Partagez | .
Pixie's World, le monde parallèle de Drake Fulgur
 MessageSujet: Pixie's World, le monde parallèle de Drake Fulgur   Dim 15 Juin - 21:06

avatar
Drake Fulgur

Indépendant Légal

Click



Pixie's World
Introduction

Raisonnement, une quiétude pour l’alimenter et une douceur dans l’air pour l’apprécier. Questions, des intrigues pour les soulever et des réponses à donner. Mais pourtant c’est le doute qui plane, l’indécision surenchérit pour finalement nous faire croire que l’on ne sait rien, mais je veux savoir, je veux tout savoir. Si j’étais une femme, si je n’étais pas mage, est-ce que ma vie aurait-été similaire ? Un passant m’aurait sûrement répondu : « Peut-être » sur un ton désintéressé. Mais ma question est belle et bien réelle, est-ce que mon passé, mon être et mon devenir seraient les mêmes si j’étais quelqu’un d’autre ? Cela paraît bien absurde, mais si l’on change un détail, la cascade de conséquences qui en dépendent est tout d’un coup modifiée, disparue dans certains cas et la situation finale est bien différente de ce que l’on aurait pu penser. C’est pourquoi on ne peut connaître concrètement le regret sans avoir connu toutes les conditions de nos actes. Je ne peux regretter d’avoir fait ceci ou cela, et le mieux dans tout cela est d’étudier davantage la situation pour éviter les accidents si l’action se répète dans le futur.

Les yeux clos, je baille avec ennui alors que ma main me maintient sur une sorte de chaise matelassée. C’est un trône je crois, mais pourtant il a l’air bien peu confortable, quel roi oserait se maintenir sur un si piètre meuble ? Un monarque de pacotille sans doute, un moins que rien qui ne conserve sa chaise que pour le symbole du pouvoir, un fauteuil aurait été encore plus convenable si l’on oubliait le détail du titre de noblesse. Autant que nos fesses soient à leur aise plutôt que de frimer sur un vulgaire bout de bois fissuré. C’est un trône doré, mais qu’il est laid. Mon regard se tourne vers un miroir et c’est une rencontre remplie de séduction que connaît mon reflet lorsqu’il perçoit mon visage. Ah, quel bel homme que je suis. J’ai changé avec le temps je crois, avec les années qui ont forgé mon caractère, séché mon regard pour le rendre plus stricte, j’aurai presque l’air d’un mec sérieux là-dedans, mais ce n’est que le reflet de mon aspect extérieur. Au-fond de moi il y a bien plus de malices, de loufoque et d’extravagance qui règne et c’est pourquoi j’ai du mal à croire que ce facies est le mien.

Je fuis mon attitude en changeant de mire encore une fois. Un trône, une glace puis c’est finalement une montre qui attire ma curiosité. Quel objet précieux et mystérieux à la fois, bout de métal peinturé aux motifs familiers me fait soudain rêvasser. Si les hommes n’étaient que des bêtes, en seraient-ils arrivés là ? Mais au fond, sommes-nous des bêtes aux yeux de populations bien plus avancées ? Et au fond, qui donc sur Earthland est plus avancé que nous les hommes ? Les arbres, les animaux ? Surement pas, ils n’ont fait que survivre alors que nous nous avons fait plus que ça, nous avons lutté pour contrôler ce qui nous entoure, nous avons dominé. Mais au fond nous nous sommes fait dominés nous aussi, par le temps qui précède la mort. Au final nous sommes au mieux de ce que nous pouvons mais est-ce là suffisant ? Si nous mourrons, cela ne sert à rien de dominer.

Pincement des lèvres pour exprimer une sorte de grimace, je me saisis de la montre à gousset pour finalement la mettre en poche et me regarder dans le miroir. Quelque chose a changé, je ne sais pas encore quoi, peut-être le style, l’élégance procurée par le fait de posséder un tel objet. Je m’avance vers le comptoir et m’apprête à payer le vendeur.

«
Bien le bonjour monsieur. Vous êtes de passage à Magnoria ? fait-il d’une voix aigrie par la vieillesse.
Oui, j’ai tellement l’air d’un touriste ou bien ?
Non, c’est juste que lorsqu’ils sont jeunes, les clients sont forcément des touristes, et quand ils sont vieux, c’est soit qu’ils recherchent un objet précis, soit qu’ils collectionnent les antiquités que je vends.
Je vois… Au moins vous ne m’aurez pas rangé dans la catégorie des vieux, je vous en remercie. Allez, bonne journée Monsieur, au revoir.
»



Bizarrement les antiquaires sont tous âgés de plus de cinquante ans. C’est étrange comme les vieilles choses attirent les vieux esprits, mais soit, je me tourne vers la sortie pour redécouvrir le ciel qui m’avait sans doute manqué sous le toit poussiéreux de la boutique, puis j’admire mon nouveau joujou, ma montre qui luit sous la lumière du jour, blanche et pure en ce jour frais. Un sourire se dessine sur mes lèvres, c’est la satisfaction d’avoir quelque chose de nouveau, quelque chose d’intéressant et mystérieux. Cet objet à toute son histoire sans doute et c’est à moi de la découvrir. Généralement quand j’ai quelque chose en tête, qui me captive durant un court moment, je m’adonne à celle-ci au maximum que je peux jusqu’à que ce celui-ci me lasse. Peut-être que cette montre finira tout simplement dans une armoire quand j’en aurai fini, mais pour l’instant, c’est parti !

