Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Violette écarlate
 MessageSujet: Re: Violette écarlate   Sam 2 Mai - 4:53

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Violette écarlate
Uriel Rudraksha

Il a profité du fait que je m'absente sous la douche pour aller se chercher à manger à son tour. Des muffins, des muffins et ENCORE des muffins. J'ai un sourire malaisé au coin des lèvres et je me demande bien comment un corps d'athlète comme le sien peut aussi bien digérer le gras. Pour ma part, j'ai la meilleure excuse au monde et elle retient très bien ma serviette. Je n'ai pas une musculature aussi découpée que la sienne, mais elle est plus développée que la moyenne... Pourquoi je parle de corps là? C'était les muffins le sujet principal... Allons allons... Je m'approche et me penche pour regarder les différentes saveurs dont il s'est permis de choisir avec minutie. Hm hm... je vois... Hm hm... je sens que... JE SUIS EN TRAIN DE PERDRE MA SERVIETTE BORDEL DE MERDE! Ouf... je la rattrape juste à temps et je n'ai rien laissé paraître... like a boss.

Ça m'a bien l'air bon comme déjeuner, sauf que j'ai tellement mangé que je me mettrais à rouler. D'ailleurs, j'arrive plus à supporter mon intestin gonflé à bloc et je me laisse tomber sur le lit sur le dos. Je gonfle mes joues comme si j'allais exploser et relâche un rot qui vaut au moins un 7/10 sur l'échelle des sauvages comme moi. Je soupire de soulagement, puis j'éclate de rire. Ah celui-là il m'a évité de tout vomir, ça me fait trop de bien! Et Uriel qui me demande si c'était moi le coup de la fraise. J'arque un sourcil et tourne la tête vers lui. Il est sérieux? Il pensait peut-être qu'il y avait des fantômes qui nous lancent des fraises dans la gueule pendant qu'on dort?

« Bah sûr que c'était moi! Tu pensais quoi? Que tu ponds des fraises pendant ton sommeil? »

Je lui tire la langue pour le taquiner et finis par me relever en position assise. La serviette qui retenait mes cheveux vient de foutre le camp. Et maintenant c'est le désastre, comment vais-je démêler tout ça? Pas de panique... Deux baguettes et ça devrait faire l'affaire... Puis, il y a la question qui tue. Rentrer à Era? Era...? Era qui? MERDE! J'avais complètement oublié! Je cours comme une fusée vers la salle de bain et glisse sur l'eau que j'avais oublié d'essuyer et me fracasse le crâne sur le lavabo... Et voilà une autre prune en prime, maintenant j'ai l'air d'un démon.

« BORDEL DE MERDE DE SALE ENFANT DE CHIE- »

Mais je m'arrête là. Je m'assieds parterre, la serviette ayant glissée jusqu'à mes hanches, je me cache d'un seul bras parce que l'autre il est trop occupé à me prendre la tête qui tourne et qui tourne... Je me couche à plat ventre et rampe jusqu'à la porte où y'a que ma tête et mon bras qui tient mon front qui sortent. Je pleure, enfin mes yeux pleurent parce que je souffre le martyr. Parce qu'il faut que je lui pose la question:

« On... on est quel jour? »

Puis après sa réponse, je laisse échapper un « Et merde... » J'aurais pu accepter la chambre plutôt que de m'épuiser à fond, j'aurais pu ne pas faire mention de rentrer à Era parce qu'aujourd'hui, je n'ai rien à faire à Era... C'est pour ça que Nox m'avait proposé de sortir et c'est pour ça que j'avais quitté la ville et participer à ce festival. Je suis vraiment une grosse merde lunatique...

