Partagez | .
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?
 MessageSujet: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Ven 15 Mar - 23:40

avatar
Invité


Click



L’enthousiasme d’un enfant émerveillé par une nouveauté s’empare de moi tandis que Solis prend un ton solennel pour invoquer l’esprit stellaire. Je l’ai adoré dès que je l’ai vu, ce petit bout d’chou. Il incarne parfaitement une facette de moi, j’aurais pas pu rêver mieux pour compléter la famille de Solis. Mais alors le coup de la Boarding Party… Je l’ai regardé d’un œil mi-inquiet, mi-mort de rire, amusé par le concours de circonstance qui a poussé Obaba à subir son propre sort. Mais du coup, vu que je suis à l’origine de la clé, peut être bien qu’elle me déteste et qu’elle me fera payer une dette… Duh. La prochaine fois. S’il y a une prochaine fois, car vu comment Solis s’est carapaté sans demander son reste, j’ai des doutes là-dessus. Nous sommes parti en direction d’Harujion où nous devons trouver un bateau embarquant pour Ministrel. De là, il sera plus simple de rejoindre Désierto, probablement à l’aide d’un nouveau train. Tout ça risque de nous prendre des jours de voyage. Au moins un pour le bateau, un pour le train... C’est loin. Si loin que je n’y suis jamais allé. Pourtant j’ai déjà lu des bouquins sur Desierto et ça m’a l’air d’être un très beau pays. Eh bref, j’ai exposé les grandes lignes de la mission à Solis avant d’arriver à Harujion et il était déjà partant, donc maintenant que nous sommes sur le bateau…

« Alors voilà, en fait, on nous dépêche pour explorer un tombeau qui se trouve ici. » Je lui pointe une croix bien précise que j’ai tracée sur ma carte un peu usée. « Il semblerait qu’un artefact d’une puissance non négligeable y soit dissimulé. Notre boulot est de mettre la main dessus avant que des pillards insoucieux s’en chargent. » Sérieusement impliqué, je lève le nez de ma carte pour poursuivre « Le tombeau est celui d’un antique dirigeant de Désierto. Il ne fait pas parti du circuit touristique habituel car encore piégé, peut-être même scellé. Je ne sais pas comment les habitants réagiraient à une demande d’exploration. J’espère que ça ne posera pas problème. »

C’que je peux être… Blasant ? On n’est même pas près d’arriver que je suis déjà en mode professionnel, avec le briefing et tout le blabla. Sûrement que j’essaye de me changer les idées, mais pourquoi, bonne question. Réalisant cela, je plie ma carte avant de la ranger soigneusement puis j’entraine Solis à l’autre bout du navire, près de la proue

« Alors, Russel te plait ? Il m’a l’air attachant… Comme ça tu penseras à moi quand tu l’invoqueras. » Je ris légèrement avant d’ajouter « Dis dis dis, tu crois qu’on va bronzer à Désierto ? Ou bien qu’on va s’habiller comme les gens de là-bas avec des turbans et des écharpes de soies pour se protéger du vent sablé du déseeeert ? Ca a l’air trop méga cool tout ça ! »

Et me revoilà en train de débiter mon flot habituel d’absurdités sans m’arrêter jusqu’à l’arrivée à Ministrel. Comme il est tard, nous décidons de nous arrêter à un hôtel pour reprendre la route demain. Pour être franc, j’ai eu un coup de cœur pour un hotel qui semble moyennement grand mais très familial et avec de la cuisine locale à base de fruits de mer et compagnie. Je pousse Solis à l’intérieur sans m’intéresser au prix, je payerai en douce quand on partira. Nyah…

« Plus qu’une chambre vous dites ? »

Bon bah tant pis, elle est double donc c’est pas un souci, pas vrai Solis ? Je le regarde en haussant les épaules, je ne pense pas que ça le dérange vraiment. Remarque, je crois que Solis sait que je suis gay… Flûte. Au pire si ça le gêne je dormirai dans le canapé, moi je m’en fiche complètement de tout ça. Tout enjoué par la découverte de Ministrel, c’est comme une fusée que je fonce jusqu’à notre chambre pour y déposer mes affaires et prendre une douche avant de laisser la place à Solis. Puis, comme je ne tiens pas en place, je laisse une notice sur le lit à l’attention de Solis. Rejoins-moi dans… que je commence à gratter du bout de mon stylo avant de quitter la chambre pour prendre les escaliers. Vite vite je file dans les escaliers pour descendre jusqu’au fameux lieu. Les employés sont très sympas et accepte immédiatement mon idée. Héhé, ils doivent pas avoir de Weekly relatant mes exploits ici, et c’est tant mieux. Je pique une toque à un chef cuistot pour le style et je commence à trifouiller de ci de là, ça dans la poele, ça pour saupoudrer et puis tout qu’est-ce qu’il me dit le gentil cuisinier qui rigole bien jusqu’à ce que…

« Non pas ça !! »

Un magnifique « SCHPOOF » d’explosion sonore se fait entendre tandis qu’un mini champignon de fumée digne d’une bombe nucléaire s’échappe de ma poêle. Maiiiiiis… Je tousse en repoussant la fumée violette des mains avant de réaliser que Solis est déjà là… Et flute, mon talent culinaire est découvert. D’une mine boudeuse, j’annonce déçu

« Je voulais apprendre à cuisiner le plat du jour pour que tu goutes mais… »

Mais le facteur blond numéro 2 est entré en jeu. Zut de flûte.

 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Sam 16 Mar - 15:03

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

Suite à leur petite fuite, ils avaient filé jusqu'à Harujion sans regarder derrière. Là bas, Miku avait prévu un bateau jusqu'à Minstrel, où ils prendraient un train pour Desierto. Bon, le truc bien, c'était qu'il assurait niveau logistique... Solis avait quelques soucis dans le domaine, et il préférait qu'on le conduise clairement à un endroit, ou alors qu'on lui donne un plan clair net et précis, au centimètre. Pas pour qu'il avait Pyxis après tout...

Le blondinet se réjouissait d'un nouveau voyage avec Miku. Qui plus était, il n'était jamais allé jusqu'à Desierto. Le maximum avait été Joya. Là, c'était l'occasion de découvrir un nouvel endroit. D'autant qu'il n'en savait pas grand chose. Juste que ça devait vaguement ressembler à un bac à sable très gros modèle. Mais Miku semblait tenir la barre. Il sortit une carte parcheminée par les années.

Alors voilà, en fait, on nous dépêche pour explorer un tombeau qui se trouve ici. Il semblerait qu’un artefact d’une puissance non négligeable y soit dissimulé. Notre boulot est de mettre la main dessus avant que des pillards insoucieux s’en chargent.

Et bah, le voir aussi sérieux, ça choquait presque. C'était presque comme imaginer Cassiopée en robe à fleur avec des couettes. Fin à la limite, Cassy ferait peur dans cette tenue, avec Miku, c'était plus le genre agréable surprise.

Le tombeau est celui d’un antique dirigeant de Désierto. Il ne fait pas parti du circuit touristique habituel car encore piégé, peut-être même scellé. Je ne sais pas comment les habitants réagiraient à une demande d’exploration. J’espère que ça ne posera pas problème.

...On va encore faire des coups en douce dans le dos d'habitants locaux...? Tu crois que faire sauter la lune leur suffira à ceux là...?


Oui, bah ils avaient pas intérêt à remettre le pied sur Galuna dans l'immédiat, après que l'autre fou furieux ait cru qu'ils avaient fait sauter la lune comme prévu. Dans un désert, ils devraient peut être compter les grains de sable...? Fin, ils avaient plus de chances de réussir à compter le quartz du désert que de détruire la lune... Quoi que... Vu leur taux records de bêtises... Miku replia rapidement la carte, le briefing fait. Bon, Solis avait une vague idée de ce qu'il y avait à faire. Vu que l'artéfact était magique, Pyxis pourrait sans doute le repérer et leur donner une direction approximative, pour qu'ils sachent vers où aller. Les ruines antiques avaient la fâcheuse tendance de ne pas être fléchées, et de ne pas se contenter de faire juste un couloir normal avec des salles normales autour. Nan, c'était escalier sur escalier, labyrinthes, culs de sacs, intersections qui se rejoignent toutes sans qu'on comprenne comment... Une vague idée serait déjà pas mal.
Miku l'emmena près de la proue du bateau. Solis aimait ça. L'air marin qui filait, chargé de sel et d'iode.

Alors, Russel te plait ? Il m’a l’air attachant… Comme ça tu penseras à moi quand tu l’invoqueras.

Ce ne serait pas un esprit stellaire, je penserai que c'est toi qui l'a fait, c'est tout toi comme tu pourrais l'être à son âge. Après tout, vous vous êtes tout les deux jetés sur Obaba sans réfléchir... Et le sort était bien ton genre aussi... Un genre de mini Miku en fait.

