Partagez | .
I'm so awesome, You're so pathetic
 MessageSujet: I'm so awesome, You're so pathetic   Jeu 21 Aoû - 18:25

avatar
Frayler Azer Valon

Indépendant Légal

Click






Frayler Azer Valon
Modafucka t'es né moche comme ça et personne t'a encore mis en prison pour crime contre l'humanité ?


► Sexe : Masculin
► Âge : 25 ans
► Statut : Membre du Conseil
► Naissance : 7 Juin 766
► Lieu de Naissance : Unknow








► Psychologie
Dude, le sable sur mes chaussures, c'est pas moi qui vais le nettoyer...



Assis sur un fauteuil. Ces fauteuils de cuir rouge avancés vers le haut d’un matériau gris semblable à l’acier devant le comptoir où les hommes du soir finissent à terre tombant verre à la main et contenu sur l’oreille à tenir bon pour ne pas vomir et mourir sur une langue avalée. Toi tu y vas l’après-midi pour essayer de ne pas croiser ce genre de personne. Parce que tu sais que ces personnes qui ont le don de s’inférioriser et de se faire voir autant devant tous tu ne les aimes pas parce que toi tu détestes les personne qui arrivent à se donner autant en spectacle. Toi du coup, tu vas aux établissements l’après-midi commander un café. Dans un établissement parce que la cafeteria du Conseil n’est pas bonne. Tu n’aimes pas la serveuse. Elle est moche et fait souvent tomber des vieux cheveux noirs et gras dans la soupe. Tu ne l’aimes pas Rachelle, parce qu’elle est sale et se nettoie le nez avec ses manches. Toi ce que tu aimes c’est ce bon café que te sert Georges. Il est sympathique Georges car il ne parle pas. Tu aimes les personnes qui ne parlent pas. Tu les aimes parce que, puisque elles ne parlent pas, elles ont tendance à dire moins de bêtises. Et ce que tu aimes chez l’Homme c’est quand il arrive à ne pas se tourner en ridicule.

Du coup Georges il t’a préparé un bon café amer. Un bon café amer comme tu les aimes. Tu les adores amers parce que l’amertume te rappelle toi-même. Tu es amer avec les gens. Tu ne sais pas si tu veux les prendre de haut mais t’as quand même tendance à le faire, des fois. Tu le fais parce que tu es la loi. Et que la loi elle est toute puissante. La loi c’est ce qui contrôle tout ; il faut s’agenouiller devant la loi. Être du côté de la loi c’est être du côté de la puissance.
La puissance toi tu penses que c’est la magie. Tu détestes les personnes qui affirment qu’il s’agit des sentiments. Tu les détestes parce qu’elles sont trop sentimentales et que tu détestes les sentiments. Toi tu préfères en venir au fait de ta bouteille de Whisky et de ton café d’amertume car eux au moins ils ne parlent pas. Sans magie tu n’as pas de puissance. Ce monde est magique donc il se doit d’être puissant, c’est ce que tu penses. Donc un être qui manque de magie dans un monde hautain de merveilles se doit l’inexistence : il en devient insalubre à l’émerveillement. Ça c’est aussi ce que tu penses. En fait, tu ne le penses pas ; tu l’affirmes. Tu l’affirmes parce que c’est vrai.

Après tout, si l’instance absolue de ce pays est le Conseil de la Magie c’est que les individus qui ne sont pas en relation avec la magie deviennent inutiles. Ils ne sont pas considérés. Toi tu ne les considères pas. Ce sont des nuisibles. Et les nuisibles il vaut mieux les éradiquer maintenant. Mais toi t’es pas du genre à tuer pour rien. Et comme ils ne sont rien, tu ne t’en préoccupes pas. Autant laisser à l’ennemi de l’ennemi tuer ton ennemi ; ne te salis pas les mains ils sont déjà assez sales comme ça. Ce sont des insectes. Toi tu préfères manger un bon barbecue.