« Promets-moi que... tu le diras à personne? »

Dis-je en pointant mon front digne du bossu de Notre-Dame...
Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Violette écarlate   Sam 2 Mai - 19:17

avatar
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click


VIOLETTE ÉCARLATE

« GRIZZLY GAROU »


« Il y avait quelque chose de bizarre chez Sybilia, quelque chose d'étrangement plus libre, passant hier soir d'une personne retenue à la débridation totale aujourd'hui. Peut-être qu'elle s'était juste fêlé le bocal, ou tout simplement, comme je lui avais dit avec tant de tact hier, que c'était là une facette d'elle que je découvrais car, après tout, je ne la connaissais pas plus que superficiellement. Elle se penche alors sur mon plateau en oubliant qu'elle n'est vêtue que d'une serviette offrant ainsi une vue plongeante sur son décolleté. Il me suffirait juste de baisser les yeux de vingt centimètres pour dépasser les bornes de la bienséance, mais je reste concentré sur son visage comme si j'écoutais ce qu'elle disait. Je ne crois pas qu'elle s'en rend compte mais heureusement que je ne suis pas un gros pervers dégueulasse. Puis elle s'allonge sur le lit et lâche un rot carrément outrageux, j'en reste estomaqué tellement je ne m'attendais pas à ça. Mais attendez, hier, passe avec la fatigue, mais je ne me souvenais pas d'une Sybilia aussi... Grizzlyiesque ? Un peu plus, et elle qui crachait du feu, est-ce que c'était comme ça qu'elle avait battue la grosse mongole attardée qui avait eu le rôle de la sorcière dans nos contes bizarres ?

_ ... »

Je prends le parti de ne rien dire et je finis ma pomme tranquillement, pendant qu'elle commence à paniquer en se rendant compte qu'elle était potentiellement très en retard, dans la mesure où il était déjà dix heures du matin. Et là... Et là... What the hell is happening ? Qu'est-ce qu'elle vient de dire ? La bouche entrouverte sur mon muffin, elle vient de se péter la gueule
encore une fois sur le lavabo pour se faire une deuxième corne. Un instant de silence passe au moment où elle me pose la question, j'hésite entre l'hilarité, un air scandalisé, et afficher une figure inquiète pour qu'elle voit que je ne suis pas juste un connard qui continue de manger pendant qu'elle se tue toute seule. Au final, ça fait surtout un mix d'un gars qui mange en faisait une grimace bizarre.

_ On est... Jeudi... »

Sybilia est en train d'avoir deux grosses auréoles, l'une rouge en train de se former et l'autre plus violette, assez assortie à ses couleurs, qui datait d'hier. Un hématome de psychopathe pour une psychopathe.

_ Euh non, je ne dirais rien. Mais en même temps, c'est écrit sur ton front là : bonjour je suis un taureau. Tout le monde peut le voir donc si tu veux le cacher tu ferais mieux d'acheter un bonnet. Et tu diras que ce sont les gangsters. En fait, tu pourrais même être un tricératops en comptant le coup de poêle... »

Au moins, par tous les dieux merci elle n'a pas perdu sa serviette en se cassant la gueule.

_ Qu'est-ce que tu vas faire maintenant ? Tu veux qu'on se donne rendez-vous pour le deal qu'on a passé ? » »
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Violette écarlate   Jeu 7 Mai - 3:06

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Violette écarlate
Uriel Rudraksha

Jeudi... jeudi? Oui c'est ça, Jeudi. Et mon nom c'est S... Sophie? Non c'est pas ça. Je sais que c'est pas ça. S... Sylvie? Non plus! Je grimace parce que c'est un combat mortel dans ma tête à savoir qui a raison. Sy... Ça commence avec ça j'en suis certaine. Ensuite, parce qu'il doit avoir une suite à ça, non? Sy...n? Pourquoi ma lèvre tremble quand je pense à ce nom? Ah... je me souviens. Je secoue la tête et frôle la mort qu'aurait pu m'infliger le cadre de la porte sur mon nez à cet instant. Ça y est, je bouge vraiment plus. J'ose plus parce qu'on dirait qu'il y a un piano juste au-dessus qui attend ma prochaine connerie pour me tomber sur la tête... SYBILIA! Ça y est, j'ai retrouvé la mémoire... bon sang de cerveau, il a été vachement secoué...