Je me dirige vers une bibliothèque pour découvrir de moi-même le passé de mon antiquité, j’aurai pu demander au vendeur de me la conter mais la deviner est bien plus intéressante. Avec seulement quelques livres pour l’aide, je trouverai sans doute qu’est-ce qui fait que cet objet soit si cher. Deux cent mille jewels pour un bout de métal équipé d’aiguilles, il a forcément quelque chose à cacher. Je l’examine avec curiosité et méfiance en me demandant ce qu’elle renferme. Mon doigt vient appuyer le petit bouton sur la droite et d’un geste vif l’objet s’ouvre et dévoile son contenu. Dix heures dix. Ma surprise est accompagnée du tic-tac répétitif qui ne fait que me rappeler l’horloge accrochée au-dessus de la cheminée de mes parents, un brin de nostalgie apparaît mais je continue d’observer la montre. Mes yeux se lèvent vers le couvercle où une citation est gravée dessus.

«
Le cœur et l’imagination font les couleurs de la création.
Purifie ton esprit, laisse toi bercer par le bruit des aiguilles
Qui sans cesse murmurent ton nom, Drake
.
Iron F.
»



Il y a mon nom ? Je ne connais pas d’Iron soit dit en passant, ce doit être un autre Drake sans doute mais la coïncidence est tout de même énorme. Quelles sont les chances pour que j’achète, parmi des centaines d’autres articles, un objet où mon nom figure dans une citation ? Et le pire, c’est bien le « F. » qui figure dans la signature, est-ce que ça appartenait à quelqu’un de ma famille ? Et dire que j’étais seulement attiré par le motif qui ornait le dessus, un dragon gravé dans un cercle pour symboliser mon prénom, cette montre a bien plus de sens que ce que je pensais. Je la range alors dans ma poche et reprends la marche lentement vers la bibliothèque avec une lueur étrange dans les yeux, une lueur d’effroi et de surprise, je pénètre le lieu tel un fantôme qui vient découvrir sa tombe, lentement, le visage inerte, avec pour seul mouvement celui de mes jambes. Je lâche un discret bonjour à l’accueil puis je me dirige vers le secteur des encyclopédies en cherchant tous les livres qui évoquent une telle montre ou bien mon prénom. Au final j’ai affaire à une dizaine de livres, de gros ouvrages presque aussi épais que des dictionnaires et dont l’écriture n’est pas des plus grandes. J’aurai bien aimé utiliser des lunettes magiques pour lire tout ça en vitesse mais je crois qu’il n’y en a plus ici. M’enfin, c’est parti pour une après-midi, voire une nuit d’étude intense.

J'ouvre le premier livre : « Biographie de Iron Fernandez, un peintre de renommé » et je commence à lire la première page avec lenteur et désintérêt. Que c’est barbant, la citation parle de couleur mais c’est tout, d’après le sommaire le livre décrit chacune de ses œuvres… Bon, suivant. Je change de livre puis tombe sur un ouvrage rédigé par un de mes ancêtres sans doute : William Fulgur, « Volcanisme et Phénomènes naturels ». Bon okay, c’est bon, j’abandonne. Le titre me déprime déjà, je veux un livre qui parle d’une montre, pas de peinture ou de séismes ! Je me lève de ma table et jetant ma chaise en arrière puis je ferme les yeux pour inspirer profondément et finalement me calmer. Je rouvre les yeux en expirant lentement puis je tousse, tellement fort que tous les gens autour de moi se mettent à me regarder de travers. Non ! Quel miracle ! Je sors tout de même de ma poche l’objet de mes interrogations puis je souris. L’emblème du dragon qui est sur la montre est présent aussi sur un des livres que j’ai pris. Je m’en saisis alors, presque en bavant tellement l’excitation est grande, puis je commence à le lire.

« Pixie’s World », de Salomon Gartheim.

Ce livre est destiné à un public ouvert d’esprit et possède un seul et unique but : permettre l’évasion de chacun d’entre nous afin que nous puissions nous libérer de la science qui brise la plupart de nos rêves. Puisque voler est impossible, puisque nous ne pouvons respirer sous l’eau, nous, pauvres humains, nous défierons les lois de la nature pendant cette histoire que je vais vous conter, mais surtout n’oubliez pas que ce n’est qu’une fiction et dès lors que vous aurez fini ce livre, vous ne pourrez plus profiter de la vie à laquelle vous vous imaginiez en le lisant car oui, vous vous lèverez au matin sans pouvoir faire ce que vous avez toujours rêvé de faire, mais l’imagination vous permettra toujours de satisfaire ce désir.


