Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2
Le chat et l'albinos
 MessageSujet: Re: Le chat et l'albinos   Mer 26 Juin - 14:48

avatar
Invité


Click


La révocation fut un échec complet, du moins de son point de vue. Aucun signe ne lui apparaissait d'un possible retour de l'humain dans ce corps où deux âmes luttaient. Pire, le voilà présent bien blessé, les griffes l'avaient atteint le long de son torse, déchirant sa chemise et lacérant sa peau. Il souffrait, le sang coulait de la plaie, et le voilà qui de surcroît chargeait à nouveau. L'albinos en avait assez, s'il ne pouvait l'aider de la manière douce, il s'arrangerait pour le faire autrement. L'épuiser ou l'assommer, l'un des deux devrait bien fonctionner ? Lequel choisir, cela dépendrait de la situation à laquelle il allait être confronté. La révélation fut rapide, de nouveau un souffle fut envoyé. Cette fois, il était trop proche, il ne pourrait s'exécuter à temps. Même en y déployant tous ses efforts, il ne pourrait rien faire de plus que de réduire la puissance de l'attaque. Un premier cercle apparut pour bloquer l'attaque, mais il ne tint pas bien longtemps, sa finition laissant à désirer. Le second connut le même sort, de même que le troisième. Chacun n'avait absorbé qu'un peu du souffle, diminuant sa puissance, mais pas de manière significative. Sa vitesse d'exécution, voilà le point faible qui l'handicapait le plus, et le félin l'avait trouvé sans même vraiment le chercher. Peut-être l'instinct... Ou juste la chance. Toujours est-il que, même en se jetant sur le côté, il fut happé par le souffle, se retrouvant projeté une nouvelle fois au sol, quelques mètres plus loin. Les roulés-boulés qu'il avait faits accentuèrent la douleur à son torse. Péniblement, il se redressa, son adversaire ne l'attendrait pas, encore moins dans cet état.

Deux fois il s'était envolé, plusieurs fois il avait été griffé. C'en était trop, à son tour de s'amuser. Le fait que sa magie ne demande aucun effort physique allait pour une fois lui servir, car si son état laissait à désirer, Ijeel était bien loin d'être à court de magie. Le minet allait donc avoir droit à une petite démonstration de ce qu'il pouvait faire lorsqu'il se lâchait. A quoi bon se retenir si cela lui coûtait au final la vie ? Car c'est bien ça qu'il risquait de perdre en ce moment, surtout si la bête ne se calmait pas. La fée commença par créer un cercle d'absorption préventif. Ainsi, il ne serait pas pris par surprise de nouveau. Il le laisse face à lui, suffisamment grand pour le couvrir entièrement. Enfin, ça, c'était son utilisation seconde à vrai dire, puisque le mage en profita pour y projeter six sphères qu'il garderait pour quand elles seraient nécessaire. Désormais, il pouvait donc les projeter d'où bon lui semblait de nouveau. Six projectiles, une bourrasque et un petit cadeau qu'il conserverait mais n'hésiterait pas à employer si jamais il ne pouvait faire autrement. L'albinos espérait vraiment ne pas avoir à s'en servir, les risques de tuer son opposant étant bien trop grand.

*Je hais mes principes...*

Par quoi commencer ? La réponse fit son apparition à moins d'un mètre de la bête, la version réduite du souffle ressurgissant. De ce qu'il en avait vu, il lui fallait un certain temps pour convoquer la technique qui lui avait permis de prendre contrôle des vents, et il espérait donc qu'il n'aurait pas le temps de détourner de nouveau son renvoi. Profitant du fait que son opposant se soit probablement arrêté l'espace d'un instant, il ajouta une petite surprise au-dessus de là où il était, à savoir une sphère de quelques mètres prête à exploser dès qu'elle l'atteindrait lui, ou le sol. Rien de mortel cependant, juste de quoi l'amocher un peu... voire beaucoup. Ijeel profita de ce moment de répit pour poser un genou à terre et se reposer un peu, surveillant tout de même au cas où le félin en redemanderait.

Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: Le chat et l'albinos   Jeu 27 Juin - 13:45

avatar
Damaz Elandez

Ajatar Virke

Click


L'albinos et le chat




IJEEL & DAMAZ




L’attaque fut absorbée, un peu. De plus en plus, grignotée, effacée, comme si elle n’avait jamais existée, si ce n’était les traces de ce qu’elle avait balayé sur son passage. Le félin observait attentivement, furie calmée après son lâchage total dans l’excès. Puis il avait recommençait, souffle du désert lâché dans un souffle. Trop tard, le bouclier avait été créé, immense cercle rouge qui aspire le souffle sans grande difficulté alors qu’un nouveau cercle pourpre succède au premier prêt a venir l’écraser. Instinct qui surgit, jaillie, le félin bondit sur le côté effectuant roulé boulé alors que la sphère heurte le sol dans une cacophonie sans nom. Souffleur soufflé alors qu’il est projeté plus loin, heurtant le mur d’une maison déjà que trop choqué par la multitudes d’attaques fusant dans la rue ou la nuit été tombé. Idée qui jaillie, avantage qu’il avait sur l’adversaire, avantage éclipsé par les quelques lumières de lampadaires. Hum. Félin beige qui se relève alors qu’homme et bête s’unissent dans leur pulsion mortifère, idée d’enfer. Corps qui craque et entame la mutation, Escrifa rangeait alors qu’il sent le contre coup de la puissance qu’il avait invoqué, forme dont il avait légèrement abusé et avait puisée dans ses réserves sans qu’il n’en prenne vraiment conscience.


Un sourire qui se dessine après la crispation alors que déjà il continue, que le puma prend le pas, empreinte son humanité au bord du trépas. Sourire enjôleur et moqueur alors que les crocs émergent de la gueule du félin farceur. Qu’il se relève assuré, prince de terreur, monstre teinté de splendeur. Un ronronnement qui s’élèvent alors que dans coup sec jaillissent les griffes funestes, humain qui s’altère dans un craquement éphémère. Voix mielleuse qui émerge, rauque et pourtant douce, ronronnement pervers d’où s’échappe le son et l’air. « Diiis-moii mon jjoliii… Peux-tu voirrr dans le noirrr ? Sourire vicieux alors qu’il s’élance, corps en traction, saut et tension alors qu’il bondit, peau a matte où les muscles saillants se tendent, efface la distance le séparant de la lumière l’handicapant. Un rire dément, main qui part, griffes qui heurtent le verre alors qu’il éclate, bruit cristallin. Félin qui continue dans sa lancée, s’élance sur sa prochaine cible éclairée, qu’en quelques minutes d’acrobaties enfiévrés ne subsiste plus que le noir quasi complet. Ronronnement qui continue pour l’ultime provocation, vice et tentation. « Moi je peux. »

Ronronnement qui se stoppe, brutalement. Silence qui s’empare de la scène, tension qui se mêle au vent, une succession de craquements glauques qui le brise, ombre féline qui se glisse dans les ombres promises. Jeu qui l’excite et le ravit, puma affamé, chasse commencé alors qu’il entame la ronde autour de la souris aveuglée, jouer !



Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Le chat et l'albinos   Jeu 27 Juin - 20:03

avatar
Invité


Click


Son attaque fut un demi-succès. Si la bourrasque fut aisément esquivée, la déflagration de la sphère projeta violemment le félin contre le mur d'un des bâtiments. Cela fit constater à Ijeel l'ampleur des dégâts de leur combat. Il avait totalement oublié de surveiller les dommages collatéraux, à croire que cette guilde déteignait vraiment sur lui. Il leur faudrait écourter, sous peine que la garde leur tombe dessus sous peu. Si son adversaire n'en avait peut-être rien à faire, l'albinos lui ne pouvait se le permettre. Cependant, encore une fois, l'autre se releva, infatigable, insatiable. Il n'en aurait donc jamais assez ? Le jeu n'avait pas assez duré ? Devait-il faire sauter ses derniers limiteurs, et lui envoyer tout ce qu'il avait sans regard aucun sur les risques ? Dit ainsi, il lui semblait évident que non. Pour le moment, du moins. Et il espérait que ça resterait ainsi. Et donc, qu'allait-il faire de lui à présent ? S'il en redemandait, il allait être servi, encore cinq sphères en réserve et une bourrasque qui s'était ajoutée à la liste. La fée épongea de sa cravate retirée le sang sur son torse ainsi que la plaie qui lui faisait toujours mal. Cet affrontement restait incertain, il le savait. Mais perdre n'était pas une possibilité. Il allait lui montrer.