Dis dis dis, tu crois qu’on va bronzer à Désierto ? Ou bien qu’on va s’habiller comme les gens de là-bas avec des turbans et des écharpes de soies pour se protéger du vent sablé du déseeeert ? Ca a l’air trop méga cool tout ça !

Bronzer, sans doute, dépend du temps qu'on met à accéder au tombeau... Après ce sera sans doute sous terre, mais avant oui. En plus, c'est bon pour les cheveux. Par contre, sais pas si un turban m'irait, faudra en essayer pour voir...


Du coup, ils bavardèrent le reste de la traversée. C'est fou comme deux blonds, ça peut parler de tout et de rien, allant d'un concours de "kwak" à un débat sur le fait que oui ou non cette mouette allait s'écraser. Le temps qu'ils arrivent à Minstrel, le jour tombait, aussi ils prirent la décision de passer une nuit à l'hôtel. Miku en choisit un et rentra rapidement, sans trop regarder la carte des prix. Solis haussa très légèrement un sourcil, il y avait baleine sous gravillon. M'enfin, Miku était pas du genre à le piéger, il devait être parano.

Par contre, visiblement, il y avait du monde en ce moment.

Plus qu’une chambre vous dites ?

Solis vit Miku lui hausser les épaules, et répondit de la même manière. Il n'avait pas grand chose à y redire. Après tout, il était près à lui confier sa vie, ils étaient majeurs, ils n'allaient quand même pas bouder pour ça, si? Puis dormir avec quelqu'un avait toujours une note réconfortante. Bon, sauf si c'était dans un cachot sombre, froid, humide, avec pour la dite personne un geôlier bedonnant qui ronflait, mais ça c'était l'exception qui confirmait la règle. En plus, c'était une chambre double, donc impec.
Miku fila posa rapidement ses affaires, avant de filer à la salle de bain. Solis en profita pour poser ses affaires, s'étirer après la traversée en bateau, et regarder un peu le paysage depuis leur fenêtre. Il n'était jamais venu à Minstrel non plus, donc c'était l'occasion de voir à quoi ça ressemblait... Miku ressortit rapidement, les cheveux encore mouillés, mais déjà ébouriffés, laissant la place à Solis.

Celui ci prit place à son tour dans la salle de bain, prenant une rapide douche pour se désaler. Il sortit en portant un simple pantalon, trouvant Milena assise par terre.


Tiens, t'es là le méchant vilain?

C'est ma chambre d'hôtel, et c'est moi qui ait ta clé, donc oui...? Minute, où est Miku...? Tu ne l'as quand même pas...

Nan, Miku il est gentil! Il jouera au prince avec moi. Il a laissé un bout de papier pour toi.

Ah? Donne voir...

Nan, tu devras gagner à pierre papier ciseaux avant!

Solis soupira. Mais essayer de raisonner la demoiselle était inenvisageable. Il enfila rapidement un haut, puis s'essaya au jeu de l'esprit. Il avait pas le choix de toutes façons. Il finit par gagner. Ce qui ne plut pas DU TOUT à Milena.

T ES MECHAAAAAAANT

Milena, on a joué, le papier maintenant s'il te plait.

NAAAAAN! Je vais le dire à Miku!

La petite fille fila, le papier à la main.

Milena ici!

D'un autre côté, si elle allait se plaindre à Miku, elle allait fatalement le mener à lui. Donc il ne ferma pas la porte, se contenta de suivre la gamine vagissante. Elle le mena vers la cuisine de l'hôtel, où elle disparut au détour d'un couloir. Bon... Tant pis, il demanderait aux chefs s'ils l'avaient vue. Le blondinet passa la tête à l'intérieur.

Bonjour...?

Solis remarqua soudain Miku devant des casseroles, une toque sur la tête.

Miku...?

Non pas ça!!

La casserole explosa. Son contenu partit dans tout les sens. Solis avisa une masse non identifiée qui lui fonçait dessus. S'armant de la plus proche poêle à frire, il swinga pour dévier la masse. Un des sauciers leva les bras en criant Home run.
Miku se débattait avec la fumée mauve qui se dégageait de la casserole partiellement fondue. Il remarqua alors que Solis se tenait là, sa poêle tordue à la main.

Je voulais apprendre à cuisiner le plat du jour pour que tu goûtes mais…

Devant son air tellement dépité, Solis ne put s'en empêcher. Il éclata de rire. Complètement, pleinement, totalement, un fou rire instopable. Il étreignit le blondinet avec sa toque. Il n'y avait que lui pour arriver à de tels résultats. Et ça partait d'une si gentille attention. La vie avec Miku était très haute en couleur. Pourtant, dans son câlin, Solis cessa soudain de rire et pâlit. Dans son allégresse, il avait oublié ce qu'il était venu faire ici à la base. Milena se tenait assise sur un placard, au dessus d'une soupière. Elle le regarda avec un air machiavélique. Puis ouvrit la paume de sa main. Une poignée de dragibus tomba vers la soupière....
Gardant Miku contre lui, Solis fuit rapidement. Il y eut un grand SPROTCH dans la cuisine, suivi des hurlements de rage du cuisinier. Woups. Bon, bah... Tant pis pour la soupe du jour hein.

Ahm, je propose que soit on remonte dans la chambre, et qu'on se contente de commander, soit qu'on aille manger dehors, mais je crois qu'ils voudront plus nous en cuisine...

Il y avait toujours des restaurants près des hôtels, ils trouveraient bien de quoi faire. A condition que Miku se tienne loin de fourneaux bien sûr. Solis sentit ses lèvres se trémousser à cette idée. Huhuhu, ne pas rire encore, ça pourrait en devenir vexant. Mais la tête que faisait Miku à cet instant... Entre le dépit, l'enfant pris en faute, et la surprise... Nyuhuhuhu...

Autant peut être aller manger à l'extérieur, on en profitera pour regarder un peu à quoi ça ressemble Minstrel

Ils se promenèrent un moment dans les rues dallées, s'arrêtant de ci de là devant une boutique qui était jolie, essayant chapeaux, lunettes de soleil... Ils finirent pas dégoter un endroit où manger en paix, et surtout de façon sécurisée. ...Huhuhu... Non, pas bien, faut pas rire... Mais il était si mignon sur le coup...
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Mer 20 Mar - 19:27

avatar
Invité


Click



J’espère bien que Solis est du genre à avoir du souffle, parce que vu comment il rit, il est bien parti pour mourir étouffé, ou à terre avec une crampe aux abdominaux. Pas juste. Je croise les bras, frustré, mais Solis vient me consoler dans son fou rire et sa proximité me contamine. Jusqu’à ce qu’un éclair de frayeur le traverse. Et là seulement, je remarque la présence de l’esprit céleste qui nous mène à la fuite des cuisines. Ca fait beaucoup de fuites dis donc, Solis est un habitué faut croire. Il semblerait que les cuisiniers nous boudent pour de bon, Milena a pourri leur groove. Une petite pensée pour ma maman qui m’a toujours interdit d’approcher les cuisines de près ou de loin, il faut toujours écouter sa maman. J’ai tout juste le temps de voir un maitre avec sa toque frapper avec un air particulièrement machiavélique deux brocolis entre eux comme pour les assomer… Je suppute que c’est nous, les brocolis, et cette métaphore si subtile une expression de sa haine envers la race blonde. Finalement, déguerpir, c’était pas une mauvaise idée. En plus, je crois me souvenir que l’utilisation de magie est plutôt mal vue ici… On dira que c’est pas nous, au pire. On peut facilement passer pour des abrutis trop bêtes pour comprendre comment ouvrir une porte, alors jeter un sort…

« Ahm, je propose que soit on remonte dans la chambre, et qu'on se contente de commander, soit qu'on aille manger dehors, mais je crois qu'ils voudront plus nous en cuisine... » Il ajoute bien assez tôt « Autant peut-être aller manger à l'extérieur, on en profitera pour regarder un peu à quoi ça ressemble Minstrel. »

Je me contente d’acquiescer sans bruit, encore un peu contrarié par cet incident. Gêné d’avoir posé problème ? Absolument pas, mon égocentrisme m’en préserve. Je suis surtout frustré par la malchance culinaire, c’est pas possible, j’ai dû être maudit à la naissance ou quelque chose du style. Du genre, un de mes ancêtres blonds a peut-être offensé un dieu de l’entrecôte qui a condamné ses enfants à être mauvais à tout jamais. Faudrait que je demande à papa. Fort heureusement, l’amusement de Solis me contamine rapidement, et je me prends au jeu du touriste, fasciné par les bâtiments, piégé dans les attrape-nigauds. Après avoir mis un chapeau de caporal sur la tête de Solis, je me suis faufilé en douce un peu plus loin dans un magasin pour l’attaquer par surprise.

