Partagez | .
Insanity (PV Eileen]
 MessageSujet: Insanity (PV Eileen]   Lun 31 Mar - 18:48

avatar
Invité


Click






Insanity

Eden Jaylis ▼ Eileen Fa Long ▼



Tout avait bougé. En l'espace de six ans, le Conseil était monté en puissance, se munissant des plus redoutables pour former ce qu'ils appellent le « Haut-Conseil ». Oui, six longues années. Six longues années pendant lesquelles beaucoup trop de choses ont changés. Des guildes ont disparues, des mages aussi, d'autres se sont installées, profitant de l'absence des autres pour piquer leurs places. Pourtant, en parlant du Conseil, j'avais décidé par moi-même de partir, du moins, de m'éloigner. Ils n'avaient plus spécialement besoin des nouvelles recrues, et pourtant leur incapacité était affolante. Si l'on m'avait dit que le Conseil était aussi incapable, peut-être que jamais je n'y serais entrée. Mais il y a ce côté de justice qui me plaît, celui qui m'a parlé durant toute mon enfance et qui était pourtant mal interprété à Bellum. C'était en quelque sorte l'endroit le plus rassurant dans ce pays inconnu. Et quand bien même cela m'a fait prendre une décision. J'ai fait ma propre justice durant six ans. Chassant bandits après bandits, monstres après monstres. La population n'en était que ravie et cela leur avait apporté une sécurité qu'ils avaient perdus quand les guildes se sont effondrées, le Conseil avec. Et voilà que maintenant, six ans après, on retrouve un pays totalement différent de celui que j'avais connu en arrivant ici, après avoir déserté. Qui aurait cru que six ans pouvait changer un monde ? A vrai dire, je ne saurais dire si cela a un côté positif ou négatif, il reste encore trop de part d'ombre dans tout ça. Je ne peux encore donner d'avis sur ce Haut-Conseil qui nous dirige tous, mais je peux en tout cas dire qu'ils ont l'air redoutables. Dangereux. Je crois que cela donne un beau retournement de situation. Cela restera à voir.

Et c'est comme ça que je suis tombée par hasard sur cette avis de mission tout particulier. Une petite fille avait disparue dans un marais et ses parents étaient vraiment inquiets. J'ai donc décidé de me rendre chez la famille de la petite Ranie pour avoir quelques informations de plus. Je ne sais pas s'ils étaient rassurés ou paniqués de voir que c'était une mage du Conseil qui allait s'occuper de cette histoire. Et bien-sûr, je crois qu'ils ne savaient pas non plus que ce marais est un endroit très dangereux où s'y promener seul n'est pas de bon augure. Surtout pour une petite fille qui ne maîtrise certainement pas la magie. J'espère pouvoir la trouver rapidement. C'est donc ici qu'on se retrouve dans cet endroit infesté de créatures bizarres produisant des sons les plus étranges les uns que les autres. C'est vrai que ce lieu n'est pas celui que je choisirais de recommander aux touristes... Ça pue, c'est moche, et en plus de ça, c'est dangereux ! Alala, quelle idée cette petite a eu encore à venir ici ? Non mais des fois, je me dis qu'il faudrait faire en sorte que les gamins soient résonnés dès leur naissance ! Même si bon, nous sommes d'accord que certains adultes ne sont pas très matures... Un craquement me fait sursauter et par réflexe j'attrape ma pistolame pour la pointer droit dans la direction d'où provenait le bruit. Je tombe nez à nez à une brune n'est vraisemblablement la petite Ranie...

Spoiler:
 