Je tourne alors la page, rien, tout est blanc, je tourne alors une autre page et il me semble que tout le reste est vierge. Je crois, oui, je ne suis pas certain, quelque chose me déconcentre, une musique, une voix, quelqu’un m’appelle. « Drake ! » « Drake ! Réveille-toi ! » J’ouvre les yeux et je me vois couché sur l’herbe alors que le ciel est rempli de lueurs violettes, un cliquetis se fait entendre, quelque chose bouge sur mon corps et je lève la tête pour voir de quoi il s’agit. Une sorte de robot, ou bien de lézard, enfin quelque chose entre les deux me scrute puis commence à parler. Je fronce alors un sourcil, ne comprenant pas la situation.

«Ah bah enfin ! J’ai essayé de te joindre depuis ce matin mais t’en as vraiment mis du temps. Allez fais pas ta prude c’est pas grave, je t’en veux pas. Bon alors déjà, je crois que tu ne me connais pas encore, mais ne t’inquiète pas une fois que je me serai présenté tu n’auras pas à te présenter je te connais par cœur. Oui, enfin j’exagère un peu mais voilà, bouge pas ! Non ! Arrête, reste par terre ! Bon d’accord tu m’obliges à te suivre.»



Je me lève et observe le ciel en ignorant ce que la chose me dit, les couleurs ici sont bien étranges, tout est plus… coloré, tout est plus différent. Je vois quelque chose voler dans le ciel, des poissons aux couleurs variés, aux nageoires décorées qui semblent flotter sans difficulté, étrange. Là, le lézard se met à voler aussi devant moi et je le repousse d’un geste de la main afin qu’il me laisse admirer les êtres des haut baigner gracieusement dans la voûte céleste.

«Bon tu vas arrêter de m’ignorer sinon je vais te mordre et tu vas pas aimer ça ! »



Je le repousse encore une fois et il revient à l’attaque, cette fois-ci en piqué, les crocs en avant pour s’en prendre à mon bras. Je sens une décharge parcourir tout mon corps puis je sursaute en fusillant du regard la chose ailée. Sourcils froncés, le duel débute alors que la machine, inerte, persiste et attend seulement que je l’écoute.

«Moi c’est Drake.
Je sais.
Comment ça tu sais ?
Je sais, c’est tout. Laisse-moi donc me présenter maintenant.
Non.
Mais laisse-moi me présenter et après tu sauras pourquoi je sais, idiot !
Non, dis-moi d’abord pourquoi, après tu te présentes.
Bon d’accord… Si c’est ce que tu veux. Ça change pas grand-chose en fait mais passons aux choses sérieuses. Alors tout a commencé lorsque tu as découvert la magie…
Bon j’attends toujours que tu te présentes, là tu parles de moi mais pas de toi.
Mais… Tu as dit que… Roh mais laisse tomber. Moi c’est Iron.
Ah bah enfin ! Attends… Iron, ça me dit quelque chose…. Mais je sais plus.
Une montre peut-être, une citation ?
Oui c’est ça ! Comment tu sais ?
Je suis Iron ! Imbécile !
Eh ! Arrête de me prendre de haut comme ça, je suis dans un rêve de toute façon alors je décide que tu arrêtes de te croire supérieur.
Comment ça supérieur ? C’est toi qui mets dix ans à comprendre ce que je t’explique par trois fois.
Ouais c’est bon arrête de te la jouer, lézard volant.
Je suis un dragon ! Un dragon mécanique.
Un dragon ? Ca fait bien longtemps qu’ils ont disparu mon cher, et ça m’étonnerait que tu sois un dragon vu ton gabarit.
Oui bon, mon créateur s’est inspiré des dragons lors de ma création. Il vient d’Earthland lui aussi.
Comment ça il vient d’Earthland lui-aussi ? On vient tous d’Earthland… Attends, t’es un aliène ?!
Non ! Mais tu m’as coupé dans mon introduction c’est normal que tu piges rien. On n’est plus vraiment sur Earthland là, on est en quelque sorte dans un monde parallèle créé par quelqu’un il y a environ dix-sept ans, à vrai dire tout était figé auparavant mais lorsque l’élu est arrivé, tout a pris vie. L’élu, c’est en quelque sorte mon créateur, c’est un humain plutôt mystérieux qui est réputé pour son pseudo : Le grand Ingénieur. Tu découvriras avec le temps qu’ici les ingénieurs sont de grands hommes puisqu’ils ont créé les Machinas, ce sont des prototypes qui servent les humains ici. Ah et avant que tu ne m’interrompes, tu n’es pas piégé ici, tu auras juste à te réveiller pour repartir car tu es en quelque sorte plongé dans un sommeil. Mais bon sache que si tu repars, tu ne tarderas à me retrouver et notre discussion reprendra son cours. Dans ce monde, beaucoup de gens croient que je suis un Machina, à vrai dire j’en étais un mais un Anima m’a donné vie en quelque sorte, je n’étais plus une simple arme, je suis devenu en quelque sorte quelque chose de plus vivant. Et le fait que je ressemble à un Zoa fait de moi quelque chose d’encore plus unique. Ah oui j’oubliais, tu ne connais pas les différents peuples ici… Bon.. ça va être long…
»



Je l’écoute mais le principal détail qui me captive est la manière dont il bouge sa mâchoire, de haut en bas, de bas en haut et pourtant il arrive à produire tous les sons qu’un humain peut faire, impressionnant. Au fait, il raconte quoi ? Machina, Zoa, Anima ? C’est quoi ça ? Bon, il m’énerve déjà, c’est quand que je peux flotter avec tous ces poissons, moi aussi je veux voler !