J'ai essayé de lui faire promettre de ne rien dire sur mes cornes de douleurs... mais ça s'est avéré à être une réponse qui me ridiculise à un tel point que je détourne la tête pour regarder le plafond plutôt que de le regarder lui. Tu m'as blessée profondément, Uriel. Tellement profondément que ça me fait mal jusque dans la gorge. Je... je vais vomir? Je me retiens, je ferme les yeux au point qu'ils se plissent parce que je ne veux pas. Je sais que si je me relève, je ne me rendrai pas à la toilette et que je vais me vomir dessus... Le pire qui puisse arriver c'est que je m'étouffe dans mon propre vomi. On me regrettera pas vraiment de toutes façons.

« Taureau... tricératops... »

Ça redescends lentement en me chauffant l’œsophage. J'ai évité le pire. Mon corps a compris le message qu'il essaie de me faire passer. Je dois devenir anorexique, c'est ça? C'EST ÇA QUE TU VEUX HEIN? Tu veux me voir mettre mon doigt dans la gorge? Avoue que t'aimerais ça petit cachotier...

« Tu me trouves obèse? »

Ça cogne beaucoup moins fort dans mon crâne. Je me relève en toute lenteur et m'appuie finalement sur le cadre de porte parce que ça tourne beaucoup trop. Y'a aucun moyen que je puisse réussir à marcher avec un étourdissement aussi intense. Aller, disons qu'avec ma simple volonté je suis capable de le faire? Je tente le tout pour le tout et me relève debout en m'appuyant contre le cadre de la porte. Toute ma concentration a été mise sur ce geste. Je ne suis pas consciente du reste... même pas consciente de la serviette qui glisse le long de mon corps. C'est lorsque je relève les yeux vers le miroir que je fronce les sourcils.

« Il me semble que y'a un truc qui a changé... comme s'il me manquait quelque chose... »

Je reste plantée là entre la chambre et la salle de bain en toute innocence. Puis je réalise enfin. Mon coeur bat la chamade, mais cette fois j'arrive pas à retenir la pression qui m'écrase l'oesophage. Je titube jusqu'à la chiotte pour gerber. Je reste plantée là, le doigt appuyé contre la chasse, fixant le siège que j'ai relevé de justesse. Mes lèvres tremblent, mais je réussis à articuler des mots que je n'entends pas moi-même:

« Me... soigner moi-même... Tu peux aller... me chercher... ouf... glaç-ons? »

J'ai chaud, comme si j'allais perdre connaissance d'une seconde à l'autre, mais je résiste à la commotion cérébrale. Je l'ai déjà vécue, mais elle est beaucoup moins pire que la précédente. Cette fois, je n'ai pas tous les os du corps boyés en mille miettes...

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Violette écarlate   Jeu 7 Mai - 5:38

avatar
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click


VIOLETTE ÉCARLATE

« Rudraksha to the rescue ! »




« Oh non, c'était en train de se transformer en une discussion de filles. Comment, par tous les dieux, Sybilia pouvait-elle réellement s'identifier à un taureau ? Et encore pire, à un tricératops ? Je restais là, assis sur ma chaise devant mon plateau sur la petite table, un muffin stoppé à mi chemin vers ma bouche, celle-ci légèrement ouverte. Attendez, c'était de l'humour !

Néanmoins, Sybilia semblait avoir vraiment du mal. Je devais vraiment avoir l'air d'un gros enfoiré à prendre mon petit déjeuner pendant qu'elle se mettait toute seule en danger et qu'elle n'arrivait pas à se relever. Je regarde distraitement vers la salle de bain dont la porte est ouverte mais dont je ne peux pas vraiment voir l'intérieur d'où je suis. Mais si Sybilia se décalait légèrement vers la droit, je la verrais de dos. C'est alors que j'aperçois un truc qui tombe au sol, blanc et cotonneux.Un objet communément appelé « serviette ». J'écarquille les yeux en me demandant si elle venait vraiment de se mettre toute nue ou si... Attendez mais qu'est-ce qui est en train de se passer ici ? Quand est-ce qu'on a décidé qu'il fallait perdre des vêtements ?

