Aller à la page : Précédent  1, 2
Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~
 MessageSujet: Re: Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~    Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~  - Page 2 EmptySam 6 Juil - 11:20

Oméa K. Shizuka
Oméa K. Shizuka

Ajatar Virke

Click


Qu'est ce qui est pire qu'un voleur ? Deux voleurs, tout simplement.
PV Yôshi



Le mec s’effondre, le visage bleui par le manque d’oxygène. Je fais disparaitre le Léviathan et Asmodée en contemplant ce massacre. Un sourire se dessina sur mon visage. Ce n’était pas ma faute, après tout, ils avaient la liberté de fuir à tout moment. Liberté qu’ils n’ont pas prise. Tant pis pour eux. Je poussais un soupir de soulagement quant à ma tranquillité éphémère. J’avais deux morts sous les yeux. Un dont le cœur ne battrait plus jamais. L’autre qui n’a pas pu respirer une dernière fois avant de suffoquer. Arima fait vraiment du joli travail. Mais le bruit m’arrêta dans l’estimation des capacité de mon coéquipier.

Une patate. Une patate blonde du nom d’Arima qui allait se faire éplucher par le grand lézard moche au dos ensanglanté. La situation me fit pouffer. C’était assez comique de voir cet idiot d’assassin courir, poursuivit par un crétin de la même trempe. Un sourire ironique se dessina sur mes lèvres alors que je sautais du fourgon pour les rejoindre.

« Fatal Sloth »

Je bandais tranquillement l’arc en les suivant du regard. Puis l’envie me vint de me mêler à cette mascarade affligeante.

« Hé tête de pioche ! Ta mère ne t’a jamais appris à sortir avec un chapeau pour ne pas faire peur au brave gens avec ta face de cochon mal baisé ? »

Le bandit s’arrêta net alors que mon sourire s’élargissait. Il commença à se retourner. La suite s’enchaina alors, implacable. Il se mit face à moi, fronçant les sourcils devant ma position de tir sans voir l’arc que je tenais dans les mains. Ce fut l’hésitation de trop. Ma flèche fusa, se ficha dans sa gorge avec une précision plutôt effrayante. Ah Belphégor … Tu as beau être une feignasse, tu aimes le travail bien fait.

« T’as beau être blindé jusque dans tes entrailles, si ta tête est à découvert, tu es mort, fis-je en m’avançant suffisamment pour la suite de mon attaque. Chain of Envy. »

Un cercle se matérialisa à ma gauche, crachant le poids de la première extrémité de la chaine. Je le saisis, tirant un coup sec pour extraire les deux mètres de chainon. Le second poids sortit, ondulant comme un serpent en s’enroulant autour de l’arbre où était enfoncée la flèche. Je regardais l’homme, sans qu’aucune émotions ne viennent trahir mes pensées. Je bandais une nouvelle fois mon arc et tirait entre les deux yeux.

« Pauvre minable , susurrais-je en faisant disparaitre tout mon arsenal. »

Le corps, cloué à l’arbre ne put répondre. Qui puis-je si les morts ne parlent pas ? Remarque heureusement maintenant que j’y pense. Sinon je serais coincée dans une prison à faire des pieds de nez aux geôliers après en avoir étranglé quelques un. Bah. Avec un peu de chance, ses connards du Conseil me tuerait direct. Je me tourne vers Arima qui regardait la scène.

« Quoi ? fis-je devant son immobilisme. Ah ça… Ne t’en fait pas ça guérira , ma main se posa sur mon épaule qui me lançait maintenant que j’étais de nouveau maitresse de mes actes. Allez, on s’en va. On a une récompense et une caisse à prendre. »

 MessageSujet: Re: Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~    Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~  - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 0:30

