Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Combat 5 : EC vs AS
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Ven 12 Juil - 12:48

avatar
Invité


Click

Even se matérialise en toute docilité le long de mon bras sous la forme d'un large bouclier bleu cristallin. Avec une loyauté sans faille, je repousse tout assaut qui pourrait atteindre Alice avant de me reculer. Violence, tant de violence dans son attaque que j'en perds toute raison de la défendre. J'observe, je profite de ma passivité pour bloquer les ondes douloureuses qui tenteraient de s'imposer à moi jusqu'au moment où je dois me protéger d'Alice elle-même, déchaînée par ce surplus d'adrénaline. Lorsqu'elle revient vers moi, je secoue la tête. Grand frère est un titre plein de responsabilités, et vu ce qui m'attend à la fin de ce combat, je préfère ne pas répondre. Sans oublier Yukio, je n'ai aucune idée de la réaction qu'il arborera lorsqu'il apprendra que j'ai trahi son existence. Empathy prend alors fin lorsqu'une surprise nous tombe dessus.

« Décale toi sur la droite.  »

Trop tard. Acte un, scène trois : rouler une pelle au bitume, deuxième prise. Asulf et Henning, encore et toujours, sans aucune agressivité la boule de poil se contente de me barbouiller la face, si bien que j'ai du mal à répliquer. Comment s'attaquer sans recul à quelqu'un qui ne vous veut aucun mal ?

« Ca valait bien la peine de surveiller ses loups si tu ne parviens pas à esquiver. »

Je peste contre ce froid coéquipier qui se paye ma tête. Il m'indique alors une chose que je savais déjà, Henning sait farfouiller dans la tête des gens, comme il aime le dire. Et cela lui confère un avantage d'anticipation non négligeable, je ne réalise que maintenant ce qu'il m'a fait subir lors de notre dernière altercation. Even esquisse une grimace hautaine, il était temps de comprendre. Les revoilà partis, à écouter ce que je pense pour fuir encore plus loin. Henning, si tu m'entends toujours, j'aimerais bien des explications. C'est déjà assez dur de se décider à affronter Misto, alors pourquoi fuit-elle sans cesse ? Pourquoi n'arrête-t-elle pas de se faufiler ici et là dans le simple but de fuir encore plus loin, encore plus vite ? Connaissant Nywell, j'aurais cru les aigles plus courageux, plus vorace de victoire, elle m'a promis, je suis déçu. Puisqu'elle insiste, je jouerais à ce jeu là également.

Un regard vers Alice, je crois qu'Henning l'a bien perturbée, sans trop savoir comment. Qu'importe, elle n'est pas plus blessée qu'elle ne l'était déjà. Je l'invite à me suivre dans les ruelles sombres, partant à la course aux piafs. Comment appelle-t-on ce jeu déjà... Han ouais, le tir à la carabine. Ils ne semblent pas prêts à se battre, alors finissons en. Si l'on passe par là, puis par là, on devrait les prendre de revers. Hmm loupé ils ont changé de sens. La lecture de pensée, c'est vrai. Even me propose une manière très efficace de contrer ça, nous interchangeons pour prendre Henning par surprise. Me voilà dans le large bouclier, et le chevalier des glaces dans mon corps qui mûrit de quelques années. Mon corps file donc vers une autre direction pour apparaître au bout d'une rue qu'ils parcourent vers nous. Surprise. J'indique à Alice qu'il faut s'occuper de Zoro pendant que je me charge de Misto. Il ne pourra de toute façon pas faire grand chose contre ça. Je fixe la demoiselle droit dans les yeux, et je beugle involontairement, résultat de ces tympans blessés qui me donnent l'impression d'être un murmure.

« Okay Misto. Si tu ne veux pas tenir ta promesse, alors déclare forfait. Ordeal. »

Une force invisible entoure la reine des loups dans un champs de force cubique. Des murs invisibles qui la tiennent prisonnière de ce sort émotionnel malsain. Quiconque se trouve à l'intérieur se met à ressentir des émotions négatives, à broyer du noir inutilement. Dépression, abandon, solitude... Un simple sucre pour aider la médecine à couler, l'aider à abandonner plutôt que de jouer à l'asticot. Néanmoins, Even ne juge pas cela suffisant et court vers elle, bouclier brandi pour une seconde couche. Nous piquons à trois points stratégiques autour du mur invisible, enfermant la demoiselle dans une prison de glace hermétique, laissant au milieu de la rue une volumineuse stalagmite. Il n'y avait plus qu'à attendre, attendre que Misto quitte gentiment le combat, je garde un œil aux alentours. Plusieurs options s'offrent à nous, aider Alice à se débarrasser de Zoro – une vengeance de choix après ce que Misto a fait subir à mon amie – ou appréhender la stratégie de la gamine. Nous décidons de rester près de la prison improvisée, prêt à chasser Zoro ou les loups, même si les crocs de ces derniers ne serviront pas à grand chose. Un bon flash dans une obscurité pareil devrait brûler les yeux de n'importe qui, approchez donc. Even semble garder en tête qu'elle ne succombera pas, c'est idiot. Idiot.
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Mar 16 Juil - 20:19

avatar
Invité


Click

De nouveaux coups de rocher et de nouvelle égratignures plus tard, Zoro était encore entrain de courir tiré par Misto en tête de cortège... D’ailleurs ce petit jeux de cache-cache commençait sérieusement à l’énerver.

Bon d'accord lui aussi avait courue lors de son face à face avec Alice, mais c’était seulement pour avoir un terrain plus favorable pour lui. Il a fallut qu'un grand géant vert détruise leur terrain de combat pour l’arrêter aussi sec et l'amener de fil en aiguille à la situations présente.

Soit une attaque brutale de la part de Miku qui semble entièrement focalisé sur Misto et que je croise en courant vers Alice, entendant derrière moi sa phrase criée à plein poumon.


« Okay Misto. Si tu ne veux pas tenir ta promesse, alors déclare forfait. Ordeal. »

La fille semblait un peut tête en l'air et pas entièrement focalisé sur le bretteur qui se décala en longeant le mur de la rue, pour se faire le plus petit possible.Ce n'est qu'a quelques mètres d'elle qu'elle sembla enfin remarquer la présence de Zoro, levant les bras pour utiliser sa magie... Mais il était déjà trop tard.

Prenant appuis sur le mur et utilisant le pouvoir de la Quatrième Portes Célestes, le mage vert se transforma en une toupie-boulet-humain-vivant avec son mouvement de rotations et ses trois sabres qui découpaient tout ce qu'il croisait sur son chemin... On pouvait remarquer qu'il avait les bras tendues -certainement pour une portée d'attaque maximum- .

Il tournait tellement qu'il ne savait pas vraiment s'il avait touché quelque chose et c'est avec un mouvement du bassin opposé à sa rotations qui lui permit d’arrêter le roulis de la toupie qu'il transforma en une roulade avant. Se redressant immédiatement il repéra son adversaire quelques mètres sur la droite et la chargea sans attendre, cependant son avance fut interrompue par les dagues et l'épée qui virevoltaient dans les airs.

Ayant déjà était dans se type de situation, sa course effrénée avait au moins un bon point. Il avait eu amplement le temps de préparer une technique pour contre cette attaque qui semble à première vue imparable.

Ramenant ses bras près du corps, il commença à faire tourner les sabres dans ses mains avant de commencer une marche qui ressemblait étrangement à une valse par son mouvement de rotations, avec ces brusque changement de directions. Les deux sabres qui tournaient créaient un genre de bouclier à l’épreuve des faibles attaques et son mouvement de rotations lui permettaient de toujours garder les lames en vue tout en se rapprochant sensiblement d'Alice.

Celle-ci sembla préparer une contre-attaque derrière ses yeux... En larmes ?


 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Mer 17 Juil - 16:46

avatar
Misto

Eagle's Claw

Click



Le prix de nos erreurs.



