« Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil. »
 MessageSujet: « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil. »   « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil.  » EmptyVen 18 Avr - 18:23

Anonymous
Invité


Click


♠ Maeryllis Édea ♠
♦ feat Asuna Yûki ♦


♦ Généralités ♦
♠ Identity ♠

Nom : Maeryllis
Prenoms : Édea.
Sexe : Féminin.
Age : 17 ans.
Date de naissance : 29 Août.

Lieu de naissance : Royaume de Fiore - Rosemary
Activité(s) : Mage et écrivaine à ses heures perdues.
Guilde : Blue Pegasus
Statut : Célibataire
Surnom : Éde'
♠ ♦ ♠ ♦




♠ Psychologie ♠



Et si tout n’était qu’illusion ? Il est facile de se fier sur nos sens – comme par exemple ce que l’on voit – cependant, le monde va beaucoup plus loin que ça. Il faut savoir se poser des questions, même si on sait qu’en retour, on n’aura qu’un néant qui nous servira de réponse. C’est là, la beauté de la vie. Plonger dans un univers sombre et travailler tous les jours pour essayer de faire apparaître une source de lumière, aussi petite soit-elle. C’est de cette façon que nous pourrons évoluer en collectivité. Toutes les découvertes mènent à une succession d’évènements qui aboutiront un jour, à une certaine finalité, une stabilité et une égalité entre individus. C’est dans cette optique que nous, mages, travaillons corps et âme pour justement, atteindre ce moment où le monde sera en paix avec lui-même.

Et si les êtres-humains étaient tous en paix avec eux-mêmes, mais envers autrui également ? On assisterait à l’expression d’humains bons et sains d’esprits, mais de corps également. On côtoierait des mages empathiques, joyeux et qui n’ont comme unique but de maintenir cet équilibre. L’homme ne serait plus un loup pour l’homme, la méfiance et la compétition qui sont de vilains défauts n’existeraient plus. Le partage, tant qu’à lui, ferait surface pour faire en sorte que tous et toutes puissent vivre dans les meilleures conditions de vie possible. On pourrait faire confiance à n’importe qui sans pour autant craindre pour notre propre survie qui est, après tout, l’objectif premier de l’homme. Assurer sa présence dans cet univers le plus longtemps possible. L'homme a une tendance naturelle à vouloir vivre, le sacrifice ne veut rien dire, surtout lorsque cette action est employée pour sauver une seule personne. Il est facile de dire qu’on prendrait un coup pour sauver quelqu'un, mais devant la scène, qui le ferait vraiment ?

Et si malgré tout, tes imperfections étaient belles ? On n’aurait plus la chance d’assister à une jeune demoiselle paresseuse, lâche et faible. On ne pourrait plus rentrer en contact avec la timide personne que tu es. On ne pourrait plus rire de toi, parce que oui, tu es probablement l’une des personnes les plus maladroites qui existent sur cette terre. Nos oreilles ne souffriraient plus à t’entendre te plaindre continuellement à propos de tout et de rien.Cependant, n’oublie jamais que même si tu ne t’aimes pas, ta douce voix, tes doux mots nous permettent de progresser. N'oublie pas de toujours te questionner pour évoluer.

Et si tu restais celle que tu es ? Celle qui nous écoute, celle qui nous conseille, celle qui nous fait rire quand elle se force. Celle qui se questionne sans cesse sur une possibilité d’évolution en posant toujours un contexte hypothétique. Celle qui trouve toujours le moyen d’apaiser les âmes les plus colériques à l’aide d’un mot. Celle qui arrive à se mettre dans la peau de n’importe qui et de comprendre sa situation. Celle qui ne juge jamais, même les êtres les plus « méchants ». Celle qui semble si bonne, si fraîche, si puissante, mais qui cache un être triste et démolit au fond d’elle. Celle qui est beaucoup trop empathique, qui laisse les émotions des autres prendre le contrôle sur elle et qui délaisse sa propre personne. Celle qui a besoin aussi d’une oreille, de quelqu’un pour l’écouter et pour l’apaiser. Celle qui se renferme et se cache derrière les sentiments des autres. Celle qui se cache dans un monde imaginaire, celle qui se pose toujours trop de questions pour oublier la douleur qui tue. Celle qui pleure tous les soirs...