Toi t’aimes pas forcément les gens qui pensent comme toi. Parce que tu ne sais pas pourquoi ils pensent comme ça. Gamin tu penses comme ça parce que t’as vécu la belle merde de ton enfance. Mais tu t’en fous, c’était cool, t’avais ris. C’était drôle la vie !
Ces personnes qui disent penser comme toi il leur faut une raison. Parce que t’as la flemme. Et que sinon ils sont cons. T’es blasé garçon. Il faut t’expliquer maintenant parce que chercher l’explication toi-même c’est fatiguant. Si tu ne la trouves pas rapidement c’est que la personne est trop bête pour t’avoir laissée la possibilité de le faire. L’humain est inutile, tu sais ?

En fait, t’aimerais être parmi le Haut-Conseil. Tu ne les admires pas. D’ailleurs, tu connais une salope du Haut-Conseil. Elle est dégueulasse et veut se taper chaque phallus qui entre dans son regard. Elle a essayée avec toi, mais toi t’aimes pas les femmes comme elle. Tu aimes les femmes qui réussissent à te faire penser d’elles qu’elles sont sans doute intéressantes. Un jour t’as eu un homme qui t’a offert un café. Tu l’as regardé de la tête aux pieds. Mais t’as pas trop compris. Oui parce que Frayler, t’es pas très intelligent sur les relations humaines, on trouve rarement plus instable que toi. D’ailleurs on te complimente souvent pour ton physique. Toi tu dis c’est parce que t’as acheté une nouvelle crème de jour. T’aimes bien les crèmes de jour parce que ton visage il devient léger et lisse. Et que le frottement sur ton coussin la nuit il existe plus. Et t’aime bien cette sensation. Bref, t’es un peu con.

Donc ! Ce Haut-Conseil là. Celui que tu veux atteindre. Pourquoi tu veux y aller ? Est-ce que tu me l’as déjà dis, un jour ? Ah ouais, c’est vrai ! C’est parce qu’ils sont puissants. Ils sont droits, ils sont fiers, ils sont forts. Ils sont ce qui donne le plus de pouvoir au pays. Et si tu veux te venger des nuisibles qui n’ont pas de pouvoir en eux, c’est le Haut-Conseil qu’il faut viser. Des fois tu te demandes s’il y a une utilité à les protéger. Si la société ne serait pas mieux sans eux. Parce que l’amertume que tu éprouves pour eux dénonce tout l’arabica de ce café devant toi.
Mais tu rentres en relation avec eux. Sauf avec Circé, elle est moche Circé, c’est une salope.
Tu l’aimes bien Elena. Elle a un physique sympathique.
Marcus tu le cadres pas, tu comprends pas pourquoi.
Gregory tu ne l’as jamais croisé mais on en parle beaucoup.
Ce que tu veux toi, c’est être parmi eux. Par tous les moyens possibles. Sauf les seins de Circé, c’est une route à dangers.










► Histoire
Georges, t'aurais pas pris un petit peu de poids pendant toutes ces années ?



Ta barre chocolatée se ramène à ta bouche alors que tes oreilles sont trop occupées à écouter la conversation déplorable des quelques enfants de ton âge au fond de la classe. Ils sont bons les bouts de noisettes qui craquent sous tes molaires et l’amusante débilité des propos enfantins des derniers. L’un raconte comment son père a rencontré le Faucheur Pourpre, hier, dans ses rêves. L’autre dit qu’il l’a déjà vu un jour dans la forêt qu’il s’agit d’un esprit de mort que l’on peut invoquer en parlant tant de fois devant le miroir sous de l’eau des faibles canalisations du village ou devant la fontaine de la grand-place on ne sait à quelle heure. Tu écoutes souvent ces racontars pendant la pause déjeuner.
Le soir du même jour tu as décidé de te rendre sur la grand-place aux alentours de une heure passée minuit : c’est l’heure à laquelle un des gamins se décide à passer le pied sur l’eau et proclamer le nom du Faucheur Pourpre à voix haute. Le rire qui perce l’air arrive dans ses oreilles au troisième mot et fait vibrer tes tympans d’un amusement hautain. Le gamin prend peur lorsque la cape du faucheur lui caresse les mèches. Toi tu fais demi-tour en t’engageant dans les rues sombres à en rire tellement fort qu’il faudrait t’écraser le crâne contre la pierre pour t’arrêter. Dans ton village, tu t’amuses bien le soir. Tu t’amuses beaucoup.