«
Et si on discutait dans le ciel ?
Dans le ciel ? Tu rigoles ? Y a des Léviathans dans le ciel, c’est dangereux de sortir seul là-bas. Les Léviathans sont les Zoa aériens les plus dangereux car ils s’attaquent à tout ce qui bouge. Mais attention il y a aussi les Sylph, ce sont des Anima, et qui dit Anima dit déteste les humains. Mais bon, on n’est pas vraiment en lieu sûr où qu’on aille en fait. Il y a la ville qui est infestée de Machinas qui font des patrouilles régulières, en fait on peut dire que j’ai une assez sale réputation auprès des humains vu que je les ai quittés pour rejoindre les Anima. J’ai peur qu’ils fassent des recherches pour me reprogrammer et ainsi je perdrai la vie. Enfin il existe tout de même des gentils dans ce monde, c’est juste que chacun reste dans son coin, craint les autres et préfère ne pas sortir de chez soi pour éviter les embrouilles. Donc bon, on va rester là comme ça on s’assoit tranquillement et on se raconte un peu nos vies et tu comprendras comment t’adresser aux différentes personnes que tu rencontreras. Pigé ?
Pigé !
Bon, pour les Machina, pour faire bref : dès que tu vois quelque chose qui ressemble à un robot, on fuit, ils sont bêtes et ne réfléchissent pas tous seuls et dès qu’ils m’auront aperçu ils nous poursuivront jusqu’à ce qu’on les sème, c’est pour ça qu’il faudra juste courir. Jusque-là c’est bon ?
Pigé !
Bon les Zoa je ne t’en ai pas trop parlé, ils sont un peu semblables à la faune d’Earthland sauf qu’ils sont bien plus agressifs ici. A vrai dire il n’y a pas d’élevage ici puisque les Zoa ont refusé de se faire dominer par les humains, ils ont saboté leurs machines pour retarder leur progression technologique et se sont défendus pendant tout ce temps avec grand mérite. Malheureusement il est difficile de communiquer avec eux, mais si un jour tu les aides, ils te rendront service en retour. Ce sont des créatures nobles après tout qui misent tout sur leur honneur. Ça va tu comprends ?
Pigé !
Tu sais dire autre chose que « pigé » ? J’ai peur que ce soit toi le Machina dans l’histoire… M’enfin, pour finir : les Anima sont un peu partout, ils côtoient les Zoa tout comme les Machina mais tu devrais surtout faire attention à eux parce que, comme dit plus tôt, ils détestent les humains. Ils ne les attaquent pas, de peur de s’impliquer dans les tensions mais si tu as besoin de leur aide, ils t’enverront balader avec méprise. En fait, ils en veulent aux humains d’avoir pourchassé les Zoa une fois qu’ils ont défendu leur indépendance. Les hommes ont voulu en faire des esclaves, les forcer à leur obéir, et là les Anima les ont aidé à s’enfuir. Les hommes n’ont pas répliqué puisque les Animas sont de puissants mages ici et les humains venaient à peine de découvrir les Machinas, ils avaient donc trop peu d’expérience pour lutter. Voilà donc l’histoire de ce monde : Pixie.
Je vois, c’est sacrément tendu ici, un peu comme chez nous. Il y a les méchants, les gentils, c’est bizarre de voir ma race comme faisant partie des méchants, je les aurai pourtant imaginé plus intelligents que ça, mais bon après je ne peux pas trop juger leurs actes, je ne les ai jamais vu à l’œuvre pour dire.
Ne t’inquiète pas, tu verras déjà bien assez tôt à mon avis. Bon, géographie maintenant ! Il y a une ville que les humains ont bâti juste au centre de Pixie, elle est au milieu des différentes régions créées par les Animas. La ville s’appelle Neotech tandis que les régions autour de celle-ci sont Espeth, Lineth, Gradeth et Yodeth. Tu verras que chacune d’entre elles a ses particularités. Là par exemple nous sommes à Gradeth et il y a de nombreux points et cours d’eau, cela m’étonne d’ailleurs que l’Anima de l’eau ne s’est toujours pas montré. En général il est assez calme mais bon ta venue peut être à l’origine de bon nombre de changements. Il doit savoir qu’il y a quelque chose de différent chez toi et il a peut-être peur de se montrer. Ah oui, maintenant que j’y pense, tu peux utiliser ta magie ici, et si tu meurs tu te réveilles sur Earthland. Après tout ce n’est qu’un monde fictif pour toi.
Ça marche, merci pour tous tes conseils, Iron. C’est bien ça ton prénom, Iron ?
Oui oui c’est ça, et de rien, c’est un plaisir de te voir là. Bon arrêtons la diplomatie entre nous deux, tu veux bien ? Oui, j’ai besoin d’aller directement au but. Souhaites-tu faire ton premier pacte avec moi ? Attention, cela implique que tu devras me sauver dès que tu le pourras, quitte à en mourir sur Pixie et retourner sur Earthland, mais de plus, cela modifiera une partie de ton réservoir magique. Tu pourras en quelque sorte m’invoquer sur Earthland, un peu comme les constellationnistes le font là-bas. Mais en faisant ce pacte, tu promets aussi de ne jamais oublier ce monde, de le chérir au quotidien en prenant bien soin de la montre à gousset magique dont tu es en possession. Ce pacte te liera à vie à ce monde, une partie de ta puissance sera redirigée vers moi et j’ai en quelque sorte besoin de ton aide pour rétablir une situation de paix entre tous les peuples de Pixie. Je suis donc Iron, esprit de l’Arsenal Mécanique et je te demande de prêter serment de fidélité face à moi. Drake Fulgur, souhaites-tu que nos pouvoirs fusionnent afin que toi et moi faisons de nos mondes respectifs des mondes meilleurs.
Quoi ? J’ai jamais dit que je voulais améliorer Earthland… Bon je suis mage, je fais régner l’ordre tout ça mais améliorer Earthland, tout un monde, c’est un peu gros pour moi. Mais bon, je veux tout de même t’aider à sauver Pixie et je promets, sur mon honneur, que je t’aiderai dans ta quête et j’accepte d’accueillir ton pouvoir en moi afin de m'unir à ce monde dans le but de le rendre meilleur.
»