Yôshii A.Shunsui
Yôshii A.Shunsui

Indépendant Illégal

Click



Une rapidité dangereuse. Une propreté macabre. Une efficacité insultante. Elle était douée la saleté, bien plus que je ne l'étais à l'heure actuelle. Elle avait cloué l'homme machine au nuage du paradis en deux flèches aussi précises que dévastatrices. Tant de prouesse dans un corps qui au premier regard, n'offrait probablement pas une telle perspective de talent. Agréable surprise se dessina sur mon visage en entendant deux flèches dansantes dans les airs, siffler une mélodie funeste et apporter la mort au visage de mon poursuivant. J'observais la scène d'un regard examinateur et amusé, car d'une part je n'avais pas trop eu à jouer de mes talents préservant ainsi quelques secrets trop souvent mal-nourris et enfin pour l'économie d'énergie que cela me permettait de préserver. On était une feignasse ou on ne l'était pas hein ! Je lui lançais mon dernier regard interrogateur avant qu'elle ne réponde à mon air songeur.

« Quoi ? Ah ça… Ne t’en fait pas ça guérira. Allez, on s’en va. On a une récompense et une caisse à prendre. »

J'hochais de la tête aussi naturellement que joyeusement. Nous avions à porter de main, une somme capable de faire pâlir Crésus, ou presque... Enfin si on admettait que presque était un mot plus ou moins variable, avec des écarts vis-à-vis de la réalité assez importante. Mais la richesse était qu'un objectif qui nécessitait seulement du temps et des ruses. En toute honnêteté, même si cette somme ne valait sûrement pas les trésors fabuleux de Crésus, qui n'aurait pas perdu son dentier face à ce joli magot ?

« Doucement ! Ne soit pas aussi pressés voyons. Attends et observes. »

Je sentis une voix raisonnée à l'intérieur de mon esprit, ou plus exactement me signaler la présence d'un convoi qui venait vers nous. Je levais mon pouce vers le haut comme signe de remerciement, puis demandais à mon compagnon de continuer à surveiller la zone de ses hauteurs. Après quelques secondes de silence, les formes du convoi apparurent dans un virage à une centaine de mètres de notre position. En même temps, la chute brutale d'un arbre déraciné attira l'attention derrière nous. Un panda un tantinet plus grand que la normal venait de faire son apparition, suivi d'une petite fille. Sans vraiment se préoccuper de nous, il se dirigea vers le convoi renversé et le remis sur grands roues. Il arracha les portes arrières sans vraiment ménager les fixations et cadenas de part et d'autre de l'arrière du convoie. Il retira tous les sacs remplis jusqu'à en déborder et les posa à terre.

« Bon, je pense que le plus simple c'est de faire 50 / 50 ? »

Le deuxième chariot arriva enfin à la hauteur du premier, le nôtre. Il s'arrêta dans un léger écran de fumée poussiéreux. Descendit de son transport imposant un visage familier qui tapota le haut de mon épaule en guise de satisfaction. Il chargea la moitié des sacs dans le convoie avant que je lui dise de s'arrêter et de laisser l'autre moitié à la jeune femme. Je ne lui avais guère donné beaucoup d'attention depuis l'arriver de mes compagnons, mais les choses avaient un ordre d'exécution et plus vite certaines étaient faites, mieux cela valait par la suite.

« Désolé d'avoir pris les devant aussi soudainement, mais j'avais déjà prévu tout cela depuis le début. Je préfère la prudence dans ce genre de mission. - Je sifflais tandis qu'un cheval sortait de derrière le convoi. - Je t'offre ce cheval pour transporter ton trésor, car si tu le veux bien... J'aimerai qu'on envoie un petit message à ceux qui recevront ce convoi. »

Je lui montrais les cadavres de nos ennemis de mes yeux étincelants et perçants de leur nature sournoise, suivit ensuite du convoie. Si elle était de la même trempe que moi alors elle comprendrait sûrement le message que je voulais lui faire passer par ce regard assez spécial. C'était à la fois une méthode pour voir s'ils étaient réellement sur la bonne longueur d'onde et s'il pouvait lui porter un peu plus d'intérêt ou alors si leur route allait se finir aussi innocemment qu'elle avait commencé.

