Partagez | .
Ad vitam æternam
 MessageSujet: Ad vitam æternam   Sam 8 Mar - 19:48

avatar
Invité


Click

If I die young bury me in satin
Lay me down on a bed of roses
Sink me in the river at dawn
Send me away with the words
of a love song…
The sharp knife of a short life
I’ve had just enough time
Funny when you’re dead
How people start listening

« La boule jaune que vous voyez sur votre gauche est d'origine inconnue. Les silhouettes qui existent dans ses reflets inspirent à certains des figures extraterrestres, raison pour laquelle une légende la pense tombée des étoiles. Une autre moins connue voudrait que la ville ait été fondée autour de cette sphère à l’aura protectrice sur une terre dévastée. Maintenant, sur votre droite...
- Euuuaaaaargh. »

Voilà à quoi ressemble ma lamentation grommelée tandis que ma mâchoire, comme imbibée de ciment, se meut péniblement. J’ai comme la sensation que mon corps se réveille d’un lendemain de cuite sévère : je retrouve le contrôle de mes membres l’un après l’autre, aussi lent qu’un paresseux, aussi énergétique qu’une limace, d’abord le bras droit, puis le gauche, et les jambes. La lumière du soleil me détruit la rétine, le vent sur ma peau est bien trop froid, ma langue ne doit pas avoir goûté quelque chose de sain depuis des lustres, et surtout, surtout, je ne me souviens de rien. Mais alors de rien du tout.

Puis comme dans tout lendemain de cuite, y’a un truc qui cloche.

Déjà, depuis quand les lendemains de cuite, on les passe debout. Et puis dehors, en plein milieu d’une grande place ? Je ne sais pas d’où je tombe ni où je tombe, mais l’atterrissage sur mes deux pieds est difficile pour ne pas dire ingérable, je vacille, me cogne et me redresse, goddamn ! Respirer m’est presque douloureux, mes poumons me donnent l’impression d’avoir été pétrifié tant ils galèrent. Les yeux crispés, je secoue la tête, serre les poings et attend que ce drôle de vertige passe de lui-même. Que s’est-il passé ? Quand bien même l’équilibre revient et les démangeaisons s’apaisent, je n’ose pas ouvrir les yeux. J’essaye de me remémorer, je force le verrou de mon esprit et les flash me reviennent petit à petit. Il y avait cette femme éplorée, puis le feu de la ville et… Le monstre, c’est ça, je me suis fait courser par… La révélation se fait d’elle-même, le démon, et surtout

« Solis ! »

Ni une ni deux, la vague de panique me provoque une poussée d’adrénaline, je réagis immédiatement en le cherchant autour de moi, en criant son nom une nouvelle fois avant de réaliser qu’il était juste là, à côté de moi. Je fais un pas vers lui, complètement déboussolé.

« Le Valam, il… Comment tu vas ? »

C’est ça, j’étais avec Solis quand j’affrontais le Valam, ce monstre qui attaquait les villes alentours afin de les mettre à feu et à sang. Nous avions croisé des fuyards, nous avions décidé de nous battre contre cet être qui s’est révélé bien trop fort. Je vois encore les sombres crocs de la bête, ses cornes à la foudre vicieuse, qu’est-ce qu’il était puissant. Il m’est difficile de reconstituer l’histoire en entier, les flammes dévorantes, les esprits de Solis, la magie… C’est un décor complètement différent qui m’accueille. Un décor dont je commence à prendre conscience : nous voilà entourés par une foule qui respecte un périmètre de sécurité stricte entre nous et eux.

« On s’est téléporté ? On a trop tiré sur les stocks ? »

Ca s’tient comme hypothèse non ? On s’est téléporté, on s’est évanoui, blablabla, blablabluh, le classique du mage un peu trop téméraire. Et puis pourquoi ils nous fixent tous comme ça ? La stupeur titille mon pouvoir sans rien y déclencher, à croire qu’ils ont vu des morts marcher. Même moi devant les stupidités passagères de Vela, je ne tire pas une tronche pareille.