©Etyncelle2014
 MessageSujet: Re: Insanity (PV Eileen]   Sam 5 Avr - 17:43

avatar
Eileen Fa Long

[M] Iratus

Click



Madness




On a parfois l’impression de ne pas être soi-même. On côtoie les gens que l’on aime, on vit de ce qui nous passionne mais pourtant, malgré tout ça, on se sent aussi creux que le plus grand des vases que vendent les marchands itinérants dans le village près de Torturas. Cette étrange sensation qui nous prive de tout alors qu’on avance pas à pas au travers de la foule, sans que rien ne parvienne ne serait-ce qu’à nous faire sourire. Cette douloureuse émotion qui s’empare de nous malgré même que nous luttions sans relâche pour nous intéresser à ce que l’on voit. Ce vide-là vous glace pourtant jusqu’à la moindre terminaison nerveuse, jusqu’à la plus profonde des envies alors que vous tendez les deux mains vers un compagnon à lui souriant sincèrement. Vide dedans, plein dehors. Être et paraître se croisant violemment pour vous rappeler une unique chose. Que ce que vous vivez ne vous appartient pas et que malgré vous, vous vous êtes retrouvé face à un endroit où vous ne devriez pas être. J’ai maintes fois senti ça, traversant des contrées et des villages que je ne connaissais pas. Ce froid glacial qui vous maintient à l’écart alors que vous riez chaleureusement à l’un des petits jeune qui a répondu à votre appel. Obaba l’a sans doute vu sur moi. Cette empreinte presque étrange de la lassitude alors que je ne faisais que marcher sans m’arrêter, sans m’intéresser. Peut-être est-ce pour ça qu’elle m’a fait quitter la guilde tout ce temps. Peut-être est-ce pour ça que je n’ai pu que lui sourire en rentrant faire mon rapport avec un nouvel ami sur l’épaule. Peut être est-ce pour ça qu’au final, le haras que je lui avais ramené pour la distraire m’a valu la plus grande engueulade qui n’est jamais existé.

Le sourire m’a réellement réchauffé quand j’ai commencé à tourner. Non, Obaba sama n’avait pas changé, contrairement à ce monde qui m’avait laissé, durant ces six ans de fixité, un gout on ne peut plus amère. Il n’y avait plus rien de ce qui m’avait d’abord plût. Plus de héros, plus d’équilibre, plus d’histoire fantastique qui font que le monde devient chatouillant quand elles sont contées par une voix habile autour d’une chope de bière ou d’un feu de camp silencieux, parfois même les deux. Changeling ronronnait toujours plus à chaque fois que j’avançais dans ces six grandes années de vide intense. Aujourd’hui, même si le métal n’a pas changé depuis plusieurs années, je sais quand je sens le bracelet se rétrécir qu’il est prêt. Et c’est d’ailleurs avec un certain soulagement que nous avons, tous les deux, accueillit la mission que nous a donné notre chère et tendre maîtresse avant de nous mettre dehors à coup de pied.


Eileen fronce les sourcils. Elle n’a pas imaginé le paysage qu’elle voit autrement que par les récits des habitants et elle en est déçue. Le marais ne ressemble en rien à certains des contes pour enfants qui se propagent sur les places publiques. Les arbres, tordus par les ans et les intempéries, se relient dans une étreinte soupçonneuse en approchant de leur frondaison dont ils mélangent allègrement le vert foncé et clair des différentes mangroves baignant dans l’eau croupie et infestée de moustiques. L’ensemble aurait pu être magnifique si le lieu lui-même n’avait pas respiré d’un air aussi putride que sinistre. La femme soupire en regardant l’orée des marais d’un œil mauvais. Ce qu’elle avait à y faire n’était pas tellement le problème. En effet, la soldate semble bien plus craindre ce qu’elle pourrait y trouver. Ranie, l’enfant dont les parents demandaient de l’aide, avait crû judicieux de se promener dans le coin du monde le moins sûr de tous. Bien que même les villes ne semblent pas être le meilleur endroit de résidence, elles étaient toujours préférable à cet endroit humide et suintant la malveillance des monstres qui l’habitait. Lâchant la bride de Sorrow, Leen s’étire brièvement en réfléchissant avant de finalement se décider à avancer. De l’eau jusqu’aux mollets, elle fait signe à sa monture.

« Sorrow, 'ì'awn. »

Le cheval dresse les oreilles et se détourne tranquillement de sa maitresse, avisant la plaine verdoyante proche des marécages. La mage de Lamia Scale ne put s’empêcher de sourire en l’imaginant gambader gaiement en se remplissant la panse. Elle déchante cependant bien alors qu’elle commence à s’enfoncer dans l’environnement hostile où elle va devoir traquer la moindre bestiole dans l’espoir qu’elle n’est pas déjà préalablement digéré la petite fille qu’elle doit ramener saine et sauve. C’est une question de vitesse. Et de chance aussi, n’est-ce pas Fa Long ? Elle frissonne. Depuis quelques temps, elle semble entendre malgré elle la voix de Changeling. Non pas fréquemment mais toujours aux moments où elle s’y attend le moins, ce qui avait le don de la désespérer au plus haut point.