Le Faucheur Pourpre a encore frappé hier dans les sommes du maire. Son fils explique tout durant la pause déjeuner. Intérieurement tu ris.
L’on raconte dans ton village que le Faucheur Pourpre est l’esprit d’un bucheron qui a été tué un jour de nouvelle lune. La perte de celui-ci a retenti contre sa hache alors qu’il travaillait tard. Il aurait travaillé sa hache en faucille en échange du vieil agriculteur. Mais toi tu le sais qu’en vrai le Faucheur Pourpre est un gamin blond aux yeux clairs d’une quinzaine d’années ou plus. Ses méfaits accomplis avec humour et amusement il se planque derrière un arbre ou en-dessous du balcon de la chambre pour ne pas être vu.
D’ailleurs, le Faucheur Pourpre c’est toi.

Ce soir encore tu ris exceptionnellement bien, c’est fort.
Le lendemain tu décides de t’aventurer en plein jour dans la forêt où tu croises deux âmes perdues, deux jeunes. Tu t’ennuies, tu te dis que l’esprit du Faucheur ferait fureur en plein jour montrant sa toute puissante. Sauf que l’un deux s’écrase sous ton regard. Tu ne cherches pas à comprendre car tu as bien trop peur des conséquences qu’il pourrait t’arriver : ce n’est pas toi qui a fait ça. Ce n’est pas toi non. Le Faucheur n’est pas matériel. Enfin il ne devrait pas l’être. Non, ce n’est pas toi. C’est le mec toujours debout.

Le lendemain le corps est retrouvé le gamin envolé. Une chasse est discutée. La magie est celle qui a tué ce pauvre gamin et la magie c’est aussi celle qui est bannie de ce village. La magie c’est la potion du démon, c’est les ongles du malin. Ces ongles qui s’écrasent comme les griffes d’un loup sur le cou de sa proie pendant qu’il traîne les côtes pour venir à son corps. T’as capté depuis ce jour que si quelqu’un découvre que tu étais le Faucheur Pourpre, tu finirais pendu. Ou alors ils finiraient avec la tête en moins. Ouais gamin, t’as capté depuis ce jour que c’était toi ou eux. Et le meurtre d’un de leur proche a signé ton arrêt de mort petit. Alors que la magie était bannie, aujourd’hui elle est chassée. Va falloir courir gamin, courir aussi vite que tu peux.
Mais t’aimes rire, Frayler, tu aimes beaucoup rire. Alors tu décides de rester tranquille. Mais aujourd’hui c’est la nouvelle lune de Février, celle qui désigne la lune des pertes avant la résurrection de celle de Mars. T’as envie de faire ton dernier coup. Le plus beau qu’il n’est jamais été. T’as envie de faire parler le Faucheur sur la grand-place et annoncer sa résurrection à la lune le mois prochain. Cette idée te fait terriblement rire, c’est fou.
Mais t’es tellement con que t’as pas fait attention. Le vieux attrape ton épaule alors que la cape du démon s’élève au-dessus de la fontaine de la place centrale. La chose se retourne en même temps que toi et le croulant gueule qu’il a trouvé l’envoyé du malin. T’as beau crier, t’as beau donner des coups, t’essayes même de le castrer ! Mais visiblement l’âge lui a déjà fait tomber ses testicules quand tu captes qu’il n’a pas trop mal. T’as l’air un peu décontenancé, petit. Tu te demandes si tu dois rire de ton incompréhension, si toi aussi quand tu seras vieux t’auras les couilles qui disparaitront – ça te donne la gerbe mais sans plus – mais le maire récupère ton autre épaule avant de gueuler ton nom. Le petit Frayler, le fils de la marchande qui lui vend les fraises de si bon matin. Parce que monsieur le Maire il adore les fraises. Il dit que ça le rend jeune. Il faudrait penser à troquer sa vendeuse de fraise pour une vendeuse de miroir, le bougre. Au final la faux du Faucheur s’écrase contre la tête d’une femme qui tombe à terre.
T’es incrédule gamin, même toi tu captes pas trop ce qu’il se passe parce que t’as jamais voulu exécuter la vieille femme. En fait, le voile autour de tes yeux se soulève deux secondes et tu vois la femme juste par terre, assise, te regardant. Elle a sa tête sur les épaules, mais tout le monde gueule comme si c’était pas le cas. Pour rire tu t’imagines qu’il est arrivé la même chose aux testicules du vieux mais tu préfères courir plutôt que de dire ta blague à voix haute.