Misto posa les mains sur sa prison. Son cœur battant la chamade se retrouvait entouré de dizaine, de centaine, de millier de pensées toutes plus défaitistes les unes que les autres. C’est vrai ça. Pourquoi ne déclarait-elle pas forfait ? Huit voix se firent écho pour répondre. Pour toi. Pour eux. Pour l’honneur. Par volonté. Par jeu. Parce que ça ne servirait à rien. Pour nous. Parce que tu l’as promis. Une promesse. Miku avait raison. Elle ne faisait pas écho à sa promesse. Les pensées noires restaient tout de même ancrées. Elle ne sortirait jamais d’ici. Zoro finirait tué et la guilde bafouée. Pire même : Nywell la rejetterait. Elle battit des paupières à cette pensée douloureuse. Que penseraient ceux qui l’ont recueilli en la voyant fuir comme la plus petite des gosses effrayée dans la nuit ? Une honte. Une insulte. Voilà ce qu’elle était. Elle se surprit à de nouveau envisager d’abandonner. Plus de pression. Plus de décision. Plus de crainte de décevoir autrui ou de blesser celui qui se dressait devant elle …

Misto. Si tu fais ça tu nous renis tous. Jusqu’au dernier. Même la gosse capricieuse qui nous entend vaudrait mieux que toi.
Un comble non ? Quand on pense qu’elle n’a aucun sentiment, toi tu les rejettes pour l’imiter.
Pitoyable.
J’attendais mieux de toi gamine.


La brune sourit faiblement. Ils avaient raison. Si elle abandonnait maintenant, elle se serait battu pour rien. Elle aurait fait perdre son temps à tout le monde. Les spectateurs, les mécaniciens et même les combattants.

Miku t’attends. Il envisage de pulvériser ton compagnon. Tu vas le regarder perdre en te lamentant sur ton sort ?
T’as intérêt à te relever maintenant si tu veux le protéger et faire un tant soit peu honneur après autant de fuite.


La lueur soumise des yeux de Misto se transforma en véritable flamme de rébellion. Le sort qui l’oppressait de son aide à générer les hésitations se vit repousser aux plus grands soulagements des loups qui reprirent leur acharnement contre Alice. Osulf se matérialisa en dehors de la prison de glace de sa maitresse. Son ordre, impérieux, claqua contre les murs en béton de la rue.

« Feru Uruz Jera. »

Les racines émergèrent lentement. Une à une. Juste sous le dôme de glace, le faisant quitter le sol en dévoilant la jeune fille qui regardait Miku droit dans les yeux, en proie à une révolution intérieur qui promettait d’être des plus explosives. Elle n’aurait qu’une seule chance de les séparer de Zoro et Alice qui se trouvait hors de son périmètre d’action. Un mince sourire de défi ornait son visage quand elle s’époumona.

« Tu pensais vraiment que je faisais ça sans raison Miku ? »

Asulf se matérialisa dos au blond, se ramassant sur lui-même comme s’il s’apprêtait à sauter sur Misto. Il se détendit comme un ressort alors que le bruit mat de son corps heurtant la masse de glace s’éleva. Le projectile n’irait pas loin mais il attirerait suffisamment l’attention de Zoro. Suffisamment d’ailleurs puisqu’il glissa jusqu’entre les deux combattants. Oups. Ce n’était pas prévu. Tant pis. Il peut très bien s’en sortir tout seul. Le début de conversation mourut dans l’œuf quand la voix de Misto s’éleva bien plus fort qu’elle n’aurait dû pour une chanson pareille.

« Dans un passé proche, dans une tempête gelée,
J’ai vu mon cœur et mes sentiments s’enflammer.
Dans un présent propre, dans une chanson fusant,
Se réunis tout ce que je pourrais ne jamais faire sans.
Qu’émotion danse avec le Requiem,
Jusqu’à ce que tes ailes fourbes en soient brulées.
»

La tenue de la jeune fille se modifia une fois de plus, dévoilant sa peau et son collier tintinnabulant. Le fleuret de Rolf dans la main, Misto hurla à plein poumon mêlant avertissement pour Zoro le sommant de reculer et sifflement. La tempête, virulente, enveloppa l’aigle et l’ange qui se défiait du regard sans bouger. Sa main fit tinter la clochette en cristal, lui redonnant son apparence initiale. Elle n’avait plus aucune avance que ce soit sur Miku ou aucune emprise sur le moral de Suzu. Mais qu’importe. Elle allait faire ce qu’elle avait oublié et qu’elle n’aurait jamais dû. Les voluptes enneigées dissuadaient quiconque d’entrer dans le cercle de vingt mètres qu’il balayait en recouvrant de neige. Il n’y avait plus les lumières réconfortantes des néons, brisés par les vents violents dopés par la colère froide de la jeune femme. Le noir le plus total.

La brune tira sa seconde arme et se mit en garde. Son cœur, plus détendu que jamais, se calla sur les pulsations que faisait l’âme de Miku dans l’obscurité. Il savait où elle était et elle savait où il se tenait. Un nouveau duel mais cette fois-ci sans aucune crainte d’être interrompu. Les yeux fermés avec leurs amis et uniquement eux. Brynjolf s’assit dans la neige, face à Osulf. Ils n’agiraient qu’en cas d’extrêmes nécessités. Mais qu’importe. Toute la concentration de l’adolescente était focalisée sur Miku. Lui et rien d’autre.

« De nous deux Miku, à ton avis, qui a perdu ? »

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Jeu 18 Juil - 13:42

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click



- Hé la chérubine en couche culotte ! Tu ne crois pas que t’as crié victoire trop vite ? C’est tellement touchant que j’en pleurerais.

Les deux Alice, dans ma tête, sursautèrent.

« Non mais qu'est-ce qu'il a celui-là ?! » fit la plus excitée des deux.
« Attention à toi, petite sœur, je sens qu'ils ne sont pas vraiment là pour ton bien... » fit la deuxième, protectrice et toujours aimable.

Salut chérie ! Tu sais que ta volonté est tellement mignonne que j’en rirais presque ?

«  Ne les écoutes pas Alice ! » soupira intérieurement l'Alice Princesse.

Oh ! Mais c’était ça ton plan depuis le début Misto ?

«  Tu vois, ils ne veulent que te déstabiliser. Tout ce qu'ils te diront n'est pas vrai. Ils essaient de te tourner contre toi-même ! »

Naaaan elle veut pas qu’on fasse la conversation à une morveuse en couche culotte ?
On dirait que si …
Tsss, comme si on avait que ça à faire tiens.
On t’a déjà dit que ton frère doit te trouver monstrueuse ?


Je restai impassible, vacillant d'un loup à l'autre, sentant que s'ils étaient là, ils me regarderaient d'un air hargneux. Je l'avais si souvent dit, que j'étais un monstre.

C’est vrai … Une si tendre demoiselle faisant preuve d’autant de haine …

Je vous emmerde, pensais-je.

Laid.
Ignoble.
Révoltant.
On ne peut rien attendre d’autre d’angelot sans honneur non ?
Tu l’as dit bouffie !


Sans honneur disaient-ils ?

« Vous seuls ici êtes sans honneur, à vous attaquer comme vous le dîtes à une morveuse en couche culotte, à plusieurs qui plus est. Vos remarques ne m'atteignent pas. », mentis-je.

Tu sais quoi Alice ? Le plus drôle dans tout ça, ça a été ta réaction.
Disproportionnée, ouais.
Comme si tu avais peur.


Je n'avais pas peur. Eux, par contre, devraient avoir peur. Peur des représailles. Je n'avais montré qu'une partie de ma palette de couleurs, d'attaques, et de défenses.

Mais elle ne fait pas peur.

Une fois de plus, je les emmerdais.