Je ferme les yeux et une lumière nous enveloppe, le halo s’intensifie puis je sens quelque chose de nouveau en moi. Je ressens les émotions d’Iron, la joie, l’excitation, c’est comme si nous étions d’autant plus proche l’un l’autre maintenant que le pacte était créé. Je souris alors puis lui demande quand est-ce que notre sauvetage du monde commence.

«
Alors, on part quand sauver le monde ?
Patiente, Drake. Tu n’es pas assez puissant pour l’instant. Et à deux nous ne sommes que trop peu, il va nous falloir convaincre d’autres gens, de toutes ethnies afin de créer un grand phénomène qui sera mondial. Nous convaincrons les gens que notre but n’est pas vain et pour cela il faudra que tu fasses des pactes avec d’autres esprits comme moi. Et crois-moi ce ne sera pas si facile.
Je vois, dans ce cas entraîne-moi !
Ne t’inquiète pas, le temps reste figé dans ce monde tant que tu n’es pas là. C’est toi qui le fait vivre de toute manière alors tu n’auras qu’à venir dès que tu seras prêt. Et puis nous garderons contact à Earthland, n’oublie pas que tu peux désormais m’invoquer.
Ah oui, j’avais déjà oublié.
Mon dieu, et dire que j’ai fait un pacte avec lui…
»



Au fond, Drake ne le sait pas, mais il est l’élu. Ce monde est le sien, il reflète sa personnalité et beaucoup de choses vont changer alors qu’il évoluera dans sa vie. Le cœur partagé entre le bien et le mal, il trouvera un intérêt lui aussi pour la paix. Iron le sait depuis le début, il connaît le créateur originel de ce monde, qui est en fait son créateur, et il lui aurait communiqué l’apparence de l’élu. Après tout, on ne fait confiance qu’à sa progéniture…[

(c) Never-Utopia


Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Pixie's World, le monde parallèle de Drake Fulgur   Mar 26 Aoû - 2:50

avatar
Drake Fulgur

Indépendant Légal

Click



Pixie's World
Chapitre 1 : Corona


Le jeune mage comme d'habitude faisait sa vie, tranquille, paisible depuis les derniers évènements. Ce ne fut que quelques rencontres plus ou moins importantes mais niveau mission, c'était le grand vide. A vrai dire il était plus occupé par sa nouvelle double vie même si celle dans son monde imaginaire se réalise durant son sommeil. Mais il comprit une chose grâce à ses différents allers-retours : sans puissance, il ne pouvait rien changer en Pixie. La plupart des créatures le fuient ou le surpassent et aucune d'entre elles n'était prête à faire un pacte avec lui. Iron, quant à lui risquait sa vie pour venir rejoindre le mage à chaque fois étant donné que Drake ne contrôle toujours pas sa destination d'arrivée et que souvent il arrive dans le territoire des Zoas, qui sont de nature hostile envers les Machinas. Pour changer cela, ils décident donc de voyager vers la cité des Animas afin que le pégase découvre davantage le paysage de Pixie et qu'ils puissent se reposer un peu.