Alors qu'il commençait à matérialiser un nouveau cercle de rejet, son adversaire changea de forme, abandonnant celle de la créature du désert pour redevenir humain, dans un craquement toujours aussi dérangeant. La souffrance qu'il devait ressentir à chaque transformation... Comment pouvait-il s'en complaire ? Et pourquoi était-il tombé sur un tel phénomène encore une fois ? Si marcher indolemment lui faisait faire ce genre de rencontre... Il fut tiré de ses pensées par l'homme se relevant de la mare de sang qu'il avait créé lors de son retour à sa forme initiale. Celui-ci lui adressa la parole, cela signifiait qu'à priori il avait recouvré ses esprits, bien qu'en lui demeurent les attributs félins. De toute façon, il était perdu dans tout ça, et allait désormais se contenter de l'assommer. De plus, l'animal ne semblait pas vouloir se stopper, alors il irait jusqu'au bout lui aussi. Cependant, cela devenait problématique dans le sens où son adversaire se mettait à ruser. À ne plus fonctionner qu'à l'instinct. C'est du moins ce que ses agissements lui firent en déduire puisque, bien vite, la lumière ambiante céda la place à une pénombre quasi-totale. Seule la lune était encore là pour les éclairer paresseusement, mais autant dire qu'il partait avec un grand handicap.

Le félin était désormais nyctalope, lui non, évidemment. Tout ce qu'il avait, c'était une sphère éclairant aussi bien qu'une unique bougie. Autant dire qu'il n'irait pas loin avec ça. Ce fut à ce moment-là qu'un sentiment d'angoisse le prit. La pénombre, le silence, et cette bête qui rodait, rodait pour le tuer. Un coup bien placé, et c'en était terminé. Sa vie était sur le fil, plus qu'auparavant encore. L'avantage du terrain. Capital, et il le lui avait concédé, si facilement. Il fit apparaître son aura pourpre autour de lui, mais cela n'apportait aucune lueur véritable. Cependant, un possible effet secondaire, quelque chose auquel il n'avait encore jamais pensé. Peut-être que son aura pourrait l'avertir si quelqu'un pénétrait son périmètre ? Peut-être, peut-être pas, mais ça valait le coup d'essayer. Plus que de lancer des sphères partout en essayant désespérément de le toucher, à l'aveugle donc. Ce serait un concours de chance, et de rapidité d'exécution aussi. Enfin, de son côté. Pour celui de l'animal, plus un travail de finesse et de précision. Aucun des deux ne ressortirait indemne de cet échange en tout cas.