La demoiselle explore prudemment les lieux, jetant des regards en biais dans le moindre recoin qu’elle juge suspect. La première heure de recherche lui donne un goût amer dans la bouche. Métallique comme le sang, fort comme la peur. Ce pressentiment ne la quitte pas d’un pas et, alors qu’elle s’enfonce toujours plus profondément, elle semble perdre la notion du temps et même de l’orientation. Chaque arbre ressemble toujours plus bigrement au précédent et Eileen finit par s’apercevoir après ce long temps d’avancer qu’en réalité, elle n’a fait que stagner. Inspirant profondément, elle repris son chemin après avoir tourné sur elle-même en priant pour que cette fois soit la bonne. Son pas s’est fait plus pressant et, alors qu’elle contourne un épais tronc, elle écrase malgré elle un pauvre buisson rabougri. La suite, bien qu’inattendue, tire la soldate de ses réflexions. Poussant sa volonté à changer la forme de Changeling, elle lève le poignet recouvert du gantelet de cuivre épais pour dévier la trajectoire de l’arme qui vise sa gorge.

« Juste ciel. J’ai eu chaud. »

Eileen recule d’un pas et laisse son bras retomber dans son dos pendant que l’arme se résorbe en dévisageant la rencontre du jour. Une jeune femme. Ce qui la surprit vraisemblablement le plus, ce fut la chevelure rose pâle, presque blonde, qui encadrait un visage plus jeune que le sien. Sa tenue, militaire, lui donnait comme une impression de déjà vu, bien qu’elle n’y reconnaisse aucun signe d’appartenance à quelque guilde que ce fut. La brune reste un long moment immobile à observer, laissant planer un silence gêné. Elle finit par se ressaisir, inspirant à plein poumon pour reprendre la parole.

« Eileen Fa Long, Mage de Lamia Scale. » commence-t-elle en sortant la photo pliée avec soin de sa poche pour la montrer à l’inconnue. « Auriez-vous aperçu cette petite fille ? »

J’ai cru remarquer à ce moment que la jeune femme l’avait déjà vue. La surprise que j’ai trouvée sur son visage, cependant, m’a annoncé qu’il me manquait une pièce du puzzle. Et c’est en la regardant passer de la photo à moi que j’ai commencé à marquer une hésitation de plus en plus forte. Qui est cette femme ? Une mage ? Une personne à l’origine de la disparition de la fillette ? Elle l’a déjà vu mais est-ce réellement ou non ? Un fouillis de question m’a envahie sans me laisser le temps d’établir le moindre plan concernant mon attitude. Au lieu de réagir en la pressant, j’ai simplement répété, attendant de savoir si je devais agir contre ou avec elle.

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Insanity (PV Eileen]   Dim 13 Avr - 17:31

avatar
Invité


Click






INSANITY

Eden Jaylis ▼ Eileen Fa Long ▼



On s'observe comme des bêtes sauvages. Oui pour le coup, cela faisait plutôt le lapin pris entre les deux phares d'une voiture magique. Dans un autre contexte, je crois que j'aurai ri à gorge déployée devant mon geste un tant soit peu agressif, mais là pour le coup... C'est pas comme si c'était commun de croiser des jeunes femmes dans les marais en fait. Parce que ouais, c'est pas vraiment l'endroit idéal pour les rencontres, vous me l'accorderez. Donc là pour le coup, c'est plutôt assez surprenant... Elle se présente comme étant une mage de Lamia Scale. J'en avais vaguement entendu parler, enfin, surtout du Master plutôt redoutable à ce qu'il paraît. Et c'est vrai que ça ne donnait franchement pas l'envie de la rencontrer cette vieille peau. Me rendant compte que je tenais toujours mon arme pointée sur Eileen, je la baisse plutôt confuse. Puis, un sentiment de surprise se mue sur mon visage en voyant la photo de la petite Ranie. Elle aussi était à sa recherche ? Étrange. Mes yeux rebondissent entre la photo et la mage brune. Tout ça allait sûrement encore finir mal... Ça se trouve elle ment ! Enfin, quand même, ce serait gros de vouloir mentir sur son appartenance de mage, mais j'avais déjà traité de cas comme ça, enfin, j'avais lu nombre de dossiers comme ça à mes heures perdues au Conseil avant de partir pendant six ans. L'entendant répéter sa question, je sursaute et sors de mes pensées. Je lui souris tout en plantant mon regard dans le sien.