Sur le même mois deux enfants sont partis en courant. T’es là depuis petit Frayler. Le deuxième chassé par des habitants qui haïssent la magie. Depuis tu les as toujours détesté. T’as capté que la magie c’est la puissance. On ne peut rien faire sans la magie. Que dalle !
Depuis t’es au Conseil. Depuis quoi ? Quatre mois ? T’as capté qu’il n’y avait que cette instance pour appuyer ta grandeur. Parce que t’as envie de te venger Frayler. T’as envie de montrer que, hiérarchiquement, t’es encore supérieur à eux. Parce que le Conseil, gamin, le Conseil c’est la puissance. Le Conseil c’est les gens qui commandent ce pays sur lequel t’es tombé. Le Conseil tu l’utilises parce qu’il a des lois. Des lois qui te donnent de l’autorité. Parce que t’es supérieur et ça tu le sais aujourd’hui.
Aujourd’hui tu peux plus être chassé mais tu la sens cette envie de vengeance. Tu la sens parce que t’as envie de pousser tes ambitions plus loin. Parce qu’un monde de mage ne devrait pas tenir vie à des gens faibles qui ne sont pas capable de s’y incruster. Un monde de mage ne devrait donner des droits humains qu’aux mages. Les autres sont des souillés.












► Magie
Fais de beaux rêves p'tit bohnomme, essaye de m'amuser avant de souffrir, hein ?



Sous un fond de nuit de deuil tu t’entends hurler. Tes jambes se recroquevillent vers ton estomac pour essayer de ne pas déchirer le muscle qui te permet de respirer, aligné à tes cordes vocales. Tes bras dégagent la couverture qui t’embrassait depuis plusieurs heures jusqu’à ce que la première goûte de sueur née de ta tempe s’écrase et s’imbibe. Le hurlement se transforme en respirations et bouffées d’airs qui s’extirpent de tes poumons afin d’y entrer plusieurs secondes plus tard. Ce que tu as vu avant de crier pendant que tu dormais était si paisible que la coupure t’a soudainement réveillé terrorisé.

Les pavés de la route sont chauds par ce soleil récalcitrant. Ce n’est ni une foule ni un vide social. Cinq ou six personnes sur chaque côté de la route alors que tu es bien au milieu. Soudain tu sors une pression sur ta tempe ; quelque chose de fort. Ce n’est rien juste un simple picotement. Finalement plusieurs mètres plus loin tes phalanges craquent en même temps que tes nerfs lorsque tu te décides de caresser ta dernière par des doigts fins et longs. Curieux en tout point tu apportes ton index et ton majeur à tes yeux et mire le sang frais coulé. Tu as un trou sur ta tempe. Ton autre main indique le même de l’autre côté de ta tête mais pourtant personne ne voit rien, la solitude t’empare.
Tes jambes courent jusqu’à un café. Après tout, tu t’es fait sauté la tête et bien correctement. Lorsque tu écrases ta paume sur le coin de l’entrée de bois, tout le monde te regarde. Ton léger cœur se sent submergé lorsque tu regardes vers le bas voyant la lame qui s’est enfoncé tu ne sais quand. Le sourcil de l’homme, là, devant toi, il se lève. Pourquoi ? Aucune idée. C’est assez ineffable, en fait. Il a l’impression d’être tellement blasé par ta situation que tu es la perte du monde la plus inintéressante qui n’ait sans doute jamais existée.