♦ Magie ♦



Loin d’être la magie la plus offensive qui soit, la Sensikinésie permet à Édea de joueur sur les cinq sens, mais également sur le sixième. À travers cet art, elle peut altérer, amplifier, diminuer ou bien échanger les sens. Cette magie comporte plusieurs avantages comme inconvénients. Premièrement, elle ne peut pas joueur sur les sens d’un adversaire qui possède un trop grand écart de puissance avec elle. Ses sorts n’auront tout simplement aucun effet sur la personne en question. Deuxièmement, comme elle est pour l’instant, qu’une faible mage, elle ne peut jouer que sur 1 sens à la fois, devant annuler son enchantement si elle veut en modifier un autre. Son art fait d'Édea un excellent support qui peut s'avérer très utile, cependant, il faut se l'avouer, en ce qui concerne le combat à un contre un, autre qu'avec son Arme ou bien via un échange ou une amplification de force physique, elle ne peut pas faire grand-chose pour le moment, sa magie n'étant pas très developpé.
♠ Techniques ♠





♦ Background-Test Rpg ♦


Je suis née à Rosemary, un soir pluvieux, un soir triste. Je n’étais pas attendue, mes parents n’ont jamais voulu de moi, ils avaient déjà une autre fille, plus belle, plus forte et plus talentueuse. Elle possédait tout, alors que moi, je n’avais rien. J’étais tout simplement « la deuxième ». La moins intelligente, la plus laide, la moins utile. Je me suis toujours demandé pourquoi ils m’avaient gardé s’ils ne voulaient pas de moi, si je n’étais qu’un fardeau pour eux. Ce n’est qu’en grandissant que j’ai compris…Pour eux, je n’étais pas un enfant, je n’étais qu’une marchandise. Un objet, une esclave. Pour eux, j’étais une source de revenue et rien de plus. C’était donc ça, le but de ma présence sur cette terre, rapporter des fonds. Les câlins et toute autre attention émotionnelle, je n’y ai jamais eu droit. Comme on dit, les deux ne vont pas ensemble. On ne peut pas mélanger l’amour avec l’argent. Je ne pouvais pas parler avec les autres enfants de mon âge, je ne pouvais rien faire. J’étais emprisonné comme un oiseau dans sa cage qui ne souhaite qu’une chose ; voler de ses propres ailes, découvrir le monde, voyager et se sentir libre. Le temps, c’est de l’argent. Pour mes parents, tous rapports humains qui n’étaient pas dans un but économique étaient pour eux, une perte de temps. Ils ne voulaient pas que je m’épanouisse, parce que je n’étais pas importante pour eux…

C’est dans cette optique que tous les matins, je me levais pour aller vendre les pains de mon père. Lorsqu’on voit une jeune fille faible, qui semble si fragile, habillée comme une itinérante, il est difficile de dire non. Bien souvent, j’y ai pensée. Fuir, partir, courir, mais j’étais encore trop jeune pour prendre ce risque. Même si mes « parents » ne m’aiment pas, ils me donnaient le strict minimum pour assurer ma survie. Bien sûr, je n’avais pas un repas aussi complet que celui de ma sœur, je m’habillais avec des vieux tissus qui couvraient juste assez pour ne rien laisser entrevoir, mais j’étais toujours là, toujours vivante. Tous les matins, je voyais ma sœur se préparer pour l’école, pour en apprendre plus, pour se cultiver, se développer intellectuellement, mais aussi, pour en apprendre davantage sur l’art de la magie. Tous les matins, je voyais ce même sourire dessiné sur son visage. Elle semblait si heureuse, si contente. Elle représentait la lumière alors que moi, j’étais l’obscurité. Je l’enviais tellement, j’étais jalouse d’elle. Pourquoi je n’avais pas les mêmes droits qu’elle ? Qu’est-ce qu’elle avait de plus que moi ? Je n’en n’avais aucune idée, mais je savais que tous les soirs, en y pensait, j’en pleurais, j’en souffrais et je mourrais de plus en plus à l’intérieur de moi.