« Qu’est-ce qui vous arrive, vous avez jamais vue de blonds de votre vie ? Solis, tu te souviens de ce qui nous est arrivé ? J’ai un blackout… »

Et pourtant, je tente de remonter le fil, mais mon cerveau encore embrumé, il veut pas, lui. La terrifiante bestialité de notre adversaire semble traumatiser mes souvenirs qui n’arrivent pas en s’en détacher. Il y avait ces tours de passe-passe, cette attaque un peu – beaucoup – fourbe et puis une histoire de sceau je crois… Argh. Ce que j’ai pas saisi, c’est que dans la boule jaune tantôt, c’était bien nous, alors ce que j’en pense moi de cette situaition c’est… On pourrait m’expliquer ce qui se passe au lieu de me fixer comme un numéro de cirque digne des Trimens ?
 MessageSujet: Re: Ad vitam æternam   Lun 10 Mar - 21:11

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

Le retrouver après plusieurs mois? Impensable. Improbable. Et pourtant. Qu'importe la distance. La Destinée finit toujours réunir ce qui doit être rapproché.

Tout était parti d'un simple retour de mission. En charrette. Grand luxe, mais bon, les missions rapportaient bien, et c'était plus économique que de voler ou marcher. Comme ça qu'il avait entendu les premières explosions. Qu'il avait entendu les cris. L'odeur de la ruine et de la destruction. Il avait cavalé. Une petite ville en proie aux flammes et au sang. Et considérant les mugissements qui en provenaient, ce n'était pas l'oeuvre d'un pyromane. Il n'avait pas hésité. Il fallait évacuer un maximum de civils, et si possible, régler le problème. Il avait vite déchanté.

Le Valam. Un sous espèce de Béhémoth, dont la présence n'avait jusqu'alors pas pu être confirmée avec certitude. Et bien... C'était bon. Target located. La colossale créature détruisait bâtiments et voies, ne laissant que des ruines sur son passage. Solis aida quelque temps les gens à évacuer, ou à sortir des décombres. Jusqu'à ce qu'il reconnaisse une silhouette dansante dans la lueur des flammes devant le Béhémoth. Une silhouette qui ne devait pas être là. Qui n'aurait jamais du être là. Et qui l'était. D'un autre côté, c'était pas si étonnant que ça. Miku.
Il avait aidé la dernière vieille femme à proximité à sortir de sa maison. Puis, sans hésitation, s'était jeté dans l'affrontement. Folie, on attaquait pas une bête qui mettait à feu et à sang une ville entière. Bon, peut être bientôt rang S. Mais folie. Et pourtant, il n'avait eu aucune hésitation. Pas de question, pas d'exclamation, pas un mot. Ils savaient où était leur place. Ils combattaient ensemble depuis bien longtemps, ils avaient leurs rituels et leurs astuces. Un unisson. Esprits du ciel ou de coeurs défunts. Etoiles nées de l'âme, ou lien pur vers le coeur. Peu importait, ils agissaient comme un tout.

Lors d'une ultime attaque, ils finirent pas réussir à terrasser le Valma. La bête s'écroula mollement, dans un gémissement. Solis essaya de reprendre son souffle. Ses étoiles revinrent se ranger autour de lui. Il sentait la présence de Miku dans son dos. Mais maintenant que l'adrénaline était retombée... il sentait revenir la douleur, le chagrin et la colère. Se retourner, ou ne pas se retourner?

Dans le vent brûlant qui naissait des flammes, dans l'asphyxiante poussière de craie, dans les pétarades des divers lacrymas municipaux qui éclataient brusquement, Solis resta un instant le regard rivé sur le Valma. C'est comme cela qu'il vit le dernière piège du Béhémoth. Son corps s'illumina soudain, pourvu d'un large sceau magique. Un sort d'autodestruction.

Ses mains rayonnèrent. Le sort du Giga, Aries, Star Curtain. Le bouclier d'éternité. Celui qui les protégerait de n'importe quoi. Même s'il devait... Mais alors que la bulle s'écoulait autour d'eux, Solis sentit une main chaude contre son cou. Miku essayait il un câlin protecteur avec son propre champs de force, ou bien avait il (probablement) trébuché sur une ruine? Impossible à dire. Mais il sentit la main gauche de Miku frôler la base de son cou... Et tout bascula.