-En fait à vrai dire, je suis aussi à sa recherche... C'est assez étrange. Pardonnez mon impolitesse ! Je suis Eden Jaylis, mage du Conseil. Enfin...

Je ne savais pas si me présenter comme telle était convenable, étant donné que j'avais en quelque sorte désertée de nouveau ; ou pris des vacances rallongées plutôt. Mais en voyant ma tenue, on ne peut que se douter que je suis une mage du Conseil. Et l'emblème que j'arbore plus ou moins fièrement sur mon épaule ne me ferait passer que pour une malade si je disais le contraire. Voilà, disons juste que j'ai été absente pour des affaires personnelles. Elle n'est pas si bête que ça, elle comprendra bien la situation au pire des cas. J'attrape la photo que les parents de la petite fille m'ont donné puis la brandit devant Eileen.

-J'ai été voir ses parents qui m'ont à peu près expliquer la situation. Je leur ai promis de la ramener.

Mon air s'était fait tout à fait sérieux, bien loin des grands sourires que j'affiche habituellement. Oui, parce qu'une promesse se tient, je trouve ça très important. Un peu comme une question d'honneur aussi. M'enfin là c'est un peu plus compliqué niveau question et réflexion. Peut-être est-ce grâce – ou à cause de mon éducation que j'ai cette manière de penser. Après tout, quel soldat n'a pas d'honneur et de paroles ? Tous ceux que j'avais rencontré au cours de ma courte carrière à Bellum m'avait prouvé ça, bien malgré qu'on était tous différents, nous partagions ces deux choses, cela ne changerait pas, nous le savions tous, même si nous savions aussi que certains allaient mourir dix minutes plus tard sur le champ de bataille. Ces tristes souvenirs me décroche des pensées encore plus sombres. Je secoue la tête et sourit à la mage qui se tenait toujours en face de moi. Je lui tend la main avec cette étincelle dans les yeux.

-Que diriez-vous de faire équipe pour tenir cette promesse ?

J'attends sa réaction, mais la voyant hésitant – ce que je peux comprendre je lui tire un sourire encore plus beau qui voulait lui donner confiance en moi.

-Qui plus est, connaissant la réputation du maître de votre guilde, je suis sûre que ce serait une meilleure idée que de vous laisser chercher toute seule dans cet affreux marais.




©Etyncelle2014
 MessageSujet: Re: Insanity (PV Eileen]   Lun 2 Juin - 18:37

avatar
Eileen Fa Long

[M] Iratus

Click



Madness




Une femme. C’est un mot comme un autre me direz-vous, mais ce n’est pas là que réside mon idée. On pourrait s’attendre à voir quelqu’un sur des talons, une demoiselle qui correspond à nos critères beauté dans toute la splendeur de sa robe et de ses cheveux longs. Mais ce n’est pas ce que j’ai devant moi. Là où je dis une femme, je remarque un poids invisible sur des épaules tendues, une hésitation gravée dans ses traits méfiants. La dureté qui respire dans un corps mince qui laisse deviner les muscles sous la peau frêle. Une femme forte. Bien plus que d’autre, aux premiers abords. Mais qu’importe. Elle aurait pu sur jouer sa condition comme tout un chacune mais non. Son maitre mot, enlacé malgré ses intentions dans la promesse de sa phrase, glissait le long de mon ouïe comme un miel. C’est peut-être pour ça que j’ai spontanément répondu à son sourire et hochant la tête. C’est peut-être pour ça que j’intimais à mon subconscient de travailler en groupe avec Eden. Parce que j’ai supputé immédiatement qu’elle et moi, on était pareille et de surcroit dans le même bateau.