Humainement tu serais déjà à terre en te remémorant les souvenirs depuis ton enfance comme te le disent tous ceux qui veulent mourir. Mais au final, même si psychologiquement tu désires tomber à terre pour essayer, rien ne te viens. Tu cherches autant que tu peux et tu ne te souviens même pas d’une petite photographie de ta naissance.
Dans le noir complet tu comprends la noirceur de ce qui t’entoure. En fait, tu ne vois plus rien. Tu paniques. Tout le monde te prend pour un fou. Ton cerveau pense qu’il ne voit plus rien, que tu es aveugle. Tu veux crier mais tu n’y arrives pas non plus. Serais-tu devenu muet ? Oh, sans doute.

La conscience, la mémoire, l’inconscience. Trois choses qui se bataillent entre elles pour venir au but de trois piliers qui se soutiennent entre eux. Si l’un craque, l’autre ne fera que tomber. En fait, cette nuit, ton rêve a été changé. Tu t’es pris une balle dans la tête, tu as hurlé. Ça t’a atteint psychosomatiquement, je crois. Réveillé, tu as senti la brûlure à la tempe mais personne n’a rien vu. Tu étais bien dedans depuis tout à l’heure, tu ne crois pas ? Peu après ça, tu as vu qu’une lame s’était prise de toi. Tu ne l’as pas cru, tu l’as bien vu et tu étais le seul. Ces choses qui sont manipulées par l’origine de tout ça sont magiques. Une impulsion des particules pour venir à atteindre ton système nerveux. Des fois il lui faut un toucher, d’autres fois un regard. Certaines fois j’ai entendu dire que l’odorat était bien trompeur lui aussi. En fait ces particules t’empoisonnent par tes sens, faisant croire à tes nerfs qu’ils encourent ce que le contrôleur veut. Un jour tu perdras une partie de ta mémoire, un autre tu croiras qu’une épée s’est introduit dans ton foie, l’autre on t’a fait penser que tu étais devenu aveugle, sourd, muet, et bien d’autres choses. Mais il n’en est rien. Ce qui t’attaque n’affecte que ce qui est à l’intérieur de toi. Ton physique n’est jamais touché.

Après tout, lorsqu’un Homme arrive à s’introduire dans un panneau de contrôle de ta conscience, de ton inconscient, de tes rêves, de ta mémoire, de tout ce qui t’es intérieur, tu es tellement déstabilisé psychologiquement qu’il t’arrive de te blesser toi-même…
En fait, il arrive que l’homme en question puisse matérialiser sa magie n’importe où. Dans ce cas, il choisit lui-même qui est spectateur de ce qui arrive. Après tout, ça touche l’intériorité. Mais visiblement, tout le monde pourrait voir ce qu’il t’arrive s’il le voulait véritablement. Dans ce cas, ton système nerveux transformera ce coup psychologique en coup physique ; c’est ce qu’on nomme le phénomène psychosomatique. Grand damn qui te prend, ce que tu ne sais pas, c’est qu’il lui faut un contact avec tes sens. Et que son énergie n’assume pas d’être utilisée au grand jour.

Et c’est bien pour ça qu’il utilise l’arrêt du temps. En effet, cet homme partage son intériorité avec toi. Alors qu’une seconde passe dans notre monde, une minute passe dans le vôtre. Son esprit va installer un délicat univers dans ta tête et la sienne. Tu te crois téléporté mais il n’en est rien. Tu ne peux simplement pas en sortir. A partir de ce moment, vous êtes dans votre monde. Dans le notre, vos corps gardent la position qu'ils avaient depuis tout à l'heure. Si on les pousse pendant les quelques secondes, ils peuvent même tomber. Ils ne sont pas protégés en fait. Tu peux être attaqué en plein rêve diurne, lui aussi. Dans ce cas, vous ne le remarquerez que sortis. A part si vous êtes morts, en fait... Dans ce rêve diurne, ses techniques deviennent matérielles. Il peut te briser la nuque que tu ne mourras pas. Il peut te planter une épée que tu n’en crèveras en aucun cas, il peut te découper la tête que tes jambes marcheront encore. Mais lorsque les cinq secondes de notre monde claquent des doigts, vous revenez, intacts… physiquement.