La surprise. La peur. Pour soi. Pour l'autre peut être? Son coeur était en plein chaos. Et s'il y avait bien une prise à ne jamais donner à Miku, c'était un coeur chaotique. Surtout quand le sien aussi était en plein chaos. Etait ce leur coeur qui résonnèrent, chargés des mêmes émotions? Impossible à dire. Mais quelque les lia. Brutalement. Les émotions de Solis furent embrasées par le contact de Miku. Amplifiées, modifiées, exaltées, elles le submergeaient. Et il sentait l'énergie qui parvenait de Miku. Cette énergie filtrait à travers leurs émotions, pour venir se loger dans le coeur de Solis. L'emplir. Puis irradier de ce qui n'était pas sien. S'unir à sa propre magie, qui s'écoulait autour d'eux. Unisson Raid? Unisson Heart au moins. Et pour un résultat non moins chaotique.
Miku avait une très fâcheuse habitude depuis un bon moment déjà. Son côté changelin. Changer la nature de son corps en fonction de son état et de la situation. Pour se défendre? Facile. Diamant. Cette énergie minérale qui se distillait dans la protection de Solis. Deux coeurs qui se soutenaient l'un l'autre en sombrant dans les abysses.
Solis regarda sa main lentement se cristalliser. Autour d'eux, le champs de force paraissait se rigidifier, perle de miel devenue ambre. Même l'air à l'intérieur de la bulle commença à se figer. Et en même temps que cela se passait, si vite et si doucement à la fois, Solis sentit une sorte de sérénité artificielle s'emparer de lui. Celle du sommeil. Sans même une arrière pensée pour le Béhémoth en train d'exploser comme un grand, il ferma les yeux, et se laissa porter par sa stase cristalline. Il s'endormit là, avec Miku, dans un énorme cristal jaune, posé au centre d'une ville en ruine.

Il rêva. Une éternité de rêves dans le cristal. Ou peut être quelques secondes? Le temps des rêves ne ressemblait en rien à celui du monde. Il songeait au fait qu'il devait annuler son sort, qui était le socle de leur unisson et de leur stase. Mais il y songeait à une vitesse minérale. Infinie. Et le repos du cristal était apaisant. Il pouvait rêver à ce qu'il avait perdu. A ce qu'il avait trouvé. Avec pour seule musique le battement du coeur de Miku, si près, et pourtant séparé par une éternité de diamant. Ou bien se le figurait il, dans un autre rêve? Impossible à dire.
Puis, un jour, il sentit l'énergie filtrer. Son univers n'était plus solide, mais plutôt liquide, comme nager dans un océan de miel. Puis voir ce petit univers de rêves se dissiper. Et voir la tête ahurie d'un groupe de touristes. Touristes... Il avait loupé un aussi grand nombre de civils en évacuant la ville en flammes...? Ville qui était sacrément mieux conservée le jour que la nuit d'ailleurs... Y avait quand même un truc qui clochait vivement. Puis la grosse dame tout devant hurla. Morue. C'était quoi encore son problème à elle de bon matin... Il s'était fait passer dessus par un Béhé...

Il regarda rapidement autour de lui. Pas de Béhémoth. Et encore moins de cratère. Ahm... Miku.... était bien là. Puis la dame là, qui sautillait en couinant. En plus ses talons faisaient un bruit épouvantable sur ces dalles... rutilantes... et bien entretenues...

Miku se releva d'un bond, paniqué, l'appelant. Mais il n'avait pas oublié ce point là.

Tu devrais fuir à nouveau tant que j'ai le dos tourné, tu ne voudrais pas que je te mette la main dessus maintenant...

Il n'avait pas envie d'arriver sur ce terrain là. Il ne le voulait pas. Et cette constante impression qu'il y avait quelque chose qui clochait sérieusement... Tout était trop différent de ses souvenirs, tout était... modernisé. Moderne, moderne... Solis s'approcha du guide touristique.

Notre monument historique...

...Sans aucun doute... Mais, excusez moi, où sommes nous exactement?

Guarigna la neuve

Guarigna... un nom comme ça... ça sonnait comme le nom du truc paumé auquel il était descendu, mais ça collait pas...

Oh, bah... Ahm... Pourquoi la nouvelle d'ailleurs...?

Par contre, ça c'était son domaine, le guide avait gagné au moins 3cm tellement il se tenait droit.

Guarigna la neuve fut fondée à l'automne 785, il y a près de 6 ans. Suite à la destruction de Guarigna, première du nom, par un Béhémoth connu sous le nom de Valma, nos glorieux habitants ont décidé de...

Ja ja ja... Wait... Wut?

785... il y a 6 ans...? Solis pâlit. Assez pour rivaliser avec le blanc des robes de Vela. Si... Si leur sort commun de défense... avait, avec la panique... été créer pour les protéger de tout... vraiment tout... et si du coup, même le temps n'avait pas pu les atteindre...

Miku? Je crois qu'on a un problème. Et j'espère que tu avais pas laissé les lacrymas allumés en partant de chez toi...


Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Ad vitam æternam   Mar 11 Mar - 21:22

avatar
Invité


Click

If I die young bury me in satin
Lay me down on a bed of roses
Sink me in the river at dawn
Send me away with the words
of a love song…
The sharp knife of a short life
I’ve had just enough time
Funny when you’re dead
How people start listening

Retour à la réalité ? Aussi difficile qu’un réveil administré par votre meilleur ami qui vous balance un seau de glaçon sur la tronche pour vous aider à vous lever. J’aurais pu écraser le fraisier d’Elsa, je l’aurais mieux vécu que l’aura noirâtre qui s’est échappée l’espace d’un instant du corps de Solis. Fuir ? Mais j’ai rien fui du tout ! Bon d’accord, je suis pas très honnête avec moi-même, j’ai peut-être un peu fui mon activité de mage et ma guilde, mais j’ai pas voulu esquiver qui que ce soit. Tout ce que je faisais, c’était aveuglément pourchasser Nywell. Puis pourquoi l’autre nous traite de monument ? J’ai pas grossi, que je sache. Je tourne le dos à Solis pour ronchonner dans mon coin.

« Vas y là, j’ai rien fait, c’pas la peine de faire la g… Hé, elle est pas à jour votre… »

J’ai la mâchoire qui décroche. Pour être exact, j’ai la mâchoire qui se change en pierre tant elle est lourde avant que le sort ne s’étende à toute la moitié supérieure de mon corps. Je révoque tant bien que mal le sortilège imposé par la puissante émotion. Devant moi, l’hôtel de ville, surplombé assez typiquement par une horloge, et sous celle-ci, une date. La date du jour en fait. Mon bras gauche tâte l’air, hasardeux, à la recherche de Solis alors que mon visage ne veut pas quitter du regard le bâtiment. Sauf que mon bras ne le trouve pas, alors mon corps se résigne à me tourner vers mon camarade, juste à temps pour entendre le speech du guide. A peine le blondinet a-t-il répondu que je m’appuie sur son épaule, jetant un regard désabusé au guide.

« Attendez, vous plaisantez là ? Vous êtes en train de me dire que Solis et moi étions votre pièce touristique pendant SIX ans ? Je sais qu’on est brillant, mais là… »

Mais là, c’est de la haute voltige de fail. Non, l’Unisson Raid accidentel nous a fait ça ? Tiens, la mémoire m’est revenue soudainement. On a voyagé vers le futur ? C’est pas où la porte pour faire demi-tour ? Ah mais non, c’est même pas ça puisque pendant tout ce temps, le monde a vieilli sans nous. Sans nous. Je me répète cette phrase, encore et encore, bloqué dans mes pensées. Non mais c’est pas poss… Le monde a v… Le…

« Anastasia va me réduire en bouillie ! Six ans sans nouvelles ! Et Angel’s Sky ? Mon dieu, six ans, ça veut dire que j’vais revenir, et Amy elle sera plus vieille que moi ? Non mais c’est pas possible ! Et Obaba ? Crevée tu crois ? J’ai même pas eu le plaisir de lui dire bonjour l’autre fois ! Al… »

Complètement paniqué à bouger dans tous les sens, j’en oublie carrément qu’on a bel et bien exterminé le Valam, qu’on a bel et bien réussi à sauver tous ces gens. En contrepartie, ils ont construit la ville autour de ce qu’il restait de nous, je ne sais pas si c’est glauque ou glorifiant. Mais six ans, c’est énorme, le temps nous a volé six ans ! Tout ça parce que j’ai trébu… Je deviens livide, me tournant vers Solis avec la sensation d’un futur condamné à mort.

« Oh mon dieu Solis, je suis désolé. C’est ma faute tout ça, c’est… »

Oh bah là pour le coup, je comprendrai qu’il soit en colère là. Déjà que, olala, mais… J’y crois pas, j’arrive pas à y croire, comment on a pu réussir un coup pareil ? Je sais qu’on est franchement dérangé, qu’on a parfois un sérieux problème de perspicacité et une relation saugrenue avec Dame Fortune qui n’est plus à prouver, mais là quand même, c’est le summum de nos conneries.

« Non mais attends, ça se trouve, ils ont inventé une machine à remonter dans l’temps pendant ces années, on va trouver une solution…
- Te fais pas trop d’illusion. »

Axel. De son petit sourire narquois il me souhaite un bon retour parmi les vivants. Il salue le mage de Lamia Scale d’un mouvement de main, me signalant par la même occasion qu’il s’était rendu visible pour lui. Hola, ils sont tous là, à me gueuler Joyeux Hanouka dans ma tête dans un brouhaha monstre, mais lorsque je demande des explications, y’a plus personne. Ah bah oui, forcément, c'est bien mieux que je découvre tout par moi-même. Les voilà tous dissipés, ces lâcheurs. Lamentable.

