversaire à ta hauteur.

 MessageSujet: Re: Liens primordiaux [Ouvert]   Liens primordiaux [Ouvert] Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Hitler est Kaput ! [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Un monstre à Paris [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 9 :: Guilde scélée d'Angel's Sky