« Ouais, c'est bien Alice, penses comme moi, emmerdes-les ! » s'écria Alice Gangster.
«  Ce n'est pas un très beau vocabulaire toutes les deux ! » nous corrigea Alice Princesse.
« Hé ! Et si on lui parlait pour éviter qu'elle n'entende ce que ces charognards ont à lui dire de si méprisable et de faux ? », proposa Gangster.
«  Non, c'est à elle de les vaincre, à surpasser cette épreuve. Ils veulent la mettre en colère pour qu'elle épuise d'avantage sa source de magie et finisse par tomber hors jeu d'elle-même à force d'attaquer sans raisonner. Ils veulent la retourner contre elle-même, la faire entrer dans un cercle de colère interminable. A toi Alice de surpasser tout ça. Mais n'oublies pas, tu n'es pas un monstre. Si Yukio pensait une telle chose de toi, pourquoi aurait-il mis tant de choses si belles dans cette lettre accompagnant ce costume ? Pourquoi serait-il ici même venu te regarder ? Il veille sur toi, peut-être même depuis longtemps, et encore maintenant, il est toujours là. Pour toi. Parce qu'il t'aime. Même après ce qu'il s'est passé il y a 11 ans, alors que tu le pensais mort, il t'a dit qu'il t'aimait. Alors qu'il a assisté à tout. »
« Pour une fois, je suis d'accord avec toi, soeurette ! »

Elles avaient raison. Même plus que raison. S'il pensait de moi que j'étais un monstre, jamais il ne serait venu assister à ce combat, ni même ne m'aurait remis ce magnifique costume et cette épée, payés avec ses économies comme il me l'avait si bien dit.

Eblouis-moi à ton prochain combat, je suivrai chacun de tes pas. Je crois en toi, et je sais que tu peux battre deux adversaires, tu as déjà fait mieux et plus jeune, sans expérience.
Des bribes de la lettre revinrent en ma mémoire. Il croyait en moi. Et il pensait, il savait, il l'affirmait... que je battrais mes adversaires. Avec Miku, nous y arriverions. Seule, je n'étais peut-être qu'un ange déchu, tombé du ciel. Mais à deux, j'étais plus forte. Nous veillions l'un sur l'autre. Tu as déjà fait mieux. Il devait parler du jour de sa présumée mort.

Je ne pus m'empêcher de me mettre à sourire, alors que les loups débitaient leur sermon imposé par Misto. J'avais râté une partie de la conversation, à écouter mes deux jumelles et à ressasser la lettre, à méditer sur moi-même.

Oui c’est pas faux
C’est même totalement vrai
Nous disions donc que…
Si Miku…
Avait été la moitié de ce qu’il prétend…

Oh, mais la moitié de ce qu'il est suffirait à vous mettre au tapis
, pensais-je.

Il ne t’aurait jamais laissée à sa merci…
Pas plus qu’il ne lui aurait permis de t’attaquer.
Après tout Zoro est une vaste blague pour toi non ?
Pourquoi utiliser un stratagème qui le lui a permis alors ?
Pire ! Pourquoi l’inviter à réagir comme lui ? En attaquant quelqu’un qu’elle ne connait ni ne veut blesser ?
Quand je pense qu’elle a utilisé le poison pour te faire le moins de mal possible.
Et Miku qui ne t’as pas protégé …
Est-ce vraiment Miku d’ailleurs ?
C’est vrai ça ? Si ce n’était pas une vaste blague depuis la Hel Song qui t’as fait sauter les tympans ?


« Changez de disque, toutous de salon. Ça fait deux fois que vous employez le terme vaste blague. Votre disque va finir par être rayé ! » me moquais-je d'eux. « Zoro n'est pas une vaste blague. Chaque adversaire est un adversaire, a ses atouts et ses faiblesses. Et je compte bien lui demander de m'affronter à nouveau, quelque soit l'issu de ce combat. La vaste blague ici, c'est vous, qui pensez sincèrement que j'allais me laisser tourner en bourrique. Je sais ce que je vaux, et ce que pense mon frère. J'ai tant d'indice et de choses laissées par lui qui me prouvent le contraire de ce que vous avancez, que je ne vous écoute même pas. Du poison pour me faire le moins de mal possible ? Allez dire cela au litre de sang que je me suis volontairement enlevé. Miku ne m'a pas protégé par votre faute, parce que Misto nous dépasse en nombre par vous. JE lui ai demandé de me laisser faire le reste ensuite. Je ne suis pas un être faible qui a besoin d'une perpétuelle protection ! » finissais-je.

«  C'est si bien dit ! »
« Files-leur une patate à ces coyotes abrutis ! »

« Je ne sais pas d'où vous savez tout ça, mais oui, je m'appelle Alice, et pas Suzu. Alors rappelez vous de ces deux noms, et dites-vous que l'enfant sans parole[i] a récupéré sa langue, pour votre plus grand déplaisir. »

Ce n'était ni plus ni moins qu'un combat orchestré, contre d'autres mages, et pas un combat de mission contre des vilains-méchants que l'on devait détester.
Depuis combien de temps n'avais-je pas autant débiter de paroles ? Onze ans. Onze ans que je n'avais pas parlé à ce point. L'enfant sans parole n'était plus. Suzu n'était plus un prénom, mais un surnom.

« Je suis Alice. Alice Claria Féamor. Et fier de porter ce nom, d'être qui je suis. »

La paix. La paix contre moi-même. Merci, les loups, vous m'avez rendu un fier service. Je vous dois la chandelle.

Leur faisant un coucou mentale, rayonnant d'une soudaine envie de les prendre dans mes bras et de leur faire un grooos câlin, je partis rejoindre mon équipier, mon ami. Une page de ma vie était presque tournée. Elle le serait à la fin du combat mais, quel qu'en soit son issu, je serais fière d'y avoir participé et de pouvoir dire que cette expérience était bénéfique et pleine de ressource. Mais je ne comptais pas les laissez gagner, ça, non. Comment remettre un pied à la guilde si je perdais sur notre propre terrain ? C'était une chose non envisageable …

Je laissai Miku me balloter à droite, à gauche, puis à droite, puis à gauche, puis encore à gauche, à gauche, puis à droite... Dans tant de directions que je ne saurais les nommer finalement. Puis il lâche ma main. Mon regard se perd sur le sol, revient sur lui. Il s'attaque à Misto... Et Zoro à moi.

Je lève les mains pour intimer à mes épées de venir à moi pour me protéger. Mais elles sont trop loin. Trop loin pour avoir le temps d'arriver. Je fais donc une roue pour m'écarter de mon assaillant, mais il se rut vers moi dans un concert de mouvements, me faisant tomber à la renverse, menton contre terre et fesses en l'air. Quelle... position honteuse...

Résultat, ses bras brandissant des épées, voilà que j'ai une grosse coupure au poignet gauche... Ah, et aussi à la cheville du même côté. Vite, quelque chose pour faire un garrot... Mes dagues arrivent alors les premières, arrêtant Zoro dans sa course. Puis l'épée entre en scène. Je déchire des morceaux des vêtements de Zoro avec cette dernière, et les fais venir à moi, me permettant ainsi de me faire un garrot à chaque plaie. Mon adversaire, par une danse de lames, arrive de plus en plus vite vers moi, et mes lames commencent à avoir du mal à opérer. Tant pis, je le laisse encore s'approcher...
Encore …
Encore ….
Oui, vas-y tu y es presque ; encore...

« Eblouis-moi. » « Je t'aime petite sœur. » « Je suivrai chacun de tes pas. » « Je crois en toi.... »

Des larmes embuèrent mes yeux, et je les fis disparaître du revers de la main.