Il ne pouvait guère faire mieux qu'attendre pour le moment, attendre son assaut. Les secondes passèrent, peut-être même les minutes. Essayait-il de le faire craquer ? Dommage pour lui, il avait eu un doute qui avait germé en lui, une angoisse aussi idiote qu'éphémère, mais à présent, il campait sur ses positions, fermant les yeux, ne se reposant que sur ses autres sens et son aura. L'attaque vint finalement, dans son dos. Il l'avait ressenti, mais bien trop tard. Idiotie que de s'en remettre également à sa technique pour le détecter, c'était oublié que d'une part il ne l'avait jamais fait, d'autre part ce n'était que peu fiable. Cependant, cela lui laissa un court laps de temps pour se décaler, décaler sa tête, sa gorge peut-être, il n'avait aucune idée de la cible de l'animal. Sa mâchoire se referma sur l'épaule de l'albinos, ses griffes lui lacérèrent le dos, tandis que lui commença à basculer sous le poids de la bête. D'une roulade qui ne vint pas arranger son état, il se dégagea de son emprise. L'autre garderait dans sa gueule un souvenir de ce qu'il avait mordu, mais qu'importe désormais. Avant qu'il ne disparaisse à nouveau, il fallait tout donner., le mettre hors-jeu. C'est dans cette optique qu'apparut un énième cercle de rejet, face à la bête, de la largeur de la rue, et d'une hauteur suffisante pour s'assurer qu'il ne puisse sauter par-dessus le projectile envoyé. Une sphère fut libérée, bien plus grosse donc que toutes les précédentes jusqu'alors. Une consommation magique qui se faisait ressentir, mais il n'était plus à ça près.
 MessageSujet: Re: Le chat et l'albinos   Ven 28 Juin - 10:38

avatar
Damaz Elandez

Ajatar Virke

Click

[quote="Damaz Elandez"]

L'albinos et le chat




IJEEL & DAMAZ




Il tourne, prédateur à l'affut du moment parfait, rôde et épit, scrute l'adversaire de ses yeux mortifères. Excitation et sensation, plaisir de la chasse et de l'action, il attend, patiemment. Pas feutrés dans l'obscurité, prédateur à l'affut du moment parfait, il attend dans l'obscurité, attend en tournant autour de la souris piégée, il sent sa peur et son angoisse, il sent cet étreinte qui l'enlace, tension qui l'excite et le ravit, jeu qui lui plait et fait naître l'envie. Il ne veut pas le tuer, non... Simplement le blesser, le mutiler peut-être... Rien de bien méchant dans son esprit dérangeait, habitait des pulsions qui font frémir l'humanité. Un instant, le moment, le félin beige bondit sur l'adversaire, le projette au sol alors que les crocs claquent dans l'air, se referme sur l'épaule de l'albinos d'enfer, griffe qui lacère le dos dans un sursaut? Tressaute et saute alors qu'ils roulent sur le côté, que dans un mouvement inattendu l'autre réussit à se dégager, jeu qu'il pense gagner, jeu qui prend un tournant désespéré alors que la sphère écarlate se crée, qu'elle apparait immense et grandiose devant le félin maintenant acculé. Un grognement, feulement sauvage alors qu'il recul, peur qui envahit cette âme qui encule. Il recule, pas feutrés et mal assurés, grognements et feulement symbole de la tension désormais nait, fin qui semble s'approcher, il semblait que l'albinos allait gagner... Bien joué. Il tente de bondir, sauté sur le côté, trop tard elle l'a déjà percuté, explosion qui le frappe de pleins fouet, le corps animal se retrouve projeté contre le mur dégradé. Un silence qui succède au souffle, poussière qui brouille la scène et son action, un bruit sourd alors que la masse retombe au sol, inerte après le choc. Masse féline inanimée, éclair beige qui dans l'inconscient reprend la forme du minet, poils qui disparaissent face à la peau basanée, gueule qui se referme, âmes qui se scindent en deux moitiés, séparées. Divisées, magie quittant son corps alors que le néant la frappé, inconscience du minet qui ne savait jamais s'arrêter.

Il reste là un long moment, corps immobile dans une position morbide, étalé sur le côté, bras déboité d'après la position emprunté, corps mutilé alors que le sang suinte de divers plaies. Silence morbide qui s'abat sur la scène, puis un souffle qui renait, respiration lente et saccadé, mort apparente du corps que la conscience a déserté... Vivant malgré toute la violence déversée et ses excès. Pile ou face, jeu perdu, jeu gagné, jeu du hasard et du destin ? Temps qui continue de s'écouler alors qu'il est engloutit par son passé, aux portes de l'inconscience il revoit le désert et sa beauté, tourbillons d'image qui l'emporte dans les profondeurs oubliés, souffle saccadé qui diminue au fil du temps passé. Mort venant le happer ? Le sang continue de se répandre du corps désarticulé, choqué. Un soubresaut, vie qui éclate pour repartir, alors que le corps retombe au sol et chavire. Poupée de chiffon abandonnée, poupée cassé, déglinguée ? Un grognement qui s'élève, tourbillons d'images et de visages dans son intériorité, âmes dansantes et rayonnante dans son intériorité, souffle de vie refusant de le quitter, passion contre raison, le chat même inconscient n'était pas de ceux qui abandonnaient...