« Paprika ! Je suis le capitaine Sparrow ! »

Tellement stylé ce bandana de pirate que je l’ai même acheté suite à nos blonderies. Ensuite, on s’est pressé de trouver un endroit où manger, parce que bon, voilà hein ! Notez quand même que Solis avec des lunettes de soleil, c’est trop trop drôle, on dirait un peu une star de cinéma. Le truc super étonnant à Minstrel, c’est qu’il y a très peu de lacrima. Y’en a, bien sûr, mais l’utilisation de magie comme de matériel magique semble assez… restreinte. De ce que j’ai compris des habitants locaux, à moins de travailler dans le militaire ou d’être religieux, il est strictement interdit d’utiliser la magie. Ah ben ça… C’était pour ça, ces regards à l’hôtel. Par chance, il faut croire qu’ils sont gentils avec les touristes vu qu’on vient d’arriver, mais faudra faire attention. Surtout avec des pouvoirs aussi imprévisibles que ceux de Solis et moi-même… Enfin bref, installés à une table par une charmante serveuse, nous continuons de parler et de tout et de rien jusqu’à ce que…

« Qu’est-ce que je vous sers ? »

Si la serveuse est cendrillon, voici la gérante belle-mère. Une tête à faire peur sans le faire exprès, la pauvre, ça doit pas être facile à vivre tous les jours ça. Du coup, après avoir commandé je regarde mon ami de Lamia Scale avec un drôle d’air avant de lancer

« Dis, elle te fait pas penser à Obaba un peu ?.. »

J’ai failli ajouter qu’elle était juste plus maigre, puis je réalise que rien que cette question est une prise de risque. Les murs ont des oreilles, et je dirais même qu’ils ont les oreilles d’Obaba. Je fais les gros yeux devant ma platée de… trucs, y’a pas d’autres mots. Tout plein de trucs qui viennent de la mer mais qui ont l’air bon et exotique. Par exotique, j’entends ces plats douteux par leur originalité, mais si hors du commun que vous espérez au fond de vous qu’ils sont bons quand même. Bon, je suis mauvaise langue, c’est vraiment très bon ! Mais alors le must, c’est le dessert… J’ai pris le big size grand modèle X-tra large. Oh yeah, pour vous mesdames messieurs voici voilà l’énormissime, le géantissime…

Spoiler:
 

J’adore !


 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Ven 22 Mar - 20:32

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

La boutique de chapeau avait laissé place à une bataille navale sans eau, chapeaux et bandeaux enfoncés sur la tête. Bon, ils avaient déjà fait bien mieux, dans une tenue plus adéquate, avec de l'eau et Carina en supplément, mais ils avaient pas de chapeaux sympas sous la main. Miku l'avait complimenté sur les lunettes de soleil, mais Solis restait sceptique quant au fait que ça lui aille vraiment. M'enfin, si Miku trouvait que ça lui allait bien, il gardait, il en faudrait de toutes façons pour Desierto. Ils firent une quinzaine de boutiques, regardant, touchant (cassant...), et achetant pas mal de bêtises. Bah encore qu'ils étaient pas en voyage pour le plaisir, ils auraient ruiné la moitié de la ville, et rendue riche l'autre moitié. Habitants, choisissez bien votre côté...

Bon, par contre, les gens risquaient de pas trouver ça drôle. Ils étaient un peu... coincés du bocal. Contrairement à Fiore qui était pas mal laxiste sur l'usage de magie, Minstrel semblait mettre un veto sur tout ce qui possédait la moindre étincelle magique si c'était pas clairement cadré et défini par les lois en vigueur. Ouik. Vu les petits soucis de euh... "contrôle magique" que Solis avait avec son embarrassante famille, il aurait de la chance s'il finissait pas en prison avant la fin de la nuit. Breeeef...

Ils finirent par se dégoter un petit restaurant à l'allure sympathique. Le genre petit truc conviviale. Ils furent attablés par une jolie jeune femme au sourire charmant. Solis se saisit de la carte, commençant à la parcourir, en commençant par son étape favorite, le dessert.

Qu'est ce que je vous sers?

Le blondinet, prêt à aimer tout le monde devant une si jolie liste de desserts, baissa la carte.

Eeeeeergh.. arrut eur teuh...

Il tenta de cacher son cri de panique sous une toux discrète. La gérante était... euh... comment dire... Euh... Du genre à faire peur, sans faire exprès. Vous savez, le type tellement vieille qu'on jurerait qu'elle est une preuve biologique que les dinosaures ont jadis peuplé la terre? Ou alors, crème de nuit périmé, alors que la retraite aurait dû déjà venir y a 50 ans. Brrr. Il passa commande. Une fois la vieille partie, Miku se pencha vers lui, un air de conspiration dans les yeux.

Dis, elle te fait pas penser un peu à Obaba...?

Solis s'étouffa dans son verre d'eau.

Pas faux... Mais c'est pas le genre de sujet qu'on aborde à table si tu vois ce que je veux dire...

Tablée qui fut remplie par un colossale plateau de fruits de mer en tout genre. Plutôt bien assaisonnés et cuits, la plupart avaient un goût sympa. Bon, par contre, un bigorneau, c'était aussi moche que mauvais, plus jamais. Leur monstrueuse platée terminée, ils passèrent à la partie suivante du repas, leur favorite, LE DESSERT. Ils avaient pris des glaces à l'eau de mer. Vraiment bizarre au goût. C'était salé... Et pourtant sucré... Puis c'était la classe, la glace se neigeait dessus. Du coup, ils suçotèrent en gazouillant leurs glaces. Miku anima le repas en bavardant. Solis eut l'occasion de beaucoup rire. Miku était plus ou moins la seule personne à réussir à le faire rire comme ça. La seule personne a vrai dire à le faire rire simplement et purement. Bon, y avait des moments comiques à la guilde, ou avec les esprits (y avait pas QUE des choses négatives avec eux, y en avait beaucoup, mais pas que). Avec lui, les choses étaient juste plus simples et drôles.

Pourtant, dans les abysses, un complot se tramait, venant entacher la jolie toile de fond du blondinet. Il le repéra sous la forme d'un regard pesant sur sa gauche. Son entraînement de mage lui permettait de sentir les situations tendues et dangereuses... Il jeta un discret coup d'oeil, ne voyant rien qu'une femme seule avec son menu levé à la table au fond. Il releva sa glace, dissimulant la femme, et celle ci baissa sa carte. Il baissa la glace pour la voir, mais elle releva la carte. Il releva la glace, elle baissa la carte. Il baissa elle releva. Il releva elle baissa. Il baissa elle rerereleva. Il releva elle ne bougea pas. Hanw... Pourtant, il reconnaissait bien le chignon qui dépassait du haut du menu... Et ce châle qui dépassait à droite de la carte... Non... Pas elle. Mais qu'est ce qu'elle faisait ici...? Elle ne les suivait quand même pas depuis...?

Le blondinet appela la vieille gérante. Il commença par payer le repas rapidement, avant de lui demander de se pencher.

Vous voyez la vieille dame là bas?

Oui et donc?

En fait, c'est son anniversaire, mais elle est seule, alors je me demandais si...

T'inquiètes mon chou, on fait ça tout les jours... Combien de bougies?

Euh, 116, à une ou deux dizaines près...

Solis patienta rapidement. Lorsqu'il vit une troupe de serveur assaillir la table de la vieille femme, il prit Miku par le poignet.

Filons vite, je t'expliquerai en route

Les deux blondinets détalèrent dans l'air nocturne, tandis que derrière eux résonnait un "Joyeux Anniversaire, Soufflez toutes vos bougies, Si jamais c'était le notre, on soufflerait aussi!". Problème réglé, le temps qu'Elle Se sorte de là, ils seraient là.

Il ne leur restait pas des masses de temps de toutes façons. Ils avaient encore pas mal de transport, donc ils se dirigèrent doucement vers l'hôtel. Le lendemain serait une longue longue et périlleuse journée. Aussi il valait mieux s'accorder une bonne nuit de sommeil...
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Mar 26 Mar - 14:44

avatar
Invité


Click


Ice cream, lalala, à l’eau de mer, toubidouwa. Complètement inconscient de ce qui se passait, je déguste mon dessert dans la joie la plus enfantine sans me douter de la tournure qu’allaient prendre les évènements. Ma glace à la main et l’autre empoignée par Solis, je sautille pour ne pas trébucher suite à l’élan qu’il me donne et m’empresse de rétablir mon équilibre pour courir derrière lui.