« Je doute que la perspective au combien gratifiante de se perdre dans les marais mette en joie quiconque. Surtout quand l’on n’a personne pour faire la conversation à part des animaux peu amicaux. »

La jeune femme saisit la main étrangère dans un regard qui se veut complice et serre aussi rudement que pour la pogne d’un de ces vieux camarades. Un réflexe comme un autre qui lui tire un sourire navré quand elle le remarque. La brune glisse sa main derrière sa nuque et murmure un vague pardon en détournant la tête. Elle reste un long instant silencieuse, plongée dans ses pensées, avant de se mettre en mouvement.

« Dame Jaylis, qu’avez-vous exploré jusqu’à maintenant ? Avez-vous remarqué quoi que ce soit de louche ? Jusqu’à présent, je n’ai rien trouvé, vous avez peut-être eu plus de chance que moi. »

Eileen scrute les alentours, les oreilles grandes ouvertes pour ne rien perdre du récit de sa compagne de route. Plus ou moins des choses proches de celle qu’elle-même avait croisées. Elle croise les bras et hoche la tête pour signifier qu’elle a saisit les informations. La main tendue vers un arbre proche, elle écarte les branches pour observer une mangrove. Rien d’anormal, en soi. La brune fait signe à Eden de la suivre et franchit le mur de feuille.

« Auriez-vous une dague où quelque chose de similaire, que je marque l’arbre juste là ? A moins que… » Elle se baisse brusquement et ramasse un des rares cailloux sur l’encore plus rare bande de terre du marais. « Ça fera l’affaire. »

La Fa Long s’approche du tronc à pas de loup, s’enfonçant lentement dans l’eau vaseuse qui l’entoure, avant de parvenir à effleurer l’écorce. Négligeant l’eau qui lui arrive jusqu’à la taille, elle plante profondément la pierre dans l’arbre avant de s’en retourner sur le coin sec. S’étirant, la soldate demande machinalement une direction à suivre.

« Avec ça, nous devrions vite savoir si nous sommes revenues sur nos pas. Maintenant, ne trainons pas. Plus le temps passe, plus la petite est sujette à finir en dîner pour monstre. »

Elles font volte-face pour s’engager à nouveau dans la verdoyante faune et carnassière flore quand un hurlement les fait sursauter. Eileen se tourne dans la direction d’où elle crut l’entendre et ouvre bien grand les yeux devant la bestiole. Non, l’arbre. Ce même arbre qu’elle vient de charcuter quelques secondes plus tôt pour avoir un repère fixe dans cette masse grouillante de moustique. Digne de tous les monstres de conte fantastique, M. Verdure se dresse, les yeux injectés de sang et la bave aux lèvres. Un frisson parcourt la brune quand il la foudroie du regard et elle esquisse un demi-tour en règle.

« A trois, on court le temps de trouver un plan. Prête ? »

L’arbre pousse un cri perçant, secouant le sol glaiseux en tentant de se déraciner pour attraper l’objet de sa blessure. La mage de Lamia Scale sent son poignet s’échauffer mais se contient.

« Pas maintenant Changeling. Un. Deux….. »

M. Verdure et Mauvaise humeur hurle à nouveau en extrayant sa deuxième jambe, faisant pulser le cœur de la demoiselle qui hurle à plein poumon son chiffre et s’élance. La rage de l’arbre secoue une nouvelle fois la forêt.

« Bon. Dans … » Elle jette un coup d’œil en arrière. « Deux-trois minutes… Il nous rattrape…. Une idée… ? »

J’ai toujours été amusée par cette faculté quasi instinctive de me fourrer dans de beaux draps. Presque autant que par celle qui me permettait de survivre à tout ce qui me tombait sur le coin du nez. Un éternel cycle de malchance-chance qui se boucle encore et toujours depuis mon plus jeune âge. Pauvre Eden. Je ne lui avais sans doute pas fait un cadeau de premier choix en acceptant sa proposition. Mais qu’importe. Deux femmes sont toujours pleines de ressources dans ce genre de situation, vous ne croyez pas ?