« On ferait mieux de trouver quelqu’un qui pourrait répondre à toutes nos questions… »
 MessageSujet: Re: Ad vitam æternam   Dim 6 Avr - 12:28

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

6 ans. 6 ans. 6 ans? 6 ans... 6 années. S. I. x? A: N, N! E) E/ S. Un quart de Solis parti en fumée. Ou un quart de Miku peu importe. Miku jacassait dans le fond, mais là de suite, Solis avait un peu de mal à se focaliser là dessus. En 6 ans, ils avaient eu le temps de rater une guerre mondiale, de voir le conflit à Enca être résolu, avaient raté plusieurs collections automne hiver, Margareth avait peut être abdiqué, Obaba avait peut être été enfermée pour folie furieuse, le Conseil avait pu promulguer une centaine de nouvelles lois qu'ils allaient enfreindre à toutes les secondes. Il allait falloir un sacré journal "20mn" pour rattraper autant de retard. Oulà... ...Ronw... Puis... Les clefs... Si les esprits étaient restés coincés dans leur marmelade cristalline si longtemps... ça allait chauffer... Oh, ils ne lui en voudraient pas tous non... Juste que comme leur quota d'énergie démoniaque s'était accumulé pendant 6 ans, leur prochain fail à eux provoquerait sans doute une faille tectonique assez brutale pour séparer Fiore du continent. Ou remonter dans le temps. Ce qui serait pour le coup, pas plus mal.

6 ans...

Y avait Axel qui s'était rendu visible. Juste un sourire sarcastique, et pour Miku en plus, pas une remarque vis à vis de Solis. Il avait du être très inquiet. C'était mignon. Ou alors, vu la relation fusionnelle de Miku et ses spectres, c'était parce qu'il avait aussi eu peur d'être revenu d'outre tombe pour finir dans un cercueil de cristal touristique? Allez savoir.

Ce fut un cri perçant qui le ramena plus ou moins au réel. Une brunette habillée en rose, et surtout, très curieusement court vêtu. Une nouvelle mode, ou un cas social...?

Hiiiiiiii! Vous ne seriez pas Solis et Miku, les finalistes du tournoi d'Angel Sky?

Wait, wut? Mais qu'est ce...

Siiiiii, je vous reconnais, j'avais des posters de vous, avant que vous ne disparaissiez mystérieusement de la circulation!

Hanyah?

Les filles, célébrités à midi!

Et là. La marée monte, la pêche à la truite est ouverte. Une cohorte de choses roses avec des cris très hauts perchés. Solis ne se posa pas trop de questions, il saisit Miku par le poignet, et détalla dans l'autre sens. Décoller ou s'enfoncer dans le sol aurait été plus simple, mais il se sentait pas d'essayer là de suite. Mine de rien, le sort avait joué son rôle initial, à savoir amortir l'impact du météore de la grosse chose. Et cela avait eu un certain coup. Donc pour le moment, ils feraient à l'ancienne, avec les jambes robustes et rapides du mage moderne qui a l'habitude de fuir. Enfin moderne... ils étaient plus si modernes que ça... bientôt le musée... On les mettrait comme automate vivants dans une maison à l'ancienne, avec un guide qui présenterait le bastringue. "A l'époque, les gens vivaient comme ça". Honw....

Pensée positive. Plutôt que juste fuir les groupies, autant chercher vers où aller en plus. Certes, il ne brillait pas trop actuellement, mais ça devrait suffire pour ça.

Ouvre toi, porte de la boussole, Pyxis


SOLIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS! Si tu savais, tu m'as manqué! Tu as manqué à plein de monde aussi! Et pas du tout à d'autre... Et puis, tu sais Milena s'est disputée avec son chapeau, mais ça, c'était avant qu'Antlia décide de faire prendre un bain à Russel, et que Reti l'assomme avec ses fléchettes, vu qu'il espérait que tu passerais dans le monde spirituel, et après, Cassy les a tous puni, avant de bouder aussi, et en plus, j'ai très envie qu'on aille s'acheter des glaces, et Carina veut toujours aller à la plage, et...