« Mais, mais… J’ai fait quoi encore ? Han je sais, c’est pour payer sans que je râle, hein, hein ? »

Mais l’empressement de Solis est sincère, aussi je poursuis ma course sans demander mon reste. Finalement, arrivés à l’hôtel, ça m’est déjà sorti de l’esprit et je me suis endormi comme une loque, plongé dans ce sommeil si lourd spécifique aux gens qui, comme moi, sont de véritables piles électriques toute la journée. Faut bien recharger les batteries, namého. Je ne sais plus de quoi j’ai rêvé, mais je n’ai rouvert l’œil que lorsqu’un rayon de soleil est venu me titiller le museau. Dans un grommellement je passe la tête sous mon oreiller avant de tiquer quelque chose de louche. J’ouvre un œil, observant autour de moi avant de trouver un Solis, mi-figue mi-raisin, déjà presque prêt à partir. Je tourne l’œil, soucieux d’économiser mon énergie en gardant l’autre fermé, jusqu’à l’appareil machin qui indique l’heu… Oooohtarie.

« LE TRAIN ! »

Que je m’exclame en me redressant en position assise d’une traite. Han lamantin d’Afrique du Sud. Solis aurait-il eu peur de me réveiller ? Il est un rouge, gêné ? J’en sais rien, je ne prends pas le temps d’identifier ce qui se passe autour de moi, j’espère juste ne pas avoir fait de boulette au cours de la nuit, me connaissant. Je saute du lit toujours en boxer pour rejoindre tel une tornade la salle de bain. J’attrape au passage de quoi m’habiller, jetant la ceinture dans le vide au passage

« Tiens moi ça Axel, juste deux secondes ! »

Mais bien sûr. Axel, dans un fou rire innommable regarde l’objet le traverser avant de finir lamentablement par terre. Moi, trop pas réveillé et trop pressé, je ne remarque même pas, et je suis loin de me douter que Myde est également mort de rire dans son coin. Exactement deux minutes et trente-sept secondes plus tard, je sors lavé, réveillé, préparé, coiffé et tout habillé, un peu négligé quand même vu ma rapidité. Je m’attarde alors sur quelques détails puis lâche enfin

« C’est bon, on peut y aller ! »

En sortant dans la pièce sous le regard amusé de Solis. Et puis je réalise. Je fais demi-tour, j’enfile mes chaussures, et nous ressortons cette fois ensemble. C’est pas drôle, j’aime pas le matin. Au rez d chaussée, je chope une pomme pour croquer dedans toujours hyperactif. Des fruits et biscuits facile à transporter, hop, j’attrape, dans le sac. J’espère que Solis a déjà mangé, je me demande combien de temps il m’a laissé dormir… Je paye l’hôtel – haha je t’ai eu – et nous pressons le pas en direction de la gare. Ce n’est qu’une fois dans le train que je m’autorise à souffler un grand coup et reprendre un rythme biologique normal.

« Fiuh, eh bah, quelle course contre la montre… Fallait me réveiller ! M’enfin, désolé. J’suis un vrai pacha une fois dans un lit… »
Ah bah ça. Un pachyderme ouais.
Tch.


Débarquer à Désierto, c’est un peu comme arriver dans un fourneau. A peine sorti du wagon, on sent la chaleur contrastant avec la climatisation du train, cette chaleur qui signe notre arrivée au bon endroit, sous le soleil tapant et l’architecture typique des pays chauds. Petites ruelles ombragées, bâtiments équipés contre le sable… Remarque, cette ville semble très colorée, elle me plait. Dommage que la mission ne se déroule pas ici.

« Uhm, faut qu’on retrouve un guide pas loin qui a accepté de nous mener jusqu’au ruine. Il a dit qu’on le reconnaitrait facilement parce qu’il est accompagné de ses bestioles. » Par bestioles, il entend probablement des chameaux, non ? Hé mais au fait « Et d’ailleurs, c’était quoi cette diversion au restaurant hier ? »

 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Ven 29 Mar - 17:03

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

Arrivé à l'hôtel, Solis put enfin respirer. Ils ne semblaient pas avoir été suivis, la ruse de l'anniversaire au resto avait marché. Comment avait Elle pu finir ici...? Puis pourquoi en plus...? Fin de toutes façons, ils étaient à l'abri ici. Puis il était tard, l'heure de se mettre au lit. Solis se déshabilla rapidement, ne gardant qu'un boxer avant de se couler dans le large lit double, suivi par Miku. Il n'avait pas eu l'air de trop percuter pour l'incident du restaurant, tant mieux. Il n'avait pas besoin de savoir qu'Obaba était un tel fléau.
La chaleur de Miku irradiait dans le grand lit. Certes, il n'atteignait pas la température volcanique du Lupus, mais il n'était pas frais non plus. Radiateur. Sur ces bonnes pensées de flux de chaleur et de transferts entropiques, Solis s'endormit doucement, bercé par la lente respiration de Miku dans son dos.



Sommeil qui fut de courte durée. La formation de mage, blond qui plus est, avait un grand avantage. On voyait le pire partout. Et c'est ce qui réveilla Solis, la soudaine sensation que quelque chose ne tournait pas rond dans cette chambre. Il s'appliqua à ne pas changer la fréquence de sa respiration, pour ne pas marquer son éveil. Première constatation, la chaleur de Miku n'était plus là, il y avait un vide derrière lui. Or, pas de lumière pour ce qu'il pouvait voir, donc le blondinet n'avait pas du se lever pour aller aux toilettes. De plus, il y avait du bruit. Pas du vacarmes. Non, le bruit ténu de quelqu'un qui se promène dans la pièce en déplaçant et touchant des objets. Quelqu'un fouillait leurs affaires...? Mais pourquoi...? Ils n'avaient rien de particulier. Solis avait bien fait attention à mettre ses clés sous l'épais oreiller pour les garder à portée de main. Et où était Miku? Est ce qu'il avait pu lui arriver quelque chose s'il s'était réveillé plus tôt en entendant cet intrus? Il fallait réagir.

Solis attendit soigneusement que les bruits de pas soient le plus proche de lui. Puis il bondit, une étoile dans le creux de la main. Avant de se figer, l'air ahuri. Devant lui se tenait tout naturellement Miku. Debout. En boxer. Armé d'une serviette. Les yeux fermés. Allons bon, qu'est ce que...? Miku, totalement imperméable au lever brusque de son ami, continua sa petite marche, se dirigeant vers la table de chevet. Il souleva alors soigneusement chaque objet posé dessus, qu'il dépoussiéra avec sa serviette, avant de lustrer la petite table. Puis il réarrangea soigneusement les objets dessus. Le tout les yeux fermés, la respiration apaisée, et presque nu. Il était somnambule...? Hanw... La glace. La glace bizarre à l'eau de mer. Bah pour un effet original des "sucreries" avant de dormir, là, ils avaient le gros lot. Après avoir fini avec la table basse, Miku grimpa sur le lit, commençant à nettoyer le lustre. God, il devenait un somnambule maniaque en dormant après une glace à l'eau de mer...? Solis ne savait même pas trop comment réagir à ça. Il avait affronté des grosses bêtes, vaincu des méchants pas beau, sauvé des gens. Mais gérer un somnambule sous substance originale, qui avait décidé de briquer à fond leur chambre, là franchement, il séchait.
Quand il eut terminé avec le nettoyage, Miku mis soigneusement la serviette dans le bac prévu à cet effet, avant de filer ouvrir la valisette de Solis. Il sortit alors un à un ses vêtements, les défroissant et les repliant soigneusement. Franchement, ça avait une dimension surnaturelle... Non, pas le nettoyage. Qu'il se déplace comme ça à l'aveuglette. Fin ils y avaient passé au mieux 30mn pleines en tout et pour tout. Et pourtant, chacun de ses mouvements était parfait. Un génie qui s'ignorait. Ou un autre effet pervers de la glace...?

Bon, alors... Normalement, il ne fallait pas réveiller un somnambule, pour éviter de le désorienter mentalement... Euh... Bah... Solis, armé de son étoile comme lumignon, prit doucement Miku par la main, en pleine action pliatrice. Un léger grognement s'échappa de ses lèvres.

Chut... Il faut retourner te coucher Miku...

Très doucement, Solis fit se relever Miku, avant de le rediriger vers le lit, se contentant de petites inflexions sur les épaules et les hanches pour le diriger. Mieux valait éviter un contact trop fort prolongé pour le ne pas le réveiller. Il réussit à refaire se coucher le blondinet, puis replaça la couverture sur lui. Sa respiration n'avait pas changé d'une note, il devait avoir un sommeil de plomb pour être si peu sensible à ce qui se passait. Bref...
Solis bailla. Il était encore tôt, il avait encore droit à un peu de sommeil avant de devoir se lever. A condition que Miku ne se relève pas. Combien de temps ça pouvait bien faire effet une glace du genre...?