_ ... »

Je ne vois pas très bien ce qu'il se passe, mais je n'ose pas lui faire remarquer qu'elle a perdu sa serviette. Cela dit, elle-même l'énonce à haute voix, mais c'est tellement évident ce dont elle parle que j'ai du mal à croire qu'elle parle de sa serviette.

_ Euh, tu as besoin d'aide ? »

Mieux vaut demander tard que jamais. Et là c'est le drame. Un bruit de dégueulis immense monte dans la pièce et je retrousse le nez, reposant mon muffin. On ne vomit pas sans raisons, alors soit Sybilia était enceinte et elle venait de le découvrir, soit elle avait subit un peu plus de dégâts que ce qu'on avait pu imaginer de prime abord.

Je me lève, ça semble être allé trop loin. Je rentre dans la salle de bain sans aucune précaution et je vois Sybilia qui semble sur le point de tourner de l’œil. C'est confirmé, quelque chose ne va pas. Je reviens dans la pièce principale et je m'empare de la couverture et de la petite poubelle vide de la chambre. Je retourne alors vers elle et je l'enveloppe dans la couverture pour couvrir sa nudité. Tant pis si elle a chaud, si elle a de la fièvre, elle ne doit pas se découvrir. J'allais pour toucher son front pour voir sa température mais les trois bosses m'y dissuadent. Je lui tends alors la petite poubelle a couvercle et je lui fourgue entre les mains sans la laisser protester.

_ Tiens, tu vas en avoir besoin. »

Pour quoi ? Pour ça.

Je saisis le cocon Sybilia et je la porte lourdement sur mon épaule en grognant. Là ok, c'est un argument pour dire qu'elle est lourde ! Mon sac de patate chargé, elle peut bien protester, elle n'est pas vraiment en état, alors autant s'occuper directement de ce problème.

_ T'es en train de perdre ton cerveau par les oreilles, je t'emmène te faire soigner. »

Je me dirige vers la fenêtre avant de l'ouvrir de ma main libre. Un filet d'air frais envahit la pièce. La magie picote un peu dans l'air et, soudain, c'est comme si une troisième présence écrasante et mettant mal à l'aise était présente. Un léger trouble dans l'air entoure ma peau, et je déploie mes ailes invisibles pour prendre mon envol. C'est plus difficile de me faire porter par la magie avec Sybi en plus, mais je me concentre pour m'élever dans les airs. Des gens nous regardent au sol en nous pointait du doigt. Après tout, s'il y avait une seule chose à penser de tout ça, c'était qu'un taré enlevait ce qui semblait être une jeune femme à moitié assommée dans une couverture.

Je bats des ailes au-dessus des toits et je franchis rapidement quelques rues. Je cherche un peu, car il me semble bien qu'hier j'ai mémoire d'avoir vu un établissement pour malades,quand l'illumination me vient.

Nous sommes à Magnolia non ?

Et qui est-ce qui se vante sans cesse d'avoir un des rares mages de soin du pays ?

Fairy Tail, et le Dragon Slayer des cieux.

Je fronce les sourcils comme si un Bacchus venait de me peloter l'arrière train avec enthousiasme et sans gêne et, intérieurement, une certaine fierté et un certain orgueil me poussent à faire tout sauf ça. Fairy Tail était peut-être
la guilde qui personnifiait le plus tout le mépris que je pouvais avoir pour ce système.

Je renifle d'un air sévère et je me décide néanmoins à me laisser porter, moi et mon fardeau, vers le manoir de pierre qui affiche avec orgueil et fierté son symbole. Je fais ça pour Sybilia, pour rien d'autre.