...Bon, point positif, ils ne détruiraient pas le monde. Pas le monde physique du moins, ils avaient apparemment détruit le monde spirituel pour canaliser leur énergie.

Pyxis, je crois qu'on réglera nos historiques plus tard. Pour le moment, il faut qu'on trouve nos amis et alliés, pour savoir ce qui se passe, et comment ils vont.

Ils se trouvèrent une ruelle tranquille pour laisser Pyxis chercher en paix.

Je ne perçois toujours pas Nywell, donc au bout de 6 ans, bah... euh... fin. Misto est disponible par contre. Obaba aussi. Je retrouve plusieurs participants du tournoi aussi, plus ou moins dispatchés, avec mon taux d'erreur. Ham, par contre...

Quoi?

Je trouve plus Angel's Sky

Comment tu peux ne pas la trouver? Y a qu'un seul truc qui peut flotter à cette altitude...

Si Pyxis ne trouvait plus AS... C'était que la guilde n'était plus là où elle devrait être... La distance influait sur la capacité de repérage de Pyxis, particulièrement concernant les nouveaux lieux. Donc AS aurait bougé? Mais pas qu'en terme de distance. Comme il y avait justement peu d'îles flottantes, elle aurait du la trouver. Donc soit AS était montée. Soit... elle était descendue...

On verra ça plus tard, on va déjà retourner à Lamia Scale. Miku, tu peux venir, ou repartir. Vrai que 6 ans de cavale, on pourra bientôt faire un film sur toi.

Parce que non, il n'avait pas oublié. Et non, il n'avait pas encore pardonné.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Ad vitam æternam   Dim 6 Avr - 16:48

avatar
Invité


Click

If I die young bury me in satin
Lay me down on a bed of roses
Sink me in the river at dawn
Send me away with the words
of a love song…
The sharp knife of a short life
I’ve had just enough time
Funny when you’re dead
How people start listening

« C’est quoi ce bordel enc… »

Visiblement en six ans, y’a un truc qui n’avait pas changé : les groupies. Non mais c’est vrai, quand c’est pas pour connaître la couleur de mon boxer, c’est parce que je disparaissais pendant six ans. Je préférais encore défendre mon titre de mister sous vêtement qu’on me rappelle que je n’étais arrivé que deuxième. Quelque part, c’était face à Solis que j'avais perdu, alors peu importe, mais les journalistes avaient un don qu’ils partageaient tous : celui de vous irriter en déformant réalité, en façonnant à la manière de grands hypocrites experts, tant et si bien que le plus angélique des innocents serait bourreau. Sans compter ces questions agaçantes et pincées.

Mais ça ne pouvait pas être pire que les mots de Pyxis. La pauvre ne l’a sûrement pas fait exprès, mais voilà, la réalité était là : pas de signe de Nywell pour elle. Et j’ai toute confiance en ses capacités. En six ans, le monde n’avait pas retrouvé l’impératrice de la foudre. Comment pourrais-je avoir une chance..? Je pousse un soupir de soulagement pour Misto. Elle aussi aura sûrement pris un sacré coup de vieux. Quelque part, je me demande lequel de nous deux passera pour une antiquité après ça. Et puis la suite c’était plutôt logique. Non, attendez, quoi ?

« Comment ça, tu trouves plus Angel’s Sky ? »

Dans un mutisme déprimant, Pyxis me regarde l’air gêné. Elle ne semble pas avoir d’explication à me fournir. Est-ce que ça veut dire qu’ils ont fait bouger l’île ? Il faut que je retourne là bas, et vite. Quoique, ils vont me tuer si je réapparais comme une fleur comme ça. Remarque, le ton de Solis est pas franchement plus agréable.

« Oui bah, si t’es pas content… »

Je ne veux pas finir cette phrase. Rectification, ma raison ne veut pas. Mais si j’étais un mage de raison, cela se serait su bien plus tôt.

« Si t’es pas content, c’est la même. T’as bien Pyxis non ? Alors pourquoi tu t’en es pas servi, si y’a que ça pour te chagriner ? »

Je serre les poings en dévisageant le blondinet. C'était gratuit et pas très gentil, mais c'était la seule chose que j'avais trouvé à dire sur l'instant. Je peux bien comprendre qu’il était inquiet, et il pourrait comprendre que je l’étais également. Nous ne sommes pas – encore – liés par un contrat de mariage, à la dernière nouvelle.