Le monde était une œuvre d'art que chaque peintre peignait à sa façon. Il n'y avait ni sous-œuvre, ni sous-peintre. Chacun méritait une attention particulière, mais à un degré différent. Certain restait inconnu toute leur misérable vie, d'autre brillait pendant quelques temps et d'autre illuminait la scène de leur cendre, mais de tout cela.... En existait-il un qui voulait faire de l'ombre à tous pour l'éternité ? Oui. Le phœnix.

« Il est temps que le monde se brûle sur les ailes du Phœnix. »


Spoiler:
 

 
 MessageSujet: Re: Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~    Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~  - Page 2 EmptyJeu 18 Juil - 16:02

Oméa K. Shizuka
Oméa K. Shizuka

Ajatar Virke

Click


Qu'est ce qui est pire qu'un voleur ? Deux voleurs, tout simplement.
PV Yôshi

~ ~

Je le laisse partager sans mot dire. J’ai du mal à rester sérieuse à vrai dire. Les sacs du fourgon sont chargés un par un dans une nouvelle charrette amenée par des camarades d’Arima. Cependant, ce qu’il ne savait pas, c’est que le chargement n’était pas exactement ce qu’il paraissait. Il s’agissait en réalité non pas d’or mais de cailloux. Oui des cailloux. De minuscules pierres de la taille des pièces de monnaie peinte en une imitation volontairement mal faite de doré. L’échange avait eu lieu sur l’esplanade de départ.

Pour tout vous dire, il y a en fait une trappe sous le fourgon. Et cette dite trappe avait été placée par une inadvertance mue par les pots de vins juste au-dessus d’une bouche d’égout. Alexandro était en fait un de mes clients réguliers. Je lui servais d’indic’ et même parfois de trancheuse de gorge au service de sa petite carrière. C’était donc tout naturel de sa part d’honorer sa dette en veillant à ce que Matheus, que j’avais débauché pour l’occasion, n’est plus qu’à intervertir les sacs d’or et de pierres faussaires. Je dois dire que j’étais relativement fière de mon petit plan. Le seul bémol dedans était en fait Arima.

Je n’avais absolument pas prévu d’être accompagné et encore moins par un autre mage de mon engeance. D’un geste ample, je saisis le bras d’un des bandits et me sers d’une prise martiale pour le projeter dans le fourgon ouvert. Bon dieu qu’ils sont lourd ceux là … Un vague sourire méprisant se peignit sur mon visage. J’en connais qui vont avoir une sale surprise lors de la livraison. Je laissais tout le loisir à Arima de s’amuser un peu et sifflait le joli hongre qu’on m’avait assigné. Lui tapant gentiment sur la croupe, là où les sacs laissaient suffisamment d’espace pour autoriser l’opération, je m’assurais des sangles de ceux-ci. Facile à trancher. Parfait. Je saisis la crinière pour monter malgré l’absence de selle. Je fis un grand sourire à Arima qui s’affairait sur le chariot.

« Je te laisse donc la suite et la récompense de cette mission pour rembourser le cheval. Au plaisir de refaire des affaires avec toi Arima ! »

J’encourage le cheval à partir au galop, lui adressant un signe de la main en m’éloignant rapidement. Quand je fus suffisamment loin pour être certaine d’être hors de son champ d‘influence, je fis forcir l’allure à l’animal en invoquant mes deux dagues. Les lanières, tranchées net, libérèrent le hongre de son poids inutile. J’éclate alors d’un rire franc en pensant qu’à cette heure-ci, Matheus est en route pour Crocus avec notre larcin moins la part d’Alexandro. Ce petit blond était vraiment un débutant, y’a pas à dire. J’avais cependant hâte de voir s’il s’apercevrait de la supercherie à temps pour me rattraper. Sinon tant pis, il pourrait s’assoir sur sa part. Après tout, il restait un facteur inopportun dans un de mes plans les plus ambitieux.

Je m’allonge sur l’encolure de l’animal, le laissant prendre toute la vitesse qu’il souhaite. La route risque d’être longue et plus je serais arrivée, plus vite je pourrais me détendre et reprendre mes petites affaires de routine. Pauvre Arima. J’espère qu’il se consolera de la récompense. De toute façon, je doute qu'il n'ait une quelconque chance de me rattraper maintenant. Je suis surement trop loin et il avait l'air particulièrement affairé. Je hausse les épaules. De toute façon, ça ne peut pas être pire.

Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~    Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~  - Page 2 EmptyVen 19 Juil - 14:50

Yôshii A.Shunsui
Yôshii A.Shunsui

Indépendant Illégal

Click



« Je te laisse donc la suite et la récompense de cette mission pour rembourser le cheval. Au plaisir de refaire des affaires avec toi Arima ! »

J’acquiesçais d'un hochement de tête avant de voir la jeune femme disparaître dans la forêt. Je retournais à ma cargaison, continuant mon petit travail tout en laissant mes compagnons effectuaient le leur. Alors que je décorais le premier convoi avec le corps de nos victimes, j'écrivais ma petite lettre que j'allais envoyer aux récepteurs de ce convoi un peu particulier. Une ligne. Une simple ligne. Rien de complexe. Que de la simplicité. La lettre était claire et net, pas de détour ni de jeu de mot. Juste une réalité. Mais le vent vint me porter une triste nouvelle.

« Je vois... Alors fais ce que tu dois faire, Sora. »

Une ombre voguant dans les souffles célestes plongea aussi furtivement qu'adroitement dans la forêt. Un léger sifflement se faisait dans son parcours. Une mort qui tombait du ciel. Le faucheur qui venait chercher sa récompense. Un travail qu'il effectuait rapidement. Il dansait entre les arbres et leur feuillage, d'un air aussi naturel que majestueux. Sans même s'arrêter ou ralentir, il arriva devant la jeune femme alors qu'une brise glaciale se levait derrière lui pour lui donner encore plus de poussée. En une petite seconde, il se retrouva à sa hauteur, posant l'une de ses pattes dans une mèche blonde de la demoiselle et la découpant du reste de sa chevelure grâce à l'une de ces griffes de l'autre patte. Sans se faire prier il disparut derrière les arbres, zigzaguant pour éviter tous les représailles possibles à distance par la blonde. Un cri strident sortit de ses cordes vocales pour exprimer sa satisfaction, alors que de mon côté, j'esquissai un sourire narquois.

« Bien joué, mais tu n'aurais pas dû jouer au grande avec moi ma chère. »

Je tendais mon bras sur le côté, alors que sur mon visage se dessinait un air rarissime. Sérieux. Grave. Impassible. Il était temps que les choses changent et que mes pions se mettent en place. Dans le même instant, mon aigle se posa délicatement, mais rapidement sur mon bras tendu. J'attrapais la mèche de cheveux dans son bec, avant de l'attacher à un morceau de ficelle que je mettais au cou de mon compagnon ailé.

« Ton cadeau pour ton bon travail, mon ami. Ne le perd pas, il nous sera utile par la suite. »

Certes nous venions de nous faire rouler, mais elle nous avait sous-estimé. Sora était mes yeux et mes oreilles, il pouvait voir et entendre plus loin que n'importe quel homme. Alors sa petite mascarade fut vite découverte après son départ, même si ce fut trop tard pour agir de manière plus... Douloureuse pour la jeune femme.

J’avançais de quelques pas pour me positionner au pied du convoi et j'y accrochais ma lettre en la clouant sur le chauffeur mort -L'un des criminels que j'avais mis sur le siège de chauffeur.- Alors que l'air grave et sérieux arpentait toujours mon visage, je retournais sur le deuxième convoi où je m'asseyais dans un sinistre silence. C'est ainsi que prit fin cette mission où presque...

Alors que le premier convoi se dirigeait vers sa destination finale, après que l'un de mes compagnons est manipulé l'esprit d'un des chevaux pour le conduire seul, la lettre virevoltait sous les coups de vents attirant ainsi encore plus l'attention des passants effrayés. Des cadavres et une lettre. La seule chose que les gens retinrent, se fut ces morts et les quelques mots écris sur la lettre...

« Le Phoenix vous souhaite le Bonjour. »

 MessageSujet: Re: Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~    Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerais ~  - Page 2 Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Centre :: Era