Je ne devais pas sembler très concentrée sur le combat. Pourtant, oui, j'avais déjà des idées en tête…
Alors que Zoro n'était plus qu'à quelques pas de moi, un énorme bloc de glace se jeta sur nous, assez grand pour nous écraser tous les deux. Je me jetai sur Zoro et le poussai violemment vers l'arrière tout en criant « Attention » ; atterrissant sur lui, tous deux désarmés.
Pour moi, tout allait bien. De la fumée s'était élevé lors de la chute de l'objet, qui s'était enfoncé dans le béton comme un couteau dans du beurre. Me relevant en gémissant, je me frottai la tête. Je sentais qu'une grosse migraine allait pointer le bout de son nez après le combat, quand je serai de retour au calme !
Mais là n'était pas la question. Je tendis la main à Zoro, qui l'attrapa, et je le tirai fort en arrière pour l'aider à se relever. Il était bien plus costaud et bien plus grand que moi, et me trouver juste à quelques centimètres de lui me montra notre différence de taille. J'étais aussi petite que ça ? Une naine... Je n'étais pas très grande, c'était sûre !

Je pris le contrôle de deux de ses lames pour les lui rendre, les maintenant à hauteur de ses mains. Mais, la troisième ne répondait pas à mon appel. Bizarre... Au moins, je savais à quoi m'en tenir … Mes dagues revinrent se placer dans leur pochette, sur le côté de mes bottes, et mon épée dans ma main. Je profitai d'être non loin de Zoro pour évaluer ses capacités magiques. Son ora était plus faible que la mienne, il dégageait moins de puissance que moi. J'avais donc l'avantage dans le combat. Mais je ne devais pas crier victoire trop vite, car la puissance n'est qu'une partie. Il y a ce que l'on en fait.

« Allez, je vais te montrer ce que je sais faire, chuchotai-je. Finissons-en, l'aigle ! », , lui dis-je plus fort pour qu'il m'entende correctement.

Prenant le contrôle de mon propre corps, je me sur-élevai à lui, me posant sur le dessus du bloc de glace qui, avec la chaleur de l'été arrivant, commençait déjà fondre aux extrémités. Bientôt, je serais obligée de descendre, l'endroit où j'étais devenant aussi glissant qu'une patinoire. Mais pour l'instant, ce n'était pas le cas.

Ne laissant pas le temps à Zoro pour m'attaquer, vu que j'avais décidé que c'était à mon tour de briller, je pris le contrôle de ses vêtements, dans lesquels il se pensait protéger de toute attaque sur son corps. Et oui, parce que si je ne pouvais pas contrôler son corps, - sa volonté prenant le dessus obligatoirement -, je pouvais au moins contrôler ce dans lequel il se trouvait, soit, à l'instant, ses habits.
Il se trouvait dans un coin où deux maisonnettes étaient reliées l'une à l'autre, formant une impasse, le dôme de glace ne laissant qu'une petite ouverture où une seule personne à la fois pouvait passer.
Zoro, toujours les deux pieds contre le sol, se mit alors à rencontrer avec de plus en plus de brutalité et de force les quatre murs : celui de la première maison, puis celui de la deuxième, puis celui fait de glace, puis celui de la première... et ainsi de suite, mon doigt tournant pour suivre et indiquer le parcours que mon adversaire devait emprunter.
Mais, si je faisais cela tout le temps, ce serait trop facile, et, au bout d'un moment, il aurait des lésions trop importantes, et loin de moi de vouloir cela pour lui ! C'est pourquoi j'arrêtai, le levant dans les airs jusqu'au dernier étage d'un immeuble d'une dizaine d'étages. Je le laissai retomber en chute libre, exerçant comme je le faisais si bien une pression sur l'air se trouvant au dessus de lui, qui, ainsi, le poussait encore plus vers les bas et accélérait sa chute. Il retomba lourdement sur le sol. Allait-il tenter de se relever, et de contre-attaquer ? Après ce que je venais de lui faire ? J'esérais seulement ne pas lui avoir fait trop de mal. Mais je ne voulais pas passer trop de temps à le combattre.
Il fallait que je gagne ce combat, et que je rejoigne illico-presto Miku. Deux contre Misto, c'était peut-être plus judicieux... On ne dirait pas comme ça, mais la demoiselle avait beaucoup de tours dans son sac, tout comme moi. Mais avec bien plus de puissance... Mais peut-être pas plus de possibilités ?

Je pris possession sur ces deux seules lames que je pouvais contrôler, les élevant jusqu'à moi. Je les regardai une à une. Ce semblait être de bonnes lames, même si je n'étais pas experte. La mienne rejoignit les deux autres. L'une d'elles se présenta sur la nuque de l'homme aux cheveux verts, toujours à terre. L'autre présenta son bout aiguisé contre le côté de son cou. Et la troisième, la mienne, alla se placer de l'autre côté.

Allait-il se relever ? Ou en avait-il assez ? Avais-je déplumé les aigles de l'aile, l'empêchant de s'envoler ?




_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Jeu 18 Juil - 21:04

avatar
Invité


Click

Zoro continuait d'avancer avec sa danse si particulière, qui semblait être aussi efficace qu'il le pensait. Il allait être assez proche de Suzu pour lancer une autre attaque quand celle-ci se jette sur lui bras en avant.

Il se rendit compte que ce n’était pas une attaque quand un énorme bloc de rocher s’écrasa sur leur ancienne positions une seconde plus tard, envoyant glisser les deux adversaires qui passèrent devant Miku et Misto dans une position pouvant porter à confusions. La jeune femme fut la première à se relever et tendit sa main pour aider notre mage vert à se relever lui aussi. Il profita de leur promiscuité pour mieux l'observer... Oui, elle était plus petite que lui et certainement moins forte physiquement mais elle contre balancer tout cela avec la puissance magie qui se dégagait de son corps svelte et bien... Proportionné.


Revenant à la réalité, il chercha du regard ses sabres qu'il avait lâchés pendant toute cette agitations, mais il fut devancé par la mage d'Angel's Sky qui les lui renvoya tous. Sauf le sabre de son père toujours fermement maintenue dans sa mâchoire qui ne se serraient desserrer qu'avec sa mort.

Après un petit mot elle s’élança grâce à son pouvoir sur le pic de l'iceberg qui commençait déjà à fondre avec la chaleur environnante... Prenant note de ce détaille, il s’apprêta à courir de nouveau quand il fut bloquer dans ses mouvements et jeté de manière spontané vers un mur sans qu'il ne puisse rien ni faire. Il tentait tant bien que mal de retenir par tous les moyens disponibles ce mouvement qui semblait totalement inarrêtable. Il avait bien réussit en partie en enfonçant profondément ses sabres dans le sol, traçant des sillons a mesures qu'il heurtait soit un mur soit une paroi de glace... Paroi qu'il gratifier d'un coup de sabre à chaque fois qu'il le heurter, rendant de plus en plus fragile la structure déjà bien entamer par la chaleur.

Cela ne semblait ne plus vouloir s’arrêter et Zoro avait lui aussi arrêté de compter le nombre de fois qu'on l'avait lancé sur un mur. La brise fraîche le réveilla assez pour voir qu'il ne touchait plus terre et qu'il avait même atteint le toit d'un bâtiment proche. Sachant ce qui allait se passer il ouvrit la Cinquième et dernière Porte Céleste avant sa descente aux enfer.

Même avec son corps endurcit une chute accélérée d'une dizaine d’étage ne laissait personne indemne. A cela venait se rajouter les effets secondaires de sa magie et on obtenait un tout à vous faire écrouler de douleur bien des hommes.

Zoro ne voyait plus rien, n'entendait plus rien... Il ne ressentait que la douleur, une douleur atroce intenable et perpétuelle qui parcourait le corps de la tête aux pieds en passant par tous les endroits susceptibles de lui faire du mal. Durant ces deux minutes, il était sur une corde raide entre la conscience et l'inconscience, n'ayant aucun moyen d’échapper à cette douleur viscérale mais avant tout magique.