Solis se réveilla finalement avec les premiers rayons de soleil. Ou plutôt, il fut ébloui par le soleil se reflétant sur la table de chevet rendue impeccable au cours de la nuit. Pas grave, il était l'heure de toutes façons, s'ils voulaient arriver à la gare à temps. Solis se leva doucement, s'étirant soigneusement sous les premiers rayons de soleil. Il adorait s'étirer, se dérouiller. Mais pour ça, rien ne valait une douche. Il regarda Miku toujours endormi. Puis il décida de le laisser dormir encore un peu. De toutes façons, le temps qu'il prenne sa douche, le blondinet pouvait grapiller du temps.

Sortant de la douche, habillé avec ses vêtements tout défroissés par la main malicieuse d'une glace à l'eau de mer, Solis sortit de la salle de bain, peu de temps avant que le soleil n'atteigne Miku. Se plaçant à genoux aux pied du lit, il se pencha soigneusement, collant son nez à celui du blondinet au bois dormant. Lorsque la lumière le toucha, il commença à se tortiller en geignant doucement. Puis il tenta vaguement d'ouvrir un oeil, tombant nez à nez avec Solis. Huhu, ça perturbait toujours les gens. Rien de tel pour sortir la marmotte de son terrier. Mais ce qui fit vraiment bondir Miku, ce fut la vision de l'horloge...

La suite fut assez confuse. Miku jaillit du lit comme un diable de sa boîte, attrapant une poignée de vêtements au passage, avant de filer dans la salle de bain, donnant des instructions à on ne savait trop qui. Effets euh... tertiaires de la glace...? Bref, en un temps records, ce fut un Miku nettoyé récuré habillé shampouiné coiffé qui sortit de la salle de bain.

C’est bon, on peut y aller !

Du calme, du calme, on a le temps...


La tornade Miku sortit en trombe de la pièce. Avant de revenir lentement reprendre ses chaussures. Oulà, c'était pas gagné pour le matin... Au rez de chaussée, Miku attrapa rapidement de quoi manger. Ahlala, il paniquait vraiment... Vrai qu'ils n'étaient pas en avance, mais à moins qu'il ne tombe dans l'escalier... Ce qui pouvait potentiellement arriver s'il ne songeait pas à nouer ses lacets d'ailleurs, ils seraient à l'heure. Solis chipa rapidement quelques bricoles et viennoiseries, ils mangeraient dans le train.

Une fois dans le train, Miku se raplatit aussi sec, reprenant un volume normal, et recommençant surtout à respirer. Ils arrivèrent plus juste que ce que Solis avait calculé. Mais bon, lui et la logistique...

Fiuh, eh bah, quelle course contre la montre… Fallait me réveiller ! M’enfin, désolé. J’suis un vrai pacha une fois dans un lit…

Oh non, pas après la nuit que tu... as passé, tu avais l'air mal installé.

Oui, non, finalement, il n'aborderait pas le passage de la crise de la glace à l'eau de mer. Il n'avait pas besoin de le savoir... Huhu... Par contre, il avait eu de la chance que Solis le remette au lit. Il lui faudrait avoir quelqu'un à proximité à chaque fois qu'il en mangerait...




L'arrivée à Desierto se fit dans une chaleur... prenante. Urf. Solis n'aimait pas plus que ça l'effet four. Il équipa ses récentes lunettes de soleil. La ville était jolie et colorée, mais boudiou, les gens faisaient comment pour lutter contre cette chaleur...? On avait l'impression que l'air allait tomber en poussière d'une seconde à l'autre. Heureusement qu'ils avaient des gourdes... Mais il leur faudrait en acheter d'autres, là ça suffirait pas. Paradoxalement, il aimait le sable, et le soleil qui brillait dessus. Juste que la température était un peu trop élevée. 50°, c'était franchement pas idéal pour un blond moyen. Encore qu'avec l'albedo des cheveux clairs...

Uhm, faut qu’on retrouve un guide pas loin qui a accepté de nous mener jusqu’au ruine. Il a dit qu’on le reconnaitrait facilement parce qu’il est accompagné de ses bestioles.

Aucune idée, je suis pas très rôdé en faune étrangère. Pour moi, tout peut plus ou moins correspondre à une bestiole...

Et d’ailleurs, c’était quoi cette diversion au restaurant hier ?


Ah. Zut. Il y avait repensé.

Ah euh... C'était un... Hmm... Stalker. Tu sais les gens qui te suivent partout. Il a du nous reconnaître du festival de la fraternité, et euh... Je l'ai vu qui nous suivait dans la rue, avant que ça finisse au restaurant.

Pas la peine de le faire fuir en courant en sachant qu'ils avaient un génie du mal sur les talons. Dire qu'Elle avait quitté Lamia Scale pour ça... A quel point Elle voulait les garder sous Sa coupe...?

Bref! Tiens regarde, là bas, y a un homme avec une pancarte. Maiko et Soulias, tu crois que...?

Vrai que les communications passaient mal ici, m'enfin pour se gourrer à ce point... Toujours était il que leur homme était bien accompagné par trois grosses bêtes. Plus hautes qu'un homme, des pattes très maigres, et un dos avec des bosses. En plus ça ruminait. Particulièrement moche la faune locale pour le coup... Il leur expliqua que le tombeau à explorer se trouvait à une douzaine d'heure à dos de... bestiole, et qu'ils devraient se mettre en route dès que possible.

A dos de bestiole... La première tentative pour grimper là dessus fut un cuisant échec. La seconde ne fut guère mieux. La troisième fois, Solis réussit à s'installer. Pour le confort, on repasserait. Et quand la chose se mit à avancer... Cet espèce de dandinement était non seulement atrocement destabilisant, mais en plus ça donnait le mal de mer... Alors que le blondinet se sentait très bien sur les bateaux... Urk, la traversée allait être longue... A condition déjà qu'ils survivent à la chaleur, les scorpions, les serpents, la bestiole dandinante... Hanw... Vivement le tombeau... Wait. Il avait vraiment pensé ça...?
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Sam 6 Avr - 13:35

avatar
Invité


Click


« Ah euh... C'était un... Hmm... Stalker. Tu sais les gens qui te suivent partout. Il a du nous reconnaître du festival de la fraternité, et euh... Je l'ai vu qui nous suivait dans la rue, avant que ça finisse au restaurant.
- Stalker ? Tu veux dire une de ces fans hystérique qui envoie des lettres à répétition ? Han, bah t’as bien fait. »

Bien que l’idée me semble étrange, je suis bien content de ne pas avoir à rencontre une de ces personnes. Ouais, Solis a bien fait. Totalement insouciant, je ne remarque pas le côté douteux de ses propos. Je suis concentré sur autre chose, tentant d’apercevoir à travers la foule notre contact qui doit nous attendre pas bien loin. Du haut de mon mètre soixante-dix et des poussières (pour rester imprécis et ne pas dévoiler ce fameux secret voyons) je me dresse sur la pointe des pieds pour mieux voir, mais comme de par hasard, ils sont tous grands. Pourquoi c’est quand on est pas à la chasse aux beaux gosses que tout le monde il est grand et bien foutu ? Et bien sûr quand on en cherche c’est l’inverse, ralala, je vois rien, poussez-vous bande de chieurs.

« Bref! Tiens regarde, là bas, y a un homme avec une pancarte. Maiko et Soulias, tu crois que...?
- Han, ouais, allons voir ! »

Je dis Han ouais, mais moi je vois rien, rien du tout, alors je suis Solis jusqu’à être en capacité de voir cette fameuse pancarte. Argh, c’est quoi ces gros machins tout brun, il ne pouvait pas nous sortir des autruches blondes ? Solis semble tout aussi impressionné que moi, c’est ironique bien sûr, mais finalement je les aime bien. Ca fait faune locale et tout, ça ira bien avec le turban improvisé que je viens de faire sur ma tête. Me demandez pas d’où je sors ça, c’est juste trop rigolo, en mode inventaire de jeu vidéo. J’ai trop l’air d’un habitant local ! Bon, ils sont tous bruns et peau mat, forcément, faut faire abstraction de ces deux détails là, mais vraiment le coup du turban c’est stylé. Ca protège du sable et tout, un bon investissement. Je regarde Solis faire de l’alpinisme pour parvenir à se stabiliser sur le mammifère cabossé, c’est assez rigolo, même si j’ose pas rire. Je me moque parce que j’étais fier d’être réussi à monter du premier coup, mais une fois dessus, je sais pas ce qui m’est passé par la tête ou celle de Lady Luck mais en voulant jouer au tam-tam sur la bosse du chameau, je me suis retrouvé la tête en bas à jouer au cochon pendu. Un départ mouvementé, en soit, le pauvre guide s’est passé la main sur le visage devant notre incompétence. Ouais, t’as bien raison. Facepalm. Pour le professionnalisme des blonds, on repassera. Enfin, ça fait des souvenirs.