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Insanity (PV Eileen]   Lun 7 Juil - 11:11

avatar
Invité


Click






INSANITY

Eden Jaylis ▼ Eileen Fa Long ▼



Elle serre ma main d'une poigne inattendue et m'adresse des excuses, navrée. Je lui sourie en signe que tout va bien et lui explique ensuite, suite à sa question, que j'ai déjà parcourue la partie ouest de la forêt mais que je n'avais rien trouvé à part des créatures toutes plus laides les unes que les autres. Nous traversons un rideau de feuilles puis elle me demande si je n'aurais pas une dague ou quelque chose comme ça. Alors que j'allais lui répondre, elle se baisse et attrape un caillou au sol. Je souris devant la situation, c'est comme si nous jouions à ces jeux de survie comme dans les émissions magiques qu'ils passent aux lacrimas et qui sont peu intéressantes. Mais au moins, c'est une bonne idée. Nous faisons demi-tour pour continuer notre chemin avant de nous retourner sur un hurlement perçant et de nous retrouver face à un arbre vivant. Oui, un arbre vivant, avec des yeux, une bouche et des racines lui servant de jambes. Pas si bonne idée que ça en fait...

- A trois, on court le temps de trouver un plan. Prête ?
- Plus que prête, même.


Un deuxième cri déchire l'air alors que l'arbre tente de se libérer de la terre boueuse et attraper le caillou qui venait d'être plantée dans son épiderme rugueux. Eileen entame le décompte et hurle le dernier chiffre quand l'arbre parvient à se libérer de ses chaînes de terre. Nous nous mettons à courir comme jamais pour échapper à l'arbre qui commence à s'élancer derrière nous. Un coup d’œil en biais nous permets de nous rendre compte de la distance de sécurité plus si sûre que ça entre nous et l'arbre. Il serait bientôt là. La mage de Lamia Scale me demande entre deux bouffées d'air si j'ai une idée. Euh... Une idée là tout de suite maintenant ? Bah non pas vraiment, c'est pas comme si tirer des balles dans l'écorce d'un arbre allait être très efficace... Je regarde autour de moi tout en courant. Si j'avais eu la fonction ampoule au-dessus de ma tête, elle se serait allumée comme par magie. Oui bon, c'est pas vraiment le moment de plaisanter.

- A mon signal, je vais m'arrêter, je crois que j'ai une idée. Mets-toi à l'abri ou là où je ne pourrais pas t'atteindre par inadvertance.

Elle me lance un regard avec un hochement de tête pour me dire qu'elle a compris. Nous parcourons encore quelques mètres puis je hurle un « Maintenant ! » au moment où je me retourne tout en attrapant la pistolame dans son étui. J'enclenche le pistolet de la lame en le chargeant de balles le plus vite possible tout en essayant de calmer ma respiration pour pouvoir tirer correctement. Je me concentre et fixe l'arbre qui arrive à grandes enjambées vers moi. Alors qu'il ne reste que quelques mètres entre l'arbre et moi, je tire quatre balles en l'air en direction de grandes lianes et autres substances visqueuses bien dégoûtantes. Elles tombent directement sur l'arbre ou ses branches pour le coincer finalement entre deux arbres qui forment une espèce de portique. Il hurle de rage alors que je range mon arme et croise les bras. Je suis fière de moi, je pensais pas que ça marcherait aussi bien. Finalement j'ai peut-être mon avantage dans ce genre de terrains...

- Bon voilà, une chose de réglée. Ne perdons pas de temps, ça fait déjà un moment que nous sommes là, enfin pour ma part.

Je me tourne du côté d'Eileen qui était restée en retrait pour lui décrocher un sourire inquiet. La petite devait être – avec un peu de chance, totalement perdue et apeurée. Ou pire, dans l'estomac d'une de ces créatures... Je réprime un frisson à la vision de la petite Ranie déchiquetée salement par des bêtes et me focalise sur la première idée en priant pour que ce soit la bonne.

Spoiler:
 




©Etyncelle2014
 MessageSujet: Re: Insanity (PV Eileen]   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eileen Rogue II [validée]
» Insanity Break 0x06
» Be careful, insanity is watching you. CLOSE
» Insanity World ζ [PV Louis]
» 6ème porte : Bow before nature [Maël-Caleb-Mirajane-Eileen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 8