Si quelqu'un en cette instant lui avait demandé de décrire sa douleur et s'il etait en mesure de vous répondre voila ce qu'il aurait dit:


"Imaginé votre pire douleur, ce genre de douleur que vous ne sentez que dans les derniers instants. Lorsque votre corps n'est plus qu'un ramassis de chair, de muscle et d'os... Lorsqu’il n'est qu'une parodie de votre ancien corps.
Imaginé alors que cette douleur n'est que le centième de ce que je ressens à l'instant. Une douleur à vous en rendre fous les plus forts d'esprit, une douleur à vous briser une âme.
Imaginé un démon qui vous torturerez à mort avant de vous soigner et de recommencer ce manège infernale des siècles durant.
Ce n'est qu'à ce moment là, que vous pourrez ne serait-ce qu'imaginer le centième de la douleur que je ressens."


Cependant d'un point de vue extérieure tout ce que l'on pouvait voir c’était Zoro entrains de se tordre de douleur, des spasmes tellement violente qu'elles pourraient lui briser les os et déchirer ce qui lui restaient de muscles intactes. Oui après ces deux minutes qui lui parurent des siècles, il ne restait de Zoro qu'un corps couvert de sang, désarticuler, qui n’avait plus rien de vivant ni d'humain.
La seule chose qui bougeait venant de lui était cette vapeur rouge qui venant de son sang qui continuait de s'évaporer de son corps chaud comme la braise et rouge comme le fluide vitale qui quitter son corps.

On aurait pue le croire mort et certainement beaucoup dans les gradins devaient le croire, mais heureusement pour eux, ils eurent la preuve du contraire lorsque les corps inertes commença à se mouvoir de manière sporadique essayant manifestement de se relever.

Oui, aussi fous que cela puisse paraître Zoro voulait continuer le combat. Même si la douleur était grande, son esprit et sa combativité l’étaient plus encore et ce ne fut qu'après de nombreux essaient qu'il pue se tenir debout, certes le corps tremblant sous ce simple effort, mais il y arriva. Preuve vivante de son obstination malgré la douleur subit.

Dans cette océan de douleur, notre bretteur n'avait plus que deux objectifs en vue et rien d'autre. Le premier étant de ne pas relâcher le sabre de son père qui était toujours fermement maintenue dans sa bouche. Le deuxième... Boire un dernier coups...

Il comprit qu'il ne pourrait pas atteindre son objectif quand après plusieurs échecs, il se rendit compte que ses deux bras étaient déboîtaient et certainement fracturés en plusieurs endroits preuve de la violence du choc subit. Dans un soupir qu'on aurait pue croire être le dernier, il redéfinit alors son deuxième objectifs.

Il regarda alors la scène qui l'entouraient dans un monde rouge... Totalement rouge. Les yeux recouverts de sangs, il avisa alors un gros morceaux de roche rouge en plein milieux de la rue. Il lui fallut plusieurs secondes pour se remémorer où il était et les instants avant sa virée en enfer.

D'un pas chancelant, il se dirigea alors vers le bloc de glace. Il ne voyait plus que cela, ne faisant attentions à rien d'autre que ce deuxième objectifs nouvellement fixer. Clopin clopant, il s’arrêta devant la lace qui faisait encore deux étages de haut et où il pouvait voir sur le sommet une silhouette floue et trop lointaine pour une quelconque reconnaissance.

Sentant ses forces le quitter aussi rapidement qu'ils perdaient son sang, il se pencha alors dangereusement en arrière sur son équilibre plus qu’instable... On aurait pue croire qu'il allait tout simplement tomber à terre, mais en fait il se passa l'inverse.

Il donna un coup vertical avec un crie de rage et de combativité qui l'avait animée jusqu'à là, qu'il asséna avec le sabre qu'il tenait encore dans sa bouche. L’absence de réaction les secondes qui suivirent faisait penser à l'inefficacité de son action... Mais il en était tout autre.

Les multiples coups qu'il avait donné lors de son manège, cumulé avec la fonte de la glace pendant tout ce temps et le dernier coup porter dans une fissure à la base de l'iceberg sembla être la goutte qui fit déborder le vase. Ce ne fut d'abord que de fine fissure, qui devinrent de plus en plus nombreuse et de plus en plus grosse avant de faire exploser l'iceberg.

Par chance ou par hasard aucun bloc ne toucha Zoro qui resta fièrement debout, montrant à tous sa combativité et son honneur qu'il ne voulait en aucun cas tacher pour la mémoire de son père qu'il tenait fièrement dans sa mâchoire.

Il se tenait droit malgré les séquelles subis, malgré les innombrables coupures qui crachaient la source de sa vie, malgré ses os brisés, ses muscles déchirés, sa peau arraché. Lui qui aurait était fiers de son coup final...

Lui!

Lui qui était en ce moment même; loin de l’arène, loin d'Angel's Sky et de Fiore... Lui qui inconscient, était endormit et rêvait de fut de Rhum...

Lui qui était debout dans tout sa splendeur !
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Ven 19 Juil - 19:50

avatar
Invité


Click


Je sens l’excitation me gagner, le sentiment me poignarder après cette attente morbide. Attente bien trop longue brisée par l’apparition d’un loup comptant parmi ceux que je connais. Lui, je l’appelle l’étranger, déjà parce que je me rappelle pas de son nom, ensuite parce que j’ai jamais compris comment il fonctionnait, et encore moins ce qu’il racontait. J’ai juste eu le réflexe de m’éloigner de la prison dont je m’étais déclaré gardien en sentant le sol trembler sous mes pieds, je me réfugie derrière mon bouclier, mais non, enfin, je sens la folie enivrante du défi monter encore et encore alors que la reine des loups, en face de moi, se libère des glaces par la terre. N’oublions pas de noter cette fausse attaque d’Asulf qui d’un coup bien porter envoie glisser le gros bloc de glace dans les rues de la ville. Et la revoilà qui recommence, sa tenue de banshee lui revient, blanche comme la neige, pâle comme la mort. Je fais petite figure à moitié dénudé en face de ça, surtout qu’il commence à faire frisquet. Ah oui, vraiment frisquet.

« De nous deux Miku, à ton avis, qui a perdu ? »

Je me le demande bien… Je ferme les yeux, le vent glacial me frappe et m’arrache un frisson, cette tempête de neige en pleine ville sombre, les caméras ne peuvent plus nous voir. Alice et Zoro devront assurer le spectacle pour l’instant. Mes oreilles vont relativement mieux, même si elles me font encore mal, les muscles de mon dos se font de plus en plus engourdis par les multiples plaies. Il faut dire qu’on s’est plutôt bien économisé au jeu de la chasse, cet huis-clos impose une vitesse supérieure, que l’on souhaite ou non y répondre. Je localise son aura, je repère les leurs, seul face à la meute. Enfin non, je ne suis pas seul, moi aussi, ma troupe est présente, tous ayant quitté leurs observatoires pour me tenir compagnie. Le bitume recouvert de neige rendait la scène particulière propice à Misto, je suis celui qui se trouve dans le territoire de l’autre. Et je me demande comment va Alice.

Tu serais fier d’elle. Tu verras bien.
Ouais, je suppose.
A ton tour de tenir ta promesse.

Spoiler:
 

J’inspire une grande bouffée d’air glacial. Le bouclier éclate dans une multitude de flocon avant de rejoindre le sol, dématérialisé. Merci beaucoup Even, mais j’ai promis. Deux spirales enflammées parcourent mes poignets, les serpents de feu se mordent la queue et c’est avec un sourire narquois, supérieur comme il les aime qu’Axel fait son entrée. Les deux chakrams dans mes mains prennent feu pour me réchauffer dans cette microtoundra. Dans la gueule du loup Miku, tu es en plein dedans. Mes paupières s’ouvrent, dévoilant des yeux devenus émeraude, un sourire mi sarcastique, mi tendre, drôle d’hybride créé par cette magie particulière. On n’y voit rien de toute manière. J’avance d’un simple pas, la tension monte, il faut bien que l’un de nous deux frappe le premier.