Qu’est-ce qu’il fait chaud n’empêche, même avec mon nouveau couvre-chef de ninja du désert, je sens le soleil taper drôlement fort. Je suis sûr que si je me changeais en eau pour me rafraichir, je serai complètement évaporé à trois pas de là. Et dire que le guide affirme qu’il fait super froid la nuit tombé, je n’arrive pas à m’imaginer ça. Douze heures. Ca veut dire que quand il va falloir rentrer, on va se les cailler ? Brr, j’imagine pas. Non sérieux ça peut pas prendre aussi longtemps si ? J’aurai dû prendre un thermos café plutôt que ma gourde tiens. Ou alors on dort dans les ruines ? Mais, et si elles sont hantées ? Hanananah, je veux pas, c’est flippant les fantômes, ça te fait des sales blagues et tout, non non y’a pas moyen. Pour me changer les esprits, je chantonne une chanson (cette chanson là) que je connais depuis tout petit. Chanter en voyageant, y’a que ça de vrai, ça fait passer le temps, ça embellit le paysage et ça met de bonne humeur. Heureusement qu’on a un guide n’empêche, moi je reconnais rien ici, à part une vaste étendue de sable qui me parait infinie. Quand j’ai un peu de chance, je trouve un cactus ou un gros caillou qui me sert de repère pour quelques mètres, et après pouf, c’est reparti pour une étendue de dune toutes pareilles et toutes mouvantes. C’est calme n’empêche. On devine la puissance de la nature quand on se retrouve en plein milieu de ces étendues d’apparence si inhospitalière et où pourtant la vie persiste. Je suis fasciné par le plus petit des scorpions si venimeux soit-il. Han et là regardez, un lézard. Woooh mais pourquoi il file si vite dans cette direction ?

Les chameaux s’arrête quand le sol se met à trembler. Han, ça sent la cacahuète ça, pire, le beurre de cacahuète. Je tapote le coup de ma monture en me penchant vers lui pour tenter de le calmer mais rien n’y fait, les trois animaux se sont mis à paniquer pour une raison incon… Oh. Un ver de sable aussi gros qu’une baleine sort de terre devant nous dans un rugissement grondant. Olala… C’était pas dans le contrat ça.

« …C’est gros. A ton avis ça fait quelle longueur ce truc ? »

Le guide reprend le contrôle de sa monture et entamme une fuite. Hééé, c’est pas par là les ruines, j’en suis sûr ! De toute façon, il est vite bloqué dans sa course par le monstre qui ressort devant lui, bien décidé à faire de nous trois son festin de roi. Ouais, enfin, on va pas le nourrir beaucoup. D’un mouvement de tête, j’indique à Solis que c’est à nous de jouer. Bah ouais, on n’a pas trop le choix. Je ferme les yeux pour me concentrer sur les souvenirs de Suzu. J'avais passé un cap avec technique, comme quoi, même si je l'utilise depuis tout petit, elle me réserve encore des mystères à déceler.

« Emotion Wave. »

Deux ailes démoniaques me poussent dans le dos, provoquant une légère douleur dans mes omoplates. Avec une agilité d’acrobate, je me tiens difficilement debout sur les deux bosses du chameau, le pauvre tremblait de peur. Je me demande si c’est capable de claquer des dents une bestiole pareille tiens, ils ne doivent pas avoir souvent froid. Bon ok, sérieusement. Je m’élance dans les airs, épée dégainée. Je tournoie autour de la gueule de la sale bête pour attirer son attention. J’ai l’habitude de me battre avec Solis maintenant, je sais parfaitement qu’il est particulièrement en situation de faiblesse le court moment où il ouvre la porte d’un esprit, enfin je pense. J’ai toujours eu cette tactique pour lui laisser du temps, mais c’est vrai qu’avec ses étoiles. Je sens que le ver de terre commence à s’agacer, alors je fonce dans sa direction d’un premier piqué pour lui asséner un coup d’épée, puis un deuxième, puis un troisième avant de planer devant lui, évitant de peu un aller simple pour son estomac en remontant d’un battement d’aile.

« Haha, pauvre naze, tu ferais mieux de manger un chewing-gum à la menthe pour l’haleine ! »

Parfois, je me demande si les animaux me comprennent, parce que bizarrement, ils ont toujours répondu à mes provocations avec une répartie hors-norme. Genre là, le jet de salive corrosive et verdâtre qui me fait arracher ma manche avant que ça pose problème, bah je l’ai pas vu venir. Argh le chieur, c’est toujours tout dégueu avec eux. Enfin, on a chassé des monstres plus flippants que ça avec Solis, on devrait s’en sortir sans trop de problème.
 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Sam 13 Avr - 14:00

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

Bon, pour ce qui était de "savourer" le paysage, ce fut assez vite emballé hein. Oui, bah, voir des dunes de sable fin doré à l'infini, c'est sûr, c'est classe. Mais 5mn. Pas plus. Après, voir passer la MEME dune au grain près, encore et encore, avec le même fichu cactus, le même fichu caillou, et la même fichue vipère des sables qui te regardait méchamment, c'était vite lassant. Puis en plus, bon, dans trois quatre ans, ça passerait sans doute pour de merveilleux souvenirs d'une traversée du désert superbe et mystérieux... Le temps effaçait tout les petits détails. Mais pour le moment, on les sentait bien profondément les détails. Primo, la chaleur. Ce n'était plus "transpirer" là. Non, c'était carrément ne plus être étanche. L'eau fuyait par tout les pores possibles. Secondo, l'odeur. Bah oui, parce qu'entre sa propre transpiration dans laquelle on marinait, et la bestiole à bosse qui aurait eu besoin d'un bain, ça devenait doucement, mais sûrement, irrespirable. Tertio, last but not least, le fessier. Sisi, le fessier. On pouvait dire ce qu'on voulait, cet animal était tout SAUF confortable. Le blondinet aurait des fesses tannées d'ici à ce qu'ils arrivent à destination. Hanw... Courage, d'ici trois quatre ans, tout les détails techniques se seraient envolés... Plus que... 1095 jours à souffrir... Courage.

Au bout d'un moment, Miku se mit même à chantonner. Pourtant, avec la couche de tissu qu'il avait sur le crâne, il ne pouvait quand même pas avoir eu une insolation, si...? Ou alors, son neurone avait cuit, façon cocotte minute...? Scrogneupluf... Paraissait qu'il ferait froid la nuit... Bah tant mieux, le froid, on lutte plus facilement contre. Suffisait de se serrer. Là, les blondinets pouvaient toujours s'écarter, ça marcherait jamais.



S'avérait qu'on pouvait ajouter un quatrième "détail" à son listing. Les autochtones tous plus charmants les uns que les autres. Cela avait commencé par une panique aiguë chez les trucs à bosse. Suivi d'une légère secousse sismique. Puis un ver large comme deux hauteurs de Solis qui sorti du sable, avec tellement de crocs et de bave verte qu'il frisait la surcharge.

Hanw...

…C’est gros. A ton avis ça fait quelle longueur ce truc ?

Leur guide tenta une feinte en fuyant, stimulant la bestiole qui lui servait de monture. Ballot le ver replongea et rejaillit devant lui. Bwaha, bien fait. Faudrait lui faire sa fête à lui aussi tiens. Miku ferma les yeux, et deux ailes noires aux courbes tourmentées jaillirent de ses épaules. Solis fronça les sourcils. Il n'avait pas encore assisté à ce coup là, et il n'était pas sûr de l'apprécier. Enfin, faudrait faire avec. Miku chargea le gros ver avec son épée. Depuis le temps qu'ils se battaient ensemble, ils savaient comment fonctionner. Miku était un attaquant rapide et agaçant, qui finissait en général par être éjecté. Solis le rattrapait, et envoyait les assauts préparés dans l'intervalle. Yup, comme du papier à musique. Sauf que là, inconnue non prévue dans l'équation blonde. La fioutue bestiole à bosse.

Avance Gilberte!

La bestiole resta stupidement fixée, regardant le ver. Hanw, mais c'était quoi cet instinct de survie en carton pâte...? Quand on voit un prédateur, on fuit, nigaud!

Mérou, truite, baleine, ostrogoth, j'ai dit AVANCE!

L'animal parut comprendre que son chevaucheur voulait aller en avant. Donc elle consentit. Et rua un bon coup pour éjecter Solis. Il voulait avancer, bah qu'il y aille seul. Foutu créature... Elle finirait en ragoût pour ce coup là... Le blondinet s'écrasa le nez dans le sable. Quand il releva la tête, il tomba nez à euh... gouffre? avec le ver.

Ahm... Hello...?

La bête rugit.

EEEEEEEEEEEEEK!



Quand Solis rouvrit les yeux, il crut d'abord qu'il avait oublié de les rouvrir. Donc il réessaya. Sans plus de succès. Faisait toujours aussi noir. Il fit apparaître une étoile pour s'éclairer.