Dis, Iron, je n'ai jamais vraiment vu d'Anima alors y a-t-il des comportements à avoir ou à négliger en leur présence ?
Toi ? oui. Moi non. Ils détestent la violence qui règne entre les différentes races et comme tu es un humain, tu es censé être dans la cité des humains alors prétends plutôt que tu es un Anima toi aussi. Tu utilises la magie alors ils ne peuvent pas vraiment te débusquer sauf s'ils te posent des questions sur leur civilisation. Mais là encore il y a des centaines d'années à connaître et ce serait bien trop difficile. C'est pourquoi tu éviteras d'entreprendre une longue conversation avec quique ce soit. Au fait, la cité des Animas regroupe les Animas les plus mineurs. Quand tu prétendras au titre d'Anima de la Lumière il faudra faire attention car il s'agit d'un Anima majeur et d'habitude ils sont isolés sur leur propre territoire. C'est pourquoi la plupart des gens ne les ont jamais vus. il est quasi rare de les voir en ville.
Je vois, il me faut donc une raison pour ma venue. Et si je disais que j'étais venu faire les courses pour mon repas de ce soir ?
Bien tenté, mais ce n'est pas possible. Un Anima ne se déplace pas pour une raison si petite. Il faudrait plutôt quelque chose de grand, comme voir le maire de la ville ou quelque chose comme cela. Même si tu ne vas pas le voir, rien ne t'empêche de dire que tu viens pour le voir.
C'est plutôt malin, j'espère juste que cela ne me retombe pas dessus. Car si le maire trouve ma réelle identité, que fera-t-il de moi ?
Crois moi, tu ne préfères pas savoir...



La dernière remarque d'Iron m'effraie un peu, mais j'ai compris au moins que personne ne doit connaître mon identité. Cependant je trouve ma tâche un peu trop difficile, se faire passer pour quelque chose que l'on ne connaît pas du tout. Tout se basera sur de l'improvisation. Je regarde alors au loin et Iron me désigne un château surplombant une colline. C'est notre destination, Anamoseï, la cité de la paix, située derrière cet obstacle on n'en voit que le bâtiment principal mais la ville est bien plus grande.

Nous avançons alors sur le chemin pour finalement escalader cette fameuse colline, une fois en haut, nous avons une vue générale sur toute la cité. Bâtiments dont l'architecture rappelle celle des humains, il s'agit d'une ville comme les autres, du moins c'est ce qui en ressort. Iron se pose sur mon épaule et me demande alors mon impression.

Nous y voilà ! Alors ? Ca t'impressionne ?
Pas vraiment, en fait.
Tu ferais mieux d'ouvrir tes yeux. N'es-tu pas l'Anima de la lumière ?


Je fronce les sourcils en ne comprenant pas ce que le lézard veut dire par là. Il s'agit d'une ville et elle n'a tout simplement rien de spécial. Je fais un signe de la tête à la créature pour lui demander d'expliquer puis elle se met à parler.

Tu vois, pour une cité de la paix, il est étrange de ne pas avoir de remparts, non ? Je veux dire, en général en temps de guerre, les pays pacifiques sont extrêmement surveillés et là il n'y a rien, cela ne te choque pas ?
Hmmm... Maintenant que tu le dis, en effet, c'est étrange. C'est juste que j'ai du mal avec le contexte de guerre, j'ai tendance à oublier. Je veux dire, j'ai toujours pas vu de conflit entre quiconque.
Je vois... C'est pas ici que t'en trouveras des conflits. Mais soit, tu dois d'abord voir la vraie identité de la ville. Utilise ta magie pour percevoir la réalité.
Mais, enfin, euh, je, tu sais que je ne sais pas faire ça ?
Concentre-toi ! L'anima de la lumière peut le faire alors toi aussi.
Très bien, je vais essayer.


Je concentre ma magie de manière à détecter les différents faisceaux lumineux et en effet je peux voir plusieurs perturbations, plusieurs points où la lumière ne fait pas le trajet qu'elle est censée faire, il y a des coupures, racolées par quelque chose ressemblant à de l'ethernano. Est-ce ainsi que fonctionne les illusions ? Optiques, oui. Celles que j'utilise fonctionnent de la même manière et connaître leur fonctionnement peut être un atout. Cependant je ne vois toujours pas le lien avec ce qu'Iron m'a dit. Je vois ce qui ne va pas, mais je n'arrive pas à percevoir ce qui est caché.

Laisse moi deviner, tu es bloqué entre les deux étapes ? C'est prévisible. Une fois que tu as détecté d'où vient le problème, il faut le réparer, non ? Alors redirige les faisceaux lumineux à leur place originel, démonte les interférences qui sont accumulées pour les séparer et les replacer une par une.
Hmmm... Okay.

Les yeux rivés sur l'illusion je concentre ma magie sur celle-ci pour qu'elle s'efface petit à petit et c'est des murs de pierre d'une blancheur inégalée qui s'érigent vers le ciel. Le rideau invisible se lève, balayé par les flux d'ethernano et la ville se dévoile avec arrogance. Mes yeux restent figés, tout mon corps frémit et de l'admiration s'installe en moi. Qu'elle est belle, cette ville immense aux couleurs cristallines. C'est un mélange entre transparence et ambiguïté des formes qui lui donne son charme. Les fontaines semblent défier la gravité, les maisons flottent sur des sortes d'îlots qui les maintiennent en l'air et entre elles des sentiers de nuages les relient pour qu'on puisse y accéder. En voyant cela, je me demande la quantité de lacrymas installés dans la ville et je pose alors la question à Iron qui me répond sans vraiment comprendre.