« J’ai plutôt de hâte de savoir. En attendant je t’invite à découvrir mon monde, moi aussi. »

Je pourrais tenter de balayer cette tempête, mais ce ne serait qu’une simple opposition de force. Le feu contre la glace. Une antinomie bien caricaturale mais qui reste d’une symbolique puissante à mes yeux. J’envoie voler le premier chakram dans le noir complet, son aura se décale, l’arme revient telle un boomrang. Tater le terrain. Inviter Misto dans mon monde, saura-t-elle porter le même fardeau que je tire chaque jour ? J’envoie le deuxième projectile, une nouvelle fois c’est raté, il faut dire que je ne cherche pas vraiment à la toucher, juste gagner un peu de temps pour me décider à agir. Et puis je me les caille. Henning, j’avais oublié Henning, il faut que je laisse les commandes à Axel, mais d’abord…

« Emotion Link. »

Une marque pourpre qui brille sur mon poignet, un symbole identique qui luit sur le sien. Nous voilà liés, Misto. Si tu entends mes pensées, maintenant tu sens mes émotions, jusqu’aux plus enfouis de mes sentiments, la sensation de froid qui me parcourt la peau. Ces gerçures qui se forment et que tu n’as pas mais qui te font mal, tu as compris où je voulais en venir ? Je ne serai pas le seul à sentir la peine infligé à l’autre cette fois-ci. Et qu’importe le vainqueur, le sentiment de victoire nous prendra tous les deux. Enfin, si le sort tient jusque là. On peut commencer, pas vrai ? Et part mon sort préféré. Emotion Wave. Mon corps devient flamme pour lutter au milieu de ces infinis flocons, je suis l’intrus, mais je ne me laisserais pas écraser. Dans un cri déterminé, je fonce vers elle pour la frapper de mes armes bien tenues. Danse enflammée qui débute pour briser la glace.

[HJ : Nouvel ordre de post : Miku - Misto - Alice (c'est donc à Misto de répondre).
Pas mon habitude faire ça en plein RP mais, Zoro, ce post est superbe.]

 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Dim 21 Juil - 10:39

avatar
Misto

Eagle's Claw

Click



Ce qui est important n'est pas la victoire mais jusqu'où l'on va pour l'avoir



Misto s’y attendait. Elle ne bougea pas d’un pouce. Pas plus pour les chakrams que pour la torche humaine qu’est devenue Miku. Sans sourciller, elle laisse Brynjolf déployer le bouclier. Le Full Field, a défaut de tenir sur la longueur, tiendra le temps qu’elle aura besoin. Runi hocha la tête dans la mêlée alors que la demoiselle se laissait envahir par les émotions des deux partis. Les siennes se mélangèrent à celle de Miku alors qu’elles les triaient sciemment. Dans une guerre, celui qui gagne n’est pas le plus fort mais celui qui sait où frapper l’adversaire. L’ocarina de Radulf quitta son étui et la première note s’éleva, chargée d’autant de douleur que Misto en disposait, se gonflant avec la colère de la défaite de Zoro et sa rancœur contre elle-même. La jeune femme redevint alors ce qu’elle avait toujours été. Un ménestrel courant sur les champs de bataille sans prêter attention au danger qui voulait bien la menacer.

« Dans le lointain froid d’Iceberg, bien plus impétueux que ne saurait l’être quiconque en se dressant contre lui, se dresse la demeure Shida. Un vieux pavillon d’aspect chaleureux en rondins dont la vie des habitants semblent aller jusqu’à s’incruster dans les murs et la terre…»

La tension émotionnelle de Misto augmenta au même titre que l’illusion. Les pièces étaient maintenant en place.




Henning sauta hors de volutes de la tempête. Complètement secoué par la violence de la tempête, il mit bien cinq minutes à s’apercevoir d’où il se tenait. Il leva les yeux vers Zoro qui se tenait debout, endormi. Il ne grogna pas, ne l’encouragea pas non plus à se relever. Il avait parfaitement compris. C’était fini. Il se glissa face à lui et murmura doucement ses félicitations. Puis il se tourna vers Alice.

Celle-ci avançait tranquillement vers le blizzard, avec la ferme intention de défier les vents violents et la neige. Le loup blanc soupira en l’interpelant :

« Alice, recule. Ce n’est ni le moment de les déranger ni celui de te blesser. Misto tient beaucoup à ce que tu ailles bien mais je ne sais ni pourquoi ni comment. Mon boulot est donc de m’assurer que c’est bien le cas. Donc s’il te plait … »

Il s’arrêta net quand la vit se tourner vers lui. Il grinça des dents en reprenant.

« Je ne suis pas là pour te blesser mais pour te parler de ce qui se passe là-dedans. A l’heure actuelle Miku est liée émotionnellement à Misto et commence à recouvrer son ouïe. Il vient de l’attaquer et elle est en train de répliquer… »

Il continua son rapport, calme comme une pierre en répondant spontanément à chacune des questions que pourrait lui poser la jeune fille. Il s’interrompit un instant pour ajouter personnellement à son attention qu’il était navré pour l’assaut mental. Les sept autres ainsi que lui-même n’en avait rien pensé, jusque manipuler une partie dans ce jeu gigantesque.

« Tu nous as impressionnés. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas vu de volonté comme ça et je dois dire que ça me ravie de voir les jeunes générations en posséder une telle. Continue comme ça et rien ne pourra t’arrêter. »




Misto effaça sa présence et le bouclier vola en éclat. Les notes se mirent à résonner durement dans le cœur de la tempête. Bientôt, il n’y eut plus que Miku et des ruines. Misto transmettant illusoirement et émotionnellement le message de tout ce mirage. La Wyvern se tenait au-dessus de lui, immobilisé par une douleur fictive qu’il chasserait bien vite pour se focaliser sur celle, bien réelle que lui envoyait la jeune femme. Cette silhouette qui se tenait debout, entourée par ses propres esprits, s’effondra. La grosse créature s’envola d’un battement d’aile, l’écho de la douleur sourde de Misto et du désespoir que contenait le cœur du maitre de celle-ci. Miku, libéré de l’étreinte qui semblait le maintenir au sol, eut tout le loisir de contempler les ravages fait aux lieux. Une vingtaine de corps dont le nom lui parvint comme s’il y avait toujours vécu, le chagrin de Misto en écho à cette multitude de mot qui avait perdu leur raison d’être. Le maitre, cependant, ne reçut aucun nom. Juste une image troublante qui rassemblait quelques un des traits de la jeune femme.

L’illusion vola en éclat. L’adolescente, les larmes aux yeux et la mâchoire serrée, avait simplement reculé d’un pas pour échapper au restant de l’attaque. Son fleuret en main, mis en avant par sa garde prudente. La jeune femme tremblait encore du sacrifice qu’elle avait consenti. Un mélange de preuve de confiance et d’attaque à double tranchant grâce à la marque violacée sur son poignet. Son passé, son illusion, son vécu réunit en une seule et simpliste technique combo. Runolf émit l’équivalent mental d’un grincement de dent. Cette gamine était complètement fêlée. S’infliger mentalement quelque chose qui l’avait probablement condamnée à errer loin de tout pendant deux longues années.

Osulf se retint de sourire. Décidément, ses jeunots étaient remplis de surprise. Elle s’amusait comme une petite folle. Brynjolf fulminait. Encore une belle fêlure à sa promesse. La voix de Misto troubla le silence qui s’était installé.

« Lève-toi. Axel et les autres ont fait le vœu de nous aider à nous battre alors il est temps non ? »

Les loups n'ajoutèrent rien. Le sacrifice consentit était bien trop important pour qu'il se permette quoi que ce soit.