Star Core

Le monde lui parut brutalement plus rose, et vaguement palpitant.... Wait... Il s'était quand même pas fait becqueter par le gros machin du désert?! Alors là, non, il boudait. C'était répugnant. Puis y avait ce vague liquide verdâtre qui commençait à suinter de certaines pustules... Ah non, il finirait pas digéré par un vieux ver putride dans un désert paumé! Il shoota dans une glande quelconque.

Crache! Maintenant!

La bête manifesta une coopération assez discutable. Bon, bah pour la peine, il allait broyer ce ver, et après, il lui ferait manger sa stupide monture, lui ferait les pieds. Mais d'abord, la sortie...

Ouvre toi, porte du dragon, Draco!


Le blondinet finit plaqué contre une paroi intestinale sous la pression du dragon.

Rah, mais prend moins de place, déjà qu'on est serré là dedans...

Tiens donc, un descendant lointain de l'arénicole vulgaire... Fascinant...

Oui oui, bah... Tu te fascineras plus tard, là je veux sortir...

C'est une occasion unique d'étudier le système digestif de cette espèce.

Mais... J'en veux pas moi! Je veux pas être digéré...

Ah... J'oubliais... Tu es fragile... Bon, vu la position des glandes digestives, la sortie est de ce côté...

...Laquelle de sortie...?


Le dragon se dégagea un peu, s'enfonçant plus loin dans le tunnel.

Celle par laquelle tu es rentré. L'autre prendrait trop de temps.

Draco arqua son corps. Solis savait à quelle technique cela correspondait, mais l'esprit ne comptait quand même lancer dans l'estomac d'un ver géant...

Draken Blizzard

Ah. Bah si. Une véritable tornade de neige et glace mêlées jaillit du corps du dragon, propulsant le blondinet à travers les conduits.

De l'extérieur, la bête sembla gonfler. Avant de s'étrangler en vomissant allègrement plusieurs kilos de neiges, un blondinet, et un dragon très content de lui même. Solis s'écrasa une nouvelle fois dans le sable, couvert de glace et de bave verte qui fumait lentement sur la neige. Hanw... Bon, bah il avait moins chaud là, ça allait... Hanyah... Il se sentait maaaaaaal...
Draco soupira, flottant au dessus du blondinet KO. Les mortels étaient SI délicats des fois. L'esprit se retourna vers le ver crachouillant, et surtout très en rogne.

Je crains de devoir abîmer ce superbe spécimen, sinon le petit homme risque de rencontrer un terrain favorable à la sélection naturelle. Draken Sunburst.

Le soleil implacable du désert miroita dans les écailles de l'esprit, projetant des rayons de chaleur concentrée, qui dansèrent sur le sable et sur le ver. Celui ci hurla sous les brûlures. Draco le regarda tristement. Si ce n'était pas dommage d'abîmer une si belle créature...
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Dim 21 Avr - 17:09

avatar
Invité


Click


Vole par ci, vole par-là, je commence à avoir vachement de mal à esquiver les mouvements brutaux et sauvages du gros arékin… agroni… akinoré… truc moche. Mais que fait Solis? Je prends l’altitude pour m’accorder une pause, essoufflé, et je chercher mon copain blondinet du regard. Beh je bloque sur l’ostrogoth dégénéré, mais c’est brun ça, donc c’est pas Solis. Y’a bien le guide en train de se ronger les ongles à s’en bouffer les doigts, mais c’est toujours pas Solis non plus. Beh, il est où ? Inquiet, je plane en cercle tel un rapace autour de sa proie, guettant l’aura émotionnelle de mon ami, à la place, je sens surtout celle de la bête qui commence à se sentir mal et à s’exciter. Déconcerté, je me rapproche un peu pour l’observer d’un peu plus près et je remarque qu’elle gonfle comme un ballon de baudruche, pire, comme une montgolfière avant de tout vomir… de la glace.

Hanw, quel gâchis…
Miku, t’es dégueulasse !
Maiiis, c’est le soleil, ça me tape sur la tête.
Besoin d’un rafraichissement ?
On verra ça plus tard Myde !


J’aurais bien demandé à Solis si ça allait, mais il y avait Draco avec lui, et quand y’a Draco, ça va jamais. Ne vous méprenez pas, j’aime beaucoup Draco, j’aime tous les esprits de Solis sans exception je crois bien, mais il y en a dont il faut savoir se méfier. La première fois que je l’ai vu, j’ai finis dans une tornade et j’en suis ressorti… Enfin bref vous connaissez tous cette histoire. La deuxième fois, un château s’est effondré sur nous grâce à lui. J’hésite entre le rire et la surprise, en même temps soulagé que Solis se soit sorti du ventre de ce gros machin, j’en profite pour filer comme une brise au-dessus du tas de neige sans le toucher, juste pour l’air frais, parce que mélangé aux expectorations du gros dégueux là… D’ailleurs, ça fouette un max, je sais pas pourquoi j’ai fait ça. Sauf que le temps que je remonte, j’ai lâché ma surveillance sur Draco, chose que j’aurais jamais dû faire car revoilà le coup de la boule disco. Puis, héhé, bien sûr, on oublie le petit Miku qui virevolte aussi dans tous les sens pour éviter les rayons et qui finit par se fatiguer, annuler son sort et s’écraser comme une masse dans le sable juste à côté de la bêbête déchainée. Nyah, alerte blonde, alerte blonde, le ver fait trembler la terre à souffrir sous les brûlures de l’esprit céleste et j’en perds l’équilibre. Bon, l’avantage c’est qu’il me sert de rempart contre le sort mini soleil de Draco qui se révèle particulièrement efficace dans un tel environnement. Han, mais ouais, il fait chaud, y’a du soleil, beaucoup de soleil…

« Luna Diviner, Sin ! »

Oui, je sais, c’est pas assez sérieux pour toi, mais t’es mon plus gros calibre pour ce géant.


Il n’a clairement pas l’intention de m’aider et se contente du strict minimum : apparaitre entre mes mains. La claymore de deux mètres de long devrait se révéler particulièrement efficace et je donne un large coup dans la carapace pour repousser le ver un peu plus loin, provoquant par la même occasion une large déchirure dans cette première coque protectrice. Puis je prends mon arme à deux mains et la tend bien droite en direction du soleil pour charger un maximum de puissance dans ce sort.

« Solar Shot ! »

La puissante onde de choc réussit à déplacer la masse un peu plus loin, provoquant un joli petit bruit explosif et balançant plein de sable tout partout. En fait, faudrait demander à celui qui a inventé les déserts de rendre le sable multicolore, comme ça, ça ferait des confettis ! Et pendant les tempêtes de sables, t’installe des basses et ça fait boite de nuit. Olala, je dois inventer un truc comme ça un jour. Un jour lointain. Bon, dans une autre vie on va dire. Enfin, je crois qu’on a fait faire un rododo au rhododindon monstrueux. Un peu fatigué par cette séance de vol, je me tourne vers Solis avec un sourire, mon arme disparaissant dans un éclat argenté. Je me frotte les mains, et puis un peu partout pour chasser tout le sable que j’ai reçu. Argh c’est trop chiant, ça s’infiltre partout toutes ces petits grains là. Apuf. Je pousse un grognement en m’étirant, content d’en avoir fini, puis je regarde le guide

« Si vous pouviez éviter de nous abandonner la prochaine fois. »

Le ton de la réprimande n’est pas nécessaire, j’affiche un sourire resplendissant sous le soleil devant son air traumatisé. On fait si peur que ça quand on sort les armes ? Je remonte tranquillement sur Janette – oui, on l’appelera Janette – et je me rapproche de Solis une fois la route reprise.

« Moi aussi, je commence à avoir une petite famille, sauf que ce ne sont pas des esprits… Enfin, ce sont des âmes de gens décédés avec qui je peux communiquer grâce à ma magie. Je voulais pas t’en parler avant de trouver un moyen de te les présenter, Axel y réfléchit encore, mais je tiens à ce que tu en vois au moins un. »

Je ne sais pas trop quelle expression adopter, alors par défaut, je n’en choisis aucune et je fixe droit devant moi, dans le vide. Il avait droit à une explication après cette utilisation inopinée de Sin. Ils ont parlé de conditions à remplir, mais c’est bizarre cette histoire un petit peu. On règlera ça après la mission, ou pendant, mais pour l’instant mes pensées divaguent vers le tombeau et ma curiosité reprend le dessus.

« Tu crois que ça ressemble à quoi à l’intérieur d’une pyramide ? Genre, on va tomber sur des momies ? Ou des zombies ? Quoique, une momie, c’est un peu comme un zombie, avec du papier toilette en plus. Ho, ho, et puis y’a les pièges aussi, faudra faire attention aux pièges ! »

Et c’est reparti pour un tour, la pyramide c’est par où ?