Frayler Azer Valon n’utilise qu’une chose : la destruction de ton intériorité. Il ne pense qu’en un seul sens : le subconscient est la manière la plus parfaite de soumettre.







Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: I'm so awesome, You're so pathetic   Ven 22 Aoû - 23:53

avatar
[PNJ] Sheen

PNJ

Click

Correcteur Mystère au rapport ~ ♥



Tout d'abord, je te souhaite la bienvenue - ou plutôt re-bienvenue - sur le forum.

Nous allons - oui nous sommes deux - procéder à l'examen approfondi de ta fiche personnage afin de nettoyer les imperfections qui pourraient s'être glissées à l'intérieur. Nous ne sommes donc là que pour nous assurer que tout va bien et que tu n'auras aucun mal à évoluer parmi nous. Nos remarques pourraient parfois te paraître laides et blessantes, nous nous en excusons d'avance et te prions de ne pas le prendre pour une attaque personnelle mais comme un tremplin vers un chemin meilleur. N'hésites pas à poser tes questions via MP en cas de problème de compréhension, nous serons ravis de t'aider.

Nous te souhaitons une agréable lecture et nous te remercions de ta patience.


  • Général

  • Psychologie

    En deux mots : J’A-DO-RE. C’est sympa, ça se lit bien, c’est original. C’est bien aéré et vraiment le style fait plaisir. Le seul petit bémol, c’est qu’au début, tu as tendance à faire des phrases trop longues et du coup on se perd au milieu et on doit la relire une ou deux fois pour tout bien suivre.

  • Background

    Quelques fautes bête mais sinon, je dois avouer ne rien avoir à redire. L’histoire est sympa malgré le trou énorme entre ton intégration au Conseil et ta fuite du village.

  • Magie


    Avec tes explications sur skype, je comprends déjà mieux qu’avec tout ton pavé. J’aimerais malgré tout que tu fasses un petit paragraphe simple en hide qui définit clairement ta magie. Non pas que j’aime pas mais je préfère voir quelque chose sans manteau de velour pour savoir à quoi j’ai affaire.



Fiche En Attente de Modifications

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: I'm so awesome, You're so pathetic   Sam 23 Aoû - 0:25

avatar
Frayler Azer Valon

Indépendant Légal

Click

OH MA GROSSE. Merci pour tes commentaires sur la psychologie ! Ça fait trop plaisir ! What a Face

Et sérieusement. Être modéré en première modération par Misto et se voir demander seulement une précision sur la consommation de la technique, c'est trop biutiful comme moment, j'ai envie screen pour montrer que rien n'est impossible. :')

Du coup j'ai précisé les consommations et j'avais déjà corrigé les quelques fautes pendant que tu bossais.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: I'm so awesome, You're so pathetic   Sam 23 Aoû - 16:35

avatar
Invité


Click


♦ Bienvenue sur Fairy Tail RPG ♦
♠ Second Passage ♠





Général


Psychologie

Ahah quel tarba ! Je l'aime déjà, ou plutôt je sens que j'aime déjà le détester *o*

Validé.

Background

Je rejoindrai Misto, y'a un énorme trou et en même temps rien à redire, j'ai bien aimé et toute cette histoire avec le faucheur fait vraiment ressortir la psycho de Frayler et ça c'est cool.

Validé.

Magie.

J'avais déjà lu et on en avait déjà parlé, rien à dire là dessus le principe étant déjà présent dans d'autres magies.

Validé.

Techniques


Verdict : Bon bah mon gros pour moi tout est bon, bienvenue en course sous bannière du Conseil. Je demande à Misto sa note et je te mets ta mm.

♦ ♠ ♦ ♠
 MessageSujet: Re: I'm so awesome, You're so pathetic   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. Awesome ? Not really...
» TOTALLY AWESOME | get myself to Hogwarts
» Look at me, I'm pathetic [PV : Danse Lunaire]
» « In my mind, I am this awesome, adventurous bad ass. But in reality... Well, let's not talk about reality. »
» Awesome Kong vs Beth Phoenix vs Candice Michelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Avant-Propos :: Vous et votre Personnage :: Mages Ermites