J'arrive en quelques minutes à peine devant les portes de la guilde et je passe par dessus la grille pour redescendre jusqu'au niveau des portes. Avant de toquer un grand coup dessus.

_ FAIRY TAIL UNE BLESSÉE A BESOIN D'AIDE. »

S'ils n'ouvrent pas dans les quinze prochaines secondes je défonce la porte. »
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Violette écarlate   Jeu 7 Mai - 21:25

avatar
Sybilia Philips

Sabertooth

Click

Violette écarlate
Uriel Rudraksha

Oh... la jolie toilette blancheuuh... blancheuuuh. L'eau souillée qui tourne et qui tourne et qui me donne le mal de meeeer! Je ferme les yeux. Ça tourne, ça tourne dans ma têteuh! J'ai une main appuyée contre le bain et la tête au-dessus de la toilette juste au cas. Uriel, mon prince, m'a demandé si ça allait... J'ai envie de rire, mais ma rate fait que sursauter, aucun son ne sort. Si je vais bien? J'en sais rien... j'ai l'air de Satan avec des cornes comme ça dans le front, je viens de dégueuler et la vie tourne autour de moi... Ça va? Oh le joli papillon... Non... y'a pas de papillon... c'est qu'une tache sur le mur et elle est immobile... non regarde elle coule... comme du sang! Pourquoi j'ai ouvert les yeux, déjà?

Il y a une couverture qui se pose tout autour de moi et... et une poubelle. Ah oui... c'est vrai j'ai le coeur dans la gorge. J'ai chaud. Je pousse la couverture mais au même moment, je suis prise en poche de patate sur une épaule. Ah oui... l'épaule dans le bide c'est suuuuupeeeer. J'arrache le couvercle de la poubelle et avant même qu'on soit sortis de la chambre par la fenêtre, je gerbe. Oui, mais quelle belle façon de communiquer, corps! T'es tellement intelligent! Puis y'a ses paroles qui me reviennent... mon cerveau par les oreilles? Je tapote la base de mon oreille et pourtant, je ne ressens rien et je ne vois rien.. C'est qu'un prétexte pour kidnapper la princesse, hein avoue? Je me mets à rire et j'échappe la poubelle tout en bas... sur la tête de quelqu'un qui nous regardait planer... oups...

Comment il fait ça aussi? Planer? Voler? Et... je l'ai pas entendu grogner quand il m'a soulevée? Je le savais... espèce de grand rouquin! Tu ne voulais pas l'avouer plus tôt hein! Je me mets à débattre de son emprise comme une chenille handicapée. Rien à faire, ce gars à la carrure de basketteur a tous les avantages pour gagner ce combat de catch. Quand la cloche de ma défaite résonne dans mes oreilles, j'arrête de gigoter et je rage, je grogne. J'essaie de matérialiser ma magie, mais j'arrive pas à me concentrer. On se pose. Je vois des grilles... Où est-ce qu'on est? C'est quand j'entends l'autre attardé crier que je réalise qu'on est à Fairy Tail... Mes yeux s'écarquillent et je marmonne un:

« Oh ho... Nope nope nope nope nope! »

Je gigote de plus bel et réussit enfin à me défaire du tas de muscles. Je cours dans une direction, mais je trébuche sur la couverture et ma chute élève un nuage de sable. La porte s'ouvre, je me retrouve vivement pour voir qui c'est. C'est le papa moustachu. Je soupire de soulagement. Quand il voit les bosses sur mon front, il réalise que c'est moi la blessée. Il nous invite à rentrer, mais je secoue la tête.

« Non... Je.. je veux paaaas! Laissez-moiiii! Nyaaah haaaa! »

Je rampe comme une chenille vers la grille. En me relevant pour essayer de la faire bouger, j'oublie d'amener la couverture avec moi. En secouant les barreaux, le tout glisse à mes pieds dans un « Wouah! » rouge du papa moustachu et du gars à la pipe à la bouche qui vient de se joindre à la partie. Je retourne que ma tête, les yeux larmoyants.