 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   Sam 4 Mai - 17:59

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

Burk... Couvert de bave de ver des sables géant... En train de fondre lentement... Et sans doute définitivement taché... Pourquoi lui...? Le blondinet préféra rester un instant le nez dans le sable, les fesses relevées. Il était bien comme ça, ça allait très bien avec sa nausée aiguë. Puis en plus, il était pas sûr de vouloir retourner tâter du ver. Et Draco et Miku allaient très bien s'en sortir sans lui... Remarque, s'il voulait éviter d'empester comme la dernière des charognes, il allait peut être falloir se laver un peu avec la neige tant qu'il en restait. C'est que ça fondait vite la banquise dans la région...

Du coup, Solis commença à se laver les cheveux avec de la neige pas trop contaminée. Miku avait encore ces fichues ailes noires. Hmm hmm. Hmm... Pdmf... Enfin, il s'écrasa à son tour le nez dans le sable quand Draco commença ses âneries. Vrai que par ce temps, avec ce beau soleil de plomb qui vous détruisait la peau plus vite qu'un blond mangeait une barre de chocolat, l'effet de ses rayons solaires devait être extrême. D'ailleurs, l'asticot gros modèle avait pas l'air d'aimer. ...Solis aurait bien invoqué une baleine, quelque chose du genre pour la peine tiens, histoire que le ver puisse savoir ce que ça faisait de faire gober.
La suite s'avéra plus intéressante. Miku leva la main, faisant apparaître une lourde claymore dans sa main. Qu'il maniait comme on aurait utilisé un rouleau à pâtisserie. Hmm... Si faire apparaître des trucs loufoques appartenait au banal du Miku moyen, Solis ne l'avait jamais vu faire apparaître ce genre d'armes. Et en fait, encore moins une arme qui devait avoir un artifice quelconque, vu l'aisance de la manipulation. Et encore moins le genre d'arme qui... Sbrouf. Flash lumineux. Il avait pas d'armes qui faisaient appareil photo non plus la dernière fois. Hanw... Solis n'y voyait plus grand chose. Des petits papillons noirs et mauves se dandinaient devant ses yeux. Par contre, il sentit la secousse sismique, et la vague de sable qui le recouvrit. Hanw... Il venait de se nettoyer...
Ouvrant des yeux de mérou, il vit Miku revenir avec sa lame tout souriant, la laissant disparaître dans un éclat argenté. Si sa faculté en avait toujours fait quelqu'un de redoutable, ce nouveau tour faisait de lui quelqu'un de vraiment puissant. Un jour, il saurait sans doute décrocher la lune pour une personne qui compterait... Tiens, faudrait alors prévenir le vieux fou de Galuna, il serait sans doute intéressé par ce coup là... Bwef!

Solis se releva en s'époussetant. Bon, il était à peu près propre, si ce n'était de vagues zones vertes sur ses vêtements. Encore heureux, ça ne sentait pas trop fort. Mais il faudrait sans doute brûler ses affaires en rentrant. Parce que ça, c'était pas le genre de souvenirs qu'il voulait garder. Il se contenterait des lunettes de soleil. Miku reprit, gentiment, leur guide. Celui ci devait ouvrir des yeux encore plus grands que ceux de Solis. Et c'était pas le flash photo hein, c'était juste qu'il devait pas voir des vers vomir de la neige et se faire expulser tout les jours. Vrai que la neige dans le coin...
Bon, mission de la minute, retrouver Gilberte. Aha, une bosse dépassait de la dune non loin. Elle avait due être ensevelie avec la vague de sable provoquée par le ver. Bien fait. Le blondinet prit soin de s'installer avant de creuser là où devait se trouver sa tête. La bête gémit en émergeant.

La prochaine fois que tu me fais ce coup là, c'est Draco qui te mange, pigé?

Impossible de savoir si la bête avait saisi, mais en tout, cas elle repartit sagement sur les pas de leur guide. Draco soupira devant l'usage qu'on faisait de son organisme supérieur. Puis se révoqua. Miku rejoignit le blondinet sur son chameau.

Moi aussi, je commence à avoir une petite famille, sauf que ce ne sont pas des esprits… Enfin, ce sont des âmes de gens décédés avec qui je peux communiquer grâce à ma magie. Je voulais pas t’en parler avant de trouver un moyen de te les présenter, Axel y réfléchit encore, mais je tiens à ce que tu en vois au moins un.

Il avait dit ça avec un ton aussi neutre que possible. Hmm, devait être frais. Et il était pas encore très à l'aise avec. Ou alors, il ne savait pas trop quoi exprimer.

C'est super alors. Puis t'inquiètes pas pour les présentations, les verrai quand ils en auront envie. On a plein de temps pour ça.

...Bon, des âmes de gens décédés, ça avait un côté un peu lugubre, mais par contre, ça expliquait pourquoi Miku parlait tout seul dans la chambre d'hôtel. Puis les morts auraient aussi pu le remettre au lit tiens, plutôt que de laisser Solis le recoucher et le border. ...Le blondinet était finalement pas si sûr que ces âmes étaient amicales... Ou alors, elles étaient amicales comme ses esprits... Amicales comme "qu'est ce qu'on se marre, surtout quand ta vie tient à un fil. Ah non, plus qu'un demi...". Ouik ouik ouik, leur espérance de vie commençait à fondre comme la neige de Draco à Desierto, voulait dire qu'ils avaient un deuxième set d'esprits pour les tuer par accident... Bon, on allait attendre les présentations pour confirmer hein, juger les gens sans les connaître, c'était mal. Mais Solis avait comme un petit chouilla d'appréhension sur ce coup.

Tu crois que ça ressemble à quoi à l’intérieur d’une pyramide ? Genre, on va tomber sur des momies ? Ou des zombies ? Quoique, une momie, c’est un peu comme un zombie, avec du papier toilette en plus. Ho, ho, et puis y’a les pièges aussi, faudra faire attention aux pièges !

Ah euh... Bah, c'était pas marqué sur le contrat... Mais je crois oui qu'ils avaient une foutue habitude de mettre des pièges dans tout les coins....

Le blondinet commença à compter sur ses doigts. Si le début du mois coïncidait avec le début de la semaine et demi dernière... ...Oh oh... Il l'avait dans l'os... Reti n'était pas invocable. D'un autre côté, ça ne l'étonnait même pas... Reti était un désastre en personne. Donc, quel meilleur moyen de planter Solis que de lui faire défaut le jour où il avait besoin d'un expert en pièges?

Phoenix peut soigner, mais comme souvent, ils se contentaient pas d'un petit piège, j'imagine qu'il faudra essayer de pas mourir.



Le guide les largua, avec un soulagement non dissimulé, devant un bout de caillou ridicule vaguement pyramidal.

....ça fait plutôt naze en fait... Z'êtes sûr que c'est le bon endroit...?

Le blondinet grimpa sur une pierre, tentant de donner un petit coup de pied dedans. Un grondement sourd lui répondit.

Honw...?

Le sable commença à couler de façon dramatique autour d'eux, tandis que la pyramide se émergeait du sable, révélant une entrée beaucoup plus bas, et ses pans recouverts de glyphes et symboles antiques. Sauf que la pierre avait pas fini de se venger. Pour conclure, elle bascula, faisant tomber Solis dans le bâtiment.

Eeeeeeeeeeeeeek, Mikuuuuuuuuuuu

Il ne vit que la pierre qui reprenait sagement sa place, masquant l'ouverture. Puis il s'écrasa. Hanw... Il était tombé sur un truc vaguement rugueux et poussiéreux... Il fit apparaître une étoile au dessus de lui pour s'éclairer. Bon, bah il était tombé sur plusieurs kilos de bandelettes. Réflexion faite, ça valait mieux que tomber sur des pieux.

Ahm... Mikuuu...?

Pour le coup, ça allait pas être pratique... Tout le monde sait qu'il faut faire une carte quand on entre dans un temple. Sauf que quand on commence par le milieu, elle est par où l'entrée...? Puis Miku se retrouvait seul de son côté... Vu la taille du machin, ils pouvaient tourner en rond des années avant de se croiser...

Mikuuuuuuu!

Avec son étoile scintillant joyeusement au dessus de sa tête, le blondinet commença à s'avancer dans les couloirs. Ah pour le coup, c'était joli. Mais pour la mission et la survie, pour le moment, c'était mal embarqué... Bon, il avait vu une entrée, Miku serait pas à la porte, mais... C'était comme jouer à cache cache, sauf que les deux se cherchaient... Deux blonds sont cachés, lequel se trouve en premier?

Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dis, c'est un chameau ou un dromadaire ça ?
» Le chameau ou le dromadaire ? [Mission rang C solo]
» Riku, Saint du Chameau [ok]
» L'HISTOIRE DU CHAMEAU QUI PLEURE
» L'inteview volée du roi des voleurs! By Kuro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 5