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Lun 22 Juil - 7:51

avatar
Alice Claria Féamor

Sabertooth

Click


Un loup apparût, tombant sur ses quatre pattes, hors de la tempête qui se dressait tel un mur infranchissable. Je posai mon regard sur lui et, durant son immobilité, je ne détachai pas mes pupilles de son poil blanc soulevé par la violence des vents qu'il venait de traverser.
Il commença enfin à se mouver, et se dirigea sans un regard vers moi voir Zoro. Il lui dit quelques paroles que je n'entendis pas, étant trop près de la tempête qui faisait rage.

Je me reconcentrai sur mon objectif, fixant ce mur fictif, blanc, neigeux, crémeux, et si rebelle. Que se passait-il derrière ? J'avais beau avoir une entière confiance en Miku, je ne savais pas de quoi était réellement capable Misto et ce dont j'étais sûre, c'était qu'elle n'avais montré qu'une partie de sa palette précédemment. A quoi Miku pouvait bien être confronté ? J'avais confiance en lui, mais je ne voulais pas qu'il soit blessé. Il fallait que je rentre. Au moins pour être sûre qu'il aille bien.

« Alice, recule. Ce n’est ni le moment de les déranger ni celui de te blesser. Misto tient beaucoup à ce que tu ailles bien mais je ne sais ni pourquoi ni comment. Mon boulot est donc de m’assurer que c’est bien le cas. Donc s’il te plait … »

Misto. Je n'avais jamais entendu parlé d'elle, avant ce tournoi, avant cet affrontement. En même temps, je n'avais que peu de contact avec les gens, donc je ne connaissais pas ce qui se disait le plus.
Je ne voulais pas que Miku soit blessé. Je devais me tenir prête à le rendre fier s'il avait besoin d'aide. Ne serait-ce que pour servir de diversion.

« Je ne suis pas là pour te blesser mais pour te parler de ce qui se passe là-dedans. A l’heure actuelle Miku est liée émotionnellement à Misto et commence à recouvrer son ouïe. Il vient de l’attaquer et elle est en train de répliquer… »

Miku. J'espère que tout allait bien. Qu'il allait parer l'offensive de Misto. Courage, Miku.
Je repointai mes yeux sur les poils duveteux du loup, hochai la tête, puis amenai mon attention sur mon adversaire. Zoro. Toujours debout, il ronflait légèrement, perdu dans ses rêves, dans un sommeil lointain et profond. Par ma magie, je le fis basculer sur le côté. Des exclamations fusèrent dans les gradins, comme si le public pensait que j'allais l'attaquer dans cette position de faiblesse, alors que c'était déjà fini pour lui. Je n'en fis rien, et je fis comme si je n'avais rien vu, ni rien entendu. Levé horizontalement à hauteur de mon bassin, je croisai ses mains sur sa poitrine et allai le positionner plus confortablement, dégageant un espace de débris pouvant le couper. Il était déjà bien trop amoché. C'était du sale boulot que j'avais fait là ... J'espérais qu'il guérirait vite. Visualisant le terrain, je repérai ma bouteille d'eau loin de là où nous nous trouvions. Elle était indemne, posée à un endroit où nous n'avions pas combattu. Je la fis venir à moi et, avec l'eau qu'elle contenait, je nettoyai les plaies les plus graves e mon adversaire, qui tressaillit dans son sommeil, sa mâchoire se contractant. Au moins, cela ne s'infecterait pas.

Le loup s'excusa pour l'assaut mental, rajoutant à cela que ce que ses confrères et lui m'avaient dit n'étaient que mensonges et manipulation. Cela me valut un sourire.

« Tu nous as impressionnés. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas vu de volonté comme ça et je dois dire que ça me ravie de voir les jeunes générations en posséder une telle. Continue comme ça et rien ne pourra t’arrêter. »

Une larme perla, coulant le long de ma joue, frôlant mes lèvres, embrassant ma nuque pour se perdre dans mes cheveux en bataille.

M'avançant vers le loup, il ne dit rien, se contentant d'attendre. Je me mis à genoux pour me retrouver à sa taille, sourire aux lèvres et larmes coulant à flot. Je me penchai lentement, bras en avant, légèrement tremblants. Je vacillai vers lui et agrippai sa fourrure entre mes bras, l'enlaçant. Je caressai le doux duvet. Le loup, d'abord surpris, ne recula pas et me laissa faire, finissant par me le rendre. Je me contentai d'un seul mot, car parler juste pour parler ne servait à rien. Cela pouvait être dangereux. Un seul mot exprime parfois mieux un sentiment, que toutes les phrases du monde ne sauraient le faire.

« Merci. »

Un trop plein d'émotions, Miku pouvait sentir un trop plein d'émotions. Axel n'était pas là, il devait aider Miku dans sa bataille. je n'avais aucun moyen de communication avec lui.

Allez Alice, tu peux le faire, courage.

Enlaçant toujours le loup, je dégageai une émotion si vive, composée de ma fierté d'avoir gagner, de m'être battu aux côtés de Miku, et cette espérance, oui ; cette espoir qu'il allait vaincre son adversaire comme j'avais vaincu le mien. Je débordais émotionnellement parlant de détermination, une détermination si vive, si intense, qu'elle ne pouvait que toucher Miku.

Allez, sentiments, bravez les tempêtes, écoutez mon cœur et atteignez celui de mon allié.

_________________________________________________________________________


Alice's Soundtrack 1&2

#576D8F ~ #097CBA ~ #B86E6E

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Lun 22 Juil - 15:23

avatar
Invité


Click


Je frappe ce voile imperceptible encore et encore, dans l’espoir de le briser, qu’il prenne feu et me dévoile la demoiselle cachée derrière. Tant de barrière à franchir, de cœurs à suppléer au service de la Kashu, j’en serai presque jaloux qu’ils la servent tous autant avec leur ferveur fidèle et zélée. Encore une fois le chant de Misto s’impose à tous ces bruits environnants, le vent qui hurle n’est rien devant la volonté de la jeune aigle. Axel nous fait bondir en arrière, décidant de poser un retrait sur cet assaut qui n’a pas abouti. Lutter contre la fatigue est une véritable question de détermination, tant pour elle que pour moi je suppose. De nouveau le son de son ocarina résonne, à nouveau elle s’efface derrière une peinture illusoire. C’est la troisième fois, n’a-t-elle pas retenu la leçon ? Je m’apprête à faire apparaitre mes épées de lumières, révélatrices de la vérité, mais je n’ai pas le temps, pris de court par ma propre capacité d’empathie.

Si l’illusion est, par définition, un tissu de mensonge, les émotions qui lui sont associées, elles, sont bien réelles. Et je suis bien placé pour ne jamais sous-estimer la puissance des sentiments. Cette fille est complètement tarée, rares sont ceux qui ont osé s’infliger eux même des tourments pour m’atteindre par ce sort, c’est plutôt ma manière à moi de les surprendre. Je me raidis et frisonne à l’entente du hurlement de la Wyverne, la bête s’élève devant moi, soufflant mes flammes, retour à la case normale, reculer pour mieux sauter. Je n’arrive pas à bouger, je suis désespéré. Non, pas moi, Misto. Les émotions négatives se succèdent et s’accumulent, terreur, impuissance, déception, rage, remord, toutes plus imposantes les unes que les autres. Mes mains viennent couvrir mes oreilles qui n’entendent pourtant rien, je pose un genou à terre au milieu de tous ces morts fictifs et je pousse un hurlement douloureux. Ma magie déglingue, deux ailes d’allure démoniaque percent cruellement mon dos dans un craquement choquant, deux cornes commencent déjà à jaillir de ma chevelure blonde ternie. Axel. Putain, c’est trop.