Des lacrymas ? Aucun... La magie, une fois utilisée, perdure en Pixie. Si tu enchantes un objet, il le restera. Si tu fais vivre l'eau des fontaines alors elle se mettra à gesticuler de son gré, et si elle est heureuse, elle sera en harmonie avec elle-même. On peut voir la quiétude qui règne en cette ville justement par le maintien de la magie. Et c'est grâce à ce principe que je ne suis pas une vulgaire machine. Je veux dire, les Machinas ne sont pas comme moi, on m'a greffé une âme et c'est ce qui fait mon originalité.
-On peut... greffer une âme à quelqu'un ?! Cela requiert une immense quantité de magie, non ?
-Oui, immense, c'est le mot que j'emploierai.
-Et tu penses que j'arriverai à le faire un jour ?
-Certainement pas, et ne pense pas que ce soit une pratique à prendre à la légère. Cela a un tel coût que tu ne pourrais même pas l'imaginer. Bref, changeons de sujet, tu as une ville à visiter.


Mes pieds foulent le sol pavé de marbre blanc et le raisonnement de mes pas me fait sourire. C'est comme si l'air est bien plus pur ici et que les bruits développent leurs réelles valeurs. Ils sont bien plus amusants ici, bien plus résonnants et cristallins. Soudain je me plais à observer les habitants de la cité. Ils ressemblent à des humains mais sont bien plus particuliers. Il y a quelque chose de plus féérique chez eux. Des oreilles en formes de nageoires, une queue de chat enroulée sur elle-même, ces êtres sont bien drôles et j'aime beaucoup cela, si bien que je cherche à chaque fois le détail loufoque chez chacun. Oh ! Une femme qui n'a rien de particulier, est-ce possible ? Je demande à Iron s'il en sait quelque chose mais il ne me répond pas. Je devrais voir sous ses vêtements, elle a peut-être des écailles en guise de poitrine, qui sait ? Iron me frappe à la tête en se transformant puis redevient normal. Les regards se tournent sur moi, je ris puis tout le monde se tourne, excepté la fameuse dame en question. Elle s'avance vers moi et m'aide à me lever.

Enchanté, mon nom est Corona et je suis la fille du maire d'Anamoseï. Permettez-moi de vous demander qui vous êtes ?
-Je suis.. Aheum... Merci de votre aide. Je suis Drake. *murmure* Je suis l'Anima de la Lumière.


Les yeux de la femme s'emplissent d'un bleu azur alors qu'elle inspire profondément puis la lueur dans ses yeux disparaît. Elle... Elle... Il faut que je lui dise la vérité. L'envie de me faire pardonner sur le champ a été instauré dans mon cœur par je ne sais quelle magie.

-En fait je suis un humain, je viens de Fiore et Iron ici présent m'a ramené jusqu'à vous.
-Belle prestation Corona, je savais que tu débusquerais l'Elu assez rapidement, mais pas au point de le faire avouer son identité à peine entré dans la cité.
-Tu ne devrais pas me sous-estimer. Cependant je suggère que nous allons dans un endroit plus sûr pour discuter. Les murs ont des oreilles par ici.
-Bien sûr.


J'arque un sourcil, Iron est si différent quand il parle à Corona, il a l'air docile, c'est... drôle. Nous nous enfonçons dans la cité et je les écoute en train de parler de choses dont je ne comprends pas vraiment le sens, c'est comme s'ils utilisaient des noms de code. Et finalement nous entrons dans un café tenu par une sorte de perroquet géant.

-Eh ! Toi là-bas ! Je suis un Ara, pas un perroquet.
-Que... Comment il ? Il lit dans les pensées ?
-Oui, ce café est l'endroit où tous les ragots se racontent et cet oiseau ne se retient pas de les écouter un à un. Aussi il sait prêcher le faux du vrai donc au final c'est ici que toutes les informations sont regroupées. Tu verras au fil du temps, son pouvoir de persuasion est très grand. Si bien que même si tu sais qu'il lit dans tes pensées, tu viendras tout de même te désaltérer ici parce que le service en informations y est bien plus riche. C'est une sorte d'échange, on vient pour savoir quelque chose et le prix a payer est de donner tout ce que l'on sait, ce qui lui permet au final d'avoir encore plus d'informations et de satisfaire encore plus de clients.
-Je vois, donc vous m'avez ramené ici juste pour épier tout ce que je sais. Désolé mais je ne suis pas un garçon facile.