« Tu crois quoi, j’suis parti prendre du bon temps en vous laissant tous derrière ? Tu penses que ça m’a amusé, de ne plus voir les visages de mes amis pendant tout ce temps ? J’étais parti à la recherche de Nywell. De Nywell, tu piges ? Elle était… Elle et moi nous… »

Mes ongles me font mal tant je suis crispé. J’ai pas envie de pleurer, c’est dépassé. Je m’en sens pas capable de toute façon, je baisse la tête sans rien ajouter de plus. Je suis en colère, en colère j’te dis. Alors les dents prêtes à écorcher du roc, je me détourne de Solis pour me concentrer sur Pyxis.

« Tu pourras dire aux autres qu’ils m’ont manqué ? » Puis un regard vers Solis, toute colère envolée « Bon courage pour… Obaba. »

Oui, parce qu’on pouvait souhaiter l’Enfer aux malfaiteurs, la pauvreté à l’avare, la laideur à la nymphomane, la défaite à l’orgueilleux, et même la mort à l’assassin. Mais jamais, ô grand jamais, on ne pourrait souhaiter l’Obaba à qui que ce soit. C’était inhumain. Mon élan de compassion sincère l’atteindrait peut être, ou peut être pas, ce n’est pas à moi d’en décider. Il fallait aussi que je croise Anastasia… C’est peut être pas… Oh non, rien n’est vraiment comparable à Obaba après tout. Si je commençais par mettre au clair cette histoire de guilde disparue ?

Regal ?
Rebienvenue. On cuisine un gâteau cinq étage pour fêter ça ?
Je veux un étage bleu, avec des vagues et des crabes en pate d’amande !
… C’est dégueulasse la pate d’amande
Mais faut qu’ils soient oranges, ces crabes !


Je souris. Ils m’avaient manqué eux aussi, mais je ne peux pas décemment le leur dire. Ils en profiteraient. Les jambières de vent me font décoller du sol. Je monte de quelques mètres en marchant dans les airs et me tourne une dernière fois vers mon coéquipier tueur de gargouilles-Valam-momies et autres bêtisiers en tout genre, le soleil m’éclairant complètement.

« Au fait, j’ai pas eu l’occasion de te le dire, mais merci ! »

Dis-je en secouant le scintillant attrape-rêve que je porte autour du cou. Le lacet n’a pas quitté mon corps depuis qu’il m’a été offert, et ne le quittera pas de sitôt. J'aurais préféré rester avec lui, mais je sens bien qu'il m'en veut, et ce genre d'émotion autour de moi, c'est particulièrement désagréable. Je ne suis pas en état de m'expliquer calmement, il vaut mieux que je revienne vers lui à l'avenir. Je me mets alors à courir dans les airs dans la direction qui me semble la plus approprié… Mais le coin a vachement changé, bordel de merde. Pas plus tard qu’hier, c’était en ruine. M’enfin, y’a que pour moi qu’hier, c’était y’a six ans.
 MessageSujet: Re: Ad vitam æternam   Lun 7 Avr - 20:13

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

"Si t'es pas content c'est la même". Huhu... Mage d'émotion, et pourtant si mauvais interprète. Ou mage à plat, c'était possible aussi, vu qu'il avait participé à leur... petit accident défensif. Solis n'était pas en colère. Il ne lui en voulait pas. Le problème n'était pas là.
Utiliser Pyxis? Il y avait songé bien sûr. Russel était un connecteur tellement facile. Mais Miku était parti sans rien dire. Et était resté sans donner de nouvelles. S'il avait voulu un seul instant qu'on le retrouve, ne serait il pas venu? N'aurait il pas envoyé un mot, un signe? Alors pourquoi Solis aurait il cherché ce qui ne souhaitait pas être retrouvé? "Save what has been lost" disait la chanson. Mais si ce n'était pas désiré, comment aurait il pu l'imposer?
Miku était en colère. Il ne comprenait pas le fond du problème. Sans doute agacé par la distance que laissait Solis. Blessé? Impossible à dire. La lecture du coeur ne s'effectuait que dans un sens, Solis n'avait pas cette habilité. Parti à la recherche de Nywell? Sans doute. Il avait lui même cherché, et usé de toutes les astuces qu'il connaissait. Et il avait encore l'objet dérobé dans la chambre de la jeune femme juste là, dans sa sacoche. Pourtant, cela justifiait il le silence, et l'abandon? Sans doute une raison dans le "elle et moi". Ou pas? Impossible à dire. Pour le coup, aucun des deux n'était télépathe.
Miku décolla après lui avoir souhaité bonne chance. Pour Obaba. Une forteresse serait sans doute plus utile que de la chance pour la vaincre d'ailleurs... il avait encore ça à affronter, et ce serait sans doute pire que le Valam. Cette fois ci, il sauterait sans doute tout un siècle, pour être sûr.