Lève-toi, qu’elle me dit. Ressaisis-toi qu’il me crie. Vous êtes drôles, vous ne savez pas ce que cela fait d’être une éponge, vous n’avez pas maintes fois frisé la crise de folie dans votre enfance. Je respire lourdement, je refuse de me laisser abattre par le désespoir. J’ai déjà été contaminé exactement comme ça la transformation avait été toute aussi douloureuse. Les souvenirs tâchés reviennent. Il neigeait. Oui, elle n’était quasiment pas vêtue, blottie contre un arbre, son innocence vulnérable m’avait frappé, je me souviendrais toujours du choc contrastant : autour de cet ange, la neige d’ordinaire immaculée était rouge de sang. Cet ange est là, c’est Alice.

Alice dont je sens enfin l’aura émotionnelle, victorieuse et déterminée. Elle a réussi, elle a gagné. Alice qui de toute son âme me soutient à l’extérieur de cette tornade. Prenant appui sur mes chakrams, sur Axel, je me redresse lentement alors que l’aura de ma coéquipière fait disparaitre mes cornes, puis mes ailes, me soulageant temporairement de cette bête que peut être la désolation. Si je m’étais laissé mener, Devastation, aurait frappé Misto de plein fouet. Au moins la victoire aurait été acquise, et je me serais donné à fond, mais à quel prix ? Tenir ta promesse, tenir ma promesse, mais c’était vraiment une idée débile que j’ai eu là ! Et Axel qui m’a fait ce serment idiot de m’amener à la défaite de Misto, le crétin que je suis a bien évidemment promis qu’il lui réserverait la fin du combat. Fuck. Un cercle magique se forme sous mes pieds.

« Franchement, bravo. Tout le monde n’est pas capable d’affronter ses propres périodes sombres ainsi. Mais je vais te dire, la promesse que je t’ai faite, que je t’ai demandé de tenir en plus, je la trouve nulle. Voilà. Un caprice de gosse, je sais, mais j’en veux plus. Elle pue. Bon, par contre le pari tient toujours alors… »

Sept épées de lumières pourpre se forment autour de moi. D’une pensée stricte, je les braque en direction de Misto, un sourire de gosse sur le visage. Franchement, pourquoi on s’est pollué l’esprit avec des enjeux pareils, vraiment j’ai du mal à m’y faire. Nous sommes juste deux gamins, et je sais qu’elle aussi s’éclate. A croire que c’est contagieux. Il faut dire que le lien entre nous n’aide pas. Le poignet brillant de la marque violette, je fais tournoyer mes lames sans prévenir, elles viennent former un cercle parfait autour de moi, et toutes ensembles, viennent se planter en moi. Je crie, mais je sais qu’aucune marque ne restera, toutes la peine n’est que dans ma tête, et par la même occasion, celle de Misto, dont les jambes toutes aussi endolories que les miennes n’ont pas eu la chance de se prépare psychologiquement à l’assaut. Ni une ni deux, mon corps prend une consistance métallique, nous sommes peut être liés, mais moi j’ai toujours accès aux émotions de Suzu – merci – pour contrebalancer. Je saute sur Misto et la plaque à terre de tout mon poids d’acier, je me place au-dessus d’elle les pointes aiguisées de mes chakrams de part et d’autres de sa gorge. Et le voilà qui impose son regard émeraude, son ton assuré et son sourire. Ce sourire.

« Miku voudrait qu’on s’arrête là. T’en dis quoi ? »
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   Lun 22 Juil - 17:05

avatar
Misto

Eagle's Claw

Click



Dans la douleur et le sang



La voix de Misto résonna dans la tempête. Un cri unique mélangeant surprise et douleur contenue. Une douleur des plus fictives, compte tenu que ce n’était pas elle mais lui qui envoyait les signaux. Ses yeux, a demi clos et vitreux, se joigne à sa concentration vive. Si le cœur est berné, souillé, brulé, seul la glace semble l’apaiser. Mais ce n’est qu’une autre illusion. Allongée face à face avec Axel, la jeune aigle souriait distraitement.

« Si je m’arrête maintenant, j’aurais fait tout ça pour rien. Et j’ai horreur de perdre mon temps et ceux presque autant que de le faire perdre aux autres. Désolé mais il est hors de question de je déclare forfait. »

La jeune femme lui administra un coup de boule sans prendre garde aux pointes qui lui déchirèrent la peau. Elle remonta les genoux, vrillant son corps dans le même mouvement pour dégainer son second fleuret. La lame violacée luit doucement en fendant air et chemise. Rolf revient en renfort pour parer une première attaque puis une seconde. Misto se releva précipitamment pour se mettre en garde, défiant Miku de ses yeux vides de présence. La douleur n’existe que parce qu’on la voit. Si tu as les yeux clos, tu souffriras juste de la surprise. Et la surprise, on t’a appris à la juguler.

Les mouvements de l’aura de Miku lui laissaient largement le temps de reculer ou d’esquiver. Chose plutôt étrange, elle pouvait entrevoir les armes. Elle pouvait en deviner les contours à proximité d’elle. Une demi seconde pour l’apercevoir et réagir.

Brynjolf.

Le loup se plaça une nouvelle fois en rempart alors que la jeune fille posait un genou à terre. La lame de Rolf s’enfonça dans la neige alors que l’autre reprenait sa place dans son fourreau. Allez à l’économie. Parer à l’utilité.

« Green Ether. »

Misto n’aurait jamais cru que ce sort lui serait utile sur un autre plan que l’attaque. Le nuage verdâtre qu’était Runolf se déplia autour d’elle alors que le tatouage à arabesques vertes s’étalait sous sa peau. Les dessins s’emparèrent de son visage, fusant de sa main gauche jusqu’à son œil droit comme une coulée de lave d’une lueur verte malsaine. Le sort se concentra sur les petites plaies au même instant que le contre coup se manifesta. Les volutes qui lui ornait l’épaule en s’infiltrant jusque sous son tatouage de guilde s’embrasèrent, envoyant un signal de douleur à travers toute la parcelle décorée. Un unique cri de colère pure mélangée à la souffrance vive et répétée qui la parcourait s’éleva.

« Cette promesse est stupide je te l’accorde. Cependant… »

Le sort se dispersa en laissant des plaies tout justes cicatrisées. Les prunelles de l’aigle avaient retrouvé un semblant de vigueur. Juste un semblant. Elle se remit en garde, un vague sourire sur les lèvres.

« Tu sais que le feu, c’est handicapant pour les gens qui sont de sang-froid comme moi ? Mais si tu lui as promis, ce n’est pas un problème. Nous sommes liés après tout non ? »

Elle prit son inspiration. Le coup suivant allait lui couter beaucoup. Mais elle n’avait guère le choix. Elle devait absolument défaire un ennemi. Juste un. Elle se focalisa sur ses sentiments de calme et de tranquille assurance. Les loups balayèrent le reste en hochant la tête. Elle n’avait plus qu’à entrer en scène.




Henning renifla bruyamment le cou de Suzu avant de se dégager. Son unique commentaire fut en tout et pour tout un sourire. Il se dressa de toute sa hauteur, prenant une position précaire en posant les pattes dans les mains d’Alice.

« J’aimerais qu’on se recroise un de ses quatre. Pour ce que tu veux. »

Il la gratifia d’un gros coup de langue sur la joue avant de se détourner, le visage grave. Il soupira simplement et s’assit.

« Si je disparais, ne panique pas et n’essaie pas d’entrer dans la tornade. »

Il tourna la tête sur le côté, les yeux perdus dans le vague. Il épia le moindre des faits et gestes des deux adversaires. C’est certainement maintenant que tout allait se jouer…

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Combat 5 : EC vs AS   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)
» Un combat dans la NFL !!!!
» Quelques enseignements tirés de l’échec d’un combat moral
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 9 :: Guilde scélée d'Angel's Sky :: Tournoi d'Angel's Sky