Je me lève et cours en dehors du café avant qu'une lueur bleue s'empare de mes yeux. Je veux... Je veux du café. Je me retourne alors et m'assied à la table en attendant patiemment mon café. Mince ! Pourquoi ais-je réagi comme ça ?! C'est cette femme, ses yeux, j'ai l'impression qu'ils me contrôlent. Iron virevolte dans l'air pour finalement prendre place sur la chaise en face de moi. Il dit sur un ton rassurant.

Ne t'inquiète pas, c'est sa manière de procéder mais elle n'est pas méchante. Elle s'assure juste que tu es bien l'Elu. Si c'est bien le cas, alors elle fera un pacte avec toi. Normalement c'est toi qui viens vers nous mais en cette situation, on presse un petit peu les choses car nous avons besoin de souder une légion de paix. Et Corona est l'Anima de la Persuasion et en lui prêtant tes pouvoirs, elle pourra amener du monde dans notre équipe. Le but étant d'instaurer la paix entre les Zoas et les Machinas. Elle est au coeur d'une contrée pacifique. Fille du maire d'Anamoseï, avec moi qui suis un Machina qui n'en veut rien aux Zoas, puis toi qui est l'Elu. Nous avons la base de ce qu'il faut pour une paix. Ne penses-tu pas ?
-Hmmm... Oui je veux bien te croire. Mais, mais j'ai mon mot à dire !
-Très bien, que souhaites-tu dire ? Je répondrai à toutes tes questions.
-Je sais pas ! C'est trop... rapide ! Je voulais faire connaissance avec les esprits que je rencontrerai, j'aimerai jouer dans l'eau avec vous, faire des châteaux de sable, connaître vos premiers amours, c'est ça que j'aimerai faire avec vous, pas parler de stratégie de guerre et de plan de paix. Votre monde à l'air parfait d'après ce que j'ai vu. C'est juste de la paranoïa que j'ai vu jusque-là !
-...
-...
-Tu vois, notre monde a peut-être l'air parfait à tes yeux. Mais le jour où tu nous verras faire des châteaux de sable tu pourras parler de paix car personne ici ne fait confiance à quiconque d'autre. C'est l'intérêt du profit et la perfidie qui alimente chacun, aussi égoïstes que nous sommes. Alors laisse nous espérer mettre fin à cette ère pour qu'enfin nous puissions connaître des sentiments comme la joie ou l'amour. Les Machinas ne sont aucunement comme Iron, ils sont froids et cruels, et malheureusement ma magie ne fonctionne pas sur eux car ils n'ont pas de cœur, mais ils sont seulement les armes des humains. Tu devrais les comprendre, toi, puisque tu es comme eux. Mais encore faut-il passer à travers leurs défenses pour espérer échanger quelques mots avec eux.
-Alors... Qu'attendez-vous pour contre-attaquer ?
-Les Animas sont nés de l'alliance entre les Humains et les Zoas et malheureusement nous perdons nos forces pour la plupart d'entre nous car justement cette union est en train de disparaître. Nous restons alors pacifiques en espérant que la guerre cesse. Certains d'entre nous se sont sacrifiés en tentant de stopper des combats mais leur mort n'a fait qu'aggraver les choses. Chacun rejette la faute sur l'autre et il y a davantage de conflits. Au-delà de cette ville, c'est le chaos...
-Et... ne me dis pas que... tu comptes toi aussi te sacrifier.
-Il faut bien, il s'agit de notre dernier espoir et tu es l'Elu de toute manière.
-C'est absurde !
-Il le faut pourtant. Maintenant regarde moi dans les yeux mon tout beau.


Son regard redevient glacé et sa main vient toucher ma joue. La volonté d'accepter le pacte grandit puis je prononce les mots suivants.

Moi, Drake Fulgur, promet de venir aux secours de Corona, Anima de la Persuasion, afin qu'elle survive au combat.
-Moi, Corona, promet de protéger le mage de Fiore, Drake Fulgur, lors de sa carrière de mage.

-Tu... C'est de la triche ! Tu m'as utilisé !
-Non, je t'ai persuadé, au fond tu le voulais aussi, sinon tu ne l'aurai pas fait.
-Oui je veux vous aider ! Mais une paix où l'on force chacun à l'accepter n'est pas une vraie paix !
-Dans ce cas tu décideras du plan, car tu es désormais responsable de notre paix. Ainsi tu ne pourras plus dire que l'on t'utilise pour arriver à nos faims. N'est-ce pas ?
-C'est... Ça a du sens. Mais si c'est moi qui décide du plan, je décide aussi du nom de notre équipe ! On s'appellera... Les Pirates de la Paix ! Ou bien encore... Les Chevaliers Pacificateurs !
-...
-...



(c) Never-Utopia
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Pixie's World, le monde parallèle de Drake Fulgur   Ven 24 Avr - 19:23

avatar
Drake Fulgur

Indépendant Légal

Click



Pixie's World
Chapitre 2 : Mélissa


L


texte

(c) Never-Utopia



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Pixie's World, le monde parallèle de Drake Fulgur   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cerisier & Ramen
» Ce monde est notre World Magic
» One Piece, ou le manga le plus vendu au monde
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Autres Lieux :: Pays Voisins