"Merci". Et autour de son cou, l'attrape rêve. Il l'avait gardé avec lui. Loin sous la glace, la chaleur commença à revenir. Et il partit, dans la lumière du soleil, vers ce monde qui leur était étranger.

J'avais juste de la peine... et tu m'as manqué






Le voyage vers Lamia Scale se déroula sans encombres. Qui eut cru que les routes auraient si peu changé en 6 ans? Les choses étaient pour la plupart exactement à leurs places habituelles. Juste quelques villes qui s'étaient un peu développées. Mais sinon, les mêmes lieux. Les mêmes conversations. Les mêmes gens, ou types de gens.
La guilde en elle même avait peu changée. Le bâtiment était presque dans le même état, à la différence près que quelques éléments avaient effectivement vieilli. C'était presque à ce demander si Obaba était vraiment en vie. En 6 ans, il s'attendait à ce qu'elle ait fait construire un gratte ciel... Et une fontaine avec une statue d'elle. Par contre, son entrée fut à la hauteur des espérances qu'on pouvait en avoir. Un silence. Long silence. Très long silence. Le genre où l'on sent chaque grain de sable tomber dans le sablier. Bon, qui ne tint pas éternellement non plus.

POURQUOI VOUS ETES TOUS PLANTES LA COMME DES MEROUS AU DEPART D UN 400 METRES HAIE?! JE VOUS RAPPELLE QUE NOUS ALLONS ECRASER BLUE PEGASUS ET FAIRY TAIL A LA PREMIERE OCCASION, ALORS...

Puis ses yeux tombèrent sur Solis, à l'entrée. Bon, visiblement, elle n'avait pas laissé tomber ses plans de conquête du monde. Et le temps ne lui avait rien fait, même pas une ride en plus. D'un autre côté, pour en placer plus... M'enfin. Petit coucou. Silence.

ET C EST MAINTENANT QUE TU RENTRES TOI?!

Elle pointa son doigt en direction d'un des membres, sagement assis au bar. Avant de l'envoyer tournoyant sur Solis. Puis un autre. Et encore un. Et quand elle eut épuisé son stock accessible, suite à une fuite paniquée, elle passa au mobilier.

TU VAS TOURNER, VERMINE! GOUTE A LA FURIE DE LAMIA SCALE!

Mamie Otarie!

Russel passa par la fenêtre, façon toupie. Il avait fallu 6 ans pour égaliser, mais Obaba et lui étaient à 1 partout. Yahoohoo.

TU VAS SOUFFRIR POUR AVOIR DECU LA REINE DES LAMIAS!

Han, déçu? Comme quoi, elle avait un coeur battant quelque part là dessous. Enfin, elle n'avait pas fait exploser le bâtiment, donc c'est qu'elle devait être contente quelque part. On savait pas trop où, mais contente.

CA TE VA BIEN DE GAGNER UN TOURNOI, PUIS T EVAPORER, AVANT DE REVENIR MAL PEIGNE, ET AVEC CET AIR INNOCENT! LAMIA NE PERDRA PAS CONTRE TOI NON PLUS!

Home Sweet Home? Parlant de ça, il allait falloir qu'il trouve une explication. Parce que le coup du fail magique... s'il expliquait ça, c'était pas le bâtiment qui allait exploser, mais Obaba directement. Et elle allait écrire à AS pour demander un match de catch contre Luxus. Puis étriper tout le monde sur ce fuseau horaire. Pas forcément dans cet ordre d'ailleurs.

Caché derrière une table, Solis était quelque part lui aussi content d'être rentré. Même si les visages de la guilde avait parfois changé. Même s'il n'appartenait plus à ce monde. Parce qu'il restait des choses auxquelles il avait tenu.
Quant à Miku? Il savait qu'il le reverrait. Le genre de certitudes instinctives dont on sait qu'elles sont inéluctables. Après l'orage viendrait le soleil, et les cauchemars cesseraient. C'était bien là le principe d'un attrape rêve, non?
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Ad vitam æternam   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ad vitam æternam - Cassiopé Nott.
» Aliam vitam, alio mores [PV Circea Valens]
» IMMORTEL ( AD VITAM )
» In eternam
» Aristide Hits Preval Like a Tsunami During Interview

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 8