HJ : Je pense que tu peux clôturer dans ton prochain poste Wink

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Le chat et l'albinos   Sam 29 Juin - 17:30

avatar
Invité


Click


L'albinos s'était laissé emporter, totalement. Sa sphère ne lui apparut qu'après coup que beaucoup trop puissante. Il avait agi par réflexe, dans le but d'éliminer cette menace qui, malgré tout, restait humaine. Il prit peur, voulut faire apparaître un cercle pour arrêter sa propre attaque, mais il était bien trop tard, déjà la sphère atteignait le félin, dans une déflagration dont lui ne ressentit que le souffle. Un nuage de poussière masqua le résultat, mais il l'avait touché, il le savait. Et ce n'était pas pour lui plaire, loin de là. Son imagination vagabondait, lui faisant percevoir dans ce nuage la silhouette d'un cadavre, couvert de plaies, de sangs, désarticulé. La fée avança, péniblement, se rapprochant de son adversaire, oubliant toute prudence, ne pensant pas que tout ça pourrait être un piège. Il devait vérifier son état, l'inconnu n'avait pas le droit de mourir. Supplications adressées à qui voulait bien l'entendre, mais dans cette rue, ils étaient toujours seuls, tous les deux. Ijeel se tenait l'épaule, et s'en voulait presque de compatir pour cet homme qui lui en avait tant fait baver.

La fée se tenait à présent à côté du corps du minet, qui était dans un piteux état. La sphère l'avait bien frappé de plein fouet, seul cela pouvait le justifier. Le mage ne voyait plus la poitrine de l'homme se soulever, signe apparent que toute vie l'avait quittée. Il sentait quelque chose monter en lui, alors qu'il tombait à genoux aux côtés du supposé cadavre. Répugnance. Dégoût. Aversion. L'albinos ne ressentait que cela à son propre sujet, approchant une main tremblante vers celui qui, il y a une minute, vivait encore. Il avait envie de hurler, de s'excuser, mais à quoi bon ? Il ne se souciait plus de sa souffrance, ni même de ce que cet homme lui avait fait, non, seul restait dans ses pensées l'idée qu'il l'avait tué. Lui.

Soudain, un souffle. L'albinos écarquilla les yeux, ne parvenant trop à y croire. Le félin respirait, la vie ne l'avait pas quitté. Il soupira, soupira de soulagement, longuement, affichant par la suite un sourire un peu bête. Cependant, certes le félin était vivant, mais il était hors de question de le laisser dans cet état. Bonté quand tu nous tiens... Enfin, lui-même était blessé, aussi n'allait-il pas se faire prier pour passer également un séjour à l'hôpital. Il était rare qu'un combat lui en demande autant, et même si cela l'avait bel et bien diverti, le résultat lui faisait regretter de ne pas avoir essayé de s'enfuir. Ce n'était pas ce qu'il appelait une victoire, pas quand son adversaire en venait à un point où il échappait de très peu à la mort. S'il ne l'avait pas tué, la sensation qu'il avait ressentie lorsqu'il pensait le contraire était restée gravée en lui. Ne jamais tuer. Il avait failli déroger à sa règle d'or. Enfin, si on excluait "toujours le moins d'efforts possible"... qui pour le coup avait bien été transgressée... Peut-être devait-il éprouver un peu de reconnaissance envers le félin pour lui avoir fait comprendre que, à trop s'emporter, il risquait un jour de commettre l'irréparable.
 MessageSujet: Re: Le chat et l'albinos   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le chat et l'albinos
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 5