Je me souviens encore très bien de cette journée, je revenais de ma longue journée de travail. Il y avait des traces de sang sur le sol, des corps inertes. Les femmes de mon village étaient toutes attachées, alors que les hommes, adultes comme enfants étaient tous morts ou presque. Des criminels de Bosco étaient venus kidnapper les femmes de Rosemary afin de les apporter avec eux pour faire du commence. Qu’est-ce que ça pouvait bien changer pour ma part, de toute façon, je n’étais déjà qu’un objet qui ne servait qu’à une seule chose ; rapporter de l’argent. J’aurai probablement pu m’enfuir ou essayer, mais je me suis laissé faire, sans rien dire, sans même essayer de me défendre.

Cette journée bien que sombre a probablement été l’une des journées les plus importantes de ma vie. Pour la première fois, j’ai senti un contact humain. Ma sœur, celle à qui je n’avais jamais vraiment adressé la parole m’a prise dans ses bras. Elle se mit à pleurer, je pouvais sentir les gouttes venir tremper mon épaule. Sur le coup, j’étais indifférente. Je ne savais pas vraiment quoi faire, comment réagir face à cette situation. Elle avait probablement besoin de quelqu’un pour la réconforter. Elle qui avait eu une belle enfance paisible…Elle n’avait jamais connue la cruauté des êtres. J’ai été enfermée dans une pièce, dans une maison abandonnée qui servait probablement de base pour les criminels de Bosco. J’étais dans la même pièce que ma sœur. Le silence planait, je n’avais rien à dire et visiblement, elle non plus.

« Connais-tu l’existence de la magie ? Est-ce que tu sais que notre famille possède ce don ? »

Elle brisa le silence qui planait depuis beaucoup trop longtemps déjà. Je savais que la magie existait, bien souvent j’ai voulu en apprendre plus à ce sujet. J’ai toujours voulu savoir si moi aussi, je possédais cet art, si moi aussi, je pouvais faire des choses incroyables et peut-être même changer le monde à ma façon. Malgré tout, je ne savais toujours pas quoi lui répondre. J’étais intimidée face à elle.

« Écoute, Édea, laisse-moi te montrer quelque chose. »

Mon regard se tourna vers elle, elle sortit une rapière qui était cachée derrière elle. Elle lança un enchantement sur cette dernière, faisant apparaître par la même occasion, un magnifique cercle magique d’un violet frappant. Elle prononça des mots dont je ne connaissais pas l’existence et d’un seul coup, mon ouïe se développa. Je pouvais entendre ce qui se disait dans les autres pièces. Les femmes pleuraient, il n’y avait rien d’étonnant à ce sujet. Les criminels, quant à eux, racontaient ce qu’ils feraient de nous. Ils avaient déjà toutes sortes d’idées. Leur objectif principal, était bien sûr, de nous vendre à des hommes, de faire de nous des objets, mais certains d’entre eux souhaitaient s’amuser ici et maintenant. Cette capacité que j’avais à entendre se dissipa quelques minutes après. C’était donc ça, la magie que possédait ma sœur. Sentir cette puissance envahir mon corps me donna des frissons. Je n’avais jamais rien vécu de la sorte auparavant.


♦ © Bebebe ♠ & ♦ Fairy Tail Rpg ♠
 MessageSujet: Re: « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil. »   « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil.  » EmptyMer 30 Avr - 23:30

Anonymous
Invité


Click

Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas un message pour vous dire que j'ai terminé ma fiche de présentation, nonono ! C'est plus pour demander un délais ? J'entre en fin de session, ça demande beaucoup de mon temps, je ne peux pas terminer ma fiche, malheureusement. Donc j'aimerais, si possible, un délais de 1 mois :3 merci beaucoup ♥️

EditDamaz : Aucun problème Wink
 MessageSujet: Re: « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil. »   « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil.  » EmptyVen 6 Juin - 13:52

Hirata Kôta
Hirata Kôta

Silver Sword

Click

Bonjour,

Est-ce que cette fiche est toujours d'actualité ?
En cas de non réponse, elle sera archivée dans les 24 à 48 heures. Merci de votre compréhension.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil. »   « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil.  » Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nous sommes Charlie.
» Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment - Calliope
» « Un cadavre : produit fini dont nous sommes la matière première. » ▬ sidney.
» Wouyyyyyyy Le premier ministre Bellerive ''heureux'' de l'issue des élections
» « Personne ne peut m'empêcher de faire ce qui est bon pour mon pays »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Hors Rp :: Fiches de personnages