« C'est... c'est verrouillé... »

Je me laisse retomber dans mon cocon de tissus et reste dans ma position foetale jusqu'à ce qu'on m'ouvre ou qu'on vienne me chercher...

Code by Silver Lungs
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Violette écarlate   Dim 31 Mai - 22:34

avatar
Uriel Rudraksha

[C] Var Ulfur

Click


VIOLETTE ÉCARLATE

« Rudraksha to the rescue ! »


« Un vieillard nain avec un chapeau bizarre ouvre la porte pendant que Sybilia tente de se faire la malle. Mais soyons francs, elle n'ira pas loin. Au mieux elle va se casser la gueule dans dix mètres, au pire elle finira toute nue effondrée dans une ruelle et avec un peu de malchance de peu fréquentables personnes tenteront de lui voler un rein. Le vieux regarde la chenille humaine handicapée qui tente de s'évader, me jette un coup d’œil comme s'il ne comprenait pas trop la situation, puis regarde de nouveau Sybilia lorsqu'un « pouf » retentit au moment où elle se casse la gueule. Bingo. Je n'ai aucune idée de qui est ce vieux, pour sûr, lui il n'apparaît pas dans The Sorcerer en maillot ou bikini. Non, il serait plus du genre à le lire en saignant du nez. Néanmoins, il n'y a pas vraiment besoin de lui expliquer pour qu'il comprenne, au vu des ecchymoses énormes qu'elle affiche sur le front. Son comportement étrange trouve ainsi une explication : fêlée du bocal, au sens propre du terme.

Le jette un bref coup d’œil derrière le vieux lorsqu'un moustachu à pipe débarque à son tour. La salle principale de Fairy Tail me provoque un frisson qui oscille entre une certaine forme de désapprobation et un malaise grandissant. Non, je ne tiens pas à respirer le même air que ce genre d'individu, et si j'y confie Sybilia, c'est vraiment parce que c'est nécessaire. Et qu'elle devenait, quelque part, ingérable. Si ça se trouve, vu qu'elle a fait partie d'une guilde avant, elle va même y trouver des vieilles connaissances.

Le vieux nous invite à rentrer, mais à peine eut-il formulé sa requête que lui et le moustachu perdent leur sang froid devant l'embarras soudain et intime de Sybilia. Les traits sévères, je ferme un instant les yeux en fronçant les sourcils, comme si tout ceci, au final, ne faisait que confirmer l'image de mongols attardés que j'avais des guildes. Qu'ils aillent au diable.

_ Inutile. Faites ce que vous avez à faire, ma partie s'arrête là. »

Je me détourne pour m'éloigner de la porte d'entrée en même temps que le vieux me regarde d'un air bizarre, comme s'il essayait de percer la signification presque amère de ces paroles, avant de m'emboîter le pas et me dépasser pour se porter à la rencontre de Sybilia avec le moustachu. Vu la réaction de Sybilia, elle risque peut-être de me détester lorsqu'elle aura recouvré ses esprits, mais au vu de son état, ce n'est peut-être pas plus mal. Alors qu'ils s'occupent de se saisir de la chenille handicapée pour l'amener à l'intérieur, une nouvelle fois j'étends autour de moi cette énergie invisible qui m'enveloppe et porte mes pas jusqu'à en quitter le sol. Dans un « vrouf » sourd, je les laisse à leurs occupations, jetant un dernier coup d’œil à la pauvre Sybilia.

_ Quand tu seras remise, n'oublie pas notre accord. »

Et de m'en aller. Moins je m'approche de ce bâtiment, mieux je me porterai. »


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Violette écarlate   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

 Sujets similaires

-
» La patrouille de l'angoisse : le reveil de Brume écarlate [PV vallée et glace]
» L'aube écarlate
» La lettre écarlate (Clyde)
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Ciel écarlate au nom d'une folie [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Est :: Magnoria :: Place centrale